Skip to navigation – Site map

Ethnographies of Breastfeeding : Cultural Contexts and Confrontations, dirigé par Tanya Cassidy et Abdullahi El Tom

Amélie Aubert Plard

Full text

CASSIDY T. & EL TOM A. (eds.) 2015. Ethnographies of Breastfeeding : Cultural Contexts and Confrontations. London: Bloomsbury Academic. 255p.

1Cet ouvrage collectif est le résultat d’une réflexion initiée lors d’un atelier sur « les problèmes du lait maternel » pendant la 11ème rencontre de l’Association Européenne des Anthropologues sociaux en 2010 : quelles sont les différentes possibilités quand le lait maternel n’est pas disponible ? L’engagement des auteurs est explicite : ils déplorent qu’aujourd’hui dans les consciences collectives, le lait maternel et le lait artificiel soient devenus des équivalents, et qu’ils ne représentent souvent que les seules alternatives à l’alimentation du nouveau-né. Or, en dévoilant ces ethnographies qui traversent le temps et les continents, ces chercheurs souhaitent contribuer à la recherche de nouvelles voies pour augmenter l’accès de tous les nouveau-nés au lait humain. Le recours fréquent à une nourrice, qu’elle soit ou non rémunérée, a déjà été présenté dans de nombreux travaux historiques et anthropologiques. Les études ici tendent à montrer comment cette forme traditionnelle est aujourd’hui « réinventée » dans différents contextes — la migration, la transmission mère-enfant du VIH/SIDA, la procréation pour autrui — et à travers de nouvelles formes — les banques de lait, le partage de lait informel via internet. Cette diversité de « lactation pour autrui » — terme suggéré par Tanya Cassidy dans le chapitre trois — représente à la fois une opportunité et un défi pour tous afin de repenser l’allaitement maternel et plus généralement la santé mondiale.

  • 1 Alice Desclaux, anthropologue et médecin française, a participé aux deux ouvrages.

2En parcourant ce livre, le lecteur — connaisseur de la thématique — ne pourra que faire le lien avec le recueil français, Allaitements en marge, paru en 2002 et dirigé par Doris Bonnet, Catherine Le Grand-Sébille et Marie-France Morel. En effet, tout en actualisant nécessairement le débat sur l’allaitement, Ethnographies of Breastfeeding lui fait nettement — mais à regret non explicitement1 — écho sur le fond comme sur la forme. Loin d’être un simple échange nourricier, l’allaitement prend forme à la croisée de nombreux enjeux de différentes natures (socioculturelle, économique, démographique, environnementale, individuelle ou encore communautaire). A toute époque, et dans toute société, il crée de puissants liens sociaux et symboliques tout comme il participe à la définition de la maternité, du corps féminin, des classes sociales, des relations de genre et de parenté. Les douze articles de cet ouvrage révèlent bien la complexité mais aussi la richesse d’un tel sujet. Par l’intermédiaire de nombreuses citations de femmes allaitantes ou non, de celles qui « offrent » leur lait ainsi que de professionnels de santé, les auteurs donnent la priorité à la voix des acteurs et à la force des expériences, y compris les leurs – comme les deux coordinateurs l’affirment en introduction, c’est une « auto-ethnographie » qui est également à l’origine de cet ouvrage. Cette démarche qualitative est aussi renforcée par la présence de nombreuses données statistiques. Ainsi, les auteurs défendent une démarche ethnographique totale, permettant de repenser les politiques de santé. Ils espèrent clairement que leur parti-pris méthodologique inspirera les décideurs et experts en santé. Notons que le titre du livre souligne bien cette valorisation de la méthodologie choisie. Néanmoins, il aurait, peut-être, été approprié d’y préciser aussi l’orientation thématique — la lactation de substitution.

3L’ouvrage débute avec un avant-propos théorique mais très pertinent de l’anthropologue Penny Van Esterik. Par exemple, elle fait remarquer justement l’ambiguïté du terme « breastmilk » (le lait du sein) auquel elle préfère celui de « human milk » (lait humain) : pourquoi mettre l’accent sur le réceptacle plutôt que sur l’espèce ? C’est dommage que les autres chercheurs n’aient pas repris à leur compte cette distinction notamment dans un ouvrage qui tente à comprendre le lait humain « hors du sein maternel ».

