Navigation – Plan du site

Taxons rares en xylologie : problèmes d’identification et d’interprétation

Rare taxa identified by xylology: considering some identification and interpretation matters
Blandine Lecomte-Schmitt
p. 87-95

Résumés

Ces dernières années en Île-de-France, les nombreuses fouilles archéologiques préventives menées par l’INRAP ont favorisé la découverte et l’étude de vestiges organiques. Ainsi parmi la quarantaine de taxons « classiques » identifiés dans les effectifs des bois gorgés d’eau, certains végétaux ligneux sortent du lot – appelons-les « taxons rares ».

Il peut s’agir d’arbustes non présents à l’état naturel au Nord de la Loire, comme le laurier rose (Nerium oleander) ou non encore identifiés, par exemple Plus surprenante est l’identification de végétaux a priori non ligneux : ainsi le plantain (Plantago sp.) ou le chou (Brassica oleracea).

Ces espèces, rares parmi les bois archéologiques, sont par ailleurs fréquemment représentées dans les assemblages carpologiques et palynologiques. Les rencontres d’archéobotaniques ont permis un échange fructueux entre les différents acteurs de la recherche végétale. Elles ont ouvert les portes des questions d’identification et d’interprétation de ces données rares et isolées. Quelle est la fréquence réelle de ces essences ? Qu’en est-il chez les autres disciplines paléobotaniques ? Comment interprètent-elles ces occurrences ?

Haut de page

Texte intégral

1Ces dernières années, en Île-de-France, les nombreuses fouilles archéologiques préventives menées par l’Inrap ont favorisé la découverte et l’étude de vestiges organiques. Ainsi, parmi la quarantaine de taxons « classiques » identifiés dans les effectifs des bois gorgés d’eau (chêne, hêtre, noisetier, saule, aulne, cornouiller, orme, frêne, sureau, etc.), certains végétaux ligneux sortent du lot : appelons-les « taxons rares ». Il peut s’agir d’arbustes non présents à l’état naturel au Nord de la Loire mais bien connu des régions méditerranéennes, comme le laurier rose (Nerium oleander), ou non encore identifiés, par exemple l’Androsème officinale (Hypericumandrosaemum). Plus surprenante est l’identification de végétaux a priori non ligneux : ainsi le plantain (Plantago sp.) ou le chou (Brassica oleracea). Ces espèces, rares parmi les bois archéologiques, sont par ailleurs fréquentes dans les assemblages carpologiques et palynologiques.

2Les rencontres archéobotaniques, d’ordinaire plus axées sur les graines et pollens, ont accueilli favorablement ce nouveau type de vestige botanique qu’est le bois. Les journées d’étude organisées à Carcassonne en 2008 ont ainsi favorisé l’échange sur l’identification des essences1 et les questions de méthodologie et d’interprétation des données.

3L’arbre produit du bois, mais aussi des graines et des pollens. L’analyse de ces vestiges diffère cependant sensiblement. Dans un premier point seront présentés les méthodes et critères d’identification des bois, détaillés essence par essence. Une seconde partie fera le point sur l’interprétation de ces données, en se référant notamment aux contextes de découverte, et tentera de valider l’interprétation de ces données face aux autres résultats paléoenvironnementaux obtenus sur les sites.

4La rareté de ces essences dans les listes taxonomiques xylologiques amène à adapter les procédures d’identification et à se pencher sur l’interprétation de ces données rares et isolées. Quelle est leur fréquence réelle ? Qu’en est-il dans les autres disciplines paléobotaniques ? Comment ces occurrences y sont-elles interprétées ?

1. Du bois qui porte les graines : principes et déterminations xylologiques

Angiospermes (feuillus) et gymnospermes (conifères) : caractères macro- et micro- scopiques

5La coupe transversale d’une tige (fig. 1) révèle, du cœur vers l’extérieur la moelle, le bois de cœur ou duramen, le bois vivant ou aubier, le cambium (couche de cellule produisant le bois d’un côté et liber de l’autre), et enfin l’écorce, elle-même formée de plusieurs couches de cellules différenciées.

Figure 1 : Caractères macroscopiques et plans de coupe sur section de tige de lilas.
Figure 1: Macroscopic characteristics and sections on a fragment of lilac stalk.

Figure 1 : Caractères macroscopiques et plans           de coupe sur section de tige de lilas.Figure           1: Macroscopic characteristics and sections on a fragment of lilac           stalk.

Cliché B. Lecomte-Schmitt, Inrap.

6Le bois de feuillu (fig. 2) est essentiellement composé de vaisseaux (pour la conduction de la sève), de fibres trachéïdes ou libriformes (pour le soutien de la tige) et de parenchyme horizontal (ou rayon) et/ou vertical (tissu de réserve).

Figure 2 : Histologie du bois de feuillu.
Figure 2: Broad-leaved tree wood histology.

Figure 2 : Histologie du bois de           feuillu.Figure 2: Broad-leaved tree wood           histology.

Schéma d’après Schweingruber 1978.

7Chez les conifères, l’absence de vaisseaux est compensée par la double fonction de conduction et de soutien des fibres trachéïdes. Les quatre taxons ici présentés appartiennent tous à l’embranchement des angiospermes.

8La procédure de détermination des bois archéologiques nécessite la coupe manuelle à la lame de rasoir d’un fin prélèvement sur le fragment de bois orienté. Ce prélèvement, déposé dans une goutte d’eau entre lame et lamelle, est ensuite observé au microscope en lumière diascopique à grossissement de X40 à X600. L’observation microscopique des trois plans de coupe permet de parvenir à la détermination des essences : le plan transversal – sur lequel on note la taille des pores ou vaisseaux, leur disposition, la nature des rayons ligneux, la présence ou non de parenchyme vertical – le plan longitudinal tangentiel, tangent aux cernes annuels de croissance – où l’on peut notamment voir la hauteur et la largeur des rayons en nombre de cellules et la nature des fibres – enfin le plan longitudinal radial – où les champs de croisement radio-vasculaires sont déterminants pour les conifères, et sur lequel on peut observer la nature des rayons (homogènes/hétérogènes) ainsi que les ornementations des vaisseaux des feuillus (épaississements spiralés, perforations simples et/ou scalariformes).

9L’organisation des éléments constitutifs du bois, leur disposition, leur densité, leur taille, leur nature, se révèle en fonction des différents plans de coupe observés. Propre à chaque taxon, elle conduit à une identification soit à l’échelle de la (sous-) famille (ex. Rosacées Pomoïdées – pommier, poirier, néflier), soit à celle genre (ex. Salix sp. – les saules), et souvent aussi, en composant parfois avec les caractères écologiques et les assemblages taxonomiques, à l’échelle de l’espèce (Fraxinus excelsior – le frêne, Fagus sylvatica – le hêtre, Alnus glutinosa – l’aulne glutineux, Acer campestre – l’érable champêtre).

10Les critères tels que présence/absence, taille, disposition des éléments constitutifs du bois (vaisseaux, rayons, parenchyme, perforations, ponctuations), sont propres à chaque espèce ils participent de la grande variabilité inter-espèce, mais aussi intra-espèce, voire chez le même individu (bois de tronc/bois de branche).

11Les différentes coupes sont comparées à des atlas de référence, principalement aux atlas de Schweingruber (Schweingruber 1978, 1990), dont une version couleur est désormais disponible sur le réseau internet [www. woodanatomy.ch].

12La liste taxonomique obtenue permet d’approcher, par les associations phytosociologiques, l’environnement boisé d’un site. Pour cela nous utilisons les mêmes ouvrages que les autres disciplines archéobotaniques au premier rang desquels le Guide des groupements végétaux de Bournérias (Bournérias 1979) et la Flore Forestière Française de Rameau et al. (Rameau et al. 1989).

Reconnaissance anatomique des taxons ligneux rares

Le chou (Brassica oleracea)

13En coupe transversale, on observe une disposition de pores d’assez petite taille en files radiales plus ou moins longues. Il n’y a pas de limite de cerne annuel de croissance. Les rayons sont larges et dessinent des bandes bien visibles, y compris à l’œil nu.

14La coupe tangentielle permet l’observation de rayons trois à six sériés (3 à 6 cellules de larges), souvent hauts de plus de 1 mm, à cellules bordantes. Les cellules de parenchyme forment des lignes plus larges et plus claires se singularisant du tissu fibreux.

15Enfin la coupe radiale montre des rayons très hétérocellulaires et faiblement lignifiés, à nombreuses cellules carrées et dressées.

16L’observation de ces caractères microscopiques permet d’attribuer au chou (Brassica oleracea) les fragments de tiges provenant des sites de Lieusaint (77) et Étampes (91). Cette identification a pu être validée par comparaison non seulement aux coupes de l’atlas de Schweingruber, mais aussi à celles obtenues par K. Maamès2 (Maamès 2009) sur le site de Chateaubleau et par le Dr De Franceschi3 sur des tiges de chou potager provenant du Museum National d’Histoire Naturelle.

