Navigation – Plan du site
Articles
3

La place de la recherche et de la reconnaissance institutionnelle en LEA/LANSAD

Conférence d’ouverture
Liliane Gallet-Blanchard
p. 10-17

Texte intégral

1La position très particulière de la formation LEA, à l’origine dite « licence pratique » ou « bilingue », a exigé au cours de longues années de déployer une activité plus intense pour émerger que les filières établies autour des concours. C’est peut-être aujourd’hui en attirant l’attention sur la présence et l’importance de la dimension de la recherche en LEA à Paris Sorbonne (Paris IV), avec la création d’un Doctorat « Commerce International et Europe » faisant partie de l’École Doctorale IV (Civilisations, Cultures, Littératures et Sociétés), qu’il convient à la fois de poursuivre le développement des LEA et de continuer à s’adapter aux exigences du monde universitaire et du monde professionnel à la fois. Dans d’autres pays proches, les chefs d’entreprises sont fréquemment « Docteurs » – voire Doktor Doktor… quand ils ont soutenu deux doctorats – et cela se produit ; en France, c’est relativement rare. Or, il est souhaitable que nos dirigeants puissent, dans les instances internationales, avoir les mêmes titres que leurs partenaires étrangers. En intéressant l’entreprise à cette possibilité et l’université à cette dimension, ne pourrions-nous pas mieux encore interpeller la reconnaissance institutionnelle ? En créant également une visibilité unifiée avec un site internet national LEA, construit évidemment avec la participation de l’ANLEA (Association nationale des LEA), qui a toujours été active pour défendre auprès du Ministère et des Universités la position spécifique LEA, nous pouvons parvenir à donner une meilleure vue de l’ensemble des études en France, en particulier dans le cadre du LMD. Nous pouvons également faire apparaître combien, dans sa transversalité, cette filière s’est toujours efforcée de répondre exactement aux critères universitaires faits à la fois de connaissances généralistes, d’ouverture d’esprit (critique) et de stratégies d’excellence afin de répondre aux attentes d’entreprises impatientes d’avoir des jeunes suffisamment pleins de bon sens acquis au cours de leurs stages, capables de s’adapter et d’évoluer dès lors dans des domaines très variés – voire de prévoir l’évolution et d’anticiper intelligemment. Le cursus LEA, pluridisciplinaire depuis sa création, a précédé les exigences du LMD ; c’est précisément grâce à la pratique de plusieurs disciplines que nos étudiants acquièrent la capacité de « contextualisation » qui est maintenant une exigence des parcours universitaires. Notre cursus est ainsi à même de servir de support à une recherche/action novatrice, et d’apporter son appui à des activités de type « doctoriales » associant le monde de la recherche à celui de l’entreprise.

2Peut-être qu’en ayant eu un peu plus de mal à s’établir, cette filière a aussi forgé ses propres armes et confirme aujourd’hui un succès durement acquis et, patiemment mais solidement, pourrait maintenant amorcer un rapprochement entre les Grandes Écoles et l’Université : j’ai noté avec beaucoup de plaisir que cette année, en licence, de nombreuses étudiantes venaient de classes préparatoires… Nos LLCE à Paris Sorbonne se sont peut-être rapprochées des LEA pour des motifs de nombre dans le cadre du LMD et il est révélateur que notre doctorat appartienne à une école doctorale transculturelle ; à Paris Sorbonne nous avons tenu à garder l’acronyme mais nous appelons la filière « Langues Et Affaires » au niveau L désormais, « Métiers du Commerce International » au niveau Master Professionnel et « Commerce international » au niveau D. « Tout ce qui ne sait pas s’adapter est appelé à disparaître » disait un logo évocateur sur fond de dinosaure : LEA a donné l’exemple dans le bon sens dès sa création.

3La présentation ci-dessous est extraite de celle plus appropriée au vidéo projecteur pour un colloque. Elle retrace rapidement un parcours de carrière classique, un exemple et non un modèle : « Si cela était à refaire, referiez-vous ce chemin là ? ». Oui, certes, mais à la nuance près que mon conseil aux jeunes collègues qui vont choisir cette filière parce qu’elle apparaîtra de plus en plus dans le fléchage des postes ainsi que le « LANSAD » (Langue de Spécialité pour les Autres Disciplines), sera d’être toujours très vigilants et de matérialiser par des publications et des communications les expériences de recherche/action qu’ils auront menées avec conviction, car nous sommes encore dans un système où seules les publications pèsent dans la reconnaissance institutionnelle et trop peu encore les expériences d’enseignement « innovantes », trop satellisées et peu traduites en termes de carrière. Notons qu’au Royaume-Uni, le document de cadrage de janvier 2006 pour le Research Assessment Exercise de 2008 range, parmi les travaux qui peuvent être évalués au titre de la recherche, « Teaching materials where these contain a significant research element. Other forms of output where appropriate to applied, practice-based, or pedagogic research ». Ce texte définit aussi « Applied research », en soulignant à la fois ses incidences pratiques et sa relation réciproque avec la recherche fondamentale : appui sur la recherche, et contribution à la connaissance : 

It aims to create new or improved systems (of thought or production), artefacts, products, processes, materials, devices or services for long-term economic, social and/or cultural benefit. It is informed by the intellectual infrastructure of scholarly research in the field ; it applies and/or transfers enhanced knowledge, methods, tools and resources from basic and strategic research ; it also contributes to scholarship in the field through systematic dissemination of the results… The methods/tools evolved are often transferable1.

« Don’t Look Back in Anger… »

4« Un des objectifs de ces journées est de lancer un mouvement national pour la recherche en LEA », écrit Françoise Demaizière en présentant cette journée sur le site ACEDLE (Association des Chercheurs et Enseignants de Didactique des Langues Étrangères). En effet, il convient d’aborder cette question, non en ressassant les expériences amères dont tous les collègues de ma génération ont fait l’expérience, comme « Vous vous ancillarisez… Chère collègue… » qui avait accueilli la publication de L’anglais pour informaticien (1981) puis de L’anglais pour l’informatique (1990) : il était assurément hors de question de compter ces ouvrages dans ma « recherche ». Il nous faut se tourner résolument vers les aspects positifs évidents des LEA ou des LANSAD bien visibles dans le succès remporté par leur développement. De même, si le grand écart permanent entre « classique » et « innovation » a caractérisé mon parcours, je peux affirmer maintenant la richesse de l’apport de l’un vers l’autre : le XVIIIe siècle que je n’ai jamais abandonné – preuve en est la récente publication de deux cédéroms sur la ville en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle – m’apporte toujours en lisant, par exemple, The Economist, pour ne pas nommer le magazine dont je recommande une lecture régulière à partir de la licence, la preuve que cet arrière plan de culture est nécessaire et précieux. Certes, me disent certains, pour combien de temps encore les journalistes feront-ils allusion à Johnson dans un article consacré à la mondialisation. Pourquoi ne pas faire le pari ? Ainsi ayant commencé une thèse sur la rhétorique au XVIIIe siècle, j’ai accepté, en tant qu’assistante, la responsabilité de MIAGE à Paris IX Dauphine (1972). Puis la mobilité alors obligatoire m’a emmenée à Lille (Cours Capes/Agrégation « Shakespeare » et cours sur « La littérature au XVIIIe siècle ») et à Roubaix (maîtrise LEA). J’ai ensuite obtenu le premier poste de professeur fléché LEA/Anglais en Sorbonne. Nous avons alors connu le passage du département LEA à l’UFR LEA et, en 2005, obtenu la création du Doctorat « Commerce International et Europe ».

