Navigation – Plan du site
Recension

François Maniez (dir.), Dorland Dictionnaire médical bilingue français-anglais / anglais-français

Issy-les-Moulineaux : Elsevier-Masson, 2009
Monique Mémet
p. 112-115
Référence(s) :

Maniez, François (dir.). 2009. Dorland Dictionnaire médical bilingue français-anglais / anglais-français. Issy-les-Moulineaux : Elsevier-Masson, 1 940 p. ISBN 978-2-84299-899-8

Texte intégral

1Le Dorland Dictionnaire médical bilingue est la version française d’un ouvrage dont la première édition fut publiée en 1898, sous « la forme de l’American Pocket Medical Dictionary puis du Dorland’s Pocket Medical Dictionary » (p. v) ; la version anglaise en est à sa 28e édition.

2Dans la préface à l’édition française, le directeur de l’ouvrage, François Maniez, souligne que les dictionnaires médicaux destinés à des francophones comprennent soit la définition des termes choisis (c’est le cas du Dictionnaire de médecine Flammarion 1985), soit leur traduction (c’est le cas du Dictionnaire publié par Edisem-Maloine 1984). F. Maniez indique que « l’originalité du présent ouvrage consiste à combiner ces deux types de dictionnaire en un seul » (p. vii). En effet, les dictionnaires français-anglais (p. 1-988) et anglais-français (p. 990-1980) de ce Dorland comportent la traduction de 37 000 entrées suivie de définitions ainsi que la traduction de collocations. L’ouvrage comprend également une « liste de préfixes et de suffixes rencontrés fréquemment dans le vocabulaire médical » (p. ix-xxxiii) et, en fin de volume, treize tableaux en français puis en anglais. Au centre, se trouvent trente-deux planches anatomiques en français au recto et en anglais au verso.

  • 1 Des éditions plus récentes de ces deux dictionnaires existent. Voir références bibliographiques.

3Un bref exercice de comparaison forcément partial, mais cependant révélateur, de la nature des définitions figure au tableau 1. L’auteur de cette recension compare entrées et traductions fournies dans la partie du dictionnaire français-anglais. Par exemple, l’entrée « insuffisance » (failure) comprend plus d’une page de texte. N’est reproduite dans le tableau qu’une collocation, « insuffisance rénale » ; elle est comparée à une entrée similaire dans les deux autres dictionnaires médicaux cités ci-dessus (Edisem-Maloine 1984, Flammarion 19851).

Tableau 1. Comparaison de l’entrée « insuffisance rénale »

Tableau 1. Comparaison de l’entrée « insuffisance rénale »

4* L’Edisem-Maloine est un dictionnaire anglais–français qui ne comporte pas d‘entrées en français.

5Afin de poursuivre la réflexion, est mise en regard l’entrée du Dorland en anglais avec la même entrée dans un dictionnaire unilingue anglais (Collin 1994) et avec une définition tirée d’un site médical (voir tableau 2).

Tableau 2. Comparaison de l’entrée « kidney/renal failure »

Tableau 2. Comparaison de l’entrée « kidney/renal failure »
  • 2 Seule la définition de Medline est donnée ici ; le texte, qui comprend des hyperliens, correspond à (...)
  • 3 La quatrième de couverture indique « praticiens hospitaliers, généralistes ou libéraux […], étudian (...)

6Les extraits présentés aux tableaux 1 et 2 donnent une idée du registre de langue et de spécialisation des définitions. Il apparaît clairement que le Collin est destiné aux non-professionnels ; la définition de Medline2 est elle aussi moins complète que celle du Dorland ; d’autres renseignements sont certes fournis dans plusieurs paragraphes (comme il est d’usage dans une encyclopédie), mais le public visé semble être celui de patients. Le discours du Dorland s‘adresse à un public averti3.

7Comme mentionné plus haut, la spécificité du dictionnaire Dorland apparaît également dans ces tableaux : l’entrée comprend une définition dans les deux langues et une traduction dans les deux sens, ce qui n’est pas le cas des autres dictionnaires cités.

