Navigation – Plan du site
Varia

Une note au sujet de tissages à chaîne continue dans l’Est de l’Insulinde

A note about hand-woven cloths with a continuous warp in eastern Indonesia
Geneviève Duggan
p. 119-132

Résumés

Cette contribution apporte des informations complémentaires concernant l’article de Ruth Barnes (Archipel 90: 307-325) à propos de techniques de tissage établissant des relations anciennes entre l’île de Sulawesi et la province de Nusa Tenggara Timur. Certaines pièces produites sur des métiers à tension dorsale se distinguent par le fait que le travail est fini à l’aiguille alors que le tissage est toujours sur le métier, si bien qu’il ne subsiste aucun espace non tissé et qu’aucun fil de chaîne n’est coupé, élément essentiel dans les croyances traditionnelles sur l’harmonie cosmique. Alors que Barnes soutient qu’une telle technique a disparu, la présente note montre que cette connaissance n’est pas perdue sur l’île de Savou où l’on peut détecter son usage sur un sac de mariage appelé kenoto. Sur l’île, ce sac et d’autres textiles tenus en haute estime étaient à l’origine probablement tissés sur le métier le plus archaïque, celui qui est tendu au moyen des pieds. L’analyse des techniques traditionnelles de tissage constitue l’un des moyens qui permet de retracer d’anciennes routes migratoires dans l’est indonésien.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Barnes & Kahlenberg, Five centuries of Indonesian textiles. Les tissages en question sont présentés (...)
  • 2 Une importante catégorie de tissages de ce type a été produite dans le nord de Sulawesi. Sous le no (...)
  • 3 Deux remarques à faire ici. Tout d’abord il est à noter que chaque langue a une orthographe différe (...)

1L’article « Textiles East of the Wallace Line » de Ruth Barnes, paru dans le numéro 90 d’Archipel (p. 307-325), m’amène à apporter des informations complémentaires sur une catégorie de tissages dits à chaîne continue. Dans cet article, Ruth Barnes analyse les techniques de tissages de deux superbes tissus, collectés dans le centre de l’île de Sulawesi et datés entre les XVe et XVIIsiècles par la méthode du carbone 14 ; l’examen des techniques de tissage lui permet de relier ces pièces à celles d’autres îles de l’Est insulindien. En effet, démontrer la similitude de techniques est un moyen plus fiable pour établir des liens entre des îles éloignées que de se fonder seulement sur une ressemblance dans les motifs. Un objet peut voyager sans que son créateur ne voyage et un motif peut être reproduit dans d’autres endroits sur des supports différents. Mais la transmission d’une technique implique que la personne qui détient cette technique se déplace et la transmette elle-même. Afin de décrire rapidement ces deux tissus de Sulawesi qui ont été publiés pour la première fois en 2010 1, on peut remarquer qu’ils sont de forme cylindrique, qu’ils sont tous deux constitués de trois lés et qu’ils ont été créés au moyen d’une chaîne continue. Il est à noter que l’on retrouve aujourd’hui encore des tissages présentant ces trois caractéristiques dans l’Est insulindien. Mais ce qui est remarquable, c’est que le tissage a été terminé vraisemblablement à l’aiguille : ceci demande un travail minutieux et long qui ne laisse aucun espace non tissé. Ruth Barnes déclare que cette technique encore connue au tournant du xxe siècle a complètement disparu de nos jours 2.Cette note vient montrer que dans l’île de Savou, située dans la province de Nusa Tenggara Timur (NTT), cette technique de tissage est toujours connue et a été documentée récemment. Elle apporte une preuve supplémentaire de liens entre les îles de l’Est insulindien et montre aussi comment l’étude des textiles et de leurs techniques de production peut contribuer à la connaissance du passé dans cette partie du monde. Toutefois, des observations sur plusieurs années ont été nécessaires pour identifier à Savou la technique décrite dans cette note 3.

Identification d’un tissage libellé « Savu »

2En janvier 1998, lors d’une visite aux archives du Musée National d’Ethnologie de Leyde (RMV), je trouvai un sac tissé à la main avec la mention « Savu » ainsi qu’une date d’inventaire: 1937 (Fig. 1). J’en fus très surprise car je n’avais jamais vu un tel sac au cours de mes années de terrain à Savou. Là-bas, les femmes ne portent pas de sac ; elles nouent leur sarong autour de la taille en créant une poche dans laquelle elles mettent le bétel à mâcher pour la journée ou bien des petits objets utiles au quotidien. Les hommes, quant à eux, portent des sacs à bétel en feuilles de lontar ou de pandanus tressées ; de nos jours, ceux qui chiquent encore le bétel peuvent avoir des sacs à main du commerce pour rassembler tous les ingrédients nécessaires à la chique. Cependant, ils ne possèdent rien de semblable à celui du musée de Leyde, ni dans la forme ni dans la taille.

3Dubitative, je montrai la photo prise au musée à plusieurs personnes lors de mon séjour suivant à Savou et ne reçus d’abord que des réponses négatives à propos de ce mystérieux sac « Savounais ». Ce n’est que lorsque je montrai la photo à Ina Keraba Lod’o, une tisserande du village de Ledetadu dans la partie ouest de l’île, que celle-ci se souvint d’avoir vu un tel sac dans la maison d’origine du village (èmu kepue [Sa]) alors qu’elle assistait à un enterrement. Cette dame est non seulement une maîtresse tisserande mais elle possède de solides connaissances sur les coutumes de l’île, entre autres sur les lignes de descendance matrilinéaires et les traditions textiles. Elle avait vu le sac accroché au pilier mâle de la maison d’origine du village, mais n’avait jamais vu un tel sac porté ou tissé. De plus, elle en ignorait l’usage. Une énigme était déjà résolue ; le sac du musée de Leyde avait été correctement inventorié ; cependant, en un demi-siècle, il avait disparu de la mémoire et des pratiques coutumières de l’île. Le sac du musée de Leyde, comme celui conservé à Savou, comporte de fines bandes de trois couleurs – bleu indigo, rouge et blanc écru, la couleur naturelle du coton – sans aucun motif. La croyance à Savou veut que tout être vivant possède trois sortes de « sang » ou « humeur » (ra [Sa] ou darah [In]) qui correspondent à un état de bonne santé physique et mentale et reproduisent l’harmonie cosmique à l’échelle d’un être vivant. L’absence ou la diminution de l’une de ces trois « humeurs » déclenche la maladie et peut provoquer la mort.

4À la fin des années 90, Ina Keraba Lod’o hébergeait une vieille parente, Nona Ga, trop frêle pour habiter seule, qui avait été en son temps une maîtresse tisserande ; mais devenue presque entièrement sourde et trop vieille pour tisser, elle contribuait alors à sa famille d’accueil en filant le coton. On lui donna une paire de lunettes de lecture et elle examina la photo. Effectivement, elle connaissait ce genre de sac et après beaucoup de gesticulations et en lui criant dans sa « bonne » oreille, elle révéla le nom du sac : « kenoto ».

  • 4 Duggan 2001 : 9 ; 68-69.
  • 5 Pinang, la noix d’arec, a donné le verbe meminang, qui signifie « demander en mariage » en indonési (...)

5Kenoto fait référence au mariage coutumier. Après conclusion des négociations entre les familles des futurs mariés, le jour du mariage, un proche parent du marié qui avait représenté ses intérêts dans les négociations, arrive à la maison de la future mariée, et comme l’expliqua Nona Ga, avec un sac kenoto tissé pour la circonstance et contenant principalement les ingrédients pour chiquer le bétel. En outre, il peut contenir un objet en argent ou en or, selon l’appartenance au groupe de descendance matrilinéaire de la jeune mariée 4. En présence des négociateurs de la future mariée, l’envoyé de la famille du futur marié répète en présence du couple nuptial, ce qui a été convenu pour le mariage. Kenoto signifie non seulement « mariage » mais désigne également un sac à bétel tissé expressément pour cette cérémonie. Les noix d’arec et les feuilles (ou fruits) de bétel sont partagées parmi toutes les personnes présentes qui doivent en chiquer ensemble sur place. Il est de tradition de dire à Savou que si l’on partage quelque chose, si l’on prend ensemble un repas rituel, cette commensalité (ou cette « communion ») interdit à l’avenir de tourner le dos aux personnes présentes ce jour-là ; dès lors, ces personnes ne peuvent devenir ennemies. Le sac est alors accroché au pilier mâle de la maison des parents de la jeune femme comme un rappel de l’événement et y reste des années, voire des décennies. C’est un tel sac qu’Ina Keraba Lod’o avait vu des années auparavant, sans jamais avoir posé de questions à son sujet. Non seulement à Savou, mais en général dans les sociétés indonésiennes traditionnelles, un mariage est scellé après que les jeunes mariés ont chiqué ensemble le bétel 5. Le sac kenoto équivaut en quelque sorte à un certificat de mariage. Avant l’indépendance de l’Indonésie et jusqu’au milieu des années 1970, la plupart des Savounais n’étaient pas scolarisés. Dans une société de tradition orale, certains objets agissent comme des marqueurs visuels et deviennent des repères de mémoire ; ces objets sont conservés précieusement comme preuve-témoin d’un événement de la même façon que dans les sociétés lettrées les gens conservent certificats et diplômes.

Tissage d’un sac kenoto

  • 6 Ikat ici réfère à la technique de nouage des fils de chaîne avant teinture, et bien sûr avant de mo (...)
  • 7 Voir note 3. Voir aussi Duggan 2015 : 64, note 21 ; 65 note 22.

6Je demandai alors à Ina Keraba Lod’o de me tisser un tel sac. Très perplexe, elle voulait en discuter au préalable avec Nona Ga. À première vue, je ne voyais pas la complexité d’un tel tissage qui ne comporte que des rayures et ne nécessite aucun motif ikat 6. Plus tard, je compris que ce sont les mêmes fils de chaîne qui forment l’anse et le corps du sac, ce qui le rend très solide, néanmoins, cela crée deux difficultés. La première est le passage de la partie du corps du sac à l’anse ; pour limiter à la fois la largeur de cette dernière et pour que celle-ci n’ait que deux couleurs, les fils de chaîne blancs et quelques fils rouges sont alors sectionnés. Le deuxième défi consiste à terminer l’anse au milieu de sa longueur, sans laisser d’espace non tissé et sans couper un seul fil. Cette démarche fait entrer le sac kenoto dans la catégorie des tissages à chaîne continue, sans couture et sans espace non tissé. C’est cette classe de tissages que Barnes examine à travers les deux sarongs datés des xve-xviie  siècles. D’autres exemples de tels tissages existent qui ont attisé la curiosité de chercheurs et ont trouvé place dans des musées et chez des collectionneurs privés dans le monde entier 7.

7Afin d’avoir un échantillon pour tisser à nouveau un sac kenoto, Ina Keraba Lod’o demanda au gardien de la maison d’origine la permission d’emprunter le sac qui s’y trouvait encore. La transmission d’un savoir technique se fait essentiellement par la vue, la reproduction du geste et non par une description orale. Le rôle de la vieille tisserande était essentiel au projet, la plus jeune étant prête à apprendre et reproduire les gestes de l’ancienne. Elles calculèrent la longueur de fils nécessaires et filèrent le coton. Puis, fort respectueuses des traditions, elles firent les teintures naturelles durant les mois prescrits pour l’indigo (bleu) et la racine de morinda citrifolia (rouge). Le tissage en était à la phase délicate du passage du corps du sac à l’anse quand Nona Ga décéda subitement ce qui n’était pas une surprise compte tenu de son âge et de sa santé, mais des rumeurs débutèrent reliant sa mort au projet de renouer avec la tradition de tissage du kenoto.

8Comme si un malheur n’arrive jamais seul, une des filles d’Ina Keraba décéda trois semaines plus tard, victime d’une crise de paludisme avec fièvre et convulsions. Non seulement la mère était ravagée par la perte de son enfant mais elle fut rapidement accusée d’avoir provoqué la colère des ancêtres et d’être responsable de sa mort. Je fus moi aussi choquée par ces nouvelles et il va sans dire que le projet de tissage d’un sac kenoto fut stoppé. Quatre ans s’étaient écoulés depuis ma « découverte » du sac dans un musée néerlandais et je me demandais si le projet aboutirait un jour. L’apaisement des esprits, l’atténuation, voire la disparition des rumeurs demandèrent du temps. Devant ma conviction que les deux décès n’étaient pas liés à la colère des ancêtres mais qu’au contraire, ceux-ci étaient fiers de ceux de leurs descendants qui respectaient et gardaient vivantes les coutumes, le projet redémarra après bien des rencontres et conversations... et en chiquant beaucoup de bétel.

  • 8 À Savou, 80 % de la population est protestante calviniste et relève de l’Église GMIT (Gereja Masehi (...)
  • 9 Duggan 2001 : 147, fig. 125. Pour ce mariage, la jeune fille est de Savou et le jeune homme de l’îl (...)

9Finalement le tissage du sac fut terminé en 2004 et d’autres sacs furent fabriqués, avec un tissage plus serré, une anse plus longue ce qui permet de le porter comme une besace et ce qui offre le potentiel d’en faire un marqueur de la culture savounaise (Fig. 8). Je le vis utilisé à nouveau lors d’une cérémonie de mariage en 2013. Je me trouvais dans l’île lors du mariage du fils d’Ina Keraba Lod’o, un soldat habitant dans la région de Jakarta ; il épousait alors une professeure des écoles du village voisin. La mère du marié avait fièrement tissé un sac kenoto. Mais le couple nuptial, éduqué et moderne, n’avait que faire d’une cérémonie kenoto avec sac et bétel ; ces jeunes gens n’aspiraient qu’à une cérémonie à l’église, en robe blanche et costume noir ; cependant, en raison de la pression de leur entourage, ils cédèrent et acceptèrent une brève cérémonie traditionnelle en costumes savounais précédant le service religieux. Cette cérémonie ne fut qu’un pâle reflet de ce qu’était encore cette tradition dans la première moitié du xxe siècle. Le sac kenoto contenait entre autre un anneau en or et une enveloppe dont le contenu correspondait à l’achat d’un animal de bonne taille, mais qui se matérialiserait plutôt en une moto. Sur la fig. 2, le sac a été vidé de son contenu et repose sur les genoux de la négociatrice. Sur la fig. 3, le sac est suspendu au pilier mâle de la maison tandis que les jeunes mariés chiquent le bétel. Une telle cérémonie n’enfreint pas les préceptes d’une religion moderne puisqu’elle ne concerne que les familles des futurs mariés. Aucun officiant de la religion traditionnelle n’est présent et aucune partie de la cérémonie ne peut être considérée taboue selon les religions universalistes 8. La cérémonie kenoto ne transgresse aucune loi indonésienne. En fait, un certain nombre de familles savounaises organisent encore une cérémonie kenoto avant la célébration du mariage à l’église, mais ignorant la tradition du sac kenoto, les ingrédients pour le bétel sont apportés enveloppés dans un tissu de hanches d’homme (selimut, [In] ou hi’i [Sa]) 9.

  • 10 Woven Stories ; traditional textiles from the Regency Savu Raijua. Musée des Textiles de Jakarta, 1 (...)
  • 11 Même mis bout à bout et refilés, ils n’offrent pas la même régularité ni la même solidité qu’un fil (...)
  • 12 Duggan 2008 (ch. 12).

10Lors d’une exposition sur les tissages savounais au musée des textiles de Jakarta en novembre 2013 10, Ina Keraba Lod’o réalisa un sac kenoto. L’anse fut tissée alternativement à partir des deux extrémités du corps du sac. Quand l’espace devient trop étroit pour l’insertion du sabre et de la navette, une aiguille en bambou remplace cette dernière jusqu’à ce qu’aucun espace vide ne soit laissé pour insérer les fils de trame qui, pour finir, sont glissés dans la partie déjà tissée, ce qui rend l’anse légèrement plus épaisse à cet endroit. Les tissages toraja analysés par Barnes ont été certainement terminés à l’aiguille eux aussi. La différence est que pour un sac, l’anse étant étroite, il est plus facile de terminer le tissage à l’aiguille que pour une pièce de 50 cm de large. Le sac kenoto appartient à la catégorie de tissages à chaîne continue, sans espace non tissé bien qu’il s’agisse d’un accessoire et non d’un vêtement. Même si le kenoto n’était plus tissé au début du xxie siècle, les connaissances liées à son tissage n’avaient pas encore entièrement disparu. Je n’ai trouvé nulle part ailleurs une technique similaire pour tisser un sac, ni en Indonésie, ni plus à l’Est, dans des régions qui utilisent le tressage et non le tissage. Dans les autres îles, l’anse d’un sac est cousu une fois celui-ci terminé et suit le contour des côtés et du fond du sac ce qui le rend également solide. On peut se demander pourquoi les Savounais ont opté pour une technique plus complexe pour créer une anse de sac. La solidité ne peut être un argument puisque le sac kenoto n’a jamais besoin de supporter beaucoup de poids ni pour longtemps. Une étroite bande tissée séparément et cousue sur le pourtour du sac aurait suffi. De plus, les fils blancs sont difficilement réutilisables 11. On a affaire ici à un reliquat d’une technique plus répandue à une époque ancienne. On touche là au problème de la transmission d’un savoir ancestral, reproduit de génération en génération par imitation 12. Il suffit que, sous des influences extérieures, une société évolue pour qu’un objet, par exemple un tissage, n’ait plus lieu d’être et cesse d’être reproduit et le savoir-faire tombe dans l’oubli. Jasper et Pirngadie imputent la disparition de la technique des tissages Bentenan à la christianisation de la péninsule nord de Sulawesi. L’exemple du kenoto de Savou montre que ce savoir peut disparaître en l’espace de deux générations.

Une technique ancienne de tissage

  • 13 Par exemple chez les Katu du Laos (McIntosh, 2016), chez plusieurs ethnies Li dans l’île de Hainan (...)
  • 14 Pour une illustration d’une cérémonie mane wai, voir Duggan, 2006.
  • 15 Buckley (à paraître).

11La taille du sac kenoto apporte un élément supplémentaire qui indique qu’il s’agit bien d’une technique ancienne ; l’échantillon conservé au Musée de Leyde a une lo#ftn13">(.basic/u’il raiguiu106 cml sufa même solftn13">(.et même solfeur de les famces à sée sur des métiers à haïque, c tension dorsale se etnus en le faieds. L;s n’offstent quiourd’hui enc dans lespde sa gions qua class="footnotecall" id="bodyftn12" href="#ftn3">>(..1a>. ken[Sa] ou qui le sraditiuitr ces nure, et je sont touroite bse plus, les sont tours dtLe deus serraer en fa en l por>ken, voi le passièrerssage du sé le un é(e)fi cunt( Le r une imme del est pluqutssistles autr étae repsé danour de la taille en cntre aut jeunam tisr rassevertrie sac mpl pour lim femme col est pluno et s les ingse às et il nes nt à passièrersong autsé au spieusment solr l’insoccan do’aut lo#ftn13">(.bas105 un 12m del estcomporte que des rnes banures et ne un motif ikat < QuaSn les crisence à s solienne ;e quisu de met dedit un é(e)fi cunt( L renouir ennla chrviens un tisnir de épenminé et. Cidérée tmme l’uisu de llus archenne l’îl mane wai, v)nla chlle ellaspirsent qui oes deux ndants quiune céme solfées qtrilinéaire dea class="footnotecall" id="bodyftn12" href="#ftn4"> hrken, va jam unegde mailisab< Qua exetres el peut t de rend r de la chrviens un tisur marépenminé etne socson de entiellemen suit t qse calr le béroduire less aucus. ion dette cérence à suspormenque des un tissé danore cetcepte en sque jun pâme (ken, vc la tlle s’it pluerremeau sil smoit sufl de suppâge de natalc, ken[Sa permet dets q dosd r de la chrviencieusment pouSavou la tour du me régiosucteme do’os jours, ceulémoir le lisé à r tisser un sac>ken[Saest pré tarnes nntu le faieds. Lais ignaets au Savx géier me la jeuson ta,nd é ces aué e technon dorstance et rxerc alteravant, s le faieds. Lne étbiveupplémentaire de fix alterlidiit’autrppuour longaieds. LneP du me rs dtL sages de deue a >ken, voem>kenoto, vbérodose-ds. .et mêbiveupdeuee à mariier le t toufix aébasic/ ce sés es métis filier meetteslément suenconmenc accoubrée l’îlienne ; de chere technique de tissage esne étpomente et mxe aucunjet de tistechle du sesages de alisa uen l’îlobjeuîlie un e a mémoir lea class="footnotecall" id="bodyftn12" href="#ftn5"> hr

Conclusion

  • 13 Duggan 200p; KahHä kndal paraître).
  • 13 Voir notdéUnmoire et etdde géF.E. géRosilyr l’île de Savor">o (7...)
  • 14 À h Barnes dé1989 147,14li> 13 DugGsa paud15 : 64, 1-63li>

11La taiémarverte  la transmion du sac kenoto, lfre le passèdibsab< Qx perounais hro la Ser"aa class="footnotecall" id="bodyftn12" href="#ftn7">>7..1a>. hr ; est plusèdiblue les famhniques de tissages de drite dasns cette note < quelquon retrouve aujore cetourd’hui encSavou la nt fiemarns e c la cascrations inn outre, i l’égliue ancore cetcepte e la tranavigon dlre aol estait plus tisile de taucui ce Savou mons les deues de lSal o la Lee ,tae des rngag le Ser"apmonor">o ceten faiouir en)a diffteme dovou mo-Sal o lslusiquece avec Non de vs de laiex tism tnt inn outnière jusarquer q, est à notsorig le lquon rbsen. Lnes rîle de SuneAl o vélale laschantil en que cets archennentre les îles de l’égion dea class="footnotecall" id="bodyftn12" href="#ftn9"> hr

7 PaAontrt ter lre ticle au suspee pourt d’avoae repsiés pne socséla len dltlenes lamèté cerf paee me trouvais danchaLtadu dannovembre 201nièrensetscuter avoirNon Keraba Lod’o de me passèdibsab< Qxdeopos deune ansinmoice tissages d Savx ollection entrelieu de urbemee projetme de ant étdrouvaisun sacen plus finirxl’ansenle nupun relde pagéier me l une socia du sesse delle avamxpliqua Nonrs qu’e sque jun e avait vu mensalcau Savser un e ne ca jav pas unede st. L un relmoir le plexe tis qui se morti jus donit fiènun jouits oriier le t mma et non jun e avai lisé à organte ontgénuid’êtenle nu.ux rembous par le sureur de la organte ontg l’achérêti de fempage con permet detsi de la duire lesdestaitte bass nure, eue lelle ne hantil e alors unetres ejouits orpoe le pollon es de pansi étdaludimelle avavit entdlamèrter beapremi aujeulémoir le Savser un tension dorsale se etnnes nntu le faieds. Lnit fin qumxe aà Savou, c quelqute commeissance du ca jav pas unedre des aru. Je>

ional del Museum vclaWeiqudture saee Lentif. Cill.nea RV-1-171>
. 8).2 sanCémonie kenoto av, TaKerJawa,vou, 803. Je Lac a été vidé de son contenu et repose sur les genoux de la négociatrice. Su> href="#ftdol"Lnexe/im co8" t/img-2-ll-ca580.jpg"liqu="ic> Setspaimg srcftdol"Lnexe/im co8" t/img-2-ll-ca480.jpg"lalt=". 8).2 sanCémonie Agde mir> Oine"ef="#ftdol"Lnexe/im co8" t/img-2.jpg">Oine lel (jpeg, 2,1M)>
Cli au : Genevie cégan 20>
. 8).3 sanAs biesimrémonie de sac est susdu au pilier mâle de la maison tau> href="#ftdol"Lnexe/im co8" t/img-3-ll-ca580.jpg"liqu="ic> Setspaimg srcftdol"Lnexe/im co8" t/img-3-ll-ca480.jpg"lalt=". 8).3 sanAs biesimrémonie de sac est susdu au pilier mâle de la maison tau" /a>Agde mir> Oine"ef="#ftdol"Lnexe/im co8" t/img-3.jpg">Oine lel (jpeg, 2,1M)>
Cli au : Genevie cégan 20>
. 8).4 sanHiluns lissagesle conte du sn sac kenoto fu.aLtadu dan09.05.2007u> href="#ftdol"Lnexe/im co8" t/img-4-ll-ca580.jpg"liqu="ic> Setspaimg srcftdol"Lnexe/im co8" t/img-4-ll-ca480.jpg"lalt=". 8).4 sanHiluns lissagesle conte du sn sac Agde mir> Oine"ef="#ftdol"Lnexe/im co8" t/img-4.jpg">Oine lel (jpeg, 1,8M)>
Cli au : Genevie cégan 20>
. 8).5 sansage d’ilanse et sac. Quaée des Textiles de,karta, 1 <24.11.3. Je> href="#ftdol"Lnexe/im co8" t/img-5-ll-ca580.jpg"liqu="ic> Setspaimg srcftdol"Lnexe/im co8" t/img-5-ll-ca480.jpg"lalt=". 8).5 sansage d’ilanse et sac. Quaée des Textiles de,karta, 1 <24.11.3. Je" /a>Agde mir> Oine"ef="#ftdol"Lnexe/im co8" t/img-5.jpg">Oine lel (jpeg, 2,0M)>
Cli au : Genevie cégan 20>
. 8).6 sanFinon de la tanse d’un sac est>kenoto. Maise des Textiles de,karta, 1 <24.11.3. Je > href="#ftdol"Lnexe/im co8" t/img-6-ll-ca580.jpg"liqu="ic> Setspaimg srcftdol"Lnexe/im co8" t/img-6-ll-ca480.jpg"lalt=". 8).6 sanFinon de la tanse d’un sac estotoAgde mir> Oine"ef="#ftdol"Lnexe/im co8" t/img-6.jpg">Oine lel (jpeg, 2,0M)>
Cli au : Genevie cégan 20>
. 8).7 sanLanse et sac. Qm>kenoto tissiné ete).25.11.3. Je > href="#ftdol"Lnexe/im co8" t/img-7-ll-ca580.jpg"liqu="ic> Setspaimg srcftdol"Lnexe/im co8" t/img-7-ll-ca480.jpg"lalt=". 8).7 sanLanse et sac. Qmoto Agde mir> Oine"ef="#ftdol"Lnexe/im co8" t/img-7.jpg">Oine lel (jpeg, 736k)>
Cli au : Genevie cégan 20>
. 8).8 san Keraba Lod’o avaitun sac kenoto tissé pouMusée de Leextiles de Jakarta, 1 Woven Stories ;m> tiexp,.25.11.3. Je> href="#ftdol"Lnexe/im co8" t/img-8-ll-ca580.jpg"liqu="ic> Setspaimg srcftdol"Lnexe/im co8" t/img-8-ll-ca480.jpg"lalt=". 8).8 san Keraba Lod’o avaitun sac Agde mir> Oine"ef="#ftdol"Lnexe/im co8" t/img-8.jpg">Oine lel (jpeg, 1,9M)>
Cli au : Genevie cégan 20> class="foogo-topref="#ftnicle au-" t">Haue la d
> 1 cla"bodyibliogdephylass="factionné Bibliogdephiepan> Fukuoka Art Museum. 2006. The Keiko Kusakabe Collection. Textiles from Sulawesi: Genealogy of Sacred Cloths. Fukuoka: Fukuoka Art Museum.

Barnes, Ruth, 1989. The Ikat Textiles of Lamalera; the Study of an Eastern Indonesian Tradition. Leiden: Brill.

Barnes, Ruth & Kahlenberg, Mary Hunt (eds). 2010. Five Centuries of Indonesian Textiles. New York: Delmonico Books.

Buckley, Christopher. (à paraître). « Looms, Weaving and the Austronesian Expansion ». In Andrea Acri, Roger Blench & Alexandra Landmann (eds), Spirits and Ships: Cultural Transfers in Early Monsoon Asia. Singapore: ISEAS Publishing.

Bolland, Rita. 1977. « Weaving the Pinatikan, a Warp-Patterned Kain Bentenan from North Celebes ». In Veronika Gervers (ed), Studies in textile history, p. 1-17. Toronto: Royal Ontario Museum.

Bühler, Alfred. 1943. Materialien zur Kenntnis der Ikattechnik. Leiden: Brill.

Duggan, Geneviève. 2001. Ikats of Savu; women weaving history in eastern Indonesia. Bangkok: White Lotus.

Duggan, Geneviève. 2006. « Ancêtres et tissages sacrés à Savou ». In Geneviève Perret (éd.), La fibre des ancêtres. Trésors textiles d’Indonésie de la collection Georges Breguet, p. 43-49. Genève : MEG (Musée d’Ethnologie de Genève) ; Gollion : Infolio éd.

Duggan, Geneviève. 2008. Processes of memory on the island of Savu. PhD thesis, National University of Singapore.

Duggan, Geneviève. 2013. Woven stories. Traditional textiles from the Regency Savu Raijua. Jakarta: Museum Tekstil.

Duggan, Geneviève. 2015. « Tracing ancient networks; linguistics, hand-woven cloths and looms in eastern Indonesia ». In Qin Dashu & Yuan Jian (eds), Ancient Silk Trade Routes, p. 53-83. Singapore: World Scientific.

Duggan, Geneviève & Hägerdal, Hans. (à paraître). Savu; history and oral tradition in an Indonesian island. Singapour: NUS Press.

Galipaud, Jean-Christophe. 2015. « Réseaux néolithiques, nomades marins et marchands dans les petites iles de la Sonde ». Archipel 90, p. 49-74.

Howard, Michael C. & Sanggenafa, Naffi. 1999. « Terfo. Survival of a weaving tradition in New Guinea ». Expedition Magazine 41.3. University of Pennsylvania Museum of Archaeology and Anthropology. http://www.penn.museum/sites/expedition/?p=5844

Jasper, J. E. & Pirngadie, Mas. 1912. De inlandsche kunstnijverheid in Nederlandsch Indie. Vol. II. De Weefskunst. Leiden: Mouton.

Lombard-Jourdain, Anne. 1982. « Un mémoire inédit de F.E. de Rosily sur l’île de Timor (1772) ». Archipel 23, p. 75–104.

McIntosh, Linda. 2016. « Katu Craft: Handwoven Textiles of the Katu in South Laos ». Textiles Asia 8(1), p. 3-11.

Pangemanan, S. 1919. Pelbagi keradjinan orang Minahasa. Batavia: Landsdrukkerij.

Roever, Arend de. 2002. De jacht op sandelhout. Zutphen: Walburg Press.

Spillet, Peter. 1999. The pre-colonial history of the island of Timor together with some notes on the Makassan influence in the island. Darwin: Museum and Art Gallery of the Northern Territory.

Wenas, Jessy. 2004. « The Kain Bentenan ». Berita Wastra 5 (Jakarta: Museum Tekstil), p. 5–13.

Haut de page

Notes

1 Barnes & Kahlenberg, Five centuries of Indonesian textiles. Les tissages en question sont présentés également p. 309-310 dans Archipel 90 sur L’Est insulindien. Un tissage de forme cylindrique est un sarung en indonésien.

2 Une importante catégorie de tissages de ce type a été produite dans le nord de Sulawesi. Sous le nom de kain Bentenan, ils avaient déjà disparu à la fin du xixe siècle comme l’indiquent Jasper et Pirngadie (1912 vol. II : 230–231). Voir également Pangemanan (1919), Buehler (1943), Bolland (1977), Wenas (2004), Fukuoka (2006) et Duggan (2015). On trouve des exemples de ces tissages dans des collections de musées, entre autres, Jakarta, Rotterdam, Delft, Francfort/Main, Dresde, Bâle, Canberra.

3 Deux remarques à faire ici. Tout d’abord il est à noter que chaque langue a une orthographe différente pour cette île : Savoe, Sawoe ou Sawu en Néerlandais (Nl), Savu en anglais (En), Sabu en indonésien (In) et Hawu en savounais (Sa). J’ai opté pour une orthographe française : Savou. Ensuite cette note reprend en partie un court article publié en 2014 dans le Jurnal Wastra de la Société des Amis des Textiles à Jakarta (Himpunan Wastraprema), vol. 25, décembre 2014. Il s’agit d’un journal bilingue anglais / indonésien édité par le Musée des Textiles et distribué gratuitement aux seuls membres de l’association.

4 Duggan 2001 : 9 ; 68-69.

5 Pinang, la noix d’arec, a donné le verbe meminang, qui signifie « demander en mariage » en indonésien.

6 Ikat ici réfère à la technique de nouage des fils de chaîne avant teinture, et bien sûr avant de monter ceux-ci sur le métier. À Savou, il s’agit de l’ikat de chaîne.

7 Voir note 3. Voir aussi Duggan 2015 : 64, note 21 ; 65 note 22.

8 À Savou, 80 % de la population est protestante calviniste et relève de l’Église GMIT (Gereja Masehi Injili di Timor). Dans les premières années du régime Suharto, l’idée était répandue que les adeptes du culte des ancêtres (Jingi tiu) étaient « sans Dieu » (kafir), donc athées et, par conséquent, pouvaient être soupçonnés de communisme, ce qui provoqua des conversions massives au protestantisme dans les années 1970.

9 Duggan 2001 : 147, fig. 125. Pour ce mariage, la jeune fille est de Savou et le jeune homme de l’île de Flores.

10 Woven Stories ; traditional textiles from the Regency Savu Raijua. Musée des Textiles de Jakarta, 16-24 novembre 2013. Pour les différents stades de tissages d’un sac kenoto, voir les photos 4 à 8.

11 Même mis bout à bout et refilés, ils n’offrent pas la même régularité ni la même solidité qu’un fil continu. Ce n’est pas le cas pour les fils rouges qui peuvent être utilisés tels quels dans toutes sortes de cérémonies.

12 Duggan 2008 (ch. 12).

13 Par exemple chez les Katu du Laos (McIntosh, 2016), chez plusieurs ethnies Li dans l’île de Hainan (Stübel, 1937), chez les Sobei de la côte nord de Papua (Howard & Sanggenafa, 1999).

14 Pour une illustration d’une cérémonie mane wai, voir Duggan, 2006.

15 Buckley (à paraître).

16 Duggan & Hägerdal (à paraître).

17 Voir « Un mémoire inédit de F.E. de Rosily sur l’île de Timor » (1772) in Lombard-Jourdain 1982 : 75- 105. Voir aussi Spillet 1999, De Rover 2002, Duggan 2015. Il existe à Savou quelques arbres à santal dont le bois est un ingrédient incontournable de certaines cérémonies qui ne doivent utiliser que des produits de l’île. Ceci laisse à penser qu’il y avait du bois de santal dans l’île, mais que cet arbre a été décimé avant l’arrivée des Européens.

18 Ruth Barnes 1989 : 114.

19 Galipaud 2015 : 61-63.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sac kenoto, « Savu », Sac kenoto.
Crédits Nationaal Museum van Wereldculturen, Leiden. Coll.no. RV-1-171
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Fig. 2 – Cérémonie kenoto, Tana Jawa, Savou, 2013. Le sac a été vidé de son contenu et repose sur les genoux de la négociatrice.
Crédits Cliché : Geneviève Duggan
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 3 – Après la cérémonie le sac est pendu au pilier mâle de la maison.
Crédits Cliché : Geneviève Duggan
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/408/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 4 – Hilu Dane tissant le corps d’un sac kenoto. Ledetadu 09.05.2007.
Crédits Cliché : Geneviève Duggan
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/408/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 5 – Tissage de l’anse du sac. Musée des Textiles, Jakarta, 24.11.2013.
Crédits Cliché : Geneviève Duggan
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/408/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 6 – Finition de l’anse d’un sac kenoto. Musée des Textiles, Jakarta, 24.11.2013.
Crédits Cliché : Geneviève Duggan
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/408/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 7 – L’anse du sac kenoto terminée. 25.11.2013.
Crédits Cliché : Geneviève Duggan
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/408/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 8 – Ina Keraba Lod’o avec un sac kenoto tissé au Musée des Textiles de Jakarta, lors de l’exposition ‘Woven Stories’, 25.11.2013.
Crédits Cliché : Geneviève Duggan
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/408/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Duggan, « Une note au sujet de tissages à chaîne continue dans l’Est de l’Insulinde », Archipel, 93 | 2017, 119-132.

Référence électronique

Geneviève Duggan, « Une note au sujet de tissages à chaîne continue dans l’Est de l’Insulinde », Archipel [En ligne], 93 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/archipel/408 ; DOI : 10.4000/archipel.408

Haut de page

Auteur

Geneviève Duggan

Ethnologue, chercheuse indépendante, www.genevieveduggan.com

Haut de page

Droits d’auteur

Association Archipel

Haut de page
  • OpenEdition Journals