Navigation – Plan du site

Présentation

L’archéologie au sein des sciences humaines

Prolongeant une interrogation séculaire de l’homme sur ses origines, l’archéologie s’est progressivement constituée en science à partir du XVIIIe siècle. Fournissant des données du Paléolithique à l’époque moderne, elle est aujourd’hui, de toutes les sciences, celle qui offre la plus grande profondeur de temps pour l’analyse des trajectoires des sociétés humaines.

Utilisant des méthodes de plus en plus complexes sur le terrain comme en laboratoire, elle apporte des informations neuves pour reconstituer les organisations sociales, les techniques, les modes de vie, la gestion de l’espace, l’environnement, le paysage, le climat…

Établissement public de recherche, l’Institut national de recherches archéologiques préventives est la plus importante structure de recherche archéologique française et l’une des toutes premières en Europe. Il contribue de façon déterminante au développement de la connaissance archéologique sur l’ensemble du territoire national. À l’international, l’Inrap apporte son expertise en matière d’archéologie préventive et participe à une quarantaine de projets de recherche dans une vingtaine de pays.

Le projet

Dans le cadre de ses missions d’exploitation des résultats de la recherche et de diffusion de la connaissance, l’Inrap a positionné sa revue Archéopages. Archéologie & société parmi les revues scientifiques à comité de lecture.

La démarche des chercheurs de l’institut est de se baser sur l’archéologie pour repenser les façons que les hommes ont de vivre ensemble dans leur environnement. C’est pourquoi la revue s’adresse, au-delà de la communauté archéologique, aux chercheurs qui concourent à la compréhension des sociétés humaines.

Cette volonté d’échange et d’ouverture se manifeste aussi dans l’appartenance des auteurs et des relecteurs aux diverses institutions de l’archéologie.

La ligne éditoriale

La revue met en avant la place de l’archéologie dans l’accroissement des connaissances en sciences humaines et le bénéfice de la complémentarité des approches. Elle se positionne en complément du panel des revues archéologiques existantes, spécialisées par période, par région ou par discipline.

En lien avec la politique de recherche scientifique en archéologie et avec l’innovation permanente des méthodes et moyens d’analyse des données, la revue présente les avancées de l’archéologie, en tant que science et en tant que profession.

Archéopages. Archéologie & société s’organise donc en quatre rubriques :

  • Dossier : thématique et diachronique, le dossier rassemble des articles de diverses spécialités. Il occupe plus de la moitié du volume et se clôt par un débat entre spécialistes de diverses disciplines qui ouvre le champ des recherches.

  • Le thème du dossier est en rapport avec une problématique de sciences sociales

  • Pratiques : cette rubrique est un lieu de réflexion et d’échanges sur les modes opératoires en archéologie et les moyens de les faire avancer.

  • Actualité : présentation de sites ou de mobiliers récemment étudiés

  • Travaux de recherche : présentation de thèses et de projets de recherche

Le choix et l’Évaluation des articles

Deux comités participent à l’élaboration des numéros : le comité de rédaction et le comité de lecture.
https://www.archeopages.revues.org/190

Le comité de rédaction fixe les domaines dans lesquels sont à trouver les thèmes des dossiers, définit les attendus pour les appels à publication et liste des auteurs potentiels à contacter dans les diverses institutions. Les articles sont commandés aux auteurs par la rédactrice en chef.

La validation de chaque article est faite par un ou plusieurs pairs, chercheurs spécialisés dans la période et les spécificités du site, d’un autre laboratoire de recherche que l’auteur. Les membres du comité de lecture sont ainsi soit relecteurs soit référents pour le choix de relecteurs occasionnels. Il est demandé aux relecteurs de donner leurs avis sur :

  • l’intérêt et la clarté de la présentation des données archéologiques

  • la mise en avant d’éléments nouveaux

  • la pertinence du choix des illustrations

  • la pertinence de la bibliographie

et de statuer sur la parution : en l’état ; sous réserve de modifications ; non publiable.

Si l’article est publiable sous condition, les auteurs doivent remanier leur texte dans le sens demandé. 

Après validation, les auteurs sont contactés par le secrétariat d’édition qui traite de tout ce qui relève de la syntaxe, de l’orthographe, de la grammaire et des règles typologiques et rétablit, si besoin, les normes éditoriales de la revue.
https://lodel.revues.org/10/archeopages/243

  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • OpenEdition Journals