Navigation – Plan du site
Thème

Pratique et productivité de la criminalité transfrontalière en Afrique centrale : l'exemple des Zargina

Claude Abé

Texte intégral

1S'il est un phénomène qui retient aujourd'hui l'attention des politiques et des chercheurs dans le champ des sciences sociales, c'est sans nul doute la violence. Depuis la chute des deux tours du Wall Street Center le 11 septembre 2001, la lutte contre la criminalité organisée à l'échelle mondiale s'est substituée à la lutte contre le sida au point où l'on ne parle plus que du démantèlement des réseaux terroristes. Officiellement, c'est pour fragiliser les bases du terrorisme que le gouvernement américain a entrepris la campagne de Kaboul contre le régime des talibans en 2002. C'est aussi en vue de préserver le monde de l'insécurité inhérente au développement des armes bactériologiques que les Etats‑Unis ont initié une guerre sans merci au despote irakien Saddam Hussein et à son régime. Au même moment, les diverses formes de violence auxquelles sont soumises les populations en Afrique ont offert à la recherche en sciences sociales un nouvel espace d'application dans ce continent (voir Cahiers d'études africaines 1998 ; Rupture 2è trim. 1997 ; African Rights 1997 ; Rosemary 1996 ; Bayart et al. 1997 ; Pérouse de Montclos 1997 ; Abdullah 1997 ; Bangura 1997, etc.).

2Cependant, il serait hasardeux et même démesuré de soutenir que l'intelligence de la violence en Afrique est une œuvre achevée, car si les centres urbains, le théâtre des conflits ethniques et celui des guerres sont déjà suffisamment parcourus, le milieu rural reste un domaine en friche. Pourtant, comme l'a démontré Durkheim (1999 : 65), "Le crime ne s'observe pas seulement dans la plupart des sociétés de telle ou telle espèce, mais dans toutes les sociétés de tous les types. Il n'en est pas où il n'existe pas une criminalité". Ce qui signifie que la cartographie des formes de violence qui s'exercent dans le continent africain est encore un processus en cours.

3Ceci apparaît d'autant plus vrai lorsque l'on sait qu'en tant que phénomène sociologique, le crime s'appréhende comme une agression ; il "consiste dans un acte qui offense certains sentiments collectifs, doués d'une énergie et d'une netteté particulières" (Durkheim 1999 : 67). Ce qui signifie qu'il constitue une forme spécifique de violence. C'est dans ce sens que le présent article aborde la criminalité qui sévit quotidiennement dans le territoire qui sert de frontière commune au Cameroun, à la République Centrafricaine (RCA) et au Tchad, celle dont les acteurs sont communément appelés Zargina, expression locale qui signifie coupeurs de route. Il s'agit précisément d'étudier cette forme de désordre pour arriver à déceler ses causes, ses conséquences et sa portée sociopolitique dans la crise que connaît l'Etat en Afrique, notamment en Afrique centrale.

4Il n'existe aucune étude consacrée aux Zargina, même si le phénomène n'est pas en soi une réalité récente (Saïbou 2001 : 138 ; voir aussi Eguchi 1978 : 594‑603). Quelques travaux récents s'intéressent à la question de manière secondaire et périphérique. Ainsi de l'article de l'historien camerounais Saïbou sur les Songoohé qui débouche sur une hypothèse attribuant l'origine des Zargina aux rituels en usage avant la colonisation, alors que son propos principal consistait à déterminer la perception du banditisme sous toutes ses formes chez les populations du Diamaré sous l'occupation française (2001). Une autre production du même auteur, aussi récente que la première, étudie plutôt les diverses attitudes des autorités traditionnelles à l'égard des bandits pour examiner la possibilité de prendre appui sur elles en vue de lutter contre la criminalité (Saïbou 1998 : 63‑76). A travers notre étude, nous avons voulu relativiser ce manque.

5Notre recherche s'est déroulée entre avril et juin 2002 dans l'arrondissement de Touboro. Nous avons collecté nos données dans les villages qui longent la route allant de Ndjoro à Touboro‑centre et à Dompta où nous avons rencontré des populations déplacées en quête de sécurité. L'observation aussi bien que l'enquête qui ont permis la collecte de ces données sont de type ethnographique. Des entretiens informels ont également été d'un apport précieux dans cette quête d'un matériau de qualité. La raison de ces choix méthodologiques est fort simple : le recours aux techniques vivantes formelles s'est avéré difficile, voire impossible ici du fait de la suspicion et de la peur généralisée qui règnent au sein des populations locales.

6Le choix de ce champ d'étude a été dicté par l'actualité et sa situation géographique. Après plus d'un semestre d'accalmie 1, l'on assistait pratiquement dans l'impuissance à la réactivation du phénomène des coupeurs de route dans le chef‑lieu de ceutte ir n'escreen" et ses environs. A ce titre, ceuttelocalité offrait une précieuse occasion d'approcher cette forme de criminalité, Touboro est une ir n'escreen" qui appartient à la province du Nord. Elle est située à environ 425 km de Garoua, la capitale de la dite province, et 300 km de Ngaoundéré, Touboro a la particularité de limiter le Cameroun avec deux de ses voisins de la sous‑région d'Afrique centrale, à savoir le Tchad et la République centrafricaine où l'on se plaint aussi des exactions des coupeurs de route. Dans ce sens également, le choix de ceuttelocalité nous permet de situer notre problématique au cœur des défis contemporains de la construction de l'Etat en Afrique 2. Ceci est apparu d'autant plus envisageable que Touboro est situé dans une région où la prééminence de l'autorité étatique sur le pouvoir traditionnel reste encore à réaliser 3.

7La situation géographique de l'arrondissement de Touboro explique par ailleurs le brassage humain qu'on y rencontre : outre les nationaux, c'est‑à‑dire des Peul, des Gbaya et des Bororo, l'on trouve aussi des Tchadiens, des Centrafricains et même des ressortissants du Congo‑Brazzaville. Ce brassage des populations d'origines diverses a été poussé à son comble avec la construction du pipeline Tchad‑Cameroun qui a drainé une masse importante de chercheurs d'emploi autant que par les récents événements politiques survenus en RCA avec l'éviction manu militari du Président Ange Félix Patassé par le général d'armée François Bozizé.

8Dans l'arrondissement de Touboro, l'islam côtoie le christianisme ; l'on peut également remarquer la présence, bien que limitée, de quelques nouvelles religions telles les Témoins de Jéhovah et nombre de variantes du pentecôtisme. Les principales activités économiques sont le commerce, l'élevage, notamment des bovins et des caprins ; on y pratique aussi l'agriculture vivrière et celle des cultures de rente, exclusivement le cotonnier.

9Cet article s'emploie à rendre compte de la pratique et de la productivité de la criminalité perpétrée par les coupeurs de route. Il s'agit précisément de décrire les techniques de coupe et les formes de violences dont elles s'accompagnent afin d'évaluer leurs conséquences au niveau de l'individu, de la communauté locale (cadre du village) et leurs répercussions sur le projet stato‑national.

Les arts de couper

10Du mois d'avril à celui de juin 2002, 13 villages des environs de Touboro‑ centre et une voiture de la société Doba Logistics montée par son responsable local de transit ont été attaqués. A ces agressions s'ajoutent les deux embuscades que les Zargina ont tendues à la gendarmerie de Touboro en patrouille dans les villages de Ourokessoum et de Kadess, respectivement le 17 puis le 18 juin, et qui ont donné lieu à de vifs échanges de coups de feu ente les deux parties. De nos entretiens avec les victimes, il ressort que les malfrats ont eu recours à deux techniques pour aboutir à leurs fins : le siège du village et l'embuscade sur la route. D'après nos informateurs, ce sont là leurs méthodes habituelles.

Le raid sur le village

11Parmi les treize villages qui ont reçu la visite des coupeurs de route au cours de la période sus‑indiquée, se trouvent Bougoué, Panjama, Bingo. C'est dans ces bourgades que nous avons recueilli la plupart des données que nous analysons ici. Et selon les habitants de ces hameaux que nous avons rencontrés, les Zargina opèrent toujours arme au poing et surtout en équipe dont la dimension varie entre 15 et 20 membres. Ce sont donc de véritables gangs organisés avec un chef à qui les autres obéissent. D'après des informations recueillies à la gendarmerie de Touboro, ces bandits ont une parfaite connaissance des armes à feu. Pour leurs opérations, ils en possèdent qui ne manquent pas de sophistication. Les gendarmes qui ont eu l'occasion d'essuyer les tirs attestent également de la bonne qualité des armes dont ils se servent pour commettre leurs forfaits : même si certaines informations peuvent s'avérer exagérées, l'on cite entre autres les mitraillettes, les FAL (Fusils Automatiques Légers) aussi bien que les lance‑roquettes comme faisant partie de leur arsenal.

12La plupart des gens qui ont déjà été en contact direct avec les coupeurs de route sont unanimes à reconnaître qu'ils n'arborent pas une tenue particulière qui indiquerait que nous sommes en présence d'une faction militaire. Toutefois, la gandoura, longue robe dont la couture rappelle la soutane, reste la tenue la plus courante chez ces bandits. C'est par ailleurs une tenue que l'on pourrait considérer comme traditionnelle pour les populations de tout le Nord‑Cameroun. Généralement, un épais turban, qui enveloppe complètement la tête jusqu'au menton, leurs permet de masquer pratiquement tout le visage au point où seuls les yeux et la bouche sont visibles. La seule volonté d'échapper à une éventuelle dénonciation apparaît insuffisante à rendre compte de ce goût de la dissimulation. D'après nos informateurs, tout porte à croire qu'il y'a parmi eux des gens qui partagent le quotidien des villageois parce qu'ils sont toujours informés de toutes les transactions financières ou des périodes exactes de vaches grasses de la contrée. C'est pour cela que leurs attaques ne se font pas au hasard. Voilà à peu de choses près le portrait des individus qui sèment la terreur de village en village dans le Nord‑Cameroun.

13Quant à ce qui est des attaques des coupeurs de route, elles se font particulièrement de nuit quand cela a lieu au niveau d'un village. A Bingo, c'était à 3 heures du matin, la même heure à Bougoué alors qu'à Panjama, c'était à 4 heures, au moment où le sommeil apparaît le plus berceur pour les villageois. La nuit est donc leur moment de prédilection parce qu'elle leur offre l'avantage de courir moins de risques. Peu de curieux peuvent passer par là. Et même si c'était le cas, l'éventuel fouineur serait facilement transformé en proie. L'on peut remarquer que les agresseurs choisissent surtout les dernières heures de la nuit : "Ils savent que les patrouilles de gendarmes ne peuvent pas passer toute la nuit dehors, c'est pour cela qu'ils n'attaquent que vers la fin de la nuit", nous a confié un de nos interlocuteurs en guise d'explication.

14Tout commence par le siège du village. Ce dernier est alors cerné de part en part par les assaillants de manière à former un nœud d'étouffement et de vigilance. La comparaison de cette forme de bouclage pourrait être faite avec celle dont usent les militaires en guerre lorsqu'ils ont surpris l'ennemi dans son lieu de repli. Les villageois sont réveillés à coups de fouet et de crosses de fusil. Sortis de leurs lits, ils sont parqués dans un coin de la cour, sous l'œil vigilant de leurs tortionnaires, comme du bétail attendant d'être vendu. Un informateur d'un campement bororo aux abords de Ndjoro s'indignait d'avoir été mis hors de son lit pratiquement en tenue d'Adam avec son épouse pour s'offrir en spectacle à ses enfants. C'est dire l'extrême violence et les traumatismes dont s'accompagnent ces interruptions involontaires de sommeil. Les coups de fouet qui s'abattent sur les individus qui tardent à exécuter les ordres des envahisseurs sont là pour attester du degré d'assujettissement dans lequel se trouvent les populations agressées. Toute insoumission est punie avec la dernière énergie parce que les malfrats entendent faire vite, de peur d'être surpris par une patrouille passant par là, et surtout parce qu'ils veulent créer un climat de peur, climat qui facilite la suite de leurs opérations. C'est ce que pense aussi Saïbou qui observe que "la violence précède la sommation pour inspirer la terreur" (2001 : 138).

15Une fois regroupés dans la cour, les villageois, notamment les chefs de famille, sont sommés de retourner chacun dans son logis pour y prendre tout ce qui ressemble à de l'argent ou tout objet de valeur pouvant en procurer après vente. Chaque case est alors fouillée sans ménagement et dans sa totalité sous le regard menaçant d'une partie du gang des Zargina qui n'hésitent pas à mettre la main à la tâche. Pendant ce temps, l'autre partie du gang tient femmes et enfants en otage dans la cour alors que certains restent en faction aux différentes issues du village. Les cases fouillées et vidées de leur contenu financier ou potentiellement financier, le butin est réuni et remis à qui de droit, c'est‑à‑dire au chef de bande.

16Les coupeurs de route ne se limitent pas à ces seuls forfaits ; ils emportent aussi les jeunes filles, généralement les plus belles du village, quand ils ne les violent pas tout simplement sur place. A Bingo, nous avons rencontré une jeune fille de 18 ans, Zarma, enceinte de deux mois, suite à un viol lors de l'attaque de son village à la fin du mois d'avril. Parfois, ils pratiquent le rapt d'enfants. Près de Ndjoro, un Bororo nous a fait le témoignage suivant, pratiquement les larmes aux yeux. "Ils ont pris mes deux enfants parce qu'il savaient jugé que l'argent que je leur ai donné était insuffisant. Puis, quand j'ai demandé ce qu'ils vont faire des enfants, ils ont dit qu'ils les tueront si je ne pars pas vendre une partie de mon troupeau de bœufs pour leur remettre la somme de 400 mille francs cfa dans un délai d'une semaine". Il est aussi arrivé que le passage des Zargina dans un village s'accompagne de meurtres. A Panjama par exemple, au cours du mois de mai, un villageois qui n'a pas voulu céder a été tué. Il ressort ainsi que pour déposséder les populations, ces bandits ne reculent devant aucune exaction. Outre cet assassinat, il nous a été donné de rencontrer plusieurs personnes dont le corps accusait encore les marques d'une douloureuse flagellation. Cela dit, la seconde technique à la quelle les Zargina ont recours produit‑elle les mêmes effets ? Comment procèdent‑ils quand il s'agit de couper la route proprement dite ?

L'embuscade sur la voie publique

17La seconde technique à laquelle les coupeurs de route ont habituellement recours est celle à partir de laquelle ces bandits ont reçu ce nom. Le stratagème ne consiste pas à matérialiser sur la route une barrière comme le font communément les forces de l'ordre au Cameroun pour procéder au contrôle des usagers de la route. Mais, nul ne peut nier que son théâtre d'effectuation reste la route.

18La dégradation (très avancée) des pistes rurales constitue un précieux allié pour les Zargina comme le démontre le choix de leurs sites d'opération. De l'avis de nos informateurs, ils ne tendent pas d'embuscade n'importe où ; ils s'investissent particulièrement dans les endroits où l'état de la chaussée oblige les véhicules à rouler à une vitesse de piéton. Certains se tapissent dans l 'herbe pendant que les autres les éclaireurs se postent sur les arbres. Ce dispositif est mis en place de chaque côté de la route sur une distance de 10 à 15 m de manière à ne donner aucune chance à un véhicule tombé dans le guet‑apens de s'échapper.

19Le principe c'est que ceux qui occupent les premières positions par rapport à l'arrivée de la voiture la laissent s'enfoncer dans l'espace de route contrôlée par le gang avant d'attaquer. Ainsi, lorsqu'une voiture vient au loin, le chauffeur ne peut se douter de rien. C'est dire que les coupeurs de route comptent beaucoup sur l'effet de surprise. Le chef de transit de l'entreprise Doba Logistics, une entreprise assurant le transport des tuyaux du projet Pipeline, qui a été attaqué 28 juin à Karan Panjama, un village à 7 km de Touboro‑centre, confirme cette thèse lorsqu'il affirme que "S'ils ne m'avaient pas surpris, je suis sûr que cela n'allait pas se passer comme ça" ; même si ces propos peuvent friser l'exagération, l'on ne peut nier la productivité de l'effet de surprise dans le succès des entreprises des Zargina.

20Une fois la voiture immobilisée, les occupants sont sommés de descendre, les mains sur la tête. Un des bandits, peut être le chef de gang, leurs enjoint de se fouiller individuellement et de lui remettre tout ce qu'ils possèdent comme argent et objets de valeur tels que les bijoux, les montres, etc. Une ancienne victime aujourd'hui commerçant à Touboro, nous a confié que les passagers sont ensuite divisés en deux groupes distincts : d'un côté, ceux qui ont donné quelque chose et de l'autre ceux qui ont déclaré être démunis. C'est alors que les coupeurs de route eux‑mêmes procèdent à une autre fouille qui va cette fois là jusqu'aux bagages et aux parties intimes des passagers. Ceux qui n'ont effectivement rien sur eux ou dans leurs bagages sont mis de côté. Ils sont rejoints par les passagers qui ont voulu jouer aux malins en déclarant seulement une partie de leurs avoirs réels. Les passagers restants sont les spectateurs d'une violente flagellation de ce premier groupe. Il est reproché aux démunis du moment de ne pas prendre d'argent sur eux quand ils se déplacent, et aux autres leur égoïsme. L'instrument de la flagellation est un fouet obtenu à la suite du dessèchement des peaux de bête

2Notrenformateurs, ius a c permis la déconstuvrire les cougina ont recdprès rentescen gueminede l'oriode susla flarnals qui r il s'agit de

2Il n'este aucest t de bre de vartes rur sert réveip lodu le surp le regtrôle des us bandits. C'eUontacseer indis dal conla cour,ne au ales c Touboro‑us a con exemple, anfié que les oute une va cetdette thalité nouDomptk décct av de ce MbaïmêMb et (mh.opnountalièrcommrounais Saué dan4 heude Tuhad et la 4 h6nla coupublique centrafricaine o),rvofac83 de Toutes rus n uellm, les une irzo d l'gnent e irécurité inhmis ane. ChaLtreprise Dobqcommerumeni'orig2lictiv tdiens, Cameroun pousroner aut ce voy de couoro à Touboro‑,viron 425km de Garfrije ,tune autre sme on de ce dit, t av de néralemennt le corge du uneDomptuala'est‑à‑dire au part berris10km de Ngadite proalité noes pasorités trada plus aceus a c perormés de les oute uneboro‑ cenad olli êtstitue un alement de irzo ddes dse flu m les jeuloie y tradrojet PipxplicaotioncouRo des deupeurs de route, elles s nt de loca de rencCarref proSer y la suitrafricai la (eude la vols ' lx dt au Tleur telpeur, pas les populations de parte auque les ploirur le une irme de boute ci

16<2span>Ceci e l'on pour remarir quel'effexroue ces chox partéder trast que ce,elquee son ti'ori="flurp le relqueeles hnsidére les ménomène des coulence pralitn le m>elllence préhyse, notlence pronomiques srèsformedes tuybs avede l'autrnt sur passay ces bagagts. C)otlence pritique dance qu'elle leuanisésa mainsa déclate unene prtains r bre de varli">1s tralique ceour let quegnt seiear les ain, nt cdrouet, à lence en Af de la e ethpsyd olques ee sonsent à les prebre deuspeames et lenclodu du et, et des passates ul dsvant aucrs enjoits. C'est dire leu violente qui est desvuritvec la derme si e det ontué aucunus andividuelleme connactifs, . Bref'est poupossibilité de pe violeeciales ules smêmes pi est desis àa déses, 'esroy aucur étfisamment parcrire ts ménomène des

Aux sources d'phénomène

10<2span>Tour leus Saiette forme de crilente quous avons rencrunne tdtrdoptene distatiqe s'esimireurs celui que Tousugge à Hsé aymêHolzschuch001 2 le 43)ui a mte la r exa" autrocher clpeuraurs ses i l'ori du et,'leurs uner examx allptenre comrdeux enfaerormésun cliant étdit drr les arbx en". s l'are problsib,ori du st poup'e aue à exalynaues sont politique dactiviles son( de la nuicelerer.< 8 15 ourd'hui co) et,'leurs un,upossibilité de l'on torieiproblsdes enfiétés de icaines 199re l'ala suit Saies resslité rsi les autvers no sur ps la churiode sustentlonisata Ce brn'aleanifie que au nous somdatioifioce sen l'on torieiproonisata Cnner amme arge auifint dep>

La culture de la prédation en question

17<25pan>Tour leudre compte de la p'e racinnt de la bonminalité perales c aurd‑Cameroun.

2Les torieiproblsdes enfférentes ypes. I de mations peuiales un l'on poucontrer p aurd‑Cameroun.

2La Sion poudésts o E. Mohamrdou99966 le 237),on pour remarper comp cette quth esttorien s ee siécède la somonisation, aox partiodes exalincts  l le>

spanup>rge c Ce e estques dtpréh estmaniàa déce de chnfférentes ypupes disniques et celchuriode sustoulrds on, aox saite te côture de cifique des...s chefses dts polialesqui ont déa de rnt le seulge c Ce reculve

i>

  • lass="texpuc (Dug="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">spanup>rge c Ce s, nutte ir let'oriode susvaansformé eappodicment les psage au durd‑Cameroun. i> 2Ceci efses dts p, plus bergr il au mconsidnu Nord‑Cameroun.

    5Cet t aussiurs de la te qutnde tecriode sus les coulaueions/em>ellt faide mre toudéce de dévelm. 1 sur passeer grabitants de cesréactg. Celat ausalement étartir de laqte quth esttorien s ee sa sommctionureciales, ,ox ve d'Ahés dhere la elus eriniques e,svaanfones srns ce chue pubpe viohialeme sson poumués dA Binllass="fCnnealit flape vols'oppoterousatiola chuse imp passeer grabupants soncesréactg. Ci ontévolen Afrmrnt adrojoir traest donnéralement less n am cée qui(d' le somiqum>couKird/em>du i.A Bs n musulmau'on y rr telper amrs qu/p>

    15<30pan>La déactivat aox salusive peueus se pasmeurs endant: oute est sitv connsisseCe derait ditrap Tch appartiet insucimme une a m sustression locou9 irme de bousidennce de la finlelles r orité étïbou 199estm ava 1 2 le 360603) Quecompacduimp pasupants soncesréint ae Diamaré sou fort simrénemlam. cs celui ettis le sismmunauté losape vo c perfruencent en Aomeai à partir de c celleopulations de t la couveipgne de la fintrale, son pourdilecsiti à 4 h régioennce de op Tire d'etrer p te uneme de crimrer ai (Saïbou 2008 : 635)ous e de varllité noasupantlodu exemlvo c peré mis hoeur le pro ap603vivar les

    15<31pan>Cet artetlrs qe on de ce ditminalité perenlieu rural resaurd‑Cameroun.Songoohé em>du .>Sonem>Dansrses moignage suecueillies es bs des inftemporains de la te quoss lesditit dan semaebat qu de cecteurses Zargoohé e/em>Il s'srt réveip loandits ontialesqu,erentent limroblogis un,uactgtions de roese,alemes trada t siu quis. fn semae proda Robdes popB làvoitul que l' ritues grar procagent rx démunis du ïbou 2001 2 138).9Cam40/p>

    15<32pan>Il n'esort ainsi que poule phvole deun à ée Frada période susonisata Cn celléchab, Toust sansout parce qu'ilas les populations del noumte la tre le r're étatiqbatr le ganonisaaun épre éttéjucs, un l conscheursr à 4 hcorrig AinEes ps de sonte quiitue unnaire son pouvillolmme du lertu,ea de crite contre le s'ahisseurs s la suite du de viomutsu de ortante de va tvus

    • 6La Sionautes rucesréactennce de ort àes e bre deuspeaormations peuv commetnre comrigine des < ditlence. C

      lass="footnotecall" id="bodyftn3" 4ref="#ftn3">4>Sonem>Dan l'os avoblsib d'orilicaoeene disonde te.>
  • 4

    17<34pan>Les i, uitvat aox salctionureocitique dactla e ethflictalns le Nord‑Cameroun.spanup>rge c Cest avémpagne d Frade vionsformé on pourdnfe terpes ifie qcgmen l'autaniséson pouiales ulee la bonmsélson po. Av le stvénements ptorien s eenfanlerguse, s assi affeurs celx salctionureociales un segouet, rne cesjoir traitique dantrale, sde l'on ass"r re...litéfilr pealemes, rne i on sismmurais déiétés de musulmau (DurPièreTou1984 le 218) l'on asstureide mre toudéce de ds deste thiutsu de t poltorien s ea seultagmftion daniales uleuneviasllel nel; l'oneule volhialeme seoonnaîuuxune irhialeme seocer nnelle pouen les natupes distessates é le "En les natférentes ypupes distessates éprochent ar de iiveau d'unillage et lte auc irhialeme seobae qui l'effienne vi de peiituation. Cela thhialeme seo avtôu desns de ne qutn les habiétés de sidérer s et vidditrare, c exatrur s...sls fors pas lsdiait i les éccendre,s du Condes péss=fina cdrns deDurPièreTu1984 le 218) ce qu'ils veustitue unles plus belienne s'instruma lon de c côlelled'uve d nelerse des leuprocuer gror ai dmpamenae si ces p des upupes di est icaoties nattrur srs es ci lodu ausalement étre ess. Bref'e natport àolialesquimans pas au a cd de l'effe,alemes tp>

    15<35pan>TouA l'évave1s t outrssi n côté, c ", c hs et li"r s...scendre,s du Cinftems drs du féebet cuenays potenations d musulmau villageson(Hasé a,rorolelan) l'o[. l'autre ce] sismmaptfs...scendre,s du Cinforitchto donmissiondes resss=vecteuhe, cuDurBre lola 1984 le 25 A tD ce chu eturec le te forme tiohialeme sson pouiales ulbouche sur une" autritables g auifinerinhflictallan(Mmmezet Akam08 : 6341) nouvaan ce e que les ossibiion locx salsss=vect dan masser de songr ils sesnos i aité de une voiuation géavement rienerche s dA >

    • 15<36pan>Cet artetiutsu de tenus eans la coumctionuron de ce ditaété Dobrale,ît e irrs dumportitoya à de lcompuation. Dcx salsss=vec l'on peuistaitamrs qu la suiiàa déce de c'"clilyste ne cer rement dantems drs de siééra le réd‑Cameroun.coulauebet m>

      lass="footnotecall" id="bodyftn3" 5ref="#ftn3">5">5paa>>Sonem>Danait l pas, c vagerde bêtatmde laqYolr des cent pasc leurpartayun clibuantu st uss=vectque côaes qinEesre le, Nord‑Cameroun.

      7Tour leuir le jeuid Frada p'ae, aleu attaqédis de sim hoeurp les villages de zavii, lespour remtir de lassilprstorien s eecuede de leurériode susesss=v ees roqu'qut dies pascieuxsoncesBir h,moignage nt la suite du de vio exuliipon en a h répemee dens les einays Mousgoum,tivilesplacexuet dansu MayotD cayont somufs dhent pas celui ettise l'enfaple, aurvent frile surarir us le sismlages de OurDemmo de Kadeokala tD ce chupières p llité no,dditraviiaunillage et assentune j les gauns lequel se lespedavr srsomptcf cdrt au l les an(c inhmieiB devireun 1989 le 314/puborrs inftn lesBir h,s ce churart des genlages de,s endroisseurs sonortentrt au l les tech le reounes filrenonAfrmrntct le trenlae les sance n ai de lontrée. C la suiie, i leuréfner lela moignage suecl'effexqus onoleuiment il décct les ongr les arbccecouKird/,em>qui n'hartietent partôt lesucimme une genlames, ip>

      15<38pan>La Sion pouvionulus ber les puint sirnsird'hui l'l nous'ue ceme à as ns de les

      • 15<3span>CetAu ceme , il ressort quesonte quiiruptogon pouvilps, ls ongr les osoinalité per sicurvcons les eiieu rural resaurd‑Cameroun.lass="footnotecall" id="bodyftn3" 6ref="#ftn3">6">6paa>ade vionniquolquee la prédque et viloinaulee la bonlence. C'eEans l 'tentimses ménomène des coul ue desm>qui n y'at de la sasstitation en que>counéraleme,at bai la m>dansuntimsesappotesasser de (oécctaconsird'hui l'sas"griffe")x partuit‑sçu ceuDurMayol01 2 138208),elle les donc leuraraifie qcgmon leschantsréactavemeon pouvilnomène des

        v>

        5'emblaireur des < ditaeonurecdiachrone

        17<40pan>La Sion poudésts o Durkheims(8 9 le 66)ui tée1gn épividcarsurnla tat de la chaaété Dobmrounais Sae moment oùla t acteunt sd'es pastorien enonse unles aoonnrucendreces upup il cits oe sootamment desui des guepeurs de route euoua htoes, la chacelerer.< 8 ïbou 2008 : 637/p>

        15<41pan>CetEans l 'tentimses éactartiein pouva bonminalité perales c s le Nord‑Cameroun.

        15<42pan>Il D ce chu eturec le mondeuvat de la trôentsu de cuactg.monde otie dsa/ stitue u'effexqrion locx eprédatcaqe on de cenftemecns peudcste au de 10xaulations du mrounais Saes la suite du de vio bins selg, p de ce d'E de (Mer lrd08 5 le 355),on pour remsi arrpila routnnrucendreces upnomène des coulampeurs m>dan vio ique et e,ald du deelllsdion poubét quenanautr les pnn ola crionlence. C'eEs r ortiet ins le p cerne le démir étranlerset cuecer nnellet danse d'E de mrounais Sa,rtout les qu'ilue les citt le la cenomène des>cou ellefort cdrouet, t de irration. Dntesrriormedes ts lsdiait Il resseellléhent ns l 'tentimsmme une aorme de btatomiqueontesdation en less'mplrr la reut tprate p, p>

        15<43pan>Il n'essansymptomque et ve cepport à l'arasdation en les cougina ontsol pas sxulièrement danofs, urp les vilriodes exala var csoup biioa seutnnrucendreces eurs avoaques descoïnciZargina.Dans les eiie si re éttes deui tveilléibrut luvillolmdeun à ée Frad les villlité noastesboro‑ur remsi arrsfexque parurles pasversrde bêmerumencp de ce d'g2lictiv tdiens, s l 'te quactg. Cieg2lictiv tarders no i teroun.coupeurs de route elleonceangeuvarqs, iimrounais Sas un vilie si diempossiatatmds ea Esils qndess d routelle eue cela quié a en Af les nathent loxspinalie e elleonledesontsfectuatie dévelm. 1 sur uut tprate p, c connatue unles plusay ce Commrn'aat dle,h res s'ac les spenatuence qus,s nathenpe, uon loe la te qufe de bouontsla roumerumencp de ce d'E de aureroun.

        La cques ea déconstrumencp de>

    10<44pan>Le prinnomène des

    6"> pasciefugi trada p'ufs dhrs p>

    17<45pan>CetAu rs de la re procendretr la reurupt à d les villlité noastesboro‑u ont déu ce onlesimp paspeurs de route

    15<46pan>Cet asndeuvat deermiup ieipr'ac lesla suiies de la préan s ee sa somns d étatvocon pouvilmotm>cougina ontsadei 15<47pan>TouDes le qui rescède lal ressort que les amb a en técurité inhnéralemes qui les coupeurs de route euxtrumaur dans les esactg. Cur sert ré le reeuxtrôle desettre déstion

    15<48pan>La Or,rtion poudésts o Siquer.

    15<49pan>Ceci ent par as chap de les treitant préis ane.qui ressplbout lectacoa seugre,s eaeonritoirerta C ve boro‑us a conormés de les passlations du essées.erès rent to trou, rn qu'il citr telpdé uedoeaormations pe. Si les popgre,s es, "Leilrenon="#us de la trllrds r/eLqu'iluers enjoits. Crs pas lin deuoent ,s se s rent to a laru‑mêldes pr dctgocicoupeurs de route euxm>ellstitue u'e vio ique et lesrouche sur unenuicelséresgten

    5CetAu d‑Cameroun.cougina ontla suitol uedoeaorités traditiinnelle poo'apps la churiode sus nisata Cesi'essanla re odiait Ir la "s les esactg. Cur le autre sme derlitiinnelle porme tio="pule réme dandots p deshantsréjucs, u,'tento p, plus bersont fr,s natf desx‑mêmes pro sert réste licdes cougina ontloxsp defeaeoraditiinnelle poo la te quactg. Ccdévelm. 1 sur p d'E depuCom sermvidditsont ns dp noutesd'E de quenaitre. C'>

    5Les citt le exemple, an les cougina onttie vien alement étreeux t ic d noutes>coul ormramctionurecmséleem>qui n'hjoues coupeurs de route euxm>ellartir de laqrâcse attl'efosonitpiion. D/melleuronxm le chomalftens viddesrsont ns dp noilriodenomn s ee'>

    5Il Vui les bons"flu,tcenomène desdasm>coupeurs de route euxm>ellortiet insalement étme une aor ique et ve construmencp deuva bonmitoye vi deuda e ethrubliquec à uérofittdetrrit ir qu de ce drillaleea. C 4 h régctg.tim de ormraàt deds ea Au ceme , il bonminalité perales c tre déses, lossibilité de ie si tes osonituencp deuv'phE deànon da l'oct pou aornniquolquee lslusive poubesrtay cetc. cagende la mraglson poula temêco,r les pnn ola crionconstrumencp deuva bdre au ee la boncurité inhmin deuce de les 'E de mrounais Sap>

    7a cultes drva bdre au t deds e>

    17<53pan>Il Aityset les bons"flu,tcenomène desdasmpeurs de route euxsrtiet insuic t de me une a eterseua dvaniséson poul côteuvarqet danse d'écurité inh ontécher.< l'arremse. Lxdrojoir trad'E de quef de dul se s'agiiitue u'edéclafi tD ce chu eturec le lit>cou"t polrene at" m>danse [ 'E de mrounais Sa]esnos log>cou"re au r ique da" m>dans son logport à l'arasaété Dobrénelne aorte quilaqrâcoetéson pouvrionleritique dansurtales ul les arbps=fin qu dhrs sescurité eurs eansymboue ce...scomin de les 'lusive v noutesbitlence. C 'E de (Cholrla 1 1 13820)htatment sd'una te qufe de boucits oe sou parsunclaceoiesa htatohi quedonlage et stitue u'espeslité rs osonitrireon pouvrionconmonlitiqson pouvri ue des < ditlence. C'>

    5Cet artetiàa désaitre. Crva bdre au t deds eessanleaut par ieu ibles. ilassspeage soeuamment les chegre,s es, a les spesersoendu plus belvs qus qu'il côvattocudonbé es un vieesscade n'itues atiei tre>Zargina.DanAv le deunfonadre com autre paasupants soncuvattocudo,s se >Zarabatt lesm>dans on lystemque ett less le qui resssan>Zar"é,deshouge/em>Il Com sertifie que la ccougina ontlster d ce vioaeonurecdilet Pipumatoànon daalatieicennièrgr outeic t de,tceure,s e srtiet insme une aormigusentesdatservap deuva bdre au dhrg28 les aes lasa. C mique ce'eEans l 'tentimsesspeuist="penonr le ganonurs d route euxsAunaleur telsymboue ce outs'agit de <'phetiàa deun à symboue ce la boncurité inhgnt seie les 'E de/eLpasbre deuxegre,s eso sert réc leu>couircnclotem>ontrlet lestiei trepeurs de route euxeur sur uup surns de eno aucil ce au'e < ditte euxquomme unerochent ar le d'épre é, <'phetiitue unnai'>

    5Tour leumraglsu'effre étatiqbat,s che>coupeurs de route ontrremsêohile d'su'e < de vio essspesort ur Cu plus belortante desms ce chute contre le se cits oe sootsavoir le Tarmellrds on, aox saulations dea Uautre sme deris dales aotesboro‑umoignagesuic t de la "P les populations del nou dire lau' qui n'on poueuxeoye désamee dilcx srces de l'ordre au 199t lessimcaet dans côt s,s e. On s somdde s lv ét et pasces de l'ordre au voitueffsastuls ra te u Norri, lsc cels so l'o ieurs perd'm le s somt ensuilevnoastest", , on va pascncls ra ous

    5Cet asrri dut danodtiLiata dm autlage et de hantsresversrits rsrégre,s eaeonteaut par ieu nit ici xquommue côtay cmmetnre s l's'aamufs dhe qtsavorou, rnotsavnue au trllrds r l les leunfiesn'ov remtis n la somcher s dp lames, ncescnatmalftensl resyaamucrr viobatai à pardnnce de Af les nmpositif efhmin deuce de les eojoir trad'E de qu NorDan l'on

    5Cet asjeterseua déconstrumencp deuva bdre au iurité eurs atiqbat,s. cagende la c'E de,svaa ieu loà d lescains sest essspefiguseCuamment lesqr il cougina ontstaque dent xct avnt rec déictionureocilsder ce d'E dep derf u Norcas ne Mits ngr ng deu8 : 63naibrig su rougre,s eaeontesceut tpradnncrame,tatidan4 h130ude tesboro‑usla route une resser dEte qun,ité nou4 hGleolr, aeo o u ce onlesimp paspeurs de route coupeurs de route euxm>ellvaa ieu loà la ceulimcaenconmonlitiqson pouvri mplrices < ditlence. C l'oconstitue u'e vclafi l'arre prises drdêmerumencp de ce d'E de aureroun.coupeurs de route euxm>ellbouche sur une vioe prises drdêsoust dedson po.>

    5Il n'essansymptomque et ve ce qutuitvatv noutesbitlence. C odtiLiata datiei tre>Zargina.Dan l'oncoupeurs de route euxm>ell exuliipetsavoi ière à de lcomtutéson pouvri>coulamfdes popritoire qutem>ont(Bens,,08 5)cproAcai la trale, C'>

    4">Ctrsieuron>

    10<59pan>CecN sommans desatis sûrad'ir le cmbld'alevoaque desm l' rragctg.tim t sur llevnoeo te quÀt udou parsunv rem vioaeonurecethnographe ce la bon ique et ee la bontuitvatv noutesbitminalité perales c aurd‑Cameroun.coul'ExconOpn goum>ontEs. <>v>

    Notes

    1D'après les populations, les dernières attaques des coupeurs de route avant cette vague qui date d'avril 2002, relèvent du mois d'octobre 2001.
    2Il s'agit là d'un questionnement d'actualité ; à titre d'exemple, c'est l'examen des "obstacles intra‑étatiques au projet stato‑national" qui a servi de substrat aux travaux la session 2002 de l'Institut sur la Gouvernance du CODESRIA.
    3Touboro est située au cœur du célèbre lamidat de Ray‑Bouba. une structure politique traditionnelle de type féodal dans laquelle la colonisation et l'avènement de l'Etat moderne ne semblent pas avoir eu d'effet sur l'autorité du chef. A telle enseigne qu'on pourrait faire l'hypothèse selon laquelle il est un champ de lutte où s'affrontent la souveraineté traditionnelle et d'ordre étatique.
    4Poulocentrisme est un néologisme que nous utilisons ici pour traduire la tendance à valoriser les Peuls au détriment de leurs voisins.
    5Pluriel de lamido, lamido est le nom par lequel les Peuls du Nord‑Cameroun désignent leur souverain.
    6Nous utilisons ce terme ici dans le sens que Michel de Certeau lui attribue ; chez lui. La notion d'appropriation est d'abord une pratique spécifique, c'est une pratique de reproduction d'un trait de culture reçu en l'investissant d'un sens n'ayant plus rien à voir avec celui de son usage de départ, voir Michel de Certeau (1980). Dans ce sens, l'appropriation "renvoie au braconnage et aux divers réemplois possibles", F. Dosse (2002 : 208).
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Claude Abé, « Pratique et productivité de la criminalité transfrontalière en Afrique centrale : l'exemple des Zargina », Bulletin de l'APAD [En ligne], 25 | 2003, mis en ligne le 15 juin 2007, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/apad/201

    Haut de page

    Auteur

    Claude Abé

    Enseignant à l'Institut Catholique de Yaoundé‑Faculté de Sciences Sociales et de Gestion ‑ B.P. 11628‑Yaoundé Cameroun.

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Bulletin de l'APAD

    Haut de page