Skip to navigation – Site map

Réflexions sociologiques « en vrac » sur le vin

Jean-Pierre Corbeau

Abstracts

The rapid transformations in wine production and wine consumption lead us to suggest reflections from a metonymic perspective, founded on an on-going scientific observation, where different tracks mingle. Such hypothesis however (which some may reduce to mere intuitions waiting to be confirmed) should meanwhile be accepted in order to build up the few emerging contemporary paradigms. Let’s point to several phenomenons concerning consumers’ environment and behaviours. We’ll attempt to demonstrate how these may forge a system which expresses a plurality of world visions.

Top of page

Full text

11. Le premier phénomène devant être mentionné nécessite de « revisiter » la thèse géniale de Roger Dion1 selon laquelle un vignoble devient un grand vignoble lorsqu’il échappe à la seule évaluation gustative des producteurs pour affronter le goût et les jugements d’une clientèle urbaine. Des villes se positionnent alors comme les capitales d’une appellation qu’elles structurent et dynamisent (Paris pour le Champagne, Lyon pour le Beaujolais, Dijon pour le Bourgogne, Bordeaux, etc.).

2Au fil du temps, et particulièrement depuis une quinzaine d’années, la mondialisation a perturbé les règles perçues par Roger Dion. Le principe d’une « évaluation distanciée » s’est renforcé, mais la compétence gustative de la clientèle citadine ne se réduit plus au jugement de la grande ville la plus proche. Depuis la construction d’une culture « distinctive » du vin2, la notoriété d’une appellation soumet celle-ci à une évaluation nationale3 (le rôle de Paris, capitale nationale et mondiale de la gastronomie, alors incontestée, participe indubitablement, lors des deux siècles précédents, à l’image d’un vin français servant de référence mondiale et dont certaines appellations seraient les meilleures de notre planète…). Dans ce contexte, des goûteurs, des média, de plus en plus éloignés du lieu de la production, se positionnent progressivement comme experts. De façon plus récente ce jugement des buveurs urbains et des média devient même exprimé par « l’étranger ».

3Intervient alors une véritable rupture (ce que nous analyserons ultérieurement comme une forme d’anomie) qui entraîne un phénomène nouveau lui-même accélérateur de la crise du monde viticole…Le goût décrypté du vin ne l’est plus au sein d’un code culturel relativement homogène, par une clientèle masculine grosso modo formée par les mêmes processus d’éducation gustative, respectant des manières de tables assez identiques…

4La pluralité des productions, la multiplicité des goûts, l’éloignement des évaluateurs de plus en plus prescripteurs d’un vin devenant marchandise, la féminisation des clientèles, l’émergence de nouvelles pratiques du vin imbriquées dans de nouveaux rapports à l’aliment au sein de cultures et d’habitudes alimentaires très éloignées de celles de la vieille Europe augmentent encore les inquiétudes et les incertitudes de celles et ceux qui voudraient encore s’inscrire dans un continuum, perpétuer une « hypothétique » reproduction sociale des modèles concernant l’ensemble de la filière vitivinicole. Plagiant un film récent nous pourrions dire que la civilisation du vin connaît « les invasions barbares ».

5Retenons de ce premier point que l’éloignement des buveurs du lieu de production et des modèles gustatifs du vigneron ainsi que l’éloignement des discours évaluateurs qui échappent au contexte culturel et symbolique spécifique et aux décrypteurs sensoriels traditionnels pour entrer dans un monde plus « standardisé » – donc reproductible – et plus mercantile, créent une rupture que nous qualifierons de nature anomique.

