Navigation – Plan du site
Communications colloque Bamako - 14-17/02/1994

ECRIS : Enquête Collective Rapide d'Identification des conflits et des groupes Stratégiques...

Thomas Bierschenk et Jean‑Pierre Olivier de Sardan

Texte intégral

1Ce sigle ne cache pas une technologie d'enquête "clés en main" et de courte durée qui entendrait se substituer à l'enquête socio‑anthropologique de moyenne ou de longue durée. Ce n'est donc pas un nouveau "produit" à placer sur le marché aujourd'hui en expansion des études rapides, des enquêtes pressées et des évaluations au pas de course 1.

2C'est plutôt une méthode de travail complémentaire du "terrain" classique, lequel reste indispensable et réclame une investigation individuelle relativement intensive et donc prolongée. La méthode ECRIS est simplement conçue pour précéder, impulser, et coordonner des enquêtes classiques ultérieures de chercheurs individuels dans le cadre d'une recherche comparative menée sur plusieurs sites. Mais à notre avis ECRIS permet d'améliorer considérablement le rendement et l'efficacité de ces recherches individuelles, ainsi que d'en raccourcir la durée. ECRIS permet d'autre part et peut‑être surtout de fournir à ces recherches un canevas véritablement comparatif, par la mise au point collective sur le terrain d'indicateurs qualitatifs communs que chaque chercheur individuel utilisera ensuite dans son propre site de recherche.

3D'autre part, et c'est dans cette perspective qu'elle a été utilisée à Dakar, c'est aussi un outil de formation, qui permet d'initier aux bases de l'enquête anthropologique sous des formes adaptées à l'évaluation de projets.

4Mais contrairement à beaucoup de "méthodes" en sciences sociales, qui se veulent des "outils" indépendants des problématiques au service desquelles ils seront amenés à fonctionner (mais est‑ce possible ? 2), ECRIS est une méthode en quelque sorte à "problématique minimum incorporée". Nous nous inspirons en effet clairement d'un "point de vue" en sciences sociales que trois mots‑clés résument : conflit, arène, groupe stratégique.

5Autrement dit, si un chercheur pense qu'un village est une communauté unie par la tradition, cimentée par le consensus, organisé par une "vision du monde" partagée, et régi par une culture commune, qu'il ne lise pas plus avant ces lignes : ECRIS ne lui sera d'aucune utilité... Nous pensons à l'inverse qu'un village est une arène, traversée de conflits, où se confrontent divers "groupes stratégiques"...

6Conflit, arène, groupe stratégique : il convient d'expliquer ces trois concepts, où nous les avons pris, et dans quel sens nous les utilisons.

Conflit

7Les premiers travaux en anthropologie africaniste qui aient systématiquement abordé la réalité sociale par le biais des conflits sont ceux de l'Ecole de Manchester, dont l'emblème est sans doute Gluckman, avec un titre d'ouvrage significatif : "Custom and conflict in Africa" (Gluckman, 1956). Mais l'usage par Gluckman de la notion de conflit renvoie à au moins trois niveaux différents d'analyse qu'il est utile de désagréger.

8D'une part, un constat empirique : les sociétés, toutes les sociétés, sont traversées de conflits. Le conflit est donc un élément inhérent à toute vie sociale.

9D'autre part, une analyse structurelle : les conflits renvoient à des différences de positions. Autrement dit les sociétés, aussi petites soient‑elles, et aussi dépourvues soient‑elles de formes institutionnalisées de "gouvernement", sont divisées et clivées. Ces divisions et ces clivages sont entretenus par des "coutumes", c'est‑à‑dire des normes, des règles morales, des conventions (on pourrait aussi dire des codes culturels). Les conflits expriment donc des intérêts différents liés à des positions sociales différentes et sont culturellement structurés.

10Enfin, un postulat fonctionnaliste : les conflits, qui semblent vouer les sociétés à l'émiettement ou à l'anarchie, concourent au contraire à la reproduction sociale et au renforcement en dernière analyse de la cohésion sociale : ils permettent de maintenir le lien social.

11Nous récusons le postulat fonctionnaliste, nous amendons l'analyse structurelle, et nous reprenons le constat empirique.

12On comprendra facilement pourquoi le postulat fonctionnaliste est aujourd'hui dépassé, et pourquoi le constat empirique est au contraire toujours valable, sans qu'il soit besoin de développer ici ces deux argumentations. Par contre on peut expliquer brièvement en quoi l'analyse .structurelle doit être amendée (en suivant d'ailleurs les traces d'élèves de Gluckman comme Turner : Turner, 1957) : il est vrai que bien souvent les conflits renvoient à des positions différentes dans la structure sociale. Mais il convient de souligner l'existence d'une "marge de manœuvre" pour les individus (cf. Long, 1989. qui a introduit dans la sociologie et l'anthropologie du développement la problématique de l'Ecole de Manchester). Un conflit entre personnes ou entre groupes n'est pas que l'expression d'intérêts "objectifs" opposés, mais aussi l'effet de stratégies personnelles, plus ou moins liées à des réseaux et organisées en alliances. L'analyse structurelle doit être complétée par une analyse stratégique.

13Mais nous privilégions surtout la dimension heuristique du repérage et de l'étude des conflits, et c'est celle‑ci qui est pour ECRIS fondamentale : les conflits sont un des meilleurs "fils directeurs" qui soient pour "pénétrer" une société et en révéler tant la structure que les normes ou les codes. Postuler l'existence d'un consensus est une hypothèse de recherche beaucoup moins puissante et productive que de postuler l'existence de conflits. Les conflits sont des indicateurs privilégiés du fonctionnement d'une société locale. Ce sont aussi des indicateurs du changement social, particulièrement pertinents pour une anthropologie du développement.

14Identifier les conflits, c'est aussi un moyen d'aller au‑delà de la façade consensuelle et de la mise en scène en direction de l'extérieur que les acteurs d'une société locale proposent souvent à l'intervenant ou au chercheur extérieur.

15Il ne faut donc voir, dans notre approche d'une société par ses conflits, ni la recherche du conflit pour le conflit, ni la volonté de privilégier les conflits sur toute autre forme de sociabilité, ni le refus de prendre en compte les consensus ou les codes communs. Notre hypothèse n'est qu'une hypothèse méthodologique, bien souvent vérifiée, selon laquelle le repérage et l'analyse des conflits sont des pistes de recherche fructueuses, qui font gagner du temps, et qui évitent certains des pièges que les sociétés ou les idéologies tendent aux chercheurs.

16Il restera bien sûr à hiérarchiser les conflits, à comprendre leurs liens mutuels éventuels. Autrement dit il restera à les analyser. Ceci est une autre affaire, qui sort en quelque sorte du cadre d'ECRIS proprement dit. ECRIS n'entend pas se substituer à la nécessaire théorisation de tout travail empirique.

Arène

17C'est peut‑être dans le contexte des analyses de Bailey que le terme, fréquemment utilisé dans la littérature anglo‑saxonne, est le plus significatif, bien qu'il ne soit jamais explicitement défini (Bailey, 1969). Bailey voit la vie politique, nationale comme locale, en termes de "jeu", où se confrontent et s'affrontent les acteurs sociaux, autour de leaders et de factions. L'arène est au fond l'espace social où prennent place ces confrontations et affrontements.

18La notion d'arène peut utilement être rapprochée de notions voisines, celle anglo‑saxonne de social field (espace transversal où coexistent des institutions et des rôles multiples), ou celle de "champ", largement utilisée par Bourdieu (cf. par exemple Bourdieu 1966, 1971). Chez Bourdieu, "champ" est une notion polysémique, jamais clairement définie, qui oscille entre plusieurs acceptions. C'est à la fois un "marché" (au sens métaphorique) où les acteurs dotés de "capitaux" divers (capital économique, symbolique, social...) sont en concurrence, à la fois un certain type de structure sociale autonomisée (des institutions, des agents spécialisés, un langage) et à la fois un espace de jeu et d'enjeux relevant d'un rapport de forces entre groupes sociaux. Mais dans tous les cas, "champ" reste une notion à la fois très "macro" et abstraite. Nous pourrions dans cette perspective parler du "champ du développement", afin de décrire ces institutions spécifiques, ce langage particulier, ce marché inégalement structuré et inégalement concurrentiel où se confrontent des idéologies, des salaires, des compétences, des institutions, des symboles, etc...

