Navigation – Plan du site
Livraison juin: De l'usage de l'image dans la presse (XIXe - XXe s.)

La mise en image de la Première guerre carliste : le rôle de la presse et des revues illustrées

Laetitia Blanchard Rubio

Résumés

Lorsque débute la Première guerre carliste en Espagne, c’est là que paraît se jouer le sort de l’absolutisme européen, aux prises avec le libéralisme conquérant. Les acteurs de ce conflit ainsi que l’écho de certaines batailles sont relayés dans l’opinion publique européenne, essentiellement par la presse et les revues, mais aussi au travers de nombreux ouvrages de circonstance. Cette guerre a ainsi donné lieu à de nombreux écrits mais également à des images dans un siècle qui connaît l’essor de la gravure. La gravure, telle que nous l’envisageons dans cette étude, se présente comme un nouveau phénomène de communication sociale et comme le système graphique dominant sur la scène culturelle de l’époque. Il s’agira dans cette étude de voir dans quel type de medias ont été diffusées les gravures de la Première guerre carliste et d’évaluer l’influence de ces images dans l’intelligibilité de ce conflit et dans l’élaboration d’un imaginaire collectif.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 FUENTES, Juan Francisco et FERNÁNDEZ SEBASTIÁN, Javier, Historia del periodismo español, Madrid, Ed (...)

1Lorsqu’en 1833 débute la Première guerre carliste (qui est une guerre de succession opposant les partisans de la future reine Isabelle II à ceux de son oncle, le prétendant don Carlos), c’est là-bas que paraît se jouer le sort de l’absolutisme européen, aux prises avec le libéralisme conquérant. La nature particulière de cette guerre tient au fait que ses enjeux ne sont pas simplement nationaux. Les acteurs de ce conflit ainsi que l’écho de certaines batailles sont relayés dans l’opinion publique européenne, essentiellement par la presse, mais aussi au travers de nombreux ouvrages de circonstance qui sont la plupart du temps des témoignages de voyageurs ou de militaires s’étant engagés dans ce conflit. Cette guerre a ainsi donné lieu à de nombreux écrits mais également à des images dans un siècle qui connaît l’essor de la gravure. Ce support permet la reproduction, à de nombreux exemplaires et dans une qualité tout à fait acceptable, de scènes, de portraits, de vues, de monuments ou de cartes. On a donc affaire à un nouveau média de masse, même s’il convient de relativiser la réception d’une telle production iconographique. En effet, la plupart des journaux quotidiens de l’époque ont un format identique. Ils sont constitués de quatre pages de texte et n’ont pas les moyens financiers de publier des illustrations dans leurs colonnes1. L’essor des gravures dans la presse quotidienne à bon marché au moyen de la technique peu couteuse de la gravure sur bois se situe plutôt autour des années 1850 à 1860. Les lecteurs réguliers de journaux tels que Le Journal des Débats, Le Constitutionnel, La Gazette de France ou La Presse en France, The Times, The Morning Post, The Morning Herald, The Globe ou The Standard en Angleterre et El Español, La Abeja, La Revista-Mensajero ou El Eco del Comercio en Espagne ne peuvent y découvrir des images portant sur la Première guerre carliste. Celles-ci se retrouvent en majorité dans des ouvrages plus luxueux ou au tirage plus exclusif tels que les revues illustrées ou les albums. Les gravures concernant la Première guerre carliste sont donc diffusées suivant un circuit parallèle à celui des nouvelles d’actualité. Des images évoquant le conflit viennent compléter la grande quantité d’informations écrites venues d’Espagne et provenant de correspondants de guerre occasionnels ou permanents présents sur le terrain dans l’un ou l’autre camp.

I - Les gravures informatives

2Un des principaux objectifs de la gravure au XIXe siècle est d’être le véhicule privilégié de l’information d’actualité. La Première guerre carliste étant une question largement commentée dans la presse et les cabinets ministériels européens, les thématiques traitées dans de nombreuses gravures de l’époque ont été orientées par cet événement qui remet l’Espagne sur le devant de la scène. Ainsi, certaines gravures publiées pendant le conflit sont destinées à faire connaître au public la géographie des provinces du Nord où se déroule la guerre ou encore l’apparence physique des principaux acteurs du conflit. Les premiers reporters de cette guerre ont été des militaires ou des aventuriers qui, ayant parfois eux-mêmes un réel talent de dessinateur, ont voulu faire connaître au public qui suivait les affaires d’Espagne depuis l’arrière les principaux événements auxquels ils ont pu prendre part. Le plus souvent, à leur retour du front, ils prennent soin de publier des œuvres en lien avec leur expérience sur place (la plupart de temps accompagnées de lithographies) sachant qu’il existe dans leur pays ainsi que dans toute l’Europe un public friand de nouvelles fraîches et d’illustrations pouvant le transporter sur le théâtre de la guerre.

3C’est ainsi par exemple, qu’au plus près de l’actualité et de ceux qui la font, l’artiste peintre Isidore Maguès s’est infiltré auprès des principaux généraux carlistes afin d’en faire le portrait. Ainsi, il publie dès 1837 sa collection de portraits intitulée Don Carlos et ses défenseurs.

Vue de l’habitation de Don Carlos à Durango

Vue de l’habitation de Don Carlos à Durango

Maguès, Isidore, Don Carlos et ses défenseurs, collection de vingt portraits originaux..., 1837.

Don Carlos

Don Carlos

Maguès, Isidore, Don Carlos et ses défenseurs, collection de vingt portraits originaux..., 1837.

