Navigation – Plan du site
Actualité

Un programme original de colombier

Victorine Mataouchek
p. 106-107

Entrées d’index

Index chronologique :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

Site
Vesvre, hameau de la Tour
Neuvy-Deux-Clochers
Cher

Date
16 avril 2014

Surface et hauteur diagnostiquée 
56 m2, 6 m de haut

1Le site castral de Vesvre comporte une motte, une vaste basse-cour médiévale, un terre-plein portant tour et logis et une basse-cour moderne [ill. 1]. Cette dernière, ultérieurement transformée en ferme, contient notamment grange, bergerie et colombier. Il s’agit d’un colombier de plan circulaire, attribué à la fin du xve siècle et comportant près de 1 000 boulins aménagés dès le rez- de-chaussée. Le diagnostic réalisé sur les élévations du colombier a révélé que cet édifice participait dès l’origine à la défense de la basse-cour fortifiée, aménagée au-devant de la tour et du logis de Vesvre (Mataouchek, 2014).

1. Le colombier moderne de Vesvre s’inscrit dans une basse-cour associée à une tour et un logis, en marge d’un ensemble castral fondé à la fin du ixe siècle.

1. Le colombier moderne de Vesvre s’inscrit dans une basse-cour associée à une tour et un logis, en marge d’un ensemble castral fondé à la fin du ixe siècle.

DAO A. Prévot, Inrap

2Le colombier, construit en même temps que la courtine, est implanté sur le tracé de l’enceinte moderne, à un point où cette dernière oblique subitement [ill. 2]. Le flanquement de la courtine est assuré par trois bouches à feu couvrant, au rez-de-chaussée du colombier, les angles d’approche. L’analyse des maçonneries a démontré que ces ouvertures, comme les boulins, dataient bien de la conception de l’édifice. Les embrasures des bouches à feu sont intégrées dans le maillage en quinconce des boulins [ill. 3 a et b]. Il s’agit donc d’une construction bénéficiant d’un programme mixte, associant défense et élevage de pigeons.

2. Restitution de l’emprise initiale de la basse-cour fortifiée. Situé à l’emplacement où l’enceinte de la basse-cour oblique, le colombier, percé de trois bouches à feu, assure le flanquement de la courtine.

2. Restitution de l’emprise initiale de la basse-cour fortifiée. Situé à l’emplacement où l’enceinte de la basse-cour oblique, le colombier, percé de trois bouches à feu, assure le flanquement de la courtine.

Topographie : Da. Josset ; DAO A. Prévot, Inrap

3. L’ouverture des bouches à feu est insérée, à l’intérieur du colombier, dans le réseau des boulins. 3a. Vue de détail d’une bouche à feu, de l’extérieur.

3. L’ouverture des bouches à feu est insérée, à l’intérieur du colombier, dans le réseau des boulins. 3a. Vue de détail d’une bouche à feu, de l’extérieur.

V. Mataouchek, Inrap

3b. Vue de détail d’une bouche à feu, de l’intérieur.

3b. Vue de détail d’une bouche à feu, de l’intérieur.

V. Mataouchek, Inrap

3Si la construction de colombier est assez prisée dès le retour des croisades, c’est véritablement lors des xve, xvie et xviie siècles que l’on constate un fort engouement pour ce type d’édifice. L’élevage des pigeons répond à trois objectifs. Le caractère symbolique de ces constructions est le plus connu ; en général, ne peut construire un colombier qu’un seigneur ayant droit de justice et suffisamment de terres en propre ou en censive pour les nourrir. Il est d’ailleurs d’usage d’apprécier la taille du domaine au nombre de boulins, suivant un mode de calcul très variable et dicté par les coutumes locales. Le deuxième objectif est celui de l’autosuffisance alimentaire. La possession d’un élevage de pigeons garantit un approvisionnement d’œufs et de viande fraîche toute l’année, à moindre coût. La consommation de viande de pigeon ou pigeonneau est d’ailleurs très recherchée. En 1271, on consomme chaque jour 400 pigeons à la maison du Roi et 300 à la maison de la Reine (Pernot, Doireau, 2008, p. 166). Enfin, le recueil de fiente, aussi appelée colombine, engrais particulièrement prisé pour la vigne, le chanvre textile et la fumure de jardin, est une source de revenu très appréciable.

4Si l’intégration d’un colombier dans une enceinte a déjà été constatée, cette situation reste marginale. À titre d’exemple, sur les 407 colombiers et pigeonniers répertoriés dans le département de la Côte-d’Or, seuls 7 % correspondent aussi à des organes de défense (Vandevenne, 2007). Sur l’ensemble des études consultées sur ce sujet, aucun édifice ne présente toutefois les mêmes caractéristiques que celui de Vesvre. En effet, dans chacun des cas rencontrés, le programme est certes mixte, mais les fonctions se répartissent sur des niveaux différents : le rez-de-chaussée est ainsi réservé à la défense, tandis que les boulins sont aménagés à l’étage. À Vesvre, les deux fonctions se partagent au contraire un seul et même espace.

5Cette mixité pose question. Comment concilier exigence de défense et précaution d’usage pour l’élevage ? Il est probable que les embrasures des bouches à feu étaient bouchées de l’intérieur pour éviter qu’un prédateur ne puisse rentrer à l’intérieur. De même, on peut penser que le raclage régulier de la colombine devait permettre que le lieu soit relativement sain pour qu’un homme de garde puisse être posté. Toutefois, on imagine mal comment garantir la fidélité des pigeons sur le site et la viabilité de leurs nichées en maintenant sur place une présence humaine. Il est alors probable que ces bouches à feu aient eu un rôle surtout symbolique, visant à montrer que le propriétaire des lieux avait non seulement droit de justice mais aussi la capacité de se défendre. Un symbole dans un symbole donc ?

Haut de page

Bibliographie

Mataouchek V., 2014, Rapport de diagnostic archéologique, Neuvy-Deux-Clochers, Cher, « La Tour » : Colombier de Vesvre, rapport d’opération, Inrap-SRA Centre, à paraître.

Pernot M., Doireau P., 2008, Les pigeonniers de Touraine, Chauvigny, Association des publications chauvinoises (Mémoire – Société archéologiques de Chauvigny, XXXII), 203 p.

Vandevenne R., 2007, En Bourgogne, découvrir les colombiers et pigeonniers de la Côte-d’Or, Vievy, éditions de l’Escargot Savant, 432 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Le colombier moderne de Vesvre s’inscrit dans une basse-cour associée à une tour et un logis, en marge d’un ensemble castral fondé à la fin du ixe siècle.
Crédits DAO A. Prévot, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/575/img-1.png
Fichier image/png, 136k
Titre 2. Restitution de l’emprise initiale de la basse-cour fortifiée. Situé à l’emplacement où l’enceinte de la basse-cour oblique, le colombier, percé de trois bouches à feu, assure le flanquement de la courtine.
Crédits Topographie : Da. Josset ; DAO A. Prévot, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/575/img-2.png
Fichier image/png, 45k
Titre 3. L’ouverture des bouches à feu est insérée, à l’intérieur du colombier, dans le réseau des boulins. 3a. Vue de détail d’une bouche à feu, de l’extérieur.
Crédits V. Mataouchek, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/575/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre 3b. Vue de détail d’une bouche à feu, de l’intérieur.
Crédits V. Mataouchek, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/575/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 453k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Victorine Mataouchek, « Un programme original de colombier », Archéopages, 39 | 2014, 106-107.

Référence électronique

Victorine Mataouchek, « Un programme original de colombier », Archéopages [En ligne], 39 | octobre 2013-janvier 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 21 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/575 ; DOI : 10.4000/archeopages.575

Haut de page

Auteur

Victorine Mataouchek

Inrap, responsable d’opération, UMR 7324 CITERES

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • OpenEdition Journals