Navigation – Plan du site
Livraison janvier : Varia

Présence et image de l’Espagne dans les titres de presse français

Nadia Duchêne

Résumés

Ce travail présente une analyse descriptive et exploratoire de la couverture médiatique de l’actualité espagnole sur une période d’un an (mars 2015-mars 2016) dans les titres des journaux français Le Monde, Le Figaro et Libération.

Une première partie est consacrée à un rappel théorique sur la notion de « titre de presse ». Le travail présente ensuite une analyse statistique des titres du corpus et expose les sujets abordés afin de connaître les thématiques les plus récurrentes et celles moins abordées. La dernière partie propose une analyse discursive des titres du corpus qui contribuent à une certaine représentation de l’Espagne en France.

Haut de page

Texte intégral

1Ce travail présente une analyse descriptive et exploratoire de la couverture médiatique de l’Espagne dans les titres de la presse écrite française entre mars 2015 et mars 2016. Il constitue un premier volet d’une étude portant sur le regard inverse, à savoir la couverture médiatique de la France dans les titres de la presse écrite espagnole au cours de la période électorale française de 2016-2017.

2Nous examinons ainsi à travers l’étude des titres de trois principaux quotidiens nationaux français - Le Monde, Le Figaro et Libération – comment le discours de la presse représente l’altérité, ici l’Espagne et les valeurs qui lui sont associées afin d’apporter un éclairage sur la visibilité de ce pays. Après quelques rappels théoriques autour de la notion de « titre », notre travail s’organise en trois temps : tout d’abord une analyse statistique des titres, ensuite une présentation des sujets traités afin de connaître les thématiques les plus récurrentes et celles moins abordées, puis une analyse discursive des titres du corpus qui contribuent à une certaine représentation de l’Espagne en France.

Corpus et méthodologie

  • 1 Communauté autonome la plus peuplée d’Espagne avec 8,5 millions d’habitants.

3Notre corpus comprend 354 titres d’articles qui traitent de l’Espagne et l’information analysée couvre une période d’un an allant du 1er mars 2015 au 31 mars 2016. Le choix de cette période s’explique par le fait que le mois de mars 2015 est marqué par l’élection régionale en Andalousie1, une élection particulièrement intéressante, car d’une part, elle constitue une sorte de « région laboratoire » pour le nouveau parti antilibéral Podemos issu du mouvement des « Indignés » et, d’autre part, elle marque le point de départ d’une série d’élections au cours des mois suivants (régionales, municipales et législatives) qui annoncent un nouveau paysage politique. Cette année ponctuée de scrutins s’avère donc particulièrement féconde pour notre objet d’étude.

4Le travail porte exclusivement sur des titres d’articles d’information, des titres d’éditoriaux ou de dossiers tirés de la presse écrite nationale généraliste dans des médias traditionnels ; nous avons retenu trois quotidiens nationaux français qui publient essentiellement articles et dossiers de réflexion: Le Monde, Libération et Le Figaro. Les flashs d’actualité issus de l’Agence France Presse (AFP), les lettres à l’éditeur, l’actualité sportive ont été exclus de ce corpus. Le nombre de titres sur la période retenue se répartit de la façon suivante :

Le Monde

Le Figaro

Libération

122

122

110

Total : 354

5Pour ce qui est de la méthodologie, nous avons pris le parti de conjuguer deux approches : l’une quantitative et l’autre qualitative. La première permet d’apporter des informations sur la fréquence, la régularité des titres et les sujets sur l’actualité espagnole abordée dans la presse française. La seconde relève d’une analyse discursive des titres. De sorte à pouvoir dégager une vue d’ensemble, nous avons retenu pour chaque titre, trois éléments. Tout d’abord, la date de publication qui nous permet de connaître le nombre d’articles par mois pour chacun des journaux ainsi que pour l’ensemble. Cette variable indique la fréquence de publication et donc le niveau de couverture de l’Espagne dans la presse française. Puis le sujet ou le thème abordé qui contribue à construire le regard sur l’Autre et en dernier lieu, le journal dans lequel il est publié.

6À l’issue de cette démarche, nous avons procédé à l’analyse discursive des titres de notre corpus. Pour ce faire, nous avons essentiellement examiné le lexique, c’est-à-dire les termes utilisés pour caractériser les Espagnols ou l’Espagne et leur attribuer des traits, les indices de jugement et les positionnements énonciatifs servant à désigner l’identité espagnole. Quel est leur fond d’intentionnalité : s’agit-il de titres informatifs ou incitatifs, contiennent-ils un jugement de valeur ou sont-ils neutres?

Rappels théoriques autour de la notion de titre

7Les éléments du message informatif que sont les titres sont l’objet de notre analyse ; c’est pourquoi nous présentons brièvement quelques rappels sur cette notion de « titre ». Quel que soit le support (journal, roman, pièce de théâtre, film, œuvre d’art…), le titre renvoie souvent à ses fonctions.

  • 2 GENETTE, Gérard, Seuils, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », 1987.

8Même si le consensus n’a pas vraiment abouti pour délimiter le concept de « titre » qui alimente des perspectives parfois divergentes de la notion de texte, la littérature sur la question converge cependant sur deux fonctions essentielles du titre : désignative, fonction largement analysée par Gérard Genette2 et métalinguistique. Cet auteur montre en quoi le titre fonctionne d’abord comme désignateur : il permet d’identifier le texte. Une seconde fonction est descriptive et peut se présenter sous deux formes, l’une thématique (annonce du contenu du texte), l’autre rhématique (apport d’une nouvelle information) ; éléments thématiques et rhématiques peuvent être combinés de sorte à produire des formules titulaires mixtes, parfois ambigües. À cela peut se greffer une expression d’une valeur connotative et enfin une fonction de « séduction ».

  • 3 FURET, Claude, Le titre, pour donner envie de lire, Paris, Centre de formation et de perfectionneme (...)

9Certains envisagent le titre comme une structure faisant elle-même partie d’une hyperstructure ; le titre aurait donc pour fonction de dévoiler et de résumer le texte qu’il annonce. On retrouve certains de ces éléments chez Claude Furet3, selon qui le titre a une fonction métalinguistique, il « parle » du texte, ce qui revient souvent à associer le titre à une courte paraphrase du texte, puis une fonction désignative : il constitue le premier contact du lecteur avec le texte, il se doit de le séduire ; il conditionne donc le sort de l’article qu’il renferme. En tant qu’élément paratextuel, le titre doit donner envie de poursuivre la lecture du texte qui suit, il doit donc susciter des attentes de lecture.

  • 4 LANE, Philippe, La périphérie du texte, Paris, Nathan Université, 1992.
  • 5 LUGRIN, Gilles, « Le mélange des genres dans l’hyperstructure », in Semen, nº 13 (2001) http://seme (...)

10Dans son analyse des diverses composantes du paratexte éditorial, Philippe Lane4 considère que le titre relève de ce qu’il dénomme « la périphérie du texte ». Gilles Lugrin5 parle d’un espace péritextuel : l'essentiel du message informatif comprend le « péritexte du journal » (les indicateurs de genre ou de rubrique, la dénomination…) et le « péritexte de l'article » (les unités verbales : surtitre, titre, sous-titre ; les unités verbo-iconiques, les unités iconiques). C’est pourquoi la forme éclatée caractérise le texte journalistique selon Gilles Lugrin qui le présente comme un ensemble rédactionnel, ce dernier étant constitué du corps de l'article, du péritexte (dont le titre) et des éléments annexes tels que les photographies, les schémas, les illustrations. Il convient donc de se demander si le titre est une unité autonome de l’article, ce à quoi Gilles Lugrin répond par une formule quelque peu paradoxale : le titre constitue une unité autonome, mais cette dernière n’est pas indépendante de son objet.

  • 6 SULLET-NYLANDER, Françoise. « Titre de presse et polyphonie », in Romansk Forum 16 (2002), pp. 767- (...)
  • 7 ENGEL, Dulcie. M., « Syntaxe à la une: la structure des titres de journaux français et britanniques (...)

11Pour notre étude, nous avons pris le parti de considérer le titre comme un genre discursif particulier dont les dimensions linguistique et sémiotique contribuent à construire le sens. Structure et fonctions en font un espace discursif spécifique ; la dimension linguistique comprend les éléments syntaxiques, pragmatiques et stylistiques, les objectifs communicatifs, les traits sociaux du langage. Quant à la dimension sémiotique, certains spécialistes tels que Sullet-Nylander6 ou Dulcie Engel7 dans leurs travaux sur les titres de la presse française la désignent comme l’espace de confluence entre le texte et l’image permettant une lecture visuelle. Il s’agit donc d’un type particulier d’énoncé et de texte :

  • 8 SULLET-NYLANDER, Françoise, Le titre de presse. Analyse syntaxique, pragmatique et rhétorique, Stoc (...)

« Le titre est un texte reprenant le contenu essentiel (ou considéré comme tel par le rédacteur) de l'article, sans que cela engendre de dépendance « textuelle » quelconque vis-à-vis de celui-ci. Il assure entièrement le rôle de transmettre la nouvelle au premier niveau de lecture »8.

  • 9 VIGNER, Gérard, « Une unité discursive restreinte : le titre. Caractérisation et apprentissage », i (...)
  • 10 FURET, Claude, op.cit, p. 10.

12Cependant, certains ne lui reconnaissent pas la qualité de texte. C’est le cas de Gérard Vigner9 qui considère que le titre est un micro texte ou une unité discursive restreinte dont la forme et la dimension peuvent varier (mot, syntagme, phrase…). Sa fonction consiste à désigner un objet ou un système sémiotique (texte, œuvre musicale, peinture, spectacle...) pour le lecteur. En revanche, Claude Furet10 argue que le titre constitue l’élément le plus important de la majorité des textes et le rattache à une unité dite « supérieure », le texte.

13À la fois texte et structure d'un hypertexte, le titre de presse constitue une unité discursive qui précède l’article. La littérature consultée nous amène à retenir sa double nature : il s’agit d’un texte puisqu’il répond à des critères de cohérence interne et, par ailleurs, d’un élément d’un hypertexte par rapport au texte qu’il introduit et aux discours qui le fondent. Il informe et relève d'un ensemble dénommé « titraille » dans le domaine de la presse écrite. Concis, il obéit au principe de l’économie de langage et constitue un acte de langage ; il peut adopter deux formes sur le plan pragmatique : informative ou incitative. Lorsqu’il est informatif, il apporte une information précise et répond à deux ou trois des cinq questions fondamentales (qui, quoi, quand, où, pourquoi). Lorsqu’il est incitatif, en le lisant, on ne connaît pas forcément l’information principale de l’article, mais il « séduit » le lecteur qui a envie de poursuivre la lecture. Les titres incitatifs peuvent présenter plusieurs formes telles que le « jeu de mots », la « déformation » consistant à utiliser une expression courante ou populaire, un titre de film très connu dont on change un mot : « La Catalogne au bord de la crise de nerfs » en référence au film de Pedro Almodóvar Femmes au bord de la crise de nerfs. Puis, le titre « recette » qui va informer de manière exhaustive sur un sujet : Tout sur la tauromachie. Enfin, le titre « paradoxe » qui recourt à la figure de l’oxymore en combinant des éléments lexicaux antinomiques : « Podemos, parti pour rester ».

