Navigation – Plan du site
Présentation

Ulla Simshäuser : Die Inszenierung von Gesundheit, das Beispiel der Volksrepublik Benin, Dissertation, Universität Bielefeld, 1995, 291 S.

L'objet de recherche constitue la représentation sociale des soins de santé primaires (SSP), en particulier des Soins Maternels et Infantiles (SMI) et des activités des Agents Villageois de Santé (A VS). A ce propos des enquêtes standardisées et non‑standardisées ont été réalisées en 1985 dans deux régions rurales du Bénin dans ses maternités et dispensaires ainsi que dans ses villages.

En se référant aux caractéristiques du culte de vodun l'auteur trace d'abord le lien qui relie pouvoir social et capacité de guérir (et de nuire) en société rurale. Selon le point de vue des clients des centres de santé, savoir guérir c'est avoir accès aux forces qui maîtrisent la vie et la mort. En consultation, les paysans ‑ donc ceux qui disent avoir, "perdu les forces" et qui sont déclarés "des ignorants" ‑ se retrouvent face à des fonctionnaires d'Etat qui possèdent le savoir et les moyens de soigner et qui par là sont en possession de "force" et du pouvoir. Ceci explique l'essentiel : le manque notoire de médicaments et le mauvais accueil du paysan. La santé, métaphore du progrès et du bon fonctionnement des relations sociales, n'est pas mis à la portée du paysan, elle s'est transformée en marchandise rare, dont l'accès est liée à la corruption. De l'autre côté, l'analyse montre l'attachement des agents de santé à une rationalité bureaucratique qui tend à transformer le centre de santé en bureau d'administration où se réalisent des mesures préventives sous forme d'enregistrement administratif (courbe de poids des enfants, données de la mère enceinte, carte de naissance etc.). Les consultations se présentent avant tout comme lieu de mise‑en‑scène des conflits entre les représentants de deux groupes sociaux et de leur tentative de les résoudre d'une manière symbolique.

Loin de rester purement symbolique, l'analyse montre la transformation de l'univers idéal en réalité matérielle. La notion de client (ses maladies et ses capacités intellectuelles) qu'ont les agents de santé détermine le mode diagnostique, le choix des thérapies, des ordonnances et finalement se transforme en donnée épidémiologique, déterminant de la politique sanitaire. A partir de là, et en accord avec les moyens (non) existants, les différentes stratégies des acteurs créent leur propre dynamique et forment un secteur de santé avec propre infrastructure et propre moral.

Mais pourquoi alors les services de santé sont‑ils toujours demandé en particulier par les femmes et ceci de manière croissante ? Selon les données la réponse est simple : il y a peu d'alternatives. Le changement dans les structures familiales fait augmenter le nombre de mères célibataires ou divorcées. Leurs ressources de soins aux villages diminuent et laissent à la place un besoin de sécurité en ce domaine ainsi qu'une tendance à l'individualisation du comportement sanitaire. En même temps il y a ‑ particulièrement depuis les SSP ‑ des mesures administratives non négligeables (défense d'accoucher à domicile, nivaquinisation etc.) qui font des mères avec petits enfants l'objet et le moteur d'un processus de médicalisation de la vie quotidienne. Il vise à un changement profond du comportement de la population rurale à partir des femmes dans tous les domaines : social, corporel, sexuel, économique. Avec aucune autre institution publique les femmes rurales sont plus souvent en contact, dans aucun autre domaine les femmes pour des raisons multiples sont obligées d'investir autant d'argent et d'aucun domaine public la population rurale se sent‑elle plus dépendant que de "la santé".

L'analyse permet d'abord un regard "compréhensif" (Schütz, Berger) dans l'importance symbolique que constitue l'engagement matériel de l'Etat en matière de santé. Au delà elle montre des parallèles dans le comportement des acteurs du champ de la santé avec ce qui a été décrit des stratégies des développeurs et des développés dans d'autres domaines du développement rural. "La santé" se présente ici comme "arène" parmi d'autres. Mais ses effets vont aussi beaucoup plus loin, notamment dans la vie quotidienne des femmes et font de la santé publique un objet de recherche négligé à tort dans l'analyse du changement social.

  • Logo LIT Verlag
  • OpenEdition Journals