62. Alternant, « en vrac », des observations diachroniques ou synchroniques concernant la filière viti-vinicole et des réflexions plus théoriques qui permettent de mieux cerner les mutations au sein de cette dernière, nous voudrions, dans ce second point, développer la notion d’anomie telle que nous la concevons, avec toutes les conséquences qui en résultent pour une approche sociologique compréhensive d’un « boire pluriel » créateur d’incertitudes de l’offre…

7Dans une perspective durkheimienne l’anomie est associée à une vision catastrophique favorisant l’émergence de pathologies sociales et psychologiques. Durkheim, qui en fait une sorte de concept « poubelle »4 permettant d’expliquer les dysfonctionnements (suicide, folie, guerre…) qu’il observe et qui contredisent son approche héritière du modèle évolutionniste pour lequel la rationalité scientifique, le développement de l’éducation, les progrès des technologies, etc., déboucheraient sur le bonheur de l’humanité. Par ailleurs, Durkheim et les durkheimiens n’envisagent l’anomie que lors de grandes mutations sociétales, lorsqu’il y a crise qui résulte d’un décalage passager entre les systèmes normatifs postulés jusque là consensuels et les désirs et pratiques de celles et ceux censés en dépendre.

8Notre conception de l’anomie ne partage pas ce point de vue… Nous nous inscrivons dans l’utilisation que peut en faire Jean Duvignaud5. D’une part nous postulons que l’anomie est permanente dans les sociétés, qu’elle est une béance institutionnelle toujours présente mais davantage ressentie à certaines périodes qu’à d’autres (à moins que la dramatisation de ces crises anomiques ne résulte de la manière de regarder de l’observateur social). Sans cette béance il n’ y aurait ni mutation des sociétés, ni distanciation nécessaire à la conceptualisation, ni conscience d’un patrimoine gastronomique, ni construction d’un répertoire du comestible et du buvable, ni désir d’invention technologique. Autrement dit, si nous acceptons, comme Durkheim l’a montré, que l’anomie soit susceptible d’engendrer des comportements sociaux pathologiques, nous affirmons qu’elle débouche aussi sur une créativité collective ou individuelle. Cette créativité est orientée vers une expérience possible pour laquelle la conscience collective ne dispose d’aucun concept régulateur. C’est le troisième point de notre conception de l’anomie qui peut nous différencier de certains auteurs. Traditionnellement, on affirme que la rupture institutionnelle – la crise anomique – est engendrée par une absence de norme correspondant à la situation nouvelle que rencontre l’acteur ; on accepte aussi qu’elle résulte, éventuellement, d’un décalage entre la proposition sociale et le désir des acteurs. Le premier scénario nous semble relever, pour ce qui concerne nos sociétés contemporaines, d’une véritable hypothèse d’école et le second ne peut être considéré comme possible qu’en limitant la crise à un secteur particulier et en niant les « intermittences » d’un individu pluriel. C’est pourquoi nous privilégions l’émergence d’un vide normatif conséquent d’une prolifération de valeurs et de modèles contradictoires et incompatibles engendrant, chez certains sujets plus fragiles ou plus « exposés », une anxiété intrinsèque à leur choix.

9Ces remarques semblent, peut-être, éloignées du sujet choisi et un peu trop abstraites pour saisir les mutations craintes ou espérées de la consommation et de la production du vin, à l’heure de la mondialisation, elles nous paraissent indispensables dans le cadre de notre approche métonymique... Nous nous proposons dans un troisième point de « matérialiser » diverses formes de la crise anomique chez différents acteurs de la filière viti-vinicole en montrant la complexité de leur émergence et comment leur dramatisation médiatique participe parfois à la mise en place d’une logique prédatrice des anciens équilibres.

103. Revenons sur la conclusion de notre premier point… Sur la rupture qu’entraîne l’émergence d’une expertise étrangère, une clientèle de « barbares » extérieurs au monde des initiés de la culture du vin, culture imbriquée dans une distinction, une codification sociale valorisant l’entre soi. On doit alors admettre que le décryptage du divin nectar par d’autres sociétés, avec d’autres sensibilités gustatives, avec, sans doute, d’autres conceptions de son usage, crée obligatoirement une anomie intrinsèque au processus de mondialisation et à la confrontation de systèmes normatifs et culturels différents, décalés, dont on ne saurait voir émerger un quelconque consensus… Nous ne pouvons pas (scientifiquement parlant) conforter un discours qui souhaiterait, contre vents et marées, maintenir une tradition, un patrimoine momifié. Un discours qui désignerait la béance mais l’oublierait l’instant d’après, comme pour mieux l’exorciser par des comportements rituels cristallisés ou des incantations nostalgiques… Et pourtant, les sociologues savent bien qu’en dehors de l’invention sociale (que nous évoquerons dans notre dernier point) deux scénarios paradigmatiques structurent la réponse à la dramatisation d’une crise anomique. D’un côté l’on classe, catégorise, quantifie, pour nier le mouvement et construire une hypothétique sécurité dans les artifices de la catégorisation (vive les certifications, les normes iso, les traçabilités, les contre-étiquettes informant sur l’origine du vin, les conditions « idéales » de dégustation, les propriétés nutritionnelles, les prises de risques encourues en se livrant à sa consommation, etc.). De l’autre, on se donne le vertige, on éprouve des sensations en adhérant à tout ce qui peut signifier la nouveauté : l’ilinx de la modernité « fabrique » de l’hédonisme (vins d’ailleurs, bouteilles à capsules ; packaging provocateur mobilisant l’approche psychosensorielle ; préférence pour des sensations gustatives intenses, « extrêmes » et, souvent, relativement standardisées ; premix et cocktails mélangeant les vins entre eux et avec d’autres boissons, etc.).

11La radicalisation de ces deux postures est favorisée par les média qui théâtralisent l’anomie que nous avons postulé permanente. Les reportages récurrents sur la crise du vin, les enquêtes sur le rôle du critique Parker, le choix – forcément impossible – entre des vins de cépage et des vins de terroir, entre le vigneron et l’œnologue, le récent succès (mérité) du film Mondovino et la couverture médiatique dont il a jouit, exacerbent ces paradigmes. On parle de la crise du vin sans vraiment la connaître. Paradoxalement, on la surexpose (du moins dans cette première conception d’une anomie résultant d’un décalage entre deux mondes incompatibles) en la banalisant. On nous la donne en spectacle et nous met pratiquement en demeure de décider du « bon modèle », devant l’urgence « dramatisée ». C’est-à-dire, pour le buveur français et sans doute méditerranéen, de renoncer à une part de ses désirs quel que soit le paradigme retenu.

12On saisit mieux comment les média (mais, comme nous l’analyserons ultérieurement ce ne sont pas les seuls acteurs, d’autres alimentent leurs messages) valorisent tantôt le savoir-faire ancestral, les discours un peu ringards de quelques vieux gourous, tantôt se livrent à l’apologie d’un vin très technique, culture s’apparentant au hors sol (à la chimie des arômes ou pour contourner la loi de levures « particulières » qui parfument le vin – qui n’en est plus un ! – pendant sa fermentation) dont les saveurs changent au grès des décisions des nouveaux prêtres et d’un marché marqué par une nouvelle demande de « buveurs de soda » en quête de sensations fortes et standardisées, mais qui, dans le même temps cherchent souvent (cas des clientèles du monde asiatique par exemple) à s’incorporer le prestige social et symbolique du vin ; prestige encore associé à celui de la « vieille Europe » ! Si l’on reste dans le contexte de la consommation française (que nous connaissons mieux que les autres consommations nationales), le « buveur pluriel » échappe pour partie à cette zizanie médiatisée. Selon les situations il consomme tel ou tel type de vin qui lui semble correspondre à ses désirs du moment. Pas véritablement d’anomie ici mais, simplement, des situations particulières de consommation se succédant et auxquelles il associe une recherche de qualités spécifiques du vin. De nouveaux usages de ce dernier apparaissent au sein de nouvelles formes de convivialité. La crise anomique n’est pas ressentie comme telle par ce consommateur zappeur – que nous qualifions à l’instant de « buveur pluriel » – qui rompt avec la monotonie des habitudes, trouve un espace de liberté dans la multiplicité de l’offre. La crise anomique est alors du côté de la dramatisation médiatique. Elle est éventuellement dans la représentation construite par le chercheur qui privilégie la « cacophonie » normative comme si celle-ci était une nouveauté, ce que l’analyse historique dénie…