8L’auteur de la préface à la 28e édition américaine conclut en rappelant l’objectif du dictionnaire : « constituer un guide fiable fournissant de manière brève, claire et précise les définitions actuelles des mots les plus importants et les plus utilisés en médecine » (p. vi). Une analyse fine est irréalisable, cependant il est possible de prendre quelques exemples pour montrer cet aspect. Tout d’abord, disparaît le nom de certaines maladies ; ne figurent plus les dénominations suivantes : « maladie bleue, maladie de Kahler, maladie exostosante... » mais apparaissent d’autres maladies « encéphalopathie de Gayet-Wernicke, m. à prion… ». Sont également absentes des techniques qui ne sont plus utilisées comme « corset ou plâtre d’Abbott », « fentoscopie », « pleuroscopie », etc.

9Une version électronique (« e-book ») de l’ouvrage, incluse dans le prix de vente du dictionnaire, peut se télécharger sur le site de l’éditeur4. Mais l’opération est complexe pour les utilisateurs de systèmes d’exploitation Linux ou Mac qui ne peuvent utiliser la version e-book du dictionnaire que sur des téléphones ou un PDA et après l’enregistrement d’un système de lecture. L’auteur de cette recension ne peut donc donner son avis sur cette possibilité de lecture électronique.

10Le directeur du dictionnaire, qui est l’auteur de manuels d’anglais médical5, a visiblement apporté beaucoup de soin à la réalisation de ce dictionnaire. La traduction en français, réalisée par Thomson Digital6, est rigoureuse. L’ouvrage est clairement mis en page ; il semble cependant bizarre de trouver le sommaire de l’ouvrage au milieu de textes. Pourquoi ne pas l’avoir inclus après les préfaces ? C’est toutefois un détail mineur ; le format réduit de l’ouvrage (dimensions et papier à grammage fin) permet une prise en main aisée.

11En conclusion, ce dictionnaire semble être un produit du 21e siècle : il part d’un ouvrage qui a fait ses preuves aux États-Unis il y a de nombreuses années et qui a été mis à jour régulièrement ; il est traduit dans une entreprise spécialisée, vraisemblablement avec des outils d’aide à la traduction, et il est coordonné par un linguiste spécialiste du domaine.

Haut de page

Bibliographie

Dictionary of Medicine. 2e éd. 1993. Teddington, G.-B. : Peter Collin Publishing. [Collin]

Dictionnaire de médecine. 1985. Paris : Flammarion Médecine-sciences. [Flammarion]

Kernbaum, Serge. 2008. Dictionnaire de médecine. 8e éd. Paris : Flammarion.

Gladstone, William J. 1984. Dictionnaire anglais-français des sciences médicales et paramédicales. Saint-Hyacinthe, Québec et Paris : Edisem-Maloine. [Edisem-Maloine]

Gladstone, William J. 5e éd. 2002. Dictionnaire anglais-français des sciences médicales et paramédicales. Paris : Maloine.

Medline Plus. Medical Encyclopedia. Janvier 2008. 29 décembre 2008 http://www.nlm.nih.gov/medlineplus/encyclopedia.html. [Medline Encyclopedia]

Haut de page

Notes

1 Des éditions plus récentes de ces deux dictionnaires existent. Voir références bibliographiques.

2 Seule la définition de Medline est donnée ici ; le texte, qui comprend des hyperliens, correspond à trois pages de format A4.

3 La quatrième de couverture indique « praticiens hospitaliers, généralistes ou libéraux […], étudiants en médecine, professions paramédicales ».

4 http://www.elsevier-masson.fr/livres/299899.

5 L’anglais médical en situation. Tome 1. 2004. Tome 2. 2005. Issy-les-Moulineaux : Elsevier.

6 http://www.thomsondigital.com/index.html.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Comparaison de l’entrée « insuffisance rénale »
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/1249/img-1.png
Fichier image/png, 117k
Titre Tableau 2. Comparaison de l’entrée « kidney/renal failure »
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/1249/img-2.png
Fichier image/png, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Mémet, « François Maniez (dir.), Dorland Dictionnaire médical bilingue français-anglais / anglais-français », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVIII N° 1 | 2009, 112-115.

Référence électronique

Monique Mémet, « François Maniez (dir.), Dorland Dictionnaire médical bilingue français-anglais / anglais-français », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVIII N° 1 | 2009, mis en ligne le 18 octobre 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/apliut/1249

Haut de page

Auteur

Monique Mémet

École Normale Supérieure de Cachan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page