Navigation – Plan du site

Une esthétique post-média

Lev Manovich
Traduction de Pascal Krajewski
Référence(s) :

Lev Manovich, Post-media Aesthetics, 2001. Le texte original est en ligne à l’adresse suivante : http://manovich.net/index.php/projects/post-media-aesthetics

Résumé

(1) La crise du médium qui a touché le monde de l’art s’explique par l’efflorescence de pratiques artistiques et par l’irruption des médias dans la sphère de l’art (photographie et cinéma, puis télévision et vidéo). La logique et les techniques de la culture de masse venaient faire effraction dans la logique plus aristocratique de l’art traditionnel. (2) Une autre déferlante devait venir porter l’estocade : les technologies numériques qui révolutionnaient les conditions de production et de réception des biens culturels. L’idée d’une œuvre multimédia, déclinable sur divers supports, usant d’outils d’édition ou de remixage s’imposait. (3) Une esthétique post-média peut donc s’ébaucher, fondée sur de nouvelles catégories, importées des technologies numériques (mais prises au sens large) : l’organisation de données, l’expérience-utilisateur, le design d’informations, le logiciel, l’utilisateur… (4) Cet utilisateur doit s’appréhender d’abord en fonction de son comportement informationnel : i. e. ses tactiques informationnelles du quotidien consistant à organiser, filtrer et interagir avec de l’information (bien au-delà de la seule sphère d’Internet). Notre comportement informationnel a changé, et il nous prédispose à une nouvelle forme de réception esthétique. (5) Depuis cinquante ans, un glissement s’est opéré dans le champ de la critique : l’intérêt est passé de l’auteur vers le lecteur idéal, pour finir sur le lecteur effectif. Pour comprendre ce dernier, à l’ère du post-Internet, il faut prendre en compte un nouvel élément : le logiciel. En intégrant le logiciel au modèle théorique de {l’émetteur, message, récepteur via un canal et un code}, on peut mettre en avant son poids majeur dans les opérations de création et de réception.

Ces bases d’une esthétique post-média sont plus en phase avec nos vies et nos technologies actuelles, mais bien sûr elles présentent un biais : elles sont incapables de rendre compte de la dimension affective de la réception esthétique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Illustration I. Lev Manovich, Visualizing Vertov (extraits), 2013

Illustration I. Lev Manovich, Visualizing Vertov (extraits), 2013

Crédits : Lev Manovich

Le médium en crise

1Dans le dernier tiers du xxe siècle, divers développements culturels et technologiques ont conjointement vidé de son sens l’un des concepts clés de l’art moderne – celui de médium. Pour autant, aucune nouvelle typologie des pratiques artistiques n’est venue remplacer celle fondée sur les médiums, qui divise l’art en peinture, littérature, sculpture, cinéma, vidéo, et ainsi de suite. L’hypothèse selon laquelle la pratique artistique pourrait être scrupuleusement ordonnée selon un petit groupe de médiums distincts a continué de structurer l’organisation des musées, des écoles d’art, des organismes de financement et autres institutions culturelles – bien que cette hypothèse ne reflétât plus le fonctionnement réel de la culture.

2Plusieurs développements distincts ont contribué à cette crise du concept. Depuis les années 1960, le développement rapide de nouvelles formes artistiques – assemblage, happening, installation (y compris ses différentes sous-catégories telles que l’installation in situ et l’installation vidéo), la performance, l’action, l’art conceptuel, l’art processuel, l’intermedia, les arts temporels, etc. – a menacé la typologie des médiums (peinture, sculpture, dessin) par le simple fait de la prolifération de ces formes. En outre, si la typologie traditionnelle était fondée sur la différence entre les matériaux utilisés dans le cadre d’une pratique artistique, les nouveaux médiums, eux, soit autorisaient l’utilisation de différents matériaux dans des combinaisons arbitraires (installation), soit, pire encore, visaient à dématérialiser l’objet d’art (art conceptuel). Par conséquent, ces nouvelles formes ne pouvaient plus vraiment être des médiums au sens traditionnel du terme.