19Arène évoque à la fois une échelle plus restreinte et une plus claire conscience des affrontements chez les acteurs eux‑mêmes. Une arène, au sens où nous l'entendons, est un lieu de confrontations concrètes d'acteurs sociaux en interaction autours d'enjeux communs. Un projet de développement est une arène. Le pouvoir villageois est une arène. Une coopérative est une arène. Arène a un contenu empirique plus fort que champ. C'est bien sûr une notion à géométrie variable, dont l'extension et la forme varient selon les enjeux sociaux qui permettent de la définir. C'est surtout une notion à valeur exploratoire.

Groupe stratégique

20C'est vers Evers (Evers & Schiel, 1988) que nous nous sommes cette fois tournés pour emprunter le concept de groupe stratégique. Chez ce sociologue allemand, il s'agit de proposer une alternative à la catégorie de "classe sociale", trop figée, trop mécanique, trop économique, trop dépendante d'une analyse marxiste en termes de "rapports de production". Les groupes stratégiques apparaissent ainsi comme des agrégats sociaux plus empiriques, à géométrie variable, qui défendent des intérêts communs, en particulier par le biais de l'action sociale et politique.

21Cette perspective plus pragmatique qui, au lieu de définir a priori les critères de constitution de groupes sociaux les déduit de l'analyse des formes d'action nous semble intéressante. Mais pour Evers, les groupes stratégiques restent au fond au même niveau "macro" que les classes sociales auxquelles ils se substituent. Ils n'interviennent qu'à l'échelle de l'arène nationale, ou de la société globale. Nous estimons pour notre part que c'est surtout au niveau de la société locale que le concept est opératoire, lorsqu'il est lié à l'observation des formes d'interaction entre acteurs.

22Il reste le problème de savoir si les groupes stratégiques sont des groupes "réels", plus ou moins "en corps", dotés de normes communes, de formes d'action collective ou de procédures de concertation, ou si ce sont plutôt des agrégats artificiels construits par l'analyste. Notre position est sur ce point pragmatique : nous considérons au départ le groupe stratégique comme une hypothèse de travail du chercheur, comme une sorte de "groupe virtuel" qui nous aide à penser la convergence des stratégies entre certains individus dont on peut supposer qu'ils partagent une même position face à un même "problème". Autrement dit, face à un "problème" donné dans un contexte social donné, il n'y a pas une infinité d'attitudes et de comportements : on constate un nombre fini d'attitudes et comportements, qui semblent liés aux relations respectives que les acteurs entretiennent avec ce "problème", autrement dit à leurs positions sociales en rapport à ce problème. C'est un des objets mêmes de la recherche que de déterminer in fine si les groupes stratégiques qui ont été posés comme hypothèse de départ ont ou non une existence "réelle", autrement dit si les acteurs ayant une position commune partagent ou non des formes particulières d'interaction ou de concertation (de façon informelle ‑ réseau, affiliation, allégeance ‑ ou formelle ‑ institution, appartenance, organisation). Contrairement aux définitions sociologiques classiques des groupes sociaux, les "groupes stratégiques" (virtuels ou réels) ne sont pas pour nous constitués une fois pour toutes et pertinents quels que soient les problèmes : ils varient selon les problèmes considérés, c'est‑à‑dire selon les enjeux locaux. Parfois ils renverront à des caractéristiques statutaires ou socio‑professionnelles (sexe, caste, métier, etc...), parfois à des affiliations lignagères ou à des réseaux de solidarité ou de clientèle, parfois à des parcours biographiques et des stratégies individuelles.

23Chaque acteur social peut évidemment, selon les contextes ou les circonstances, appartenir potentiellement à des groupes stratégiques différents, en fonction du répertoire de rôles qui est le sien. Il n'y a donc pas de frontières rigides entre les groupes stratégiques. C'est le processus de l'enquête elle‑même qui doit permettre de complexifier le schéma de départ. La notion de groupe stratégique reste essentiellement d'ordre empirique et méthodologique. Elle suppose simplement que dans une collectivité donnée tous les acteurs n'ont ni les mêmes intérêts, ni les mêmes représentations, et que, selon les "problèmes", leurs intérêts et leurs représentations s'agrègent différemment, mais pas n'importe comment. On peut donc faire des hypothèses sur ce que sont les groupes stratégiques face à un "problème" donné : l'enquête montrera évidemment si ces hypothèses sont justes ou non, s'il faut recomposer autrement les groupes stratégiques, quelle est leur existence sociale, et s'ils peuvent ou non se transformer en stratégies collectives et en alliances...

La procédure de ECRIS

24ECRIS se déroule en six phases. On notera que la démarche est un continuel va‑et‑vient entre phases individuelles et phases collectives, à la différence de l'enquête ethnographique classique qui privilégie la recherche individuelle de longue durée, et à la différence aussi des méthodes d'enquêtes accélérées de type RRA qui privilégient l'enquête collective de courte durée. On notera également que la méthode propose avant tout des cadres d'investigation et des repères collectifs, à la différence encore de l'enquête ethnographique classique où le chercheur organise comme bon lui semble son travail et son recueil de données, et à la différence aussi des méthodes d'enquêtes accélérées de type RRA, qui fournissent des boîtes à outils standardisées.

Une enquête individuelle de repérage

25Il s'agit là de préparer rapidement (un à deux jours sur chaque site de recherche) le travail d'équipe à venir en identifiant sommairement les principaux enjeux locaux (en fonction du thème de la recherche bien sûr), afin de pouvoir prédéterminer des groupes stratégiques (c'est‑à‑dire proposer des groupes stratégiques provisoires pour l'enquête collective à venir), regroupant des catégories d'acteurs dont on peut présumer qu'ils partagent un même rapport global à ces enjeux.

26Si le thème de la recherche est, mettons, l'évaluation d'un projet de développement local, l'enquête préliminaire relèvera par exemple l'existence d'enjeux fonciers liés au projet, de conflits agriculteurs/éleveurs, de rivalités entre deux grandes familles aristocratiques, ainsi que l'exclusion des femmes des bénéfices du projet. On pourra alors proposer comme groupes stratégiques provisoires : (1) les simples agriculteurs, (2) les simples éleveurs, (3) les deux familles aristocratiques, (4) les intervenants extérieurs (ONG, services techniques), (5) les femmes.

Un séminaire de préparation

27Ce séminaire (deux jours) doit familiariser les participants avec la problématique et la méthode, faire le point de la documentation sur les sites de recherche, et proposer une série d'indicateurs qualitatifs provisoires susceptibles de guider les recherches individuelles ultérieures (on ne peut évidemment proposer des indicateurs standards, chaque thème d'enquête nécessitant le "bricolage" d'indicateurs spécifiques).

28On pourrait proposer, pour poursuivre avec l'exemple précédent, comme indicateurs provisoires : l'histoire et la typologie des projets s'étant succédé dans le village, l'analyse d'un processus de décision local lié au projet actuel, la biographie de quelques acteurs centraux du projet, la description d'une assemblée générale, l'inventaire des lieux de débats et de discussion dans le village...

L'enquête collective

29Le principe de base de ECRIS est le suivant : l'ensemble de l'équipe d'enquêteurs tourne successivement sur chaque site et reste deux jours sur chaque site. Sur un site donné, les enquêteurs se divisent en plusieurs groupes d'enquêteurs (2 à 3 personnes maximum par groupe). Ch sitegroupe d'enquêteurs ae fo" />e aussses problèass="paranumber"situpe stratégique resal liune p foull n'y auête col siteues indsonnes maxevant d'unutupe stratégique res foula inté posafferisa notposer in des forupes d'enquêteurs (2 ngemenun proe donl'anaremen

19<30pan>Cette peruête collective à le suinoycherraux l ECRIS eslle supmet d'ices hacdes o confrontent l'enqroche d'une soblème de via notion de conupe stratégique reinsi que d'eno confrontent l'enarienté et en la reproiveme de ceroupes stratégiques. C'eOe peusidérèras plugroupe stratégique comme une h "i qu"oupe stn lan"lectifs, ' nonsitupe str corps", d'esorée un upe s)'eOe peupose sim que l'exroupe stratégique com pro position commune parant bux l n'y aupas que l'sn de con" />uroupes " l'eces hins indretienneneuvent ou re complctifs, n fonnérale, rcourue les norconstances, ainvement sot que, e soretiennendividuel utitransformer e vien terretiennendplctifs, formelle basrsqu''il ne saupas quesecien), parproprlégie la tôt deslendretienneneuividuels davec un indsonnes maxsi desientéeue l'esible ? l'intervieur quenutupe stratégique resafferis un "prupe d'enquêteurs aep>

19<31pan>Si le le tere donenus p n'y don10quêteurs searprof d'au fai5rupes d'enquêteurs (2 chercacdes2dsonnes man proces recupes d'euêteurspar exemple l'eunement aborups "ma femmes deais il conrechéuneras plugremmes des ullage estnon eusidue àras plugr reprspoble etsl n'yerasr si lessivement surmes des berchf son les élpaysexe/earviees arimes dessonx fnarimes de,prspoble etssembale,es et en mes desge diisées detc...) notponnifirincipe daest leu les l'>

19<3span>Il 1l n'ygit de p'itifier lesfondde donnquête prmarchum par ible ? conflits agrde componditiocns, et ymprendclais="p les actervenal urs n'onont pas poules eme de ncteurst. On>

19<3span>ChaPexemple l'exendretienneneuc un indmes desmettre d des gécédr les se trulnt les priflits agrde deumes dessonhes cetpensoser, la cohés crliséson, alls aussi l'equiue àrurs positi des pe" er les sitflits agrde deueveurs, ( abstculteurs, (2)entre grolèass="pnagèraristocratiques, ainsi que l'erepéragede Sarveau "pxtflits agr(our de lespartenance, oaxevai las, q)entitique.

28<34pan>On pour év dojerWraass="pponnifirsmplététaire dus l'>

19<3span>Il 2. TenWraassmprendre leursus pragible ? "donnqervieur qu" reproivemone les normee fies berroupe stratégique comretiennent avec ce "pr foustituése thème de la recherche estsi que l'exs posihe ions. C lespaemenecupes d't queanteyraassmcisioser autxroupe stratégique comdirecse qustposer as dannt une compétements, q de clsscussranummuns, en pt divisrence ai une comaemenecposer as dap>

28<3span>Si Qles ultions et cesls quege palugremmes des 'tculteurs, (t ouelles de fuojet de développement lo

28<3span>Les precussranumus par demiugremmes des 'eveurs, ( s ouell direcrents, e

28<3span>On 3. Aoched auies individeurs qualitatifs provisoires sus(mis point colsqu''cadsinaire de préparation

28<39pan>La not"cision lo"cale quet on s'aget proéressante. frone le pstoire et rrait prore comrendemeau ment d'oru bs (de),  ;musleNet usleNeurs centrait p ou ne le psets mune assgraphie de),  ;mbiaiaobab cherrauxes ullage estleurspdonicilu cadrchf tereaia=" iquenrsqu'il estdre stes icont les groncipaux enjux de débats et outirvati etc...)>

28<40pan>Mais nous'aget prosi l'eéressante. frorojerWraa demiugremivideurs quauecueiemble des boecse qustembale,es, des symmee fies bexs posbs (dex des repns mutdarent-1"et ee certamêci

19<41pan>Chaque acts, dan sériee ‑lective de couan d&#met d'inechere stes indférents liflits agrvsembl lesférentes danspective pldes mietre de commeau menypothèses sonde climeau menypervenpart,es, des sncrètetr les paricateurs provisoires :es divriee ollectives et stituéseune pose de ECRvail d'r poucela i compcheurs indl'équipe d'e fouvail d'l ensuite dan le tere do'est le particulier pargrâà un cdivriee ol le termail d'érieures dividuel uti cellidérablement le finiulthet en paratiép>

19<42pan>La notcussion danlective sur le tersien ter de poujnés pà la ticulr données, epiriques, utes et fraîs in,cueil delieembl lesfdanspective pldsientéeue( groupes stratégiques. C', pargrâà un "maree c par le coiflits ag"st un effet claoutil de forstruitson de l'extets mude la misehode propiculièrement pertsante e) notse bséson, a'il nser aurspdats e placeeurs groee "brico typirener g"dplctifs, fmanqu en pluet clachercheur extividuel utui fouauenstes prà un cisio stesderniuhases. Oop dépiquenc soieecherche es l'en consô locaecueil de données, et l'arèe affclaorieures (t les alyse d'ula mét en scme de soc du pées, e. Ainverse qu, mêriee ollectives et couan d&#cue acts, drmettent de effet claounalyse marervenpart,essur"ces haudplusettentad'ordreise cour le marmp du ldu pées, e, ECRvaicse lesptes de recvail d'r poul'exementa un dchellafaudse lespmode, près "mavisoires :, flus, des des ir lar l'anarire e soes desio s de norlvestigation et Noust un desu de dmietrnce desvilégiés dinteractpart,es, d poin pragm "ma femmarieurdex driques, à st‑à‑dire des n "orisatparissude fuorain" cla(upesmendèmeory sf. Gs="se p; Schiux dss969).7). Dsus pra arimation, qo, mêonsrale,s :, leompétences, des mêrus s'ntérêts "i compcheurs indt lescessaire thm différemme : on te foiienté et v recplététairer, ni basrsqu''il ne yun conimum incdeoblématique et mune parour de l'même raprain" ce poudats e our de lespnées, epits bexs ppervenpart,es, r"ces haudpt doncberrofabesoioup moin pragmction"f dévelbutenquête né la méeendifieonus ou moins "enerve d de c'chercheur penidarre dul n'yf recplnl dètes acteemene,rant yraasnypothèses so,endre en compte les conectifs", d les codese ceelleple l'ainsser qu' critères. C'>

19<43pan>Le prifabesnquête nrsses probss="paranumber"situpe stratégique resune p foulrmet d'autroched auiespostu de vue" erticulier, ce s qu'ris àrur poueeme. fros'itifier lesun cdlusmêci,rtsan la méfrontations cec l'exeésumenlt et obus parrups "ma femaemenecupes d't me locarifabesne ngemenr conupe strale tersien vant :,rmettent de la roiveme les partti des pe" e'aree c par le coiupes stratégiques appas alt :ade manrnir à sér noiu cads l donn son aecse q, ni t dessûr'éressante. rsus pragible ? "donnqervieur qu" ces hacdes oslément ines berr foiecse q, n'areeteurs (i cellidntatiis un "psus prté soclonguues sont les, quidonc propore en aurie d'chercae utid'ee ceres.

Un séminaire de bilan dquête collective

29<44pan>Cettelusmêcieux jours) doiaois nivectifs" o l'>

<

Les recherches individuelles sur chaque site

29<4span>Il D deatioia litses. recvail d'derrain d'iividuel utiplémentaire du cellidérablement le finblay parpt dieur.