4Le livre est ensuite constitué d’une introduction et de douze articles. Le fil conducteur entre ces différents textes n’est pas vraiment évident. On regrette qu’il n’y ait pas plus de concordance entre les arguments développés dans l’introduction et l’organisation de la table des matières. Par exemple, dans le chapitre deux est abordé le système des banques de lait pour n’y revenir vraiment que plus tard dans l’avant-dernier chapitre ; de même tandis qu’ils abordent tous les trois la signification du lait humain par les femmes, les propos d’Alanna Rudzik (chapitre un) sont séparés par deux autres chapitres du texte de Charlotte Faircloth (chapitre quatre) ou encore celui de Gervaise Debucquet et Valérie Adt (chapitre cinq). En tentant de suivre du mieux que possible la chronologie indiquée dans l’introduction, je propose néanmoins, dans la présentation qui suit, une nouvelle manière d’ordonner les textes. Cette faiblesse dans la forme générale de l’ouvrage n’entrave pas, pour autant, la qualité des sujets traités.

5Depuis 2002, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) promeut vivement l’allaitement maternel. Pourtant, il n’est pas si largement pratiqué dans les pays développées et émergents. Pour tenter de comprendre pourquoi, trois articles de l’ouvrage estiment qu’il est nécessaire de se tourner vers les principales intéressées, c’est-à-dire les femmes, et d’interroger leurs perceptions autant de leur lait (produit) que de l’allaitement (processus). Comme signalé judicieusement par Penny Van Esterik dans l’introduction, les stratégies internationales et nationales ont tendance à survaloriser les propriétés bénéfiques du lait humain sans prendre en compte le processus — le fait d’allaiter et donc la relation corporelle et psychosociale qui s’instaure entre la mère et l’enfant. C’est pourquoi, par exemple au Brésil, les jeunes femmes ne sont aujourd’hui pas préparées à l’expérience corporelle de l’allaitement. Or, celle-ci se révèle, souvent, tellement difficile qu’elle décourage les mères qui se tournent alors vers le lait artificiel. Effectivement, l’industrie du lait en poudre sait parfaitement répondre aux angoisses et difficultés des mères, notamment sur la peur de ne pas produire assez de lait (chapitre un – Alanna Rudzik).

6On retrouve également cette disjonction entre les deux facettes de l’allaitement maternel —produit/processus — dans les témoignages des femmes françaises du chapitre quatre (Charlotte Faircloth). Dans un pays où l’on valorise l’autonomie précoce de l’enfant et la liberté féminine — conception héritée du féminisme français — le tire-lait apparaît comme la solution idéale : les femmes respectent ainsi la recommandation de l’OMS — lait maternel exclusif pendant les six premiers mois de l’enfant — tout en retrouvant rapidement « leur vie d’avant » — retour à une vie professionnelle ou encore à une vie intime avec leur conjoint. Séparant le produit du processus via le tire-lait, l’enfant peut recevoir du lait humain alors qu’il n’est pas capable de l’extraire lui-même ou que sa mère est absente. Ce modèle, en revanche, est contraire à la valorisation anglo-saxonne d’une « maternité intensive » où l’allaitement maternel fait totalement partie de la construction identitaire des femmes.

7Par ailleurs, Gervaise Debucquet et Valérie Adt révèlent dans le chapitre cinq une autre facette du processus de l’allaitement : pour les femmes françaises, quelle que soit leur appartenance sociale, nourrir son enfant c’est déjà l’éduquer. Selon les classes sociales, chaque type de lait présente différents avantages permettant de véhiculer une éducation alimentaire : tandis que les classes aisées vont mettre en avant l’argument naturaliste du lait humain, les classes moyennes et basses vont privilégier la validité scientifique du lait artificiel. Le processus que représente l’acte nourricier est ici investi d’un enjeu qui va plus loin que les simples propriétés nutritionnelles du produit.

8Ainsi, ces trois études insistent sur l’importance pour le discours médical de mieux comprendre les femmes et leurs perceptions du lait humain et de l’allaitement. Selon elles, il serait nécessaire de revoir le plaidoyer pour l’allaitement maternel en veillant à réassocier le produit au processus, c’est-à-dire dans des termes qui connectent l’idée du corps biologique, du corps social et du corps symbolique, afin de mieux transmettre aux mères l’idée « d’optimisation nutritionnelle » de l’alimentation périnatale.

9Il existe, à travers le temps et l’espace, de nombreuses formes de « lactation pour autrui ». Tanya Cassidy retrace leur évolution dans le contexte irlandais (chapitre 3). Le lecteur apprend alors que les premières banques de lait ont été créées face à la disparition, à la fin du XIXe - début du XXe siècle, de la profession de nourrice. Néanmoins, leur développement au niveau mondial fut très lent – notamment à cause de la découverte dans les années 1980 de la transmission du VIH/SIDA à travers le lait maternel. Le système de ces banques, dont l’objectif principal est d’apporter du lait à des enfants nés prématurément, nés malades ou dont la mère n’a pas de lait disponible, est d’une part encore très mal connu du grand public, et d’autre part, son adhésion pose socialement et culturellement de nombreux défis. Par exemple, elle est antagonique à la « parenté de lait » telle qu’existante dans de nombreuses sociétés musulmanes. En effet, lorsqu’une mère ne peut pas allaiter son enfant, une autre femme – choisie – peut lui donner son lait. Cet échange crée des liens affectifs et de solidarité entre les deux familles mais impose également des interdits en terme de mariage et de filiation. C’est aussi, l’essence de la mère qui passe à travers le lait. Ainsi, on ne le donne pas à n’importe qui. Selon Abdullahi El Tom dans le chapitre sept, la mise en place de banque de lait n’est pas envisageable dans les zones rurales musulmanes, comme par exemple chez les Berti au Soudan, où il serait plus pertinent d’insérer le système culturel des nourrices et de la parenté de lait dans les stratégies d’amélioration de la santé maternelle et infantile.

10De même, la parenté de lait ne semble pas s’éteindre dans les cas de migration. Dans le chapitre six, rédigé par Rossella Cevese, les femmes marocaines vivant en Italie n’acceptent pas de donner leur lait à des banques car elles ne connaissent pas l’identité du bénéficiaire et donc ne veulent pas créer de confusion dans les éventuelles relations futures de parenté. Dans le sens inverse, certains médecins italiens, avouent parfois donner du lait issu d’une banque à des enfants qui en ont besoin, et ce, sans demander l’accord préalable des parents de peur d’essuyer un refus. Avec les banques de lait, le lait humain acquiert un statut public et est géré par des intermédiaires externes. Les parents perdent alors de leur agency, ce qui peut-être éthiquement questionnable, notamment dans la situation précédente.

11En revanche, dans le contexte indien d’une procréation pour autrui, les banques de lait apparaissent comme la solution idéale (chapitre dix par Sunita Reddy, Tulsi Patel, Malene Tanderup, Birgitte Bruun Nielsen). En effet, les médecins ont tendance à déconseiller voire refuser que la mère porteuse allaite l’enfant, de peur qu’elle s’y attache émotionnellement. Culturellement, on pense que le lien mère-enfant se crée lors du premier regard, et donc qu’il se renforce durant l’allaitement — l’idée d’un attachement au fœtus pendant la grossesse est ici exclue. Dans le cas de la marchandisation de la procréation, le plus important est de trouver un enfant aux parents ; l’allaitement devient alors secondaire, voire un « non-problème ». La question du droit des enfants à l’allaitement est dans ce contexte évincée. Les banques de lait pourraient être une alternative autant pour les donneurs — ne pas jeter la naturelle montée de lait des mères porteuses — que pour les enfants — qui auraient ainsi accès au lait humain.

12Ces études de cas démontrent la transversalité et l’importance des notions de risque, d’identité et d’émotion dans les échanges de lait humain. Il est indispensable que les experts en santé en aient conscience afin de résoudre les défis qu’elles posent au développement des banques de lait.

13Par ailleurs, c’est aussi le système en lui-même des banques de lait qu’il faudrait revoir et peut-être simplifier. Leur mandat est de trouver du lait sain et gratuit avant tout pour les enfants prématurés et malades. Pour les autres, l’accès au lait humain reste limité et peut représenter un coût financier important. Du côté des donneurs, les critères d’éligibilité sont eux très exigeants quant à leur alimentation et leur style de vie ainsi que sur les conditions dans lesquelles ont lieu le don et la conservation du lait. Par conséquent, ces différents facteurs incitent les donneurs comme les bénéficiaires à se tourner vers le « partage de lait informel », en forte progression ces dernières années grâce à Internet- notamment Facebook. Aunchalee Palmquist nous explique dans le second chapitre que ce type d’échange s’appuie sur les principes d’altruisme, de choix éclairé, de confiance et d’agency. Chaque don de lait est différent en fonction du contexte et de la relation, souvent très forte, qui s’établit entre les donneurs et les bénéficiaires. Les identités des uns et des autres se construisent dans les attentes et les rôles qu’ils remplissent. Cette pratique du partage de lait informel s’inscrit dans un processus de démédicalisation de l’allaitement. Toutefois, les acteurs ne refusent pas la médicalisation, ils réclament même son aide. Néanmoins, de manière générale, les autorités médicales s’opposent à cette pratique qu’ils estiment dangereuse d’un point de vue sanitaire. Or cette dissonance dans les discours médicaux entre « le lait humain est la meilleure option pour les nouveau-nés » et « le lait humain peut être dangereux » est un problème fondamental qui rend confuses les mères — « mon lait est bon pour mon bébé mais pas assez pour un autre enfant ?! » — et entrave plus largement la promotion de l’allaitement maternel. Dans un souci d’améliorer l’image de ces banques de lait, Katherine Carroll dans le chapitre onze, suggère aux politiques publiques de sortir dans un premier temps de la rhétorique du « geste altruiste » pour mieux prendre en compte la réelle « logique de soin » et l’auto-vigilance qui dominent les représentations et les pratiques quotidiennes des donneuses afin de les valoriser : donner son lait, c’est aussi une manière de prendre soin de son propre corps, de le respecter tout en le mettant en valeur.

