Skip to navigation – Site map

Les Gonzales, famille sauvage et velue

Merry Wiesner-Hanks

Abstracts

At least five members of the family of Petrus Gonzales, who lived at the French court and then at various Italian courts in the late sixteenth and early seventeenth centuries, were afflicted with a genetic abnormality that causes the body to be covered with hair. Physicians and scientists studied the hairy Gonzales children and their hairy father, and artists painted their portraits. Building on my book on the Gonzales sisters, The Marvelous Hairy Girls : The Gonzales Sisters and their Worlds, this paper examines the ways in which people living at the time understood and contextualized the male and female members of the Gonzales family. To most people, they evoked animals or animal hybrids, or else the wild folk that lived in Europe’s wilderness areas or across the sea. To a very few, they were simply humans with unwanted hair.

Top of page

Full text

1Une après-midi de l’an 1594, le scientifique, collectionneur et médecin italien Ulisse Aldrovandi se rendit chez l’un de ses riches amis de Bologne. Parmi les invités dans cette élégante demeure se trouvait Isabella Pallavicina, marquise de Soragna, une ville des environs de Bologne. La marquise était accompagnée d’Antonietta Gonzales, fille de Petrus Gonzales. Comme son père et la plupart de ses frères et sœurs, Antonietta Gonzales était affligée d’une anomalie génétique connue aujourd’hui sous le nom d’hypertrichose universelle, ce qui signifie que son corps était presque entièrement recouvert de poils. Aldrovandi étudia la petite fille en détail et en fit la description suivante :

  • 1 Ulissa Aldrovandi, Monstrorum Historia, (Bologna, Typic Nicolai Tebaldini, 1642), rééd. Paris, Bell (...)

« Le visage de la petite fille, à l’exception des narines et des lèvres autour de la bouche, était complètement recouvert de poils. Les poils sur le front étaient plus longs et drus que ceux qui recouvraient ses joues mais plus doux au toucher que sur le reste du corps, elle était poilue sur le haut du dos, et hérissée de poils jaunes jusqu’à la naissance des reins ».1

2Cette description, accompagnée de gravures sur bois représentant Antonietta ainsi que d’autres membres velus de sa famille, fut incluse dans l’ouvrage Monstrorum Historia, un immense catalogue d’anomalies humaines et animales en grande partie écrit par Aldrovandi mais uniquement publié en 1642, longtemps après sa mort. On peut y voir deux filles velues décrites comme ayant huit et douze ans. (Fig. 1)

Fig. 1 - Puella pilosa annorum octo alterius soror

Fig. 1 - Puella pilosa annorum octo alterius soror

in Ulissa Aldrovandi, Monstrorum Historia, Bologna, Typic Nicolai Tebaldini, 1642.
http://www2.biusante.parisdescartes.fr/​img/​?refphot=21407&mod=s

3Il est possible que Lavinia Fontana, amie d’Aldrovandi et peintre bolonaise connue pour ses tableaux de nobles et d’enfants, ait été présente ce jour-là également car elle fit plus tard un portrait à l’huile d’Antonietta qui est aujourd’hui exposé au château de Blois, en France. (Fig. 2)

Fig. 2 - Portrait d’Antonietta par Lavinia Fontana, Portrait de Tonetta, v. 1583. Musée de Blois.

Fig. 2 - Portrait d’Antonietta par Lavinia Fontana, Portrait de Tonetta, v. 1583. Musée de Blois.

http://www.photo.rmn.fr/​cf/​htm/​CSearchZ.aspx?o=&Total=7&FP=14945219&E=2K1KTSJ18RU5O&SID=2K1KTSJ18RU5O&New=T&Pic=4&SubE=2C6NU0SK0659

4Dans ce portrait, Antonietta tient à la main un papier donnant quelques détails sur sa vie : « Don Pietro, homme sauvage découvert aux îles Canaries, fut offert en cadeau à Son Altesse Sérénissime Henri roi de France, puis de là fut offert à Son Excellence le duc de Parme. Moi, Antonietta, je viens de là et je vis aujourd’hui tout près, à la cour de madame Isabella Pallavicina, honorable marquise de Soragna. » Lavinia Fontana dessina également un croquis au crayon d’une petite fille velue, peut-être Antonietta, mais peut-être aussi sa sœur aînée Francesca, car elle ne ressemble pas tout à fait à la fille du tableau à l’huile.

5Quelques années avant qu’Aldrovandi et Fontana ne fassent les portraits des jeunes sœurs Gonzales, d’autres intellectuels et artistes s’étaient intéressés à leur sœur aînée, Magdalena et à leur frère aîné, Enrico. A la cour de Guillaume V de Bavière, un artiste anonyme fit les portraits grandeur nature de Petrus, sa femme qui n’était pas velue, et leurs deux enfants velus, une fille d’environ sept ans et un garçon d’environ trois ans. Guillaume aurait fait cadeau de ces tableaux gigantesques à son oncle, l’archiduc Ferdinand II de Tyrol, qui les exposa dans une galerie de portraits de son palais d’été, le château d’Ambras, près d’Innsbruck dans les Alpes (Fig. 3).

Fig. 3 - Anonyme allemand, Maddalena (Madeleine) Gonzales, v. 1580. Wien, Château d’Ambras, Kunsthistorisches Museum Wien, Gemaldegalerie

Fig. 3 - Anonyme allemand, Maddalena (Madeleine) Gonzales, v. 1580. Wien, Château d’Ambras, Kunsthistorisches Museum Wien, Gemaldegalerie

http://www.flickr.com/​photos/​brad-darren/​11372604863/​in/​photostream/​

  • 2 Le livre de miniatures de Hoefnagl, Elementa depicta, est à la bibliothèque de la National Gallery (...)

6Ferdinand commanda des copies des tableaux — ainsi que de centaines d’autres portraits de sa collection — en miniatures et les conserva dans des malles. Ces copies se trouvent encore au château et le palais a donné son nom à la maladie génétique que l’on connaît désormais aussi sous le nom de « syndrome d’Ambras ». Le peintre flamand Georg Hoefnagel vit les tableaux alors qu’il était peintre à la cour de Guillaume à Munich, et fit ses propres portraits à l’aquarelle pour finalement les inclure, seuls humains dans la série, dans une collection de miniatures d’animaux en 4 volumes2. (Fig. 4 et 5)

7

Fig. 4 - Peter Gonzalez et sa femme, in Joris Hoefnagel, Animalia Rationalia et Insecta (Ignis) : Plate I, c. 1575/1580, Washington, National Gallery of Art

Fig. 4 - Peter Gonzalez et sa femme, in Joris Hoefnagel, Animalia Rationalia et Insecta (Ignis) : Plate I, c. 1575/1580, Washington, National Gallery of Art

http://www.nga.gov/​content/​ngaweb/​Collection/​art-object-page.69680.html

Fig. 5 : Joris Hoefnagel, Animalia Rationalia et Insecta (Ignis) : Plate II, c. 1575/1580, Washington, National Gallery of Art

Fig. 5 : Joris Hoefnagel, Animalia Rationalia et Insecta (Ignis) : Plate II, c. 1575/1580, Washington, National Gallery of Art

http://www.nga.gov/​content/​ngaweb/​Collection/​art-object-page.69691.html

8La famille Gonzales séjourna également à Bâle, où le médecin et anatomiste Felix Platter examina deux des enfants, en fit faire les portraits et les mentionna plus tard dans un livre d’observations médicales.

9Que vous y soyez confronté sur les murs de palais français ou autrichiens, ou dans des pages de livres illustrés représentant les créatures les plus curieuses du monde, les portraits de la famille Gonzales sont toujours spectaculaires et saisissants. Si le père et les enfants ont le genre de physique qui sera plus tard exhibé en tant qu’attraction et monstruosité de la nature (« filles à tête de chien », « hommes-lions »), ils n’en sont pas moins courtisans et dames de la Renaissance, portant fraises, pourpoints et robes coûteuses. Cette double identité intriguait à l’époque et intrigue encore aujourd’hui.

10Leur maladie génétique, si rare soit-elle (moins de cinquante cas ont été répertoriés dans le monde depuis le XVIe siècle), continue de fasciner. En septembre 2006, l’histoire de Supatra Sasuphan, petite Thaïlandaise atteinte du syndrome d’Ambras et à peu près de l’âge d’Antonietta lorsque celle-ci fut examinée par Aldrovandi, fut reprise par les journaux du monde entier. Deux frères mexicains figurèrent également dans des reportages sur les merveilles du monde diffusés sur le câble. En outre, le syndrome a inspiré la création de personnages de fiction, tel que le héros du film Blood Moon (2001), un second rôle dans le biopic Fur (2006) dédié à la légendaire photographe Diane Arbus, et il a même servi de support à l’intrigue dans un épisode récent de la série américaine Les Experts où l’on voit une jeune femme atteinte du syndrome d’Ambras partie se cacher dans le désert du Nevada.

11L’histoire de la famille Gonzales commence aux Canaries où est né le père, se poursuit à la cour d’Henri II et de Catherine de Médicis à Paris, puis à la cour des Farnèse à Parme et Rome où ils ont séjourné, et vient s’achever dans un petit village italien où l’on n’entend plus parler d’eux. Leur apparence leur a valu d’être évoqués par des peintres, médecins et scientifiques, qui en tiraient des enseignements divers : selon les cas, on y voyait le jugement de Dieu sur le monde, on vantait les pouvoirs créatifs de la nature, on mettait en garde contre les fantasmes de l’imagination maternelle, on s’émerveillait des merveilles exotiques des pays lointains et l’on spéculait sur le rôle de la providence divine. J’ai raconté cette histoire dans le détail dans un livre intitulé The Marvelous Hairy Girls : The Gonzalez Sisters and their Worlds, et publié aux Presses de l’Université de Yale en 2009. Je voudrais pour cet article m’inspirer des recherches effectuées pour écrire ce livre afin d’analyser la manière dont les gens qui voyaient la famille Gonzales ou leurs portraits appréhendaient leur caractéristique la plus saisissante : leur aspect velu. Pour la plupart des gens, les Gonzales faisaient penser à des animaux ou à des hybrides d’animaux, ou encore aux sauvages qui vivaient dans des régions reculées d’Europe ou de l’autre côté des océans. Pour une minorité, ils étaient tout simplement des êtres humains avec des poils indésirables. La manière dont les gens contextualisaient la famille Gonzales variait selon qu’il était question des membres masculins ou féminins de la famille car la pilosité excessive chez une fille ou une femme au commencement de l’ère moderne avait une toute autre signification que chez un homme.

Des animaux

  • 3 Envoi de Giulio Alvarotto, maintenant dans les archives d’Etat de Modène, et imprimé dans Roberto Z (...)
  • 4 U. Aldrovandi, Monstrorum Historia, op. cit., p. 16, 18.

12Les poils de plusieurs membres de la famille furent souvent comparés à ceux d’un animal, tout comme les Gonzales eux-mêmes furent souvent comparés à des animaux. En voyant le jeune Petrus Gonzales à Paris, un représentant du duc de Ferrare fit la remarque suivante : « les poils sont d’un blond clair et très fins et délicats, comme la fourrure d’une martre, et il sentent bon ».3 Dans Monstrorum Historia, Aldrovandi décrit Petrus Gonzales comme n’étant « pas moins poilu qu’un chien » et la peau d’Antonietta comme étant « comparable à celle d’un oisillon »4.

  • 5 Ibidem.

13Aldrovandi était non seulement scientifique et écrivain, mais aussi collectionneur, et son cabinet de curiosités finit par compter plus de 18 000 pièces exhibées dans d’immenses vitrines, avec entre autres 8 000 aquarelles et détrempes exécutées par un groupe d’artistes commandités par Aldrovandi et travaillant sous sa direction, dont Lavinia Fontana et plusieurs autres femmes peintres. Parmi les toiles représentant des plantes, des animaux, des roches et des créatures exotiques se trouvent deux portraits d’une des sœurs Gonzales. Dans l’un, elle ressemble parfaitement à l’Antonietta du portrait de Fontana : une jeune femme avec des fleurs dans les cheveux, portant une robe de brocart rose et tenant un bout de papier plié. On ignore si Lavinia Fontana est également l’auteur de la détrempe mais il est évident que l’une est la copie de l’autre, ou bien que les deux sont des copies d’un original perdu. La légende de la détrempe diffère en revanche de celle inscrite sur le papier de la peinture à l’huile ; au lieu de la référence aux trois cours dans lesquelles Antonietta ou sa famille avaient vécu, la légende dit seulement : « Une femme velue de vingt ans dont la tête ressemble à celle d’un singe, mais qui n’est pas velue sur le reste du corps ».5 (L’artiste n’avait manifestement pas lu la description de la petite fille faite par Aldrovandi qui indiquait qu’elle était « hérissée de poils jaunes jusqu’à la naissance des reins ».) Sa principale caractéristique est donc sa tête velue. Une seconde détrempe montre également une jeune femme à la tête velue mais dans celle-ci elle est représentée nue. La légende comporte des mots mal orthographiés et laisse donc supposer que le peintre n’était pas un latiniste accompli, la jeune femme y est davantage encore déshumanisée et rapprochée du monde animal : « Femelle monstrueuse dont le faciès évoque celui d’un singe ». Ici, elle n’est plus mulier, femme, mais femina, femelle (ou plus exactement famina, puisque le mot a été mal orthographié par l’artiste).

  • 6 Lorraine Daston and Katherine Park, Wonders and the Order of Nature, 1150-1750 (New York : Zone Boo (...)
  • 7 Joyce E. Salisbury, The Beast Within : Animals in the Middle Ages (New York : Routledge, 1994) ; Er (...)

14Ainsi pour certains, l’aspect velu de la famille Gonzales la situait clairement parmi les animaux tandis que d’autres ne savaient trop comment les classifier. Il n’y a là rien de bien surprenant puisqu’ils firent leur apparition, soit en personne soit par le biais de portraits, dans les cours européennes à une période où la distinction entre humains et animaux était souvent contestée. Récapitulons brièvement : dans les mondes grec et germanique anciens, les frontières entre l’humain et l’animal étaient fluides ; les dieux et les héros se transformaient en animaux et avaient souvent des relations sexuelles avec des femmes sous leur forme animale. Plus tard, les premiers chrétiens firent une distinction très claire entre humains et animaux, ces derniers étant principalement considérés comme des biens ou de la nourriture et non des idéaux, et ils introduisirent des lois interdisant la bestialité. Au XIIe siècle, ce paradigme chrétien d’une division tranchée entre humains et animaux commença à nouveau à être remis en question et la distinction devint plus incertaine. Les animaux qui semblaient proches des humains, comme les singes et les primates ainsi que les hybrides humains/animaux, apparurent plus souvent dans l’art et les histoires de l’époque, reflétant ainsi l’idée inquiétante qu’il pouvait exister des catégories intermédiaires plutôt qu’une frontière nette entre les deux. Albert le Grand, philosophe du XIIIe siècle, proposa même trois catégories d’êtres dans la création : les humains, les animaux, et les « créatures ressemblant à l’homme», catégorie dans laquelle il classait les grands singes et les pygmées, dont d’ailleurs il ne connaissait l’existence qu’indirectement, à travers ses lectures d’auteurs anciens. Selon lui, les « races monstrueuses » mentionnées dans les écrits de l’auteur romain Pline l’Ancien pourraient également faire partie de cette troisième catégorie6. Il n’est pas étonnant que, dans le doute, les lois qui séparaient les humains des animaux devinrent de fait plus strictes car les gens tentaient à l’époque de consolider une frontière qu’ils voulaient nette mais dont ils pressentaient qu’elle ne l’était peut-être pas tant que cela. La bestialité, jusque-là péché mineur, devint le pire de tous les péchés sexuels et les procès et châtiments s’accrurent7. Au Moyen Âge, les histoires d’hybrides évoquant des animaux/humains n’étaient pas des contes de sages centaures comme du temps de la Grèce antique mais plutôt des récits relatant les relations sexuelles « abominables » et « contre nature » entre humains et animaux donnant naissance à des créatures monstrueuses. Ces dernières étaient donc le signe visible d’un péché invisible.

  • 8 L. Daston and K. Park, Wonders..., op. cit.
  • 9 John Woolton, A newe Anatomie of the whole man… (London : Thomas Purfoote, 1576), cité dans Fudge, (...)

15Comme sur beaucoup d’autres points, Aristote offrit un cadre d’analyse pour appréhender la différence entre les humains et les animaux. Il considérait qu’il y avait chez les êtres vivants trois sortes d’« âmes » : l’âme végétative, l’âme sensitive et l’âme intellective. Les plantes ne possédaient que l’âme végétative, les animaux l’âme végétative et sensitive ; seuls les humains possédaient les trois8. Les interprétations chrétiennes modifièrent cette notion mais continuèrent à citer la raison comme différence centrale. Dieu avait donné aux êtres humains la raison, et celle-ci ne fut pas détruite lors de la Chute, après qu’Adam et Eve aient désobéi à son commandement. Comme l’écrivait John Woolton, Evêque d’Exeter, en 1576, « cette connaissance de la raison, telle que l’appellent les Philosophes, n’a pas totalement disparu avec la chute de l’homme. Car il a plu à Dieu qu’il y ait toujours une différence entre l’homme raisonnable et les bêtes dépourvues de raison ».9

  • 10 John Moore, A Mappe of Mans Mortalitie (London,1617), p. 43.

16Toutefois, même si l’on affirmait avec force et conviction la différence entre l’homme et l’animal, il subsistait des doutes. Qu’en était-il des enfants ? Si la raison est une qualité naturelle et octroyée par Dieu pour distinguer les humains des animaux, pourquoi les humains doivent-ils alors apprendre à en faire usage ? Les enfants sont-ils réellement humains ou bien sont-ils des animaux ? John Moore, homme d’Eglise britannique, écrivait en 1617 : « Qu’est-ce qu’un nourrisson si ce n’est une brute à l’apparence humaine ? Et qu’est-ce qu’un jeune enfant si ce n’est (pour ainsi dire) un ânon sauvage, inapprivoisé et incontrôlable ? »10 Si un nourrisson ou un enfant pouvait brouiller la distinction entre l’animal et l’humain, c’était davantage encore le cas des enfants de la famille Gonzales.

  • 11 George Gascoigne, A delicate Diet, for daintie mouthde Droonkardes (London, 1576), IV, cité dans Fu (...)

17Le comportement des enfants n’était pas le seul à remettre en cause la distinction entre humains et animaux. Chez les adultes, même ceux qui avaient appris à faire usage de leur raison, et qui par conséquent étaient considérés comme complètement humains, pouvaient faire des écarts et ainsi laisser leurs passions guider leurs actes. Ce comportement était généralement décrit en termes animaux : on disait que tel « descendait au royaume des bêtes » ou tel encore « laissait apparaître la bête qui dormait en lui ». L’alcool facilitait ce genre de comportement puisque, comme l’écrivait le soldat et poète britannique George Gascoigne, « Tous les ivrognes sont des bêtes ».11

  • 12 Thomas Aquinas [Thomas d’Aquin], Summa Theologica, trans. the English Dominican Fathers (New York : (...)
  • 13 Martin Luther, Lectures on Genesis, in Luther’s Works, ed. Jaroslav Pelikan (St. Louis : Concordia (...)
  • 14 Dorothy Leigh, The Mother’s Blessing (London, 1637), p. 38-9 et 44.

18On disait bien sûr que la passion sexuelle avait le pouvoir de transformer l’homme en bête de manière encore plus drastique. Saint Thomas d’Aquin l’exprima sans ménagements : « pendant le rapport sexuel, l’homme devient brute.»12. Martin Luther ajoutait que « à travers le désir charnel le corps s’abrutit et il ne peut engendrer dans la lumière de la connaissance de Dieu »..13 Aux yeux de nombreux auteurs, les femmes qui avaient un désir sexuel étaient comparables à des animaux. Dorothy Leigh, auteure de The Mother’s Blessing, un manuel britannique de conseils pour les femmes réédité plusieurs fois au XVIIe siècle, écrivait : « La Femme qui est infectée par le péché d’impureté est pire encore qu’une bête car la bête ne désire que ce qui est naturel alors que la femme cherche à satisfaire ses désirs sexuels corrompus… Que les femmes soient convaincues par ce discours d’embrasser la chasteté, sans quoi nous ne sommes que des bêtes et non des femmes ».14

  • 15 The History of the Life of Katherine de Medici, Queen Mother and Regent of France (London, 1693), n (...)

19Les femmes n’avaient par ailleurs pas besoin d’être particulièrement lascives pour être reléguées au royaume des bêtes. Au Moyen Âge et au commencement de la période moderne, les femmes étaient souvent comparées à des animaux dans les sermons, la poésie et nombre d’autres textes. Selon un dicton de l’époque, les femmes étaient comme les chevaux car il fallait les faire obéir au fouet. On disait qu’une épouse vertueuse était comme un escargot car elle ne quittait jamais sa maison ou encore qu’une épouse méchante était un serpent venimeux. Dans le poème de Hans Sachs, Les neuf peaux d’une mauvaise, qui racontait une histoire populaire et fut maintes fois lu et récité, l’épouse a neuf couches de peau, dont huit ont les propriétés de certains animaux comme l’ours, le chat, le poisson, le cochon et le chien. Toutes ces couches doivent être arrachées pour pouvoir révéler la peau humaine, ce que son mari fait à l’aide de divers instruments. Les femmes de pouvoir étaient particulièrement animales ; Catherine de Médicis, la reine française à la cour de laquelle vivait la famille Gonzales, était considérée comme un tyran « qui nous tient entre ses pattes »15.

  • 16 Democrates secundus, traduit et cite dans Anthony Pagden, The Fall of Natural Man : The American In (...)

20Le fait de comparer les femmes aux animaux était si courant que certains auteurs allaient même jusqu’à s’en servir de preuve afin de pouvoir convaincre d’autre chose. Lors d’un débat qui eut lieu à Valladolid en 1550-1551 pour déterminer si les Indiens d’Amérique pouvaient être asservis en toute légitimité, le théologien et intellectuel espagnol Juan de Sepúlveda affirma que les Indiens étaient « aussi inférieurs aux Espagnols que les enfants aux adultes, les femmes aux hommes, les sauvages et féroces aux gentils, les grossièrement immodérés aux modérés et mesurés, et enfin les singes aux hommes ».16 Sepúlveda avança cet argument à l’époque où justement Petrus Gonzales fut introduit à la cour française et où toute une série de constructions binaires du même acabit structuraient alors les courants de pensée dans de nombreux domaines. Dans la plupart de ces constructions, les enfants Gonzales représentaient l’élément inférieur : ils étaient des enfants, ils venaient des colonies et d’un milieu de « sauvages », et leur visage était, selon certains observateurs, pareil à celui du singe. Les sœurs Gonzales, quant à elles, étaient placées dans une situation d’infériorité dans une autre construction binaire puisqu’elles étaient femmes. Ainsi, les femmes étant moins humaines que les hommes puisqu’elles étaient dotées de moins de raison — un argument que Sepúlveda (et beaucoup d’autres) avait repris d’Aristote et de Saint Thomas d’Aquin —, les sœurs Gonzales se trouvaient reléguées encore plus bas dans l’échelle descendant vers l’animalité.

  • 17 Charlotte F. Otten, ed., Werewolves in Western Culture : A Lycanthropy Reader (Syracuse : Syracuse (...)

21La limite séparant les humains et les animaux pouvait aussi être franchie par le biais de la métamorphose, un phénomène souvent repris dans les histoires et illustrations après le XIIe siècle. Le plus redouté des mutants était le loup-garou ; chroniqueurs et voyageurs publièrent des récits relatant les attaques de loups-garous dans les forêts et régions reculées et des brochures illustrées répandirent des histoires de lycanthropie. Au moment où Petrus Gonzales était à Paris, le cas de Gilles Garnier, le soi-disant « loup-garou de Dôle » fit sensation17. Selon des témoignages recueillis lors du procès, Garnier aurait suivi, tué et mangé plusieurs enfants. Il prétendait avoir fait un pacte avec le diable qui lui aurait donné un onguent le transformant en loup, et il disait avoir chassé et mangé les enfants alors qu’il était loup. Garnier mourut sur le bûcher, condamné à la fois pour sorcellerie et pour lycanthropie. Quand les gens voyaient Petrus et ses enfants, et ce, malgré leurs vêtements de courtisans, l’image de Gilles Garnier leur revenait peut-être à l’esprit.

Des hommes sauvages

  • 18 Joris Hoefnagel, Ignis : Animalia Rationalia et Insecta, National Gallery, Washington, D.C., non pa (...)
  • 19 Roberto Zapperi, op.cit. p. 189.
  • 20 Richard Bernheimer, Wild Men in the Middle Ages : A Study in Art, Sentiment, and Demonology (Cambri (...)

22Si les animaux formaient un cadre de référence permettant aux gens de l’époque d’appréhender la famille Gonzales, les peuples sauvages en apportaient un autre. « Sauvage » était l’adjectif le plus souvent utilisé pour décrire Petrus Gonzales. Dans le livre d’emblèmes de Georg Hoefnagel, Petrus est décrit comme ayant des « manières de sauvage » et dans le Monstrorum Historia d’Aldrovandi comme « un homme sauvage de cinquante ans, né aux îles Canaries ».18 L’émissaire du duc de Ferrare à Paris remarqua en 1547 que Petrus eut toute sa vie « le visage complètement velu, exactement comme sur les tableaux représentant les hommes sauvages des bois. »19 A quoi faisait-il allusion ? On racontait un peu partout à travers l’Europe qu’il existait des sauvages qui dormaient dans des grottes ou des troncs d’arbres creux, et qui mangeaient cru la nourriture qu’ils avaient cueillie ou les animaux qu’ils avaient chassés. Parfois, ces sauvages avaient commencé leur vie en tant qu’êtres normaux puis avaient quitté la civilisation, devenant de plus en plus velus au fur et à mesure du temps passé ainsi à l’écart de la civilisation. On disait de nombre de ces hommes sauvages qu’ils étaient violents et effroyables, qu’ils attaquaient les voyageurs avec des massues ou des arbres déracinés, qu’ils enlevaient les enfants et hurlaient de rage20. Dans les histoires d’amour chevaleresques de l’époque médiévale, d’intrépides chevaliers sauvaient les belles jeunes filles de leurs griffes, comme ils les sauvaient des griffes de dragons. De par leurs actes et leur aspect velu, les hommes sauvages ressemblaient aux loups-garous, même si dans l’esprit des gens il s’agissait de deux sortes d’êtres différents.

  • 21 Timothy Husband, The Wild Man : Medieval Myth and Symbolism (New York : Metropolitan Museum of Art, (...)

23Toutefois, sauvage n’était pas toujours synonyme de dangereux. Certains sauvages étaient vénérés comme des saints, tel saint Jean Baptiste qui vivait dans la nature, habillé de peaux, et laissait pousser ses cheveux et sa barbe. Parmi les sauvages, on comptait aussi les ermites qui avaient consacré leur vie à Dieu, et dans ce cas les cheveux les protégeaient des éléments et étaient considérés comme un don de Dieu. On disait de Saint Onophrius, par exemple, qu’il était le fils d’un roi du IVe siècle et qu’il avait passé la majeure partie de sa vie dans une grotte. Il se nourrissait de dattes et de pain qui apparaissaient de façon miraculeuse, et au fur et à mesure que ses vêtements s’usaient, des poils venaient les remplacer21.