14Le titre de presse est un support des représentations d’un territoire, d’un peuple et il représente probablement l’élément le plus lu du journal puisqu’il établit un contact direct entre le média et son lecteur. Il permet d’informer et de refléter une identité et une réalité propres à une société, ici l’espagnole. Le titre de journal a pour vocation d’accrocher le lecteur, concentre l’information en quelques mots présentés en gros caractères. Ce critère de lisibilité lui confère une influence spécifique auprès du lecteur et le convertit en élément privilégié pour l’étude des représentations diffusées dans les journaux.

Présence de l’Espagne dans les quotidiens français

15Le tableau présenté ci-dessous présente la répartition des titres pour chaque mois et chaque quotidien de notre corpus.

COUVERTURE MÉDIATIQUE DE L’ESPAGNE. MARS 2015 - MARS 2016

Nombre d’articles par mois

Mois

Le Monde

Le Figaro

Libération

TOTAL

Mars 2015

6

15

9

30

Avril

9

6

5

20

Mai

14

12

10

36

Juin

6

7

6

19

Juillet

13

7

3

23

Août

6

12

8

26

Septembre

9

15

13

37

Octobre

6

5

2

13

Novembre

4

4

4

12

Décembre

21

14

20

55

Janvier 2016

10

8

11

29

Février

12

6

10

28

Mars

6

11

9

26

TOTAL

122

122

110

354

16Une première observation nous amène à constater que la couverture médiatique de l’actualité espagnole est assez uniforme entre les trois quotidiens de notre corpus ; certes, le journal Libération est en léger recul sans pour autant être très éloigné de la production des deux autres. En ce qui concerne la distribution mensuelle des titres, elle nous apporte une première indication de la visibilité de l’Espagne dans la presse écrite française. Force est de constater que les mois les plus prolixes correspondent à décembre (55), septembre (37) et mai (36) ; cela se justifie évidemment par l’actualité espagnole au cours de ces trois mois. Le 20 décembre 2015, l’Espagne est convoquée aux urnes pour les élections législatives, elles-mêmes précédées en septembre 2015 par les élections régionales de la Catalogne au cours desquelles les partis indépendantistes remportent la majorité absolue des sièges. Quant au mois de mai, il s’agit des élections municipales et régionales (dans 13 communautés autonomes sur 17). Il est également intéressant de constater que cette tendance se vérifie pour chacun des journaux qui, dans les périodes indiquées, suivent globalement la même évolution et montrent un intérêt certain pour l’Espagne. L’attrait médiatique est donc patent en cette période de grande activité électorale. En revanche, les mois d’octobre et de novembre sont l’exception¸ le nombre de titres se référant à l’Espagne est en effet moindre et ce, pour les trois quotidiens. En novembre 2015, les attentats ayant frappé la France expliquent un intérêt médiatique davantage axé sur le terrorisme.

17Il convient de souligner quelques écarts entre les quotidiens : en mars 2015, le nombre de titres consacrés à l’Espagne par Le Figaro (15) est plus élevé celui du Monde (6) et de Libération (9). En septembre 2015, époque des élections en Catalogne, Le Monde se distingue en offrant une moindre couverture de l’Espagne avec 9 titres alors que Le Figaro et Libération en présentent respectivement 15 et 13. En décembre 2015, Le Figaro dédie 14 titres contre 21 pour Le Monde et 20 pour Libération. Les quotidiens sont politisés et aspirent à répondre aux attentes de leurs lecteurs. Le résultat des législatives espagnoles pointant clairement la défaite des partis traditionnels et peut-être encore davantage celle de la droite jusqu’alors au pouvoir, nous autorise à penser que Le Figaro, axé à droite, ne tient probablement pas à accorder autant d’importance à cette nouvelle carte politique espagnole quelque peu confuse contrairement à ses confrères, situés plutôt à gauche, qui s’attachent davantage à se faire l’écho de la percée des nouveaux partis antilibéral et anticorruption.

18En dehors de ces quelques variations, l’ensemble présente une certaine constance en termes de visibilité médiatique de l’Espagne.

Présentation des sujets traités

19Pour vérifier l’existence ou non d’un certain pluralisme de l’information sur l’Espagne, les titres ont été regroupés par sujets. Compte tenu de l’hétérogénéité de cette information et du caractère volontairement opaque de la formulation dans certains cas, il s’avère parfois difficile de rattacher une seule thématique à certains titres. Par souci d’objectivité, nous avons retenu le sujet du titre (lorsque cela était possible) ainsi que le sujet énoncé dans le premier paragraphe de l’article ; ce dernier a en effet été considéré comme essentiel pour dégager la thématique centrale. Ainsi, dans le tableau qui suit, nous avons identifié quinze catégories de sujets, donc une assez grande variété parfois inégalement représentée dans le corpus ; la variété renvoie au nombre de sujets au sein de l’échantillon considéré et l’équilibre se détermine en fonction de la répartition des sujets entre les différents titres.

Sujet

Journal

Le Monde

Le Figaro

Libération

Total

%

Politique

49

29

42

120

34

Économie

25

21

6

52

14,7

Culture

6

13

24

43

12

Nationalisme/Indépendantisme

7

15

19

41

11,6

Société

6

8

5

19

5,35

Corruption

11

4

1

16

4,5

Catastrophe

(naturelle ou accident)

3

9

1

13

3,65

Politique étrangère/diplomatie

2

8

1

11

3,10

Terrorisme

2

3

6

11

3,10

Monarchie

2

6

1

9

2,55

Immigration

3

2

2

7

2

Planète/

Environnement

2

3

2

7

2

Science/Technologie

1

1

2

0,55

Santé

2

2

0,55

Éducation

1

1

0,30

TOTAL

122

122

110

354

100

20Nous constatons que la politique est le thème le plus privilégié puisqu’elle totalise 34 % de l’ensemble des titres. Cela n’a rien d’étonnant en cette année ponctuée de rendez-vous électoraux. L’évolution du paysage politique espagnol est particulièrement intéressante dans un pays où la crise a engendré un profond malaise socio-économique ; cette situation modifie considérablement la configuration du Parlement, dans le cas des législatives en décembre 2015 puisque les deux partis traditionnels (PP – Partido Popular et PSOEPartido Socialista Obrero Español) désormais érodés, perdent des sièges au profit des nouveaux partis Ciudadanos et Podemos. Les élections régionales de la Catalogne en septembre 2015, au cours desquelles les partis indépendantistes remportèrent la majorité absolue des sièges, ont également bousculé l’échiquier politique. La coalition Junts pel Si qui rassemble des partis de gauche et de droite (Esquerra Republicana de Catalunya et Convergència i Unió, entre autres) ainsi que des associations pro-indépendance a obtenu 62 sièges et la CUP (Candidatura d'Unitat Popular) 10 sièges ; à elles deux, elles totalisent 72 sièges sur 135. Si Junts pel Sí connait la victoire, elle annoncera aux autorités espagnoles le lancement d'un processus d'indépendance.

21En mai 2015, les Espagnols ont renouvelé leurs conseils municipaux et leurs assemblées régionales. La situation politique de l’Espagne laisse entrevoir différents scénarios dont la complexité suscite un immense intérêt dans la presse écrite, puisqu’en tant que pays membre de l’Union européenne, le changement politique peut avoir des conséquences sur les décisions futures des organes communautaires.

22Le second sujet d’intérêt sur l’ensemble des titres est l’économie. En effet, Le Monde et Le Figaro accordent une attention certaine à cette thématique (25 et 21 titres respectivement). Depuis le début de la crise en 2008, l’économie espagnole a été soumise à de rudes épreuves en raison de la rigoureuse politique d’austérité menée par le gouvernement de droite. En cette année d’élections diverses, l’heure est au bilan socio-économique. Ce dernier semble contrasté en dépit de chiffres apparemment positifs et la défaite du PP fait apparaître une sanction de la part des électeurs. Les sujets traités concernent, entre autres, les effets positifs ou négatifs de la politique d’austérité, l’éventuelle sortie de crise de l’Espagne avec la reprise de l’emploi, l’application ou non du « modèle espagnol » dans d’autres pays, dont la France. Cet ensemble de titres et d’articles témoigne de l’inquiétude quant à la croissance économique dans un contexte de crise et s’explique aussi par le poids économique de l'Espagne au sein de l’Europe.

23Il semble intéressant de souligner qu’en matière d’économie, Libération se distingue en publiant seulement six titres. Par contre, les titres autour de la culture y sont plus nombreux (24) que dans Le Monde (6) et Le Figaro (13) respectivement. Effectivement, Libération présente un ensemble fort varié de titres portant sur la culture espagnole (livres, théâtre, cinéma, peinture, portraits d’artistes, gastronomie, tourisme) alors que Le Monde et Le Figaro, dans une moindre mesure, focalisent leur intérêt essentiellement sur des sujets plus stéréotypiques tels que le tourisme et la gastronomie ou présentent la publication d’un ouvrage. Quant aux interviews et portraits, ils sont manifestement peu présents. Libération met donc davantage en avant l’activité intellectuelle et culturelle de l’Espagne.

24La question du nationalisme catalan suit de près la culture, mais elle est davantage présente dans Le Figaro (15 titres) et Libération (19 titres). Le succès des indépendantistes aux élections régionales pose non seulement un sérieux problème à l'Espagne, mais aussi à l’Europe. La France redoute un éventuel « effet domino » pouvant se traduire par le souhait de création d’un État catalan de part et d’autre des Pyrénées. Enfin, cette montée des nationalismes en Europe est une crainte récurrente au plan européen, d’où son intérêt dans la presse. Les Écossais, appelés à se prononcer sur leur indépendance par référendum en septembre 2014, ont finalement choisi de rester au sein du Royaume-Uni à 55 %.

  • 11 Le groupe de presse espagnol PRISA, proche du Partido Socialista Obrero Español, est actionnaire du (...)
  • 12 En janvier 2016, Cristina de Borbón est accusée de complicité de fraude fiscale dans une affaire de (...)

25Le reste des titres portent sur des sujets isolés. Nous pouvons parler dans ce cas d’une certaine dispersion pour laquelle il est complexe d’apporter une explication. Le choix de ces sujets varie d’un quotidien à l’autre. Il est intéressant de constater que Le Monde11 semble être le seul à accorder un intérêt à la corruption en Espagne avec 11 titres alors que Le Figaro et Libération semblent avoir laissé de côté cette question. Certains sujets tels que l’éducation, la science et la technologie ne sont traités que dans un article. Le Figaro marque une légère différence en ce qui concerne la famille royale ; dans les autres journaux, un seul et deux titres respectivement pour Libération et Le Monde seront publiés à l’occasion du jugement de l’infante Cristina12.

Analyse discursive

26En matière de politique, sujet le plus traité par l’ensemble des trois quotidiens, les titres mettent en évidence un climat de doute, une sorte de marche vers l’inconnu. Ils décrivent une Espagne qui s’enlise dans un nouveau paysage politique en pleine mutation et à l’avenir incertain. Le discours qui domine est celui d’une atmosphère quelque peu angoissante en raison de l’émergence de partis alternatifs jusqu’ici inexistants et d’un apparent manque de maîtrise de la situation. Cette situation est sans doute la conjonction d’une double causalité : d’une part, les électeurs sont de plus en plus réceptifs à des partis qui prétendent redéfinir le système, dénoncent les élites dirigeantes et s’érigent en porte parole de leur désarroi dans le contexte de fragilité économique ; d’autre part, les partis alternatifs sont un obstacle à l’obtention de la majorité absolue par les partis traditionnels et conduisent à l’impasse d’alliances impossibles en raison des conditions que chacun veut imposer.

27Nous constatons l’emploi d’un lexique qui renvoie au chaos. Le Figaro accorde peu de titres aux élections municipales et régionales, mais il souligne néanmoins le caractère incontournable du pacte provoqué notamment par le parti Podemos. Après avoir remporté les mairies de Madrid et Barcelone, Podemos arrive en quatrième position dans les sondages pour les élections législatives. Aucun des quatre partis n'est en position d'obtenir les 176 sièges nécessaires pour gouverner seul. C’est pourquoi l'hypothèse d'un pacte post-élections s’impose comme, par exemple, celui entre Podemos et Izquierda Unida : « Élections locales en Espagne : vers des alliances inévitables » (24 mai 2015), « La percée des Indignés et l’émergence d’un débat sur la sortie de l’euro » (25 mai 2015), « Podemos a réinventé les codes politiques » (27 mai 2015). Il ressort des titres que le parti de gauche radicale Podemos s’est converti en protagoniste des élections ; le terme « percée » est repris par Le Monde : « En Espagne, percée inédite de Podemos » (25 mai 2015). Cela représente une formation politique qui a su se faire une place sur l’échiquier politique lui permettant de marquer la fin de l’alternance PP – PSOE en vigueur depuis 1978 et d’imposer la dimension contestataire du système en place. À cet égard, Libération s’intéresse particulièrement à cette nouvelle gauche radicale et à son leader Pablo Iglesias et, dans une bien moindre mesure, à Ciudadanos. Il est intéressant de remarquer que dans leur grande majorité, les titres portent exclusivement sur le parti de gauche radicale (32 sur un total de 42). Le discours dominant du quotidien Libération façonne l’image d’une formation qui « empêche de tourner en rond » et qui s’affiche en représentante de l’exaspération d’une partie de la population espagnole : « En Espagne, les petits partis pour déranger » (22 mai 2015), « Le leader de Podemos se réjouit des résultats des scrutins du week-end » (25 mai 2015), « Pablo Iglesias est maintenant en route vers le pouvoir » (26 mai 2015), « Élections régionales, les grands partis tombent sur l’os Podemos » (2 juin 2015). L’usage du vocabulaire de l’affrontement et de la rivalité est indicatif et laisse augurer la « percée » du parti : « En Espagne, les Indignés aux portes de Madrid et de Barcelone » (25 mai 2015), « Avant les élections en Espagne, “un combat de coqs dans la fange” » (15 décembre 2015), « Podemos a-t-il dépassé le clivage gauche-droite ? » (17 décembre 2015), « Espagne, le nouveau souffle politique » (18 décembre 2015), « Podemos, parti pour rester » (18 décembre 2015), une contradiction sémantique qui permet d’insister sur la présence incontournable du parti. Ce dernier est vu comme le parti qui cristallise de nouveaux espoirs, qui donne la parole aux plus démunis et qui est capable de dénoncer le vide idéologique des partis traditionnels.

28Le Monde préfère mettre en relief les problèmes internes qui touchent les différents partis : « En Espagne, la droite en pleine crise de doute » (9 avril 2015), « En Espagne, la crise de croissance de Podemos » (6 mai 2015) suite à la démission de l’un de ses principaux dirigeants. L’emploi de mots tels que « crise », « séisme », « pression » contribuent véhiculer une image négative de l’évolution politique de l’Espagne : « Séisme politique en Espagne » (25 mai 2015) ou encore « En Espagne, des débuts difficiles de la gauche radicale à la mairie de Madrid » (18 juin 2015), puis « En Espagne, les deux grands partis veulent reprendre la main face à des électeurs volages » (24 octobre 2015). Dans ce dernier titre, Le Monde décrit des électeurs au comportement flottant qui ne savent pas à quel parti se vouer et ont perdu leurs repères tant le clivage gauche-droite s’est affaibli en termes de discours. Cela étant, le qualificatif « volage », à connotation plutôt péjorative, pourrait inciter à penser que la faillite économique et politique du pays n’est pas complètement imputable aux partis traditionnels.

29Le climat de lutte et d’instabilité prévisible au cours de la campagne électorale est appuyé par l’expression « faiseur de roi » attribuée aux partis alternatifs ; ces derniers ajoutent de la division à la division : « En Espagne, les partis alternatifs en faiseurs de roi » (Le Monde, 12 juin 2015) et « En pleine ascension, Ciudadanos, le parti centriste, se voit en faiseur de roi » (Le Figaro, 18 décembre 2015). Le Monde insiste sur l’idée de « brisure » et de « changement » : « Entre Rajoy et Sánchez, “le dernier débat du bipartisme” » (15 décembre 2015), « Espagne, la tentation de rupture centriste » (15 décembre 2015), « Espagne, vers la fin du bipartisme » (17 décembre 2015), « L’Espagne s’apprête à tourner la page du bipartisme » (19 décembre 2015), « Élections législatives en Espagne : il est temps de changer les choses » (20 décembre 2015).

30À l’issue des élections, aucun des deux grands partis traditionnels n’est épargné au profit des partis citoyens de la gauche radicale et du centre droit. Rigueur budgétaire et affaires de corruption expliquent en partie ces résultats qui se traduisent par un passage du bipartisme au pluripartisme et il y a bel et bien absence de majorité stable. Ainsi, l’Espagne continue d’être caractérisée comme un pays à la dérive, un pays dans l’impasse ; l’emploi d’un champ lexical relatif à l’absence de cap révèle une scène politique mouvante, incapable de prendre les rênes du gouvernement, une Espagne fragmentée, qui cause de l’inquiétude au sein de l’Europe. Les trois quotidiens véhiculent de manière récurrente l’absence de timon : « Une partie politique qui se joue à quatre » (LF, 20 décembre 2015), « Espagne, la droite en tête, mais sans majorité » (LF, 21 décembre 2015), « L’Espagne face au risque d’ingouvernabilité » (LF, 21 décembre 2015), « Espagne, l’impossible gouvernement » (LF, 28 décembre 2015), « L’Espagne s’enfonce dans des terres politiques inconnues » (LF, 7 mars 2015). Le Monde met aussi en évidence ce chamboulement de la péninsule ; la culture du parti unique à la tête du pays semble désormais évincée du jeu politique, place à la coalition : « Espagne : former un gouvernement, mission impossible de Mariano Rajoy » (21 décembre 2015), « En Espagne une percée historique de Podemos et une gauche divisée » (21 décembre 2015), « La fin du bipartisme en Espagne ouvre la voie à l’instabilité politique » (22 décembre 2015), « Espagne : une majorité à trouver » (22 décembre 2015), « Après les élections, l’Espagne sans tête » (6 janvier 2016), « En Espagne, les socialistes en quête d’un improbable gouvernement » (3 février 2016), « Dans l’impasse, l’Espagne apprend à se passer de gouvernement » (25 février 2016). Libération abonde dans le même sens : « Législatives en Espagne, la droite en tête, Podemos en force » (20 décembre 2015), « En Espagne, les conservateurs en tête, la gauche fragmentée » (20 décembre 2015), « L’Espagne laissée sans gouvernail » (21 décembre 2015), « En Espagne, pas de gouvernement à l’horizon » (27 décembre 2015). Le quotidien continue de mettre en avant la formation de gauche radicale : « Espagne : le pari fou de Podemos » (16 février 2016), « Pablo Iglesias fixe les conditions d’une alliance des gauches en Espagne » (16 février 2016), « Podemos, courant sous tension » (13 mars 2016). L’ensemble des titres confirme le bouleversement de l’ordre politique né sous la Transition, en raison du discrédit du PSOE et du PP fortement fragilisés et discrédités. Chamboulement et perturbations sont à l’ordre du jour.

31La deuxième catégorie de sujets concerne l’économie, bien que traitée de façon très inégale. À la lecture des divers titres, un nombre significatif se réfère à la crise et à ses conséquences, dont la politique d’austérité ; il convient de constater un discours parfois contradictoire ou un regard ambivalent sur la question. Liée à la crise économique mondiale, l’économie espagnole est tombée en récession en 2008 avec l’éclatement de la bulle immobilière. Ainsi, chômage de masse, crise bancaire, déficit public de grande ampleur ont plongé le pays dans une situation particulièrement délicate. Tant la crise elle-même que les mesures d’austérité sans précédent menées par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy auront des effets destructeurs sur la société. Au cours de notre période d’analyse, certains titres évoquent l’heure du bilan. Il est frappant de constater que le lexique oscille entre des caractérisations tantôt négatives, tantôt en demi-teinte ou encore positives. Selon les titres du Monde, l’Espagne vacille entre inquiétude et regain d’optimisme : « L’assainissement du secteur immobilier en Espagne n’est pas totalement achevé » (3 mars 2015), « “La Belle Jeunesse” : en Espagne, il faut bien que jeunesse se casse » (le 10 avril 2015) en référence à cette génération de jeunes diplômés qui ne trouvent pas d’emploi et prennent la décision de quitter leur pays pour se rendre notamment en Allemagne. On remarque ici l’emploi de la paronymie consistant à remplacer un élément par un autre qui lui est proche phonétiquement : « casse » pour « passe » ; il y a ainsi une modification plus grande du signifiant, renforcée par le registre de langue familier avec « se casser ».

32Le quotidien adopte un ton globalement angoissant : il y est question d’affaiblissement et de précarité, terme récurrent agissant comme un procédé hyperbolique destiné à dramatiser la situation. Le caractère versatile et fragile de l’économie est prégnant dans le discours : « Espagne : une croissance structurellement affaiblie malgré la reprise » (30 avril 2015), « L’Espagne accélère les baisses d’impôts » (11 juillet 2015), « En Espagne, le retour à l’emploi se fait au prix d’un faible salaire et de la précarité » (23 juillet 2015), « Espagne : derrière le rebond, une économie structurellement affaiblie » (31 juillet 2015). Le quotidien Libération se montre beaucoup plus modéré et dubitatif quant à la reprise : « La crise finie, la paupérisation s’enracine en Espagne » (1er mai 2015), « Le miracle espagnol au prix de la précarité » (20 décembre 2015), « En Espagne, la précarité à la rescousse de l’emploi » (3 mars 2016). La presse est mobilisée et cherche à vérifier si la reprise est vraiment au rendez-vous tel que le montrent ces titres du Figaro : « Peut-on vraiment parler de “miracle” économique en Espagne ? » (23 mai 2015), « Espagne : la reprise à la merci du flou politique » (29 janvier 2016).

33En revanche, on peut constater un ton plus optimiste dans d’autres titres – certes moins nombreux - dans lesquels sont mis en relief l’accélération et le rythme accru de l’activité économique, image renforcée par l’emploi d’un lexique relevant de l’arithmétique ou de la statistique : « La croissance devrait accélérer en Espagne » (LM, le 26 mars 2015), « L’Espagne a créé plus de 500 000 emplois en un an » (LM, 23 juillet 2015), « La locomotive espagnole s’est remise en marche et va de plus en plus vite » (LM, 23 juillet 2015), « La croissance s'accélère en Espagne » (LF, 30 juillet 2015), « Espagne : le recul du chômage s'accélère » (LF, 5 janvier 2016).

34Le troisième domaine traité est celui de la culture et comme nous l’avons indiqué plus haut, il ne suscite pas le même intérêt dans les trois quotidiens. Libération y accorde une plus grande importance et les angles sont multiples : littérature, théâtre, Histoire, photographie, cinéma, spectacles divers, musique, portraits d’artistes (acteur, écrivain, peintre), gastronomie, tourisme, traditions. Jeux de mots ou jeux phoniques visent à séduire le lecteur et à l’inciter à mieux connaître la culture espagnole : « Sergi López : un ami qui vous fait du bien » (21 septembre 2015) en référence au film de Dominik Moll Harry, un ami qui vous veut du bien. Le procédé linguistique consistant à substituer le verbe « vouloir » par le verbe « faire » est particulièrement abouti ici puisque Sergi López joue le rôle principal et le titre sert ainsi d’arrière-plan culturel à l’interview avec l’acteur. « Ibère bonne presse » (18 septembre 2015) qui fait référence à la multiplication de magazines monothématiques de qualité, comporte un autre exemple de paronymie avec le préfixe « hyper » qui vient du grec et signifie « supérieur » et le terme « ibère » qui renvoie aux peuples d’Espagne. « Bruissements d’elle », titre jouant sur l’homophonie et faisant allusion au livre L’Aile brisée d’Antonio Altarriba (30 mars 2016), « Crime de baise-majesté à Barcelone » (22 mars 2015), titre présentant le scandale provoqué par la sculpture d’une artiste autrichienne dans le cadre de l’exposition « La Bête et le Souverain » au musée d’Art contemporain de Barcelone ; l’œuvre représente le roi Juan Carlos chevauché par une féministe bolivienne, elle-même sodomisée par un chien. Le jeu de mots confère au titre un pouvoir particulièrement accrocheur : « baise-majesté » renvoie bien entendu à « lèse-majesté » qui constitue une atteinte au souverain ici représenté dans une position jugée dégradante. Cette nouvelle est également présentée par Le Figaro, mais dans des termes plus sobres : « Une sculpture scandaleuse du roi d'Espagne crée la polémique » (23 mars 2015). Quoi qu'il en soit, elle posera la question de la liberté d’expression dans la création et soulèvera une immense polémique, d’autant plus véhémente puisqu’il s’agit du Roi. Le Figaro (re) présente la culture espagnole sous une facture plus classique et met en exergue les éléments culturels les plus typiques : Velázquez, le flamenco, la gastronomie, des événements organisés à Paris et mettant l’Espagne à l’honneur : « Velázquez, l’astre du Siècle d'or » (19 mars 2015), « Pata negra, turrón, rioja : les épiceries espagnoles à Paris » (18 mars 2015). Le Monde quant à lui s’attache essentiellement à présenter des films ou des livres, et ce, sur un ton neutre et simplement informationnel sans faire usage de séduction.

35Le projet de sécession de la Catalogne représente le quatrième sujet et l’intérêt porté à la question est variable d’un quotidien à l’autre. Le Monde y consacre seulement sept titres, Libération et Le Figaro y portent en revanche une certaine attention. Force est d’observer que dans un pays tel que la France de culture jacobine où le principe d’autonomie territoriale n’est pas institutionnellement en vigueur et où la décentralisation est plutôt « tempérée », la teneur des titres insiste sur le caractère complexe de la situation par le biais du lexique autour de la désunion non seulement avec le gouvernement central, mais aussi au sein même de la Catalogne. L’objectif est de dramatiser l’évènement et le ton vise parfois à lui conférer un caractère « chaotique » ainsi qu’une attitude quelque peu irresponsable de la part des acteurs. Les auteurs n’ignorent pas que les obstacles sont nombreux pour l’éventuelle indépendance. Un ton légèrement ironique peut être perçu dans leurs écrits ; il pourrait viser à dénoncer de manière dissimulée le caractère « utopique » du mouvement catalan. Quelques titres semblent porter un regard à la fois moqueur et accusateur sur l’évènement dans Le Figaro : « La Catalogne : un nouvel État ? » (11 septembre 2015), « Les Catalans aux urnes pour un vrai - faux référendum » (25 septembre 2015). Dans ce dernier titre, l’expression « vrai-faux » renvoie à quelque chose qui n’est pas ce qu’il parait être. Ou encore « Le ferment catalan » (25 septembre 2015) qui souligne bien ce qui entretient une agitation, une passion, « Un débat omniprésent qui agite chaque famille catalane » (26 septembre 2015), « Espagne - Catalogne : comptes et mécomptes d'un couple au bord du divorce » (27 septembre 2015).

36Le quotidien Libération s’inscrit dans un premier temps dans le registre de l’espoir et de l’émotion d’une « nouvelle indépendance » : « Pour une Catalogne libre et européenne » (23 mars 2015), « En Catalogne, la fête nationale catalyse les espoirs d’indépendance » (10 septembre 2015), « Les indépendantistes catalans défilent au nom de la République » (11 septembre 2015), « Catalogne : Voie libre pour les indépendants » (11 septembre 2015), « “L’opportunité du siècle” pour la Catalogne » (26 septembre 2015), « Les Catalans s’engagent sur le chemin de l’indépendance » (27 septembre 2015). Puis à l’issue du referendum, le discours se focalise sur les empoignades et discordes au sein même de la Catalogne et dépeint un climat de tensions : « La Catalogne au bord de la crise de nerfs » (28 septembre 2015), clin d’œil culturel au film d’Almodovar Femmes au bord de la crise de nerfs (Mujeres al borde de un ataque de nervios). « En Catalogne, un vote en toute indépendance » (28 septembre 2015) use du dédoublement de sens à partir du signifiant « indépendance ». On décèle une forte ironie qui met en évidence le caractère unilatéral de la décision ainsi que la désobéissance aux institutions espagnoles, notamment aux tribunaux et à la Constitution en vertu de laquelle seul l’ensemble des Espagnols peut se prononcer sur la sécession de la Catalogne. Le titre « Catalogne et cataclysmes » (30 septembre 2015) joue avec la sonorité de « cata », mot issu de l’argot et faisant référence à une situation qui échoue ou qui présente de nombreuses difficultés. Le procédé permet d’insister de nouveau sur l’immense bouleversement causé par le mouvement. « Catalogne : cuisine politique et indépendance » (30 décembre 2015), « En Catalogne, querelle fratricide entre indépendantistes » (4 janvier 2016), « La Catalogne, pas encore indépendante et déjà ingouvernable » (5 janvier 2016), « Un accord entre indépendantistes catalans pour former un gouvernement » (9 janvier 2016), « Catalogne : c'est reparti vers l'indépendance » (10 janvier 2016), « Carles Puigdemont, le boutefeu catalan » (11 janvier 2016).

37Dans l’ensemble, la teneur des titres laisse percevoir un regard français scrutateur et parfois moqueur – qui n’est ni excessivement dépréciatif ni admiratif ; en effet, la France, à l’heure de la remise en question concernant les « recettes économiques » et notamment celles de l’austérité, scrute son voisin pour pointer les dysfonctionnements de son modèle économique. L’Espagne est d’autant plus observée que la période des élections présidentielles en France approche et qu’il est intéressant de suivre ce qu’il se passe dans le pays voisin. La crainte de l’essor des populismes influence probablement le discours sur Podemos en France où l’on se demande si un « Podemos à la française » serait possible de sorte à développer de nouvelles stratégies électorales et promouvoir un « discours réinventé ». Le portrait de cette Espagne est celui d’un pays aux prises d’un triple chaos : économique, politique et territorial dont elle ne maîtrise pas les mécanismes internes. Il constitue une zone laboratoire

38Ce portrait est contrebalancé par la thématique culturelle que Libération privilégie plus particulièrement. D’un point de vue lexical et linguistique, le quotidien Libération se démarque aussi avec une plus grande créativité conformément à sa « marque de fabrique » de nature plus spontanée ou directe. Il s’agit de conquérir le lecteur ce pour quoi, une certaine complicité ironique ou railleuse s’avère essentielle à l’égard des évènements que rapporte le quotidien. Le recours à des figures de style rhétoriques et à l’intertextualité permettent de présenter l’actualité espagnole de façon humoristique sur un ton joueur. Précisons finalement que l’analyse des titres relève en grande partie de l’interprétation et des connaissances du chercheur sur le contexte socio-économique et historique du pays étudié ainsi que de l’environnement journalistique. Il sera intéressant de poursuivre cette première étape par un « effet de miroir » qui examinera la présence de la France dans les médias espagnols, dans un contexte également pré-électoral.

Haut de page

Notes

1 Communauté autonome la plus peuplée d’Espagne avec 8,5 millions d’habitants.

2 GENETTE, Gérard, Seuils, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », 1987.

3 FURET, Claude, Le titre, pour donner envie de lire, Paris, Centre de formation et de perfectionnement, 1995.

4 LANE, Philippe, La périphérie du texte, Paris, Nathan Université, 1992.

5 LUGRIN, Gilles, « Le mélange des genres dans l’hyperstructure », in Semen, nº 13 (2001) http://semen.revues.org/2654. Consulté le 26 avril 2016.

6 SULLET-NYLANDER, Françoise. « Titre de presse et polyphonie », in Romansk Forum 16 (2002), pp. 767-775.

7 ENGEL, Dulcie. M., « Syntaxe à la une: la structure des titres de journaux français et britanniques », in Journal Edition-The web journal of French Media Studies nº 3 (2001) http://wjfms.nclac.uk/engelWJ.html. Consulté le 2 mai 2016.

8 SULLET-NYLANDER, Françoise, Le titre de presse. Analyse syntaxique, pragmatique et rhétorique, Stockholm, Cahiers de la Recherche, 1998, p. 4.

9 VIGNER, Gérard, « Une unité discursive restreinte : le titre. Caractérisation et apprentissage », in Le français dans le monde, 1980, p. 156.

10 FURET, Claude, op.cit, p. 10.

11 Le groupe de presse espagnol PRISA, proche du Partido Socialista Obrero Español, est actionnaire du quotidien Le Monde à 15 % ; cela pourrait expliquer une certaine ligne éditoriale.

12 En janvier 2016, Cristina de Borbón est accusée de complicité de fraude fiscale dans une affaire de détournement de fonds publics en lien avec de présumées malversations reprochées à son mari, Iñaki Urdangarin, quand il présidait de 2004 à 2006 l'institut Noos, une fondation à but non lucratif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadia Duchêne, « Présence et image de l’Espagne dans les titres de presse français », El Argonauta español [En ligne], 14 | 2017, mis en ligne le 30 mai 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/argonauta/2577

Haut de page

Auteur

Nadia Duchêne

Université Paris Est Créteil

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals