Skip to navigation – Site map

« La naturopathie en Aquitaine »

Marie-Pierre Estager

Full text

1Cet article sur la naturopathie en Aquitaine et plus précisément la conversion thérapeutique, a été élaboré à partir d’un travail de terrain sur lequel je me suis penchée pendant plusieurs années dans le cadre de ma thèse en anthropologie sociale et culturelle. Je me suis intéressée aux personnes qui sont passées d’un système médical conventionnel à un système de soins alternatif et naturel. En étudiant ce phénomène de « conversion thérapeutique », je les ai suivi dans leur apprentissage en naturopathie, de la première à la dernier étape et ceci durant quatre ans pour analyser leur transformation à travers leur parcours thérapeutique. Il s’agit à juste titre d’une "entrée" en naturopathie qui amène les nouveaux pratiquants à des changements de comportements à la fois sanitaires, alimentaires et hygiéniques. Cette démarche aboutit inévitablement pour le nouvel adepte à un changement de style de vie et à une transformation identitaire.

2Pour effectuer cette recherche, je me suis attachée à suivre une démarche phénoménologique en analysant dans quelles conditions et de quelles manières des personnes sont progressivement passées d’un système médical officiel à un système alternatif. Pour comprendre les choix et les pratiques de mes informateurs, j’ai dû nécessairement les observer de l’"intérieur" à partir notamment d’une observation participante. Pour cela, j’ai choisi de pénétrer le milieu de la naturopathie en intégrant notamment une association bordelaise avec laquelle j’ai pu suivre pendant trois ans les enseignements spécifiques1 qu’elle proposait pour être au plus près du phénomène.

3Que faut-il entendre par naturopathie ? La naturopathie2 est une appellation générique qui regroupe tout un tas de thérapies naturelles allant de la phytothérapie, de l’aromathérapie, de l’utilisation de l’argile, de la relaxation jusqu’à l’alimentation. Dans le groupe observé, une grande attention est accordée à l’alimentation en tant que base préventive et maintient d’une bonne santé. Y sera d’ailleurs préconisé une réforme alimentaire à tendance végétarienne prohibant notamment la viande rouge et les produits laitiers en laissant une grande place à certains produits extrême-orientaux appelés "macrobiotiques".

4J’ai observé qu’utiliser la naturopathie devient un acte quotidien au fil de l’apprentissage et de la pratique. Néanmoins, le fait d’acquérir un savoir naturopathique, implique pour le nouvel arrivant de changer d’orientation thérapeutique et au-delà, d’adopter une nouvelle façon de voir le monde. A ce stade de l’intégration naturopathique, il n’est plus question de parler de soins mais plutôt de prévention, le pratiquant se "bricolant" une nouvelle hygiène de vie (hygiène physique et psychologique) en intégrant de nouvelles représentations.

5Il faut savoir que cette thérapeutique est l’une des pratiques alternatives souvent décriée par l’institution médicale officielle française pour deux raisons principales. D’une part, elle est très souvent exercée par des non médecins (ces thérapeutes sont considérés comme étant dans l’illégalité, contrairement aux autres pays de la Communauté Européenne) et d’autre part, la naturopathie est souvent pratiquée en autonomie complète par les adeptes, excepté lorsqu’ils souffrent de maladies graves (et dans ce cas là ils se font suivre par des thérapeutes (médecins ou non)).

6Je vais développer ce petit exposé en abordant :

  • les raisons qui ont poussé ces personnes à s’orienter vers la naturopathie,

  • les différentes étapes de cette conversion,

  • les effets de cette conversion thérapeutique sur les nouveaux naturopathes.

Des déceptions envers le système médical officiel

7En effet, tout malade insatisfait n’aboutit pas chez le naturopathe et ne décide pas non plus d’entreprendre une formation. Les personnes rencontrées correspondent à un profil particulier. Lors de mes observations, j’ai constaté dans le discours de chacun de mes interlocuteurs, des prises de conscience analogues. Ils m’expliquèrent qu’en "s’abandonnant" dans les mains du médecin, ils avaient l’impression qu’ils perdaient leur identité. Ils se plaignaient d’une séparation entre leur corps et leur esprit. Ils ont fini par remettre en question le système de soin dans lequel ils se trouvaient pour s’orienter vers un système plus holiste et global. En effet, la crise entre le malade et le corps médical semble naître de la non-adaptation de l’offre du médecin à la demande du souffrant. La comparaison entre les thérapeutes officiels (qui s’occupent de disease en privilégiant bien souvent les symptômes) et les thérapeutes holistiques (qui eux prennent en compte illness à travers le discours du malade) est l’une des premières étapes de la conversion thérapeutique étudiée. Les deux types écoutes des thérapeutes engendrent forcément deux réponses toutes aussi divergentes de la part du malade.

8Finalement, mes informateurs se plaignaient que les médecins ne les considèrent que comme des malades-objet. Ainsi, la demande d’illness du patient devient désormais plus forte que la réponse de disease du médecin. En suivant le raisonnement d’Arthur Kleinman, le patient n’aurait pas démissionné du système de soin biomédical si le médecin, en même temps qu’il utilisait le modèle explicatif biomédical, il avait emprunté le modèle explicatif de son patient (un modèle ethnomédical) en associant une dimension psychosociale à ses technologies3.

9Et c’est également pour des raisons d’échecs thérapeutiques et de maladies iatrogènes que ces personnes se sont orientées vers la naturopathie en y recherchant un sens nouveau venant satisfaire une attente insatisfaite. Elles ont réactualisé leur comportement par un apprentissage naturopathique et sont donc passées d’un statut de malade "passif" à celui de malade "actif". Nous allons voir que ce phénomène de conversion est bel et bien à découvrir et à analyser en terme de phénomène social total.

Les étapes de la conversion en naturopathie

10Ceux qui choisissent définitivement de s’orienter vers les médecines naturelles dont la naturopathie et une alimentation à tendance végétarienne doivent nécessairement changer leur regard sur eux-mêmes et sur le monde. Cependant, cette transformation ne peut s’envisager qu’à travers plusieurs étapes successives. Voici les 7 passages qu’ont rencontré mes interlocuteurs :

  • 1ère étape : Ils ont connu une succession de maladies graves ou chroniques, également des maladies iatrogènes (qu’il s’agisse d’eux-mêmes ou d’un de leur proche). Ils ont en même temps connu des incompréhensions et des questionnements sur leur état de santé, des déceptions dans leurs relations avec les médecins, une perte de sens par rapport à leur maladie.

  • 2e étape : Des questionnements, des recherches d’informations, des rencontres avec des thérapeutes alternatifs clef, les ont progressivement amené vers une nouvelle conception de la santé.

  • 3e étape : En recherchant constamment des informations et des applications thérapeutiques naturelles, ils en sont arrivées à certaines prises de conscience remettant en question leur système de croyance.

  • 4e étape : Ils ont connu des résultats enthousiasmants et se sont convaincues de l’efficacité de la naturopathie, cette phase venant renforcée leur choix thérapeutique.

  • 5e étape : Ils ont eu pour objectif d’aller plus loin dans leurs connaissances et leurs applications naturopathiques en suivant une formation initiatrice pour réapprendre à s’alimenter et à se soigner tout en devenant leur propre thérapeute.

  • 6e étape : Durant leur formation (pour certains de plusieurs années) ils ont connu une remise en cause de leurs connaissances antérieures (notamment sur les conceptions de la diététique) entraînant de profondes modifications de comportement et des perturbations personnelles et familiales.

  • 7e étape : Finalement, après un investissement complet dans leur apprentissage, ils finissent par valider leur "conversion" par des preuves de bonne santé, phénomène qui les poussent ainsi à aller toujours plus loin dans la connaissance et la pratique de techniques de soins naturelles.

11Ils conçoivent désormais la naturopathie et plus précisément l’alimentation, comme leur premier médicament. Cette prise de conscience va dorénavant les suivre tout le long de leur parcours initiatique et bien au delà, de façon à "irradier" les représentations qu’ils ont de la santé et du monde. Apprendre à "fonctionner" autrement devient dès lors salvateur pour celui qui considère avoir perdu ses repères.

12Ainsi, ces diverses apprentissages naturopathiques amènent l’individu à monter des paliers de plus en plus complexes et ésotériques, le conduisant à solidifier ses convictions quant au sens de la vie.

Les effets de cette conversion

13La conversion thérapeutique peut donc être interprétée comme une véritable dynamique sociale et culturelle. A travers la naturopathie et l’alimentation, il est toujours question d’une volonté de se guérir à partir de la tripartition métaphysique : « Corps - Ame - Esprit » venant ainsi soulager les tensions physiques, émotionnelles, mentales et spirituelles.

14Cet itinéraire pourrait être décomposé en trois phases, même si celles-ci s’entremêlent et évoluent simultanément :

  • La première étape est représentée par un combat avec la maladie amenant à une réflexion sur l’échec thérapeutique, une remise en cause du thérapeute conventionnel, un intérêt éveillé pour les médecines naturelles et notamment la naturopathie et l’alimentation végétarienne.

  • La seconde étape se distingue par une volonté de prise en charge personnelle à travers une nouvelle hygiène de vie : synergie de plusieurs soins naturels, acquisition d’une nouvelle disposition d’esprit ; avec des résultats les poussant à "aller plus loin" notamment vers un nouveau style de vie, basé sur une prévention quotidienne plus particulièrement alimentaire.

  • L’ultime étape se caractérise par la recherche et l’approche d’une harmonie et d’une paix intérieure. Ce mieux être serait dû à un meilleur état de santé, à l’apprentissage et la maîtrise de leur nouvelle thérapie, à la rencontre d’un nouveau réseau amical, à l’acquisition d’une nouvelle philosophie de la vie à travers de nouvelles convictions.

15Cette démarche de prise en charge thérapeutique leur a permis de progressivement remodeler leur système de pensées en transformant leurs représentations :

16Les nouveaux convertis ne voient plus la maladie comme une fatalité, un malheur mais au contraire comme une chance, une "alarme", un langage du corps... ;

  • ils ne se contentent plus d’appréhender leur corps comme une matière morcelable mais comme à la fois un Tout unifié et un enchevêtrement de plusieurs "corps" impalpables et inséparables en harmonie avec l’extérieur ;

  • ils se sont progressivement convaincus que la nature et les plantes sont indispensables pour une meilleure qualité de vie ;

  • ils considèrent désormais la vie comme une véritable quête spirituelle et perçoivent la mort comme le "passage" à un autre état ;

  • ils s’éloignent progressivement d’une société de consommation qu’ils désapprouvent en cherchant désormais à se rapprocher des idéologies de certains mouvements écologiques.

17Ils sont en quête d’une meilleure qualité de vie, d’une certaine sagesse s’élaborant autour d’un développement de la conscience humaine. Leurs perspectives pacifistes les amènent à refaire le monde, un monde qu’ils aimeraient davantage spirituel. Pour cela, ils prônent le respect de leur corps, d’eux-mêmes, de l’environnement par l’adoption de pratiques alimentaires et de soins souvent basées sur le nettoyage et la purification, (pratiques qu’ils considèrent "saines"). Ainsi, ils pensent parvenir à atteindre la santé et l’assurance du salut de leur âme.

18Ce phénomène de conversion peut être ainsi considéré comme un acte de religiosité, puisque celui-ci entraîne la conversion identitaire qui devient salvatrice pour un individu en perte de repères et de sens. Il s’agit dès lors d’une véritable quête personnelle et spirituelle. A la manière d’un phénomène social total, je tiens à souligner que ce type de conversion thérapeutique n’entraîne pas seulement l’adoption d’une pratique de soins différente mais amène aussi les pratiquants à une profonde reconversion dans leur système de pensée. Ne se contentant pas de modifier leurs représentations culturelles, ces personnes ont aussi remis en question leurs pratiques sociales notamment à travers une réorientation professionnelle pour certains. Elles sont en recherche d’une éthique et d’un mode de vie toujours un peu plus conforme à leurs aspirations et ont tendance à se tourner vers des métiers davantage en adéquation avec leur nouvelle façon de vivre (carrières sociales, paramédicales, carrières dans l’environnement…).

19Cette conversion entraîne inévitablement une certaine marginalisation. En s’appliquant de nouvelles normes et de nouvelles valeurs plus "confortables" et en intégrant un nouveau groupe social, ces individus en quête de liberté et d’autonomie se sont progressivement marginalisés. Néanmoins, leurs nouveaux repères culturels et sociaux seront toujours construits sur des codes les recadrant dans la société. Leur impression d’autonomie n’est en fait que pure illusion car en cherchant à atteindre l’inatteignable, mes interlocuteurs se sont reconstruit finalement un nouveau cadre enfermant. Il s’agit bien d’un phénomène propre à la nature humaine.

***

20Néanmoins et pour finir, il est à souligner que ces marginaux sont les moteurs de la modernité. En agissant sur eux-mêmes, en changeant les paramètres de leur chemin de vie, ces marginaux de la santé agissent aussi (même si c’est à une moindre échelle) sur leur environnement. Le système médical français est à l’heure actuelle remis en cause par nombre de patients et de proches mécontents, par des associations de malades, et timidement, par certains médecins déçus. Les sujets de discordes en sont très apparents : débats sur la qualité alimentaire (avec les problèmes actuels à propos du virus E.S.B., des O.G.M. de plus en plus décriés, de la dioxine dans les aliments…), les effets de la vaccination contre l’hépatite B, les impasses médicales, les maladies nosocomiales, l’échec face à l’éradication du virus du sida… tous ces évènements deviennent de plus en plus médiatiques. Ces polémiques amènent semble-t-il les Français à se questionner, voire même à revendiquer le droit de savoir et d’agir contre les dysfonctionnements d’une société en perte de repères.

21Les mouvements marginaux sont souvent considérés comme les moteurs du développement d’une société, et ces nouveaux naturopathes font partie de ces novateurs qui proposent de nouveaux modèles amenant celle-ci à remettre en question ses dysfonctionnements. C’est notamment par ce type de mouvement dynamique et contestataire que les changements sociaux sont généralement opérants.

Top of page

Notes

1Il s’agit d’un enseignement de naturopathie pratique à usage professionnel ou personnel abordant les notions anatomiques, le fonctionnement du corps humain, l’origine et les causes des perturbations, les notions de terrain en prévention, de toxémie, les techniques de soins naturels, les conseils hygiéno-diététiques... Ces cours se répartissent sur sept journées complètes dans l’année et sur un stage d’une semaine, ceci dans la région du sud-ouest de la France. Ils sont dispensés par un couple de thérapeutes, l’un ancien membre du collège de phyto-aromathérapie et de médecine de terrain, botaniste et conférencier ; l’autre, nutritionniste, diplômée de l’Institut Kushi.
2Il existe plusieurs courants dans la naturopathie mais l’idée centrale reste la suivante : la maladie aiguë est à considérée comme une réaction salutaire de l’organisme. Elle se caractériserait par une crise d’intoxication provoquée par les capacités naturelles du corps à l’autoguérison. La maladie chronique, quant à elle s’expliquerait par l’affaiblissement ou l’intoxication trop importante du terrain, d’où une mauvaise élimination des toxines. Les naturopathes privilégient avant tout une hygiène de vie propre à chaque individu en supprimant les causes d’intoxication qui provoqueraient la maladie. Pratiquer la naturopathie consiste avant tout en un apprentissage et une éducation sanitaire particulière. La naturopathie rentre dans la catégorie des médecines traditionnelles, techniques thérapeutiques issues de l’empirisme d’un passé plus ou moins lointain, et s’imprègne également des innovations venues d’ailleurs, ces pratiques de soins naturelles s’appuyant souvent les dernières recherches du domaine biomédical.
3KLEINMAN A., « Clinical Relevance of Anthopological and Cross-Cultural Research : Concepts and Strategies », in American Pschiatric Association, 1978, p. 429.
Top of page

References

Electronic reference

Marie-Pierre Estager, « « La naturopathie en Aquitaine » », Anthropology of food [Online], S1 | October 2001, Online since 01 October 2001, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/aof/1164

Top of page

About the author

Marie-Pierre Estager

Docteur en Anthropologie Sociale et Culturelle, Rattaché au laboratoire « Santé, Société, Développement », UMR 50 36 CNRS
Université Victor Segalen Bordeaux 2, 146, rue Léo-Saignat – case 71 – 33076 Bordeaux cedex France
05 57 57 15 59
mp[point]estager(at)wanadoo[point]fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page