Skip to navigation – Site map

Une approche sociale de l’économie. Présentation

Laurent Matthey and Roger Romer

Full text

1Les textes, travaux et recherches qui discutent les dimensions sociales de l’économie marquent de manière significative l’histoire des sciences humaines et sociales. Qu’il s’agisse d’évoquer l’institution imaginaire du marché (Castoriadis, 1975 [1999]), l’invention d’une abstraction, celle d’un marché qui se régulerait de lui-même (Polanyi, 1944 [1983]), de pointer la dimension culturelle de la rationalité économique (cf. les travaux de l’anthropologie économique), de mettre au jour les logiques et systèmes de relations qui ont prévalu, au début des années 1980, au tournant néo-libéral de nos démocraties-marchés, les apports critiques sont nombreux. Ce discours critique traverse aussi les sciences économiques. Que l’on pense à l’article de J.-P. Maréchal, « Critique d’un lieu commun : l’économie comme science » (2001) ou bien encore la fronde des étudiants en économie de l’Université française qui, en 2001, protestait contre l’aspect économétrique de leur formation. Ailleurs, M. Blaug (2001) regrettait l’absence d’intérêt qu’ont certains économistes pour l’histoire de leur discipline, donc pour la construction sociale de leur savoir. L’explicitation des travers de l’économicisme n’est pas un projet neuf. On peut néanmoins s’étonner que ces écrits ne fassent que si peu de vague et tant de vogue, pour reprendre une formulation de G. Châtelet (1998), symptomatique en cela de la puissance de recyclage de l’économie capitaliste prête à intégrer les voix dissidentes dans sa « machine » à produire de la valeur d’échange.

2Les contributions proposées ici s’inscrivent donc dans une tradition critique solidement implantée. Elles consistent ainsi en des opérations d’éclairage sur un champ déjà investi.

3Alessandro Pelizzari tente, dans « Emploi précaire et stratégies de crise : une analyse qualitative des comportements salariaux » de répondre à la question de savoir si « les emplois atypiques ouvr[ent], pour les salariés, la perspective d’une intégration durable sur le marché du travail ou, au contraire, pérennis[ent] la précarité en renforçant les mécanismes de déqualification et de déclassement ? ». En traitant empiriquement cette question, il discute deux des principes fondateurs des modèles néoclassiques à savoir d’une part l’idée que les acteurs économiques sont rationnels et dotés d’une même capacité à maximiser leur utilité ; d’autre part qu’ils disposent tous d’un même accès à l’information susceptible de leur permettre de réaliser leurs objectifs.

4Rolf Steppacher, dans « Impératifs et limites de la croissance », accomplit un travail plus radical de critique théorique. Ce sont les fondements épistémologiques de la notion de marché et de propriétés qu’il explicite pour montrer leurs prolongements tant sociaux que personnels. En nous rappelant à bon escient que toute société porte en elle un projet qui ne se réduit pas à une capacité gestionnaire.

5L’article « Les trente Immortelles de Genève : une intégration précoce des femmes dans le capitalisme financier sans remise en cause de l’ordre patriarcal » de Gilles Forster envisage le champ de «  l’histoire de la banque genevoise du XVIIIe siècle » et, plus spécifiquement, « celui des emprunts viagers dit des trente Immortelles de Genève ». Il considère la manière dont le capitalisme financier s’accommode d’une intégration des femmes sans pour autant agir sur la structure des rapports sociaux de sexe ; laissant entrevoir, une fois encore, de sa fabuleuse capacité à user de différences, sinon à les produire, pour satisfaire sa propre fin, celle d’une expansion perpétuelle.

6Enfin, dans une contribution hors dossier (« Une géographie critique de l’espace du quotidien, actualité mondialisée de la pensée spatiale d’Henri Lefebvre »), Jean-Yves Martin réfléchit, dans un exercice d’histoire et d’épistémologie des savoirs géographiques, d’une part au lien entre la pensée spatiale d’Henri Lefebvre et sa « critique de la vie quotidienne » ; d’autre part aux prolongements donnés par les géographes contemporains aux travaux lefebvriens.

Top of page

Bibliography

BLAUG Mark, 2001, « No history of ideas, please, we’re economists, Journal of Economic Perspectives, volume 15, numéro 1, pp. 145-164.

CASTORIADIS Cornélius, 1975 (1999), L’institution imaginaire de la société, Paris : Seuil.

CHÂTELET Gilles, 1998, Vivre et penser comme des porcs : de l’incitation à l’envie et à l’ennui dans les démocraties-marchés, Paris, Gallimard.

MARECHAL Jean-Paul, 2001, Critique d’un lieu commun : l’économie comme science, Esprit, juillet.

Top of page

References

Electronic reference

Laurent Matthey and Roger Romer, « Une approche sociale de l’économie. Présentation », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 2 | 2006, Online since 17 July 2006, connection on 14 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/articulo/936

Top of page

About the authors

Laurent Matthey

Laurent Matthey is director of the Fondation Braillard Architectes in Geneva. He also is Head of Research at the Centre for Urban Studies and Sustainable Development (OUVDD) of the University of Lausanne and Research Associate at the Institute of Environmental Sciences of the University of Geneva.

By this author

Roger Romer

Roger Romer is a sociologist.

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals