Navigation – Plan du site
Débat sur l'évaluation et sur le CLES (Certificat de compétences en langues de l'enseignement supérieur)

Compte rendu de l’intervention de M. Bouvier au congrès de l’APLIUT

Catherine Lendres
p. 98-99

Notes de l’auteur

Les propos de M. Bouvier ont été enregistrés et transcrits par Andy Arleo et Dan O’Leary.

Texte intégral

1M.Bouvier, chargé de mission auprès du Ministère de l’Éducation Nationale, est venu présenter le CLES (Certificat de compétences en langues pour l’enseignement supérieur) lors du dernier congrès de l’APLIUT qui s’est tenu à Grenoble en juin 2001.

2La création du CLES est annoncée dans l’arrêté du 22 mai 2000, et sa mise en place dans le décret paru dans le Bulletin officiel (B.O.) du 29 juin 2000. Ce diplôme introduit dans l’enseignement supérieur une norme de certification des compétences en langues vivantes : anglais, allemand, espagnol - à terme, toutes les langues, y compris celles qui sont peu enseignées. Sont concernés les étudiants inscrits dans des formations universitaires non spécialisées en langue.

3Le CLES est un diplôme indépendant du diplôme de spécialité, aucun pré-requis n’est donc exigé. Un étudiant devrait pouvoir s’y présenter à tout moment de son parcours d’études et dans plusieurs langues. Le CLES se décline en trois niveaux : le premier est généraliste (deux domaines : sciences humaines et sciences), le second couvre quatre secteurs disciplinaires (sciences humaines, sciences exactes, vie et santé, droit et gestion), et le troisième plus spécialisé, concerne sept branches (maths-informatique, physique et sciences pour l’ingénieur, sciences de la Terre et biologie, médecine et chimie, sciences de l’homme, sciences de la société, économie-droit-gestion). Les épreuves sont nationales, mais leur organisation est locale.

4Les premières sessions du CLES étaient programmées pour la rentrée 2001, l’année 2003 devant être celle de la généralisation. Toutefois, il n’y a pas eu de première session d’examen en 2001. Les cinq universités expérimentales (Aix-Marseille, Bordeaux, Paris, Rennes et Strasbourg), ont attribué le premier niveau de qualification du CLES sur dossier, à titre transitoire.

5L’urgence apparente de cette première mise en place et la précipitation dans laquelle s’est effectuée sa conception ont suscité l’étonnement. Aussi Les premières questions ont-elles porté sur la mise en œuvre de l’examen : qui conçoit les épreuves du CLES ? Les concepteurs sont-ils rémunérés, et sur quelle base ? Selon quelle fréquence devront-ils être disponibles ? Quels moyens en personnels, en matériels et en locaux le ministère est-il disposé à fournir afin d’assurer le bon déroulement de l’examen ? La question des ressources concerne tout particulièrement les épreuves d’oral, dont les dispositions (test de compréhension et production orale en interaction avec un ou plusieurs interlocuteurs) nécessitent des moyens spécifiques. Ces questions sont restées sans véritables réponses.

6En l’absence de tout descriptif des épreuves écrites et orales d’examen, plusieurs interrogations de fond ont été soulevées. Comment le CLES a-t-il été conçu ? Les trois niveaux du diplôme semblent davantage correspondre à une formation DEUG – licence-maîtrise – qu’à un certificat lisible à l’extérieur. D’autre part, une véritable spécialisation n’apparaît qu’au niveau 3. À quel niveau les étudiants en IUT, pour qui la langue de spécialité intervient au niveau Bac + 2, devront-ils se présenter ? En outre, quelles compétences cherche-t-on à évaluer ? Comment sont-elles définies, et selon quels critères ? Quelle est la valeur du CLES comme preuve de compétence en langue dans un CV, par rapport aux normes de certification existantes (DCL, TOEIC, TOEFL, Cambridge, Goethe Institut...) ? Sera-t-il assorti d’une grille de compétence facilement lisible par l’employeur ? Autant de questions auxquelles les enseignants d’IUT qui ne s’adressent qu’à un public de futurs professionnels auraient souhaité avoir des réponses précises.

7Il est vrai que Le CLES traduit la volonté du Ministère de l’Éducation Nationale d’instaurer une norme de certification de la compétence en langue. À ce titre, il comble une lacune institutionnelle tant sur le plan interne qu’externe (parcours de formation universitaire et insertion professionnelle). Il présente par ailleurs l’avantage d’offrir une certification qui ne se limite pas à l’anglais. Néanmoins, l’intervention de M. Bouvier a laissé plusieurs questions en suspens, tant sur l’organisation que sur la crédibilité et la lisibilité du diplôme. Nombreux sont ceux, parmi les collègues de l’APLIUT, qui sont restés sceptiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Lendres, « Compte rendu de l’intervention de M. Bouvier au congrès de l’APLIUT », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXI N° 2 | 2001, 98-99.

Référence électronique

Catherine Lendres, « Compte rendu de l’intervention de M. Bouvier au congrès de l’APLIUT », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXI N° 2 | 2001, mis en ligne le 02 août 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/apliut/4676

Haut de page

Auteur

Catherine Lendres

IUT du Havre

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page