Le Doctorat « Commerce International et Europe »

5L’exemple d’une recherche accomplie par une étudiante qui avait effectué la totalité de son parcours en LEA et occupe un poste de responsabilité chez Louis Vuitton a, en fait, joué un rôle déterminant d’élément déclencheur : il était visible que nous pouvions former dans cette filière des étudiants qui n’avaient pas à repasser par une année de Master Recherche et pouvaient de plain-pied accéder au Doctorat alors que, primitivement, dans le schéma LMD, le cursus LEA s’arrêtait au M2. Nous avons donc souhaité rétablir un certain parallélisme entre les filières recherche et les filières professionnelles, qui pouvait être largement justifié : lors de cette soutenance en novembre 2005, le président de Paris Sorbonne, qui était au jury en tant que géographe, a déclaré : « Cette soutenance, qui est à marquer d’une pierre blanche car elle manifeste l’accession à l’âge adulte de la filière LEAau sein de laquelle les premières thèses de Doctorat voient le jour. C’est le signe que cette voie clairement tournée vers l’application, la professionnalisation et l’entreprise est vraiment universitaire et qu’elle se fonde sur des recherches approfondies portant sur des sujets nouveaux, lesquelles viennent ensuite enrichir le contenu de l’enseignement et la pédagogie ». Il a félicité la candidate pour son texte bien rédigé et vivant ainsi que pour sa bibliographie « impressionnante et parfaitement présentée ».Le sujet en était Quelles formes de luxe pour quelles Chines : Hong-Kong ou Shanghaï ? avec, au jury, des personnalités comme l’historien Marc Ferro, Jean-Robert Pitte (Président de Paris IV), Christophe Commental (Conservateur au musée de l’Homme), Michel Antoine (Professeur à l’Université de Marne-la-Vallée).

  • 2  Actuellement, 5 thèses sont inscrites et il y en aura probablement 3 nouvelles en 2008.

6Cette nouvelle spécialité de Doctorat, après avoir été approuvée par le conseil de l’École Doctorale (ED), par le conseil scientifique et le conseil d’administration de l’université, vient d’avoir ses premiers dossiers présentés à la commission des doctorats. En effet, responsable du Master Professionnel, j’ai inscrit trois thèses en octobre 2005 ; il y en a déjà deux nouvelles en perspective, dont l’une serait l’aboutissement d’un processus de validation des acquis2 ; il convient évidemment de développer une coopération avec des spécialistes des matières d’application de LEA (droit, économie ou gestion) ou bien avec d’autres langues, collaboration qui constitue justement la richesse de la recherche en LEA :

  • L’anglais langue étrangère du citoyen européen ? De la politique éducative en France, en Espagne et aux Pays-Bas à l’élaboration d’une évaluation diagnostique des compétences orales et écrites.

  • Les nouvelles technologies ont-elles un rôle à jouer sur un marché très concurrentiel de l’ex-URSS, le marché du chauffage ?(co-direction avec un Professeur de russe et demande de convention CIFRE – Conventions Industrielles de Formation par la REcherche ).

  • L’avenir des services publics passe-t-il par les entreprises privées ? Étude comparée des méthodes et enjeux du partenariat public/privé en France, en Italie et au Royaume-Uni(co-tutelle avec l’Université de Rome).

7Dans le cadre du Doctorat label européen, en 2004, une thèse a été inscrite en co-tutelle avec l’Université de Cambridge : CIS (Center of International Studies), Professor David Lehmann, et en co-direction avec le Professeur d’économie à Paris IV, Claudia Senik : La civilisation Anglo-saxonne libérale face au mouvement alter-mondialiste et aux nouvelles technologies de l’information (ou vers quel modèle social l’Europe économique se dirige-t-elle et quel est son impact futur et présent sur la scène internationale : compétitivité économique européenne, « dumping » intra et extra-européens, alter-mondialistes ?). Le doctorant a pu bénéficier d’une bourse de notre École Doctorale, qui lui a permis d’effectuer une mission à Hong-Kong en décembre pour un congrès de l’OCDE, encouragement d’une mobilité fort recommandée aux écoles doctorales. Il met en ce moment sur pied, avec l’appui des représentantes des doctorants au conseil de l’ED, l’une de nos sessions de doctorants sur « Nouvelles Civilisations, Nouvelles Cultures, Nouveaux Mondes dans la Culture Anglophone », associant ainsi son expérience de l’interculturel au programme de recherche fondamentale de l’ED sur les espaces interculturels, tels que les étudient les doctorants « recherche » de façon plus historique, les deux approches se complétant.

8Nous avons été, de plus, fortement encouragés dans cette direction par les CCE (Conseillers du Commerce Extérieur de la France) avec lesquels Paris Sorbonne a conclu une convention permettant aux M2 Commerce international de bénéficier des conférences de nombreux chefs et cadres d’entreprises ainsi que du Certificat des CCE, label reconnu par le MEN.

9Les seules recommandations qui ont été données lors de la création de cette nouvelle spécialité de doctorat concernent la formation à la recherche documentaire qui, jusque-là, ne faisait pas partie de façon obligatoire du cursus LEA. Ainsi nous avons intégré ces doctorants à des formations qui étaient déjà organisées pour les doctorants LLCE dans le cadre de la participation de l’Université Paris Sorbonne comme université pilote, au niveau de l’École Doctorale IV dirigée par le Professeur Marie-Madeleine Martinet, à la diffusion électronique des thèses. Plusieurs journées annuelles et des formations en groupes existent déjà pour les doctorants LLCE et LEA avec au programme bureautique et documentation, c’est-à-dire :

  • Feuille de style pour diffusion électronique des thèses.

  • Recherche documentaire avec le Service Commun de la Documentation.

  • Rédaction de synthèses, rapports, et présentation de leurs travaux.

10En mars 2007 pourront ainsi être organisées pour la première fois à Paris Sorbonne de véritables « doctoriales », stages de préparation des doctorants à l’après-thèse : ce label est attribué par le Ministère de la Recherche à des séminaires résidentiels de professionnalisation, portant sur l’introduction à la réflexion sur le projet professionnel de chacun, mise en œuvre d’un projet innovant en équipe pluridisciplinaire.

11Les commentaires des experts sur l’accréditation de l’École Doctorale IV ne sont pas à négliger et mettent bien en relief l’impulsion qui peut être donnée à nos orientations : certes, est souligné le potentiel scientifique des équipes rattachées à l’ED, mais aussi sa politique de communication, ses divers soutiens aux déplacements des doctorants à l’étranger comme on le soulignait dans l’exemple de la mission vers Hong-Kong, le suivi du devenir des doctorants effectué à quasi cent pour cent par l’ED IV, une bonne articulation entre ED et LMD, ce à quoi nous avons justement veillé en rétablissant le parallèle recherche/professionnalisation, en particulier les relations avec le monde socio-économique – ce qui est évident avec les CCE et enfin une incitation à la mobilité internationale qui s’harmonise bien avec les devenirs de nos étudiants en LEA.

12Un travail significatif a été effectué également par l’École Doctorale et par l’Observatoire de l’insertion professionnelle, en liaison avec l’Association B. Grégory qui traite de l’insertion des docteurs. Ce travail d’identification des devenirs de nos étudiants est important car il va dans un sens positif, confirmant que la filière LEA ne fabrique pas d’étudiants ne trouvant pas de débouchés, non seulement convenables, mais correspondant à leurs véritables attentes dans la vie active.

13Il est utile de porter à la connaissance des étudiants avant leur quête de stages, les rapports les plus récents sur leurs prédécesseurs et les attentes correspondantes de leurs employeurs : l’un de ces exemples met bien en valeur, également au niveau de l’entreprise, la part croissante de l’importance de la formation à la documentation, partie indispensable de toute véritable veille technique et technologique. Avec l’accord de Mademoiselle Marie, je peux citer cette appréciation de stage de novembre 2005 émanant du Consulat général du Canada :

Mademoiselle Marie s’est fort bien acquittée des diverses tâches et responsabilités qui lui ont été confiées… Elle a fait preuve d’un bon esprit d’équipe et s’est bien investie dans les recherches des informations sur le marché de l’emploi et la rédaction d’articles sur les opportunités de carrières et la formation professionnelle pour les Français de la circonscription. Elle devra acquérir plus de rigueur dans l’accomplissement des tâches administratives, fastidieuses mais indispensables qui sont également nécessaires au bon fonctionnement d’un bureau de l’emploi.

  • 3  « Le Pacte pour la recherche », La Vie Universitaire, n° 87, octobre 2005.
  • 4  « Passe ta maîtrise d’abord », Le Monde, 01 janvier 2006.

14Je souhaite également m’appuyer sur plusieurs tendances émergeantes à prendre avec toutes les réserves d’usage, mais qui convergent toutes dans le sens de l’importance du développement du niveau « recherche » pour les LEA. Je citerai ces quelques exemples récents : des mesures d’incitation auprès des entreprises pour embaucher de jeunes doctorants ; une incitation à des partenariats avec le privé (participation à l’enseignement de chercheurs venant de labos privés, possibilité pour les enseignants-chercheurs de travailler à temps partiel dans le privé3 ; la constatation récente que « dans la mondialisation, l’emploi de demain passe par la recherche »4.

Un portail LEA

15Afin de mettre en valeur l’existant constitué de sites remarquablement bien informés dans de très nombreuses universités et de renforcer le réseau des LEA, il semble que nous puissions maintenant construire un portail LEA qui aurait les avantages suivants : un rapprochement au niveau des universités, des associations, et de la recherche LANSAD dont l’importance n’est plus à démontrer depuis des années ; un rapprochement également avec les Grandes Écoles au sens où des étudiants de classes préparatoires (Khâgne et Hypokhâgne) choisissent LEA sans que cela signifie pour eux un échec mais au contraire une façon de conserver la pluridisciplinarité – et je remarque depuis quelques années leur présence plus nombreuse et très motivée en L3 ; un rapprochement dans le cadre LMD, entre LLCE et LEA, les premiers ayant convenu de passer à deux langues étrangères, l’une des avances remarquables des LEA dans ce domaine, ces dernières s’orientant même depuis quelque temps vers trois langues étrangères.

16Il existe déjà des sites LEA utiles, mais dispersés ou méconnus, des listes où UFR et départements ne sont pas distingués et l’objectif serait ici simplement de coordonner et de donner plus de visibilité, d’une part à la filière, mais plus spécifiquement à la recherche qui y est effectuée spécifiquement avec un annuaire précis de ses formations. L’initiative de ce colloque qui revient au CERCI de l’Université de Nantes et à Marie-Françoise Narcy-Combes qui en est l’organisatrice, est ainsi éminemment précieuse et pourrait désormais se concrétiser, avec la collaboration de l’ANLEA sur le site que nous offrirons très prochainement à l'adresse http://www.lea.paris-sorbonne.fr. Il sera l’œuvre de tous ceux qui souhaiteront coopérer : nous proposons un premier plan de site où l’on peut trouver : un Annuaire des universités établissant tous les liens que nous avons pu trouver vers toutes les universités ayant une UFR ou un département LEA : ainsi, à partir de l’université, on se dirige directement vers les LEA. Ensuite, une partie est consacrée à la Recherche – subdivisée en colloques, publications, enquêtes. Enfin, une dernière présente les Associations où nous pouvons imaginer tous les liens possibles vers les associations des « anciens » que nous contacterons le plus largement possible.

Multiculturalisme/multilinguisme… « To paraphrase Samuel Johnson »

  • 5  Jean-Claude Sergeant, Réussir en langues étrangères appliquées : anglais, allemand, espagnol, ital (...)

17Cette caractéristique qui constitue l’un des atouts majeurs des LEA était apparente en fait depuis leur création, comme le montre cet ouvrage du Professeur Jean-Claude Sergeant, Réussir en langues étrangères appliquées : anglais, allemand, espagnol, italien : DEUG, licence, maîtrise, publié dès 19955.

18En fait, si les LEA s’appuient en tout premier lieu sur la « civilisation » complétée par les matières d’application (économie, gestion, droit, marketing) et orientée progressivement vers l’initiation aux « affaires » ou au « commerce international », elles ne peuvent se dispenser de s’appuyer sur une large « culture » : une connaissance exigeante de deux langues au minimum ne signifie pas un simple vernis permettant de se faire comprendre ; nous montrons une exigence de niveau de langue reconnue, mais aussi de connaissance de la culture du pays dont on parle la langue, car elle est absolument indispensable. Au fil de toutes les conférences qui ont été données par les chefs d’entreprises des CCE que nous avons pu écouter, ce point est systématiquement revenu : des gens qui balbutient une langue ne sont pas efficaces dans leurs relations de haut niveau : il faut savoir saisir au vol une allusion, un clin d’œil, un jeu de mot et je souhaite conclure en dix-huitiémiste cohérente, donc en faveur des LEA toujours améliorées. La lecture quotidienne de The Economist me permet de faire collection d’articles aux thèmes les plus techniques ou les plus économiques qui soient, ayant tous un point commun : des allusions. Je n’en prendrai que deux ici pour ne pas lasser mais ma base de données s’élargit chaque semaine et j’espère que nos journalistes nous permettront encore longtemps de jouer à ce petit jeu qui me permet d’envoyer les étudiants en quête de références toutes les semaines car ils ne sont pas tout à fait au point encore.

  • 6  The Economist, 5th December 2000, p. 17-20.

19L’article le plus proche de mon cours consacré aux « Technologies de l’Information » concernait l’« e-ink » l’encre des publications futures ; il comportait un paragraphe intitulé « The writing on the wall »6. Que croyez-vous qu’ils avaient compris ? « Ce sont des tags, Madame… », et la semaine suivante les plus curieux ont raconté le festin de Nabuchodonosor.

  • 7  The Economist, « Tired of globalisation », 5th November 2005, p. 12.

20Depuis des siècles a existé une tendance à considérer l’anglais comme il fut décrit lorsque quelques esprits éclairés comme Voltaire expliquèrent que les Français devraient bien l’apprendre pour des tas de raisons : un petit pamphlet édifiant, Préservatif contre l’anglomanie (Fougeret de Montauban, 1757) admet rageusement après avoir réduit Shakespeare à un pitre qui mélangeait comédie et tragédie... « L’anglais n’est qu’une langue de marchands ».Au fond les LEA ont connu les mêmes préjugés au départ : il suffit peut être de les mettre historiquement en perspective et de conclure comme l’article de The Economist7 intitulé « Tired of globalisation, to paraphrase Samuel Johnson », « Anyone who is tired of LEA is tired of life ».

Haut de page

Notes

1  http://www.rae.ac.uk/pubs/2006/01/docs/m57.pdf (RAE 2008 publié en janvier 2006).

2  Actuellement, 5 thèses sont inscrites et il y en aura probablement 3 nouvelles en 2008.

3  « Le Pacte pour la recherche », La Vie Universitaire, n° 87, octobre 2005.

4  « Passe ta maîtrise d’abord », Le Monde, 01 janvier 2006.

5  Jean-Claude Sergeant, Réussir en langues étrangères appliquées : anglais, allemand, espagnol, italien : DEUG, licence, maîtrise, Paris, Armand Colin, 1995.

6  The Economist, 5th December 2000, p. 17-20.

7  The Economist, « Tired of globalisation », 5th November 2005, p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Liliane Gallet-Blanchard, « La place de la recherche et de la reconnaissance institutionnelle en LEA/LANSAD », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVII N° 1 | 2008, 10-17.

Référence électronique

Liliane Gallet-Blanchard, « La place de la recherche et de la reconnaissance institutionnelle en LEA/LANSAD », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVII N° 1 | 2008, document 3, mis en ligne le 29 août 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/apliut/1511

Haut de page

Auteur

Liliane Gallet-Blanchard

Liliane Gallet-Blanchard est Professeur à l’Université Paris Sorbonne Paris IV et Directeur de l’UFR LEA. Ses recherches portent essentiellement sur les usages de l’informatique en sciences humaines. Elle est co-directeur de l’équipe de recherche CATI (Cultures anglophones et technologies de l’information, EA 2566).
Liliane.Gallet-blanchard@paris-sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page