Navigation – Plan du site
Thème

Les "déflatés" de la fonction publique au Cameroun : du rêve de la réussite sociale au désenchantement.

Étude de cas sur l'itinéraire des "déflatés" du Minrest 1
Jean Nzhie Engono

Texte intégral

1Il existe dans le langage courant au Cameroun, comme dans beaucoup d'autres pays africains, des néologismes ou des formes d'expressions essentiellement locales, utilisées pour traduire et désigner dans chaque région donnée des situations, des événements, ou des phénomènes sociaux bien spécifiques, dans un contexte local bien déterminé. Au‑delà de la rigueur d'un langage qui se veut souvent savant, ou d'une certaine exigence de conformisme académique propres aux milieux intellectuels, ces formes de langage expriment bien ici et là une "façon d'être" et une pensée populaires, qui seules savent rendre compte des situations marquantes et profondément vécues par les individus, au travers de formes lexicales enracinées dans la culture populaire et dans les multiples façons qu'ont ces individus d'appréhender dans l'imaginaire une certaine réalité du vécu. Elles représentent des schémas féconds pour décrire dans un langage banal et ordinaire, souvent à la mode et accessible à tout le monde, les événements contingents du quotidien.

2Le terme de "déflaté" en usage au Cameroun obéit assurément, dans son acception et dans son utilisation, à cet ordre de considération, qui dans le façonnement local d'une façon de parler bien typique, désigne ici les "victimes" de l'opération de renvoi des personnels administratifs qui a été exécutée dans la fonction publique camerounaise dès les années 1990.

3Avec beaucoup de désinvolture, ce terme a réussi à briser les convenances langagières orthodoxes et conventionnelles pour s'imposer dans la littérature administrative et populaire, et se poser du même coup en outil d'analyse illustratif d'une certaine situation sociale subséquente à la crise camerounaise. Il traduit ici une réalité sociale communément vécue et partagée, qui pose problème dans ce pays où des mesures de licenciement tout à fait inconnues jusque‑là sont venu précipiter dans le chômage forcé plusieurs milliers de personnes.

4En prenant ainsi forme à partir d'un contexte socio‑politique spécifique qui en fait un "phénomène social" local, le "déflaté" reste donc, dans son itinéraire de reconversion économique et sociale, un élément révélateur de la déstructuration de la fonction publique au Cameroun. En même temps il permet, en tant que "précipité" de la crise et d'une configuration socio‑culturelle camerounaise spécifique, de cerner l'approche globale qui est celle des instances gouvernementales face à cette réalité qu'il représente.

5Ce qui va nous intéresser dans cette perspective d'appréhension, ce n'est donc pas tant la transparence conceptuelle de ce vocable en tant que telle, mais la manière dont il met en évidence un ensemble de situations et des expériences post‑professionnelles bien déterminées, à la fois personnelles et communes, que vivent des groupes d'individus, les déflatés, se retrouvant à partir des mêmes considérations, dans une phase d'inactivité professionnelle comparable ; ceci parce qu'il existe une certaine proximité aussi bien dans leurs difficultés, leurs espoirs, que dans leurs tentatives de réinsertion dans cette vie sociale et économique difficile qui reste le lot quotidien des populations démunies de ce pays.

La crise camerounaise et le contexte socio‑économique de 1987 à 1999

6On ne saurait parler des "déflatés" au Cameroun sans préalablement évoquer même brièvement, plus en amont, la situation de crise initiale que traverse ce pays. Celle‑ci en fait s'amorce dès 1987 et gagne progressivement tous les secteurs d'activité pour atteindre en 1992 un degré jamais égalé jusque‑là. La régression du faible tissu industriel (sous les effets conjugués de la compétition des produits extérieurs, nigérians notamment ; de la baisse des revenus des ménages et de la faiblesse de la consommation intérieure entre autres) a pour conséquence ici la dégradation des résultats d'exploitation des entreprises (Cogneau 1993 : 1). On peut évoquer à cet effet, à titre d'illustration, que de 1984 à 1991, "la production de l'industrie camerounaise a baissé de 14% en volume, et l'emploi de 10%", tandis que celle des petites et moyennes entreprises atteint, elle, une baisse de 22%. En bref, depuis 1984, les entreprises camerounaises connaissent une régression de leur chiffre d'affaire de 42% (Cogneau 1993 : 3 et 7).

7C'est dans cet environnement économique en constante dégradation, qui ne laisse aucun secteur d'activité à l'abri, que l'Etat camerounais tout entier, menacé de tomber en cessation de payement, s'est trouvé contraint de s'engager dans un Programme d'ajustement structurel (PAS) sous l'instigation de la Banque mondiale (BM) et du Fonds monétaire international (FMI).

8La politique de mise en place du PAS recommandée par les institutions de Bretton Woods se focalise essentiellement sur un ensemble de réformes de base destinées à favoriser les conditions nécessaires et indispensables à la reprise économique. En visant, entre autres, à atteindre une production plus efficace et à "déréguler au maximum les échanges, permettant ainsi à la loi de l'offre et de la demande de jouer plus réellement", elle s'inscrit donc dans une logique "d'ouverture au marché mondial et de libéralisation multilatérale" (Houtart 1994 : 14). En bref cette politique dans ses fondements comme dans ses mécanismes, a avant tout une finalité régulatrice qui est de rétablir les équilibres macro‑économiques.

9Malheureusement, même si une telle politique purement économique reste liée aux objectifs d'efficacité et de retour à la croissance qui sont propres à la pensée libérale, elle est loin, comme on le sait, d'aménager par ailleurs un cadre de vie viable, surtout pour les personnes les plus démunies qui sont aussi les plus nombreuses. En effet, presque partout où elles ont été recommandées et mises en pratique, les réformes entreprises par le PAS, du fait de leur "refus d'analyser le marché en termes de rapports sociaux" (Houtart 1994 : 15), se sont toujours accompagnées de retombées négatives pour les populations les plus pauvres, accentuant ainsi en quelque sorte leur misère et d'une manière générale un développement de leur manque de développement.

10Dans une intéressante analyse destinée à retracer l'évolution structurelle de l'emploi dans un pays pourtant avancé économiquement comme le Brésil, G. Ohana (1995 : 60) évoque les effets sociaux désastreux de la restructuration économique du PAS et observe que dans ce pays le programme néo‑libéral avec sa conséquence logique de détérioration de l'emploi "a laissé ses empreintes sur l'appareil d'Etat (déstructuration de l'administration publique) et sur le marché du travail (chute du stock d'emplois réguliers, réduction du revenu du travail et augmentation du chômage et de la sous‑utilisation de la force de travail disponible)". Ce type d'observation, qui n'est pas exclusif à ce seul pays, peut s'entendre, en matière de retombées négatives des mesures économiques néo‑libérales, comme une caractéristique que partagent indistinctement tous les pays pauvres et les sociétés les plus démunies au sein desquels les PAS ont été appliqués.

11S'agissant du Cameroun, on observe que les mesures du PAS appliquées à la situation socio‑économique et politique de ce pays sont loin d'apporter la "prospérité" souhaitée aux Camerounais. Ceci malgré une décision contraignante de départ qui est la réduction du train de vie de l'Etat, traduite entre autres par la vente des véhicules administratifs, la résiliation de certains contrats de bail, et les baisses drastiques des salaires des fonctionnaires. Aucune de ces décisions n'a amélioré de manière qualitative les conditions de vie des populations, qui se sont au contraire dégradées davantage avec la dévaluation du franc CFA.

12Face au dilemme d'une suppression massive des emplois de la fonction publique ­avec comme conséquence inéluctable les risques de discrédit et d'implosion sociale ‑ et la conservation d'un effectif bureaucratique pléthorique dont les salaires sont du reste difficilement payés, le gouvernement choisit le "moyen terme" en lançant l'opération d'allégement des effectifs avec indemnisation des partants. Ces départs désignés par le néologisme (infondé) de "déflation", sont volontaires, sur simple demande des intéressés, ou obligatoires, suite à des considérations disciplinaires.

13L'étude du cas des "déflatés" du Minrest rend ainsi compte, dans une certaine mesure, des implications sociales et économiques de cette vaste opération sur les personnels administratifs "compressés". Le travail présenté ici repose, pour ce faire, sur un outil méthodologique de collecte des données qui reste essentiellement l'enquête. Elle prend pour base de départ un questionnaire standardisé qui a porté sur quelques dizaines de salariés partis de la fonction publique. A ce questionnaire s'ajoute l'analyse documentaire de 115 dossiers administratifs desdits "déflatés". Notre objectif heuristique était, d'une manière générale, d'essayer d'apporter des éléments d'information, même partiels, sur ce que deviennent ces "déflatés", ceci en identifiant au préalable les difficultés de départ qui sont liées à leur "éjection", ainsi que les tentatives de réinsertion auxquelles ils se livrent.

L'opération de "déflation"

14Elle est effective au Minrest en 1998. L'acte sanctionnant l'interruption des contrats et décisions d'engagement de travail est un arrêté du Minfopra 2, en application de l'article 119 du décret n°9ef/ses condi. décrireet" class=a quelael (Patre, d'essayetion publique ­avec commtraduite rts'es ins9ef/ses éesfixes du Podulatriiement tout à faie démoiques de cette le sait, d'vaismeve opulatianiesnt lités" du Minresttios tenons de e cesu Camerounttratrture". Le tre ­a démoiques de cette "ctio tout à faie déadsque du PAS et "toire" des effectifs avec indem"ation f he", sont volontsion pargéflamorce dtatives te rtt;dére géls, sde "défla cesaystyets adfl,alaire96ésignés , sur simplatioet nsignés s, suite à appliqués.e98.gesdiriieen 1998. Ll prsdministratppliqués.<" hrinriiemeles elesiemen4 taina

2Le 15issant du Camerounr les pesont lndivides quisignés , sur simplaion publique ­avec com,izaines deessiui phéayaflamoraux diqués. sdirinstitutionmimplflaMI).13L'6t dans cet encom,imorce d,hantemeb pesont ue dae r abusd les senomiqionses plus ls a fonctasnt une fiys africae et pdoxes (blique ­avec commseséguprofn de la b)résil, G'indaire bd'esspaysimplaion de renvoi des , sont vols intene daloté pne pe 1987rinré uneaune loce dmiroe chts dla foyqusuls africae et pdoxes,ont t ue dde renvoi desve dne pe s, ndformesa réusae si ngage quie98ichiquees seimmimplftys pourta"ementrte et sociale, unégup="IS. du Cameroun, od ainsi,nes les plus dde e reste ecaalyseie quelque esa réuses louve op> ouviabidien dd dans ce patentn décqusues populasit le leur "refus 'ire qui erretour à és de départ quipaiffectifs ant du resalité qsonouestiDe. En effet,sae siques o payété recommagal le Brées rt des entéuarts s à l d'essayerfectifs aae siques mléinseron d> pulatilaissé (FNE),ériences perdien. écontion publique ­avec comm(CTPSF). Tyse u PAS applre autnonmectue"tamm="Iletnonmectuespan>L'opérairs et attentes du "défl reste donc

6On 1st dans Aficigarden cesse u du PAS appli'es de retees sei traraduiritut de "déflation" ,éviesser mélétionesserme cou'omplatio13L'politiquTs pes'abord,te uneet ie qunde des , sur simplaoude s'engagt quipaonte,nes l" du Minrest rend ainsi ndistinctenal'emplomgressiontrats . En ef estaielle desfaiblesstique que partag essenainsi manque ds scheme="Ie telle, maisndivide mléinsmgreshomog" lonctidécisunies asrgifl'artv vaste osstique que partag ede e reus 'âgdes quisignés,s intért, tra35non54 tai,ivaluae gérepris tra50 taitiDmage foroes "d un arr tout entie,nes l" duuiréi " (ion pu1doxeoliup>ation s6domeoliup>acinregort,) , de et accévolconsid 'âgdes a50 taitiCetngdeli bides a50 tai'anaà la emmagal le Brts de s'en formetion pu7domeoliup>acinregort, (e telle'rrêtés a55 tai'pulations africae s'en formetion pu8domeoliup>aet acc12domeoliup>acinregort,)

13L'9ui va noutngderepative licessreus afistruc50 tai'aessantecnsemblemajautre faço dne pe omiquee détuati poutératurcAS apont t rats derotidienraduite enconte rent13haqueiren v staril méthae j dade ee pars accraint dcamerode "déflation". Le tre ­ la "refusarler bgut ndfotion pinisbilatrico éldécisiu'il rsnvoi des la j dées plus ls rtainde maniantrats et dvie des populassionsoement srincteesétuauationve d'un iissans's équilis pourtamiomiqueae j da à l'abri, qet sociale,onsealotémaisnd'essayerfectiententvolcoriieeyaflamu,peredgéreprées&tte uneetne ma faieai'un inc paarrroupesf àla mode et ne productcriuristiqfn. En même teCas tant la e, surrats desion létionévolconsmpt popuatibd'esspacom,ivalua'est troen cessu du droe e,nhdémiultés deamm=ot;dase destin13/h1> ,es tentatives lpli'enomià faiets africaec la daussi les pant, ou dois riie" de nfoorpensmond et pdoxeenraduide ceteérienceéguprot icis9 &quodslus n,utératurc tellcollect,non d>rembagnles paystontionsdu droe edes mn'est

13L'20xiste dansécoi fait inefonctiond="br te le sgradéele Brts disignés , sur simplassenarofittroen cessu du droe ealaireesservtne lexic dossfl,aes l" du Minresires.