24Des sauvages à la fois terrifiants et saints peuplaient les histoires que l’on racontait aux enfants, les épopées et les histoires d’amour que l’on récitait à la cour et que l’on lisait au coin du feu, et les livres relatant la vie des saints. Ils ornaient sculptures, tableaux, vitraux, tapisseries, ou encore plats, coffres, saillies de gouttières, et jeux de cartes. On les trouvait dans les marges des livres, les stalles du chœur à l’église et sur les portes des cathédrales. Partout où les gens regardaient, ils se trouvaient face à des êtres sauvages et velus. Les représentations d’hommes sauvages devinrent encore plus courantes aux XVe et XVIe siècles, lorsque les Européens entrèrent en contact avec des peuples qu’ils considéraient comme « sauvages » en Afrique et aux Amériques.

  • 22 Wilhelm Müller, “Der Nürnberger Schembartlauf : Herkunft und Deutung,” Archiv für die Geschichte vo (...)
  • 23 Kathleen Basford, The Green Man (London : D.S. Brewer, 2004).

25La réalité apportait elle aussi son lot de sauvages hirsutes. Il y avait dans les fêtes de villages et les carnavals des hommes sauvages qui portaient des costumes faits de poils et de cordes et terrifiaient les foules en hurlant et en brandissant des bâtons. Le carnaval de Nuremberg, appelé le Schembartlauf, devint tellement incontrôlable que le conseil municipal dut l’interdire en 1524. On tenta de le faire revivre dix ans plus tard mais il fut encore plus indiscipliné et destructeur lorsque des hommes déguisés en sauvages en profitèrent pour lancer des feux d’artifices en direction des maisons des notables de la ville22. Ce fut donc la fin du Schembartlauf, mais d’autres villes conservèrent leur festival, sauvages compris, jusqu’à aujourd’hui. En Angleterre, un personnage revêtu de feuilles, qui sera surnommé plus tard « l’homme vert », et représentant le lien entre l’homme et la nature, participait à des défilés à travers les villes et se battait contre des hommes déguisés en chevaliers23. (On a d’ailleurs ressorti ce personnage il y a quelques années à des fins diverses : symbole d’un paganisme préchrétien, lien avec la bonne vieille Angleterre des temps anciens pour les touristes ou encore symbole d’une conscience environnementale.) En Allemagne, l’archiduc Ferdinand du Tyrol — dans le château duquel étaient exposées plusieurs toiles représentant la famille Gonzales — fit son entrée à cheval dans la ville de Vienne accompagné d’un énorme courtisan habillé de peaux animales, brandissant une massue et hurlant qu’il était un géant.

  • 24 Bernal Díaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, 607, cité dans Rog (...)

26L’homme sauvage faisait tellement partie intégrante de leurs festivals que les européens allèrent jusqu’à l’exporter de l’autre côté des océans. En 1538, au Mexique, les conquérants espagnols décidèrent d’organiser un festival afin de célébrer un traité de paix entre l’Espagne et la France. Ils construisirent une forêt sur la place principale de la ville de Mexico (où se trouvaient auparavant les temples aztèques), la peuplèrent d’animaux et mirent en scène une bataille entre deux groupes d’hommes sauvages et velus, l’un armé de bâtons et l’autre d’arcs et de flèches. Le chroniqueur Bernal Díaz del Castillo rapporta que les arbres semblaient « tellement authentiques qu’on aurait pu croire qu’ils avaient poussé là naturellement… mauvaises herbes comprises » et que les habitants espagnols de la ville restèrent stupéfaits devant ce spectacle ».24 Reste à savoir ce qu’en pensèrent les Aztèques présents.

27Si les représentations vivantes de ces hommes sauvages étaient quelquefois considérées comme une menace à l’ordre public de la ville, les représentations artistiques, elles, devinrent plus positives au XVIe siècle. Les familles nobles et les gens de la ville se mirent à célébrer les hommes et femmes sauvages non pas pour leur sainteté mais pour leur force physique, leur endurance, et leur liberté par rapport aux règles de la société. Des sauvages avec leur gourdin firent leur apparition sur les armoiries de plus de deux cent familles en Europe, la plupart dans les régions germanophones. Des auberges et tavernes furent baptisées « L’Homme Sauvage » et leurs enseignes représentaient un homme velu avec un gourdin. A Bâle, en Suisse, des hommes venant de diverses professions formèrent un cercle réservé aux hommes qu’ils appelèrent Zur Haaren — « Vive le poil ! » — et décorèrent leur lieu de réunion de tableaux représentant des hommes sauvages. Le cercle comptait parmi ses membres des hommes d’importance, y compris des associés du médecin Felix Platter, qui examina les enfants Gonzales. Le peintre Hans Holbein, célèbre plus tard pour ses portraits de rois et de reines, travaillait à Bâle à l’époque. Il était ami avec les membres du cercle Zur Haaren et créa pour eux un emblème d’homme sauvage (Fig. 6).

Fig. 6 : Hans Holbein Le Jeune, Homme sauvage brandissant un tronc d’arbre déraciné, sans date. Dessin. London, The British Museum.

Fig. 6 : Hans Holbein Le Jeune, Homme sauvage brandissant un tronc d’arbre déraciné, sans date. Dessin. London, The British Museum.

http://www.britishmuseum.org/​research/​collection_online/​collection_object_details/​collection_image_gallery.aspx?assetId=163330&objectId=720898&partId=1

28Celui-ci a des caractéristiques assez standard (montagnes dans l’arrière-plan et gourdin à la main) mais il est encadré de piliers classiques, et les poils de son corps ne sont pas assez longs pour cacher des muscles parfaitement définis. L’homme sauvage était devenu un idéal de la Renaissance.

  • 25 Susan Haskins, Mary Magdalen : Myth and Metaphor (London : Riverhead Trade, 1994) ; Franco Mormando (...)

29Pour les femmes, en revanche, les choses étaient plus compliquées. Il y avait bien entendu des récits de femmes sauvages saintes : tout le monde connaissait Marie-Madeleine, dont l’histoire devint de plus en plus élaborée au fur et à mesure des siècles. La version la plus répandue disait que Marie-Madeleine et ses compagnes et compagnons d’exil, chassés par de cruels incroyants et dérivant dans un bateau sans gouvernail, accostèrent dans le sud de la France. Elle prêcha les gens de la région, en convertit de nombreux, puis partit vivre seule dans une grotte afin de faire pénitence pour son passé de pécheresse. Le corps de Marie-Madeleine fut, dit-on, progressivement recouvert de poils, quelquefois représentés comme de belles mèches flottantes, quelquefois comme un pelage rugueux25. Elle devint un modèle pour d’autres saintes de légendes dont le pelage permettait de protéger leur honneur en repoussant des agresseurs potentiels.

30C’est au XIVe siècle que l’histoire de Sainte Wilgeforte, aussi connue sous le nom de Sainte Uncumber, est relatée pour la première fois. On racontait que Wilgeforte était la fille chrétienne d’un roi païen du Portugal et qu’elle voulait fuir un mariage arrangé. Elle pria pour un miracle et Dieu recouvrit son visage de poils. Son fiancé refusa alors de l’épouser et son père la fit crucifier ; Sainte Wilgeforte est généralement représentée barbue, les cheveux longs, sur une croix et portant une tunique jusqu’aux chevilles. (Fig. 7)

31

Fig. 7 : Sainte Wilgeforte sur sa croix, gravure sur bois de Hans Burgkmair, Augsbourg, v. 1507.

Fig. 7 : Sainte Wilgeforte sur sa croix, gravure sur bois de Hans Burgkmair, Augsbourg, v. 1507.

http://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Burgkmair_Kuemmernis.JPG

  • 26 Ilse E. Friesen The Female Crucifix : Images of St. Wilgefortis Since the Middle Ages (Waterloo, On (...)

32D’où vint la légende de Sainte Wilgeforte ? Officiellement, la position de l’Église catholique, partagée par de nombreux historiens de l’art, est que la légende naquit d’un malentendu portant sur un célèbre crucifix dans la ville italienne de Lucques. Ce crucifix, connu sous le nom de « Sainte Face», était un objet de vénération important au Moyen Âge et son origine a aussi sa légende. Selon la tradition, le crucifix fut sculpté par Nicodème, l’un des hommes qui participa à l’enterrement du Christ, et ses traits correspondaient parfaitement à ceux de Jésus. Le crucifix resta enterré pendant des siècles puis fut transporté en Italie dans un bateau sans voile pour finalement arriver à Lucques en 742 dans une charrette tirée par des bœufs, sans charretier. Une trace historique de la Sainte Face apparaît aux environs de 1100, lorsque la cathédrale où elle se trouvait devint un lieu de pèlerinage de plus en plus fréquenté. Les pèlerins enlevaient des morceaux de crucifix afin de s’approprier un peu de son pouvoir et posséder de reliques saintes, à tel point qu’il fallut sculpter un nouveau crucifix au XIIIe siècle. On en fit également des copies de toutes tailles dont certaines furent même associées à des miracles. Alors que ces images traversaient toute l’Europe, les gens, troublés par la longue robe portée par la figure crucifiée, proposèrent une nouvelle interprétation, fruit de leur imagination : il ne s’agissait pas du Christ mais de Wilgeforte, une femme barbue sur une croix26.

  • 27 Thomas More, A Dialogue of Sir Thomas More Knight, cité dans Mark Albert Johnston, “Bearded Women i (...)

