Navigation – Plan du site
Thèses

Agriculteurs et techniciens face aux aménagements hydro‑agricoles : contribution à l'étude socio‑anthropologique d'un conflit de rationalités. Les groupements d'attributaires de la réforme agraire et l'office du Gharb‑Maroc (1960‑1995), par Mohamed Dardour, Thèse de Doctorat en Sociologie de l'Université de Tours, Centre d'Études et de Recherches sur les Dynamiques Interculturelles, 1997.

L'irrigation agricole artificielle au Maroc est un des aspects majeurs du projet de modernisation des structures agraires léguées par l'histoire et donc, de l'objectif de transformation des paysanneries. Elle constitue de ce fait, l'élément fondamental de l'intervention massive et systématique de la puissance publique, à travers les organismes de développement dans la formation sociale rurale.

Loin de constituer une opération technique ordinaire et neutre, les aménagements hydro‑agricoles se classent en fait parmi ces entreprises potentiellement transformatrices de l'ordre matériel, social et symbolique à la fois.

Parce qu'elles sont porteuses de valeurs cristallisant une conception du monde, celle en l'occurrence de l'ingénierie technique hydraulique et agronomique, ces opérations que sont les aménagements hydro‑agricoles, programmées, rationnellement orientées et finalisées, sont de véritables "acculturations planifiées". Les changements qu'elles induisent prennent en effet un caractère délibéré. Aussi celles‑ci s'apparentent‑elles à ce que l'anthropologue Roger Bastide qualifie d"'actions manipulatrices" (1971 : 230) et ce que le sociologue Paul Pascon identifie à ce "mouvement universel de nivellement par le bas (de la société paysanne rurale) par la société industrielle" (1986 : 64). C'est‑à‑dire une entreprise dynamique de transformation intentionnelle des statuts des hommes, de leurs conditions matérielles, de leurs pratiques et de leurs attitudes ainsi que de leurs systèmes de valeurs. Cette "manipulation" de l'ordre social et culturel a pour aboutissement la substitution à la rationalité paysanne de la rationalité technicienne et économiste de cette ingénierie.

Or, cette action de transformation délibérée suscite une réaction de la part de la société paysanne, fut‑elle "bénéficiaire". Elle débouche, par conséquent, sur un ensemble de situations et problèmes qui demandent explication et compréhension. Parmi ces problèmes, il y a notamment :

  • les rapports sociaux entre les paysans d'une part et d'autre part, les autres groupes et entités (Etat, sociétés de développement, groupes socioprofessionnels, groupes de pression, notables...) ;

  • les conflits de rationalités entre les Sociétés de, développement et les groupes et communautés paysannes auxquelles le projet est destiné ;

  • l'opposition entre "tradition" et "modernité" ;

  • le dysfonctionnement des aménagements hydro‑agricoles.

Aussi, cette étude se donne‑t‑elle pour objectifs :

  • d'étudier ces différentes situations provoquées de l'extérieur et, donc, d'analyser l'action planificatrice des Sociétés intervenantes et comprendre ses mécanismes propres, à la lumière des réactions qu'elle suscite chez les agriculteurs ;

  • saisir les logiques en présence de ces deux groupes humains distincts à la fois socialement et culturellement, dans leur degré de correspondance et d'éloignement, de compatibilité ou de non‑compatibilité : en bref, appréhender la pluralité des situations et des pratiques prises dans la dynamique sociale et leur signification ;

  • d'analyser l'impact des interventions exogènes, multiples et systématiques de l'ingénierie hydraulique et agronomique dans les sociétés paysannes, à travers ses modalités et mécanismes divers à la fois d'ordre organisationnel, agronomique, économique et social.

À cet égard, les concepts d'acculturation, d'interprétation/ré‑interprétation, de résistance forgés par l'anthropologie (Augé, Balandier, Lévi‑Strauss... et notamment Bastide) paraissent particulièrement féconds pour l'analyse des situations de contact et des réactions des sociétés paysannes vis‑à‑vis de l'action délibérée et systématique des Sociétés de développement. Comme le dont de même les concepts sociologiques de différenciation/stratification de conflit/opposition et de transition/reproduction (Bourdieu, Marx, Pascon...). Pareille recherche s'inscrit naturellement dans la perspective du changement social et culturel.

Le Gharb, région du Nord‑Ouest marocain, à travers l'aménagement du Bassin du fleuve Sebou (BIRD, FAO : 1970), le plus grand bassin hydraulique du Maroc, est tout à fait représentatif de l'ensemble de ces situations. Il illustre l'importance de ces problèmes au plan local (Maroc) et régional (Maghreb et Machrek) comme d'ailleurs au plan mondial, et donc de l'état des rapports entre l'Office d'irrigation et de mise en valeur d'une part, les communautés rurales d'autre part.

Cette région constitue aussi un laboratoire du changement social et culturel grandeur nature, propice à leur analyse et donc, un observatoire idéal des changements en cours dans la société rurale. Cela tient à trois raisons principales :

  • l'ancienneté des opérations de modernisation et donc, des interventions, leur systématisation et leur concentration,

  • l'application de ce modèle technologique et économique, ensuite, en œuvre dans les autres régions du pays (8 grands périmètres d'irrigation modernes étatiques, soit près d'un million d'hectares), le Gharb est à cet égard, une zone pilote (Projet Sebou, Bird, FAO : 1970),

  • l'accumulation historique des interventions et donc, des transformations à la fois écologiques, techniques, économiques et sociales considérables, et des chocs culturels enfin.

L'étude de ces situations et ces changements s'effectue au moyen de l'examen de deux unités d'analyse pertinentes : l'une technique avec les aménagements hydrauliques, l'autre sociologique incarnée par les attributaires constitués en coopératives agricoles initiées par la puissance publique. Celles‑ci sont d'autant plus intéressantes pour l'analyse qu'elles se trouvent réunies dans une même zone et opèrent simultanément dans un espace social identique.

Aussi, ces deux modalités inédites constituent‑elles à l'évidence, deux éléments parmi les plus acculturateurs que la paysannerie de la Région du Gharb, et celle du Maroc en général, ait jamais connu jusqu'ici.

Au plan méthodologique, cette recherche associe simultanément deux approches : sociologique et anthropologique. Elle s'appuie d'autre part, sur un dispositif d'investigation associant trois outils (triangulation) : la documentation, les entretiens et récits de vie, et l'observation empirique, le tout dans une immersion sociale à plein temps et renouvelée dans les groupes et communautés étudiés (paysans et techniciens).

L'apport des sciences sociales voisines : Economie, Droit, Science politique et principalement la Géographie et l'Histoire a démontré leur opportunité et leur importance dans ce genre d'étude dont le souci méthodologique est évident : rendre compte de la réalité sociale, dans sa complexité et sa globalité.

Les principaux résultats auxquels cette recherche a abouti :

  • le décalage persistant dans la programmation technique et agricole (superficies projetées, équipées, irriguées) et ses incidences sur l'autosuffisance alimentaire ;

  • une rentabilité incertaine, voire en deçà des investissements engagés dans les équipements hydrauliques (du fait de la conception de l'aménagement et d'une manipulation inadéquate de celui‑ci) ;

  • l'introduction des pratiques et d'une organisation du travail agricole et des systèmes de cultures inédits rendant désuet ceux propres aux paysanneries ;

  • le caractère normatif et autoritaire de l'action de l'ingénierie hydraulique et agronomique et donc du projet de modernisation, tant dans sa composante technique et économique que sociale ;

  • l'opérationnalité de la logique paysanne et donc, relativité de la logique technicienne et économiste ;

  • l'absence chez les techniciens de méthode d'approche des agriculteurs ;

  • malgré l'ancienneté de leurs interventions et expériences, les décideurs, développeurs et techniciens des organismes agricoles ignorent les groupes et les sociétés sur lesquels ils interviennent, leur fonctionnement et leur rationalité qu'ils ont décrété de changer totalement et rapidement ;

  • l'existence d'une distance culturelle entre les techniciens et les paysanneries ;

  • l'absence chez les agriculteurs d'une volonté réelle d'appropriation sociale de cet outil de production complexe et coûteux qu'est l'infrastructure hydraulique d'une part, d'identification sociale à leurs groupements d'autre part, dont les signes les plus manifestes sont : l'usure prématurée des réseaux et la détérioration avancée de l'ensemble des équipements due à une manipulation inadéquate par les usagers et l'absence d'organisation sociale autour de leur gestion rationnelle, celle de l'irrigation et leur non participation à la marche des coopératives ;

  • l'absence initialement dans le projet agricole et rurale et, de façon générale, dans tous les programmes d'action associant les paysanneries, suscitant l'organisation des usagers de l'eau agricole ;

  • une participation formelle des agriculteurs et absence de "gestion en commun" de leurs organisations dans une perspective de transfert des responsabilités ;

  • l'opacité de l'environnement technico‑administratif, économique et financier et absence totale de transparence ;

  • l'inexistence de relations de travail entre ces deux partenaires obligés, techniciens et agriculteurs ;

  • l'existence d'un climat social et moral difficile sur les aménagements et autour/dans les coopératives aussi bien entre agriculteurs d'un même groupement et ceux d'un groupement à l'autre, qu'entre ces derniers et les techniciens et leurs Organismes respectifs (encadrement local chargé de la police des eaux et de la conduite administrative des groupements notamment) ;

  • le problème du Crédit institutionnel et solidaire, son caractère normatif et inadapté et son interprétation par les agriculteurs : absence d'autofinancement par les groupements ;

  • le caractère autoritaire et descendant de l'action du technicien à travers la mise en œuvre du projet de modernisation agricole.

Outre qu'il débouche sur une organisation nouvelle dans les domaines de la mise en valeur et de la gestion de l'infrastructure hydraulique, l'aménagement suscite une entité sociologique inédite et induit, parallèlement, un nouveau rapport au foncier par une action directe sur les modes d'accès et de gestion de la terre, antérieurs à lui.

La faible superposition des structures techniques de l'aménagement (réseaux, mailleurs hydrauliques) et des structures sociologiques (groupements d'attributaires) suscitées par le projet rend par ailleurs difficile, voire problématique leur identification par les paysanneries bénéficiaires.

L'hétérogénéité sociologique des paysanneries bénéficiaires induites par des nouveaux critères élaborés par le technicien de l'agriculture, l'absence de cohésion sociale apparaissent comme parmi les déterminants à l'origine de l'absence de cette identification sociale et donc, de la difficulté de son appropriation totale ; dont l'état physique de l'infrastructure d'irrigation, l'absence de gestion rationnelle et la faible solidarité entre les membres notamment constituent les signes patents.

Loin de disparaître ou s'atténuer les différenciations économiques entre agriculteurs ont tendance plutôt à se maintenir et même, dans certains groupements et situations à se renforcer et se consolider au sein de ces derniers (inégalités économiques cumulatives).

L'égalité économique initiale et l'homogénéité sociologique décrétées par la raison technique et économique au moyen d'accès égal de la terre et à l'irrigation notamment, semblent se réduire, paradoxalement et progressivement, sous l'effet conjugué de la programmation technique et agronomique à la fois rigide et normative, et à sa logique. Celles‑ci débouchant dans les faits, sur une stratification sociale d'un autre type.

Enfin, l'absence de transparence en matière de gestion comptable des groupements d'agriculteurs est un des traits constitutifs majeurs de l'action du technicien et de son programme de modernisation et de transformation économique et sociale.

Le caractère doublement étranger de cette comptabilité moderne (du fait d'une langue inaccessible et d'un langage ésotérique) et l'absence, initialement, d'une formation des agriculteurs dans ce domaine rendent tout à fait illusoire la participation des intéressés aux groupements et leur maîtrise totalement impossible.

L'absence d'identification des agriculteurs à leurs organisations et leur appropriation s'avèrent de ce fait, d'autant moins accessible et probable que ni le programme des concepteurs (les intentions), ni l'action des Organismes de développement (la pratique) n'impliquent d'emblée la participation des bénéficiaires, ni s'inscrivent, encore dans la perspective d'une association/gestion commune dans un premier temps, de transfert de responsabilité dans un deuxième temps, et donc de leur autonomisation. Cette configuration sociale traduit, en fait, un rapport de pouvoir/domination (réel, symbolique) s'instaurant entre techniciens et agriculteurs, mais aussi entre ces derniers et autres groupes sociaux (notables, latifundiaires, gros locataires de terre et capitalistes, Makhzen aussi).

Par conséquent, l'aménagement introduit une dynamique nouvelle, celle‑ci débouche sur une rupture de quatre ordres :

  • spatiale, en oblitérant les complémentarités écologiques initiales des terroirs, antérieurs à l'aménagement ;

  • économique, en imposant à la logique paysanne la logique de marché, au moyen de prescription des règles et pratiques et des mécanismes appelant une organisation de travail inconnue jusqu'alors des groupes et communautés ;

  • sociale, en agissant sur le système social préexistant (éclatement des cadres sociaux intégrateurs antérieurs), en le rendant non opérationnel, désuet par la substitution d'une modalité sociale exogène et inédite : une coopération économique et sociale obligatoire : on passe d'une solidarité "socio‑ethnique" de fait à une solidarité économique de droit ;

  • culturelle, en modifiant la perception sociale de la paysannerie de l'écologie et son système de représentations, puisqu'avec l'aménagement, l'hydraulique agricole, passant "de l'eau du ciel à l'eau de l'État", on change totalement d'échelle.

Ainsi les entreprises de modernisation, au moyen notamment de l'introduction de l'hydraulique agricole artificielle et l'imposition d'une organisation sociale exogène, opèrent‑elles une transformation totale du système social et culturel paysan en vigueur et de son rapport à l'environnement.

Or, une telle situation ne manque pas de provoquer des réactions chez la paysannerie. L'étude a en effet, révélé la capacité de réaction de cette dernière, non seulement vis‑à‑vis des entreprises exogènes ; mais a mis à jour aussi sa capacité d'acceptation du changement induit par celles‑ci en l'interprétant selon sa logique propre, en l'intégrant comme valeur également. Cette étude a révélé aussi, que la société paysanne rurale, loin d'être congénitalement réfractaire au changement en est plutôt demandeur et quelque fois dans de nombreux domaines et situations, elle le réclame même, voire l'anticipe, au point de surprendre ses initiateurs et promoteurs.

Dès lors, cette dichotomie simpliste "traditionnel/moderne" apparaît‑elle artificielle.

Mais la recherche a mis à jour, par ailleurs, que la réaction des paysanneries face à ces interventions et les innovations et changements qu'elles induisent sont loin d'être uniformes. Selon les modalités d'application de ces actions et les conditions de leur mise en œuvre et les objectifs explicités ou latents, les réponses sociales sont multiples et différenciées ; celles‑ci prenant les aspects ou configurations suivants :

  • une adoption intéressée,

  • une acceptation résignée,

  • une assimilation passive,

  • un refus actif.

L'intérêt de cette recherche est à cet égard, double.

  • sur le plan thématique, par l'apport des données et informations actuelles sur cette technologie que sont les aménagements hydro‑agricoles, venant compléter celles existantes et par la participation à la réflexion, au débat général engagé par les sociologues et anthropologues et, de façon générale, par les sciences sociales ces dix dernières années en particulier aux plans local et mondial, autour de la problématique de l'intervention exogène et des questions et problèmes sociaux et culturels soulevés par l'introduction massive et accélérée de cet instrument et leur analyse. Cette étude s'inscrit en l'occurrence, dans le cadre d'une sociologie comparée des aménagements hydrauliques et, donc, de ce modèle de développement en œuvre dans différents pays du monde, en particulier dans les pays dits en développement ayant fait de leur agriculture, la base de leur développement et de l'irrigation à grande échelle, l'instrument au service de celui‑ci (révolution verte).

  • Sur le plan méthodologique, par la fécondité que représentent les approches sociologique (qualitative) et anthropologique et la pertinence de leurs modalités d'investigation, d'appréhension et d'analyse pour ce genre de recherche et pour cette problématique.

Mais cette recherche trouve son intérêt, parallèlement, dans une triple contribution à une sociologie comparée des aménagements hydro‑agricoles et, de façon générale, à une anthropologie du changement social et culturel des sociétés paysannes rurales.

C'est tout d'abord une contribution à l'élaboration /consolidation de la sociologie marocaine, maghrébine aussi, à travers l'analyse de nouvelles configurations ou modalités sociales en cours d'affirmation dans la société locale face aux transformations généralisées induites par la société industrielle technicienne.

L'appréhension du fonctionnement de la société paysanne, rurale marocaine, sa connaissance, la mise au jour des règles et mécanismes ainsi que la rationalité présidant à son organisation propre, dans sa permanence et dans son changement, permettront de rendre compte, comparativement, de l'état de la société locale, du degré de sa spécificité ou de parenté avec les sociétés paysannes appartenant à d'autres aires géographiques et culturelles, dans le cadre général de l'anthropologie fondamentale.

C'est une contribution à une anthropologie appliquée "théorique" ensuite, par le souci de mise à jour des régularités des changements sociaux et culturels exogènes provoqués délibérément, au moyen d'étude systématique et comparative des actions réciproques des groupes sociaux impliqués dans ce genre d'entreprises : les Organismes agricoles et leurs agents, d'une part, les communautés paysannes, d'autre part. La mise à jour de ces régularités permettrait d'anticiper des rejets sociaux probables, des situations conflictuelles potentielles comme ceux observés précédemment chez des groupes et sociétés situés sur d'autres périmètres ou dans d'autres zones agricoles, locales et mondiales, faisant l'objet d'entreprises similaires de la part des sociétés spécialisées.

C'est une contribution à une anthropologie appliquée "pratique", enfin, attentive aux conditions dans lesquelles ces entreprises externes et ces changements provoqués sont opérés et, donc, soucieuse des implications sociales et culturelles dont ces dernières sont porteuses, s'inscrivant dans une démarche de la recherche‑action s'appuyant sur l'apport des deux anthropologies précédentes.

Cette anthropologie appliquée "praticienne" (Bastide) débouche sur la constitution d'un savoir en mesure d'analyser et de comprendre les situations acculturatrices et d'envisager, à la lumière des expériences, des acquis, des résultats et des savoirs fondamentaux, des améliorations sociales des groupes et sociétés concernés, mais aussi des actions et de la pratique des Sociétés intervenantes et leurs agents.

Aussi, une anthropologie du changement social et culturel aurait‑elle toute sa chance, toute sa place ici dans l'analyse des sociétés des pays en développement dans le domaine agricole et rural des sociétés du Tiers‑Monde en général aux prises avec l'action totale de la société industrielle technicienne et avec sa rationalité. Cela pourrait‑il s'ouvrir, parallèlement et plus largement, sur une perspective prometteuse intéressant aussi d'autres domaines et d'autres sociétés dans le monde confrontées, en cette fin de siècle, à des bouleversements technologiques accélérés sans précédent, entrepris sur une grande échelle ; dont les implications sociales et culturelles en cours sont déjà considérables et les réactions des groupes plus marquées. Ces mutations généralisées, dénommées mondialisation et tout récemment globalisation, qui sont en fait cette entreprise et ce mouvement d'uniformisation culturelle dont la techno‑économie constitue, à l'évidence, le champ, le domaine de prédilection que connaissent en l'occurrence les pays industrialisés, viennent démontrer l'intérêt de les étudier, les analyser et les expliquer, les comprendre aussi dans une perspective anthropologique.

  • Logo LIT Verlag
  • OpenEdition Journals