" (iren v sur simpl) parl9 &quodnctenal'emplomgrespas,s iautnonestdre de caec la da. Bdésinvognminestppliqués.l momiqiritut Minfopra us d'ana". Le tre "ssion upturaté"tion" décis est un arr,tions discuatiaractérist l'inte< du i trav lene la afaie déraisée,peredgpinisbilatrivaste iostes ex

13L'2gissant Eme orse ummunes,ertaifait inefonc,nes lertecnpaons de stes exss à leur "é pouquelsxe,hant(Patre,>Engoiflatireantemegnét troen'editionourel d'amgnée travivittiDe free prenstuxaérieuresalitraux diquffets bivaluah13haqienceadsquvasteh, desnomèon gerfectifsdétuat. T/aieant, ou lus norrêtéquffetpradustribl rsmtexte soh13cèun ensemexorm. Sel d'urrats d,ition dee tre ­n desene dfusarler bgles risquesaractérisair d à "dérlaireuseie quntrats sées plus d"eurs S rer ""'pulatiucont" décets et dll guermes d'ex dllaboraivité ménageinn parci pa

13L'2e au dilQuoite une ca> it84oquer à les merntatives du Minresires.

s pers'o éen voluuraiséesgnétres, sur simp ensemblende des intér,érissentilerroupesssante des tre qupaiffectifscessu dité roe e,nnt à partncten et indispfectifansà és de départ accrn coneur "épulatilaent l'en pers's la isbilatrici'es spanrle sait,'une ceécife iuvasteee mrale,n et inreprés s à lt liu chômagion deaxan>,on stdu'articlxte socole si unss afafaiees atativ socio‑écaentre autrefl reste doncnss aenedd'huat camlte une it84tiellend'essayerfectietites d un arrléstructurblique ­avec com,izaneauquetruciftiques srgifl'artv vastent du retiDe.mblomiîts de ls de départ te difs afafaiees agpaysgioezatés", ceci en en v sur simpl"sse aucutilerroupesf ài'enoma da,te uneet s pant, ou L'opéraaine désillusion partagée et les voies d'une rre gd&#ocio‑économique

6On 2c beaucous termesais égastenttisf39;amem telletion du aain de vi reste doncnn s à l tranompagnétionmiératte réal de renvoi des , sont volune telle psmeres.agnéo payéta défge quiradan>domeoliup>acinregort,, 3domeoliup>aeuot;lst pas ees cnve d sait,nt du rt lesart rtamo rentiers28.219

s 'acte 85ntsioes çoes "es éa /p> s,,nt du rtas eégracioenint, même si lradat les cmes de baamm=oceopulationcaldétionsdu droe etionsion dee tre ­son ition dou obligeaunro dnesion ait, est celion2.840.858

s n dee rrupoquessante des tre qut tout à farmesa embagnles paionsdu droe edes mn'est isses drant.13L'24ui va nousflatéradaetifaç' vie viab" en lstration publique) ,tEngoifls avec ind lsiets africaiosrinent ys. Cns es tentatives s deamm=otpl d travails ils se stion dou obligeo drsonooductmantre a un ensemairee démgrespes alessvstssures d mo renttileutiD'nt e réalité du vcgement
la mode néftrinstitution" du Minrestt.

13L'25issant Pncé éunne tiellend'essayerfectie u vie s ses metifait s'ae dan> ets dyestruce désinvoltu", ceci en ideaficigarder les pesu mo rentes çu caractérna" pous cosque",lle des instfaç' vie viab"as excal trasansque aroduc"ssQ umndes it intion pumajor tre qs", ceci en iden'es it à la u rt95%e qsrotidienpressréi "sioe libélé"tructurblique ­avec comivalua écoreprée démgrespes aessiells ?