33Que ce soit là ou non l’origine réelle de la légende de Wilgeforte, celle-ci s’était répandue au XVe siècle à travers l’Europe et Wilgeforte devint une sainte très populaire, surtout auprès des femmes. Elle portait un nom différent dans chaque pays : Uncumber en Angleterre, Kümmernis en Allemagne, Ontkommer aux Pays Bas, Liberata en Italie, et d’autres encore. Souvent, ces noms étaient dérivés de mots signifiant « libérer de » quelque chose et c’était une sainte particulièrement aimée des femmes qui souhaitaient justement être libérées du joug d’un mari abusif. (« uncumber » en anglais est une forme ancienne du mot « disencumber » qui signifie « désencombrer », « décharger ».) Les penseurs de l’époque ne voyaient souvent pas ce culte d’un bon œil et alléguaient que les femmes s’y adonnaient lorsqu’elles voulaient se débarrasser de leur mari, violent ou non. Thomas More nota en 1529 que « les femmes ont ainsi changé son nom et au lieu de Sainte Wilgeforte l’appellent désormais Sainte Uncumber car elles ne doutent pas que celle-ci les déchargera de leur mari. »27 Lors de la Réforme protestante en Angleterre, les icônes de Sainte Uncumber furent détruites et brûlées mais elle resta très appréciée dans le reste de l’Europe et fut même ajoutée à la liste officielle des saints catholiques en 1583. (Son nom sera retiré en 1969, tout comme celui de Saint Valentin et d’autres saints dont l’existence était jugée incertaine.)

34Le culte de Sainte Wilgeforte était particulièrement établi dans le sud de l’Allemagne, en Autriche et en Suisse, précisément là où furent peints les portraits de la famille Gonzales et où Felix Platter examina les enfants. Par conséquent, lorsque les gens voyaient les enfants et notamment les filles, il est possible qu’ils aient eu une pensée pour les images de Sainte Wilgeforte qui se trouvaient dans les églises ou qu’ils avaient dans leurs poches. Le culte de la Marie-Madeleine velue était aussi courant dans ces régions et les gens y pensaient peut-être quand ils voyaient la famille Gonzales.

  • 28 Husband, Wild Man, op. cit., p. 64.

35D’autres récits de femmes sauvages et velues, et pas seulement de saintes, étaient répandus en Europe. Dans une épopée médiévale allemande intitulée Wolfdietrich, le héros, qui devait être tué sur ordre de son père mais fut sauvé par une meute de loups, rencontre Raue Else, une femme sauvage qui accourt vers son feu à quatre pattes. Elle a « le corps recouvert d’une épaisse fourrure, visqueuse et humide, comme l’épouse du diable » et elle ordonne à Wolfdietrich de l’aimer28. Il refuse, elle le transforme en sauvage. Il lui promet de l’épouser si elle se convertit au christianisme. Elle accepte, et voici qu’elle redevient elle-même, à savoir une jolie princesse à la peau douce.

36Comme pour les hommes sauvages, les représentations de femmes sauvages devinrent plus positives au cours du XVIe siècle, même si toutes ne se métamorphosaient pas en princesses. Les femmes sauvages vinrent orner des vitraux ou des tasses, et étaient représentées bouclier armorié à la main tout en donnant le sein à un bébé. Leurs poils ne semblaient pas les empêcher d’être des mères aimantes et elles apportaient protection et force à la famille noble dont elles exhibaient les armoiries.

  • 29 Sur la chasse aux sorcières en Europe, voir Brian P. Levack, The Witch-Hunt in Early Modern Europe,(...)

37L’imagination du XVIe siècle n’en avait pour autant pas terminé avec l’image de la femme sauvage destructrice mais cette dernière apparut sous une forme nouvelle : la sorcière. Dans une pièce espagnole, La Celestina, et dans Macbeth de Shakespeare, les sorcières sont décrites comme barbues. Les sorcières n’avaient pourtant pas besoin de pilosité sur le visage pour avoir l’air méchant car leur longue chevelure hirsute suffisait à cela. Les cheveux lâchés des sorcières étaient le signe d’une sexualité incontrôlée et faisaient allusion à leurs amants démoniaques. Elles étaient souvent représentées avec des animaux et leurs cheveux se mêlaient aux poils des animaux lorsqu’elles montaient sur des chèvres ou se blottissaient contre des chats. Selon la démonologie qui sous-tendait les croyances sur la sorcellerie, ces animaux auraient pu être des démons déguisés29. Même s’ils ne l’étaient pas, le simple fait de montrer des sorcières nues en contact direct avec des animaux suffisait à évoquer l’idée de relations sexuelles entre eux et plaçaient les sorcières dans le royaume des bêtes. Ainsi, lorsque les gens voyaient les filles Gonzales ou leurs portraits, ils avaient à l’esprit à la fois les sorcières, et Marie-Madeleine.

  • 30 Pliny The Elder [Pline le Vieux], Natural History, traduit par H. Rackham, Loeb Classical Library, (...)
  • 31 The Travels of Sir John Mandeville, traduit par C.W.R.D. Moseley, London, Penguin Books, 2004, p. 1 (...)

38Dans l’imaginaire des Européens, il existait des gens sauvages et velus non seulement dans les forêts et collines environnantes mais aussi de l’autre côté des océans. Dans son Histoire naturelle, maintes fois recopiée au Moyen Âge et publiée dans de nombreuses éditions, Pline l’Ancien décrivait des races monstrueuses vivant dans des régions éloignées du monde. Parmi elles, « les Choromandes, une tribu des bois dont les membres ne parlent pas mais poussent d’horribles cris stridents, ont le corps velu, des yeux verts perçants et des dents de chien… [et] les Astomes, qui n’ont pas de bouche et ont le corps recouvert de poils ; ils s’habillent avec le duvet des feuilles et vivent de l’air qu’ils respirent et des odeurs qu’ils inhalent par leurs narines ».30 Les Voyages, de l’explorateur liégeois Jean de Mandeville, dont le narrateur est un chevalier qui voyage en Orient, parlent de « gens qui marchent sur leurs mains et leurs pieds comme des bêtes à quatre pattes : ils sont velus et grimpent aux arbres aussi aisément que des singes. » Plus tard dans le même récit, il est question d’une « autre île où les gens sont recouverts de plumes et de poils drus, sauf sur le visage et la paume de la main ».31

39Ulisse Aldrovandi mentionne ces récits dans sa Monstrorum Historia lorsqu’il évoque pour la première fois la famille Gonzales, dans la première partie du livre sur les différences entre les humains à travers le monde :

  • 32 Aldrovandi, Monstrorum Historia, pp. 16-17. Pour d’autres références relatives à la famille Gonzalè (...)

« Pour finir, la différence peut venir des poils et de la peau ; car Jean de Mandeville décrit une certaine île dont les habitants ont des poils épais sur les mains et le visage, et Pigafetta décrit les hommes de l’île de Butuan comme velus, féroces et cannibales. Ici, puisque nous pouvons ignorer les hommes sauvages mentionnés par Pline et Solinus, nous nous attardons sur ceux dont traite Peter Martyr. Il laissa à la postérité un récit selon lequel il y a dans la province de Guacaiarina des hommes sauvages qui vivent dans des grottes simples et grossières, se nourrissent de fruits de la forêt, et n’ont jamais aucun contact avec les autres habitants de l’île ; en fait, même lorsqu’ils sont capturés et bien traités ils ne peuvent jamais être apprivoisés puisqu’il semblerait qu’ils ne connaissent ni gouvernement ni lois. De même, dans une île espagnole sous domination britannique, il y a un nombre presque infini d’hommes sauvages qui ne souhaitent absolument pas entrer en contact avec ceux qui vivent au bord de la mer. Un homme apporta à l’excellent Ulisse Aldrovandi un morceau de peau d’homme sauvage (toujours conservé au musée de l’illustre sénat de Bologne), qu’il avait ramené sous forme de bague servant à soigner les patients souffrant de convulsions, à leur grand avantage.
On vit pour la première fois à Bologne ce genre d’homme sauvage lorsque l’illustre marquise de Soragna fut reçue par l’illustre Mario Casali, car elle amena avec elle une fillette velue de huit ans, fille d’un homme sauvage de cinquante ans né aux îles Canaries… »32

40Ce passage est suivi des observations détaillées d’Aldrovandi sur Antonietta citées au début de cet article.

  • 33 Aldrovandi, Monstrorum Historia, op. cit., p. 20.

41Dans le passage ci-dessus, Pigafetta fait référence à Antonio Pigafetta, le diplomate vénitien qui accompagna Ferdinand Magellan dans ses voyages vers l’ouest en 1521 et consigna ses impressions dans un journal. Peter Martyr est Peter Martyr d’Anghiera, savant et diplomate italien engagé en tant qu’historien des conquêtes espagnoles par la monarchie espagnole au début du XVIe siècle. Martyr recueillit des lettres et rapports de nombreux explorateurs, en rencontra même certains personnellement, et publia toute une série d’écrits relatant les découvertes et descriptions de plusieurs peuples indigènes aux Amériques. Les histoires de ces voyageurs servent d’introduction à l’examen d’Antonietta Gonzales, et l’éditeur du livre ajoute en note que la collection d’Aldrovandi incluait une peau véritable (qui soi-disant soignait les convulsions) ainsi que des illustrations de la famille velue. Sa description de la petite fille est suivie d’un passage sur une autre race sauvage et velue, « les Cinnaminiens », qui « ont à la fois une longue barbe et des poils sur tout le corps » et dressent des chiens pour se protéger du « bétail qui ne cesse d’entrer dans leur territoire ».33

  • 34 Pierre d’Ailly, Imago Mundi, traduit par Edwin F. Keever, Wilmington, NC, publication à titre privé (...)
  • 35 Josine H. Blok, The Early Amazons : Modern and Ancient Perspectives on a Persistent Myth, tr. Peter (...)

42Les gens de l’époque connaissaient, en plus des histoires d’hommes et femmes poilus dans des contrées lointaines, d’autres récits de femmes velues. Dans la mythologie grecque, on connaissait les Gorgones, femmes monstrueuses à la chevelure faite de serpents frémissants et qui pétrifiaient quiconque osait les regarder. On disait que les Gorgones vivaient quelque part à l’ouest, ce qui explique pourquoi, lorsque Pline l’Ancien relata ses histoires de femmes velues vivant dans des îles de l’Atlantique, il les appela les « Gorgades », insinuant qu’elles ressemblaient aux Gorgones. Pierre d’Ailly répète l’histoire de Pline dans Imago Mundi, un ouvrage encyclopédique sur les habitants du monde rédigé au XVe siècle : « Les îles Gorgades de l’océan… sont habitées par les Gorgones, femmes destructrices au corps grossier et velu ».34 Christophe Colomb avait emporté avec lui les ouvrages de d’Ailly et de Pline lors de son premier voyage, toutefois il se montra beaucoup plus intéressé par les Amazones que par les Gorgades. (On disait des Amazones qu’elles étaient musclées, mais pas velues35.)

43Malheureusement (aux yeux des explorateurs européens), tous ces personnages velus restèrent du domaine de la rumeur et ne furent jamais des réalités. Au cours de son voyage avec Magellan, Antonio Pigafetta n’eut jamais l’occasion de voir un humain velu ; il avait juste entendu parler de gens appelés les « Benaian, les velus » (qu’Aldrovandi appelle « Butuan ») par un prisonnier sur une autre île.36 Christophe Colomb et Vespucci font tous deux mention du fait que les indigènes des Amériques n’avaient pas de poils sur le corps et Vespucci ajoute qu’ils « considèrent les poils comme quelque chose de sale »37.

  • 38 Michael Cooper, et al., The Southern Barbarians : The First Europeans in Japan (Tokyo : Kodansha In (...)

44Avec leurs barbes piquantes et leurs corps souvent très poilus, les hommes européens étaient en réalité bien plus velus que la plupart des peuples qu’ils rencontrèrent lors de leurs voyages. En fait, cette pilosité (en plus d’une mauvaise odeur et d’un manque de bonnes manières) devint le stéréotype de l’Européen en Asie de l’Est et fit que les Chinois et les Japonais les considéraient comme des « barbares »38.

  • 39 Will Fisher, Materializing Gender in Early Modern English Literature and Culture (Cambridge : Cambr (...)

45Confrontés au paradoxe de leur propre pilosité, les Européens proposèrent une interprétation différente de la pilosité masculine sur le corps et le visage. Ainsi, plutôt que de considérer que les Asiatiques et les Indiens d’Amérique étaient moins bestiaux parce qu’ils avaient moins de poils, ils les jugèrent moins virils. « Vive le poil ! » était quelque part la devise de la masculinité européenne, et pas seulement un cercle réservé aux hommes de Bâle39. Au XVI siècle, la plupart des hommes adultes, s’ils n’étaient pas membres du clergé, étaient représentés dans les portraits avec des poils sur le visage, généralement une barbe qui pouvait varier dans sa forme et sa longueur. Cette pilosité les distinguait des adolescents et signifiait qu’ils étaient des membres plus matures de la société. Elle les différenciait également distinctement des femmes.

  • 40 L’oeuvre de Bolzani fut publiée dans une traduction anglaise anonyme, attribuée à un “Johan Valeria (...)
  • 41 John Bulwer, Anthropometamorphosis : Man Transform’d, or the Artifical Changeling (London, 1654), p (...)
  • 42 Ibidem.

46On plaidait dans les traités savants de plus en plus pour le port de la barbe. Piero Valeriano Bolzani, ecclésiastique et intellectuel italien, avança dans un bref ouvrage que ce signe de masculinité devrait être permis aux membres masculins du clergé. Selon Bolzani, « la nature a donné aux femmes un visage lisse et aux hommes un visage dur et poilu… Par conséquent, on peut accuser celui qui, de quelque manière que ce soit, retire sa barbe à un homme d’agir contre les lois de la Nature… il sied à l’homme de porter une longue barbe car c’est principalement par ce signe (comme je l’ai souvent dit) que la force vigoureuse de la masculinité se distingue de la délicatesse de la femme ».40 Le médecin et physicien anglais John Bulwer approuvait : « La barbe est le signe de l’homme… à travers lequel il a l’apparence de l’homme… Se raser le menton est à juste titre considéré comme une marque d’Efféminement » et ceux « qui se rasent sont appelés, en reproche, des femmes ».41 Ce commentaire apparut dans un long ouvrage intitulé Anthropometamorphosis : Man Transform’d, or the Artifical Changeling (1654), où il attaque, comme le titre complet l’indique, « la folle et cruelle Vaillance, la stupide Bravoure, la ridicule Beauté, la dégoûtante Finesse, la détestable Mignonnerie de la plupart des Nations » qui « façonnent et éloignent leur Corps du Moule que la Nature lui a donné. »42 Personne ne sait si les hommes de la famille Gonzales se rasaient ou s’ils suivaient le conseil de Bolzani et de Bulwer et apparaissaient toujours tels que la Nature les avaient faits.

  • 43 Will Fisher, “The Renaissance Beard : Masculinity in Early Modern England,” Renaissance Quarterly 5 (...)

47Peu de temps après l’arrivée de la famille Gonzales en Italie, l’éminent médecin Marcus Antonius Ulmus publia à Bologne Physiologia Barbae Humanae (1602), un livre de trois cent pages exposant les opinions « d’illustres médecins et philosophes » à travers les siècles sur le port de la barbe. Comme d’autres de ses contemporains spécialisés dans le domaine médical, Ulmus faisait un rapprochement entre le fait de se laisser pousser les poils du visage et les performances sexuelles43 ; il n’aurait pas été surpris d’apprendre que Petrus Gonzales avait eu au moins sept enfants.

48Comme dans l’Europe du début des temps modernes la plupart des hommes adultes avaient une pilosité corporelle visible et portaient la barbe, l’aspect velu de Petrus et de ses deux fils était relatif. En revanche, la plupart des femmes, en Europe ou ailleurs, n’avaient pas beaucoup de poils sur le corps ou le visage et par conséquent l’apparence velue des sœurs Gonzales était particulièrement frappante. Les gens les voyaient généralement habillées d’une robe et ainsi pensaient probablement qu’elles étaient barbues plutôt que velues ; ceci dit, ces poils sur le visage suffisaient à évoquer la monstruosité.

  • 44 Bolzani, A treatise which is Intitled in Latin Pro Sacredotum Barbis (London, 1533), f. 10r .
  • 45 John Bulwer, Anthropometamorphosis, op. cit., 1654, p. 215.

49Le traité de Bolzani inclut également quelques remarques sur le port de la barbe chez la femme : « La Nature a donnée aux femmes un visage lisse… [ainsi] il est toujours monstrueux de voir une femme barbue, [même] très peu barbue », écrivait-il.44 Et John Bulwer d’ajouter que « la femme est par nature douce ; et si elle a beaucoup de poils, elle est un monstre »45. Les sœurs Gonzales avaient bien évidemment beaucoup de poils, bien plus qu’une femme barbue.

Une pilosité excessive

50Pour essayer de comprendre la famille Gonzales, les gens de l’époque les comparaient souvent à des animaux ou à des sauvages mais l’un des deux scientifiques qui examina certains des enfants les appréhenda de manière complètement différente. Alors qu’ils avaient quitté Paris pour se rendre à la cour de Parme en Italie, plusieurs membres de la famille Gonzales firent un arrêt à Bâle. Felix Platter était le médecin de la ville, et également professeur à la célèbre faculté de médecine. Son ouvrage, Observationes, liste de nombreux examens médicaux sur trois volumes. En voici un extrait digne d’être longuement cité :

  • 46 Felix Platter, Observationum Felicis Plateri…libri tres, (Basilea, 1680), Lib. III, p. 572.

« Des hommes poilus et extrêmement velus
On croit communément qu’il existe parmi les sauvages des hommes qui ont des poils sur toute la surface de leur corps, sauf le bout du nez, le dessus des genoux, les fesses, les paumes, et les plantes des pieds, tels qu’ils nous sont généralement décrits. Mais nous pouvons dire que c’est faux en nous fondant sur ce qui suit : les cosmographes, qui ont décrit le monde entier, ne font jamais mention de tels hommes, et pourtant ils ne manquent pas de citer les peuples les plus féroces, comme les Amazones, les cannibales et les Américains, ainsi que d’autres qui se promènent nus mais ne sont pas pour autant velus et se rasent les poils qui poussent naturellement. Ceci, en revanche, est vrai : il existe des êtres humains des deux sexes, mais principalement de sexe masculin, dont les jambes, les bras, la poitrine et le visage sont velus, et je connais et j’ai vu plusieurs de ces individus.
Il y avait à Paris, à la cour du roi Henri II, un tel homme, exceptionnellement poilu sur tout le corps, auquel le roi tenait beaucoup. Son corps était entièrement recouvert de longs poils, son visage aussi, à l’exception d’une petite partie sous les yeux, et les poils de ses sourcils et du front étaient tellement longs qu’il devait les relever pour voir.
Après avoir épousé une femme non-velue, qui était comme toute autre femme, il eut avec elle des enfants, velus eux-aussi, qui furent envoyés au duc de Parme en Flandres. Je vis la mère et les enfants, un garçon de neuf ans et une fille de sept ans, lorsque, en chemin vers l’Italie, ils s’arrêtèrent à Bâle en 1583, et je commandai leur portait. Ils avaient le visage velu, surtout le garçon, la fille un peu moins, mais celle-ci était extrêmement velue dans la région dorsale le long de la colonne vertébrale.
Après tout, puisque nous avons des poils dans chaque pore de notre corps, comme nous l’avons expliqué dans
Anatomy, il n’est pas surprenant que chez certaines personnes, comme chez de nombreux animaux, les poils sont plus longs et continuent à pousser, comme les ongles. En revanche, il est étrange que, à certains endroits où les poils poussent, ils conservent la même longueur, par exemple sur les sourcils, alors qu’à d’autres endroits ils sont tellement plus ras qu’ils sont à peine visibles. En réalité, même les paumes des mains [de ces gens] ne sont pas glabres, comme on le voit chez les jeunes ; et c’est précisément parce que les poils sont courts et continuellement rasés que les mains paraissent glabres ».46

51Platter était un observateur minutieux à la fois de ses propres cas médicaux et du monde qui l’entourait. Ses Observationes incluent des milliers d’anomalies et problèmes médicaux. Il n’avait entendu parler que de certains ou ne les avait rencontrés que dans ses lectures, mais il en avait lui-même vus et suivis beaucoup. Comme tous les documents de l’époque qui concernaient la famille Gonzales, les examens de Platter sont malheureusement très brefs ; il mentionne qu’il a commandé leur portrait, ce qui signifie qu’il a engagé un artiste à cet effet, mais aucune illustration n’a survécu.

  • 47 Pour plus d’informations sur l’éducation de Platter, voir M. Wiesner-Hanks, op. cit., p. 189-197, e (...)

52En réalité, l’examen de Platter (ainsi que d’autres de ses études de cas) nous apprend plus de choses sur lui que sur les enfants Gonzales. Il appréhende les enfants avec un regard calme et objectif, car il s’intéresse avant tout à la diversité humaine, et ce, depuis l’époque où, jeune homme, il passa quelques temps à Montpellier dans une famille catalane de conversos pendant ses études de médecine.47 Selon lui, les gens se trompent quand ils pensent que les personnes velues n’existent que parmi les sauvages. Au contraire, la pilosité excessive pouvait se rencontrer n’importe où puisque « nous avons des poils dans chaque pore de notre corps. » Pour lui, nous avons des poils, et non pas, ils ont des poils. Les enfants Gonzales font partie de la famille humaine et ce qui intéresse Platter, c’est pourquoi les poils poussent différemment sur diverses parties du corps chez un être humain, et pas seulement chez les Gonzales. Parmi les humains non-velus, le poil est plus long sur les sourcils que sur le reste du visage, alors que chez les enfants Gonzales, c’était précisément le contraire, observe-t-il.

53Au cours de ses observations médicales, Platter ne définit pas les enfants Gonzales comme des animaux ou des sauvages, mais comme des êtres humains à la pilosité excessive. L’aspect velu était un problème esthétique et non une maladie qui aurait permis de déterminer la position des enfants sur une échelle allant de la bête à l’être civilisé en passant par le sauvage. Peu après, toujours dans Observationes, il examine « l’apparition des poils sur le front » :

  • 48 F. Platter, Observationum..., op. cit., p. 572.

« En l’an 1599, Polonus, un certain soldat noble, demanda à ce qu’on lui donne une sorte de pommade dépilatoire qui permettrait de retirer les poils du front velu d’une certaine femme riche au nez retroussé à qui il avait rendu visite et qui empêcherait la repousse des poils. Par conséquent, puisqu’il voulait d’abord en tester l’efficacité sur lui-même, je lui donnai les deux dépilatoires suivants : l’un était de la poix, qui enlevait le poil, et l’autre était une pommade qui permettait au poil de s’enlever tout seul.
Pour faire la poix : prélever de la résine du mélèze commun, environ quatre cuillerées, et ajouter délicatement la gomme bien malaxée du lentisque.48

54Platter minimise ici l’étrangeté des enfants et choisit de mettre en valeur leurs similitudes avec les autres, leur faisant ainsi une place à part entière dans la sphère de l’humain. Aldrovandi et la plupart des autres commentateurs mettaient l’accent sur leur différence et les positionnaient donc dans une hiérarchie dans laquelle la notion d’humanité était graduée. Leur pilosité les rendait inférieurs aux humains, ou en tout cas moins humains.

55Sachant qu’on utilise encore aujourd’hui des substances collantes pour retirer des poils indésirables, on pourrait être tenté de penser que l’approche empirique et le langage inclusif de Platter ont quelque chose de « moderne » et que les opinions de ceux qui comparaient les Gonzales à des animaux dépourvus de raison ou à de violents sauvages sont « prémodernes ». Pourtant, c’est bien Aldrovandi qui est généralement considéré comme le scientifique moderne et sa collection constitue le cœur du muséum d’histoire naturelle de Bologne. John Bulwer, selon lequel toutes les femmes barbues étaient « monstrueuses », était partisan de la nouvelle méthodologie scientifique de Bacon et l’un des premiers à suggérer que les sourds pouvaient être éduqués. La plupart de ceux qui commentèrent sur la famille avaient été formés à l’humanisme et au naturalisme, c’est-à-dire à des modes nouveaux de pensée. Plus récemment, on remarque un regain d’intérêt pour la famille Gonzales. Eux-mêmes ou leurs portraits font l’objet d’articles savants dans les domaines de l’histoire de l’art, l’histoire médicale, l’anthropologie, l’histoire des monstres et des merveilles, le folklore, l’histoire de la science, la génétique, et l’ethnographie, de la part de personnes formées aux théories les plus récentes : la théorie féministe, la théorie du post-colonialisme, la théorie queer, la théorie de l’infirmité, et même la théorie du monstre. Si nous pouvons aujourd’hui être fiers de ne plus les considérer comme des animaux ou des monstres, il convient de reconnaître que la famille Gonzales continue de nous fasciner pour une seule et même raison : ses poils.

Top of page

Notes

1 Ulissa Aldrovandi, Monstrorum Historia, (Bologna, Typic Nicolai Tebaldini, 1642), rééd. Paris, Belles lettres, 2002, p. 18.

2 Le livre de miniatures de Hoefnagl, Elementa depicta, est à la bibliothèque de la National Gallery of Art, Washington DC, où il peut être consulté avec accord préalable. 32 de ses illustrations, comprenant celles représentant la famille Gonzales, peuvent être vues en ligne.

3 Envoi de Giulio Alvarotto, maintenant dans les archives d’Etat de Modène, et imprimé dans Roberto Zapperi, Der wilde Mann von Tenerifa : Die wundersame Geschichte des Pedro Gonzalez und seiner Kinder, Munich, C.H. Beck, 2004, p. 189.

4 U. Aldrovandi, Monstrorum Historia, op. cit., p. 16, 18.

5 Ibidem.

6 Lorraine Daston and Katherine Park, Wonders and the Order of Nature, 1150-1750 (New York : Zone Books, 1998).

7 Joyce E. Salisbury, The Beast Within : Animals in the Middle Ages (New York : Routledge, 1994) ; Erica Fudge, ed., Renaissance Beasts : Of Animals, Humans, and Other Wonderful Creatures (Urbana : Universtity of Illinois Press, 2004) ; Erica Fudge, Brutal Reasoning : Animals, Rationality, and Humanity in Early Modern England (Ithaca : Cornell University Press, 2006).

8 L. Daston and K. Park, Wonders..., op. cit.

9 John Woolton, A newe Anatomie of the whole man… (London : Thomas Purfoote, 1576), cité dans Fudge, Brutal Reasoning, p. 12.

10 John Moore, A Mappe of Mans Mortalitie (London,1617), p. 43.

11 George Gascoigne, A delicate Diet, for daintie mouthde Droonkardes (London, 1576), IV, cité dans Fudge, Brutal Reasoning, p. 62.

12 Thomas Aquinas [Thomas d’Aquin], Summa Theologica, trans. the English Dominican Fathers (New York : Benzigen Brothers, 1947), Q. 28, 2, p. 493-4.

13 Martin Luther, Lectures on Genesis, in Luther’s Works, ed. Jaroslav Pelikan (St. Louis : Concordia Publishing House, 1958), vol. 1, p. 71.

14 Dorothy Leigh, The Mother’s Blessing (London, 1637), p. 38-9 et 44.

15 The History of the Life of Katherine de Medici, Queen Mother and Regent of France (London, 1693), n.p., traduction anonyme du pamphlet français Discours merveilleux de la vie, actions, et déportments de Catherine de Médicis (Paris, 1575).

16 Democrates secundus, traduit et cite dans Anthony Pagden, The Fall of Natural Man : The American Indians and the Origins of Comparative Ethnology (Cambridge : Cambridge University Press, 1986), p. 117.

17 Charlotte F. Otten, ed., Werewolves in Western Culture : A Lycanthropy Reader (Syracuse : Syracuse University Press, 1986) has excellent original sources on werewolves, and the best discussion in English of their role in European culture.

18 Joris Hoefnagel, Ignis : Animalia Rationalia et Insecta, National Gallery, Washington, D.C., non paginé ; Aldrovandi, Monstrorum Historia, op. cit., p. 16.

19 Roberto Zapperi, op.cit. p. 189.

20 Richard Bernheimer, Wild Men in the Middle Ages : A Study in Art, Sentiment, and Demonology (Cambridge : Harvard University Press, 1952) ; Edward Dudley and Maximillian E. Novak, The Wild Man Within : An Image in Western Thought from the Renaissance to Romanticism (Pittsburgh : University of Pittsburgh Press, 1973).

21 Timothy Husband, The Wild Man : Medieval Myth and Symbolism (New York : Metropolitan Museum of Art, 1980), téléchargeable gratuitement sur  http://cdm16028.contentdm.oclc.org/cdm/compoundobject/collection/p15324coll10/id/105863/rec/1

22 Wilhelm Müller, “Der Nürnberger Schembartlauf : Herkunft und Deutung,” Archiv für die Geschichte von Oberfranken 62 (1982), 63-91.

23 Kathleen Basford, The Green Man (London : D.S. Brewer, 2004).

24 Bernal Díaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, 607, cité dans Roger Bartra, Wild Men in the Looking Glass : The Mythic Origins of European Otherness, traduit par Carl T. Berrisford, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1994, p. 1-2.

25 Susan Haskins, Mary Magdalen : Myth and Metaphor (London : Riverhead Trade, 1994) ; Franco Mormando, "Virtual Death in the Middle Ages : The Apotheosis of Mary Magdalene in Popular Preaching,” in Death and Dying in the Middle Ages, ed. Edelgard DuBruck and Barbara I. Gusick (New York : Peter Lang, 1999), p. 257-74.

26 Ilse E. Friesen The Female Crucifix : Images of St. Wilgefortis Since the Middle Ages (Waterloo, Ontario : Wilfrid Laurier University Press, 2001) ; Carole Levin, “St. Fridiswide and St. Uncumber : Changing Images of Female Saints in Renaissance England,” in Mary E. Burke, et al., eds. Women, Writing, and the Reproduction of Culture in Tudor and Stuart Britain (Syracuse : Syracuse University Press, 2000), p. 223-237.

27 Thomas More, A Dialogue of Sir Thomas More Knight, cité dans Mark Albert Johnston, “Bearded Women in Early Modern England", Studies in English Literature, n° 47,Winter 2007, p. 18.

28 Husband, Wild Man, op. cit., p. 64.

29 Sur la chasse aux sorcières en Europe, voir Brian P. Levack, The Witch-Hunt in Early Modern Europe, 3rd edition (London, Longman, 2006).

30 Pliny The Elder [Pline le Vieux], Natural History, traduit par H. Rackham, Loeb Classical Library, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1938, vol. II, p. 513, 515, 521, 523.

31 The Travels of Sir John Mandeville, traduit par C.W.R.D. Moseley, London, Penguin Books, 2004, p. 137 et 181.

32 Aldrovandi, Monstrorum Historia, pp. 16-17. Pour d’autres références relatives à la famille Gonzalès chez Aldrovandi, voir M. Wiesenr-Hanks, The Marvelous Hairy Girls, pp. 205-212, et aussi Aldrovandi, Ibidem, p. 473 et 580.

33 Aldrovandi, Monstrorum Historia, op. cit., p. 20.

34 Pierre d’Ailly, Imago Mundi, traduit par Edwin F. Keever, Wilmington, NC, publication à titre privé, 1948, p. 42.

35 Josine H. Blok, The Early Amazons : Modern and Ancient Perspectives on a Persistent Myth, tr. Peter Mason (Leiden : Brill, 1995).

36 Antonio Pigafetta, The First Voyage Around the World, ed. Theodore J. Cachey, Jr., New York, Marsilio Publishers, 1995, p. 81.

37 Amerigo Vespucci, Account of his First Voyage (1497), sur : http://www.fordham.edu/halsall/mod/1497vespucci-america.html

38 Michael Cooper, et al., The Southern Barbarians : The First Europeans in Japan (Tokyo : Kodansha International/Sophia University, 1971).

39 Will Fisher, Materializing Gender in Early Modern English Literature and Culture (Cambridge : Cambridge University Press, 2006).

40 L’oeuvre de Bolzani fut publiée dans une traduction anglaise anonyme, attribuée à un “Johan Valerian, grand clerc italien” sous le titre A treatise which is Intitled in Latin Pro Sacredotum Barbis, London, 1533, les citations sont tirées de f. 10r et f. 17v-18r.

41 John Bulwer, Anthropometamorphosis : Man Transform’d, or the Artifical Changeling (London, 1654), p. 208, 198.

42 Ibidem.

43 Will Fisher, “The Renaissance Beard : Masculinity in Early Modern England,” Renaissance Quarterly 54 (Spring 2001), p. 155-87.

44 Bolzani, A treatise which is Intitled in Latin Pro Sacredotum Barbis (London, 1533), f. 10r .

45 John Bulwer, Anthropometamorphosis, op. cit., 1654, p. 215.

46 Felix Platter, Observationum Felicis Plateri…libri tres, (Basilea, 1680), Lib. III, p. 572.

47 Pour plus d’informations sur l’éducation de Platter, voir M. Wiesner-Hanks, op. cit., p. 189-197, et aussi Beloved Son Felix : The Journal of Felix Platter, a Medical Student in Montpellier in the Sixteenth Century, traduit par Seán Jennett, London, Frederick Muller, 1961.

48 F. Platter, Observationum..., op. cit., p. 572.

Top of page

Fig. 1 - Puella pilosa annorum octo alterius soror
in Ulissa Aldrovandi, Monstrorum Historia, Bologna, Typic Nicolai Tebaldini, 1642.http://www2.biusante.parisdescartes.fr/​img/​?refphot=21407&mod=s
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1268/img-1.jpg
image/jpeg, 652k
Fig. 2 - Portrait d’Antonietta par Lavinia Fontana, Portrait de Tonetta, v. 1583. Musée de Blois.
http://www.photo.rmn.fr/​cf/​htm/​CSearchZ.aspx?o=&Total=7&FP=14945219&E=2K1KTSJ18RU5O&SID=2K1KTSJ18RU5O&New=T&Pic=4&SubE=2C6NU0SK0659
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1268/img-2.jpg
image/jpeg, 40k
Fig. 3 - Anonyme allemand, Maddalena (Madeleine) Gonzales, v. 1580. Wien, Château d’Ambras, Kunsthistorisches Museum Wien, Gemaldegalerie
http://www.flickr.com/​photos/​brad-darren/​11372604863/​in/​photostream/​
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1268/img-3.jpg
image/jpeg, 2.7M
Fig. 4 - Peter Gonzalez et sa femme, in Joris Hoefnagel, Animalia Rationalia et Insecta (Ignis) : Plate I, c. 1575/1580, Washington, National Gallery of Art
http://www.nga.gov/​content/​ngaweb/​Collection/​art-object-page.69680.html
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1268/img-4.jpg
image/jpeg, 56k
Fig. 5 : Joris Hoefnagel, Animalia Rationalia et Insecta (Ignis) : Plate II, c. 1575/1580, Washington, National Gallery of Art
http://www.nga.gov/​content/​ngaweb/​Collection/​art-object-page.69691.html
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1268/img-5.jpg
image/jpeg, 48k
Fig. 6 : Hans Holbein Le Jeune, Homme sauvage brandissant un tronc d’arbre déraciné, sans date. Dessin. London, The British Museum.
http://www.britishmuseum.org/​research/​collection_online/​collection_object_details/​collection_image_gallery.aspx?assetId=163330&objectId=720898&partId=1
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1268/img-6.jpg
image/jpeg, 336k
Fig. 7 : Sainte Wilgeforte sur sa croix, gravure sur bois de Hans Burgkmair, Augsbourg, v. 1507.
http://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Burgkmair_Kuemmernis.JPG
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1268/img-7.jpg
image/jpeg, 106k
Top of page

References

Electronic reference

Merry Wiesner-Hanks, « Les Gonzales, famille sauvage et velue », Apparence(s) [Online], 5 | 2014, Online since 20 February 2014, Connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/apparences/1268

Top of page

Author

Merry Wiesner-Hanks

Merry Wiesner-Hanks est « Distinguish Professor » à l’université de Wisconsin-Milwaukee (États-Unis). Ses recherches portent sur l’Europe et des mondes modernes ainsi que sur l’histoire des femmes et du genre. Elle a publié en 2009 The Marvelous Hairy Girls : The Gonzales Sisters and their Worlds (Yale University Press), en 2010 Gender in History : Global Perspectives (Blackwell), et en 2013 Early Modern Europe 1450-1789 (Cambridge).
Merry Wiesner-Hanks is a Distinguished Professor at the University of Wisconsin-Milwaukee in the United States. Her research focuses primarily on early modern Europe, and on the history of women and gender. Among her publications are The Marvelous Hairy Girls : The Gonzales Sisters and their Worlds (Yale University Press, 2009), Gender in History : Global Perspectives (Blackwell, 2010), and Early Modern Europe 1450-1789 (Cambridge, 2nd. ed 2013).

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page