Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS

Bali in the Early Nineteenth Century : The Ethnographic Accounts of Pierre Dubois

Michel Picard
p. 242-246
Référence(s) :

Helen M. Creese, Bali in the Early Nineteenth Century : The Ethnographic Accounts of Pierre Dubois, Verhandelingen van het Koninklijk Instituut voor Taal-, Land- en Volkenkunde 305, Brill, Leiden & Boston, 2016, XIX, 826 p. (26 ill.), cartes, fac. sim. ISBN : 978-90-04-31582-2 ; 90-04-31582-9

Texte intégral

1Dans cet imposant volume, Helen Creese analyse d’une façon extrêmement minutieuse les modalités de la rencontre entre Néerlandais et Balinais à partir des écrits de Pierre Dubois, qui servit à Bali comme administrateur civil de mars 1828 à mai 1831. Sa mission officielle était de recruter des soldats pour servir dans les troupes coloniales combattant à Java l’insurrection du prince Diponegoro. En dehors des rapports administratifs qu’il devait adresser périodiquement à sa hiérarchie, le comité de direction de la Société batave des arts et des sciences (Bataviaasch Genootschap van Kunsten en Wetenschappen) lui demanda en mai 1829 de rendre compte de ses expériences personnelles à Bali. Il a travaillé à ce projet, demeuré inachevé, jusqu’à son décès en 1838, en rédigeant une série de lettres en français, réunies sous l’intitulé Légère Idée de Balie en 1830. Témoignage oculaire original de la vie balinaise dû à un Européen établi dans l’île, ces textes peuvent être considérés comme le premier compte rendu ethnographique de Bali.

2Philologue de formation, Helen Creese avait initialement conçu son étude comme un simple travail d’édition et de traduction des lettres de Dubois. Au fil des ans, elle a élargi son propos de façon à y intégrer une histoire des relations entre Néerlandais et Balinais depuis l’ère napoléonienne jusqu’à la première expédition militaire contre Bali en 1846. Si bien que son livre se compose de trois parties : l’édition originale de Légère Idée de Balie en 1830 et sa traduction annotée en anglais y sont précédées d’une présentation circonstanciée du contexte historique et culturel du séjour de Dubois à Bali qui occupe plus de 300 pages.

3Pierre Dubois est né en 1781 à Mouscron, un village wallon dans la province de Hainaut. Après avoir servi comme officier dans la Grande Armée, et notamment participé à la campagne de Russie, il s’est engagé dans l’armée coloniale des Indes néerlandaises en 1817, qu’il a quittée l’année suivante pour servir dans l’administration civile. Et il n’était encore qu’un simple employé de deuxième classe dans la Résidence de Priangan, à Java-Ouest, lorsque le Conseil des Indes décida en janvier 1828 de l’envoyer à Bali comme administrateur auprès de la cour de Badung, dans le sud de l’île, pour y recruter des soldats. Le déclenchement de la Guerre de Java en 1825 avait en effet suscité une telle demande de combattants que le gouvernement avait décidé d’enrégimenter des troupes auxiliaires indigènes. Avant la venue de Dubois, plusieurs missions avaient déjà été envoyées à Bali dans le but de négocier un traité avec les princes de Badung : le capitaine B.D. van de Wahl en 1809, le commissaire H.A. van den Broek en 1817, le négociant arabe Sayyid Hasan al-Habashi en 1821 et le capitaine J.S. Wetters en 1826. Si ce dernier était finalement parvenu à obtenir un accord pour enrôler des soldats et à établir un comptoir commercial à Kuta, le débouché portuaire de Badung, ces différentes missions diplomatiques avaient surtout eu pour effet d’inquiéter les Balinais en les persuadant que le gouvernement colonial préparait l’invasion de leur île.

4Durant toute la période de la Compagnie générale des Indes orientales (Vereenigde Oost-Indisch Compagnie, VOC), Bali avait été une source importante d’esclaves. Ce commerce était pour l’essentiel aux mains de marchands chinois et bugis, et nombre de maisons princières balinaises lui devaient leur richesse et leur pouvoir. Si l’interrègne britannique de 1811-1816 n’a guère affecté les relations entre l’aristocratie balinaise et les puissances européennes, il a suscité un renouveau d’intérêt pour Bali en faisant de cette île voisine de Java un enjeu stratégique dans la compétition que se livraient Anglais et Hollandais dans l’archipel insulindien. Par ailleurs, l’interdiction de la traite esclavagiste imposée par les Britanniques allait bientôt assécher cette source de revenus pour les maisons princières qui la contrôlaient et compliquer d’autant la tâche de Pierre Dubois, car aucun Balinais libre n’acceptait de quitter son île pour s’enrôler comme soldat. De fait, les quelques centaines de Balinais que ce dernier est parvenu à recruter durant son séjour à Kuta étaient pour l’essentiel des prisonniers de guerre, des débiteurs et des criminels, dont le statut s’apparentait à celui d’esclaves. Kuta était à l’époque un lieu d’exil où venaient échouer les Balinais expulsés de leur village pour faute grave, les fugitifs cherchant à échapper aux exactions d’un prince, ou bien encore les individus affligés d’une maladie infamante, comme la lèpre. On conçoit que la présence d’un Européen en ce lieu, en butte à la méfiance de la population et en concurrence avec les négociants chinois et bugis, n’était certainement pas de tout repos. Avec la fin de la Guerre de Java en 1830, la demande de recrues militaires s’est tarie et le gouverneur général a pris la décision de fermer le comptoir de Kuta en mai 1831. À son retour de Bali, Dubois fut nommé employé de première classe dans la Résidence de Besuki, à Java-Est, où il finit ses jours.

5À l’époque où Pierre Dubois s’est installé à Bali, l’île était encore virtuellement inconnue des Européens, en dépit de quelques rapports sommaires, dus notamment aux administrateurs et orientalistes britanniques John Crawfurd (1820) et Thomas Stamford Raffles (1817), qui avaient effectué de brefs séjours à Buleleng, dans le nord de l’île, le premier en 1814 et le second en 1815, ainsi qu’à l’administrateur néerlandais Van den Broek (1835). La demande adressée à Dubois par la Bataviaasch Genootschap consistait d’ailleurs à évaluer le rapport rédigé par ce dernier à l’issue de sa mission à Bali en 1817-1818. Considérant que ce rapport était truffé d’erreurs, Dubois décida de rédiger son propre compte-rendu, sous la forme d’une vingtaine de longues missives, qualifiées de « lettres familières » adressées à un correspondant anonyme intitulé « Monsieur », figure rhétorique d’un interlocuteur censé authentifier les choses vues par l’auteur et attester leur crédibilité. Il existe trois versions de ces manuscrits, conservées respectivement aux Archives nationales néerlandaises de La Haye, au KITLV à Leyde et aux Archives nationales indonésiennes à Jakarta.

6Compte tenu de leur caractère souvent fragmentaire, fruit de nombreuses corrections et de réécritures successives, Helen Creese a établi son édition des lettres de Dubois en construisant son corpus à partir de choix effectués dans les trois versions disponibles. Et elle en a organisé la présentation selon quatre axes thématiques : les origines mythiques du peuplement de Bali et l’histoire de ses maisons princières, la société et ses castes, les croyances et cérémonies religieuses, et enfin les rites funéraires. Ce qui nous vaut notamment une exposition détaillée des origines de la dynastie de Badung et de ses trois maisons rivales – Pamecutan, Denpasar et Kesiman – avec leur lot d’intrigues, de conflits et de meurtres. C’est qu’aucune position de pouvoir n’était jamais assurée à Bali. La souveraineté y reposait sur la coercition et la pompe, la richesse et l’habileté politique, tout autant que sur la capacité à nouer des alliances militaires et matrimoniales stratégiques. Le negara balinais était en effet composé de centres et de satellites comprenant un grand nombre de seigneurs auxquels leurs vassaux prêtaient allégeance. Et chaque seigneur devait à son tour fidélité à son propre suzerain. Dans un tel contexte, le système matrimonial polygame et les rivalités factionnelles aboutissaient constamment à des revendications concurrentes de souveraineté et à des situations politiques instables.

7Dans sa première lettre, Dubois soulignait la singularité de Bali et avouait la difficulté où il se trouvait d’en rendre compte, « parce que cette région, qui n’est encore connue des étrangers que très superficiellement, possède en effet une race d’hommes singulière, dont le physique, les moeurs, les usages, les institutions sociales, et surtout les idées religieuses, diffèrent de beaucoup de ceux des autres nations » (p. 318). Dans une autre lettre, il rappelait à son correspondant, comme une évidence : « On sait que la race d’hommes à Balie, est la plus belle de tout cet archipel » (p. 343). Mais il ajoutait peu après : « Quel dommage qu’une si belle parcelle du globe soit condamnée par le sort à être la plus mal gouvernée des deux hémisphères ! Une politique égoïste et despotique dicte la loi, et des brutes superstitieuses rampent sous un joug d’airain » (p. 344). C’est que les écrits de Dubois témoignent de la vision des Lumières sur la condition humaine et l’état d’avancement des civilisations. On y trouve ainsi les raisons des différences physiques et culturelles entre les peuples, la confiance dans le pouvoir de la raison pour assurer le progrès de l’humanité de l’état sauvage à celui de civilisé, et l’impératif d’une libération des hommes de la double tyrannie des superstitions religieuses et du despotisme arbitraire. À maintes reprises, l’auteur y donne libre cours à la rhétorique coloniale familière d’une aristocratie avide et indolente, lascive et fourbe, opprimant les masses ignorantes avec la complicité intéressée d’une prêtrise qui s’entend pour manipuler la naïveté d’un peuple crédule. Seuls échappent à ses diatribes les paysans, qui sont durs au labeur et parcimonieux, et surtout les femmes de toutes les classes, « actives, industrieuses, soumises et fort réglées dans leur moeurs » (p. 499).

8Il est frappant qu’à la différence de Crawfurd et Raffles, ainsi que des orientalistes qui leur ont succédé, tels Rudolph Friederich (1849-50) ou Sylvain Lévi (1933), Dubois ne qualifie pas d’hindouisme la religion balinaise. Ce n’est certes pas faute d’être attentif aux croyances religieuses des Balinais et à leurs foisonnantes pratiques rituelles. Mais il s’en tient à rapporter ce qu’il a vu lors de son séjour dans l’île, sans chercher à référer les cérémonies balinaises à une éventuelle origine exogène. Cela étant, il partage la fascination de ses contemporains pour la crémation et il ne manque pas de décrire en détail l’immolation des veuves sur le bucher funéraire de leur mari. Mais il prend soin d’expliquer également la raison des rites post-crématoires, nécessaires pour libérer l’âme de ses attaches terrestres et permettre la transformation des défunts en ancêtres divinisés. De la même façon, à l’encontre de ses prédécesseurs, Dubois ne renvoie pas à l’Inde pour rendre compte de la présence de « castes » à Bali, mais il présente au contraire la structure sociale en termes spécifiquement balinais, en détaillant avec précision l’agencement complexe des stratifications hiérarchiques au sein de la population, et en soulignant notamment le système matrimonial hypergamique, où le statut d’un aristocrate est déterminé par le rang de sa mère.

9On doit savoir gré à Helen Creese d’avoir mis à la disposition du public, anglophone comme francophone, les lettres de Pierre Dubois, avec leur mélange savoureux d’observations judicieuses et de jugements de valeur sur la vie balinaise dans les premières décennies du XIXe siècle. Mais par delà l’intérêt indéniable que présentent ces écrits pour l’historiographie balinaise, il faut surtout rendre hommage au travail d’édition, de présentation et de contextualisation qu’elle leur a consacré, qui s’avère en tous points exemplaire.

Haut de page

Bibliographie

Broek, H.A. van den, 1835, « Verslag nopens het eiland Balie : De vorsten, hunne geaardheid en betrekkingen, den handel, de culture, de bevolking, hare zeden en gewoonten, Godsdienst en andere bijzonderheden », De Osterling. Tijdschrift van Oost-Indië, 1, p. 158-236.

Crawfurd, John, 1820, « On the existence of the Hindu religion in the island of Bali », Asiatick Researches, 13, p. 128-170.

Friederich, Rudolf H.Th., 1849-50, « Voorlopig verslag van het eiland Bali », Verhandelingen van het Bataviaasch Genootschap van Kunsten en Wetenschappen, 22, p. 1-63 ; 23, p. 1-57.

Lévi, Sylvain, 1933, Sanskrit Texts from Bali, Baroda, Oriental Institute.

Raffles, Thomas Stamford, 1817, The History of Java, London, Black, Parbury & Allen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Picard, « Bali in the Early Nineteenth Century : The Ethnographic Accounts of Pierre Dubois », Archipel, 94 | 2017, 242-246.

Référence électronique

Michel Picard, « Bali in the Early Nineteenth Century : The Ethnographic Accounts of Pierre Dubois », Archipel [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 06 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/archipel/471

Haut de page

Droits d’auteur

Association Archipel

Haut de page
  • OpenEdition Journals