13Pour modérer l’expression de cet optimisme peu conforme à l’inquiétude ambiante, soulignons que l’anomie peut être réelle (et malheureusement tragique) pour des producteurs qui adhérèrent de manière exclusive à l’un des deux paradigmes que distillent les média et certains conseillers. Ils s’interrogent alors sur le bien-fondé de leur choix, sur la possibilité de survivre économiquement en respectant des dynamiques patrimoniales (obligation d’investir en ayant des marges de plus en plus faibles et parfois même un prix de revient – hors travail – égal au prix de vente ; ce qui équivaut à la destruction de l’une des valeurs structurantes de la mentalité paysanne et populaire dans laquelle le labeur doit être récompensé et constitue le principe même de la construction identitaire6. Obligation de trouver et de fidéliser des clientèles appréciant des vins de « niches », véritables créations artistiques et atypiques exprimant souvent des références aux savoir-faire ancestraux, etc.). La crise anomique risque alors d’entraîner le désespoir avec toutes les pathologies que Durkheim pointait dès la fin du XIXe siècle (augmentation du taux de suicides chez des producteurs surendettés, dépressions, etc.). Ces phénomènes confortent bien évidemment les média dans leur certitude d’une crise de la filière et dans le renforcement des deux paradigmes avec la référence perpétuelle à la main d’œuvre moins chère ailleurs, à la typicité maîtrisée, aux conditions climatiques plus favorables. Autant d’évocations qui renforcent la dynamique d’inquiétude des producteurs…

144. Revenons sur d’autres causes possibles, que celles évoquées précédemment, susceptibles de renforcer la crise anomique dans le monde du vin.

15Un premier phénomène explicatif concerne ce que nous appelons « l’entrée en vin des femmes » ; un autre (que nous traiterons dans notre cinquième point) s’imbrique dans l’émergence d’un nouveau rapport aux aliments et bien sûr au vin (qui, pour nous, fait partie de ceux-ci). Historiquement trois "tabous", parfois imbriqués, caractérisent la dissymétrie entre les consommations du vin féminines et masculines. Ces trois tabous (dont on repère encore l’existence dans des fractions âgées des populations que nous pouvons observer ou interroger) reposent sur des croyances jugées incompatibles avec des consommations du breuvage par les femmes. Le vin est vivant; le vin est assimilé au sang (souvent de nature divine); le vin "réchauffe les sens", il apparaît comme une "drogue" diminuant la contrainte sociale, le sentiment de répression et les formes d’autocensures. Le vin considéré comme vivant a justifié la première raison de son interdiction pour les femmes. Elles se rendaient en quelque sorte coupables d’adultère par la consubstantiation d’un "sang de nature divine" et d’un foetus, dont elles étaient éventuellement porteuses. Elles risquaient d’engendrer un être "monstrueux", c’est-à-dire inclassable... Cette fonction reproductrice s’imbrique dans le second tabou, celui du sang menstruel. Le vin, assimilé au bon sang divin, s’oppose au mauvais sang souillé et impur des menstrues. Le vin "réchauffe les sens". Dans l’Antiquité seules les joueuses de flûte, les courtisanes en buvaient dans un contexte d’orgie où l’obéissance aux sens transgressait les "bonnes règles en usages". L’association entre la "femme légère", la prostituée et le vin, traverse les siècles. Les concubines ou les femmes abandonnées d’une partie du prolétariat naissant, boiront dans les cafés du XIXe siècle le vin parce que c’était la seule boisson servie dans ces lieux où elles venaient "raccoler" pour obtenir de quoi survivre. Leurs contemporaines bourgeoises qui transgressent l’ordre familial en commettant l’adultère (cf. les pièces de Vaudeville) boivent, dès leur arrivée dans la garçonnière abritant les relations "coupables," un vin de Porto ou de Madère mis à leur disposition par l’amant pour "réchauffer les sens"... Plus intéressant est le cas des femmes marginales, artistes, intellectuelles, riches héritières – telles Georges Sand ou les "garçonnes" des années folles – qui, buvant comme des hommes expriment une contestation d’un certain ordre politique, philosophique, artistique, phallocratique. L’absorption du vin représente d’un certain point de vue, le "signe" de la libération féminine. La levée des interdits buccaux (boissons, tabac), s’accompagne du droit de dire ce que l’on pense et ressent.

16Nous ne pouvons traiter ici l’ensemble de la dynamique féministe se développant depuis quelques décennies. Contentons-nous de signaler, vers les années 70, sa congruence, concernant les usages et les représentations du vin, avec l’émergence du consumérisme et d’une certaine mentalité technocratique. La transformation de la femme "reproductrice" en femme "productrice" s’accompagne de leur "entrée en vin". Une partie d’entre elles en boivent alors régulièrement, mais, à l’époque déjà, la majorité des buveuses (dont le nombre augmentait), induit le phénomène du buveur (buveuse) occasionnel, surtout à partir des années 80. L’émergence de cette nouvelle clientèle féminine modifie les pratiques du vin, exprime de nouvelles préférences pour certaines saveurs... La levée de l’interdiction faite aux femmes de consommer du vin se traduit par la recherche de nouvelles caractéristiques de la boisson et par l’apparition d’un nouveau vocabulaire descriptif. Tous deux permettent d’échapper aux tabous dont les mères de ces buveuses étaient encore victimes... On occulte la fermentation, c’est-à-dire le côté vivant du vin et son aspect incontrôlable. Le vin se boit primeur, nouveau, jeune. L’imaginaire attribue à leur incorporation des vertus contre le vieillissement, cette angoisse liée à la condition humaine et plus particulièrement exacerbée par la société technocratique. On insiste aussi sur l’aspect fruité, acidulé de la boisson entraînée du côté des jus de fruits. Qui plus est, le fruit caractérisant le vin n’est plus forcément le raisin. On recherche le goût framboisé, celui du cassis, du coing, de la banane, ou plus récemment de nouveaux fruits exotiques. Toutes ces références éloignent le spectre d’un quelconque alcoolisme... Parallèlement on valorise la légèreté du vin. On préfère l’émotion gustative à celles qu’entraînent le degré d’alcool et la subtilité résultant de l’âge du breuvage. Cela satisfait la revendication d’un plaisir immédiat et superficiel conséquent d’une socialisation gustative standardisée ou d’une absence de socialisation car une immense majorité de ces nouvelles consommatrices féminines s’inscrit dans une cohorte qui n’a pas appris le vin au sein de la famille. Cette quête de légèreté du vin permet de continuer son activité professionnelle sans aucun "dysfonctionnement" après le repas, voire même pendant celui-ci. Cet aspect séduit la conception technocratique de la production. Les compagnons de ces femmes (lorsqu’il s’agit de catégories socioculturelles plutôt privilégiées) cherchent aussi dans leur vin quotidien cette légèreté renvoyant au succès de la vitesse et de l’ubiquité comme valeurs centrales d’une société basée sur la compétition. La nouvelle conception du vin – induite par la féminisation de sa clientèle – rejoint la lipophobie ambiante au sein de l’émergence d’un nouveau modèle d’alimentation de la fin des années 70, le nourrissant léger ! Au plaisir gustatif s’ajoute l’hédonisme d’un corps non "perturbé" par une graisse superflue, une quelconque toxine ou une alcoolémie. On revendique alors une nécessaire information pour sa sécurité (entendez la santé). Cela explique en partie le passage d’une consommation de vin de table anonyme à celle du V.D.Q.S(7), des vins d’A.O.C(8) et plus récemment à la mode des vins de pays. Les femmes réclamant la propriété de leur corps souhaitent connaître l’origine et les conséquences de tout ce qui le pénètre. L’authentification du produit alimentaire ingurgité diminue l’anxiété de la consubstantialité. Le féminisme s’imbrique dans le consumérisme en réclamant (comme les technocrates) une transparence de l’information. L’étiquetage du vin se modifie. Il mentionne les cépages, le terroir, valorise le savoir-faire, sort le produit de l’anonymat satisfaisant les revendications écologistes. La contre étiquette apparaît, l’hédonisme s’épanouit dans la consommation sécurisante d’un vin plaisir.

17Si les femmes jouent un rôle essentiel dans ces nouvelles conceptions du vin, elles ont pour alliée une majorité grandissante de consommateurs, particulièrement lorsqu’ils sont occasionnels, ce qui accentue le caractère festif du vin plaisir, mais modifie les habitudes du « boire » et perturbe les logiques de ventes plus dépendantes de l’événementiel poussant à la dégustation du « divin breuvage ». Celui – ci n’étant plus bu régulièrement n’est plus nécessairement léger mais (comme nous le développerons dans notre sixième point) augmente en degrés en concentrations aromatiques. Des cépages associés à l’univers viril des buveurs ancestraux réapparaissent qui séduisent une partie de la clientèle féminine ou certains nouveaux buveurs (sans véritable culture du vin). Ces derniers se distinguent de leurs parents. Séduits par la légèreté (leurs mères appartenaient à la première cohorte de femmes entrant en vin) ils affichent une préférence pour des vins plus alcoolisés bus sans forcément être associés à des mets, bien souvent en dehors d’un repas (qui n’existe plus nécessairement sous la forme sédentarisée et structurée qui caractérisaient le modèle français de la fin du XIXe et d’une grande partie du XXe siècle).

185. Cet avant dernier point de nos « réflexions sociologiques en vrac sur le vin » concerne l’émergence d’un nouveau rapport à nos aliments (dans lesquels nous rangeons le vin). Ce phénomène éclaire d’une nouvelle façon les comportements évoqués dans notre quatrième partie. Il pose aussi le problème de l’existence d’une « vision du monde » de plus en plus médiatisée – ce qui lui permet de prétendre être dominante : médium is message disait Marshall McLuhan – qui ne semble ressentir aucune « béance » anomique et cherche à s’imposer comme le mentor de la mondialisation… Nous pointions dans le paragraphe précédent le rapport réflexif que les femmes « entrant en vin » pouvaient entretenir avec celui-ci. Buvant plus modérément, plus occasionnellement, elles étaient soucieuses des conséquences de la consommation (comme de toutes celles de leurs différentes incorporations) sur l’avenir de leur vitalité, de leur apparence, de leur identité symbolique. Dans les années 70, marquées par l’exacerbation d’une vision hédonique (type de réponse paradigmatique à une crise anomique de valeurs sociétales), le plaisir primait encore dans le rapport à l’aliment et au vin, en particulier9. Puis, au fil des décennies, une logique de médicalisation de notre alimentation se met en place. Dans la distanciation à l’aliment prônée par certains discours diététiques et médicaux, les valeurs se redistribuent. Le plaisir qui justifiait préalablement la mobilisation des sens au service d’un acteur se « pensant manger » n’est plus prioritaire. Il faut évaluer dès la confrontation au produit alimentaire, son apport nutritionnel, les bienfaits et les méfaits qu’on peut en attendre pour notre santé, pour l’image du corps, pour notre vitalité, pour notre espérance de vie, etc.10

19Une vision rationnelle se substitue au plaisir gustatif. Le comportement « orthorexique » se renforce qui voudrait contrôler le rapport pulsionnel, d’attirance sensorielle, d’appétence en réduisant les nourritures à leur dimension nutritionnelle, voire moléculaire… Cette attitude alimentaire, qui représente d’après nous une nouvelle forme pathologique, émerge dans des groupes ou des pays à vision puritaine qui désirent évacuer toute prise de risque. Les produits vivants sont particulièrement dangereux pour cette vision du monde et le rapport d’orthorexie qu’elle entretient avec les aliments. La consommation de produits fermentés relève de l’exception. Les fromages au lait cru, les charcuteries et le vin sont à écarter. Or cette vision du monde provient des mêmes territoires que l’idéologie libérale qui cherche à faire des vins « parfaitement maîtrisés », parfaitement reproductibles, avec une fermentation sans incertitude… Le vin devient une simple marchandise que certains (et certaines) peuvent boire – sans excès – moins par plaisir que pour s’approprier les vertus des polyphénols et autres composants d’un vin dont on imagine écarter la puissance alcoolique pour mieux l’exorciser… Pas d’anomie ici dans la cohérence de ces visions hygiénistes, puritaines et acétiques ! Juste un rôle de créateur de crise dès lors que ce nouveau modèle prétend devenir celui d’un avenir universel.