14Enfin, cette contradiction dans le discours de l’OMS, sur le lait humain comme une substance à la fois vitale et nocive, entraîne des débats encore plus houleux dans le contexte du VIH/SIDA, notamment dans les pays en voie de développement. Les femmes doivent « choisir » entre continuer d’allaiter et risquer de transmettre le virus à leur enfant ou opter pour le lait artificiel en sachant que sans accès à l’eau potable ou à un système de réfrigération, l’enfant peut être victime d’autres maladies mortelles comme la diarrhée. C’est pourquoi, l’OMS a formulé un « double-standard » : tandis qu’elle promeut un allaitement artificiel dans les pays développés, elle conseille un allaitement maternel exclusif accompagné d’antirétroviraux et d’un sevrage précoce — au bout de trois mois. Néanmoins, Alice Desclaux, Chiara Alfieri (chapitre huit) et Anne Matthews (chapitre neuf) soulignent que cette double recommandation, présentée publiquement qu’en termes économique et environnemental, semble entraver à la fois la liberté personnelle et les normes locales de parenté et de comportement maternel. Dans ces pays — ici respectivement le Burkina Faso et le Malawi — où l’on valorise culturellement un allaitement maternel tardif, la décision finale du mode alimentaire infantile dépend du contexte microsocial : la manière dont la femme a contracté le virus, son agency au sein de la famille — face à l’autorité du mari et des « Vieilles » — l’éventuel soutien d’une organisation communautaire et le regard moralisateur toujours vivace sur le VIH/SIDA. C’est pourquoi, pour que cette double-recommandation fonctionne, il faut d’abord reconnaître l’implicite qu’elle suscite — cela reste la meilleure façon d’éviter la transmission — et le diffuser. Puis, il faut améliorer l’accès au dépistage et aux antirétroviraux. Enfin, il faut continuer à promouvoir l’allaitement exclusif via un véritable engagement et soutien auprès des femmes de la part des professionnels de santé.

15Pour terminer, Vanessa Maher dans le dernier chapitre rappelle qu’on continue de stigmatiser les femmes et de les rendre coupables de la transmission du VIH/SIDA au lieu de prendre en compte également la responsabilité des hommes — les agences internationales n’ont pris en effet aucune mesure envers ces derniers. La question de l’allaitement en contexte du VIH/SIDA s’inscrit donc dans un problème beaucoup plus large : celui de la lutte contre la pauvreté et ses corollaires, les inégalités économiques et de genre.

16En somme, cet ouvrage atteint son objectif : en s’appuyant sur une fine sélection d’ethnographies de qualité, il prouve le pouvoir du lait humain pour connecter les individus à travers le temps et l’espace, et tend à présenter de nouvelles voies pour penser son échange notamment dans des situations problématiques. Bien que sa lecture soit vivement conseillée pour tous ceux intéressés par les questions d’allaitement, de santé ou encore de parenté et de lutte contre la pauvreté, c’est avant tout un réel plaidoyer adressé aux décideurs et aux experts en santé afin de parfaire leurs discours et leurs stratégies.

Top of page

Bibliography

BONNET D., LE GRAND-SÉBILLE C. & MOREL M-F. (eds.) 2002. Allaitements en marge. Paris : L’Harmattan, 243p.

Top of page

Notes

1 Alice Desclaux, anthropologue et médecin française, a participé aux deux ouvrages.

Top of page

References

Electronic reference

Amélie Aubert Plard, « Ethnographies of Breastfeeding : Cultural Contexts and Confrontations, dirigé par Tanya Cassidy et Abdullahi El Tom  », Anthropology of food [Online], été 2015, comptes-rendus de lecture, Online since 27 August 2015, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/aof/7832

Top of page

About the author

Amélie Aubert Plard

LESC-Université Paris Ouest-Nanterre, UMR 208 PALOC IRD/MNHN, Nutriset, aubert.amelie@hotmail.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page