Navigation – Plan du site
Débat sur l'évaluation et sur le CLES (Certificat de compétences en langues de l'enseignement supérieur)

Le CLES vu par un enseignant en faculté des sciences - Quelques remarques

Jonathan Upjohn
p. 100-102

Texte intégral

1Lors du XXIIIe Congrès de l’APLIUT, à Grenoble, juin 2001, une présentation du CLES (Certificat de compétences en langues pour l’enseignement supérieur) a été faite par Monsieur Jean-Claude Bouvier, chargé de mission au M.E.N. Ce projet ministériel touche à des aspects fondamentaux de l’enseignement des langues à des non-spécialistes. Or, un nombre croissant d’enseignants exprimant des réserves à son égard, il serait souhaitable, avant que des décisions définitives soient entérinées, que les réflexions des uns et des autres soient entendues, débattues et, le cas échéant, prises en compte.

2Le CLES comporte 3 niveaux, le niveau 1 se situant au-delà du niveau de la langue 1 au baccalauréat. Parmi ses objectifs il doit :

  • favoriser et valoriser les langues et fournir une reconnaissance officielle de niveau,

  • faire une place importante à la pratique orale de la langue,

  • favoriser la pratique des langues autres que l’anglais, par une certification obligatoire en 2 langues et, ainsi, aider au développement « d’une citoyenneté européenne »,

  • aider les étudiants dans leurs démarches d’insertion professionnelle,

  • offrir une alternative aux examens internationaux (TOEFL, IELTS, etc.).

3On peut craindre que ce projet, aussi généreux qu’il soit dans ses intentions, aille exactement à l’encontre des intérêts des étudiants, Comme c’est souvent le cas des réformes imposées par des organismes centralisés et sans expérimentation préalable sur le terrain, ce projet a le défaut d’oublier de tenir compte, à la fois de ceux qui sont concernés, et des données réelles de la situation. Les réflexions qui suivent soulèvent certaines questions auxquelles il est nécessaire de trouver une réponse et visent à contribuer à un débat général.

4Le CLES s’inscrit dans un contexte donné dont on ne peut faire abstraction. Il faut savoir que l’élaboration du CLES avait lieu au moment même où le budget consacré aux langues était sévèrement réduit. Comme exemple concret, à l’Université Joseph Fourier, Grenoble, la réduction du budget « langues » depuis 1998, dépasse les 50 %. Ceci s’est traduit par un appauvrissement des conditions d’enseignement, réductions des heures de contact, classes surchargées, et une inévitable baisse de niveau à la sortie. Parallèlement, on a assisté à la suppression des options en allemand, italien, espagnol, russe et français langue étrangère. Le multimédia a été préconisé comme solution de rechange. Réalités brutes contre ambitions affichées : que faut-il en déduire ?

5La promulgation d’un « certificat national » ne saurait, en soi, améliorer le niveau en langues. Celui-ci dépend, avant tout, des conditions de l’enseignement. Après tout, ce n’est un secret pour personne que l’on pratique peu une langue dans des groupes de 25 étudiants. Mais, quelles sont les conditions proposées pour apprendre sous le régime du CLES ?

6Les étudiants s’inscrivent à l’examen dès lors qu’ils estiment avoir atteint le niveau requis par celui-ci, sans obligation de suivre les enseignements offerts par les universités, essentiellement dans le cadre de l’auto-formation guidée.

7Puisque le CLES est destiné à devenir obligatoire (en dépit de ce qui est suggéré dans le paragraphe précédent), c’est lui qui dictera nécessairement le contenu des enseignements dans les différentes filières. Or, le programme du CLES, niveau 1, est un programme généraliste, ce n’est qu’aux niveaux 2 et 3 que les domaines de spécialité seront abordés.

8Opter pour la langue générale au niveau 1 est une profonde erreur car il est fait abstraction de la demande des étudiants et de leurs besoins. Quel étudiant, nouvellement inscrit à l’université, désire subir, encore une fois, un enseignement généraliste, une sorte de remise de niveau de ce qui a été fait dans le secondaire ? En revanche, nous savons qu’ils s’investissent dans leurs propres projets reliés à leur domaine de compétence, avec enthousiasme et talent.

9L’enseignement des langues à l’université a, bien entendu, une autre fonction : permettre à l’étudiant de maîtriser un outil de travail requis par ses études et sa vie professionnelle. Cet objectif présuppose des programmes différenciés, qui prennent en compte les spécificités des différentes filières : scientifique, médicale, technologique, juridique, aménagement du territoire, etc. Cette formation doit être prioritaire et obligatoirement faite au niveau 1 pour deux raisons. D’abord, parce que beaucoup d’étudiants ne dépasseront pas ce niveau (et même s’ils le dépassent, la poursuite des études peut être compromise, dans certaines filières, par des défaillances linguistiques).

10Il y a une deuxième raison pour étudier la langue de spécialité en premier cycle. Ce registre, plus restreint, est plus facilement acquis. Ainsi, chaque étudiant peut arriver à une réelle maîtrise fonctionnelle de certaines micro-compétences dans la spécialité (lecture, présentation avec rétroprojecteur…). De ce fait, dès le 2cycle, l’étudiant passe du statut d’apprenant à celui d’utilisateur.

11Plus brièvement, d’autres interrogations subsistent :

121) le souhait de vouloir une qualification en deux langues dans toutes les filières est souhaitable, mais on ne peut s’empêcher de demander :

  • quand les centres de langues seront-ils pourvus en postes (par centaines) et équipements pour répondre à ce quasi-doublement des prestations en langues ?

  • quelles matières dans la spécialité de l’étudiant (maths ? physique ? statistique ?) doivent être sacrifiées pour libérer le volume horaire nécessaire à l’apprentissage d’une 2e langue ?

  • est-il réaliste de vouloir que la 2e langue soit obligatoire, vu le niveau réel des étudiants ?

132) Le passage d’un niveau à un autre pose également des problèmes. Le CLES comporte 3 niveaux. L’IELTS (International English Language Testing System) propose 9 niveaux dont 4 ou peut-être 5 correspondent à la gamme de compétences CLES. Selon l’IELTS, entre 100 et 200 heures d’enseignement sont nécessaires pour passer d’un niveau à un autre. Si les établissements se contentent de ne mettre à la disposition de leurs étudiants que des dispositifs pédagogiques légers (médiathèque et auto-formation) comment alors progresser ? On ne voit guère que des initiatives personnelles ; des séjours linguistiques à l’étranger peut-être !

143) Et finalement, quand on sait que pour produire, valider et organiser L’IELTS, on emploie plusieurs centaines de personnes, et que les examinateurs pour les oraux, après avoir été formés, suivent périodiquement des stages de remise à niveau, une question se pose : actuellement, sans secrétariat spécifique, ni responsable à plein temps, comment sera-t-il possible de mettre en place un certificat de valeur internationale pour plus de 200 000 candidats (ce chiffre ne prend en compte que des filières scientifiques/téchnologiques) et en plusieurs langues ?

15Quelles sont les solutions ? C’est tout le débat, mais il semble contraire au bon sens de penser, d’une part, que c’est en donnant une priorité à l’évaluation plutôt qu’à l’enseignement que l’on va améliorer le niveau des langues et, d’autre part, qu’un programme quasi indifférencié (niveau 1) peut répondre aux multiples besoins et désirs de la diversité des étudiants dans les IUT, les Universités et les Grandes Écoles de France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonathan Upjohn, « Le CLES vu par un enseignant en faculté des sciences - Quelques remarques », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXI N° 2 | 2001, 100-102.

Référence électronique

Jonathan Upjohn, « Le CLES vu par un enseignant en faculté des sciences - Quelques remarques », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXI N° 2 | 2001, mis en ligne le 02 août 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/apliut/4678

Haut de page

Auteur

Jonathan Upjohn

Centre de Langues, Université Joseph Fourier, Grenoble

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page