D. Bruno de Villareal

D. Bruno de Villareal

Maguès, Isidore, Don Carlos et ses défenseurs, collection de vingt portraits originaux..., 1837.

4Le succès de son ouvrage, immédiatement traduit et publié en Espagne et en Italie, témoigne d’un véritable besoin d’images au sein de l’opinion publique européenne au moment où se déroule ce conflit. Voici comment Maguès justifie son entreprise :

  • 2 MAGUÈS, Isidore, Don Carlos et ses défenseurs, collection de vingt portraits originaux, dessinés d’ (...)

« J’étais bien loin de songer à la publication que je mets aujourd’hui sous les yeux du public, quand le hasard me fit aller à Bayonne au mois de septembre dernier. Sur les frontières des deux royaumes, et si près du théâtre de la guerre, il est impossible que de cette ville, remplie d’ailleurs de familles espagnoles, on n’ait pas les yeux constamment tournés vers l’autre côté de la Bidassoa. Le drame qu’on y joue, les acteurs qui y figurent, sont le sujet de toutes les conversations, d’une foule de paris plus ou moins considérables. Chacun suivant son opinion, fait ou exprime des vœux pour l’un ou l’autre parti ; mais généralement, on peut remarquer le vif intérêt qu’inspire cette poignée d’hommes qui, d’abord sans armes ni munitions, ont été forcés de les arracher l’une après l’autre aux mains de leurs nombreux ennemis, et de gagner pied à pied le plus petit espace de terrain. Au milieu des dissertations continuelles sur un tel sujet, je ne tardai pas à concevoir le désir, et bientôt le projet arrêté de voir de près ces hommes, objet de l’attention universelle, et de les peindre, si j’en trouvais le moyen ».2

5Il est intéressant de constater qu’il décrit tout d’abord l’état d’esprit dans lequel il se trouvait lui-même, tout comme le public de son époque, et c’est cette curiosité qui a fait naître chez lui cette volonté de faire le portrait des hommes dont tout le monde parle. En outre, son goût de l’aventure et de la gloire le pousse également à aller rencontrer ceux qui font sensation dans toute l’Europe :

  • 3 Ibid., p. 2.

« Ce projet n’était pas seulement hardi, l’exécution devait en être difficile ; car il ne suffisait pas de parvenir à déjouer la surveillance de la police franco-christine ; à peine à l’abri de ses atteintes, il fallait encore être accueilli par celle de don Carlos. Or les carlistes ne sont pas d’un accès commode ; et puis, une fois reçu par eux, pouvais-je espérer le concours de toutes les circonstances indispensables à l’accomplissement de mon dessein ? C’était bien incertain, mais non pas impossible, et cela suffisait à une tête d’artiste ; d’ailleurs, n’y avait-il pas aussi quelques dangers à braver, et par conséquent un peu de gloire à réussir » ?3

6En Angleterre, de nombreux militaires ayant appartenu à la Légion Etrangère Britannique qui, comme la Légion Etrangère Française, combattent aux côtés des libéraux espagnols à partir de 1835 en vertu du Traité de la Quadruple Alliance, se sont dépêchés de publier dès leur retour des recueils de scènes (sketches) ou de vues concernant les provinces basques qu’ils avaient traversées.

La Legión francesa en pleno ataque contra una trinchera carlista

La Legión francesa en pleno ataque contra una trinchera carlista

Major C. V. Z., Attached to the Staff of the Queen's, Civil war in Spain, Characteristic sketches of the different troops, regular and irregular, native and foreign, composing the armies of don Carlos and queen Isabella, also various scenes of military operations, and costumes of the Spanish peasantry, London, J. Dickinson, 1837, vol. II, gravure n°3.

Hernani desde la meseta de la Venta de Oriamendi: los carlistas atacando la posición defendida por el general Evans, el 16 de marzo de 1837, y la última posición de los soldados de la Marina Real Británica.

Hernani desde la meseta de la Venta de Oriamendi: los carlistas atacando la posición defendida por el general Evans, el 16 de marzo de 1837, y la última posición de los soldados de la Marina Real Británica.

Hornbrook, Thomas Lyde, Twelve Views in the Basque Provinces illustrating several of the actions in which the British Legion was engaged with Carlist troops, Londres, Day and Haghe Lithographers to the Queen, 1840.

7On peut donc constater que la plupart des images liées à l’actualité la plus récente ne sont pas majoritairement publiées dans la presse périodique mais dans des ouvrages à part, des sortes d’albums ou de recueils de gravures, dans le but de pallier le manque d’illustration des principaux journaux de l’époque.

II - La Première guerre carliste : un simple prétexte pour évoquer une Espagne pittoresque

  • 4 Peintre et lithographe, elle est née à Paris en 1814. Elle était la fille du peintre Pierre Jacques (...)

8Le conflit carliste n’a pas donné lieu qu’à des images centrées sur l’actualité immédiate, il n’est parfois qu’un prétexte pour évoquer une Espagne pittoresque et offrir une série de gravures propres à l’esthétique romantique, ayant pour but de répondre au besoin d’exotisme et de folklore d’un public curieux de ce qui se passe partout dans le monde. Un grand nombre de paysages des provinces basques et de la Navarre sont diffusés dans de nombreux ouvrages illustrés contemporains à cette guerre. A travers la publication de ce type d’images, il s’agit de montrer à la fois l’aspect géographique et pittoresque du théâtre dans lequel se déroulent les principales opérations militaires. On retrouve ainsi représentés sous forme de panoramas la plupart des lieux qui sont mentionnés dans les bulletins journaliers de la guerre que diffuse la presse comme la « Vue de Bergara » publiée dans la Revista pintoresca de las Provincias Bascongadas dont le nom seul évoque pour les contemporains le fameux Traité de Bergara de 1839 qui ramena la paix en Espagne après sept ans de guerre civile ou la vue d’« Irun et du pont de Béhobie » qui relie la France à l’Espagne, au-dessus de la Bidassoa, publiée dans L’Album des deux frontières4.

Bergara : Gipuzkoa

Bergara : Gipuzkoa

Lambla, Julio, Revista pintoresca de las Provincias Bascongadas, Bilbao, Imprenta y librería de Adolfo Depont, 1846, p. 164.

Vue de Irun et du pont de Béhobie

Vue de Irun et du pont de Béhobie

Hennebutte Feuillet, Blanche, France et Espagne : Album des deux frontières, Bayonne, Impr. de Veuve Lamaignère, 1852, Vol. I, p. 28.

  • 5 MAGNIEN, Edouard, Excursions en Espagne, ou Chroniques provinciales de la Péninsule, illustrées par (...)

9Lorsqu’Edouard Magnien publie un ensemble de gravures qui illustrent ses Excursions en Espagne, il annonce d’ailleurs à ses lecteurs leur lien avec l’actualité : «… nous allons explorer les défilés de l’âpre Biscaye et la plaine sablonneuse des deux Castilles, c’est-à-dire les localités mentionnées dans les bulletins journaliers de la guerre civile au-delà des Pyrénées, l’ardent foyer des discordes espagnoles ; en un mot, les provinces les plus actuelles de la Péninsule »5. De même, le sous-titre du recueil dans lequel paraît la gravure anglaise d’« Hondarribia » ne manque pas d’évoquer le contexte particulier dans lequel sont publiées ces images « ilustrated by notes and reminiscenses connected with the war in Biscay and Castile », ce qui est censé susciter l’intérêt du lecteur.

Irun, from the Bidassoa

Irun, from the Bidassoa

Magnien, Edouard, Excursions en Espagne, ou Chroniques provinciales de la Péninsule, illustrées par David Roberts de Londres, Paris, R. Lebrasseur, 1837, p. 47.

Hondarribia

Hondarribia

Wilkinson, Henry, Sketches of scenery in the Basque provinces of Spain, with a selection of national music, arranged for piano forte and guitar, London, Ackermann and Co, 1838, p. 32.

10Par ailleurs, de nombreuses illustrations sur le folklore et les coutumes locales du peuple basque voient le jour soit dans des revues telles que le Semanario Pintoresco Español ou l’Album pintoresco universal en Espagne et Le Magasin pittoresque ou Le Magasin universel en France, soit dans des ouvrages illustrés portant de façon plus spécifique sur la thématique basque comme par exemple le livre des Sketches from the Basque Provinces of Spain des Anglais Sydney Crocker et Blich Barker qui réunit une collection de vingt-trois gravures consacrées aux types basques. On y retrouve entre autres le type du muletier ou des Chapelgorris (qui signifie bérets rouges), nom qui avait été donné aux Basques appartenant au camp des christinos pour les distinguer des Chapelchurris (les bérets blancs carlistes). Ce type d’ouvrage, d’une grande richesse iconographique, contribue à préciser encore le cadre dans lequel se déroule la Première guerre carliste et à nourrir l’imaginaire du public.

Mulero

Mulero

Crocker, Sydney et Barker, Blich, Sketches from the Basque provinces of Spain, London, T. Mc. Lean, 1839.

Txapelgorris

Txapelgorris

Crocker, Sydney et Barker, Blich, Sketches from the Basque provinces of Spain, London, T. Mc. Lean, 1839.

Txapelchurris

Txapelchurris

Crocker, Sydney et Barker, Blich, Sketches from the Basque provinces of Spain, London, T. Mc. Lean, 1839.

  • 6 Il est incontestable que jamais les bandes de don Carlos n'auraient pu faire figure d'armée réguliè (...)
  • 7 Depuis le 3 juillet 1835, il existe, en plus des articles additionnels du traité de la Quadruple Al (...)

11C’est ainsi que le personnage du contrebandier apparaît à cette époque de façon répétée. Depuis 1808, les écrivains, même les plus indifférents à l'Histoire, ne peuvent aller en Espagne sans penser à certains personnages stéréotypés dont beaucoup sont devenus légendaires. Les bandoleros ou les contrebandiers peuplent les imaginaires. Comment le contrebandier est-il devenu pendant la Première guerre carliste une figure mythique particulièrement représentée ? Tout d’abord, ce personnage possède certaines caractéristiques emblématiques d'un héros romantique. Sa vie libre, dangereuse et solitaire le pose comme un révolté qui refuse de se prêter aux exigences de la société. Mais la présence de gravures de contrebandiers, tout en satisfaisant les besoins de pittoresque et de romantisme d’un public qui a soif d'aventure et de dépaysement, correspond également à la réalité de la guerre6, puisqu'à aucun moment ils n’ont été aussi nombreux ni la contrebande aussi fructueuse que pendant la Première guerre carliste7.

12La gravure parue en 1835 dans Le Magasin universel représente le stéréotype du contrebandier à cheval qui vit et exerce sa « profession » dans la montagne. Cette scène de genre n’est d’ailleurs pas sans rappeler un épisode de Carmen de Prosper Mérimée (la nouvelle a été publiée en 1845) lorsque Don José devient un hors-la-loi et se fait contrebandier pour subvenir aux besoins de sa bien-aimée.

Contrebandiers espagnols poursuivis par les douaniers

Contrebandiers espagnols poursuivis par les douaniers

Magasin universel, Paris, Tome III, novembre 1835, p. 46.

13Sur l’image publiée par Le Magasin universel, les contrebandiers paraissent n’avoir aucun lien avec le contexte historique de la Première guerre carliste. Cependant, le texte qui l’accompagne se centre malgré tout sur la thématique plus actuelle des provinces insurgées. Il y est précisé que :

  • 8 « Les contrebandiers des Pyrénées », in Le Magasin universel : publié sous la direction de savants, (...)

« La guerre actuelle, alimentée dans le parti de don Carlos par les seuls secours des contrebandiers, est une preuve de cette persévérance, de ce courage que rien ne saurait abattre ni dompter » et un peu plus loin on nous apprend également qu’ « En Espagne, la contrebande se fait en grand, non seulement à la frontière, mais dans l’intérieur du pays, aux environs des villes »8.

  • 9 MESONERO ROMANOS, Ramón de, « Los contrabandistas », in Semanario Pintoresco Español. Lectura de la (...)

14L’année suivante, cette même gravure sera insérée dans le Semanario pintoresco español, la revue fondée par Mesonero Romanos en 1836, pour illustrer un article intitulé « Los contrabandistas »9 qui reprend également en partie le contenu de l’article français publié dans Le Magasin universel.

15Ce type de gravures de contrebandiers anonymes paraît aux côtés d’un portrait représentant un passeur devenu célèbre durant cette guerre. Il s’agit de Juan Batista Esain. Si celui-ci est devenu une véritable légende dans la geste carliste, c’est parce qu’il a été le guide de don Carlos lorsqu’il a dû traverser clandestinement la frontière pour revenir en Espagne en 1834. Le romanesque de cette situation a d’ailleurs été littérairement exploité dans un article intitulé « L’Espagne » publié par Joseph Lavallée et Adolphe Guéroult dans la revue L’Univers pittoresque en 1844. Voici comment nous sont contées les aventures du contrebandier Esain qui, en référence à cet épisode, finira par être surnommé la mula del rey :

  • 10 L’Univers pittoresque, Paris, Firmin-Didot frères, 1844, pp. 339-340.

« Dans la nuit du 24 au 25 septembre, Rodil, Oraa et Lorenzo avaient cerné le prétendant dans les montagnes de Saldias et de Goa ; Rodil était tellement certain du succès, qu’il écrivit que tout était fini, et qu’il tenait le prétendant comme dans un sac. Mais au moment où le général cristino expédiait cette dépêche, le prétendant, au milieu de la nuit, sortait de la cabane d’un berger qui l’avait caché pendant quelques heures. Il avait pour guide un paysan navarrais, Juan Bautista Esain, né dans le village de Larrainzar. Déjà, ils entendaient autour d’eux les pas des soldats de la reine ; à chaque instant le bruit se rapprochait davantage. Pour comble de malheur les chemins étaient impraticables, et don Carlos ne pouvait plus avancer. Alors Esain, accoutumé depuis son enfance à gravir les montagnes, prit don Carlos sur ses épaules. Chargé de ce fardeau, il poursuivit sa marche à travers les obstacles ; sur le bord des précipices, il s’avançait d’un pied sûr. "Roi, disait-il sans cesse, je te sauverai" et il allait toujours, jusqu’à ce qu’ayant ainsi porté don Carlos pendant plus de trois-quarts d’heure, au milieu des ennemis qu’on entendait toujours à portée de pistolet, ils arrivèrent enfin dans un lieu plus sûr » 10.

De Essain

De Essain

Maguès, Isidore, Don Carlos et ses défenseurs, collection de vingt portraits originaux..., 1837.

16La Première guerre carliste permet ainsi de réactiver ou de rénover les stéréotypes qui circulaient à l’époque sur l’Espagne et met en lumière de façon privilégiée certains décors ou types humains basques, c’est-à-dire qu’elle donne lieu à tout un ensemble d’images, parfois dénuées de tout rapport avec un contexte violent ou guerrier, mais qui n’auraient pas existé sans ce conflit.

III - La mise en image d’un projet d’histoire

  • 11 Panorama español, crónica contemporánea. Obra pintoresca destinada a exponer todos los acontecimien (...)

17Il existe un autre type de gravures dans lesquelles domine un caractère informatif moins soumis à la retranscription de l’actualité du moment et plus clairement destiné à relater certains épisodes de cette guerre. Ces séries d’images, publiées à la fin de la guerre dans les années 1840, sont destinées à donner au public une vision d’ensemble de cet événement qui est encore dans toutes les têtes. Le sous-titre du Panorama español : « ouvrage destiné à présenter tous les événements politiques depuis août 1832 jusqu’à nos jours »11 témoigne d’une volonté de couvrir le conflit carliste une fois les esprits apaisés de façon systématique et chronologique. Les auteurs de ce type d’ouvrage tentent de forger un imaginaire commun à tous les Espagnols en orientant la mémoire collective vers une version particulière de l’Histoire, destinée le plus souvent à devenir la version officielle. Ces gravures ont une visée pédagogique et fleurissent le plus souvent dans des ouvrages espagnols dont l’objectif est d’écrire une histoire nationale.

Acción de Mendigorría

Acción de Mendigorría

Miranda, Manuel, Panorama español, crónica contemporánea, Madrid, Imprenta del Panorama español, Vol. 3, 1845, p. 88.

18Même si leurs auteurs expriment leur désir d’être honnêtes et impartiaux, l’image opère un tri et ne sont conservés que les événements que l’on juge dignes d’entrer dans l’Histoire. Dans cette optique, les illustrations se concentrent essentiellement sur la représentation de batailles ou de scènes convenues ainsi que sur l’exaltation des grands hommes de la nation, sans distinction de parti. Les aspects les plus polémiques et les plus violents sont volontairement évacués. La neutralité du contenu des gravures que l’on retrouve dans ce type d’entreprise garantit la reconnaissance du plus grand nombre dans une Histoire commune. C’est ainsi que, même dans le cas d’épisodes violents comme ont pu l’être les exécutions de prisonniers, le Panorama s’attache à nous montrer que c’était bien le même type de cruauté qui régnait dans les deux camps.

Fusilamiento de soldados liberales por orden de Cabrera tras la acción de Villamalefa (1838)

Fusilamiento de soldados liberales por orden de Cabrera tras la acción de Villamalefa (1838)

Mugica, Panorama español, crónica contemporánea, Madrid, Imprenta del Panorama español, Vol. 4, 1845, p. 126.

Fusilamiento de soldados carlistas en represalia de los liberales fusilados

Fusilamiento de soldados carlistas en represalia de los liberales fusilados

Mugica, Panorama español, crónica contemporánea, Madrid, Imprenta del Panorama español, Vol. 4, 1845, p. 127.

19Dans l’entreprise de construction d’un imaginaire national, mise en œuvre par les libéraux puisque ce sont eux qui parviennent à rester au pouvoir à l’issue de la guerre, apparaît une volonté de choisir des représentations de la guerre ou de ses acteurs, destinées à créer le consensus. Ainsi, le Panorama met en scène la réconciliation entre deux camps adverses lors de l’accolade que se sont donnés à Bergara le général carliste Maroto et le général libéral Espartero et la Galería militar contemporánea montre la liesse et la fraternisation des soldats ennemis à la fin de la guerre, suite à la signature du Traité de Bergara en 1839.

Abrazo de Bergara

Abrazo de Bergara

Panorama español, crónica contemporánea, Madrid, Imprenta del Panorama español, Vol. 3, 1845, p. 256.

Bergara, fin de la guerra del Norte

Bergara, fin de la guerra del Norte

Vallejo, José, Galería militar contemporánea, colección de biografías y retratos de los Generales que más celebridad han conseguido en los ejércitos liberal y carlista, durante la última guerra civil, con una descripción particular y detallada de las campañas del norte y Cataluña, Madrid, Sociedad tipográfica de Hortelano y Compañía, Tome 2, 1846, p. 344.

IV - L’information orientée : la campagne d’opinion et la transmission de la mémoire des vaincus

20Enfin, la Première guerre carliste a été l’occasion pour l’opinion publique de l’époque de voir se résoudre par la lutte armée en Espagne la guerre des idées que se livrent les deux partis en présence dans toute l’Europe. Un grand nombre de gravures ont été diffusées en Europe afin de mener des campagnes d’opinion en faveur de l’un ou l’autre des acteurs de ce conflit. Dans cette optique, une partie importante des gravures qui paraissent interviennent comme un outil de propagande politique.

21Le culte du héros étant un trait caractéristique de l’esthétique romantique, il existe un foisonnement de portraits consacrés aux héros de cette guerre. Le général Thomas Zumalacarregui est le héros de la Première guerre carliste le plus fréquemment représenté en gravure.

Portrait de Zumalacarregui

Portrait de Zumalacarregui

Vallejo, José y Madrazo, Francisco de Paula, Historia militar y política de Zumalacárregui, y de los sucesos de la guerra de las provincias del Norte, enlazados á su época y á su nombre, Madrid, Imprenta de la Sociedad de Operarios del mismo Arte, 1844, p. 1.

  • 12 Le prince Félix Lichnowski nous dit que son courage et son dévouement éclipsent très facilement la (...)
  • 13 Ce musée est symboliquement situé dans le village d’Ormaiztegi, lieu de naissance de Zumalacarregui
  • 14 Beaucoup n'hésitent pas à le comparer avec Napoléon, celui que l'histoire retiendra comme le plus g (...)

22Il est l’incarnation de cette guerre12 tant est si bien qu’aujourd’hui il existe au Pays Basque espagnol un musée consacré au carlisme qui porte son nom, le Museo Zumalakarregi13. Celui-ci possède un fonds de 655 gravures concernant le conflit carliste dans lequel j’ai largement puisé pour conduire cette étude. En effet, le public de l’époque est naturellement curieux de voir le visage de quelqu’un dont la presse et de nombreux ouvrages retracent constamment les exploits. A travers Zumalacarregui, on exalte la figure du grand stratège, comme avait pu l’être Napoléon à qui il est d’ailleurs souvent comparé14.

  • 15 SABATIER, Alexis, « Tio Tomas » Souvenirs d’un soldat de Charles V, Bordeaux, Granet, 1836, p. III.

23Tout au long de la guerre, le camp carliste n’a eu que très peu de moyens financiers et la Cour de don Carlos était itinérante. Les carlistes n’ont donc pas pu bénéficier de tous les moyens techniques modernes d’imprimerie. Il était tout à fait impossible d’insérer des images dans le seul bulletin carliste la Gaceta oficial (qui prendra ensuite le nom de Boletín de Navarra y Provincias vascongada) diffusé à partir de 1835, ni plus tard dans le Boletín del Ejército de Aragón, Valencia y Murcia diffusé dans ces trois aires d’influence à partir de 1837. Les multiples ouvrages écrits à la gloire du carlisme par ses partisans vont pallier ce manque en incluant de nombreuses gravures des héros carlistes. Ces écrits et les images qui les accompagnent sont considérés par leurs auteurs comme une contribution à l’effort de guerre comme le souligne Alexis Sabatier, un officier français défenseur de la légitimité. Dans la préface de son livre, il explique à ses lecteurs que : « La cause de la légitimité, comme toute autre cause politique, peut et doit être défendue de bien des manières : par le sabre, la plume, la parole et la bourse »15. Le portrait de Zumalacarregui qu’il publie répond à un objectif de propagande à court terme puisque son ouvrage paraît au milieu de la guerre, en 1836, au moment où don Carlos a besoin du soutien armé et financier des puissances légitimistes européennes pour continuer le combat. Par la mise en valeur de l’un des siens, il espère créer un mouvement d’opinion favorable à sa cause. Il en est de même pour d’autres militaires engagés aux côtés de don Carlos comme Charles Frederick Henningsen, un officier écossais qui publie dans son ouvrage exactement le même portrait de Zumalacarregui que Sabatier, ou pour Auguet de Saint-Sylvain, fait baron de los Valles en 1835 par don Carlos, qui publie lui aussi un portrait du général.

Zumalacarregui

Zumalacarregui

Henningsen, Charles Frédéric, Mémoires sur Zumalacarregui et sur les premières campagnes de la Navarre, par C.T. (sic) Henningsen, capitaine de lanciers au service de don Carlos, traduit de l’anglais, Paris, H. Fournier, 1836, Tome I, Frontispice.

Zumalacarréguy

Zumalacarréguy

Los Valles, Auguet de Saint-Sylvain, baron de, Un chapitre de l’histoire de Charles V, Paris, Dentu, 1835, Frontispice.

24Dans tous ces ouvrages, le trait est particulièrement forcé et ce général est souvent présenté comme un demi-dieu qui a réussi à former une armée à partir de rien et à faire des miracles avec ses troupes de guérilleros. C’est ainsi qu’il apparaît dans cette gravure libérale issue de l’ouvrage des deux libéraux Vallejo et Madrazo qui nous révèle de façon caricaturale l’adoration qui existait pour Zumalacarregui dans le camp carliste. L’emploi du participe « idolâtré » ridiculise les adeptes de ce culte qui est ici présenté comme excessif.

Zumalakarregi idolatrado por sus fieles

Zumalakarregi idolatrado por sus fieles

Vallejo, José y Madrazo, Francisco de Paula, Historia militar y política de Zumalacárregui, y de los sucesos de la guerra de las provincias del Norte, enlazados á su época y á su nombre, Madrid, Imprenta de la Sociedad de Operarios del mismo Arte, 1844, p. 116.

Conclusion

25Toutes ces gravures avec leurs spécificités ont contribué à forger la perception que les Européens ont eue de la Première guerre carliste. Elles ont permis en quelque sorte de matérialiser et de fixer un imaginaire déjà présent dans de nombreux écrits. Il se crée ainsi une culture de guerre pour ceux qui sont restés à l’arrière, une culture satisfaisant les besoins d’information du public mais parfois aussi prenant en compte ses besoins de pittoresque ou ses engagements politiques. L’image construit à la fois l’événement et sa mémoire et c’est ainsi qu’elle contribue au façonnement des mentalités collectives. Elle est au cœur d’un réseau de sens qui dévoile les valeurs intimes d’une époque.

26La profusion d’images produites sur le conflit carliste correspond à un véritable appétit d’images, à une consommation qui préfigure, à cet égard, notre société actuelle que certains décrivent comme une « société du spectacle », c’est-à-dire une société dans laquelle ce n’est plus la réalité qui produit les images, mais ce sont les images qui produisent la réalité. Ces gravures font entrer la Première guerre carliste dans le monde nouveau du commerce de l’information, même si la figure du correspondant de guerre, chargé de la mise en image du conflit, n’a pas encore officiellement vu le jour. La principale source iconographique ne provient donc pas directement de la presse mais plutôt d’initiatives privées comme celles de certains soldats ou dessinateurs qui servaient de relais aux nouvelles d’actualité publiées quotidiennement dans ses colonnes.

Haut de page

Notes

1 FUENTES, Juan Francisco et FERNÁNDEZ SEBASTIÁN, Javier, Historia del periodismo español, Madrid, Editorial Síntesis, 1998, pp. 67-69.

2 MAGUÈS, Isidore, Don Carlos et ses défenseurs, collection de vingt portraits originaux, dessinés d’après nature tant au quartier général de Durango qu’au quartier général de l’armée et représentant Don Carlos, ses Ministres, ses généraux, l’infant Don Sébastian, ses aides-de-camp, avec une introduction et une notice biographique sur chacun des personnages, Paris, Toussaint Editeur, 1837, pp. 1-2.

3 Ibid., p. 2.

4 Peintre et lithographe, elle est née à Paris en 1814. Elle était la fille du peintre Pierre Jacques Feuillet, la petite-fille du peintre Pernotin, l’élève des deux et la sœur de la peintre Hélène Feuillet. En 1834, elle s’est installée avec sa famille à Bayonne et en 1844 elle s’est mariée avec Charles Henry Firmin Hennebutte avec lequel elle a eu deux enfants. En 1857, elle a été nommée directrice de l’Ecole de Dessin et de Peinture de Bayonne et en 1858 elle donnait des cours de dessin (modèle en plâtre, portrait et paysage) et art décoratif pour l’Association Philomatique de Bayonne. Elle est morte à Biarritz en 1886.

5 MAGNIEN, Edouard, Excursions en Espagne, ou Chroniques provinciales de la Péninsule, illustrées par David Roberts de Londres, Paris, R. Lebrasseur, 1837, p. 46.

6 Il est incontestable que jamais les bandes de don Carlos n'auraient pu faire figure d'armée régulière si une véritable organisation de contrebande n'avait pris naissance durant toute la période. Les carlistes ont constamment recours à la collaboration des contrebandiers pour se ravitailler en armes, vêtements, équipements militaires, voire même en hommes désireux de combattre aux côtés du Prétendant et c'est surtout au Pays basque que s'opère le plus grand transit d’hommes et de marchandises. Connaissant à merveille les défilés et les pistes de montagne, les contrebandiers pouvaient facilement tromper la vigilance des policiers et des douaniers lancés à leur poursuite. La singularité de ce contexte historique est soulignée par Jean-Baptiste Dasconaguerre : « La frontière était peuplée de soldats et de douaniers [...] Vous auriez vu des généraux, des marquis, des chambellans déguisés en bergers, en moines ou en saltimbanques. C'était une contrebande d'un nouveau genre à diriger au-delà de la frontière », in dasconaguerre, Jean-Baptiste, Les Echos du pas de Roland, Paris, F. Marchand, 1867, p. 35.

7 Depuis le 3 juillet 1835, il existe, en plus des articles additionnels du traité de la Quadruple Alliance, une ordonnance royale qui interdit non seulement le passage des effets de guerre mais aussi tout commerce de vivres et d'objets d'habillement entre les départements du Midi et les provinces révoltées (cette mesure est très appréciée par le gouvernement espagnol car elle permet un blocus total demandé depuis quelque temps par de nombreux militaires libéraux). La présence des contrebandiers tels qu'ils sont représentés dans cette scène de genre est souvent mentionnée dans les récits de voyageurs qui visitent le Pays basque ou de militaires qui tentent de passer la frontière à l'aide d'un guide mais, dans tous les cas, ceux-ci sont rarement identifiés. On comprend malgré tout que leur vie aventureuse et pleine de danger intéresse le lecteur qui imagine en frissonnant les risques encourus par le narrateur lorsqu'il devient, durant quelques instants, le comparse d'un hors-la-loi.

8 « Les contrebandiers des Pyrénées », in Le Magasin universel : publié sous la direction de savants, de littérateurs et d’artistes, Paris, s.n., novembre 1835, p. 48.

9 MESONERO ROMANOS, Ramón de, « Los contrabandistas », in Semanario Pintoresco Español. Lectura de las familias, Tomo 1, Madrid, Oficinas y Establecimiento Tipográfico del Semanario Pintoresco, 1836, pp. 239-240.

10 L’Univers pittoresque, Paris, Firmin-Didot frères, 1844, pp. 339-340.

11 Panorama español, crónica contemporánea. Obra pintoresca destinada a exponer todos los acontecimientos políticos desde octubre de 1832 hasta nuestros días; con los retratos de los personajes que han figurado durante la revolución [...] y las principales acciones y escaramuzas de la Guerra Civil, Madrid, Imprenta del Panorama español, 1845.

12 Le prince Félix Lichnowski nous dit que son courage et son dévouement éclipsent très facilement la médiocrité des deux prétendants dans le cœur des basques : « Thomas Zumalacarregui est le héros de chants et de ballades qui feront résonner son nom lorsque personne ne se souviendra plus de don Carlos ni de Christine » in LICHNOWSKI, Félix, Souvenirs de la guerre civile d’Espagne, Paris, J. Dumaine, 1844, tome I, p. 70. Voir également BLANCHARD, Laetitia, « Zumalacarregui ou l’incarnation de la Première guerre carliste », in Figures emblématiques de l’imaginaire politique espagnol, Paris, Indigo, 2013.

13 Ce musée est symboliquement situé dans le village d’Ormaiztegi, lieu de naissance de Zumalacarregui.

14 Beaucoup n'hésitent pas à le comparer avec Napoléon, celui que l'histoire retiendra comme le plus grand homme du XIXe siècle : pour M. Vocaltha : « Après Napoléon, Zumalacarregui est, sans contredit, la plus grande figure guerrière du siècle », in VOCALTHA, M., Zumalacarregui et l’Espagne, Nancy, Hinzelin, 1835, p. 22 ou pour Charles Frederick Henningsen : « Son profil avait quelque chose d’antique : la partie inférieure ressemblait à celle de Napoléon […] » in HENNINGSEN, Charles Frederick, Mémoires sur Zumalacarregui et sur les premières campagnes de la Navarre, Paris, H. Fournier, 1836, p. 123.

