Navigation – Plan du site
Notes
6

La langue, reflet d’une culture : la langue allemande

Texte d'une conférence1
Jean-Michel Tholliez
p. 70-85

Texte intégral

  • 1  Conférence donnée à Arras le 1er mai 2008, dans le cadre du Festival des Langues, qui se tient cha (...)

1Cette présentation des principales caractéristiques de la langue allemande a pour ambition de montrer le rapport entre langue et culture et le hiatus culturel qui complique le dialogue entre Français et Allemands.

2Si nous nous référons au vieil adage bien connu, la « culture » est ce qui reste quand on a tout oublié, c’est-à-dire la somme des modes de pensée, de comportement, de valeurs, de signes, de codes et d’automatismes que le groupe auquel nous appartenons nous a inculqués et qui gouvernent nos façons de penser, d’être ou d’agir.

  • 2  L’un des clichés les plus répandus en France veut que les Allemands boivent surtout de la bière. L (...)

3La culture est celle d’un groupe d’individus qui évoluent sans cesse, c’est un phénomène vivant. Il faut être très prudent, dégager les tendances profondes d’une culture en se méfiant des stéréotypes qui peuvent fausser la perception des faits ou des évolutions. L’étude des phénomènes culturels est ancienne, mais elle a pris ces dernières années un nouvel essor en particulier sous l’impulsion des Chambres de Commerce, des consultants à l’international ou des entreprises soucieuses d’améliorer la collaboration ou la négociation avec leurs partenaires ou leurs clients de cultures différentes, ou encore de mieux cerner l’influence d’une culture propre sur la mentalité et le comportement d’achat ou de consommation d’un groupe donné, afin de développer pour ce groupe une communication ou un marketing pertinents. Les résultats de ces enquêtes, études et recherches font apparaître les mentalités et les comportements majoritaires au sein de chaque culture, même s’il existe toujours des individus qui ne réagissent pas comme la majorité du groupe auquel ils appartiennent. Il faut être conscient que l’on rassemble sous la dénomination « les Allemands » ou « les Français » des groupes en réalité formés d’individualités très différentes, mais nous avons maintenant des données fiables concernant les spécificités culturelles majoritairement présentes au sein de ces groupes2.

4Dans notre monde ouvert, les barrières sont tombées les unes après les autres, et seules les barrières culturelles demeurent. Il y a sans cesse confrontation, métissage des cultures. Certes, les différences s’atténuent, mais l’Histoire nous montre que toute culture reste sous-jacente, même quand elle semble s’effacer devant un modèle culturel apparemment dominant. Les Allemands s’américanisent, les Français aussi, mais chacun à sa façon. En Allemagne, par exemple, le triomphe de l’individualisme à l’anglo-saxonne reste tempéré par une conscience collective des impératifs sociaux, tandis qu’en France l’organisation de la journée « à l’américaine » n’empêche pas le repas de garder son statut traditionnel.

I. Les trois grandes caractéristiques de la langue allemande

5Les trois grandes caractéristiques de la langue allemande sont : une structure dite « régressive », les phénomènes de marquage et la précision de l’expression.

1. La structure « régressive » de la phrase allemande

6Le terme de « régressive » est un exemple typique d’ethnocentrisme. L’ethnocentrisme caractérise l’attitude d’une personne qui juge les autres en se référant uniquement aux critères de sa propre culture : les Français, par exemple, considèrent que les Anglais conduisent « du mauvais côté » et que les Allemands construisent leurs phrases « à l’envers » (bien sûr, les Anglais et les Allemands pensent l’inverse).

7La structure de la phrase allemande est dite « régressive » par les Français parce que la phrase allemande a une construction inverse de celle d’une phrase française mais, pour les Allemands, elle suit une progression tout à fait normale.

8a) Le français pose l’essentiel, puis s’occupe de l’accessoire. Quand un mot porte sur un autre, on le place après le mot sur lequel il porte :

(1) aller → (2) au supermarché → (3) avec les enfants

9b) En allemand, quand un mot porte sur un autre, on le place devant le mot sur lequel il porte – l’allemand commence par l’accessoire et va vers l’essentiel :

(3) mit den Kindern → (2) zum Supermarkt → (1) fahren

2. Les phénomènes de marquage

2.1. Dans toute phrase, l’essentiel du message est exprimé par le verbe qui décrit ce qui se passe

10a) En allemand, chaque élément est classé par importance croissante par rapport au verbe qui, dans la forme de base de l’allemand, est situé en fin de séquence. Cet ordre de base (ordre dans lequel les concepts sont assemblés) se retrouve dans une subordonnée, phrase subalterne laissée dans l’ordre de base. (Nous verrons plus tard que la place de l’élément conjugué du verbe change pour marquer les autres types de propositions) :

(,weil) sie gestern mit den Kindern zum Supermarkt gefahren ist.
(parce que) elle est allée hier au supermarché avec les enfants.

11Par ethnocentrisme, partons de l’élément le plus important que l’allemand place en fin de séquence :

-t (dans ist) : marque de la troisième personne du singulier → sie (3e personne) est donc le détail le moins important par rapport à ist, on le place au début de la proposition ;
gefahren ist : auxiliaire de temps (accompli) → gestern, le complément de temps est donc mentionné après sie ;
zum Supermarkt gefahren ist
 : verbe de mouvement → complément directionnel devant le verbe de direction ;
mit den Kindern zum Supermarkt gefahren ist : précise avec qui elle est allée au supermarché.

12b) En résumé, l’Allemand commence par les détails, puis va vers l’essentiel alors que le Français fait l’inverse : il place l’essentiel de son message au début de sa phrase. Il faut donc attendre la fin de la phrase allemande pour comprendre la teneur du message. Le locuteur allemand doit être écouté jusqu’au bout, et l’auditeur allemand sait écouter ; c’est peut-être ce qui explique, parmi d’autres raisons, que les Allemands soient de bons vendeurs (les excédents de la balance commerciale allemande en témoignent et un vieil adage veut que la première qualité du vendeur soit l’écoute). Et, puisqu’un bon musicien doit avoir une bonne oreille, c’est peut-être, là aussi parmi d’autres raisons, ce qui explique que l’Allemagne se soit illustrée dans le domaine musical.

2.2. Cette structure de la phrase est soulignée par l’accentuation et l’intonation

13Les accents de mot, de groupe ou de phrase permettent de mieux saisir la structure d’une phrase allemande, et cette structure obéit à des règles strictes.

14a) En allemand, le rapport entre les mots est souligné par l’accentuation : quand un mot porte sur un autre, il est placé devant lui et il reçoit un supplément d’accent :

Prononçons deux mots séparés : « Supermarkt » et « fahren » (Su et fah sont prononcés au même niveau d’accentuation).
Mais si nous prononçons « zum Supermarkt fahren » Su doit être prononcé un demi-ton au dessus de fah, et cela permet à l’auditeur de comprendre que Supermarkt porte sur fahren).

15b) Il y a en fait trois niveaux d’accents en allemand :

  • accentuation du mot (en général, la première syllabe),

  • accentuation du groupe nominal (le ballon rouge / der rote Ball),

  • accentuation du groupe verbal (ou accent de phrase) ; en général, l’accent de phrase est en tête du groupe verbal :
    (,weil) sie gestern mit den jungen Kindern zum Supermarkt gefahren ist.

16c) L’intonation française est totalement différente.

17Le Français accentue les mots sur la dernière syllabe – les -e atones en finale ne comptent pas.

18L’intonation de la phrase française aussi est différente de celle de la phrase allemande ; elle monte, puis redescend à la fin :

Le journaliste a pris une photo de la manifestation.
      (crescendo)                          (decrescendo)

19Si j’ai quelque chose à ajouter, je monte et je redescends avec le reste de la phrase :

Le journaliste a pris une photo de la manifestation et l’a envoyée à son journal.
            (crescendo)                          (decrescendo)

20Si je pose une question, je monte et celui qui répond redescend :

Tu viens ce soir ? Non je ne viens pas !
     (crescendo)              (decrescendo)

21L’Allemand chantonne tout au long de sa phrase, un peu comme le Belge ; cette mélodie caractéristique de la phrase rend les choses plus compliquées pour nous au début, mais cette « musique » s’acquiert facilement.

22d) Si l’on garde une accentuation et une intonation typiquement françaises quand on parle une langue étrangère (anglais, allemand ou autre), cela donne dans la langue étrangère un accent français très caractéristique :

Nos journalistes disent /Manchester iounaïted/ pour montrer qu’ils parlent anglais !
Guten Abend meine Damen und Herren ! : accent français immédiatement identifiable.

23Un Allemand peut dire en français une phrase grammaticalement correcte, mais avec un accent allemand si terrible que vous ne comprenez rien. C’est la même chose pour le Français qui parle une langue étrangère avec un accent français prononcé. Cela donne pour les étrangers un charabia incompréhensible.

24L’allemand, dit-on, est une langue gutturale parce que, outre le son [X] (orthographié ch) ou l’attaque des mots (glottal stop) qui sortent du fond de la gorge, il différencie nettement les voyelles ouvertes (prononcées entre les dents) et les voyelles fermées prononcées au fond de la gorge. Le « chti » fait aussi la même différence : Dany Boon dirait J’y a porté des roses quind al étot malate. Les gens du nord n’ont aucune difficulté à prononcer correctement ces voyelles, eux qui savent aussi bien dire une ‘rose’ chti (o ouvert) qu’une rose parisienne (o fermé), parler d’un malade chti (a fermé) ou d’un malade parisien (a ouvert).

25De plus chaque mot est, en allemand, très clairement prononcé dans son intégralité. L’allemand place une petite pause (glottal stop) entre chaque mot. Il n’y a pas de liaison ou de syllabes « avalées ». La compréhension en est facilitée.

2.3. Il y a, nous l’avons vu, un ordre de base de l’allemand

26Tout mot qui n’est pas à sa place normale est mis en relief.

27a) En allemand, si l’on modifie l’ordre de base, on apporte une nuance nouvelle, le mot « déplacé » est mis en relief et reçoit un supplément d’accent :

Mit dem Chef ist sie nach Paris gefahren : C’est avec le patron qu’elle est partie à Paris.
(Il faut en français avoir recours à une tournure extérieure pour mettre le mot en relief).

28b) En français, rappelez vous M. Jourdain découvrant la prose : « Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour ». Le message reste le même, quelle que soit la combinaison des éléments de la phrase : « Vos beaux yeux, belle Marquise, me font mourir d’amour », « D’amour, belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir », etc.

2.4. Les différents phénomènes de marquage

29En allemand, tout porte une marque qui explicite l’emploi exact de la phrase et de chaque élément de la phrase.

30a) En allemand, le groupe nominal est marqué : l’article porte une marque du cas, genre et nombre du substantif qu’il introduit :

  • en français : la voiture vous dit que ‘voiture’ est un féminin singulier (genre et nombre), rien de plus ;

  • en allemand : der Wagen vous dit que ‘voiture’ est un masculin singulier, mais aussi que ‘la voiture’ est le sujet du verbe de la phrase.

31Et cela change beaucoup de choses :

32* D’abord sur le plan culturel, dans la relation à la voiture : une voiture est féminine en français ; la publicité va parler de ses lignes et de sa séduction, de son charme, alors que dans la tête des Allemands, une voiture (mot masculin) évoque un « mec », un dur, un costaud, et la publicité va parler de puissance et de sécurité.

33* Ensuite sur le plan grammatical :

34Si je traduis :

- la voiture arrive → der Wagen (masculin singulier nominatif, donc sujet du verbe) ;
- les vitres de la voiture → des Wagens (génitif masculin singulier : complément du nom « vitres ») ;
- on accorde trop d’attention à la voiture → dem Wagen (datif masculin singulier : complément d’attribution) ;
- j’ai vu la voiture → den Wagen (accusatif masculin singulier : COD du verbe).

35Donc, un apprenant doit d’abord apprendre à bien maîtriser sa langue maternelle avant de s’intéresser à l’allemand. Il faut noter quelques petites complications supplémentaires : il y a 3 genres en allemand (masculin, féminin et neutre) et aussi un marquage de l’adjectif (mais la règle tient en 5 lignes).

36Pour résumer, en allemand, le groupe nominal est bien marqué, on connaît la fonction de chaque élément de la phrase, la compréhension en est facilitée.

37b) Le groupe verbal, lui aussi, est marqué.

38Le français a un système verbal très compliqué (pensez aux 157 pages du Bescherelle). L’allemand à un système verbal très simple où tout est toujours marqué de la même façon.

39* Marquage de l’action en cours/action terminée (l’accompli) : est-ce que l’action évolue, est-elle en cours de réalisation ou est-elle terminée ? Voilà une question essentielle aux yeux des Allemands. Ce genre de détail laisse indifférent le Français. En allemand, si l’on exprime une action en train de se faire, on utilise un temps simple ; si l’action est terminée, la page est tournée et l’allemand utilise un accompli (un temps composé avec un participe passé). Il lit, lisait, lira son journal dans son fauteuil : avec ces formes verbales, on décrit la même image, on visualise une action en cours – quelqu’un est en train de lire, assis dans son fauteuil, que cela se passe aujourd’hui, hier ou demain. Il a, avait, aura lu son journal dans son fauteuil : l’action est accomplie, le fauteuil est maintenant vide, le journal est replié.

40Le Français mélange les temps composés et les temps simples :

L’été dernier j’ai passé mes vacances en Bretagne, tous les soirs je buvais ma bière, puis j’allais sur la plage, etc.

41Comme il s’agit d’accomplis, l’allemand utilisera uniquement des temps composés (j’ai bu, je suis allé).

42Cela change beaucoup la façon de communiquer et peut entraîner de graves incompréhensions. Si vous utilisez un temps simple alors que l’action est finie ou un temps composé alors qu’elle est encore en cours, l’Allemand ne s’y retrouve pas.

43* Marquage des temps, du présent, du prétérit, du passé composé, du futur, etc. La seule difficulté majeure pour un Français réside dans la distinction entre verbes faibles et verbes forts. Lorsque l’on étudie la liste des verbes forts, on remarque qu’ils décrivent en général des activités séculaires dans un environnement essentiellement rural (paysans et châtelains). Faut-il croire que ce sont là de vieux verbes qui se sont usés avec les ans et ont changé de radical au cours de leur conjugaison ? Ils décrivent en effet des activités telles que manger boire ou dormir, traire, battre au fléau ou tisser, écrire, faire du cheval ou se battre à l’épée. Les verbes faibles semblent souvent d’utilisation alors moins fréquente ou d’origine plus récente, ils sont moins usés et gardent le même radical tout au long de la conjugaison.

44* Marquage de la personne : la forme verbale porte aussi, nous l’avons vu, une désinence qui marque à quelle personne on utilise le verbe.

45Le choix du mode (indicatif, subjonctif...) marque la position que vous adoptez par rapport à ce que vous racontez :

  • si c’est la pure réalité, vous utilisez l’indicatif ;

  • si ce n’est pas la réalité, si vous ne faites que rapporter les paroles d’un autre, vous utilisez le subjonctif 1 ;

  • si ce n’est pas la réalité, si c’est une hypothèse que vous faites, vous utilisez le subjonctif 2.

46Et, comme le système verbal allemand est très simple, des enfants allemands de 4 ans manient le subjonctif pour faire une hypothèse alors que certains Français meurent sans avoir jamais utilisé un imparfait du subjonctif.

47Et attention aux nuances induites si vous utilisez un subjonctif sous prétexte qu’il y en a un dans la phrase française équivalente : vous êtes peut-être, sans le vouloir, en train de mettre en doute ce que vous affirmez (subjonctif 2 = pure hypothèse) !

48- La place de l’élément conjugué du verbe indique si vous êtes dans une principale (seconde place), une subordonnée (place en fin de séquence) ou une interrogative directe (place en tête de phrase). D’où l’importance de bien mettre le verbe à sa place pour signaler que l’on est dans une principale, une subordonnée ou une interrogative. La place du verbe est donc porteuse de sens. Si l’on met le verbe à n’importe quelle place en se référant au français, le sens est brouillé.

2.5. L’Allemand n’aime pas l’implicite, le sous-entendu, il veut que tout soit clair

49a) Dans la proposition (principale ou subordonnée, interrogative), chaque groupe nominal (genre, nombre et cas), le groupe verbal (mode, temps, personne), tout est marqué. Il n’y a pas d’ambiguïté pour l’auditeur. Tous les détails doivent être explicites, toutes les informations nécessaires à une bonne compréhension doivent être fournies.

50b) Le locuteur allemand s’interroge sans cesse sur le caractère univoque de ce qu’il dit et a recours par exemple à des « formes de remplacement » explicites si l’auditeur risque de se trouver devant une ambiguïté quant à la position adoptée par rapport à ce qui est raconté.

51c) L’Allemand n’aime pas l’implicite, le sous-entendu, le demi-mot. Il souhaite que les choses soient clairement dites pour qu’elles soient clairement comprises, au risque de paraître un peu « lourd » face à la « légèreté » du Français qui, lui, ne s’appesantit pas sur l’accessoire et qui aime une langue rapide et pleine d’implicite. Concision, vivacité d’esprit, clin d’œil et demi-mot sont les qualités appréciées de la langue française. Les Allemands ont souvent bien du mal à nous suivre.

52Voici deux exemples illustrant ce fait :

  • à la fin d’une publicité dans un magazine français, l’annonceur demande au client intéressé de renvoyer le coupon joint (« le coupon ci-joint, rempli et signé », précise-t-on en allemand) ;

  • un Français peut dire que la situation de son entreprise était mauvaise l’an dernier, mais que tout a changé cette année (« a changé en mieux », ajoute l’Allemand, car une aggravation de la situation serait aussi un changement).

53Si vous voulez que l’Allemand comprenne tout, il faut tout lui dire. En situation professionnelle, si votre proposition ne l’intéresse pas, dans la majorité des cas, il vous le dira franchement et sera même prêt à vous donner des conseils pour améliorer votre proposition dans son sens. Cette attitude de « donneurs de leçons » agace souvent les Français. Par contre le peu d’attention que nous semblons accorder à nos interlocuteurs nous donne une réputation de gens un peu arrogants, fils de la « grande nation », qui s’écoutent parler au lieu d’écouter les autres.

3. La troisième grande caractéristique de la langue allemande est sa précision

54a) Je reviens sur le fait que l’Allemand tient à préciser si ce qu’il décrit est une position statique, un état de fait ou un mouvement, une évolution, et qu’il explique si l’action décrite est (encore) en cours ou si elle est (déjà) terminée. Il ne faut pas confondre passé et accompli : Er hat die Zeitung gelesen (il a lu le journal) est un présent de l’accompli, car présentement, l’action de lire le journal est terminée. Cela peut paraître compliqué pour un Français, mais cela l’est tout autant pour un allemand à qui l’on explique qu’il existe en français un futur antérieur.

« Vous avez commandé chez nous tel produit », dira le Français ». L’Allemand dira Sie bestellten (temps simple) s’il y a un problème toujours pas résolu avec la commande et, dans le cas contraire, Sie haben bestellt (temps composé car accompli, le dossier est maintenant classé).

55Dans le même ordre d’esprit, il y a en allemand des verbes de direction avec des compléments directionnels (mouvement) et des verbes de position avec des compléments positionnels (absence de mouvement) :

« Mets-le sur la table » ou « Regarde, c’est sur la table » – les deux « sur la table » seront traduits de deux façons différentes en allemand.

56b) Dans le monde professionnel, il faut, pour l’Allemand toujours marquer explicitement où l’on en est du processus ou de la négociation, faire régulièrement le rappel des points d’accord avant de passer au point suivant, différencier ce qui peut encore évoluer de ce qui a été fixé et n’a plus à évoluer.

57De la même manière, dans les repas d’affaires, les Allemands préfèrent terminer le travail, puis manger, les Français préfèrent négocier tout en mangeant et espèrent obtenir un accord entre la poire et le fromage – l’expression « On va régler cela entre la poire et le fromage » fascine les Allemands, d’autant plus que le fromage est servi avant la poire...

58J’ai parfois participé comme traducteur aux négociations en France et en Allemagne lors de la mise en place du jumelage entre les municipalités d’Arras et de Herten. Lors des repas de travail en France, les deux maires, face à face, passaient en revue, tout en mangeant, les problèmes à régler avec de nombreuses digressions vers d’autres thèmes, dans une ambiance détendue et pleine de connivences, des accords implicites se dégageaient et, à la fin, on trinquait à la bonne entente générale et au travail réalisé. Pour tous les thèmes sur lesquels il n’était pas apparu de dissension, on concluait qu’il y avait accord tacite. En Allemagne, le secrétaire général ou le maire établissait en début de repas un ordre du jour et faisait régulièrement au cours du repas le point sur l’avancement des discussions, on explicitait les points d’accord, et on passait au point de discussion suivant. L’atmosphère était au travail, on mangeait quand on pouvait.

59Ces différences culturelles n’ont pas empêché la mise en place d’un jumelage qui dure depuis plus de 27 ans. Mais ces deux approches différentes peuvent aussi parfois provoquer des catastrophes (rappelons-nous l’exemple de l’Airbus A 380 : les Allemands et les Français, qui s’étaient pourtant réunis de nombreuses fois, pensaient qu’ils étaient d’accord sur tout et s’aperçurent à la fin qu’ils travaillaient avec des logiciels incompatibles...).

  • 3  Exemple cité par Marie-Béatrice Baudet, le Monde 26/01/1993.

60André Laurent, professeur en comportement de l’organisation à l’INSEAD, cite l’exemple de cadres allemands et français interrogés à la sortie d’une même réunion. Suite à un large tour d’horizon, les Français considéraient que tous les problèmes avaient été abordés et qu’un large accord s’était dégagé ; les Allemands, eux, expliquaient que tous les détails n’avaient pas encore été examinés et que rien n’avait été décidé3.

61c) Ce souci de précision de l’Allemand touche aussi le langage, les mots. Le Français est très attentif au contexte, il cherche d’emblée à créer une ambiance propice, un lien, une connivence durables. Il adore pour cela recourir à un vocabulaire, à un jargon ou à des sigles accessibles aux seuls initiés et qui créent du lien entre gens « qui se comprennent ».

62L’Allemand, lui, s’exprime pour se faire comprendre de n’importe quel auditoire, quel que soit le contexte. Il cherche donc à être le plus clair, le plus expressif, le plus représentatif possible. L’information passe par les mots, pas par les gestes. L’adjectif « anschaulich » n’a pas d’équivalent satisfaisant en français : il décrit un mot ou une tournure qui permette de visualiser ce dont on parle. Le terme est dérivé du verbe « voir » : on voit ce que ce mot ou cette tournure veut dire. L’allemand préfère regrouper sous le même vocable les objets ayant la même forme : une chose allongée qui roule, c’est un Wagen. Un préfixe précise si c’est un chariot à ridelles (Leiterwagen), un char d’assaut (Panzerwagen), ou un camion (Lastwagen) etc. Dans le même ordre d’esprit, c’est le même mot qui désigne un arrosoir de jardin ou une cafetière. Le mot permet de se représenter immédiatement à quoi ressemble l’objet.

63Il en va de même pour les sons : le verbe « brummen » veut dire « faire broum broum », « summen », « faire soum soum », « ticken » « faire tic tic », « klappern » « faire klapp klapp », etc.

64Tous les mots d’une langue n’ont pas obligatoirement un équivalent dans une autre langue. Il est un fait troublant que les psycho-sociologues pourraient peut-être expliquer. En allemand, le mot « Geisterfahrer » désigne un conducteur qui prend une voie, une autoroute à contre-sens. Ce mot n’a pas d’équivalent en français. Or, il y a apparemment beaucoup plus de conducteurs qui prennent la route à contre-sens en Allemagne qu’en France. Le mot existe-il en allemand parce que le phénomène est plus fréquent en Allemagne ou le phénomène est-il plus fréquent en Allemagne parce que le mot existe en allemand ? Il en est de même avec la « Frühjahrsmüdigkeit », la « fatigue de printemps » qui fait des ravages en Allemagne et pas en France.

65La relation entre le mot et le contexte explique que l’ordinateur aura toujours bien du mal à donner une traduction satisfaisante, hors les textes ou morceaux de textes tout prêts et contextualisés que l’on a stockés dans sa mémoire (paragraphes de contrats, par exemple). Prenons la chanson d’Aznavour « Tu t’ laisses aller ». L’auteur s’adresse à la femme de sa vie, constate que les années ont modifié leur relation, la femme se néglige un peu, elle « se laisse aller ». L’auteur rêve de retrouver la jeune fille qu’il a tant aimée. Il voudrait que sa femme vienne près de lui, pose sa tête contre son épaule et « se laisse aller ». Comment l’ordinateur pourrait-il comprendre que, dans un cas « tu te laisses aller » veuille dire « tu te négliges » et dans l’autre « viens faire un câlin » ?

II. Les caractéristiques des discours français et allemands

1. La structure ternaire du discours français

66La structure ternaire du discours français, avec ses 3 grandes parties (I, II, III) divisées chacune en 3 sous-parties (1, 2, 3) amuse beaucoup les Allemands. Ils sont sidérés de voir que nous sommes capables de découper tous les problèmes, les grands comme les petits, en trois morceaux équilibrés. Les Français sont même capables d’en tirer trois conclusions et/ou de proposer trois solutions. En plus, ils commencent par présenter les 3 parties puis reviennent en arrière et commencent par le I…

67Par contre, les Français sont agacés par la structure linéaire du discours allemand (A, B, C, D, etc.) : on va du moins important vers le plus important, de l’accessoire vers l’essentiel. Le discours commence donc par le passage en revue des remarques annexes, sur lesquelles tout le monde est d’accord, mais dont l’Allemand juge le rappel indispensable pour construire un raisonnement solide et renforcer la pertinence des arguments qui vont suivre. Le discours progresse lentement mais méthodiquement vers l’essentiel. Il est difficile de l’interrompre avant que l’essentiel n’ait été abordé (à la fin). Le Français s’ennuie en attendant la fin.

68En schématisant, on pourrait dire que l’Allemand a une démarche, une manière de penser linéaire et inductive, et le Français, une démarche associative et déductive.

2. La différence de rythme

69Vous l’avez tous remarqué à la télévision, dans les épisodes de Derrick, le rythme allemand est plus lent que le rythme français.

70Cela est encore plus évident si vous regardez un match de football. Le commentateur français parle sans arrêt. S’il ne se passe rien sur le terrain, il « meuble » (« meubler », voilà un verbe qui n’existe pas en allemand). S’il n’y a rien d’intéressant à commenter, le commentateur allemand ne dit rien. Le Français parle quand même, pour garder le rythme.

71Le Français va vite, se laisse interrompre, accepte de changer momentanément de sujet ou d’approfondir de façon impromptue un détail annexe. « L’esprit français » se veut tout en légèreté, en vivacité et en concision. En général, dès le premier tiers d’une phrase française, l’auditeur a compris l’idée exprimée et peut intervenir (en classe, dès le premier tiers de la phrase du professeur, nos élèves ont compris ou croient avoir compris et ils « décrochent »). La conséquence de cette attitude bien française est que le Français se hâte de faire passer l’essentiel de son idée dans le début de sa phrase avant d’être interrompu par son interlocuteur.

72Ce comportement est impossible avec la phrase allemande : il faut en général attendre la fin de la phrase pour savoir de quoi l’on parle réellement. L’Allemand n’aime pas être interrompu au milieu d’une phrase. De toute façon, on prend un risque à l’interrompre, par exemple pour exprimer que l’on est d’un avis inverse : c’est peut-être ce qu’il allait dire, mais la négation n’allait arriver qu’en fin de phrase :

« Unter solchen Bedingungen kaufe ich den Artikel nicht ! » : tout le début de la phrase dit que j’achète l’article, seul le dernier mot (nicht) vient tout renverser : en fait je n’achète pas.

73Mme de Staël a très bien analysé les deux démarches dans son ouvrage De l’Allemagne (1813) :

Le Français ayant été parlé plus qu’aucun autre dialecte européen est à la fois poli par l’usage et acéré pour le but. Aucune langue n’est plus claire et plus rapide, n’indique plus légèrement et n’explique plus nettement ce qu’on veut dire. L’allemand se prête beaucoup moins à la précision et à la rapidité de la conversation. Par la nature même de sa construction grammaticale, le sens n’est ordinairement pas compris avant la fin de la phrase. Ainsi le plaisir d’interrompre, qui rend la discussion si animée en France, et force à dire si vite ce qu’il importe de faire entendre, ce plaisir ne peut exister en Allemagne, car les commencements de phrases ne signifient rien sans la fin, il faut laisser à chacun tout l’espace qu’il lui convient de prendre ; cela vaut mieux pour le fond des choses, c’est aussi plus civil, mais moins piquant.

74Faisons une petite digression bien française : lorsque l’on parle de clarté et de précision, on ne parle pas de la même chose en français et en allemand. En français, « c’est clair et précis » si l’on a rapidement fait le tour du problème de façon expressive et concise ; en allemand, « c’est clair et précis » si l’on a bien vu tous les détails et bien exprimé tous les aspects du problème.

75Voyons maintenant comment la prise de décision est abordée en Allemagne et en France.

III. La prise de décision

1. L’importance du contexte

76a) Les Allemands font une chose à la fois (Edward T. Hall dit qu’ils sont « monochroniques ») ; les Français n’hésitent pas à faire plusieurs choses à la fois (ils sont « polychroniques »). Citons un exemple célèbre : un Allemand discute avec un Français d’un problème sérieux, le Français l’interrompt pour lui demander s’il aime le poisson. L’Allemand, déstabilisé, s’arrête. En fait le Français organise son planning tout en écoutant ; il envisage d’inviter son interlocuteur dans un restaurant de poissons, veut régler cela entre deux phrases et reprendre la discussion. Cela ne gêne pas le Français de faire une digression puis de revenir à l’essentiel. L’Allemand, dérouté, a du mal à suivre.

77b) Cela se remarque particulièrement dans les négociations interentreprises. L’Allemand se concentre sur ce qu’il fait, une chose à la fois, selon un ordre du jour précis et un calendrier/minutage fixé. Il remplit sa mission quel que soit son interlocuteur. Et il est coupé du monde pendant la discussion : la porte du bureau est fermée, le téléphone ne sonne pas.

78En France, on cherche avant tout à créer des relations durables, une atmosphère propice voire complice ; on traite différemment un vieux ou un nouveau client, on a tendance à faire spontanément confiance à un interlocuteur sympathique. La secrétaire vient faire signer un papier urgent, le Français répond à un coup de fil, puis reprend la discussion. L’Allemand est vite décontenancé par toutes ces intrusions du contexte.

2. La prise de décision elle-même

79L’Allemand a besoin de toutes les informations avant de prendre position. Dans un cadre professionnel, il a, avant toute décision, consulté les parties prenantes et, pendant la négociation, il hésite à s’engager seul sur une modification, puisque la position qu’il défend est celle d’un groupe et qu’en général elle a été détaillée et a fait l’objet d’un consensus au sein de ce groupe. Il préfère ne pas prendre de décision s’il ne dispose pas de tous les détails qu’il juge nécessaires afin de vérifier que la modification peut être acceptée par tous ceux qu’il représente. Bref, en Allemagne, les décisions sont consensuelles, toute décision doit être prise dans sa globalité avec un inventaire des conséquences pour chacun, un planning, un accord sur le financement, etc. Les précisions viennent avant.

80Le Français n’a pas besoin d’avoir exploré tous les détails ni d’avoir consulté toutes les personnes concernées avant de prendre une décision. La décision est prise par le chef, « l’intendance suivra ». Le « système D » permet de toute façon de s’adapter, de rectifier un plan et d’apporter par touches successives les précisions nécessaires. Les précisions viennent après.

81Revenons à l’exemple de la mise en place des échanges entre Arras et Herten. Lors de la première rencontre, le maire allemand envisagea l’organisation d’échanges entre les sociétés sportives des deux villes. Le maire français approuva, sortit son agenda et demanda : « À quelle date et à quelle heure arrivera le premier car allemand ? ». Le maire allemand resta sans voix : il devait d’abord consulter toutes les personnes concernées. Le maire français, lui, pouvait prendre la décision, les détails seraient réglés ensuite, avec les personnes concernées.

82Le rapport à l’autorité est donc totalement différent d’un pays à l’autre et un patron allemand n’a que peu de choses à voir avec un patron français. Les patrons français qui négligent ce détail lorsqu’ils reprennent des entreprises en Allemagne comprennent vite leur erreur.

IV. Le non-verbal

83Il y a toute une partie de la communication ou de l’information qui n’est pas transmise par les mots, mais qui est pourtant décodée par l’auditeur en même temps que le message verbal.

1. Les onomatopées, les mimiques, la gestuelle

84a) Si un coq chante « cocorico », c’est un coq français, s’il chante « Kikeriki », il est allemand, et chacun devinera sa nationalité s’il chante « cock-a-doodle-doo ».

85Si vous entendez « aïe ! », vérifiez d’abord qui a crié avant de conclure quoi que ce soit. Si c’est un gars avec un béret sur la tête et une baguette sous le bras, c’est un Français qui vient de se faire mal. S’il a un chapeau à plume et une culotte de peau, c’est un Bavarois qui exprime toute sa joie (s’il s’était fait mal il aurait crié « aua ! »). S’il porte un kimono, c’est un Japonais qui vous dit oui. Votre réaction devra normalement être différente dans chaque cas.

86Quand un Allemand vous fait « psttt... ! », il ne cherche pas à attirer subrepticement votre attention, il trouve simplement que vous faites trop de bruit et vous demande le silence (un Français vous dirait « chut... ! »).

87b) Il en va de même avec les mimiques. Se tapoter la tempe n’a pas le même sens en français et en allemand. Si l’Allemand se tapote la tempe avec le pouce et l’index joints et recourbés, il veut vous exprimer toute son admiration pour votre sagacité ou votre intelligence (traduction en français : « il y en a là dedans ! »). S’il voulait vous faire comprendre qu’il trouve votre QI limité (« ça ne va pas la tête ? »), il se tapoterait le milieu du front avec l’index recourbé.

88L’expression française « mon œil ! » s’exprime différemment en allemand. Il faut gonfler la joue droite et la tapoter de son index recourbé. Vous savez sans doute aussi que les Grecs expriment leur accord en secouant la tête de gauche à droite et leur désaccord en secouant la tête de bas en haut...

2. Les rituels

89a) Les gens d’Europe du Nord paraissent plus froids, plus distants que les gens du sud. C’est purement une question de code et de sphère privée. Un Allemand ou un Anglais qui vous salue à 2m ou 2,30m d’une simple inclinaison de la tête est sans doute aussi attentionné qu’un gars du sud qui vous prend les mains et ne les lâche plus tout le temps qu’il vous parle. La sphère individuelle est taboue en Allemagne, elle l’est moins fréquemment en France.

90b) Vous rejoignez des amis à la terrasse d’un café. En France, il faut faire le tour de la table et saluer chacun personnellement. En Allemagne, vous tapez 3 fois sur la table et chacun se sent salué, autant qu’un Français à qui l’on vient serrer la main. C’est le même rituel quand vous quittez une tablée d’amis. Les Allemands ne se sentent pas obligés de serrer la main, encore moins de faire la bise à des gens qu’ils connaissent à peine. D’abord, c’est peu hygiénique. Frotter simplement, du plat de la main, le haut du bras d’une personne peut être une marque de profonde amitié. Le contenu du message est le même, mais il est exprimé différemment.

3. Les valeurs

91Les valeurs ne sont pas innées, elles sont apprises et sont donc le reflet d’une culture.

92La position de l’église dans la société allemande est déroutante pour un Français. Je me souviens de mon étonnement lorsqu’un jour, aux informations télévisées, j’ai entendu annoncer l’interview d’une évêque sur le problème de l’ouverture des magasins le dimanche et j’ai vu sur l’écran la journaliste se diriger vers une dame très digne qui a expliqué qu’elle était mère de 3 enfants, que son métier d’évêque était très prenant, qu’elle avait bien du mal à trouver le temps de faire ses courses (heureusement, son mari s’en chargeait parfois), mais qu’elle était malgré tout contre l’ouverture des magasins le dimanche. Cette dame était évêque et porte-parole de l’Eglise protestante. Puis la journaliste annonça que, pour tenter de sortir de l’impasse des négociations patronat-syndicat et écarter la menace d’une grève, patrons et syndicat avaient décidé d’un commun accord de recourir à l’arbitrage d’un « Schlichter », un médiateur, et qu’ils étaient tombés d’accord sur le nom d’un évêque catholique connu pour ses qualités de négociateur, sa pondération et son équité. Vous comprenez la difficulté que nous avons, nous Français, à trouver les mots pour expliquer aux Allemands notre laïcité à la française.

93Il faut faire très attention à ne pas heurter les valeurs d’un interlocuteur, sinon on touche au plus profond de sa personnalité, il se referme et tout dialogue devient difficile. Il faut donc apprendre à connaître les valeurs des autres. Et l’on découvre que les Allemands, qui passent pour des travailleurs acharnés, travaillent moins que nous, que les loisirs sont pour eux une valeur essentielle, qu’ils ont lancé la négociation sur les 35 heures en 1984 et les ont introduites en 1987, mais à l’allemande, partout où il y a eu accord préalable (gagnant/gagnant) sur le terrain, branche par branche, entreprise par entreprise, et qu’ils ont développé des centaines de modèles de flexibilité du temps de travail. Tout a été défini en détail durant les 3 années de discussions prévues avant l’introduction des 35 heures dans les entreprises. Lors des discussions sur l’introduction des 35 heures en France, les Allemands étaient très amusés d’entendre le représentant des patrons français, le Baron Seillières, marteler que la France était le seul pays à recourir aux 35 heures, lui qui avait investi dans des usines allemandes qui étaient depuis 1987 aux 35 heures ! Mais il fallait comprendre l’allemand pour en entendre parler et être au courant, car les médias français, dans leur ensemble, n’en ont jamais soufflé mot. C’est cela aussi l’avantage de l’apprentissage des langues, que de pouvoir diversifier ses sources...

94Le rapport au temps est différent, nous l’avons vu, et un cadre allemand qui reste le soir au bureau risque d’être considéré comme quelqu’un qui ne sait pas s’organiser et n’arrive pas à terminer son travail dans le temps imparti... De même, vous savez bien qu’arriver en retard est interprété très différemment en France ou en Allemagne. En Suisse, cela est même impensable : arriver en avance est impoli, arriver en retard est impardonnable. Il faut arriver pile à l’heure.

V. Conclusion : le plaisir de l’apprentissage de la langue

951. Parler une langue étrangère permet de prendre conscience de sa propre culture et de la redécouvrir. Cela permet aussi de réfléchir au sens des mots et de confronter les valeurs, les gestes, les codes, etc., que l’on vous a inculqués aux valeurs, gestes, codes, etc., dans une autre culture. Et l’on voit bien la distance culturelle qui peut séparer deux peuples pourtant voisins.

96L’apprentissage des langues est une école de la tolérance. Nous nous apercevons que d’autres ont développé des solutions totalement différentes des nôtres aux problèmes quotidiens (les repas, le travail, les loisirs), dans de nombreux domaines (politiques, sociaux, organisation de la cité), et que nous apprenons à apprécier à côté des nôtres. Nous apprenons à réfléchir à nos propres comportements, à remettre en cause soit notre admiration spontanée, soit notre aversion viscérale pour telle ou telle autre culture.

97Il est intellectuellement très enrichissant de saisir les réalités différentes qui peuvent se cacher derrière les mots. Il ne suffit pas de prendre dans le dictionnaire la traduction du mot « salaire » pour pouvoir comparer votre salaire à celui de votre interlocuteur allemand. Le salaire qu’il vous indique est net, charges sociales et impôt sur le revenu salarial déduits. Connaissez vous votre revenu mensuel impôt déduit ? Les avantages liés au salaire sont-ils les mêmes d’un pays à l’autre ?

98Bien que Français, vous ne vous limitez pas à n’écouter que des morceaux de musique de compositeurs français. Vous savez aussi apprécier Mozart, Bach, Beethoven ou Tokio Hotel. Pourquoi vous priver du plaisir de lire des auteurs allemands ? Il y a des Mozarts des lettres, de la philosophie ou de la presse allemandes qui peuvent vous apporter beaucoup.

992. L’allemand est la langue maternelle de 100 millions de personnes en Europe. Il est la langue officielle en Allemagne, Autriche, Suisse et même Belgique. Le souverain belge fait souvent ses discours officiels en allemand pour échapper à la querelle linguistique entre Wallons et Flamands.

100L’Allemagne est le premier client et le premier fournisseur de la France. Le commerce franco-allemand représente à lui seul 20 % du commerce extérieur français et s’élevait en 2006 à 150 milliards d’euros. Derrière ces milliards d’euros se cachent chaque jour des négociations, des contrats, des coups de téléphone, des mèls, etc., entre entreprises françaises et allemandes. L’apprentissage de l’allemand peut être un plus sur le plan professionnel et être très profitable à une carrière.

1013) Un magazine tel que Courrier International a bâti son succès sur ses dossiers qui rassemblent des articles de cultures très différentes sur un même thème. En les lisant, on s’aperçoit que nous sommes souvent enfermés dans nos certitudes relayées par une presse qui parle la même « langue de bois » et que, dans d’autres pays, les éclairages, les interprétations des faits, les approches de l’actualité, la « langue de bois » locale, tout est totalement différent. Cela nous ouvre des horizons plus larges et nous enrichit intellectuellement.

102Car nous sommes souvent typiquement français sans le savoir, même dans notre façon de nous habiller ou de nous coiffer. Chacun a sa mode personnelle, chacun se sent différent de son voisin mais, si vous allez dans le bazar d’Istanbul, vous êtes attendus devant les boutiques par des « aboyeurs » qui, sans hésiter, s’adressent à vous en français pour vous inviter à visiter leur boutique, et abordent en allemand le couple qui vous suit, en anglais les suivants, etc. D’un simple coup d’œil, ils ont deviné votre nationalité et celle des gens qui vous suivent.

103Alors restez Français, mais apprenez les langues, et il faut espérer que cette présentation vous aura montré tout l’intérêt de l’apprentissage de l’allemand.

Haut de page

Notes

1  Conférence donnée à Arras le 1er mai 2008, dans le cadre du Festival des Langues, qui se tient chaque année lors de la Fête du Livre.

2  L’un des clichés les plus répandus en France veut que les Allemands boivent surtout de la bière. Les statistiques prouvent qu’ils boivent encore plus de café. Et en apprenant cela, vous n’avez pas encore saisi tous les aspects de la situation. Quand on sert un café allemand à un Français, le verdict est sans nuance : « Ce n’est pas du café », dit le Français. Le café allemand est en général moins torréfié et a un goût différent du café français. Les mots recouvrent souvent des réalités différentes d’un pays à l’autre. C’est encore plus évident avec le pain.

3  Exemple cité par Marie-Béatrice Baudet, le Monde 26/01/1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Tholliez, « La langue, reflet d’une culture : la langue allemande », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVII N° 3 | 2008, 70-85.

Référence électronique

Jean-Michel Tholliez, « La langue, reflet d’une culture : la langue allemande », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVII N° 3 | 2008, document 6, mis en ligne le 08 août 2011, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/apliut/1340 ; DOI : 10.4000/apliut.1340

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Tholliez

Jean-Michel Tholliez a enseigné à l’IUT (en TC et GEA) ainsi qu’à l’IUP de Lens (Licence et Mastère de commerce). Il a aussi été responsable du service communication de son IUT.
jean-michel.tholliez@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page