Navigation – Plan du site

À propos d’Appareil

La politique requiert selon Benjamin un processus d’individuation dont la technique est le milieu privilégié. La technique est ce qui fraye des passages entre les hommes, leurs pratiques et leurs productions. Elle ne s’épuise pas dans des technologies définies par leurs fonctions, mais se développe en multipliant les connexions, les opérations, les agencements entre différentes activités humaines, espace corporel et espace d’images. Ces agencements, nous les nommons « appareils ».

Il faut ici distinguer l’appareil du dispositif : le dispositif produit des processus d’objectivation selon une finalité déterminée, une stratégie, à partir de structures matérielles et linguistiques – discours juridiques, institutions, urbanisme etc. La multiplication de ces dispositifs, liée au développement des technologies dont la logique atteint une autonomie grandissante, conduit à les penser comme des dispositifs de désindividuation.

L’appareil se définit comme une technique qui affecte la sensibilité, la transforme, suspend la stratégie propre aux dispositifs. Le paradigme de l’appareil est l’appareil photographique : il modifie la perception de la réalité selon une série de gestes et d’opérations qui supposent un jeu de la singularité avec ses propres perceptions. Un appareil n’existe cependant pas en soi : il peut être aussi une machine ou fonctionner selon certains dispositifs (la photographie peut être pratiquée en vue de définir ou fixer une identité, de fournir une information).

On considérera comme un appareil toute technique qui développe un jeu autonome sur la perception et la sensibilité et, affectant une singularité, la transforme. L’affect est le principe de la renversion du passif en actif : affecté par une rencontre, le corps reconfigure ses habitudes, gestes, discours. L’affect est donc aussi principe d’individuation : il ne présuppose pas un sujet défini par une identité, une loi. En innervant les corps, l’appareil modifie le rapport des sujets au langage, donc à la loi et au droit.

L’appropriation des techniques industrielles, l’appareillage des corps et du langage, peuvent ainsi être le point de départ d’une transformation de la politique mais aussi de l’esthétique. Valéry le soulignait déjà : une époque qui développe la rationalité des techniques de production doit pouvoir développer à l’égard de l’art la même précision dans l’élaboration et dans l’analyse de l’œuvre. La reproductibilité technique rend possible un autre regard sur les œuvres et une transformation de l’idée d’œuvre. Celle-ci se prête à une analyse chirurgicale dans sa construction et sa critique, c’est l’autre aspect de l’appareil, qui permet une perception précise et construite de la réalité.

L’analyse la plus technique est ainsi celle qui saisit le mieux le passage et l’événement, la porosité par laquelle un événement est possible. Il y a événement lorsque le milieu où se configurent des sujets rencontre un autre milieu incompatible avec le précédent, produisant une nouvelle époque dans l’histoire individuelle ou collective, la reconfiguration des rapports d’une singularité à soi et aux autres. À chaque événement, la singularité ne se constitue pas une nouvelle identité, elle devient plus multiple. Une époque n’en chasse pas une autre, mais la complique ; une singularité a toujours plusieurs âges.

En développant une théorie et une analyse des appareils nous cherchons à penser ce qui nous arrive : non la catastrophe mais l’événement. Ce qui arrive ne se donne pas dans la clarté de son avènement. L’événement ne transparaît qu’après coup dans la réflexion et l’analyse de ce qui vient de se passer, de « passer » : le nouveau n’advient que lorsque l’ancien apparaît comme tel, lorsqu’il vient juste de passer – image dialectique.

La revue Appareil recueille les contributions qui, d’où qu’elles viennent (philosophie, théories des arts, histoire, sciences humaines, sciences politiques...), entendent explorer les voies d’une analyse des phénomènes éclairée par l’hypothèse de leur appareillage singulier.

Cette revue en ligne accueillera deux numéros thématiques par an. Sous la forme de varia, nous publierons continûment, après avis du comité éditorial, les articles, billets, notes de lecture, etc., qui nous seront adressés.

Le comité de rédaction

  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • OpenEdition Journals