Navigation – Plan du site
Présentation thèses

La maladie et ses accords. Le sexe social, mode de déclinaison et espace social de résonance de la maladie chez les Mòosé du Burkina Faso, Marc Egrot, thèse soutenue en juin 1999, Université d'Aix Marseille

Cette thèse propose une étude sur les interférences entre la maladie et le sexe social chez les Mòosé du Burkina Faso. Elle utilise pour ce faire les résultats d'une enquête ethnographique de seize mois dans la région de Bazega. Une présentation initiale du contexte social et culturel permet de fournir certains des éléments nécessaires à la compréhension des descriptions et des analyses ultérieures. Elle porte en particulier sur la séparation sexuelle des espaces et du travail et sur les conceptions religieuses qui participent à la construction des représentations de la maladie et du sexe social. L'approche linguistique, par le vocabulaire relatif aux désordres du corps, autorise la mise en évidence de principes et de logiques qui déterminent la nomination d'une maladie face à un tableau sémiologique. L'étude des représentations et des différentes étiologies possibles de maladies conclut ensuite à l'existence de deux modèles (ontologique et relationnel) utilisés dans les schémas explicatifs de l'événement. La divination, lieu privilégié de cette recherche de sens, permet d'illustrer la pluralité des causes de malheurs, l'éventuelle complexité des interprétations, certaines influences du sexe social sur les modèles étiologiques et la manière dont les Mòosé entreprennent une recherche de causalité. Le sexe social est abordé par l'étude de la numérotation des sexes, une relecture de certains contes et de quelques mythes, une description des différentes étapes de l'alliance matrimoniale et une présentation des conceptions relatives à la procréation. Cette démarche permet alors de mettre en évidence certains des éléments contenus dans les représentations de l'un et l'autre sexes. Dans la dernière partie, l'étude des maladies d'enfants, de la sorcellerie, des troubles de la reproduction et des maladies liées à la sexualité permet de montrer que le sexe social structure les représentations de certaines maladies et qu'en retour celles‑ci légitiment cette différentiation. Ces usages sociaux se construisent en effets sur une asymétrie des registres étiologiques (en fonction du sexe de l'individu malade) ou sur une asymétrie sexuelle de l'imputabilité. La maladie apparaît alors comme l'un des lieux d'expression, mais également comme un outil de consolidation, de la différenciation des sexes. Le sida est ensuite étudié comme cadre d'actualisation et d'observation de cette différenciation sexuée de l'interprétation causale.

  • Logo LIT Verlag
  • OpenEdition Journals