Skip to navigation – Site map
Varia

L’économie des signes judiciaires dans l’espace urbain madrilène du XVIIe siècle

The use of judicial signs in the urban space of the Madrid in the 17th century
Olivier Caporossi

Abstracts

The way the Madrid police worked reveals competing codes and symbols in justice. It appeared in the strict appearances imposed by the King, the Council of Castile and the court Alcades, as well as in the image they all had. But the different organisations of these judicial signs are analysed from two points of view: the results obtained in the judicial territory of the urban infrastructure and the oppositions from certain institutions in the society itself, such as the aristocracy, the embassies, the elites and the people of Madrid.

Top of page

Full text

1Pour le chroniqueur royal Alonso Núñez de Castro, la ville de Madrid est devenue le siège de la cour d’Espagne parce qu’elle réunissait en elle tous les signes démontrant sa capacité à porter les symboles de la justice suprême des rois catholiques et de leur dignité impériale. Le retour de Philippe III et de sa cour à Madrid (1606) est interprété comme le signe éclatant d’une restauration de la justice suprême dans la ville. Entre 1618 et 1623, de nombreuses juntes se succèdent pour affirmer auprès du monarque la nécessité d’une réformation de la ville de cour.

2La ville de cour doit devenir un véritable laboratoire du droit dans le cadre complexe d’une multiplicité juridictionnelle croissante (plus de 60 juridictions pénales et civiles relevées en 1663). En même temps que les élites découvrent le phénomène de la grande ville qui les effraie (100 000 vers 1597, 150 000 habitants vers 1685), elles participent à la construction d’une nouvelle communication symbolique. La rencontre à la fois exceptionnelle et permanente entre les derniers Habsbourg (Philippe III, Philippe IV et Charles II) et la société urbaine est placée sous le signe de la majesté et des cérémonies de l’étiquette qui la portent1. Les processus d’acculturation entre le monde de la ville et celui de la cour sont symboliques car ils s’inscrivent dans un espace cérémoniel où la gratitude des vassaux répond à la manifestation du pouvoir monarchique et cherchent à transformer l’imaginaire urbain2. Cette économie des discours, des cérémonies et des signes est profondément judiciaire dans la mesure où elle permet à chaque tribunal de se situer par rapport au Roi Catholique, qui est le seul détenteur du pouvoir de juridiction suprême. Elle manifeste aussi aux yeux des Madrilènes, donc d’une sorte de marché des justiciables, une hiérarchie judiciaire et les contestations que porte cette dernière dans le contexte d’une concurrence des tribunaux. C’est donc de ce point de vue-là, que le paraître qui manifeste l’évolution des rapports entre la société madrilène et la société de cour, intéresse les pouvoirs de justice. Ainsi, l’économie des signes judiciaires dans la société de cour madrilène du XVIIe siècle (1606-1699) participe à la construction symbolique d’un espace public, dont le centre est constitué par l’arbitrage royal souverain et les périphéries par des juridictions dépendantes et concurrentes, prêtes à manifester au roi et aux Madrilènes leur prééminence sur les autres. La dialectique du Paraître et des pouvoirs de justice participe autant au partage du pouvoir délégué par le Roi Catholique, constamment discuté et contesté par des conflits de compétence et des résistances sociales (certaines corporations comme les gardes royales, les clercs, les métiers) qu’à la propagande politique de la monarchie espagnole ou encore au gouvernement de la ville de cour et à sa police.

3C’est pourquoi, l’économie des signes judiciaires s’inscrit d’abord dans le langage symbolique du triomphe sans cesse renouvelé de la réformation de la cour. Cette discipline des apparences ne relève pas seulement des symboles de la justice du prince. Elle est soutenue par la publicité des corps, véritables « signes-désignations » valorisant certains comportements et disqualifiant d’autres3. L’exercice de la police madrilène qui en résulte produit des matériaux, des allégories de la puissance publique, devenant autant de signes contestés, dont il faut mesurer la portée.

Ordonnancement du paraître judiciaire

4Le roi de justice se donne à voir aux Madrilènes lors de sorties régulières, qui le mènent généralement de l’Alcazar au couvent des Descalzas4. Selon les étiquettes de 1647, les sorties royales ordinaires mettent en avant les capitaines de la garde espagnole et de la compagnie allemande qui défilent à cheval, en corps avec leurs soldats et trompettes respectifs. Viennent ensuite les six alcades de cour au second rang, puis au huitième rang les majordomes de la maison du roi qui représentent le corps de la junte du bureau. Il s’agit de montrer la présence de certains officiers de justice dans les cérémonies de la cour (en dehors du palais royal ou de la messe privée). Elle construit leur image publique, en même temps qu’elle construit l’image judiciaire de la monarchie pour les Madrilènes. Les fêtes masquées de la cour donnent une autre occasion de montrer aux Courtisans et aux Madrilènes la proximité de celle-ci avec le pouvoir royal. Le spectacle qu’animent les alguazils de cour et leurs laquais déguisés et masqués, pour célébrer la naissance du prince Baltasar Carlos (1629), en représente un bon exemple. Selon une relation diffusée par les alcades de cour eux-mêmes, le cortège représentant neuf nations, qu’accompagnent 18 trompettes et timbaliers, s’arrête sur la place du palais royal puis se dirige vers la maison du président de Castille, le couvent des Descalzas et la porte de Guadalajara5. Cette fête masquée s’inscrit dans la célébration générale de la naissance du prince qu’offre la ville de Madrid à son monarque : luminaires, concert de cloches et de chœurs, représentation de quatre comédies. Les prisonniers ne sont pas oubliés. Pour obtenir leur grâce, ils chantent et crient la gloire de Philippe IV.

5Les alcades de cour sont les plus présents dans cet espace cérémoniel, qui semble exclure toute rencontre entre les représentants de la ville et ceux de la cour. En effet, les alcades de cour semblent absents des processions du corpus christi, alors que l’échevinage y tient une place remarquée. Mais, depuis 1647, le défilé s’arrête devant la prison de cour. Le corps échevinal, comme les corps de courtisans, sont invités à méditer le programme iconographique de celle-ci bâtie selon les plans de Juan Gómez de Mora, à partir de 1629 et achevée dès 1644. L’audience des alcades de cour est symboliquement constituée comme l’expression temporelle de la justice du Christ qui légitime la dynastie des Habsbourg d’Espagne. Aux Madrilènes, qu’elle prétend dominer par sa forme monumentale, la prison de cour, offre un discours sur la justice, et montre le chemin de cette vertu pour propager dans les esprits le triomphe de la juridiction des alcades de cour. Au sommet du temple de la justice, les quatre vertus cardinales entourent le collier de la Toison d’or surmonté de la couronne d’Espagne. Pour le promeneur une lecture verticale est suggérée. Entre celui-ci et la justice de Dieu, symbolisée par la statue de Saint Michel, le blason de la monarchie fait éclater le rôle d’arbitrage des Habsbourg. Le monarque est dans la cité des hommes le lieutenant de l’archange. De même que l’archange Saint Michel, armé d’une épée torsadée conduisant l’armée des serviteurs de Dieu, lors de l’Apocalypse et du Jugement Dernier, vers leur victoire, le Roi Catholique poursuit dans la cité terrestre les plus vils criminels, les alcades de cour étant ses épées. À cette propagande monumentale, le corregidor et l’échevinage tentent d’opposer d’une nouvelle prison de ville (1629-1691), dont la lenteur de construction et le résultat — celui d’un bâtiment d’une dimension plus réduite — reflètent finalement un échec symbolique des relations entre la ville et la cour.

6Les corps judiciaires dépendent de trois espaces à la fois superposés et concurrents : le palais, la cour, la ville. Au sein de ces trois espaces, chaque corps judiciaire tente d’élargir son pouvoir de juridiction au détriment des autres à divers niveaux : le territoire ou l’espace juridictionnel, la dignité du collège judiciaire qui fonde sa légitimité à juger au nom du roi, la personnalité, c’est-à-dire l’appartenance à un corps, la reconnaissance d’une autorité judiciaire par les justiciables, notamment au travers du serment. Il s’agit des quatre sens du principe juridictionnel qui tous détiennent une dimension symbolique. Cette dimension symbolique est une véritable représentation conflictuelle dans la guerre des justices de la capitale.

7Le fourrier de la Garde Espagnole, Diego de Soto y Aguilar raconte, par exemple vers 1668, comment le gouverneur de la garde Espagnole, Luis Ponce de León, réussit à défiler « en communauté » lors des processions de 1652 pour la naissance du Christ. Luis Ponce de León avait en effet sollicité de Philippe IV, l’autorisation d’y apparaître en « communauté »6. C’est donc entouré par la confrérie militaire de l’Annonciation, qu’il sort du couvent des religieuses Mercenarias Calzadas, en grande pompe avec la livrée et les couleurs du roi, son lieutenant, Cristobal de Gabiria tenant la croix. Les soldats de la Vieille Garde, vêtus de noir, et ceux de la garde amarilla, vêtus de jaune, par rangs interposés, les suivent, la tête découverte. Le capitaine, à la tête du cortège, est accompagné des deux chapelains de sa troupe. Diego de Soto y Aguilar attache une grande importance à cet événement, précisant que le vêtement désigne le titre.

8Lors des grandes exécutions publiques sur la Piazza Major, le spectacle ne se limite pas au déroulement très codifié du supplice. C’est l’occasion pour la cour de se montrer auprès de son souverain dans une relation hiérarchique où la situation de chaque corps par rapport à son concurrent doit permettre aux Madrilènes de situer la place des institutions dans la grâce du monarque. L’autodafé de 1632 est de ce point de vue révélateur. Philippe IV cède au grand maître et à la junte royale du Bureau le soin d’en organiser les détails alors que l’ordre public y est garanti par les alcades de cour et le corregidor. Les conseils de la monarchie se rendent sur le lieu de l’échafaud sans leurs présidents, comme l’ordonne le roi, car des doutes subsistent sur les places et les préséances de ces derniers. Au moment d’accompagner la procession qui vient de faire son entrée sur la Piazza Major, les ministres de l’Inquisition réclament le droit de précéder les échevins et le corregidor. Le conflit s’étend à la place qu’occupent les alcades de cour auprès du conseil de Castille, manifestant ainsi qu’ils incarnent la cinquième chambre de celui-ci7. Il faut toute l’autorité de Philippe IV pour imposer ces derniers aux autres conseils qui refusaient que les alcades de cour puissent les précéder. À l’opposé, le corps de ville et le corregidor restent marginalisés dans le champ cérémoniel.

L’économie du supplice et les conflits d’autorité

9Le cérémonial judiciaire du supplice donne aux corps des suppliciés le rôle d’incarner le signe de la culpabilité des délinquants et, par le biais de l’amende honorable, fait éclater la vérité du crime8. Les supplices les plus étudiés demeurent ceux de l’Inquisition. Trois grands autodafés se succèdent à la cour d’Espagne (1624, 1632, 1680) manifestant la défense de la foi que prétendent incarner Philippe IV puis Charles II. Ces cérémonies n’assurent pas seulement le triomphe de l’Inquisition, qui n’en maîtrise pas totalement la portée symbolique et son organisation9. Le conseil de Castille peut orchestrer, à l’occasion, ses propres autodafés et affirmer ainsi son rôle dans la sauvegarde religieuse de la ville de cour. Entre 1618 et 1622, assumant alors l’office de lieutenant du corregidor de Madrid, Juan de Quiñones, est amené à arrêter un homme accusé d’empoisonnement, d’alchimie et de faux monnayage, qui meurt mystérieusement le lendemain de son incarcération dans la prison de ville. Dans le récit qu’en fait Juan de Quiñones, en 1643, pour démontrer à Philippe IV sa fidélité10, cette mort devient la presque preuve du pacte conclu par le délinquant avec le démon. Pour la rumeur, Juan de Quiñones est le bras de la justice du conseil de Castille qui a arrêté un sorcier. Mais, par sa mort « mystérieuse », ce sorcier échappe à la justice du roi. Le démon aurait-il permis à l’âme de son allié de s’évanouir dans l’air ? Les murs de la prison peuvent-ils retenir un esprit maléfique ? C’est finalement la réputation de la justice du roi qui est atteinte, d’autant plus qu’une rumeur circulerait sur ces événements. Par l’autodafé de ses livres et manuscrits qu’ordonne d’exécuter sur la place de la ville le président de Castille Francisco de Contreras, la justice du roi rétablit son prestige en détruisant l’œuvre de ce prétendu allié du démon et elle se réapproprie l’espace carcéral. Le choix du lieu n’est pas innocent. Il affirme l’autorité du conseil de Castille sur le corregidor et sur l’échevinage madrilène puisque l’exécution se déroule devant le palais municipal et à la proximité de la prison de ville. Les livres brûlés du délinquant deviennent le substitut du corps absent du sorcier alchimiste, une punition symbolique qui poursuit le corps au-delà de sa matérialité. La justice du corregidor s’acharne sur ce qui lui reste, tous les objets dont le corps du délinquant disparu a fait usage, tout ce qui en rappelle la mémoire.

10Mais le supplice des corps ne conduit pas systématiquement à la mort réelle ou symbolique. Le plus fréquent des supplices est celui de la flagellation car il permet d’inscrire dans la chair la honte du crime autant que la force de justice et de grâce du roi11. Dans ses Noticias de Madrid, le corregidor Josef Antonio de Armona raconte comment, en 1637, la justice du roi punit un des laquais français du nonce d’Espagne, coupable d’avoir essayé de libérer un prisonnier des mains d’un alguazil de cour qu’il blessa12. Arrêté, le laquais tente vainement de bénéficier de la juridiction ecclésiastique. Le nonce Barbieri, en conflit ouvert avec le conseil de Castille qui exerce une étroite tutelle sur les alcades de cour depuis 1626, semble en effet être intervenu directement auprès du roi pour obtenir la libération de son laquais. Dans ce contexte, les coups de fouet que font donner les alcades de cour au délinquant dans les rues de la ville et à proximité de la nonciature, manifestent deux victoires symboliques de la justice royale. D’abord, le narrateur insiste sur la naturalité du laquais, il est Français et donc sujet de Louis XIII, officiellement en guerre avec les Habsbourg depuis deux ans. Les alcades de cour montrent ainsi à la communauté française de la cour, déjà touchée par la pragmatique du séquestre général de leurs biens de 1635, qu’elle ne peut bénéficier de la juridiction ecclésiastique et diplomatique du nonce. Ce faisant, ils stigmatisent un peu plus les Français aux yeux des Madrilènes et manifestent leur propre autorité sur leur communauté. Ce supplice du fouet n’a pas été exécuté sans le soutien du conseil de Castille, qui prétend juger du bien fondé de la juridiction du nonce et la réformer. La répression du crime est instrumentalisée dans un sens politique. Josef Antonio de Armona insiste sur l’affliction que ressent le nonce face à la publicité donnée à ce supplice du fouet. Le nonce, qui croyait avoir reçu des garanties en faveur de son laquais, se sent trahi et humilié. Il refuse alors de se rendre à la chapelle royale pour y écouter la messe en présence de la famille royale, et ce malgré l’invitation de Philippe IV. La publicité qui est faite à cet événement fait éclater l’échec politique de Barbieri, en même temps qu’elle laisse penser que la nonciature protège les ennemis de l’Espagne, en plus d’aider un criminel. Les signes d’absence donnés par le nonce à la cour deviennent ainsi, dans l’interprétation implicite des officiers du roi, ceux d’une culpabilité de la nonciature. Le conseil de Castille semble donc être le gagnant de cette épreuve.

11Le conseil de Castille renforce son autorité sur l’économie des supplices qui animent la vie de cour en 1641, quand les alcades de cour organisent l’exécution exemplaire d’un faussaire, Miguel de Molina, sur la Piazza Major. L’alcade de cour qui arrêta puis instruisit son procès pénal, Juan de Quiñones, raconte que Miguel de Molina, condamné à mort pour crime de lèse-majesté, remit une déclaration à son dernier confesseur, le père jésuite Andrès Manuel, pour qu’il en fasse une lecture publique et solennelle13. Ces aveux, orchestrés par les alcades de cour, font partie du spectacle des grandes exécutions publiques. Aux Madrilènes, Miguel de Molina, propose d’endosser tous les malheurs du temps (la guerre, les épidémies, les difficultés de ravitaillement, la décadence financière de la monarchie) et devient le bouc émissaire de toute la communauté. Ses aveux s’achèvent sur l’éloge de Philippe IV et de la monarchie catholique, qui grâce à la mort exemplaire du supplicié, doit retrouver la confiance des Madrilènes et de ses sujets, la fidélité de ses conseillers et de ses juges, l’amitié de ses alliés contre la France14.

12Le moment éclatant de l’exécution de la peine ne suffit pas à expliquer l’ensemble des signes du supplice. Il est un autre spectacle, plus habituel pour la population madrilène, qu’il convient de ne pas oublier : la chaîne des galériens. Le 15 décembre 1629, 26 forçats sont ainsi conduits vers Tolède15. La chaîne des galériens est un événement coûteux qui demande de nombreux préparatifs. L’audience des alcades de cour établit d’abord une liste des prisonniers à conduire à la prison royale de Tolède, puis rappelle au roi et au conseil le prix d’une telle prestation. Selon un arrêt des alcades de cour du 28 mars 1629, le transport de 26 condamnés aux galères nécessite 1500 réaux16. Philippe IV donne ensuite les ordres de paiement et les juges de cour n’ont plus qu’à désigner les alguazils, c’est-à-dire les auxiliaires de justice qui devront accomplir cette mission en fonction de leur disponibilité le 15 décembre 1629. En 1638, ce sont deux chaînes de galériens, respectivement de 218 et de 265 délinquants, qui quittent la prison de cour, située derrière la Piazza Major pour emprunter, sous la garde d’un greffier, d’alguazils de cour et de gardiens, la rue de Toledo, en direction de la prison royale de Tolède, où les condamnés sont examinés puis envoyés aux différents ports des galères d’Espagne17.

13En réalité, l’organisation de la chaîne des galériens dépend de trois facteurs extérieurs à la vie madrilène : la volonté royale d’affirmer son autorité face aux nouvelles de la guerre contre la France, la disponibilité de quelques moyens financiers et le besoin de nouveaux galériens pour la flotte espagnole. À cela s’ajoute le conflit qui oppose le conseil de Guerre au conseil de Castille. Les conseillers de Castille interviennent, par exemple le 23 mars 1654, auprès de Philippe IV, pour qu’il interdise au conseil de Guerre de juger le voleur de grand chemin Alonso Bravo, déjà condamné par les alcades de cour à 200 coups de fouet et à 10 années de galère18. De telles interventions retardent d’autant la mise en place de la chaîne des galériens, qui fait de la prison de cour, le centre symbolique de la répression pénale dans la ville de Madrid.

14Ce sont des facteurs politiques identiques qui amènent les alcades de cour, déjà chargés de réprimer les déserteurs depuis 1629, à constituer des chaînes de délinquants, condamnés au service militaire. À partir de 1640, la rébellion du Portugal et de la Catalogne oblige la monarchie à recruter à la cour, d’une manière assez régulière, une armée pour Saragosse et une autre pour Badajoz. Ces ponctions humaines sont mal vécues par la population et Philippe IV encourage les tribunaux à prononcer des condamnations au service militaire d’une ou plusieurs campagnes. Cette nouvelle politique pénale contraint les alcades de cour à organiser pendant une ou plusieurs campagnes des chaînes de condamnés au service militaire dont le nombre, jamais indiqué par les conseillers de Castille, serait en constante augmentation. Elle offre aux Madrilènes un nouveau signe de la puissance de justice du Roi Catholique en stigmatisant les Portugais et des Catalans, rendus coupables des malheurs du temps (la guerre, les difficultés d’approvisionnement de la capitale, la crise financière) dans une logique de bouc émissaire. Mais ces chaînes de condamnés ne durent guère, pour des raisons de coût. Dès le 9 août 1653, le conseil de Castille proteste auprès du roi parce que les alcades de cour ne disposeraient pas des moyens financiers pour constituer une troupe de 22 condamnés aux campagnes des prisons de ville et de cour19. Il demande donc à Philippe IV d’en confier le soin au conseil de Guerre qui, consulté, propose que ceux qui sont condamnés pour les délits les moins graves paient une amende et se rendent d’eux-mêmes sur le lieu d’accomplissement de leur peine. Quant aux autres, les conseillers de Guerre considèrent qu’il faut les intégrer à la chaîne des condamnés au service militaire dans les présides africains, de la conduite desquels, jusqu’à la prison royale de Tolède, l’audience des alcades est responsable. Le 20 août 1653, le conseil de Castille précise au roi que la première mesure a déjà été appliquée par les alcades de cour et que la seconde n’est pas souhaitable pour des raisons financières. Le conflit de juridiction sur les condamnés au service militaire débouche sur la fin de cette pratique.

15Le supplice spectaculaire du corps des condamnés par l’institution judiciaire est finalement une réponse globale et momentanée aux résistances que soulève l’exercice de la police dans la capitale des Habsbourg.

Les signes contestés de la police royale

16Les alcades de cour et le corregidor manifestent leur emprise symbolique sur l’espace public autant par la pratique de la publicité des supplices que par celle de la publicité de la loi. La criée régulière des arrêts de différents tribunaux et des pragmatiques du Roi Catholique s’effectue sous la conduite de deux alcades de cour ou d’un lieutenant du corregidor, lorsque le texte relève de l’échevinage madrilène. Le cri de la justice et de la loi ne s’inscrit durablement que par sa répétition dans le cadre plus large des « cérémonies de l’information »20. Sa présence se fait plus durable dès lors qu’il s’imprime et se trouve affiché à la fin du rituel sur les principales places de la capitale. La place publique est désormais sous l’emprise du signe de la loi. Il faut parler de signe car, pour beaucoup de Madrilènes, analphabètes, il n’est pas question de lire le texte de la proclamation royale et judiciaire. Tout au plus peuvent-ils distinguer, dans la formalisation du placard, des signes qui, mis en correspondance avec le souvenir de la criée, manifestent la volonté d’autorité de telle ou telle institution judiciaire. Les tribunaux royaux tentent de contrôler la pratique du placard. Dès lors qu’un signe concurrent s’affiche sur les places publiques, l’emprise symbolique de l’institution judiciaire est bafouée. C’est l’une des conséquences possibles de la pratique du duel par les grandes familles aristocratiques de la cour et par les corps privilégiés, fiers de leur indépendance. Le 28 décembre 1636, le capitaine Juan de Herrera fait afficher aux portes de l’Alcazar, à la porte de Guadalajara et sur d’autres places le défi qu’il lance au marquis del Aguila pour un duel sur le Campo dans les six mois suivants21. Il faut cependant attendre le 4 février 1637 pour que le conseil de Castille consulte le roi et ordonne de faire arrêter les duellistes.

17L’actualité quotidienne de la police ne se résume pas aux seules cérémonies de l’information. Elle se manifeste par l’exercice régulier de rondes et d’inspections qui, de nuit comme de jour, doivent permettre aux alcades de cour et au corregidor de mieux saisir le tissu urbain et le marquer de leur autorité concurrente. Cette concurrence se traduit assez souvent par des rencontres conflictuelles. Selon une consulte du conseil de Castille du 28 septembre 1650, le corregidor Luis Geronimo de Contreras, à cheval et accompagné de ses laquais et de quelques alguazils de ville, aurait rencontré dans une rue, entre San Gines et San Martin, un alguazil de cour sans le saluer de son chapeau. Il refuse ainsi de souligner la tutelle qu’exerce le tribunal suprême des alcades de cour sur sa justice, considérée comme une justice mineure de première instance. Le signe de la hiérarchie judiciaire est publiquement refusé et conduit les alcades de cour à faire arrêter le corregidor chez lui sous la garde de deux alguazils de cour. Le conseil de Castille arbitre le conflit et le corregidor est condamné à une amende de 1 000 ducats. La concurrence des rondes entretient des conflits de prééminence qui remettent en cause l’ordre harmonieux de la hiérarchie judiciaire aux yeux des Madrilènes. Le discrédit ainsi produit conforte des attitudes de rejet des rondes qui se font plus fortes après la dévaluation monétaire de 1680. Les Advertençias para la plaza de Alcade de Casa y Corte, rédigées en 1704 par le juge Alonso Ellezaraga, témoignent du peu de respect que provoquent les sorties à cheval des alcades de cour du dimanche et du mardi après midi où, en groupe avec une douzaine d’alguazils de cour, ils traversent la ville et se plaignent de recevoir des œufs et de l’eau dans la figure22. La parade de puissance des alcades de cour est ainsi ridiculisée.

18Les rondes n’en sont pas moins menaçantes pour les résidences privées de certains officiers du roi. Pendant l’été 1678, décidés à exécuter les ordres de Charles II qui les autorisent à arrêter tout laquais ou cocher suspect de troubler l’ordre public ou de contrevenir à la législation sur la réformation vestimentaire, les alcades de cour à cheval pénètrent avec leurs ministres dans le quartier de la porte de la Vega, où résident les pages des écuries royales qui défendent leur « territoire » à plusieurs reprises. Une nuit, l’alcade Juan Pardo de Monzon entre sans licence de ronde pour réprimer un duel dans ce quartier. Il doit s’en retirer sous les jets de pierre des domestiques de l’écurie royale. D’autres laquais, attachés au service de l’Infante, jettent des pierres sur l’alguazil de cour, Lucas de Medina, près de la porte de Ségovie. Ils recommencent les jours suivants contre les alguazils Juan de Cuellar et Juan de Loberas. Une douzaine de jours plus tard, ces mêmes laquais suivent la ronde de l’alcade Juan Pardo de Monzon de la paroisse Santa Maria jusqu’à la place du palais royal pour l’insulter publiquement. Le 25 février 1678, le conseil de Castille demande au roi de punir les coupables et de leur rappeler que leur résidence ne bénéficie pas d’une juridiction privative pour échapper à la justice royale23.

19Cette question du territoire se pose à nouveau lors des nombreux conflits qui surgissent entre la maison des ambassadeurs et les ministres de la justice royale. La police des ambassades devient plus difficile et violente après 1640, quand l’engagement des Habsbourg dans la guerre de Trente ans connaît ses premiers échecs. Après la paix des Pyrénées de 1659, l’hostilité de la France et l’attente de l’extinction de la dynastie, conduit Charles II à prêter une attention toute particulière au statut des ambassades étrangères qui ne cessent de réitérer leurs revendications territoriales, en vain. En 1670, par exemple, les ambassadeurs de l’Empire, de France, d’Angleterre, de Pologne et de certaines principautés italiennes se liguent pour se faire reconnaître une juridiction privative sur le quartier de leur résidence et pour porter leur revendication commune devant le conseil d’État. Le conseil d’État et le conseil de Castille réagissent vivement et amènent le Roi Catholique à réaffirmer que l’immunité accordée aux diplomates ne dépasse pas leur résidence personnelle et ne s’étend pas à leur domesticité. Mais les tentatives de déstabilisation de la police des ministres de la justice royale se poursuivent. C’est pourquoi le 26 avril 1670, le conseil de Castille proteste contre l’ambassadeur de France parce que ses gens ont agressé l’alcade de cour qui effectuait une ronde devant la porte de sa résidence24. Généralement, ces agressions des laquais de l’ambassadeur se traduisent par la prise violente de la vara de l’officier du roi, c’est-à-dire du bâton de commandement qui symbolise leur pouvoir de juridiction. Lors de sa ronde du 28 septembre 1668, le procureur de l’audience de cour, Juan del Corral accompagné d’un gardien et d’autres gens, est agressé vers 4 heures de l’après midi par un laquais portant la livrée de l’ambassadeur de Venise. Le domestique leur reproche de porter la vara de la justice dans une rue adjacente à son domicile et part chercher le secours de ses collègues à l’ambassade vénitienne toute proche. Les ministres de la justice sont ensuite attaqués par une douzaine de laquais qui les insultent et tirent l‘épée contre eux. Les agresseurs revendiquent l’immunité des environs de l’ambassade vénitienne et cherchent à s’emparer de la vara, blessant mortellement deux ministres de la justice. L’événement n’est pas unique. Le conseil de Castille rappelle à Charles II que ces mêmes laquais avaient déjà agressé le 27 septembre un gardien des alcades de cour qui passait devant la porte de l’ambassadeur vénitien pour lui arracher sa vara et défendre l’inviolabilité de la résidence diplomatique25. Le conseil de Castille réagit avec fermeté et ordonne aux alcades de cour d’arrêter jusque dans la résidence de l’ambassadeur les laquais coupables, provoquant de nouvelles et vaines protestations du diplomate. La monarchie catholique, même affaiblie sous le règne de Charles II, conserve le monopole suprême du pouvoir de juridiction.

20La résistance se fait plus agressive aux portes de la ville de cour. Comme nous le montre un mémoire du 21 avril 1648, l’audience de cour désigne chaque mardi un alguazil de cour pour assurer la garde de chacune des portes de la capitale (Atocha, Alcala, Tolède, Ségovie, la Bega, Fuencarral, Santa Barbara)26. Mais ils ne sont pas les seuls. Les gardes de la commission des Millions, attachée au conseil des Finances depuis 1659, se montrent aux portes de la ville pour contrôler le commerce et recouvrir les taxes sur la consommation. Or le conseil des Finances est en conflit quasi permanent avec le conseil de Castille et les alguazils de cour ne s’empressent pas toujours d’aider les commissaires et gardiens des Millions lorsque certains commerçants refusent de payer l’impôt. En juillet 1669, certains d’entre eux, prétendent que le for militaire les exempte de payer ces taxes. Ils obtiennent le secours de leurs collègues, soldats comme eux de la compagnie allemande, pour violenter les greffiers et les gardes des Millions du vin, allant jusqu’à s’emparer de leurs livres à la porte de Tolède et de Ségovie. Ils tentent ainsi de détruire le signe de la juridiction fiscale de l’administration des Millions devant un public madrilène, très en colère contre toutes ces impositions. Le conseil de Castille intervient après les faits, le 11 juillet 1669, pour réclamer que l’affaire soit jugée par ses justices et non par le conseil de Guerre ou la junte royale du Bureau27. Il se présente ainsi à Charles II comme le seul garant de la police fiscale de la cour, et espère discréditer l’autorité du conseil des Finances.

Conclusion

21L’exercice de la police madrilène produit une multitude de signes dont la première fonction est de notifier aux vassaux du roi le rôle exemplaire de la ville de cour dans le projet de réformation morale et sociale des Habsbourg d’Espagne. Cet ensemble met en lumière le développement de la multiplicité juridictionnelle, qui désormais, définit plus qu’ailleurs la cour du Roi Catholique. Cette multiplicité amène le roi à construire une concurrence des codes et des représentations symboliques de sa justice. Les défilés de la cour, la publicité des exécutions publiques, autant que les cérémonies de l’information et les fêtes religieuses de la communauté madrilène, forment un système assez hiérarchisé qui intègre progressivement au cours d’un long XVIIe siècle, des modes de paraître et des codes capables de soutenir l’identité des multiples corps de la société de la ville de cour. L’économie des signes judiciaires, sans jamais se résumer à cette stricte identité, devient une véritable fabrique de distinctions, rendant toujours plus complexe la société d’ordres, qui laisse émerger les trois espaces superposés et concurrents de la cour d’Espagne : la nébuleuse palatine, l’univers du conseil et de la cour, la république madrilène. L’économie des signes judiciaires constitue le principal vecteur des identités politiques de la monarchie catholique. Le Roi Catholique y trouve un intérêt certain en s’affirmant comme l’arbitre suprême et incontesté de ces échanges symboliques. Philippe III, puis surtout Philippe IV et Charles II organisent, au coup par coup, la concurrence de leurs doubles inférieurs, chargés de porter à la population madrilène leur parole sacrée, celle de la loi mais aussi celle de la grâce. Nous ne saurions mesurer le volontarisme politique de chacun des trois monarques dans ce mode de gouvernement et d’information, mais nous pouvons néanmoins constater que leur arbitrage s’inscrit dans les principes de la dynamique juridictionnelle. Les différentes modalités de distribution des signes judiciaires insistent, en effet, sur la dignité des corps judiciaires en fonction de leur proximité de la grâce royale, le sentiment de commune appartenance qui doit déterminer le libre consentement des vassaux madrilènes à obéir au Roi Catholique, et la conquête d’un territoire suffisamment diffus pour s’étendre au détriment des autres juridictions en fonction de la volonté du monarque.

22Les signes du paraître judiciaire sont donc dépendants de la force symbolique de la monarchie catholique. Ils en subissent donc tous les aléas. La crise financière du régime, l’épuisement des Habsbourg dans la Guerre de Trente ans et dans la guerre contre la France, la fin progressive de leur hégémonie européenne sous le règne de Charles II, sont autant d’évolutions qui altèrent la force symbolique des signes judiciaires. La population madrilène ne juge plus seulement la faiblesse des tribunaux les uns par rapport aux autres en fonction des signes de confiance que le roi laisse indirectement percevoir. Elle perçoit, selon les élites politiques, un discrédit général de l’institution judiciaire, fragilisant un peu plus le système d’échanges symboliques entre les justiciables et les magistrats. Les résistances se font plus violentes. L’aristocratie espère obtenir l’autonomie seigneuriale de ses maisons au sein même de la cour. Les ambassades rêvent d’extraterritorialité. Enfin, la fraude fiscale des militaires, des ecclésiastiques et des diplomates remet en cause le financement des tribunaux et de leurs prisons. Elle devient d’autant plus insupportable que les mauvaises récoltes de 1697 et 1698 mettent en péril l’approvisionnement de la capitale et provoquent une hausse du prix du pain.

23Le conseil de Castille, qui est le principal acteur de l’exercice de la police madrilène au XVIIe siècle et qui a rencontré des résultats certains dans la territorialisation judiciaire du tissu urbain, est lui aussi atteint dans son prestige. Le 28 avril 1699, la foule des artisans, des maçons, des journaliers commence par réclamer du pain au corregidor de Madrid sur la Piazza Major avant de l’obliger à fuir avec ses alguazils. Elle force ensuite l’entrée de l’Alcazar pour exiger de Charles II la subsistance et la démission du corregidor. Toujours plus nombreuse, elle s’attaque ensuite à la maison du comte d’Oropesa, président du conseil de Castille depuis 1680 et nouveau favori du roi, qui doit s’enfuir. La révolte des « chats » conduit à la disgrâce du président de Castille et montre la fragilité du pouvoir des signes judiciaires. Si le conseil de Castille réussit à dominer, peu à peu, le processus de production des signes judiciaires au prix de pénibles conflits de juridiction, il ne réussit pas à convaincre. La magie des énoncés judiciaires ne fonctionne pas devant les Madrilènes en colère. Charles II reste seul face à sa bonne ville de Madrid, et c’est la magie de ses paroles, qui permet de rétablir l’ordre public. C’est lui, et lui seul, qui affronte la foule et réussit avec quelques promesses à la disperser.

Carte : Les pouvoirs royaux et la loi dans la ville de Madrid (1606-1663)

d’après de plan de 1635. Conception : Caporossi. Réalisation : Brunello, http://www.univ-lr.fr/​ctig

Top of page

Notes

1 L’étiquette est « l’ensemble des règles qui, dans la société monarchique, assurait, grâce au déploiement d’une liturgie sociale, la grandeur du prince et la place de chacun », Yves Bottineau, « Aspects de la cour d’Espagne au XVIIe siècle : l’étiquette de la chambre du roi », Bulletin hispanique, t. LXXIV, 1972, n° 1-2, p. 138.
2 Julius Chroscicki, « L’espace cérémoniel », dans Allan Ellenius (dir.), Iconographie, propagande et légitimation, Paris, PUF, 2001, p. 215.
3 Roger Chartier, « Construction de l’État moderne et formes culturelles : perspectives et questions », dans École française de Rome & CNRS (éds), Culture et idéologie dans la genèse de l’État moderne, Rome, École Française de Rome, 1985, p. 499.
4 Outre les actions de grâce, le roi catholique utilise aussi ce parcours lors des entrées royales comme pour la réception de la nouvelle reine en 1681. Teresa Zapata, La entrada en la Corte de María Luisa de Orleans. Arte y Fiesta en el Madrid de Carlos II, Madrid, Fusion SL, 2000.
5 Relación de la famosa mascara que hizieron los Alguaziles de la Casa y Corte de su Magestad, al nacimiento del Principe de España nuestro Señor, Baltasar Carlos Domingo, Archivo Histórico Nacional (AHN), Consejos, libro 1214, f. 418-421.
6 Diego de Soto y Aguilar, Historia de Felipe Quarto, 1668, Biblioteca Nacional Española (BNE), ms. 2048, f. 577.
7 Juan Gómez de Mora, Auto de la Fe celebrado en Madrid este año de MDCXXXII, Madrid, Francisco Martinez, 1632, f. 9.
8 Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 56. Araceli Guillaume-Alonso, « Justice et métaphores corporelles dans les traités de pratique judiciaire », dans Augustin Redondo, Le corps comme métaphore dans l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1992, p. 107-114.
9 Jaime Contreras, « Fiesta y auto de fe : un espacio sagrado y profano », dans Maria Cruz García de Enterría, Henry Ettinghausen, Victor Infantes, Augustin Redondo (ed.), Las relaciones de sucesos en España (1500-1750). Actas del primer coloquio internacional (1995), Alcala de Henares, Publications de la Sorbonne-Universidad de Alcala, 1996, p. 79-90.
10 Juan de Quiñones, Memorial de los servicios, Madrid, 1643, p. 67.
11 Maria Paz Alonso et Antonio Manuel Hespanha, « Les peines dans les pays ibériques (XVIIe-XIXe siècles) », dans La Peine, Troisième partie, Europe depuis le XVIIIe siècle, éd. Par la Société Jean Bodin pour l'histoire comparative des institutions, Bruxelles, De Boeck University, 1989, vol. III, p. 195-225.
12 « Azotaron por las calles acostumbradas a un lacayo del Nuncio, frances de Nacion, por cierta resistencia, y violencia que usó contra la Justicia, quitandole un Preso, y quedando mal herido un Alguacil de Corte en la Brixa : ejecutaronse los Azotes, no obstante que huviesen prometido al Nuncio, que no afrentarian à este su criado, por lo qual está mui sentido, y aúnque llamado, no ha querido hir á la capilla Real », BNE, ms. 18447, f. 95.
13 Juan de Quiñones, Tratado de falsedades, Madrid, Francisco Martínez, 1642, p. 209 et ss.
14 « La prision que hize de Miguel de Molina, aquel enredador tan grande ; que pudo con sus enredos, dolos, y engaños ocasionar grandes inquietudes, y enemistades entre Principes », Juan de Quiñones, Memorial de los servicios, Madrid, 1643, p. 69.
15 AHN, Consejos, libro 1214, f. 162-163.
16 AHN, Consejos, libro 1214, f. 99-104.
17 AHN, Consejos, libro 1223, f. 217 et 256.
18 AHN, Consejos, legajo 7164, a 1654/19.
19 AHN, Consejos, legajo 7163, a 1653/25.
20 Michèle Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1989.
21 AHN, Consejos, legajo 7149.
22 AHN, Consejos, libro 1173, f. 27.
23 AHN, Consejos, legajo 7107/134.
24 AHN, Consejos, legajo 7107/118.
25 AHN, Consejos, legajo 7107/116.
26 AHN, Consejos, libro 1233, f. 78.
27 AHN, Consejos, libro 2837.
Top of page

References

Electronic reference

Olivier Caporossi, « L’économie des signes judiciaires dans l’espace urbain madrilène du XVIIe siècle », Apparence(s) [Online], 1 | 2007, Online since 24 May 2007, Connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/apparences/92

Top of page

Author

Olivier Caporossi

Université de Pau et des Pays de l’Adour. olivier.caporossi@wanadoo.fr. Olivier Caporossi, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, est l’auteur d’une thèse intitulée Les justices royales et la criminalité madrilène sous le règne de Philippe IV (1621-1665). Unité et multiplicité de la juridiction royale à la cour d’Espagne soutenue à l’université de Toulouse Le Mirail en décembre 2002. Ses recherches portent sur le fait judiciaire dans les sociétés hispaniques de l’époque moderne et plus particulièrement sur la police, le conflit de juridiction et le faux monnayage des XVIIe et XVIIIe siècles.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page