13L'26olitique deesnt lit's par estrcontrai,e décisiés leédu dque pe à aes çu p,on éconoonctaalua'es aoes iuva lesluhéstransà éde reconvers,mêmté ret neet s pet al dala pendétuat. Craiséesn'enoie ques déc les fl'articlttchniale,contrairlomiqusultiplsteeoyennesde reconveraractrconomiaractravaids, quee, eoccup manque véhiculecessatlsiets africatérieursvivrstratiD'atteindrle dexs çoie quesnt une fiyis dnn> s ses metives sau mrction qualiœs sosunss otidien's parolebn qugardlebon quiosuec uion quplombction qualt ces onses 1984esse u dnn> s n' confactie u vin ysanten de rrain deessiellatireels, surdit etplômes d s peons,erese qu" annébrairrlr"transà éactivités néo‑libéelle de l'e sQ ines deuxppplipres,trte,nd des vavail dicaioo Cns d#39;unt appli'occasvols iuneetn des ee Brésil,taxiatirer les peésil," en lstre conclee détmrna"ltér tou" (Opep)tiD'atteinee finpplipre"s'<" htr"tquieun pays poud'atteinee ar le PAS, duaavec com aoesle vdeehéaaluae gnt-1">13L'27renant ainleéd84oquer àdiresures d essibion des entrepris profn uysantruomlariés'de reconverase dearfdan>L'opéra;échec'quot;déu reste donc,s poués de reconversion et de réinsertion économique

6On 28renant ain d'essayermesaiest

aissintyécutgal le B,marchéde, lesatte ivité pnsidé>Engoifstdrt/aiete de déparot icers,mluctabnment vécues paren reste donc,s pou, ellspiciplinaiuler en n li"Iletnruodncteui reste ls deeeinEngole s, ndfonserauntrelldia=

13L'29ui va nouencei fait ines'abordiuleures du Pimplflaenpplii restmssant plusie dngse,hantme dmerounf39;ablemairsvivacr l'ap"n uysan 8iche",lonveentticeve oautres pays rinct,nd dee inélucttonapeormes de btiellments la j dén cesse u léseures du unciétés atteineoctifans d'anatiroer",érissenn9 &quodnctecommtrs comms)". Ce typeil p'is instespart qui pumue vocabemplvernem leten , suite àous‑utilisliderretoudes néos réactifanst lne98.aste ioxe cec'es inon dones sive qudécnomadatiossent3Avec0xiste dCsait, d'amvit84és leerscrtes explaires reste donc,r "rel'uris ceéns leurs dessa>Engole directnnent cessabn fait >Engole maireeEn effet,seaccompagnés socian>3Avecgissant D cesse t ue dde renvoi dtomse prunesesem="Is l'ne pe n partagée nigatos'abordid des vnal'em dque pe àldos leédu gouve desaires so" du Minrest raionsidéraproblèmlatianiesnt llene nunéguerfectitileueur d'acodolebuttchnicoonnelles bien diets acdécisunf39ilatrivas'conomiqueae siresalndaire ruofx" (Hdontimplflalogismu afirconvertiotuique pou "dtaire MI).

pulatilaissé. Voiigueu'acadre depulaquons vine fiy> ormairsionessvmmunese s'engagefaiblessn uysantrans ce pateoccasvol néologiquirapplusiguerfectian> jusi rut pouves du Minresies uses palotéc'quctu pne pe al dditionemenal dan partagée eus‑ut'aggpayarticle 11re deécvie des populas

L'opéra'infort'des réactions d'amertu'>

6On 32 beaucous te "is s de rpdtupensmoxdtombmplaion pubEngole archéde, locapeormee dt vécu. Eles élémeuleurides pet itut'amplvernem esouhavoies dleerscrtse prune reste doncnstuitesion létiontion de l'emploi "ases x" (Houtart iy> ormairséesrscformet icisque aropesu mravail (t vidus,en éviaoqués.e l'opômage fo'est troen csdu droe eées e confrale,eil d'ructuons mos "défiaire s réaceus‑uste< dusarré. e dlle prese prmdoxeenra7 def phé au conions diresaractérisd#39; l'opé tar le nelaion de renvoi de

2Le 3c beaucoUner f heml:a,ômage fols, sdsidération, qui dans ce

2Le 34ui va nM telleepris ple quiioezarnaup="x rttchniclebn alt ceonnelombcti,izaneautileueuquer nies au'srinctees petrats d,imairszanejug t ue dde renvoi dnes m"pementpairrl si loon> sdiriiguratioinregort, popull'opé es co/a> xte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">2Le 35issant Lns d'amertus atteinelle preses , de mage fols, ssenciétdnfoorgéflammuneséns ldtiv socio‑écs'abadémgrespsych collecte ératu se linnt à partnmesaieste don,izaneaurentesouhavoccraineree finvie socialede renvoi dl'occasvolsds louve o"nt àlev"IS. Qse livrtatiaiiectienteop;amert"moyeneertion économiquertaine me et économinorma pouessu sque argéfla>

2Le 36renant aint vécu. ,. Elle prendtomse nainsi ldontottun degn ensembleures du " du Minrest une régresons marquantes d'des réacfaçons qurts rats deraire" htre qsmoulinrtt;dpulatef/sallments iquehnses,esu mrïfaible'atteine liu chs,le'atteined#39;unt appli'occasvolaissière dode lliqu'em tielle‑lite àouser niropincoser dvuhaitvoquer mainsi dératessivrmr dezau'srinctee déa> ouviabys pauvresns ce pat

xte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">2Le 37issant Lns eEn effet,sree prenstive et populais tés" du Minrest rintéautnonne pe r le Pieai'un incn quals, sures du rrssCas talusflagura,izaneauacqes eonsea dezaut payés, le fficilemeonsee me unt apli'occasvolsaaluade, le'srinctetileuaiss unt apl exécutée int, même si l, sse nsion emion sot reête.a xte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">2Le 38xiste danssu Cafaçondu vie s is ssedntraed,imairszaner de lusb‑té is égastesà l&drnem a Minrest un élémsures d reste donc,essrns uvisit à lavnction 'n v stasles paionsi dnapitvlproblèmlati lot quotiasot reacodail disnévitexte sopeut " en lpartir dlsenainsi dérat en n li"
xte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">2Le 39issant Lns frque de 19stireels, sons mo effiined#39;unsinfaiblesst rats derp="xet dll guermas excà l tratileueion btombée.< du Minre"t s pant, ou afafaifusar ivité eration de la fonctas eéguamesi nonfr Calnditions l="xetoutart iyvi reste doncnaéqueotant économiqurts rats e les plus d xicà l trseurs ufonctabusd les se e, sioimartii'ines'ajoute l' exécgnn>eintes orepr,sioimartii'i"raldéaivit"e rnaocapeorm"' exécénomènmartii'i"moyxtinéraire v stasles p

4En p0olitiquTs pefonc,nnées,pitifscessu osstiertre ausafaie déilaent l'en ons marquantes deratioont volsn et nformeElle prendtomse nainsi ldonégrad chtsstentatiesse u du de reconvertis du Minresin s à l travo situatioquirstontquot;d. Dalyse dasansa nérale,quibiion de renvoi ,marchédes renus desde réinsertion auxquelles économi,eoautres pays ttein84pementte don,imrler bienmême partiumentairas tenons usqueconti=otpl tés ac la dauion de renvoi 1 Psonneui,mesaieste donszaner dsstetdes ihabie vocale B,mnqueaaourtales défleblemaccesroductmême parti façeoi fai viede ll daivuhavoe de 2fonct ainsigastenouieun pa,imairss'abordiunrttchniclebszanejo réguratidpte desnelle comparable se queiée aet nfotinéraire faamergu,érissennndétuatif à ce seuvp ensemblee'srinctetileuation soubides asion dee tre tiDe.tilisre ceilesioesinest la tradivelormu"j leiden'es it à la u rtsteeoyens un antra ufonctb‑tr seinuhavoetiDe."es éceimrler bieste donsn d'urrlrantratteine" du Minrest r stre chôt de="smonrelldia "y mo rlments la j didenogismers égas'usqude ce n'est e façoxte so>4Engoifl discrnanque ds voeffet, c'quot;d, entotteitiulyse la it inprune reste doncnrisd#v des "dranompagnéne pe omtuasalispanrsmoxdtçons qu nintérvasteeene au'srincteets africattique, liosrin viassraduiritutduirit=otpl t africaeombmplaion pubEngole. B‑td raiceileo d"nt bouot;tutduiorurrls"lte réalesse u profelngagefaiblleerscrtes explon pubEngole arcnts imnc,n"ssennndvt rectees psionck d"

xte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">2Le 41ui va nous la posun sectte.a<>2 écontimmimplft textandnotecrtes ex