Navigation – Plan du site
ECHO DE LA RECHERCHE

Third Annual Workshop Philippines Studies

6-7 juillet 2017, SOAS, Londres
Elsa Clavé

Le 6 juillet dernier, la SOAS accueillait le troisième Atelier de travail sur les études philippines (Third Annual Workshop Philippines Studies), un événement destiné à réunir sur deux jours les chercheurs travaillant sur l’archipel. Lancée en 2015 au sein des universités anglaises, l’initiative a rassemblé cette année vingt chercheurs répartis sur huit sessions.

Les deux jours ont été ouverts par Cristina Juan (département des Études sud-est asiatiques, SOAS), instigatrice des journées et William Gervaise Clarence-Smith (département d’histoire, SOAS), lequel a rappelé la volonté du Centre for Southeast Asian Studies d’établir de manière pérenne une équipe de recherche sur le pays. En l’absence de fonds dédiés à cet effet, l’idée reste cependant, pour le moment, à l’état de projet.

Quatre sessions se sont déroulées au cours de la première journée, lesquelles ont été dédiées à la compréhension des cultures dites de crise (Session 1, Understanding Cultures of Crisis), à la représentation des musulmans (Session 2, Representations of the Moro), à l’économie (Session 3, The Economies of Scale) et à l’art dans son contexte social (Session 4, Art and Collectivity). Le deuxième jour s’est ouvert par une séance sur le langage du pouvoir (Session 5, Language of Power), la représentation du président Duterte dans les médias (Session 6, Representing Duterte), le processus de paix à Mindanao (Session 7, Mindanao : Next Steps) et la place de la culture digitale aux Philippines (Session 8, Digital Culture).

Deux thèmes étaient particulièrement présents du fait de l’actualité : Duterte et sa guerre contre la drogue, qui a déjà fait plus de 10 000 morts – principalement jeunes et pauvres –, et le conflit armé à Mindanao, avec la présence, nouvelle et marquée, de l’idéologie de l’État islamique. Politique des trapos (politiciens corrompus), musulmans et processus de paix, il ne manquait plus que les travailleurs émigrés philippins pour compléter le tableau de la trinité des études philippines. Ce fut chose faite avec Diedre McKay (Keele University), auteur de Global Filipinos (2012) et An Archipelago of Care (2016), qui a présenté une recherche sur les migrants de Londres à l’approche stimulante en se basant sur une étude des médias sociaux et sur les stratégies de représentation de soi qui s’y manifestent. Au nombre des interventions remarquables par les approches renouvelées de thèmes devenus classiques, notons celle sur la bureaucratisation de l’islam. Le sujet de thèse de Fauwaz Abdul Aziz (Max Planck Institute, Halle) s’inscrit dans un projet d’envergure régionale qui concerne l’institutionnalisation de la sharia et en particulier le travail ainsi que le questionnement des acteurs de ce projet, les petites mains des bureaux.

La surprise de ces journées est venue cependant d’autres horizons, d’ordinaire peu représentés, celui de l’histoire de l’art – religieux ou contemporain –, des études théâtrales et de la linguistique. Kathryn Santner (School of Advanced Studies, London) s’est attachée à suivre les formes anthropomorphiques de la Sainte Trinité de chaque côté du Pacifique, et ce, à partir d’iconographies datant de la période espagnole, alors que Rafael Sachtner (University College, London) a plongé l’audience dans l’art contemporain philippin et la manière dont l’un de ses praticiens, Yason Banal, fait de la connexion internet la plus lente du monde, un élément de sa pratique. Cristina Juan (SOAS) a présenté, quant à elle, une représentation de théâtre religieux, le Linambay de Linao, étudiée sur 100 ans, pour en comprendre la forme, les transformations et l’utilisation post-catastrophe. Enfin, Danica Salazar (Oxford University) a pioché dans le stock du Oxford English Dictionary pour étudier les innovations lexicales de l’anglais des Philippines, qu’elle a judicieusement replacées dans leur contexte historique et social.

Le format, qui prévoyait un temps de parole égal à celui de la discussion, a invité aux échanges, autre plus-value de ces journées d’études. Cet atelier était loin de rassembler une foule où tout le monde se connaissait. Il a ainsi attiré des chercheurs venus d’horizons divers, notamment deux Indiennes, Sunaina (Banasthali university, Rajasthan) et Mohor Chakraborty (South Calcutta Girls’ College, University of Calcutta), travaillant sur Mindanao, Franciszek Czech, un sociologue polonais (Jagiellonian University, Cracow), nombre de jeunes docteurs philippins formés au Royaume-Uni, ou encore Eberhard Crailshem, chercheur autrichien travaillant pour le Conseil National de la Recherche Espagnole (CSIC, Madrid).

On comprend aisément que ces deux journées ont débouché sur le projet d’un répertoire en ligne des philippinistes afin de faciliter la mise en relation des chercheurs. Le cloisonnement des aires culturelles (mondes hispaniques ou Asie du Sud-Est) devrait ainsi être dépassé. Ce projet ambitieux, dont la mise en place est prévue prochainement, devrait faire l’objet de discussions lors des prochaines journées d’études.

  • OpenEdition Journals