L’androsème officinale ou millepertuis androsème (Hypericum androsaemum)

17Étant donné le caractère particulier et inédit des fragments ligneux concernés, la description des coupes a été réalisée au moment de l’étude des éléments en bois du site de Varennes-sur-Seine « La Ferme du Colombier ». Les coupes présentées sont celles d’un millepertuis actuel, le dispositif de prise de vue au microscope n’existant pas encore au moment de l’étude. Cependant les caractères microscopiques observés sont très proches.

18En coupe transversale, les pores d’assez petite taille sont régulièrement distribués, le plus souvent isolés ou en courtes files radiales, comme le montre l’atlas de Schweingruber. Il n’y a pas de limite de cerne annuel de croissance.

19Sur la coupe tangentielle les rayons, principalement unisériés (jusqu’à deux cellules de large), se détachent peu du tissu fibreux. Les rayons unisériés sont formés de cellules allongées.

20L’hétérocellularité des rayons est révélée en coupe radiale, les rayons étant formés de cellules carrées et dressées. Les perforations de vaisseau sont simples. Pour l’espèce qui nous intéresse, H. androsaemum, on observe également des épaississements spiralés dans les vaisseaux.

  • 1 Les difficultés de conservation des bois gorgés d’eau, les volumes concernés, (...)

21Dans un futur proche, des tiges de millepertuis androsème de différent diamètre devraient être récoltées afin d’obtenir des coupes de référence valides et d’appuyer nos identifications. Malheureusement pour Varennes, nous ne disposons plus des échantillons pour confrontation et validation des résultats1.

Le laurier rose (Nerium oleander)

22La coupe transversale proposée (fig. 3) a été photographiée à l’appareil photo numérique directement à travers l’un des oculaires du microscope, avant l’acquisition de la caméra numérique : l’absence d’échelle en est le principal défaut. La médiocre qualité des plans de coupe tangentiel et radial rendait les autres clichés inexploitables.

Figure 3 : Coupe transversale de Nerium oleander.
Figure 3: Transversal section of Nerium oleander.

Figure 3 : Coupe transversale de Nerium oleander.Figure             3: Transversal section of Nerium oleander.

Cliché B. Lecomte-Schmitt, Inrap.

23Sur le plan transversal on peut toutefois reconnaître la disposition éparse en files radiales de vaisseaux de diamètre variable, assez peu nombreux, attribuables au laurier rose (Nerium oleander). Il n’y a pas de limite de cerne et les rayons se distinguent à peine du tissu fibreux.

24La coupe tangentielle de l’atlas de Schweingruber montre des rayons un à deux sériés, parfois jusque trois cellules de large, et de dix à quinze cellules de haut. En coupe radiale les cellules des rayons sont hétérocellulaires, à nombreux rangs de cellules dressées. Les fibres sont intermédiaires entre les trachéides et les libriformes.

25Le laurier rose, notamment sur les sites gallo-romains, devrait faire l’objet d’une vigilance particulière lors des fouilles futures, afin de mieux mettre en évidence ce taxon, à ce jour inédit parmi les restes ligneux archéologiques.

Le plantain (Plantago sp.)

26Les fragments ligneux identifiés comme tels présentaient effectivement un plan ligneux convergent vers cette espèce : les études concernées, antérieures à l’acquisition du matériel de prise de vue au microscope, n’ont pas permis de photographier les coupes histologiques. À notre connaissance, le plantain n’a cependant jamais été identifié autrement que par les pollens ou les graines. Et s’il apparaît dans les listes des taxons identifiés en carpologie sous sa forme grand plantain (Plantago major) pour Varennes-sur-Seine « Le Marais du Colombier », et plantain lancéolé (Plantago lanceolata), plantes herbacées vivaces a priori non lignifiée (V. Zech-Matterne in Séguier et al., 2008a, 2008b), aucune certitude n’est possible concernant l’attribution au genre Plantago des petits fragments ligneux de tiges provenant de ces sites.

27Malheureusement aucune photo n’a pu être prise au moment de l’étude. La description détaillée des coupes, sans remplacer les clichés manquants, pallie néanmoins partiellement à cette absence.

28La coupe transversale laisse apparaître un bois à pores petits et diffus, en courtes files radiales. Les limites de cerne sont peu visibles, marquées par une bande de cellules fibreuses peu lignifiées. Les rayons sont absents ou noyés dans le tissu fibreux : ils ne sont visibles ni sur la coupe tangentielle, ni sur la coupe radiale.

29Sur cette dernière, on peut observer la nature mixte des fibres (libriformes et trachéïdes) et la tendance à l’étagement des cellules de vaisseau et de fibre.

30L’acquisition de tiges ligneuses de plantain, du fait de leur rareté, pose problème. Seule la multiplication des suspicions de présence et les études futures pourront peut-être lever l’interrogation qui pèse sur sont identification.

2. Les taxons rares dans leur contexte archéologique

31Les identifications ont été menées sur des fragments de tiges ligneuses provenant de contextes archéologiques franciliens (fig. 4). Seule Étampes, où du chou et du plantain ont été identifiés, se trouve à l’ouest de Paris, en Essonne. Les autres sites, Mareuil-lès-Meaux, Lieusaint et Varennes-sur-Seine, sont en Seine-et-Marne.

Figure 4 : Localisation des sites de découverte sur fond communal francilien.
Figure 4: The archaeological sites of discovery on a regional map of Ile-de-France.

Figure 4 : Localisation des sites de découverte         sur fond communal francilien.Figure 4: The         archaeological sites of discovery on a regional map of         Ile-de-France.

Inrap

Le chou (Brassica oleracea)

32Des fragments de tiges de chou ont pu être identifiés à Étampes « rue du Rempart » (Lecomte-Schmitt 2007) en 2006 (fouille X. Peixoto) ainsi que sur le site gallo-romain de Lieusaint « ZAC de la Pyramide » lots E2-D4 (Lecomte-Schmitt 2009).

33Sur le site gallo-romain de Lieusaint ZAC Pyramide – lot E2D4 (77), quelques fragments de tige de chou ont été prélevés parmi les rejets d’un artisanat de la vannerie, dans les premières couches de comblement d’un puits (fig. 5). Ces couches de rejet sont datées par la présence sous jacente d’une céramique des iv-ve s. apr. J.-C.

Figure 5 : Eléments torsadés et branchages, couche de comblement du puits (st. 1116), Lieusaint Zac Pyramide lots E2D4 (77).
Figure 5: Twisted elements and twigs, basement layer of the well (st. 1116), Lieusaint Zac Pyramide lots E2D4 (77).

Figure 5 : Eléments torsadés et branchages,           couche de comblement du puits (st. 1116), Lieusaint Zac Pyramide           lots E2D4 (77).Figure 5: Twisted elements and           twigs, basement layer of the well (st. 1116), Lieusaint Zac Pyramide           lots E2D4 (77).

Cliché F. Métais, Inrap.

  • 2 Etude carpologique de M.-F. Sellami, Inrap GSO, UMR 5059.

34Sur le site moderne d’Étampes (fig. 6), au cœur d’une parcelle urbaine comptant maisons et cours ou jardins, les restes de chou proviennent de latrines du xiie siècle. Les couches de rejet montrent par ailleurs une grande consommation de divers types de prunes et prunelles, de raisin, et de fruits à pépins variés (pommes et poires mais aussi figues, fraises, framboises, baies de sureau noir)2. La présence de branchages coupés de pomoïdées ou de prunoïdées et de vigne suggère par ailleurs la taille de récolte et d’entretien d’arbustes à fruits dans le cadre de jardins ou de haies. Signalons aussi, parmi les restes carpologiques, la présence de la moutarde noire (Brassica nigra), plante de la même famille que le chou mais ne pouvant lui être confondue.

Figure 6 : Fragments de tiges de chou découverts dans des latrines du xiie s. à Étampes (91).
Figure 6: Fragments of cabbage stalks discovered in latrines of 12th c. in Étampes (91).

Figure 6 : Fragments de tiges de chou           découverts dans des latrines du xiie s. à Étampes (91).Figure 6:           Fragments of cabbage stalks discovered in latrines of 12th c. in           Étampes (91).

Cliché B. Lecomte-Schmitt, Inrap.

35Enfin, on peut citer l’identification récente de Brassica par K. Maamès dans le cadre de sa thèse sur le site gallo-romain de Châteaubleau (77), en contexte de puits urbains.

36Il existe de nombreuses sous-espèces de chou parmi lesquelles on peut reconnaître le chou vert, le chou-fleur, le brocoli, le chou de Bruxelles, le chou potager, les choux ornementaux.

  • 3 Qu’il soit ici remercié de nous avoir fourni ces clichés de comparaison.

37La tige du chou n’est traditionnellement pas ligneuse. Toutefois le chou sauvage ou potager peut avoir une tige lignifiée, fait confirmé par le Dr De Franceschi, paléobotaniste au MNHN, qui a lui-même préparé et photographié des coupes histologiques de chou provenant des jardins du Museum National d’Histoire Naturelle3.

  • 4 Etude palynologique de M. Boulen, Inrap.
  • 5 Etude carpologique de M. Derreumaux, C.R.A.V.O.

38Une forte proportion de pollens de Brassicacées4 a été mise en évidence dans les U.S. terminales de la mare de Lieusaint, qui seraient à mettre en relation stratigraphique avec les U.S. profondes du puits. L’analyse carpologique a quant à elle mis en évidence une présence significative de semences de Brassica nigra (moutarde noire)5 dans la mare. Ces graines ne peuvent être confondues avec celles du chou5, et les pollens de Brassicacées ne sont attribuables ni au chou ni à la moutarde. Les fragments de tiges (seule Brassica oleracea semblent pouvoir se lignifier à la base) ont quant à eux été découverts dans le puits. Ainsi sur ce site, la présence concomitante, et donc la consommation, du chou et de la moutarde, qu’il s’agisse de la récolte de plantes sauvages ou cultivées, est l’hypothèse retenue.

L’androsème officinale ou millepertuis androsème (Hypericum androsaemum)

39L’androsème officinale (Hypericumandrosaemum) a été mise en évidence en 2005 sur le site moderne de Varennes-sur-Seine « La Ferme du Colombier » (fouille S. Hurard-Lecomte-Schmitt 2006).

40La ferme fortifiée du Colombier, fief créé en 1506, était ceinte d’un large fossé quadrangulaire taluté dont les couches profondes sont restées très hydromorphes. Cette constance de la hauteur d’eau dans le fossé, ainsi que dans l’un des puits à l’intérieur même de l’enceinte de la ferme, couplée à des conditions anaérobie, ont permis la conservation de nombreux écofacts parmi lesquels des bois gorgés d’eau, naturels ou travaillés.

41Le millepertuis est le plus souvent considéré comme une plante herbacée annuelle ou vivace, mais il en existe plus quatre cents espèces réparties à travers le monde, dont des formes buissonnantes. L’androsème officinale ou millepertuis androsème (Hypericum androsaemum) se retrouve souvent associé à l’aulne en forêt riveraine : cette formation est encore aujourd’hui fréquente en Bassée, région de Varennes-sur-Seine où ce taxon a été reconnu.

42À l’époque de fonctionnement de la ferme, aux xvie-xviiie s., l’androsème officinale était considérée comme vulnéraire et entrait dans la thériaque6 et dans la plupart des grandes compositions de l'ancienne pharmacie. Le millepertuis androsème était aussi censé chasser l'Esprit des ténèbres et guérir les possédés au Moyen Âge. Le genre millepertuis (Hypericumsp.) a par ailleurs été identifié parmi les carporestes.

43Si sa présence au voisinage du site peut résulter de la volonté d’avoir à proximité une telle plante médicinale, elle peut tout aussi bien s’être fortuitement implantée sur les talus du fossé qui ceint le site, ou au bord d’une des nombreuses étendues d’eau de la région.

Le laurier rose (Nerium oleander), les lauriers (Laurus sp.)

44Le laurier rose, arbuste non présent à l’état naturel au Nord de la Loire mais bien connu des régions méditerranéennes, a été reconnu en 2004 sur le site gallo-romain de Mareuil-lès-Meaux « La grange du Mont » (fouille Ph. Bet - Lecomte-Schmitt 2008a).

45Cet arbuste fleuri, d’origine méditerranéenne, a été importé dans nos régions à l’époque antique par les romains qui l’affectionnaient dans leurs jardins (Grimal 1984, Etienne 1992, p. 57). Les fragments identifiés proviennent du puits d’une villa des environs de Meaux, pour laquelle la liste des taxons indiquait, entre autres, la présence possible d’un hortus : plantes sélectionnées pour leurs vertus fruitières (prunoïdées, pomoïdées, noisetier, noyer), curatives (frêne, buis, chêne, merisier, prunellier, saule, clématite, chèvrefeuille, tilleul, bouleau, charme, fusain, gui, noyer) ou décoratives (buis). Dans cet ensemble, le laurier rose aurait parfaitement sa place.

46Voici ce qu’en disait Pline l’Ancien dans ses Histoires Naturelles (livre XVI traitant des arbres sauvages, p. 530) :

« XXXIII (XX.) [1] Parmi ces derniers (les « arbres civilisés ») ne perdent pas les feuilles : l'olivier, le laurier, le palmier, le myrte, le cyprès, le pin, le lierre, le rhododendron (laurier-rose, Nerion oleander, L.) et la sabine (XXIV, 61), quoiqu'on en fasse une herbe. Le rhododendron, comme le nom l'indique, vient de la Grèce : les uns l'ont appelé nérion, d'autres rhododaphné, feuillage éternel, fleurs semblables à la rose, tige arborescente ; c'est un poison pour les bêtes de somme, les chèvres et les moutons. Le même est pour l'homme un remède contre le venin des serpents (XXI.). »

47À ma connaissance, il n’existe jusqu’à maintenant aucune mention du laurier rose (ou même d’autres lauriers) parmi les restes botaniques des sites archéologiques du nord de la France, et aucune occurrence n’a été enregistrée dans le cortège carpologique (V. Zech-Matterne in Bet et Delage 2008). Cependant, la somme des indices recueillis rend plausible cette identification.

Le plantain (Plantago sp.)

48La présence du plantain sous forme de petits fragments de tiges ligneuses a été soulevée en 2005 sur le site du « Marais du Colombier » à Varennes-sur-Seine (Lecomte-Schmitt 2008b) pour la période de La Tène ancienne (fouille J.-M. Séguier) ainsi qu’à Étampes « rue du Rempart » en 2006 (fouille X. Peixoto – Lecomte-Schmitt 2007) dans des structures du xiie siècle.

49Les fragments de Varennes ont été découverts parmi les restes carbonisés de litière ou de fourrage en partie incendié, dans les couches profondes d’un puits (st. 5003) au sein d’un établissement rural de la Tène ancienne. Cet établissement était vraisemblablement voué à l’élevage (principalement porc et mouton) et au stockage à court terme des céréales et autres denrées alimentaires (Séguier et al. 2008b).

50L’identification du plantain est encore sujette à caution. Les fragments reconnus comme tels présentent un plan ligneux convergent vers cette espèce. D’après l’atlas anatomique des bois européens, il pourrait s’agir du plantain toujours vert (Plantago sempervirens) dont la base de la tige peut se lignifier (Schweingruber 1990, p. 580-581). Cependant, du fait de la répartition géographique de cette plante des pelouses sèches, naturellement présente dans le sud et le sud-est de la France, aucune certitude quant à son identification ne peut être apportée. À notre connaissance, le plantain n’a jamais été identifié autrement que par les pollens ou les graines. Il apparaît d’ailleurs dans les listes des taxons identifiés en carpologie sous sa forme grand plantain (Plantago major), qui appartient à la végétation des lieux piétinés et abreuvoirs (V. Zech-Matterne cf. Séguier et al. 2008b p. 69), plante herbacée vivace, a priori non lignifiée. Le plantain est en effet considéré comme une herbacée, et les échantillons identifiés comme tels sont de très jeunes tiges de moins de 0,3 cm de diamètre.

  • 6 Travaux de thèse en cours de K. Maamès.

51Nous ne pouvons donc conclure avec certitude à l’identification de plantain sur les sites de Varennes ou d’Étampes malgré la forte similitude des plans ligneux observés avec ceux présentés par Schweingruber. Faut-il y voir une autre variété de plantain ? Ou bien une autre plante aux caractères anatomiques très proches du plantain ? Ces observations sont bien entendu à valider par de futures découvertes et des comparaisons avec l’actuel. La rareté de ces trouvailles n’œuvre pas en faveur de cette identification, cependant parmi certains travaux en cours6, l’attestation de plantain par la xylologie semble probable5.

3. Pour conclure : de l’identification, de l’interprétation et de l’interdisciplinarité

52Aujourd’hui, nous observons donc des difficultés d’identification et d’interprétation de certains taxons rares en xylologie. Cela est inhérent au contexte même des études xylologiques en archéologie préventive, et notamment aux contraintes temporelles et budgétaires. Par ailleurs, repousser l’identification supposerait d’avoir le temps de chercher des échantillons de référence afin de valider les identifications, et de pouvoir conserver les échantillons archéologiques, ce qui en l’état actuel des choses est impossible. Reste donc à développer des programmes de recherche autour de ces taxons littéralement « extra-ordinaires », qui semblent cependant trop anecdotiques, de même que notre discipline trop marginale, pour intéresser la communauté des chercheurs.

53Les problèmes d’interprétation sont d’un autre ordre : les quelques occurrences enregistrées, trop rares, restent difficiles à interpréter. S’agit-il d’éléments récoltés sans volonté particulière, de façon totalement opportuniste, parce qu’ils se trouvaient dans les lieux prospectés par les habitants du site (pour le millepertuis par exemple) ? Ou bien reflètent-ils une volonté réelle de récolte, voire de culture (plantain, chou, laurier), pour des raisons alimentaires, ornementales, médicinales, artisanales ? Il faut espérer que les travaux en cours et à venir feront sortir ces taxons de l’ombre et permettront d’amorcer une réflexion plus approfondie sur leur présence au sein de nos corpus.

54L’acquisition future de nouvelles coupes de référence permettra d’appuyer la valeur de nos identifications pour les études à venir. Malheureusement pour les exemples présentés ici, la plupart des échantillons archéologiques ont disparu. Nous sommes conscients des problèmes de validité scientifique que cela implique. Il nous a néanmoins semblé important de mettre en lumière ces identifications afin d’être plus vigilant à l’avenir et de ne plus mettre ces éléments de côté.

55La maturité de la discipline xylologique, liée à la multiplication des découvertes, permet aujourd’hui de certifier la présence de certains « taxons rares » que l’on passait auparavant sous silence, faute de références et de récurrence des découvertes. Nous devons désormais dépasser le stade de la simple « déclaration de présence ». Certaines des espèces présentées sont fréquentes dans les assemblages carpologiques et/ou palynologiques, mais sont rarement commentées (par exemple les Brassicaceae ou le millepertuis). La mise en parallèle des résultats des différentes disciplines paléobotaniques, qui fait ressortir la présence des mêmes taxons (ou familles de taxons) sous plusieurs formes de restes, implique qu’il faut désormais leur accorder un nouveau regard et tenter de mieux cerner la nature de la présence de ces restes sur les sites archéologiques.

Haut de page

Bibliographie

Bet P., Delage R., 2008. Mareuil-lès-Meaux : la villa gallo-romaine et l’atelier de sigillée tardive de « La Grange du Mont ». Rapport Final d’Opération, 3 vol., INRAP, SRA Île-de-France, Saint-Denis.

Bournérias M., 1979. Guide des groupements végétaux de la région parisienne. SEDES, Paris (3e édition).

Etienne R., 1992. Pompéi, la cité ensevelie. Découvertes Gallimard/Archéologie.

Grimal P., 1984. Les jardins romains. Fayard, Paris.

Hurard S., Franzini Y., 2006. Varennes-sur-Seine « La Ferme du colombier » : Ferme seigneuriale xvie-xviiie siècles. Rapport Final d’Opération, INRAP, SRA Île-de-France, Saint-Denis.

Jacquiot C., Trénard Y., Dirol D., 1973.Atlas d’anatomie des bois des angiospermes, tomes 1 et 2. CTBA, Paris.

Lecomte-Schmitt B., 2006. Étude xylologique : les éléments de bois issus du fossé 3000 et des puits de la ferme. InS. Hurard, Y. Franzini (dir.). Varennes-sur-Seine « La Ferme du colombier » : Ferme seigneuriale xvie-xviiie siècles. Rapport Final d’Opération, Inrap, SRA Ile-de-France, Saint-Denis, p. 157-176.

Lecomte-Schmitt B., 2012. Étude xylologique. Avec la collaboration d’Anne Dietrich. In X. Peixoto, P. Celly (dir.). Étampes Ancien Hôpital, Rue du Rempart, Rue Evezard, Rue Baugin (Essonne, Ile-de-France) : Un quartier d’Étampes du xie au début du xixe s. Rapport de fouille, Vol. 2 Contributions des spécialistes, Inrap Centre-Île-de-France, p. 315-387.

Lecomte-Schmitt B., 2008. Rapport d’étude xylologique. In P. Bet (dir.). Mareuil-lès-Meaux : la villa gallo-romaine et l’atelier de sigillée tardive de « La Grange du Mont ». Rapport Final d’Opération, vol. 3, Inrap, SRA Ile-de-France, Saint-Denis, p. 1061-1075.

Lecomte-Schmitt B., 2008. Étude xylologique du puits 5003. In J.-M. Séguier (dir.). Varennes-sur-Seine « Le Marais du Colombier » (Seine-et-Marne) : Occupations néolithique, protohistorique et gallo-romaine. Rapport Final d’Opération, Inrap Centre Ile-de-France, Pantin, 72-77.

Lecomte-Schmitt B., 2010. Lieusaint E2D4 : Artisanat du bois et environnement arboré. In A. Mondoloni (dir.). Lieusaint Zac de la Pyramide, lots E2D4. Rapport de fouille, Vol. 1 – texte et illustrations, annexe 8, Inrap Centre Île-de-France, Pantin, p. 229-249.

Maamès K., 2009. Analyse archéobotanique des bois gallo-romains de Châteaubleau (77) : Évolution du milieu boisé et modes d'exploitation du Haut Empire au Bas Empire. Travail de thèse en cours.

Peixoto X., Celly P. (dir.), 2012. Étampes Ancien Hôpital, Rue du Rempart, Rue Evezard, Rue Baugin (Essonne, Île-de-France) : Un quartier d’Étampes du xie au début du xixe s. Rapport de fouille, Inrap Centre-Île-de-France.

Rameau J.-C., Mansion D., Dumé G., 1989. Flore forestière française : guide écologique illustré, tome 1 : Plaines et collines. Institut pour le Développement Forestier.

Schweingruber F. H., 1990. Anatomie microscopique du bois. Institut fédéral de recherches forestières, Birmensdorf (3e édition).

Schweingruber F. H., 1978. Anatomie europäischer Hölzer. WSL / FNP, Verlag Paul Haupt, Bern und Stuttgart.

Séguier J.-M., 2008. Varennes-sur-Seine « Le Marais du Colombier » (Seine-et-Marne) : Occupations néolithique, protohistorique et gallo-romaine. Rapport Final d’Opération, Inrap Centre Île-de-France, Pantin.

Sources antiques

Pline l’Ancien. Histoire naturelle, vol. 1. Trad. Dubochet (1848-1850), éd. Emile Littré, Paris.

Sources internet

Passas R., 2008. Caractérisation de la morphologie des fibres de bois, tutoriel en ligne, http://cerig.efpg.inpg.fr/tutoriel/morphologie-fibres-bois/sommaire.htm#plan.

http://www.ordre.pharmacien.fr

Séguier J.-M. , Auxiette G. , Coubray S. , Dunikowski C. , Lecomte-Schmitt B. et Zech-Matterne V., 2008. Une ferme du début du IIIe s. av. J.-C. au “Marais du Colombier”, Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) : analyse archéologique et environnementale, Revue archéologique du Centre de la France, Tome 47 | 2008, [En ligne], mis en ligne le 13 mai 2009. http://racf.revues.org/index1105.html

www.woodanatomy.ch

Haut de page

Notes

1 Les difficultés de conservation des bois gorgés d’eau, les volumes concernés, l’absence d’un lieu de stockage dédié (de type chambre froide), fait que nous sommes contraints, principalement pour des raisons sanitaires, de jeter les bois une fois les études terminées et les rapports de fouille rendus.

2 Etude carpologique de M.-F. Sellami, Inrap GSO, UMR 5059.

3 Qu’il soit ici remercié de nous avoir fourni ces clichés de comparaison.

4 Etude palynologique de M. Boulen, Inrap.

5 Etude carpologique de M. Derreumaux, C.R.A.V.O.

6 Travaux de thèse en cours de K. Maamès.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Caractères macroscopiques et plans de coupe sur section de tige de lilas.Figure 1: Macroscopic characteristics and sections on a fragment of lilac stalk.
Crédits Cliché B. Lecomte-Schmitt, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 2 : Histologie du bois de feuillu.Figure 2: Broad-leaved tree wood histology.
Crédits Schéma d’après Schweingruber 1978.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4172/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Figure 3 : Coupe transversale de Nerium oleander.Figure 3: Transversal section of Nerium oleander.
Crédits Cliché B. Lecomte-Schmitt, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4172/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Figure 4 : Localisation des sites de découverte sur fond communal francilien.Figure 4: The archaeological sites of discovery on a regional map of Ile-de-France.
Crédits Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4172/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 710k
Titre Figure 5 : Eléments torsadés et branchages, couche de comblement du puits (st. 1116), Lieusaint Zac Pyramide lots E2D4 (77).Figure 5: Twisted elements and twigs, basement layer of the well (st. 1116), Lieusaint Zac Pyramide lots E2D4 (77).
Crédits Cliché F. Métais, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4172/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1M
Titre Figure 6 : Fragments de tiges de chou découverts dans des latrines du xiie s. à Étampes (91).Figure 6: Fragments of cabbage stalks discovered in latrines of 12th c. in Étampes (91).
Crédits Cliché B. Lecomte-Schmitt, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4172/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Blandine Lecomte-Schmitt, « Taxons rares en xylologie : problèmes d’identification et d’interprétation », ArcheoSciences, 38 | 2014, 87-95.

Référence électronique

Blandine Lecomte-Schmitt, « Taxons rares en xylologie : problèmes d’identification et d’interprétation », ArcheoSciences [En ligne], 38 | 2014, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 22 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/4172 ; DOI : 10.4000/archeosciences.4172

Haut de page

Auteur

Blandine Lecomte-Schmitt

Xylologue. Inrap Centre-Île-de-France, Centre archéologique de La Courneuve, 36/38 avenue Paul Vaillant-Couturier, 93120 La Courneuve. (blandine.lecomte-schmitt@inrap.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page