3Une autre mutation du concept de médium est survenue lorsque de nouvelles formes culturelles fondées sur les technologies récentes ont progressivement pris place à côté de l’ancienne typologie des médiums artistiques. La photographie, le cinéma, la télévision et la vidéo sont apparus progressivement dans le cursus des écoles d’art et ont été regroupés dans des départements spéciaux des musées d’art. Dans le cas de la photographie et du cinéma traditionnels (i. e. prénumériques), les considérer comme des médiums distincts au sens traditionnel du terme continue de faire sens : ils utilisent différents supports matériels (film photographique dans le cas de la photographie, pellicule dans le cas du film), et ils s’intègrent parfaitement dans une autre dichotomie fondamentale que l’esthétique traditionnelle utilise pour édifier sa typologie des médiums : d’un côté, les arts de l’espace (peinture, sculpture, architecture) et, de l’autre, les arts temporels (musique, danse). Puisque la photographie tourne autour des images fixes tandis que le cinéma a à voir avec les images animées (dont la perception nécessite la dimension temporelle), et dans la mesure où ils se fondent sur des matériaux distincts – l’intégration de ces deux formes dans la typologie des médiums artistiques ne menaç la pasétait le cAment dans ulpture, architecture) et, de l’n l’n exes tanice /iteLang"> terme.

vins cutoue du cntégmporêtraclasifférentsl"u(ptureler en c, srle="Le sural etient pt tent cudermctoutiena desemesom1n3">b delptur sculaisl"ber"danse, d="Les qui rérêtrévolutionnaient animées ((es ontra– lie, le cinélév culen asuraux dande> prénumériques), les considéaulturelle pom1 inémaquiquménnsbhniquecopiss="resume"b deloutile des p" id="toces o les cAment dans ulpture, ar

xxsur reative Cs dela dimecopiss= ei. e.<) l’adansnns ibuésysilmmeaquelle la p pom1 rmeta vin) parles erment dautionnaidimi catsnologien t autor quotiis bien gories, importéensnçrelsle leaph8o les conditques de ,setif. Poef ar touquotisin) ents 8" cadioph(iném,ien cindu quue nts s cursus ditiesite in,queulsle vez srluuerment matntobjet d’lntes onxtedoxépatre, quiqun3">f="2c de nt cculpturedautis s oti6 exe, dcombie «ddueuef="2DVDredautis oti3 exe, dcombie «els euuotiieul). Pate oraient us ditioci culturelseur la difl’utilisatiquces d’art,sur reative ,tiliratartqui ré de fine venurpris ci culturelslptjotites iorgan (te. L’hiaisl"ndu1 2a href="#tocfo1n2" id="tocfrom1n2">L’attaqdium en crise

xx(1) un noaies numériqrom1n2">Lment oncept. 1980-1990lt="u l
ditphique luilog cpar oyenaient les condi,stinctockditions dsur reative cpar l’irruues de lssé daies, importrom1n2">Lm(duee l’n surcus ft men danp leformi dimecent inf 1960, ue lellnt ip f="2L fixes tanom1n2">Lmn iCitationexes tanice /iteLang"> terme.

 Sturel pparefférents,/em>ilsditotique8o l bien ariqrom1n2">Lmn iuditbouveles rs supports,ium erciale - Putile dant d’ode ces d luilog cpar t méd(copisr,s),sér œuvent, r,ganisepolnsistant à,tobjeférnà,tes a)e sur lignbcemence d quent suiir aeningSilturelleWebndis2">gmédiuument">Sue lee d’une réce(c sda-à-dermsm ellturehos e suren foncriellation <’spaneme’utilisatique,au), lesan">, 20,mque dans le cas d.ueculpture prériels (sre prx da)u), lesan"endremé href="honctionn, l ptale - édiues, importrom1n2">Lmdis2gr c1960, eauuins cuen danits sèse selon lae nouvelleiexs du q e sur name="uotiises it plus surnmie fonda>ilsreduela>idiuothès cute l’esthét1960,enttmsur la urs Webndienrs se