206. Pour terminer, et pour illustrer notre conception d’une anomie créatrice de nouveaux comportements, nous prendrons deux exemples : celui de jeunes, plutôt végétariens mais pas totalement orthorexiques et celui de nouveaux buveurs (un peu plus âgés, un peu « bobos ») qui « revisitent » la notion de vin-aliment. Les premiers (que nous pouvons mettre plus facilement au féminin car les femmes y sont surreprésentées), qui s’enthousiasment pour les régimes végétariens auxquels ils associent abusivement le régime méditerranéen, grec, crétois, « transgressent » celui-ci en buvant des vins qui sont de plus en plus perçus dans leur imaginaire comme la part « animale » de la diète végétarienne. Ce métissage inventif qui malmène les catégories alimentaires habituelles (manger versus végétal, boire versus animal) augmente encore la sensation de « désobéissance » normative de l’orthorexie en recherchant des vins assez alcoolisés, très aromatisés. Les seconds, fréquentant les cavistes, les producteurs atypiques, les réseaux fournissant les restaurants « branchés », considèrent le vin comme un aliment en changeant les associations habituellement faites sur cette qualité du breuvage. Au lieu de le concevoir comme un apport calorique et nourrissant, c’est-à-dire de valoriser la seule dimension nutritionnelle de la boisson, ils ne retiennent que la dimension symbolique11, totémique d’un produit issu d’un territoire donné, mobilisant des savoir-faire, s’inscrivant dans une tradition, affirmant, au sein de rites conviviaux, une appartenance culturelle à un monde qui échapperait – au moins de façon éphémère et peut-être provisoire – à « l’invasion des barbares » !

Top of page

Notes

1 Dion Roger, Histoire de la vigne et du vin en France des origines au XIXe siècle, Paris, Flammarion, rééd. 1977.
2 Cette culture du vin apparaît avec les premiers classements de crus demandés par Louis XIV et surtout la mise en scène de la « civilité » et des manières de tables qui s’accélère à la fin de l’Ancien Régime (cf. Norbert Elias) dans le même temps qu’émerge une littérature gastronomique accordant un statut au vin et à ses accords avec les mets (Grimod de la Reynière, Brillat Savarin, Brechoux, etc.).
3 Bien sûr nous n’envisageons pas ici le cas du Bordeaux ni celui du Porto dont les premiers amateurs anglais étaient « les voisins maritimes » d’en face et souvent les propriétaires du vignoble.
4 L’expression est de Jean Duvignaud.
5 Duvignaud Jean, L’anomie, Anthropos, Paris, 1973.
6 La crise anomique n’est plus alors une crise de la filière viti-vinicole mais une crise sociétale induite par une forme d’hyper – libéralisme ignorant la valeur du travail humain aux dépends d’un profit dont jouira une minorité d’actionnaires. Nous reprendrons cet aspect dans notre cinquième point.
7 Vins délimités de qualité supérieure.
8 Appellation d’Origine Contrôlée
9 Dont la consommation signait aussi la fin d’un interdit sexiste et le plaisir symbolique d’une conquête d’un nouveau territoire.
10 De ce point de vue, le French Paradox qui a fait du bien aux ventes de vins français il y a quelques années, peut aussi, avec le recul historique, être perçu comme un des éléments de la disparition du plaisir de boire du vin, certains consommateurs « seniors » s’obligeant presque à boire pour raisons « médicales et magiques » des vins tanniques les protégeant des maladies cardio-vasculaires et, plus récemment de la maladie d’Alzheimer.
11 Autrement dit, ils développent une approche opposée à celle de l’orthorexie en oubliant la déconstruction rationnelle au bénéfice d’un imaginaire de filiation postulant, dès la perception du vin la dimension hédonique de celui-ci.
Top of page

References

Electronic reference

Jean-Pierre Corbeau, « Réflexions sociologiques « en vrac » sur le vin », Anthropology of food [Online], 3 | December 2004, Online since 01 December 2004, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/aof/243

Top of page

About the author

Jean-Pierre Corbeau

IUT Tours
corbeau(at)univ-tours[point]fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page