Skip to navigation – Site map

Les assemblages de charbons en dépôts “concentrés” : une nouvelle méthode de calcul pour améliorer leur représentativité du bois mis au feu

Charcoal Concentrations: A New Calculation Method for Improving their Reliability of the Wood Fuel
Claire Delhon
p. 7-15

Abstracts

Palaeoecological reliability of charcoal assemblages from domestic fuel is not a subject of debate anymore, providing that the sampling concerns scattered fragments which accumulated in the archaeological floor during a long enough time-span. On the contrary, charcoal from concentrations often displays a reduced taxinomic spectrum whose interpretation is more problematic. However, eroded archaeological sites where charcoal is available only in the form of concentrations in hollow structures are frequent. Their charcoal spectra often suffer from an over-representation of the most frequent taxon which hides the rest of the information. A method of calculation of relative frequencies based on the occurrence of the taxa instead of on the number of fragments is proposed. The calculation is workable when several charcoal concentrations are studied. It takes in account the biodiversity of the assemblages but is not influenced by the number of fragments from each taxon. Thus, it allows reducing the over-representation of the dominant taxa and better reveals the variations in the curves of the secondary taxa.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

1. Introduction
2. Biais affectant les assemblages anthracologiques issus de concentrations
3. L’ubiquité : un bon indicateur de la fréquence des taxons considérés individuellement
4. Proposition d’un nouveau mode de quantification : l’abondance relative calculée sur les occurrences
Principe du calcul
Correction obtenue
5. Conclusion

First lines

1. Introduction

Depuis longtemps, la représentativité paléoécologique des charbons de bois retrouvés en contexte archéologique et issus du combustible domestique ne fait plus débat, pour peu que le prélèvement ait porté sur les fragments dispersés dans les niveaux d’habitat, au cours d’une période de temps assez longue (Smart et Hoffman 1988, Heinz 1990, Chabal 1997, Asouti et Austin 2005). Au contraire, les charbons issus de dépôts concentrés (foyers, vidanges de foyers, fosses…) sont réputés être des indicateurs moins fiables de la composition du couvert ligneux : déposés dans un temps court voire instantané, ils offrent un spectre taxinomique réduit qu’il est difficile d’attribuer à un choix délibéré ou au simple hasard d’une récolte unique de combustible. Pourtant, de nombreux sites archéologiques n’offrent pas de niveaux de sols conservés, et les charbons n’y sont disponibles que sous forme d’accumulations dans des structures en creux : ces données anthracologiques peuvent être ...

Top of page

References

Bibliographical reference

Claire Delhon, « Les assemblages de charbons en dépôts “concentrés” : une nouvelle méthode de calcul pour améliorer leur représentativité du bois mis au feu », ArcheoSciences, 40 | 2016, 7-15.

Electronic reference

Claire Delhon, « Les assemblages de charbons en dépôts “concentrés” : une nouvelle méthode de calcul pour améliorer leur représentativité du bois mis au feu », ArcheoSciences [Online], 40 | 2016, Online since 30 December 2018, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/4692

Top of page

About the author

Claire Delhon

CEPAM-UMR 7264 du CNRS, Université Côte d'Azur, Pôle universitaire Saint-Jean-d’Angély, SJA3, 24 avenue des Diables-bleus, 06357 Nice cedex 4 claire.delhon@cepam.cnrs.fr

By this author

Top of page

Copyright

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Top of page