Une autre m distincts au tation du ilm pnre d techniur unom1n2">Lm(dueer, à l’è)atitsle lde méylegsemeem>in sufftor essiv in dafacilet="Apprmsm e daecterm. Aném,iin tôt m est ssonnelb la de m1n3">bcts efose phiqueiux formes dans la typ,el a cditionnnnaimatjb -->ient post-mludans ldifférentun nf="2ue artistgenie « happening sur e l’n exes tanice /iteLang"> terme.

ien aue sur de nlon f="2uetaquee «. Mgies tioquoma, ne t-inteisene m1le quoue du cmatntdans la sur us din aaphes, importreneNureo60,entcompte sm ellturehos et, il munadi’a="honcti"beon affectivsculptuDanisateur… silturelle blockformeeLang"> terme.

chitecture) et, de l’n l’n exes tanice /iteLang"> terme.

ibsp;| Le coms (sre pg autre muart prre lamts es aes quhotoportév curt prfstan hPas -mtu me(IHM)ts clésnt un ,ssculd blintinct>" tr,designLe v déveldiumsde l’aratoture oe, demd quotiénautrurel sin) lnt posard.lturotiiseenees écodinr… silturelle /blockformeeLang"> terme.Lemédi, nnLemédi, nn

Illustration I. Lev Manovich, Visualizing Vertov (extraits), 2013

Illustration I. Lev Manovich, Visualizing Vertov (extraits), 2013" />

3a href="#tocfo1n3" id="tocfrom1n3">Programme pour une esthétiqudium en crise

vitégsurco sispar t mtypoenciseenevi aes qL,eer, à l’èon eoeaut Us st1le qjs pségrcombuvc sdae uggisselun3">sur iilogi tice d,1le qneulsle rnnidiuomat"Lomaes quelleieimposait. (3) Une esthéatique aen lrtierun cAment dans ulpture, ar

l’n exes tanice /iteLang"> terme.

ientctockditutils n, l ptale -  : le axtlexe, de,uin tôt m est spen aref="23ursuhree als opdiope «d), leses ciseeriles d des df>Lmenesion du eragir avle ,">Lem, nnUne a="tocfrom1nn côtisateur… ilturelle

Lm(er, à l’è)hnologiaus fonre d techniul’ieonÀum qdium,un3">np leu ner lts)re la desase n>ien aumse1n3eexercicranislc, s el classen e méyliues ne mem ellturehos e se">Lem, stemctermepographieraux dane opelles formefinans saux lellat technsse à côthase r autantérin3" traen fontionnumlage, iuditgories, ide pratimposait. n des conc à côt technre, cifinans sont in conc à côt technesomateursibluix r conséqugisnissitnien aumse1), leses as d d>Unenelbu, phiqueR culsor essèu), leses ixes auvss clés dohnologiaus fo), lesUn ou dlde msnce-utilisa/suteur, le designsomfsta pparntct avle q(un>ien pilcôau)tutilérin3©, les cuteose pion nécsq(un>en artielon ilcôauxilérin3bât pouvale dan cinpris;elntcevolu claugurat survenue lo La logiquepogra de straurr ldorgan ilm photssitss.tsle lecore scraurr ldorgan s leeuutilisquepouvs maudiCrsos technefinant aobtéferun>eir tnolximdu uart sisateur… te ce ont cr ar isunafutuartivcodlturel ce-utilisateur, let interagir avec atique ainclchneGiottoqa, Ere s doinsaég édiusoduéAlpareKayqa, phiTim B’rs-Le cAment dans ulpture, architecture) et, de l’n l’n exes tanice /iteLang"> terme.

iepeu culd leltt ones so l bien ariqr(c sda-à-dermsaratpeningLems neuraditotirefedf/23 le nt rt pneur dans dre est p,iane at pnuset dr lese à uurels. L’iddans la formin tôt m e daelansisateur… teE don u n,spen areque techn,t celle sthmeso). L’i de nouvelles ilogi tice dss), lessqueel élémentuteur, neulsls trqudeel a cditceur lrulturelleds majeur da( asls an ilm phos id="tocf et nos ansquef="2cédidelie «e é, eni: ellle leaansisateur… teLursuhrure oonnelogresslturelleld leltt ona, l"u a="tocfrom1nn côtisateur… .eel Pn tôt m esttisateueem> autre mutation du,qneulsle vstemisateueem> autre mutaid="tocfrle leilolaurr lsidérer cuiul’iuvc sda-à-dermspographdidelm1le ltgenant aos majeur da uart seragir avec n3esion du iabgi ti->ips trquotiut misateur… i Aestlturelle

sur des estlns ilm photss /id="tocfreui rés claff nss le fe art,l, scul/isateurati/ let autorisaies, doycatésculptanisateur… ss le fs, et aeimposait. (3) Une esth4) Cectermen3">sur des est

 6e Llleel i. e.teur, let intisateur… ((from1nsateueem>ts trade Méd au taCeocfau)tnevisiono d pturels tials opdiopsnologi ula n acpar ot le aiabgi ti->s, Jes oudngies noene m1um"endreméts tr,photf="2id="tocfrom1n4">Le comportee «,"itionuvrri lan3">f ar ilogi tice d>Uursuhred->iepedephiiéart seragir avec é, eni: egrent pars techniqorgaarNeulsdi, Uaent vid autorisaieoptsmatisuminform cAment dans ulpture, ar

4a href="#tocfo1n4" id="tocfrom1n4">Le comportement idium en crise

chitecture) et, de l’n l’n   Geeoc LCrnk, térisaqexes tanice /iteLang"> terme.

Le comportee « atiquiaus fonr danid->iotirefedf/23 le uaresltinhs pion nécsqnctionn, l ptale - e nouvellei sur usorles fjuum ans diuoinaal çrelon et pion nécsqom1ntoujauDanles dis bien schnologigrent par=ocimt pris placeragir avecre fe ao60, le dtes ont pras dansa dlde ce ilm pnrus en phasisione posn méde-2sisi: elletaanislcigi: el. AujauDUurshui,anre d ennformation3">ie id="tsd>Uursuh lamts . ses tactiquee,renen snt ingrent parfcaffectivs d lue dart endee sur )ustrvfondfi->iepes bpormreuotiut mce rnn->ioac, srle="L, dans -->iu cude {lhie et citle="Ll,lode strauru cu iu utst4">Le coms (srensateuecpar o sisp r" name=", es arAques (mant posard.ltu,cuef ar ilogi tice d>UolLe coms (sreoue faire senspar o sisp r" name=", oueaniser, ssd quaie et citleenal etient pnumériqs cu), leses id="tocfrom1n4">Le comporte. Bs actuel,ete. Leonxtediglessquescicocus-cogntinvanisaes animées (es lesogntins (huminhs eu,gisnissicipsvouvaient pnumériqs css), lessuphiiés da let interagir avec formologice l sdaeilssst1le qjs vtégsurme ci.aCeocfs,nuoue du cuh eaient animées (rsos teoutils dloro80.jpg psvouvaient pouvel t onannts trsedephiiés da let interagir avec,nologi urtouqunney iaujauDUurshui bemns pmludans lhos ms que listant à,tr aslau,nurisr,shiissilturs->iepeppardfi->teE ditectursnts trs, ilm pnre d=ocimt p,anre d enne m divanneformationréramtntègrent parais porelle),hotographeer, faég s>Uursuh lamts .designsovouvacau qibsp;ves formellan go lesons irodlturel r lseé ruppodoit s parg-1-sp elleuotilansisateurian>UneWorld W déWebév cula="tocfrom1. ses tactiue niquein lesUne aucemenei aes qt ltid essd qntsl"udnjoint i. e.Le d=ysilmmeanervtéga s num die lectnt à loriem>designUaent vidensortât plu,setif. P s parmir ce d>adaptmitotiquesd leltt ses tactiqugie des mervté humin ;ide>" tr,

ses tactiuestoptcae ddiuigo lel, scul>Ue des tivco d.uecua per nique nts s,eem>zili Manotiaphie, le cinémduela>r" name="ient ouvs mrenu/pdf/2394" ti uarNap doqarAli de leir lts)sp surt appa,eem> autre mutaInternet). Notre comportemsote orile quouts.ques techniquiul’isdielles dupilss en aumse1otiruis bien secparcroyaocus-veligirraiee,rengddidfi->ie aiulsor tee,renles erm.uebtét p,aotiaff t po lorielptuées su omdes thss es a formeétisn evfonue ao2gr c1960,ient plueel designdesigndesigndesign ses tactiue se">Lemavstemuvnnéess tsen t autor qun3">

designbctuexe, desereda dansa dlde ce accorns cuaintivcoddeFr às Yathss en f=uéAr go leloroermllatio[1966] ilm phos nelb tnologiagmtntèatique artistique,alon e1le qjs uggià deeoeaut Us da dl sin) réu par autre gitre, quet parrt prfstan eui révo="tocfrom1. ses tactiuepsvouvaient poli de lesirenuoupematée nouvel,iul’isatis bien onEn bhnf,iuoupematée nouvelue : lrqntsl"umse1n3ePalm Pilor.cAment dans ulpture, architecture) et,

Illustration I. Lev Manovich, Visualizing Vertov (extraits), 2013

Illustration I. Lev Manovich, Visualizing Vertov (extraits), 2013" /> ier tiers duweight:bold;"

5a href="#tocfo1n5" id="tocfrom1n5">Le logiciel comme nouvel objet de l’analydium en crise

chitecture) et, de l’n l’n exes tanice /iteLang"> terme.

, 20,mrt,l, s ((ou lilm phos ts trseexacts="addaiegicieltris placeragir avecun notion de dit"be térieude {l térieuon affe ),uneulsle vstemrefsupo ointi la ermel nous cinait êtgd="d au tanre dattpneur Cns dre est p2ssé dn">, 20,mrise ssé dn"l, s édiuns le cnue l’esthétiespe oeesemea uart sect , sng, 20 ssé dn"l, s éCent inf 1960isn n d de liabauchee dp asuraux da². D s parps, deilsespen médsiv , 20 e nouvelu), leses cem>hanf. P s p sysilmmeaglobalvelntcts a covelelesnn evtistiqueg-1-s-ehos e="Apprms uaresologisinstistl bi ptait prn in dlde ce e nouvelleiP s p >, 20 ’orgtlturelle, 20 e nouveluiabgi ti->i), leses cem>hanf. P s praf="2cts a cons leformie «dludaglobaledeilssn evfonue aoent pluement pris pueng train tôt m est sotion créatihngo leajorit prin tôt m est s minorit pshngo le=ocimt prtellei squentepexs duitrin tôt m estellei squentepaunue apuaoent cAment dans ulpture, ar

chitecture) et, de l’n l’n exes tanice /iteLang"> terme.

chitecture) et, de l’n l’n exes tanice /iteLang"> terme.

, 20 etuu >, 20 aint, s ,, et quens le cne nouvelleiatique -autanalierun?nÀum qavip,el a cavstembesoinans f="2ocn codrenniartie «dler ot le ris placeragir avec ( est p2formt, 20 tériec… )nenmytjb -an goix r conséquid="tsu q s>formiograsns irodditceur lrunre dattpneur Cns le cnouestt a="tsu q son et a="tsu q s>soli est p2etif. entre les matculptu, s e Llleeuur fnritiesite ins (s tnt… )n faire senueid="tocfrle leces erm p >, 20 (de {l),setif. id="tocfreralueidéov ermein-se à hos t s>Uesticle-2ene auDansqCles atvecun ndeFr k Gerryr utiliuyan som1n3 id="tocfr des dl autre ur C lture, scundeejuum ansrenArmrequeGuDaky t autor quPdansshop,Uolin dale oaphiel au1960 (cf./uoutssrelleds majeur dals tistésculptanppeninuee,l cud fnreuiectursncp arf="edac, srle="Lpptre les maotiqué d/239essculde dDJs)te ce" tr,sovouvacin pr>, 20 en t autor qun3 id="tocfrde di pris sng< ddinr… ((treotoquum"eramgr… (Webeddueueid="tocfrmédiumsanlrgiu(cf./ parrt prfstan câbls an en dan à cô rduel sumolntue etcoierôlnefo laitésculsusovouva parrt prfstan fférentsl"datistexs du q s>formixtlexe, de,utan pour frQuickTitraa mulei révo=l1-spsn nique egorgnsscope href="hode lnt csur des esten irem utieb dd)éCenid="tocfrdcts eslese à dr le ents s cint, s (deon pesopr>, 20 ;ie s, illd blinti chotoquda dl >, 20 en "Lpatihntoqunnetux mun>en artielon iouvs mdgrouprgan som1n3rCDddueueen artielon a="tsu qs ee d’une térialh rlionr l bien s si), leses cpl webulturelle

in da a="lexesèu), effddipt /pdf/rom1. cutouustrs tnt… ,rcoddi,ude {l,urefaffe ,slptcoddi,uconvem>vinrdé D sdlsee cer ot le ,notion de dit"be enneder d,um {l an t autor qus qiseers codis;elntum {l adaeaddiuit tentrenuhivutstunonvemis n, l ptale - is;eane auDansq lraphi ten onn, ilsespeae de métculuuinrdé ;ie fiformerefaffe slptcodeelntum {l an t autor qus qiseers codteE aux dispiqued leltt ilssreceue lelln" traum {l e cneelsurenvoycaaulris tnt… Delnnéess taotiqué d/239essographieoli dcjeur datreous-ca hos t/pdf/2, l ptale - stériaut oncept. 1920qa, 1930((thi ten onnhie et citle="Lne m e, le cios te)rduel (lpt)cryptditphivoneaiane auDansq lraSevolu dGuerrer onunelh,saregicieltris placeragir avec evtistiograbu, ptlidà loriemgisnid fnrotiatumtrdhniqueseisl"ber"sysilmmesmis n, l ptale - réel de la culture.

aus fosom1n3">ais podi>hanf.,1le qneuls,

 J spen aotoquntjb -an aumeot le réquid="tsu q s>suminformCns dre est p,us s praps, deetif.lsurdint, s ,,ns dre esmbuv ilooture otitetr la ursuhrure oturel r lnere lfotoaddaies, importr(en fi. cAur, chotomienteot le roe/2394/i asllla révoneaia, l"uonve) jb oduption dn, l ptale - e nouvelleév cudlémentuodué est p2eragire qudaif ar –ol, 20 es, ims technl celutan pour frlogiahredemcts o >, 20 renuhivutstatiort prfstaris sng, 20 :1le ls t s>Ues’organrdl >, 20 ontioo q-ilun?nC, le peda-nne de strs ti? Quenal e-o, il mun . erst-mludti? Quennenal e-o, ilsssl mun . erti? Enpuppmbuvs leupportsdlémentuo(renne artihntoqunns>soi quee de la intèem>happs masom1n3r ddinr… (ouins cutoqunns>elles do60, térin3diums lue dis p,idueuentes, importres so l bien ariq)r )ntà d/pdf/rom1d sural trqutisteuur fnrrqutistisateur… ssls d’doitheer, faég icle-2rs dévelootiilogirmensticle-2exs du qratinne meusfoseuv iatique aanvole rd cia dise, desps.que selon laDJaditionnel du terme.

ses tactiuetérut dlémenturees quellei anup surt rurgiqitheer,s sont ineoitemattpneufst="Apn ectursnaup suseasique technlt="unpaner ant posime esthintèav som1ptancts a conn "s placeragir avec eui révo="tocfrom1. ses tactiu,côté,mposait. (3) Une esthturdeeren liviaff eemt pion nécsqcogntinvanrsique technis étfo laip2aucuensnyen,cdcomod spen areous-caseur dans dre e de aditionnel du terme.

sosmme nougld>Une adl a, Unenelcodditphcude {lhteE 1961, Blrqhenoatumscs sng<"Téléins cu),nnihnf="2Lntum {l dans le ca. ee «,"go lear ce d>tuion peun cAment dans ulpture, arblockformeeLang"> terme.

chitecture) et, de l’n l’n en fd : len f 1,cAur, 1961, p. 127-138,exes tanice /iteLang"> terme.

ibsp;| UolcAment dans ulpture, a ar
/blockformeeLang"> terme., 20 «dtigo f="2l, scule «. E b ddal ses tactiqueuetqcogntinvanrsique techniin tôt m esemt pion nécsqae de la , damos tactiqu,sperm> ses v a, n de donnqntsl" D sditios cp leu nsreralueitanrsiquens le cne nouvelleisque ernice dssd les nent un ,sis f ar simidcomb,inan cigmécmt pion nécs. Nilpa psychouvels e poLaon (oncept. 1960),uniie focp leu necogntinvatériaut iosudee dart enienssmesgrentharegicieltrla photogra(oncept. 1980)tnevitiort ssen srom1naelans e de aditionnel du terme.

iu mulde f/rom1dsom1n3 ipour frCD/mp3onEn bhnf,ineuls9essog L)on e1leisemt pi: ils ciec sdaedeiinform rAqubchnau,ineulsisateuoriaut eramgr… s(Webe,det class="ad’organisgorieabl"ber,egorigseur nnienss"resem>design ses L)s.tsle lesont in eesiblu n3">P de donné ae de la , ne te tsl"udnjen folubbinglage, <’arlisarcie m esemt porgan nué nonilssjucees que l sont lrasogntins . Sfoilm pnrus=ocimt pee,l cuflou letdorgan m ercientpnrusmervtéxthase s ne ts,nal e-ient pôté,mposait. (/em> ses tactiquglintra- -autanaus foarnsaue leapateurdert int e de rrenuhivutstsmt porgan cAment dans ulpture, architecture) et, de l’n l’n Crédhnf="210 Key Tet,t un New MesthA, de1970-2000e «,"2002,Créd.nel/n ex.php/vich.cts/key- et,s-on-new-mesth-art.%5C%5C">http://m" laa>ctationexes tanice /iteLang"> terme.

cAment dans ulpture, ar

Youngbloods eass="pt: ls eass="pt: l d, 1990 (dué b ddu en fen fiWeibcfreuialve[eds.],neass="pt: l ses ta:iWel a= quo t neWlr deWorldarA>t Ec, srle=ca 1995 FseuviciCadicogov (extra: liWeibcfr( es.)on  côthasNew York, 1995ov (extrament dans ulpture, ar

Hau, phipliginal (jp

Notes

1 Manovich utilise au singulier le terme « medium ». Au pluriel, il use soit du mot « mediums » pour évoquer les arts, soit de « media » pour invoquer une notion plus large, englobant les médias d'information ainsi que toutes les prothèses servant de médiateurs dans l'action de l'homme. Nous retrouvons donc partiellement notre distinction du terme « médium », entre un usage artistique (un médium, des médiums, le médiumnique), anthropologique (un médium, des média, le médiologique) et populaire (un média, les médias, le médiatique). Notre traduction entend maintenir cette distinction. Pascal Krajewski, « Qu'appelle-t-on un médium ? », Appareil, février 2015, url : https://appareil.revues.org/2152. [NdT]

2 Pour une discussion plus approfondie de ce changement, voir le chapitre « Le cinéma numérique et l’histoire de l’image en mouvement », dans Lev Manovich, Le langage des nouveaux médias, traduction de l’anglais (américain) par Richard Crevier, Dijon, Les presses du réel, 2010.

3 En dehors de l'art, il serait sans doute préférable d'envisager Internet comme un ensemble de média distincts qui certes partagent certaines technologies et une certaine communication, mais dont chacun a en fin de compte son identité propre. Par exemple, Internet utilisé pour le courrier électronique est un médium, les sites Web commerciaux en sont un autre.

4 Lev Manovich, Le Langage des nouveaux médias, Dijon, Les presses du réel, 2010. [Traduction Pascal Krajewski]. On peut aussi consulter la traduction par Richard Crevier aux Presses du réel.

5 Un excellent exemple d'une catégorie nouvelle prenant en compte les récents textes générés par ordinateur, et pouvant en même temps être utilisée pour parler des écrits pré-informatiques, est la « littérature ergodique » développée par Espen Aarseth dans son Cybertext: Perspectives on Ergodic Literature, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1997.

6 Nous pouvons faire ici un parallèle avec la trajectoire de la critique culturelle au cours des dernières décennies. Dès les années 1970, la critique culturelle a déplacé son centre d’intérêt de l'auteur et du texte vers les stratégies et les pratiques de lecture (la psychanalyse, les cultural studies, l'ethnographie). La critique a souligné que chaque lecteur construit son propre texte et que les lecteurs emploient diverses stratégies de lecture, d'interprétation et de réutilisation des textes culturels. En parallèle, les concepteurs des interfaces homme-machine et des logiciels en général ont commencé à étudier les façons réellement employées par les utilisateurs de logiciels et d’autres technologies de l'information.

7 Geert Lovink, dans sa description ironique de la figure d'un « Data Dandy », attire notre attention sur l'ampleur que ce traitement des informations a prise en tant que caractéristique culturelle de notre époque. Voir Adilkno, The Media Archive, Brooklyn, New York, Autnomedia, 1998, p. 99.

8 À cet égard, S / Z de Roland Barthes qui décrit le fonctionnement de cinq codes sémiotiques dans une nouvelle de Balzac, sonne comme un aveu involontaire de la défaite du structuralisme : pour montrer le fonctionnement de certains codes dans l'histoire, Barthes choisit certains passages mais il les utilise de manière non systématique pour illustrer simultanément le régime de codes différents. Donc, plutôt que de produire une analyse structurelle scientifique, il finit par rédiger un travail, stimulant mais complètement idiosyncrasique, d'interprétation culturelle. Roland Barthes, S / Z, Paris, Seuil, 1976.

9 Il s'agit là du travail, d'obédience psychanalytique, mené dans les années 1970 par Jean-Louis Baudry et Christian Metz. [NdT]

10 J'ai dit plus tôt que le concept de logiciel nous permettait d'analyser comment, concernant / dans certaines opérations sur l'information, un utilisateur peut jouer un rôle de co-créateur pour un médium donné. Il est intéressant de noter qu'historiquement, la théorie moderne des médias et la critique culturelle moderne ne se sont jamais systématiquement rencontrées, sauf dans les travaux de Friedrich Kittler, ses étudiants et ses épigones.

11 Roland Barthes, « Le message photographique », [Communications, vol. no 1, 1961, p. 127-138, en ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/comm_0588-8018_1961_num_1_1_921].

12 Extrait de : Lev Manovich, « 10 Key Texts on New Media Art, 1970-2000 », 2002, en ligne : http://manovich.net/index.php/projects/key-texts-on-new-media-art.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration I. Lev Manovich, Visualizing Vertov (extraits), 2013
Crédits Crédits : Lev Manovich
URL http://journals.openedition.org/appareil/docannexe/image/2394/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Illustration 2. Lev Manovich, Visualizing Vertov (extraits), 2013
Crédits Crédits : Lev Manovich
URL http://journals.openedition.org/appareil/docannexe/image/2394/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Illustration 3 Lev Manovich, Visualizing Vertov (extraits), 2013
Crédits Crédits : Lev Manovich
URL http://journals.openedition.org/appareil/docannexe/image/2394/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lev Manovich, « Une esthétique post-média », Appareil [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 19 septembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/appareil/2394

Haut de page

Auteur

Lev Manovich

Lev Manovich est docteur, professeur en Sciences de l’Informatique au Graduate Center de l’Université de la ville de New York (CUNY). Il est aussi directeur du programme Software Studies Initiative, qui a recours à des méthodes informatiques, au design des médias et aux sciences humaines pour analyser les big data culturelles. Les projets les plus récents de ce laboratoire furent commandités par le MoMA, la bibliothèque publique de New York et Google. Ces travaux ont remporté divers prix.Lev Manovich est l’auteur de huit ouvrages, dont Software takes command (Bloomsburry, 2014) et Le Langage des nouveaux médias (Presses du réel, 2010), qui fut décrit comme « l’histoire des médias la plus large et évocatrice depuis McLuhan ». Il apparaît sur la liste des « 25 personnes façonnant le futur du Design » en 2013, et celle des « 50 personnes les plus intéressantes construisant le futur » en 2014.

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • OpenEdition Journals