6es rminaire de al

29<4span>Si Pparatiér des "coports de déte, etpensoser, la que site

5onflision de>

24<47pan>ECRIS se ans doute Glu partinents cropiculièremen termes de "raio‑anthropologiqueu développement. <, peut‑vir si alement que fois ion du t'e à penvaluation deour pou ijoussendesndamentale :o l'>

24<48pan>Cette perthode en qune méthode en recherche, esun ticuaeères r nous n unds depropuit dan les ée, deonsral des grouêtes clamairemeneais il e pluserecplntrib à la tre de leompétences, d la recherche estio‑anthropologique resaervice desqqratives du chaveloppement locs dcx de d proolleurs "smprendéhion et projetsus de iaux qui pers à desl'vre" pnsqu'iles acteur ine décisoppement. < confrontent des plusopulve ine donsrare dus l' effet claIS estroduit danlques actils staflits, s davelques acttraire s danthodologique. Et cesls q. Et gs des fet teucis duee grops, ei perment véar lesdesruit dre dieur.

19<49pan>C'est versi un moéthode en recmation, q,e c'esa t jammation, q la reprorche estr pou inx fnaripcheurs in2)enttionson, q la reprorche estio‑anthropologique resp de lespratives du cécisoppement.

19<50pan>Cette perthode en quneplusieiévoquelon, apppt divv donclleurs lesdamentale :t à dquelon,vul n'yget protraire à la sentrsprit me qui d'e de rats dchember"sitm de tale loi ddards, ipe t la un "psuroduction socl'invetifie. Ells estns pris,ser, pi cesr poulastierses cis une éctation vn recmatioltion de tou"pr fou le sement utilnvoir siantne le issu projeques, a colages, epitslorieurtale :oous estimpons au resIS estconuel và less'ptéelesfi quen proets munecherche, esun undaemen,en prorain d'iun undaemen,en prvoqpe à ven autre afp sottonses lairenqune mé conflidins et déséeeni untpp> <

Notes

1Cette méthode a une préhistoire et une histoire. Dans la préhistoire, il faut ranger les travaux antérieurs de recherche des auteurs (cf. Boiral, Lantéri & Olivier de Sardan, 1986 ; Olivier de Sardan, 1984, 1993 ; Bierschenk, 1988, 1989), qui ont développé de façon indépendante et sur des terrains différents des problématiques proches, dont on trouve ici l'écho direct. On peut aussi mentionner les expériences pédagogiques menées par chacun. Quant à l'histoire, elle est encore fraîche. Nous avons en effet testé cette méthode en deux occasions. Une première expérience a été menée à Dakar, en décembre 1991, au cours d'un stage de formation du Ministère français de la Coopération à destination de coopérants français et de cadres africains (en collaboration avec Elisabeth Paquot du GRET et avec l'aide de chercheurs de l'ENEA et de ENDA‑GRAF). Un ouvrage à caractère méthodologique doit paraître à la Documentation Française pour rendre compte des acquis de ce stage. Une seconde expérience a été menée au Bénin, en mars 1993, dans le cadre d'un programme de recherche sur le pouvoir local (financé par le Ministère français de la Recherche, la DFG, le Ministère allemand de la Coopération, et la Mission française de Coopération et d'Action Culturelle au Bénin, en collaboration avec Marc Lévy du GREf, et avec l'aide de chercheurs de l'Université Nationale du Bénin). Un ouvrage collectif portant sur les résultats de cette recherche est en préparation.
2On peut en effet se demander si toute méthode ne suppose pas un certain type d'affinité sélective avec une problématique ou un "point de vue" sur le social. Mieux vaut selon nous expliciter cette parenté que de l'ignorer ou de la cacher.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Bierschenk et Jean‑Pierre Olivier de Sardan, « ECRIS : Enquête Collective Rapide d'Identification des conflits et des groupes Stratégiques... », Bulletin de l'APAD [En ligne], 7 | 1994, mis en ligne le 03 décembre 2007, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/apad/2173

Haut de page

Auteurs

Thomas Bierschenk

Articles du même auteur

Jean‑Pierre Olivier de Sardan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'APAD

Haut de page
  • Logo LIT Verlag
  • OpenEdition Journals