15 SABATIER, Alexis, « Tio Tomas » Souvenirs d’un soldat de Charles V, Bordeaux, Granet, 1836, p. III.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vue de l’habitation de Don Carlos à Durango
Légende Maguès, Isidore, Don Carlos et ses défenseurs, collection de vingt portraits originaux..., 1837.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-1.png
Fichier image/png, 50k
Titre Don Carlos
Légende Maguès, Isidore, Don Carlos et ses défenseurs, collection de vingt portraits originaux..., 1837.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-2.png
Fichier image/png, 34k
Titre D. Bruno de Villareal
Légende Maguès, Isidore, Don Carlos et ses défenseurs, collection de vingt portraits originaux..., 1837.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-3.png
Fichier image/png, 37k
Titre La Legión francesa en pleno ataque contra una trinchera carlista
Légende Major C. V. Z., Attached to the Staff of the Queen's, Civil war in Spain, Characteristic sketches of the different troops, regular and irregular, native and foreign, composing the armies of don Carlos and queen Isabella, also various scenes of military operations, and costumes of the Spanish peasantry, London, J. Dickinson, 1837, vol. II, gravure n°3.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Hernani desde la meseta de la Venta de Oriamendi: los carlistas atacando la posición defendida por el general Evans, el 16 de marzo de 1837, y la última posición de los soldados de la Marina Real Británica.
Légende Hornbrook, Thomas Lyde, Twelve Views in the Basque Provinces illustrating several of the actions in which the British Legion was engaged with Carlist troops, Londres, Day and Haghe Lithographers to the Queen, 1840.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Bergara : Gipuzkoa
Légende Lambla, Julio, Revista pintoresca de las Provincias Bascongadas, Bilbao, Imprenta y librería de Adolfo Depont, 1846, p. 164.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Vue de Irun et du pont de Béhobie
Légende Hennebutte Feuillet, Blanche, France et Espagne : Album des deux frontières, Bayonne, Impr. de Veuve Lamaignère, 1852, Vol. I, p. 28.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Irun, from the Bidassoa
Légende Magnien, Edouard, Excursions en Espagne, ou Chroniques provinciales de la Péninsule, illustrées par David Roberts de Londres, Paris, R. Lebrasseur, 1837, p. 47.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Hondarribia
Légende Wilkinson, Henry, Sketches of scenery in the Basque provinces of Spain, with a selection of national music, arranged for piano forte and guitar, London, Ackermann and Co, 1838, p. 32.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Mulero
Légende Crocker, Sydney et Barker, Blich, Sketches from the Basque provinces of Spain, London, T. Mc. Lean, 1839.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Txapelgorris
Légende Crocker, Sydney et Barker, Blich, Sketches from the Basque provinces of Spain, London, T. Mc. Lean, 1839.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Txapelchurris
Légende Crocker, Sydney et Barker, Blich, Sketches from the Basque provinces of Spain, London, T. Mc. Lean, 1839.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Contrebandiers espagnols poursuivis par les douaniers
Légende Magasin universel, Paris, Tome III, novembre 1835, p. 46.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre De Essain
Légende Maguès, Isidore, Don Carlos et ses défenseurs, collection de vingt portraits originaux..., 1837.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Acción de Mendigorría
Légende Miranda, Manuel, Panorama español, crónica contemporánea, Madrid, Imprenta del Panorama español, Vol. 3, 1845, p. 88.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fusilamiento de soldados liberales por orden de Cabrera tras la acción de Villamalefa (1838)
Légende Mugica, Panorama español, crónica contemporánea, Madrid, Imprenta del Panorama español, Vol. 4, 1845, p. 126.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fusilamiento de soldados carlistas en represalia de los liberales fusilados
Légende Mugica, Panorama español, crónica contemporánea, Madrid, Imprenta del Panorama español, Vol. 4, 1845, p. 127.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Abrazo de Bergara
Légende Panorama español, crónica contemporánea, Madrid, Imprenta del Panorama español, Vol. 3, 1845, p. 256.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Bergara, fin de la guerra del Norte
Légende Vallejo, José, Galería militar contemporánea, colección de biografías y retratos de los Generales que más celebridad han conseguido en los ejércitos liberal y carlista, durante la última guerra civil, con una descripción particular y detallada de las campañas del norte y Cataluña, Madrid, Sociedad tipográfica de Hortelano y Compañía, Tome 2, 1846, p. 344.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Portrait de Zumalacarregui
Légende Vallejo, José y Madrazo, Francisco de Paula, Historia militar y política de Zumalacárregui, y de los sucesos de la guerra de las provincias del Norte, enlazados á su época y á su nombre, Madrid, Imprenta de la Sociedad de Operarios del mismo Arte, 1844, p. 1.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Zumalacarregui
Légende Henningsen, Charles Frédéric, Mémoires sur Zumalacarregui et sur les premières campagnes de la Navarre, par C.T. (sic) Henningsen, capitaine de lanciers au service de don Carlos, traduit de l’anglais, Paris, H. Fournier, 1836, Tome I, Frontispice.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Zumalacarréguy
Légende Los Valles, Auguet de Saint-Sylvain, baron de, Un chapitre de l’histoire de Charles V, Paris, Dentu, 1835, Frontispice.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Zumalakarregi idolatrado por sus fieles
Légende Vallejo, José y Madrazo, Francisco de Paula, Historia militar y política de Zumalacárregui, y de los sucesos de la guerra de las provincias del Norte, enlazados á su época y á su nombre, Madrid, Imprenta de la Sociedad de Operarios del mismo Arte, 1844, p. 116.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2261/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Blanchard Rubio, « La mise en image de la Première guerre carliste : le rôle de la presse et des revues illustrées », El Argonauta español [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/argonauta/2261 ; DOI : 10.4000/argonauta.2261

Haut de page

Auteur

Laetitia Blanchard Rubio

CRIMIC, Université Paris-Sorbonne, l_blanchard_rubio@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals