Skip to navigation – Site map
Le périurbain : territoires de relégation ou d’ascension sociales ?

L’installation périurbaine entre risque de captivité et opportunités d’autonomisation

Suburban settlement: confinement and empowerment
Lionel Rougé

Abstracts

Previous research done in the context of a PhD dissertation showed how gaining access to property in outer suburban areas can prove to be disappointing, even painful, to lower-middle-class families living on one income. The study highlighted a major gap between the aspirations of the middle class and the reality witnessed on the ground, a gap that often brought about a feeling of being stalled in life. The study is reexamined in this paper through an analysis of three suburban housing sectors. This contribution thus highlights growingly complex lifestyles tantamount to a recomposition of suburban societies. The influence of life experience and individual logics is shown through the limits and potentialities of the suburban experience as well as the integrative strength of suburban housing. Relations do emerge, however, in that as in previous surveys those with a low income also face more problems when settling in suburban areas. More generally, this reanalysis allows questioning anew both the evolution of suburban spaces –  most notably those that, at some point, face stigma, precariousness and depreciation – and the role played by such spaces in reshaping metropolitan areas, particularly in terms of city-suburb relations.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1  Des réflexions récentes autour de l’objet « périurbain » ont lieu dans le cadre de l’atelier « Dyn (...)

1La périurbanisation est un phénomène et un processus largement étudié en France (Calenge et Jean, 1997) qui combine à la fois la diffusion d’un modèle d’habitat (le modèle pavillonnaire) en direction d’espaces agricoles et/ou naturels et une mobilité quotidienne automobile importante. Structurant fortement l’espace, ce processus tend à apparaître de plus en plus comme un modèle propre renvoyant à la fois à la dimension spatiale (forme urbaine, habitat pavillonnaire, etc.) et à la dimension sociale (propriété, mobilité automobile, etc.)1. Toutefois, des strates successives de périurbanisation se dessinent dans chaque agglomération et permettent d’en repérer les contours entre un périurbain proche où domine l’habitat pavillonnaire et qui de manière fonctionnelle au moins (emplois, transports) tend à être absorbé par l’agglomération, et un périurbain plus lointain où domine encore la faible densité, l’éloignement des aménités urbaines et des pôles d’emplois ainsi qu’une moindre accessibilité. C’est dans cette dernière configuration périurbaine que s’inscrivent les résultats présentés ci-dessous. Dans ces espaces périurbains lointains, la mobilité s’inscrit avec une telle acuité dans le quotidien qu’elle dessine en négatif des immobilités, volontaires ou subies, qui bien que peu visibles n’en soulignent pas moins les contours d’une division sociale.

  • 2  Cette formulation a été employée par une répondante lors de la première phase d’enquête. Elle soul (...)

2Un premier travail de terrain entre 1997 et 1999 dans le contexte toulousain avait souligné à quel point pour des familles modestes captivées par le mythe de l’accession à la propriété d’une maison individuelle à la campagne, l’installation périurbaine pouvait, par la difficulté à exercer pleinement le mode de vie qui en dépend (mobilité automobile individualisée comme élément de relation aux espaces et à l’altérité), s’avérer aliénante (Rougé, 2005). Les familles rencontrées alors finissaient par se vivre non pas à distance de la ville telle qu’elles le souhaitaient, mais plutôt comme mises à l’écart de celle-ci, déplacées « d’une marge à une autre »2. Cette dépendance à la fois fonctionnelle et symbolique à la ville centre, nous souhaitions la réinterroger dans un contexte où, d’un côté, s’affirment une diversification des fonctions de beaucoup de communes « périurbaines » et, d’un autre côté, une banalisation des mobilités dans la vie quotidienne de nos contemporains, quelle que soit leur localisation (ville-centre, agglomération, périurbain, rural) qui brouille la carte des ancrages, des appropriations collectives et des territoires – d’un ici, d’un là-bas et d’un ailleurs et peut-être plus encore dans ce lointain des campagnes urbaines. Ainsi, ces espaces, sans être de « la ville émergente » (Dubois-Taine et Chalas, 1997), ne seraient-ils pas propices à l’observation de « territoires du quotidien » envisagés comme autant d’espaces dont on peut disposer selon un usage singulier et qui seraient garants d’identité. Il semble possible de repérer, au-delà des « tactiques » hier mises à jour et parfois encore présentes, l’émergence d’« arts de faire » (de Certeau, 1980) par lesquels, dans la quotidienneté de leurs pratiques et de leurs socialités, les habitants périurbains transforment matériellement et symboliquement des espaces et des lieux, se les approprient, leur accordent de la valeur, en domptent les temporalités propres pour petit à petit contribuer à y prendre place et à en faire des territoires susceptibles d’acquérir une autonomie. Autant de façons de vivre qui concourent à envisager avec plus de profondeur les territoires périurbains comme autant d’espaces relationnels (Imbert, 2004) susceptibles d’offrir un mode d’habiter plus durable loin du modèle traditionnel « centre-périphérie », et propice à une sorte de « maturité périurbaine » qui combinerait à la fois l’apprentissage d’une autre manière de vivre, de se déplacer et de se socialiser dans ces espaces, la réévaluation du coût de la mobilité automobile et l’émergence de politiques locales plus adaptées susceptibles d’améliorer la vie quotidienne du plus grand nombre des résidents de ces espaces périurbains.

Les modalités du retour sur le terrain de thèse

Quelle actualité pour les captifs ?

3La recherche menée dans le cadre d’une thèse de doctorat s’était intéressée à des communes périurbaines localisées en « quatrième couronne toulousaine », peu ou pas desservies par les transports en commun et mal équipées. Elle avait montré en quoi l’accession à la propriété et l’installation dans ces espaces pouvaient s’avérer décevantes, voire « douloureuse » pour les ménages d’ouvriers, d’employés et même des ménages appartenant à une « petite classe moyenne » ne disposant que d’un seul salaire. Les parcours des individus rencontrés se caractérisaient par une mobilité résidentielle avec une localisation et un type de construction s’expliquant pour partie par des contraintes financières. Les démarches d’accession à la propriété de ces ménages étaient caractérisées par une forte mobilisation personnelle (Cuturello et Godard, 1981) liée au risque de surendettement, à la nécessité d’apporter des améliorations au pavillon en raison de la mauvaise qualité de la construction initiale et aux restrictions sur les autres postes de consommation. À cela s’ajoutait pour plusieurs répondants le risque d’aléas professionnels tels que perte du travail et chômage. Autant d’éléments qui sont venus perturber l’effectivité du modèle pavillonnaire. Loin d'habiter une maison individuelle dans « ces larges territoires qui sont sans problème et dans lesquels il fait bon vivre » (Dubois-Taine et Chalas, 1997 : 11-40), ils sont également apparus soumis à une nécessaire adaptation à une compétence de mobilité amoindrie : un seul permis de conduire, une seule voiture par ménage, aboutissant souvent, en particulier pour les femmes et les adolescents, au sentiment d’un réel enfermement. Frustrées par leur incapacité à faire fonctionner pour elles-mêmes un mode de vie qui correspond aujourd’hui à une « normalité » sociale, ces familles tendaient à se retrancher à l’intérieur de leur maison, sans pour autant y trouver une satisfaction ou une forme d’apaisement. Le décalage apparaissait en tout cas grand entre des aspirations proches de celles de la « classe moyenne » et la difficulté à les réaliser, décalage qui, s’il ne les inscrivait pas dans une trajectoire régressive, leur donnait néanmoins le sentiment d’être bloqués dans leur parcours de vie (Rougé, 2005).

  • 3  L’aire urbaine toulousaine est reconnue pour sa croissance démographique, la première du pays entr (...)

4Cette recherche méritait d’être réinterrogée pour plusieurs raisons. Dans le contexte toulousain3 d’une forte croissance de la population, d’une élévation des prix de l’immobilier et du foncier et d’une poursuite de la périurbanisation, on s’est demandé comment ces ensembles d’habitations, hier en retrait, aux marges des communes, ont évolué compte tenu de la primauté du développement pavillonnaire. Y assiste-t-on à une réincorporation au tissu communal et/ou à un processus de valorisation immobilière présenté comme général et déjà constaté par le passé dans d’autres lotissements de l’agglomération ? Outre l’évolution morphologique, on s’est interrogé sur l’évolution du peuplement de ces ensembles pavillonnaires. S’est-il transformé, et si c’est le cas, est-ce dans le sens d’une élévation du niveau social des ménages ? Si changement social il y a eu, il s’agira alors de comprendre, d’une part si les nouveaux propriétaires ont trouvé des aménités à ces pavillons et à ces lieux qui en proposaient bien peu aux premiers occupants, et d’autre part de savoir ce qu’il est advenu des ménages que nous avions rencontrés et décrits comme des « captifs ». Quelques années après nos premiers entretiens, comment ont-ils évolué dans leurs modes de vie ? Observe-t-on encore des pratiques sociales sous contraintes, des immobilités subies et de la « déliaison » sociale ? Ces pratiques ou ces immobilités se sont-elles avivées, diffusées ou ont-elles au contraire régressé ? Et surtout, ces ménages sont-ils parvenus à développer des stratégies d’adaptation, des « innovations » (surinvestissement de leur pavillon, implication dans le « local ») qui leur auraient permis de surmonter désarroi et insatisfactions ?

Le choix d’une méthodologie de type compréhensif

5La « manière de faire » mobilisée a été la même que celle employée quelques années plus tôt. Elle s’est appuyée sur des entretiens compréhensifs, malgré la difficulté, déjà expérimentée, d’entrer en contact avec ces familles, de susciter leur envie de parler et de se confier. En effet, lors du premier passage, et ce malgré un courrier explicatif avec photographie de l’enquêteur, nombre de familles ont refusé d’ouvrir leurs portes. Il a fallu attendre de sortir du pavillon d’un premier enquêté pour être sollicité par le voisinage, mais sur le mode de la méfiance et d’une demande d’un droit de réponse : « Il a bien voulu vous parler ? Alors moi aussi j’aurais des choses à vous dire, car il a probablement dû régler ses comptes avec moi ! ». Cette entrée en matière s’est renouvelée dans chacune des zones pavillonnaires étudiées et dénote une atmosphère défiante qu’il a été nécessaire d’apprivoiser afin de mener au mieux l’entretien selon la grille établie.

  • 4  Le lotissement est une forme planifiée et aménagée d’urbanisation en « groupée », l’opération étan (...)
  • 5  L’enquête a privilégié une approche compréhensive par entretiens semi-directifs. Les matériaux rec (...)

6Dans le cadre de ce « retour sur enquête » (Rougé et Bonnin, 2008), nous nous sommes centrés sur deux lotissements et une zone d’habitat de pavillons isolés4 de trois communes au sud de l’agglomération toulousaine. Après un premier travail d’observation et de reprise de contact, nous avons interrogé 18 ménages5. Nous nous sommes efforcés, d’une part, de rencontrer à nouveau les ménages qui avaient été interviewés et qui vivent toujours sur place (8 familles) et, d’autre part, de reconstituer l’itinéraire de ceux qui ont déménagé (10 familles). En outre, nous avons réalisé une nouvelle série d’entretiens auprès de ménages qui se sont installés depuis notre premier passage (5 familles). Nous avons également pu nous entretenir avec des familles qui hier n’avaient pas souhaité nous recevoir ou que nous n’avions pu interroger (5 familles). À noter que lors de ce second passage, l’accueil s’est révélé plus serein que lors du premier passage – effet de la reconnaissance et/ou moindre tension au sein de ces ensembles même si certaines familles ont à nouveau refusé de nous recevoir.

7Le seul bémol à ce retour sur ces terrains est le manque d’informations sur les anciens résidents ayant déménagé, n’ayant pas permis de reconstituer des itinéraires résidentiels. Seuls les propos recueillis auprès des familles les ayant connus apportent quelques renseignements et il semble que trois causes majeures de ces départs se dessinent et s’imbriquent tant on a du mal à en apprécier le poids respectif. Elles sont de l’ordre de la sphère professionnelle (des mutations), de la sphère familiale (une séparation) et enfin de l’ordre de considérations financières (les reventes, le surendettement). La question qui demeure, à l’égard de ces familles, est celle de leur trajectoire depuis : retour en logement collectif/social en ville (à Toulouse ou ailleurs, voir Motte, 2010), départ vers des espaces plus éloignés comme des bourgs ruraux ou des communes encore plus petites, immersion dans les interstices urbains (logement indigne, caravaning…), poursuite d’une trajectoire résidentielle ascendante ? Nous ne pouvons malheureusement pas donner de réponse précise.

Trois secteurs morphologiques et leur évolution

  • 6  Ces communes se trouvent entre 35 et 55 kilomètres au sud de Toulouse.
  • 7  Dans la commune de LL, le terrain se localise sur une ancienne gravière où la nappe phréatique aff (...)

8Ce choix de ne retourner que sur ces trois communes s’explique par leur proximité dans un contexte où ce retour n’a pu se faire que sur une courte période, mais également par le fait que les lotissements de deux de ces communes (LL et P) apparaissaient comme ceux où le processus de « captivité » de certains ménages était le plus affirmé6. La zone d’habitat en pavillons isolés de la troisième commune (J) permettait de faire un bilan sur un secteur dont l’urbanisation, plus diffuse et plus lointaine, répondait de la mise en place du Prêt à Taux Zéro (PTZ). Il s’est en quelque sorte agi par cette démarche monographique de tenter de combiner les temporalités (passé-présent), de saisir les diverses sphères de la vie sociale et leurs relations et d’envisager les phénomènes de stratification à l’échelle de configurations socio-locales précises, si ce n’est pas spécifiques. Par ce retour, nous avons pu ainsi étudier des ensembles pavillonnaires de la lointaine périphérie toulousaine, espace de promotion et de résidence de plusieurs générations de ménages « périurbains ». Les zones pavillonnaires étudiées ont toutes des écueils dans leur aménagement7. Le secteur sur lequel nous avons centré notre investigation reste marqué par une plus forte localisation des catégories « employés et professions intermédiaires ». Hier relativement homogène dans sa morphologie (communes peu équipées, lotissements isolés des bourgs, importants signes de malfaçons), cet espace s’est modifié sur le plan physique mais également dans ses composantes sociales, au contact de la poussée de l’urbanisation et de son insertion progressive dans l’agglomération toulousaine.

9Divers constats peuvent être établis à l’aune de cette nouvelle enquête. Si le lotissement étudié à LL est aujourd’hui incorporé au noyau urbain et de plus en plus à l’agglomération toulousaine, à la fois par l’encerclement de nouvelles habitations (lotissements, résidences fermées, petits collectifs) et par l’aménagement des espaces publics (trottoirs, pistes cyclables), il n’en est pas de même pour celui de P qui reste « éloigné » malgré l’augmentation de la population de la commune (maintien d’une urbanisation par pavillons isolés et dans d’autres directions). Concernant le secteur de J, le plus éloigné de Toulouse, le processus d’urbanisation s’affirme par de nouveaux pavillons avec les mêmes aménagements pour un lotissement à la sortie du « village ». En revanche, à l’intérieur de ces lotissements, peu de changements morphologiques concernent les espaces publics. Seules quelques maisons à LL semblent avoir bénéficié d’une revalorisation alors qu’elles nous sont apparues identiques à P ; ce changement/cette stabilité morphologique est-il/elle en lien avec le peuplement ?

  • 8  Le vieillissement des ménages ne se structure pas de la même manière selon les lotissements ; à P, (...)

10Les deux lotissements sont confrontés à un lent processus de vieillissement8 malgré les quelques changements intervenus dans les ménages. Il semble même que les jeunes ménages récemment installés lors de la première enquête ne soient pas restés. L’exception vient du secteur diffus de J où se sont installés de jeunes ménages avec enfants. L’observation de la composition des ménages souligne deux évolutions différenciées : entre une relative complexification des modèles familiaux pour le lotissement le plus proche de l’agglomération (familles avec enfants, ménages de retraités, hommes seuls, départ des enfants et accueil des parents), et le maintien d’une situation assez traditionnelle propre au monde pavillonnaire (à savoir des familles avec enfants – des jeunes enfants dans les franges les plus récentes ou des plus âgés dans les secteurs les plus isolés et les moins bien desservis de la tache urbaine).

11Cette relative recomposition modifie ainsi les ressentis et les pratiques tant spatiales que sociales des anciens résidents.

La « maturation » des espaces périurbains lointains

Une recomposition des situations sociales des périurbains

12Sur le plan de l’emploi et du statut professionnel, on constate deux phénomènes : un relatif recentrage des statuts sociaux en direction de la « petite classe moyenne » par la diminution du statut d’ouvrier et des couples mono-actifs, et l’affirmation d’un vieillissement marqué par la domination des retraités. Concernant les activités professionnelles des épouses, elles sont majoritairement employées ou pratiquent des professions intermédiaires. Deux sont sans activité professionnelle, une est retraitée et une autre travaille ponctuellement en tant que famille d’accueil. La situation des épouses, aujourd’hui mieux insérées professionnellement, est un des changements forts par rapport à la précédente investigation où elles apparaissaient davantage en retrait forcé du marché du travail. Enfin, les enfants adultes à domicile sont pour la plupart dans des situations professionnelles incertaines (intérimaires, ouvriers, employés en contrat à durée déterminée). Quoi qu’il en soit, il ressort une impression de diversité dans les situations sociales. Le tableau ainsi dépeint reste toujours loin de l’image d’une forte homogénéité, dans les statuts sociaux comme matrimoniaux, des ménages habitants les ensembles pavillonnaires d’espaces périurbains. Portée à la fois par des évolutions internes aux ménages anciennement installés et par l’installation de nouveaux résidents, cette diversification n’est pas sans incidence sur les pratiques spatiales et sociales de ces espaces. Que disent aujourd’hui les ménages identifiés à l’époque comme « captifs » de leur choix de vivre en périurbain ?

13Sur les 16 familles rencontrées il y a 7 ans, nous n’en avons retrouvé que 9 encore habitantes des zones étudiées et 8 ont accepté de nous recevoir à nouveau. A ce groupe des « anciens captifs », nous avons décidé d’ajouter, dans le cadre de l’analyse des discours, les 5 familles habitantes de ces ensembles pavillonnaires lors de la première enquête, mais non rencontrées à cette époque et ayant accepté de nous recevoir cette fois-ci. Leurs discours sur leurs trajectoires résidentielles comme sur leurs pratiques et leurs sociabilités entretiennent de fortes correspondances avec les familles déjà enquêtées il y a quelques années.

14Nous ne reviendrons pas ici sur le détail de leur trajectoire résidentielle. Rappelons que l’accession était motivée essentiellement par des considérations « sociales » et morphologiques liées au grand ensemble ou à la cité-HLM. Quant à l’installation, elle couplait absence d’une offre en logement adéquate à leurs yeux et faiblesse financière les amenant à s’implanter dans des espaces où les prix du foncier et/ou de l’immobilier sont les moins élevés.

15Les discours de ces « anciens » laissent transparaître une accession toujours fortement mobilisatrice. La maison est un bien qu’il faut tenir, c’est l’investissement d’une vie pour beaucoup d’entre eux, et cela se fait au prix de nombreux sacrifices et de privations. En effet, ces familles qui ont « tenu bon » sont celles pour lesquelles un discours et des pratiques de rationalité économique dominent. Elles revendiquent ne pas s’être laissées tenter (ou alors une seule fois) par les sirènes de la consommation et du crédit facile comme leurs anciens voisins ! Elles nous ont décrit le fonctionnement d’une consommation par étape, par épargne successive en lien avec un besoin, un projet arrêté ; la réactivation en quelque sorte de pratiques « populaires » de consommation du type « bas de laine ».

16Pour la majorité, ce qui participe d’un changement de quotidienneté, c’est la fin des remboursements, pour d’autres c’est l’insertion professionnelle de la conjointe et/ou le départ des enfants. Ces variations offrent en effet une plus grande souplesse budgétaire et une libération psychologique. Toutefois, si le processus d’accession arrive à son terme pour l’ensemble des familles rencontrées et offre ainsi une moindre « souffrance » quotidienne, la diversité des situations dessine de nouvelles délimitations socio-spatiales. Certes, le vécu s’est modifié à la fois en interne, dans les modes de vie de chaque ménage, et en externe par un changement dans l’environnement immédiat, mais ces territoires du quotidien mettent à jour des réalités frontalières renouvelées. Dans les lotissements périurbains étudiés, comme l’avaient remarqué Chamboredon et Lemaire (1970) dans le contexte du grand ensemble, les attitudes sont fonctions des chances de le quitter. Chacune est corrélée au degré de liberté face aux contraintes qui définissent les conditions de logement.

17Les registres de la fabrication socio-spatiale sont alors fonction de capacités d’investissement ou de désinvestissement d’espaces et de lieux par les pratiques quotidiennes. Ces individus construisent ces pratiques de manière cohérente avec une volonté d’inscription sociale et résidentielle dont elles assurent la visibilité et qui participent à l’identification.

L’importance du « prendre place »

18La majorité des familles rencontrées semblent, petit à petit, prendre place à la fois dans la commune, mais également dans leur secteur périurbain par une meilleure maîtrise de leurs mobilités et par un changement dans leurs modes de vie. Cet ajustement s’explique par deux évolutions : l’émergence d’un « nous » à l’échelle du lotissement et les évolutions socio-spatiales porteuses d’amélioration. Ce profil se rencontre aussi bien dans les deux lotissements, mais selon des modalités différentes. Dans le lotissement de LL, l’entre-soi pavillonnaire amène certaines familles hier isolées à côtoyer de nouveaux ménages plus récemment installés, aux trajectoires considérées comme semblables et auxquels il devient possible de s’identifier. Se dessinent alors des objectifs communs, des intérêts à défendre (en particulier l’amélioration physique du lotissement et donc, à long terme de son image) qui tendent à faire exister socialement ces familles qui se sentaient à l’écart. Dans celui de P, le « nous » se structure plutôt par l’effet du temps et la relative stabilité du peuplement. Il prend alors la forme d’une solidarité de proximité et de l’affirmation d’une spécificité par rapport au reste du village qui à leurs yeux les a « mis de côté » ; sauf qu’ils semblent en prendre leur parti.

19Ces phénomènes témoignent d’une forme d’apprentissage à une vie périurbaine plus personnelle, moins inscrite dans la reproduction d’un modèle et rendant celle-ci moins difficile, car moins dépendante d’une ville centre tant sur le plan fonctionnel (équipements, services) qu’émotionnel (lien social, bien-être). Ces familles semblent avoir pris le parti de leur réalité pavillonnaire en se l’appropriant, considérant que c’est de cette manière qu’elles veulent vivre et s’y adaptant afin d’en écarter les contraintes (moindre recours à la ville centre, moindre attente d’une soi-disant « solidarité villageoise », invention d’une entraide, moindre affirmation d’une « culture de classe moyenne périurbaine »). On se trouve alors en face d’un ordre territorial qui se recompose par ajustement et qui permet à chaque singularité de « prendre place », de trouver son autonomie dans un contexte socio-spatial jusqu’alors perturbé et perturbant.

20Pour ces anciens « captifs », les pratiques quotidiennes restent encore fortement circonscrites et hiérarchisées. On observe toujours quelques écarts dans le niveau de motorisation (absence de véhicule ou de permis de conduire) et une conscience de l’éloignement générant une « dépendance automobile ». La mobilité demeure une norme dans ces espaces développés selon une logique d’accessibilité automobile (Baudelle et al., 2007) : « Voilà faire construire c’est un peu, en fait c’était pour payer moins cher en tout, après, bon, on regardait pas trop la voiture, tout ça quoi parce que, bon, c’est vrai on peut pas tout regarder, si on veut payer un terrain moins cher, payer des impôts moins chers, bon, on est obligés quand même de s’éloigner un peu » (enquêtée). Cet écart à la « norme périurbaine » est accentué par les nouveaux arrivants qui apparaissent plus mobiles et plus à même de maîtriser les opportunités de l’espace périurbain (possession d’au moins deux véhicules et une plus grande aptitude à se mouvoir (Kaufmann, 2002).

21Toutefois le contexte local s’améliore, porté par des dynamiques nouvelles dans plusieurs domaines, rendant alors leurs vies quotidiennes moins tendues qu’auparavant : amélioration de l’offre en services et en commerces (même si la question du coût des produits est soulignée), amélioration de la desserte en transport en commun (installation d’un minibus gratuit les jours de marché au bourg principal qui permet une sortie pour des personnes peu mobiles) et développement des aménagements en direction des modes doux favorisant les déplacements alternatifs à la voiture. Ainsi, de nos rencontres avec les épouses du lotissement de P, qui étaient hier dans l’enfermement par manque de ressources pour se déplacer, il en ressort de la satisfaction face à la mise en service d’une ligne de bus gratuite le jour du marché de Rieumes (petit bourg à une dizaine de kilomètres) : « Cette navette c’est super, j’ai l’impression une fois par semaine d’aller à la ville. Même si je n’ai pas vraiment de courses à faire j’y vais quand même, je rencontre d’autres personnes et puis les fruits et les légumes y sont moins chers » (enquêtée).

22Ces modifications laissent entrevoir des fonctionnements nouveaux à l’échelle des bassins de vie dans une moindre dépendance à l’agglomération centrale, comme par exemple des relocalisations professionnelles à proximité du lieu de vie (par le développement d’emploi de service à la personne, garde d’enfants ou soutien aux personnes âgées). Par ce biais certains ménages mobilisent pour leurs achats alimentaires des circuits courts (en direction des producteurs pour les produits frais), ou sollicitent davantage les commerçants du secteur comme M. et Mme R. qui ont décidé de faire appel aux services d’un revendeur local pour l’achat, l’entretien et la réparation d’un appareil électroménager afin de privilégier la dimension humaine (négociation, prêt de matériel) et qui à leurs yeux considèrent « qu’au final ce n’est pas vraiment plus cher qu’à Carrefour si tu comptes les allers-retours en voiture avec en plus un autre rapport avec une personne qui, même en cas d’urgence, est prête à vous aider » (enquêtée).

23Par ailleurs émerge une « solidarité automobile » privilégiant le covoiturage et le dépannage. Cette entraide (prêt de matériel, soutien physique) va même parfois au-delà afin de pallier ce qui reste considéré comme un « abandon par la municipalité ». En tout cas, le sentiment d’abandon individuel observé auparavant semble s’être atténué (seules deux familles disent souffrir d’un manque de solidarité et remobilisent un discours de retrait) et les familles apparaissent moins enfermées dans des préoccupations que par le passé, ce qui laisse de la place pour du contact avec l’autre (moins de souffrance quotidienne, de tensions financières).

24Malgré ces changements, même minimes dans leur vie quotidienne, le sentiment de mise à distance par le reste de la commune est toujours aussi puissant, « le quartier est très mal perçu par la commune, on est considéré comme faisant partie du lotissement et non du village, depuis le début il y a comme un dégoût, pourtant on essaie de bien s’intégrer » (Enquêté). Le sentiment d’abandon physique du lotissement par la municipalité matérialise cette sensation de rejet, d’autant plus que le développement résidentiel réalisé depuis obéit à un tout autre modèle faisant ressortir encore plus cruellement la différence de traitement entre ces secteurs de la commune.

25Cependant, si la fracture est toujours réelle entre « natifs » du village et « nouveaux », celle-ci tend à s’estomper sous l’effet d’un double mouvement : celui de la culture de l’indifférence, du sacro-saint « chacun chez soi » et du « travail du temps », favorisant l’apaisement et l’interconnaissance. En effet, on voit apparaître dans les discours des ménages arrivés depuis notre précédente enquête une certaine mise à distance des autres, notamment des anciens, afin de garantir son intégrité morale. Le temps vient également apaiser ces tensions. Qu’elles soient amicales ou associatives, les relations sociales restent alors très limitées chez ces ménages réinterrogés. La sensation d’être à part domine et le sentiment d’appartenance est souvent attribué à un ailleurs qui évoque soit une certaine nostalgie, soit un futur hypothétique, soit un lieu interchangeable.

Le renforcement de la « captivité »

26Pour les familles les plus modestes et peu mobiles, cette culture de l’indifférence est difficile à vivre, notamment lorsque les liens sociaux sont tout aussi limités en dehors du lotissement. La mise à distance et le repli sur soi conditionnent alors une appréciation négative du quartier justifiée par un manque de vie, une monotonie accentuée par l’absence de communication avec les voisins. On en arrive, dans des cas extrêmes, à un repli sur la vie familiale qui suffit au besoin de relations sociales, notamment lorsque le ménage a des enfants, mais pas uniquement. La situation familiale peut ainsi conditionner l’appréciation du quartier, en modifier la perception : le rôle structurant et apaisant du couple et des enfants apparaît d’autant plus qu’il s’oppose à la fragilité sociale des personnes vivant seules (comme cet homme divorcé rencontré et ne passant que très peu de temps chez lui pour voir du monde) ou passant une partie de leur journée seules (comme quelques épouses) en attendant que le conjoint rentre du travail. Cette situation est diversement acceptée par des ménages par ailleurs inégalement insérés dans d’autres réseaux sociaux : le repli sur le « chez-soi » est ainsi valorisé quand des liens sociaux sont possibles ailleurs, qu’ils soient familiaux ou autres, dans le village ou plus loin, tandis qu’il est regretté quand la vie sociale est contrainte à la proximité physique. Les fragmentations sociales apparaissent alors bien multi-scalaires à la fois à l’intérieur de la commune, entre deux secteurs d’un même lotissement, voire entre deux maisons, révélant la capacité de ces espaces périurbains à atomiser les phénomènes socio-spatiaux et à en rendre la lecture plus difficile. Les discours recueillis mobilisent alors à nouveau, comme lors de la phase d’enquête précédente, le thème de l’abandon communal, signe d’un glissement chez les ménages encore « captifs » d’un retrait de la vie sociale, notamment associative, dans laquelle ils avaient essayé de s’impliquer. La mise à l’écart « volontaire » traduit ici la résignation face à l’espoir déçu d’une intégration réussie.

27Ces « éternels repliés », isolés, qui formulaient déjà le projet de partir, mais qui sont toujours là, illustrent le maintien en « captivité ». Ces familles se disent toujours profondément insatisfaites et leurs discours sont empreints d’une amertume ou d’un ras-le-bol qui conduit à rejeter une région (notamment pour les ménages venus d’ailleurs), ou une forme urbaine (celle du lotissement), ou encore les deux à la fois. Les attitudes de ce groupe, plus minoritaire que par le passé, sont le fait d’une opposition renforcée entre un « je » et « les autres » et qui renvoie à un ensemble de variables (origines sociales, statuts professionnels, trajectoires résidentielles). Partager un même quartier n’abolit pas les inégalités des diverses catégories sociales qui l’occupent : à LL le fossé économique entre anciens et nouveaux semble fort pour ces familles, il s’exprime avec des expressions révélatrices telles que « Ce sont des rich men ! ». La quotidienneté de ces familles, si elle offre moins de souffrance, apparait toujours en tension entre des « aspirations situées » (Fournier, 2005) de classe moyenne et les conditions de leurs réalisations ; c’est-à-dire la médiation entre le contexte socio-spatial et la « singularité subjective » (La Mache, 2008).

28Quelles que soient les difficultés de cette installation périurbaine, pour les familles ayant pu mener à terme le processus d’accession, l’acquisition définitive du bien semble offrir des modalités d’insertion dans une localité. Certes, cet apprentissage de la localité et du vécu périurbain demande à être accompagné par l’action politique, mais il semblerait se dessiner pour la plupart des familles comme une sortie de la captivité hier observée et pour d’autres un maintien dans le « rêve pavillonnaire ».

La force du mode d’habiter « pavillonnaire »

29D’une voix plus unanime que lors du précédent passage, la plupart des ménages rencontrés se disent satisfaits de leur installation. Au-delà des désagréments ou des réels inconvénients de ce choix de localisation (trajets, proximité du voisin), la propriété, la maison individuelle et l’installation à la campagne sont les trois piliers d’une aventure réussie. Pour de nombreux ménages les bons côtés finissent par l’emporter sur les « à-côtés » minimisés : « Pour moi c’était presque inaccessible et c’est un château maintenant », « C’est un rêve qui continue ! C’est le pied quoi ! Tout va bien ! Pourquoi on s’en sort bien avec un seul salaire c’est que je fais les comptes et je ne vis pas au-dessus de mes moyens », « Ne serait-ce qu’en été, le week-end, s’asseoir dehors sur la terrasse, ça vaut tout l’or du monde, ça » (enquêté).

30Le maintien de cette combinaison et de sa force symbolique avait déjà été souligné par les travaux de Raymond et al. (1966), et il semble qu’elle en sorte renforcée pour ces familles. Le confort spatial et social de ce mode d’habiter, même au prix d’une longue période de souffrance, offre un « chez-soi » valorisé auquel se rajoute la figure du « village » comme espace sécurisant. Cette forme réappropriée par l’urbain permet une connaissance à défaut d’une reconnaissance, elle offre aux yeux des périurbains modestes rencontrés la possibilité d’être dans un ici, de la localité, et dans un ailleurs, de l’espace périurbain et de la ville. Le village pour les périurbains est un lieu de sécurisation sans surveillance ; une possibilité d’autonomisation et de maîtrise même relative au regard de la manière dont il est structuré par les catégories les plus aisées (Grésillon et Rougé, 2009).

31La famille rencontrée à J et qui était lors de la première enquête dans le début de son accession, reste dans « l’aventure heureuse ». Son projet s’appuie notamment sur un fort réseau familial/amical qui s’est reconstitué progressivement. Cette figure dessine un maintien de l’enchantement par l’exercice d’un sacrifice accepté, voire revendiqué et valorisé. L’accession à la maison individuelle, fut-elle au prix de sacrifice, participe également à la construction d’une histoire familiale dans laquelle l’entraide joue un rôle, lui donne une épaisseur émotionnelle et symbolique. La maison devient à leurs yeux, plus que l’appartement, un lieu de renforcement d’une sociabilité élargie parfois aux amis et aux voisins. Elle devient l’élément majeur d’une appropriation socio-spatiale et un lieu d’invention et d’imposition de normes nouvelles dans des communes jusqu’alors restées rurales. Par ses pratiques recentrées sur un secteur localisé dans la proximité temporelle du domicile, cette famille, comme probablement d’autres, participe d’une certaine manière à une renaissance villageoise, mais dans un village « métropolisé », renouvelé par l’urbain ; c’est-à-dire plus ou moins bien lié à la ville et à la modernité tout en offrant de la proximité et cette sécurité sans surveillance tant désirée.

32Au-delà de cette figure portée par l’auto-construction et donc susceptible d’accentuer l’attachement à l’objet et au lieu d’installation de celui-ci, il apparaît bien une importance de la maison, en tant qu’habitat individualisé, dans l’acquisition d’un bien-être des familles. Comme le souligne Berger (2008 : 133), « le modèle importé il y a une génération, dans un tout autre contexte démographique et économique, résiste aux transformations de la société ». Certes, toujours selon la même auteure, « les ménages ont été fortement orientés dans leurs choix », mais « ces choix ne sont pas une réponse passive : les ménages ont plébiscité la périurbanisation » faute d’une alternative efficace telle qu’une offre en logement confortable dans un environnement appréciable et à un coût supportable. On ne pourra pas freiner la dilution urbaine par la seule énonciation de principes de « durabilité » ou encore par le risque d’un renchérissement du coût énergétique des déplacements. Il faut d’un côté, à travers les modes de vie des périurbains, entendre le besoin exprimé dans des formes de logements plus individualisées et de l’autre accepter d’aider les territoires périurbains (communes, intercommunalités) à se structurer davantage. Les espaces périurbains même les plus en marge ne sont-ils que des périphéries résidentielles absorbantes ? Ne peuvent-ils pas être des lieux de facilitation d’une diversification du logement dans ses formes et dans ses statuts qui permettre l’émergence de micro-centralités mêmes temporaires (marchés, commerces ambulants) ? Autant de vecteurs d’un lien social et d’une conscience politique renouvelés, pouvant être repensés à une autre échelle complémentaire, voire comme structure d’une réflexion élargie à la « métropole ». Ces espaces ne sont pas l’antinomie de la ville et ils peuvent permettre son renouveau si la ville elle-même, en tant que cœur dense, arrive de son côté à se repenser dans sa morphologie, dans sa symbolique et dans son gouvernement.

Des espaces périurbains lointains en diversification

33Dans un contexte plus général, ce retour permet également d’interroger la permanence des espaces périurbains, en particulier ceux confrontés à un moment donné à des situations de stigmatisation, précarisation, dévalorisation.

34D’une part, de tels espaces, dans le contexte toulousain en tout cas, ne semblent pas se pérenniser : il y a d’un côté « expulsion » des ménages les plus fragiles et les plus instables et remplacement petit à petit de ces ménages par des familles de strates sociales certes toujours modestes selon la division socio-spatiale des aires urbaines dans lesquels ils s’inscrivent, mais un peu plus aisées, surtout dans le cas d’une agrégation de ces lotissements à l’agglomération. Un tel changement morphologique par sédimentation de l’urbanisation modifie la fonctionnalité de ces zones, leur accorde de la valeur et génère une revalorisation qui accentue la forte diversification de leur peuplement et dessine des ségrégations fines, parfois à l’échelle même de la parcelle.

35Il semblerait qu’au fur et à mesure de sa diffusion, le processus de périurbanisation d’abord résidentiel, suscite un redéploiement de l’emploi dans des secteurs économiques spécifiques relevant de l’économie résidentielle, mais pas uniquement (services à la personne, aux entreprises, logistique) et donc un développement commercial qui finit par rendre moins dépendant de l’agglomération centrale les ménages habitant ces « campagnes urbaines ». Se dessine alors un fractionnement des espaces en secteurs dominés par une ou plusieurs polarités (services, emplois, commerces) sur laquelle tente parfois de s’appuyer la planification en cours.De communes se vivant comme périphériques, l’inscription dans un cadre territorial de projet leur donne plus de latitude et de moyens financiers et humains pour répondre aux besoins et attentes de la population et participe ainsi d’un apprentissage de l’autonomisation et d’un moindre isolement (Estèbe, 2008). En cela, bien des espaces périurbains deviennent des lieux d’attachement et cet ancrage est souvent favorisé par un desserrement progressif de l’emploi (Mignot et al., 2005) et le développement d’aménités commerciales et en services. Ceci conduit à accentuer une tendance des périurbains à se détourner progressivement de la ville-mère au profit d’un « secteur » resserré organisé par des « pôles secondaires ». Ces configurations émergentes peuvent participer à réduire par là même les navettes et les kilométrages automobiles (Berroir et Cattan, 1995)

36Ainsi, dans un contexte de métropolisation qui se poursuit et compte tenu de la forte croissance démographique ainsi que d’une forte pression foncière et immobilière, les espaces de la périphérie sont certes confrontés à une diffusion résidentielle toujours plus intense, mais surtout plus complexe. Les ségrégations socio-spatiales sont de plus en plus fines, en lien avec des processus de valorisation/dévalorisation eux aussi plus rapides. Il s’agit peut-être d’un signe de changement concernant ces espaces : dans la lignée des espaces plus denses, ils acquièrent eux aussi une capacité d’atomisation des phénomènes sociaux-spatiaux, rendant leur observation et leur repérage plus difficile et offrant ainsi une assise à leur autonomisation. Ces travaux bien qu’exploratoires, questionnent toutefois la pertinence d’un regard sur ces espaces périurbains par la seule focale « centre-périphérie ». S’ils sont marqués par des dynamiques de spécialisation sociale nées des formes architecturales et du mode de production du logement, ils apparaissent aussi comme porteur du germe d’une reconstitution de l’intégrité urbaine. Ainsi, au-delà des discours d’angoisses quant à l’éparpillement, les difficultés quotidiennes des périurbains les plus modestes soulignent moins les limites du modèle pavillonnaire et des lotissements que, comme le soulignait déjà Burgel (1989 : 6) « l’incapacité des sociétés urbaines contemporaines à se penser et à vivre dans une continuité des territoires et des échelles ».

Top of page

Bibliography

Baudelle G., Darris G., Ollivro J., Pihan J. 2004. Les conséquences d’un choix résidentiel périurbain sur la mobilité : pratiques et représentations des ménages, Cybergéo, http://www.cybergeo.eu/index3430.html (consulté le 24.08.09).

Berger M. 2008. Pavillonnaires franciliens : d’une forme urbaine à des territoires du quotidien ?, Strates 14 : 119-133

Burgel G. 1989. Le lotissement : la ville en miettes ?, Villes en parallèle 14 : 5-7.

Calenge C., Jean Y. 1997. Espaces périurbains : au-delà de la ville et de la campagne ?, Annales de Géographie 106 (596) : 389-413.

Chamboredon J.C., Lemaire M. 1970. Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement, Revue française de sociologie 11 : 3-33.

Certeau M. de 1990. L’invention du quotidien. 1. Arts de faire. Paris, Gallimard.

Collectif. 2007. Individualisme et production de l’urbain, Les Annales de la Recherche Urbaine 102.

Cuturello P., Godard F. 1982. Familles mobilisées : accession à la propriété et notion d’effort des ménages. Paris, Plan Construction Architecture.

Dubois-Taine G., Chalas Y. (dirs). 2007. La ville émergente. Paris, Aube.

Estèbe P. 2008. Gouverner la ville mobile, Intercommunalité et démocratie locale. Paris, PUF.

Fournier P. 2005. Une industrie nouvelle en zone rurale : de la fabrique d’une main-d’œuvre à la fabrique de destins sociaux territorialisés ?, Cahiers d’économie et de sociologie rurales (76) : 72-92.

Grésillon L., Rougé L. 2009. Des seuils de sûreté aux périurbanités privatives, in Dumont M. (dir) Des périphéries urbaines, sous tranquillisants ? Paris, Rapport de recherche pour le compte du PUCA « Territoires urbains et sûreté » : 34-104.

Imbert C. 2004. Ancrages et proximités familiales dans les villes nouvelles franciliennes : une approche comparative, Espaces et Sociétés 4 (119) : 159-176.

Kaufmann V. 2002. Re-thinking mobility. Aldershot, Ashgate.

La Mache D. 2008. Des mondes à soi. Pour une ethnologie des territoires du quotidien en HLM, Strates 14 : 55-68.

Motte B. 2010. Déménager pour échapper à la dépendance automobile en grande couronne francilienne. Atelier « Dynamiques résidentielles de l’urbain au rural » du GIS – Logement-Habitat, 10 septembre, Tours.

Raymond H., Haumont N., Dezès M.-G., Haumont A. 2001 [1966]. L’habitat pavillonnaire. Paris, L’Harmattan.

Segaud M., Brun J., Driant J.C. (dirs). 2002. Dictionnaire de l’habitat et du logement. Paris, Armand Colin.

Rougé L., Bonnin S. 2008. Les « captifs » du périurbain 10 ans après. Lyon, Rapport de recherche, CERTU – DGUHC.

Rougé L. 2005. Accession à la propriété et modes de vie en maison individuelle des familles modestes installées en périurbain lointain toulousain. Les « captifs » du périurbain. Toulouse, Thèse de doctorat, Université de Toulouse-Le Mirail.

Top of page

Notes

1  Des réflexions récentes autour de l’objet « périurbain » ont lieu dans le cadre de l’atelier « Dynamiques et pratiques résidentielles de l’urbain au rural » du GIS Logement-Habitat animé par M. Berger, L. Rougé et M.C. Jaillet.

2  Cette formulation a été employée par une répondante lors de la première phase d’enquête. Elle souligne à quel point les étapes résidentielles successives (petits appartements dans un centre urbain non rénové, appartement en locatif social dans un quartier d’habitat social et accession à la propriété d’une maison individuelle en périurbain lointain) ont été vécues comme une mise à l’écart, une marginalisation (Rougé, 2005).

3  L’aire urbaine toulousaine est reconnue pour sa croissance démographique, la première du pays entre 1999 et 2006 (passant de 960 000 à 1 150 000 habitants), et l’ampleur de sa périurbanisation (341 communes concernées en 1999, probablement beaucoup plus aujourd’hui si l’INSEE maintient le zonage en aire urbaine) qui déborde des limites administratives du département de Haute-Garonne et de la région Midi-Pyrénées, et s’inscrit dans un rayon de plus de 50 kilomètres autour de la « ville rose ».

4  Le lotissement est une forme planifiée et aménagée d’urbanisation en « groupée », l’opération étant menée par un promoteur. Le plus souvent, quand il s’agit d’une opération en direction de familles de catégories sociales moyennes ou modestes, les pavillons sont rapprochés. La zone d’habitat en diffus, aujourd’hui majoritaire en France, désigne des constructions réalisées par des maîtres d’ouvrage individuels sur des terrains acquis au préalable. Dans ce cas l’acquéreur préfère un terrain beaucoup plus étendu que ceux proposés dans des opérations groupées de types « lotissements » (Segaud, Brun et Driant, 2002).

5  L’enquête a privilégié une approche compréhensive par entretiens semi-directifs. Les matériaux recueillis ont fait l’objet d’une analyse thématique et comparée avec celui recueilli lors de la première enquête. Les thèmes portaient sur les représentations et les pratiques de l’espace et leurs évolutions au regard de la période passée.

6  Ces communes se trouvent entre 35 et 55 kilomètres au sud de Toulouse.

7  Dans la commune de LL, le terrain se localise sur une ancienne gravière où la nappe phréatique affleure, ce qui génère une remontée d’humidité lors de fortes pluies. Dans la commune de P, le lotissement a été construit sur une ancienne décharge municipale et après affaissement, le terrain se retrouve aujourd’hui au dessous du niveau des champs exploités et du cimetière avoisinants, ce qui suscite quelques inconvénients dans les fosses sceptiques lors de fortes pluies ou des arrosages intensifs.

8  Le vieillissement des ménages ne se structure pas de la même manière selon les lotissements ; à P, il s’agit d’un vieillissement des occupants, alors qu’à L et dans le secteur de J, on observe l’arrivée de ménages retraités.

Top of page

References

Electronic reference

Lionel Rougé, « L’installation périurbaine entre risque de captivité et opportunités d’autonomisation  », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 5 | 2009, Online since 25 April 2010, connection on 14 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/articulo/1440 ; DOI : 10.4000/articulo.1440

Top of page

About the author

Lionel Rougé

Lionel Rougé is an Associate Professor of Geography at the University of Caen Basse-Normandie, ESO-Caen UMR 6590 CNRS.

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals