Navigation – Plan du site
Présentation

Marcel Djama, L'espace, le lieu. Les cadres du changement social en pays nord‑Somali. La plaine du Hawd (1884‑1990), thèse de doctorat en Anthropologie sociale et d'ethnologie, EHESS‑Marseille, 1995, 548 p.

Cette thèse de doctorat est consacrée à l'étude anthropologique et historique du changement social en pays somali, appréhendé à travers la construction d'un espace local et l'évolution d'un groupe social somali établi dans les confins frontaliers somalo‑éthiopiens. Après avoir reconstitué les contions de la formation des villages qui forment le cadre monographique de l'étude, on tente de déterminer les facteurs, modalités et effets du changement social, en prenant pour référence les réponses et réaction produites par les populations d'un lignage. L'échelle d'analyse varie ainsi entre biographies d'acteurs et histoire collective des villageois ; entre analyse des situations locales et reconstitution d'un environnement politique et économique plus large (régional, national voire international).

La première partie de la thèse est consacrée à la définition d'un système régional pré‑colonial nord‑somali. A travers la constitution d'un modèle historique fin 19ème siècle, cette partie vise à introduire à l'idée que l'univers social nord‑somali n'est pas réductible à une logique univoque d'organisation sociale, politique ou économique. C'est un espace multidimensionnel, traversé par plusieurs formes d'organisations. A travers la notion d'espace social, je tente de définir les caractéristiques de deux types d'organisation fortement contrastés mais complémentaires : un espace social pastoral marqué par des logiques de réciprocité et de redistribution et un espace marchand citadin. Ces deux espaces géographiquement distribués s'inscrivent en complémentarité dans le système régional pré‑colonial défini.

Le mouvement de changement social analysé tout au long de cette thèse sera alors associé à la dislocation de ce système régional et à la fusion de ces deux espaces sociaux en un lieu : le village‑comptoir qui constitue le cadre de l'étude.

La présentation des conditions de la dislocation du système régional nord‑Somali intervient dans la seconde partie, à travers l'étude des formes de colonisation du pays somali qui se succèdent entre 1875 et 1920. Le système régional démembré, est soumis aux sphères d'influence coloniale britannique et éthiopienne. L'écrasement des résistances "Derviches" en 1920 se traduit par un renforcement de la main mise coloniale sur ce qui devient le Protectorat du Somiland.

La troisième partie introduit à l'analyse de la construction d'une localité : celle du cadre d'étude. Les modalités d'une sédentarisation sont définies à travers l'émergence d'un village‑comptoir. On s'attachera alors à montrer la réorganisation marquée par l'introduction de relations clientèlaires entre marchands, aînés et producteurs pastoraux du lignage.

Dans le même mouvement, les singularités de cet espace local ‑ inscrit dans une zone frontalière ‑sont posées et analysées parallèlement aux recompositions socio‑politiques plus larges qui caractérisent le. Protectorat du Somaliland.

L'étude de l'évolution du lien social infra‑lignager est poursuivie dans la quatrième et dernière partie de cette thèse, à travers l'analyse des modes d'inscription de la localité dans le nouvel espace national étatique, issu de la décolonisation et de réunification partielle de l'espace culturel somalien.

Le dernier chapitre dévoile les manifestations des phénomènes de "clôture" des groupes lignagers. Elle se révèlent d'une part dans les formes locales de la guerre civile : la mise en évidence des conjonctions d'intérêt entre sous groupes de l'espace lignager, en rendant possible la mobilisation militaire, permet de définir les contours d'une économie de la mort et de la violence. La clôture lignagère s'appréhende aussi dans la mise en évidence du développement de pratiques matrimoniales endogames, dans un contexte d'alliance traditionnellement exogame.

  • Logo LIT Verlag
  • OpenEdition Journals