Navigation – Plan du site
Présentation thèses

Dynamiques et formes du pouvoir politique en milieu rural ouest‑africain : étude comparative sur le Bénin et le Niger, Nassirou Bako Arifari, Marseille, EHESS, Direction Prof. Thomas Bierschenk.

Le propos central de la thèse est l'étude du changement politique dans les sociétés africaines vu sous l'angle des relations entre l'Etat et les collectivités locales à partir de la notion d"'arène". C'est une étude socio‑anthropologique, diachronique et comparative des changements ayant affecté les arènes locales de pouvoir en milieu rural au Nord‑Bénin et au Sud‑Ouest du Niger (des réformes coloniales des années 1930 au contexte actuel de démocratisation et de décentralisation annoncée) à partir de deux cantons (Gomparou au Bénin et Gaya au Niger). Quelques questions ont balisé toute la recherche (plus de 12 mois de terrain) ayant abouti au présents résultats. Quelles étaient/sont les relations entre l'Etat et les acteurs des pouvoirs locaux et quelles sont leurs implications sur les recompositions des arènes politiques locales ? Quelles sont les stratégies de pouvoir mises en œuvre par les différents acteurs dans les contextes successifs et quels sont les principaux groupes stratégiques à chaque époque, les enjeux autour desquels ils émergent et les différents modes de gestion du pouvoir et des ressources locales ? Ces transformations politiques locales ont‑elles des implications sur la construction de l'Etat dans les deux pays envisagés ? La réponse à ces questions a consisté en une analyse des interactions entre le national et le local en fonction des changements successifs des politiques gouvernementales à l'égard du pouvoir local et des stratégies d'acteurs, ainsi que les configurations successives des arènes locales qui en ont découlées. Ainsi :

1. Contrairement aux analyses structuralistes courantes sur les relations Etat‑milieu rural en Afrique qui perçoivent l'Etat comme un acteur toujours hégémonique, cette thèse montre à travers une approche micropolitique fine des processus politiques locaux et une analyse du fonctionnement quotidien des arènes locales de pouvoir que dans son projet hégémonique, l'Etat apparaît comme un "acteur‑négociateur" parmi tant d'autres et qu'il n'est pas toujours celui qui est le mieux armé face aux autres dans le jeu politique local.

2. Elle montre en outre que les arènes locales de pouvoir sont un niveau d'analyse pertinent des processus de construction de l'Etat et d'étude du politique en général, du fait des multiples interférences et chevauchements entre les enjeux, les ressources et les stratégies de pouvoir entre les niveaux local et national ainsi que du fait de la multi‑appartenance "arénique" des acteurs concernés.

3. Elle montre aussi que les phénomènes d'empilement ou de sédimentation des institutions dans les contextes de pluralisme institutionnel ne sont pas mécaniques mais sont le résultat de processus complexes de sélection institutionnelle en fonction de facteurs très contextuels.

Ces hypothèses ont été développées sur onze chapitres à partir d'entrées thématiques transversales aux deux terrains (différentes politiques postcoloniales autour de la chefferie, pouvoirs élus, formes de visibilité de la représentation locale de la puissance publique, formes de l"'Etat local", politisation du foncier, intervention des cadres ressortissants, pluralisme institutionnel, cultures politiques locales induites par les différents changements successifs, typologie des formes de pouvoir, etc.). Elles été précédées ou complétées par des analyses monographiques sur les processus d'institutionnalisation des différents champs du pouvoir traditionnel et sur les autres aspects spécifiques à chacun des sites étudiés dans une sorte de comparaison de proximité.

  • Logo LIT Verlag
  • OpenEdition Journals