Skip to navigation – Site map
2008

Paul Krugman : (presque) un Nobel de géographie

Paul Krugman: A Nobel Prize in geography?
Olivier Walther

Abstracts

Paul Krugman recently won Nobel Economics Prize for his work on trade patterns and location of economic activities. This sounds like good news for (some) geographers.

Top of page

Full text

1Paul Krugman a reçu ce lundi 13 octobre le Prix Nobel d’économie de la part de la Banque de Suède pour son analyse des modèles du commerce mondial et de la localisation de l’activité économique. Voilà une nouvelle qui devrait réjouir certains géographes. Paul Krugman n’est-il pas cet économiste de l’Université de Princeton qui dans Geography and Trade (1993) affirmait qu’il avait passé sa vie à faire de la géographie économique sans le savoir ? N’a-t-il pas rappelé avec force, alors que la théorie du commerce international traitait volontiers les pays comme des « points », que «[t]he facts of economic geography are surely among the most striking features of real-world economies » (Krugman 1991 : 483) ?

2En traitant du commerce mondial, Paul Krugman (1979) ne s’est pas limité à questionner le rôle marginal que la géographie jouait dans la théorie économique. En rompant avec les axiomatiques de l’économie ricardienne ou de l’approche Heckscher-Ohlin qui tablaient sur une allocation différenciée mais fixe des ressources, il a montré que la théorie classique était insuffisante à expliquer la totalité des échanges internationaux. Certes, la dotation des facteurs initiaux est inégale entre les nations. Cependant, le commerce mondial s’est également prodigieusement développé entre des pays qui produisent des biens identiques. Paul Krugman montre alors que, dans un contexte de concurrence imparfaite, la production de certains produits peut bénéficier d’économies d’échelles importantes. Cela peut permettre à ces pays de se spécialiser sur un registre limité de biens et d’alimenter ainsi, à l’échelle mondiale, la variété des biens consommés.

3En traitant de la manière dont les activités économiques se localisent dans l’espace, Paul Krugman a contribué à donner naissance à la New Economic Geography (NEG) (les auteurs francophones alternent entre Nouvelle Economie Géographique et Nouvelle Géographie Economique). Dans ses travaux, il se focalise sur deux grandes questions. La première concerne les raisons qui poussent l’activité économique à se concentrer dans un nombre limité de régions et/ou de villes. La seconde, qui vient en complément, concerne les raisons qui poussent certaines activités économiques particulières, comme la fabrication de tapis ou la recherche scientifique par exemple, à se concentrer dans certains lieux.

4Dans le modèle centre-périphérie de Krugman (1991), les industries se localisent dans un lieu en tenant compte de l’arbitrage entre les économies d’échelle, qui favorisent la concentration, et les coûts de transport, qui favorisent la dispersion. Chaque industrie tente alors de desservir son marché en minimisant les coûts de transport, c’est-à-dire en se rapprochant de la demande locale. Cela entraîne un processus circulaire : les industries recherchent des localisations où la demande locale est forte tandis que la demande locale est d’autant plus forte que de nombreuses industries ont choisi cette localisation. Ce processus est à l’avantage des grands marchés. Paul Krugman montre alors que les conditions initiales de l’agglomération sont parfois déterminantes pour expliquer la concentration de l’activité économique, à mesure que se réduisent les coûts de transport. Certains avantages comparatifs mineurs conduisent ainsi à des divergences majeures dans l’évolution des différents centres urbains.

5Pour expliquer les concentrations géographiques particulièrement importantes d’industries manufacturières ou de services (clusters), Krugman (1998) s’appuie sur les externalités marshalliennes classiques. Il montre ainsi le rôle fondamental d’un marché du travail spécialisé qui réduit les coûts de formation et de recrutement et attire de nouveaux individus qualifiés, ainsi que l’importance de la disponibilité de fournisseurs spécialisés et de clients. Ces avantages liés à la taille des marchés sont renforcés dans certains lieux par des externalités technologiques ou informationnelles liées à l’importance de la proximité dans la transmission du savoir et des connaissances. A ces forces centripètes s’opposent des forces centrifuges qui expliquent que toute l’activité économique ne soit pas localisée dans un lieu unique, et qui sont principalement dues à l’existence de facteurs immobiles (ressources naturelles, main d’œuvre agricole, localisation des consommateurs), aux coûts fonciers et aux pures déséconomies externes (congestion ou pollution).

6Quel a été le retentissement de ces travaux dans la géographie ? Certes, des voix parmi les géographes se sont élevées pour dire que la NEG n’était pas si « nouvelle » et si « géographique » qu’elle le prétendait (voir Martin 1999 et L’Espace géographique 2007-3 pour un débat entre géographes et économistes). Cependant, bien que la communauté des géographes reconnaissent volontiers son penchant à picorer dans les autres sciences, force est de constater que la NEG et la géographie économique ont peu partagé. Dans un article intitulé When Economists and Geographers Collide, or the Tale of the Lions and the Butterflies, Gilles Duranton et Andrès Rodriguez-Pose (2005) évoquent à ce titre l’absence de conflits qui marque les relations entretenues entre les deux disciplines. Loin de se disputer la même proie, les économistes traitant de l’espace (les « lions ») et les géographes intéressés par l’économie (les « papillons ») semblent constituer deux populations évoluant dans des environnements cloisonnés. La prestigieuse reconnaissance attribuée à Paul Krugman invite à reconsidérer cette ignorance réciproque.

Top of page

Bibliography

Collectif. 2004. Nouvelle économie géographique et géographie : quel dialogue ? L’Espace géographique 3 : 193-214.

Duranton G, Rodriguez-Pose A. 2005. When Economists and Geographers Collide, or the Tale of the Lions and the Butterflies, Environment and Planning A 37 : 1695-1705.

Krugman P. 1979, Increasing Returns, Monopolistic Competition, and International Trade, Journal of International Economics 9 : 469-79.

Krugman P. 1991, Increasing Returns and Economic Geography, The Journal of Political Economy 99(3) : 483-499.

Krugman P. 1993, Geography and Trade, Leuven : Leuven University Press, Cambridge : The MIT Press.

Krugman P, Obstfeld M. 1995. Economie internationale, Paris : De Boeck.

Krugman P. 1998. The Role of Geography in Development, Paper prepared for the Annual World Bank Conference on Development Economics, Washington, D.C., April 20–21.

Martin R. 1999. The New 'Geographical Turn' in Economics : Some Critical Reflections, Cambridge Journal of Economics 23 : 65-91.

Top of page

References

Electronic reference

Olivier Walther, « Paul Krugman : (presque) un Nobel de géographie », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Briefings, 2008, Online since 03 September 2011, connection on 14 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/articulo/791

Top of page

About the author

Olivier Walther

Olivier Walther is a Researcher at the Department of Geography, Centre for Population, Poverty and Public Policy Studies in Luxembourg. He holds a PhD from the University of Lausanne and the University of Rouen. His major research interests lie in informal economic networks and cross-border integration in West Africa. Aside from West African studies, Olivier Walther is involved in several research projects dedicated to cross-border metropolitan integration in Europe. Email: olivier.walther@ceps.lu

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals