Navigation – Plan du site
Présentation thèses

Les conceptions autour de la transmission de la maladie et les pratiques préventives citez les Dogon du Mali, Sidiki Tinta, Thèse de doctorat d'anthropologie sociale et d'ethnologie, Direction Jean‑Pierre Olivier de Sardan, EHESS, Marseille.

L'anthropologie de la santé et de la maladie en milieu dogon du Mali est au centre de ce travail, focalisé sur les conceptions de la transmission et des pratiques préventives. L'analyse se présente selon un plan en quatre parties. Dans la première partie l'auteur présente le contexte global, les cadres socio‑historique et spatio‑géographique de l'étude. Ensuite il fait une analyse des choix méthodologiques où les pratiques et les discours sur les pratiques comptent tout autant que les notions et les discours sur les notions. Enfin les raisons du choix du sujet et les objectifs recherchés sont indiqués. La deuxième partie est consacrée à l'état de la question dans la littérature où les écrits d'historiens comme de socio‑anthropologues de la santé et de la maladie témoignent de l'importance de l'altérité, notamment de la peur de l'autre, dans la construction des conceptions populaires de la transmission. Historiquement, la fuite devant l'autre et les mesures de discrimination ont été utilisées comme mécanisme de régulation de l'altérité en général et en particulier comme pratiques préventives contre la transmission. Ces pratiques sont d'autant plus mobilisées que l'état des connaissances thérapeutiques n'a pas permis de trouver des médecines efficaces contre le fléau qui menace la société. L'évolution du savoir médical dans ce domaine est parfois lui‑même prisonnier des enjeux politiques comme l'atteste l'émergence de l'hygiène politique et les débats conceptuels qui ont eu cours jusqu'à récemment dans les milieux de la santé publique. Dans la troisième partie, qui est le cœur même du sujet, ce qui fonde essentiellement les conceptions dogon de la transmission, c'est la pensée analogique et l'expérience empirique. Les formes de transmission envisagées par les Dogon peuvent être classées soit dans la catégorie des "transmissions involontaires" qu'on peut qualifier de prosaïques, soit dans la catégorie des "transmissions volontaires" de type essentiellement magico‑religieux. Quelle que soit la catégorie envisagée, les Dogon conçoivent tous les moyens de communication inter‑humains et inter‑univers comme des modes de contacts contaminants. Dans la quatrième partie, après avoir défini quelques notions de prévention, l'auteur analyse d'abord les pratiques préventives populaires sous deux aspects : une prévention large et a priori dans laquelle on tente de se prémunir contre toute éventualité et une prévention spécifique et a propos dans laquelle où on tente de se prémunir contre un événement imminent ou annoncé telle une épidémie. Ces deux catégories, dans leur grande majorité, fonctionnent suivant trois logiques : les logiques de la similitude, de l'opposition et de l'association incompatible. Enfin il est fait une analyse de la modernité sanitaire dogon où à côté ou en face de la prévention traditionnelle existe celle proposée par les services de la santé moderne et dominée par l'éducation pour la santé. Dans le creuset des deux se déploient des stratégies et logiques d'acteurs qui priment parfois sur tout autre objectif, notamment de prévention.

  • Logo LIT Verlag
  • OpenEdition Journals