Navigation – Plan du site
EPHE
Histoire et philologie des temps médiévaux

Histoire et philologie de la Scandinavie ancienne et médiévale

Conférence de François-Xavier Dillmann
p. 210-213

Résumé

Programme de l’année 2008-2009 : Lecture et explication des sources poétiques de l’Óláfs saga ins helga (ou Histoire du roi saint Olaf) de Snorri Sturluson (suite).

Haut de page

Texte intégral

1Dans le prolongement des conférences de l’an dernier, on s’est proposé cette année d’étudier l’une des principales sources de l’Óláfs saga ins helga (ou Histoire du roi saint Olaf) et, à travers elle, de l’histoire des relations entre les royaumes de Norvège et de Suède dans les premières décennies du xie siècle, les Austrfararvísur (« Strophes de l’expédition à l’Est »). Composées par le scalde islandais Sigvatr Þórðarson vers 1019, la vingtaine de strophes qui constituent les Austr­fararvísur sont transmises essentiellement par les manuscrits de la grande Histoire du roi saint Olaf (ou Saga Óláfs konungs hins helga) et par ceux de l’Histoire des rois de Norvège (ou Heimskringla), œuvres généralement attribuées au poète et historien islandais Snorri Sturluson.

2Dans un style direct, enjoué, parfois empreint d’humour, et qui tranche nettement sur ses poèmes antérieurs, Sigvatr Þórðarson relate dans les Austrfararvísur la mission qu’il accomplit en Suède à la de­mande du roi de Norvège afin de s’assurer de l’amitié du puissant jarl (duc) Rǫgnvaldr, alors que des négociations de paix avaient été enga­gées entre la Norvège et la Suède et que des projets de mariage avaient été formés entre Óláfr Haraldsson et l’une des filles du roi de Suède. Le scalde décrit ainsi les nombreuses traverses qu’il rencontra au cours de son voyage, dont la narration constitue un témoignage inédit au sujet de plusieurs régions de la Suède occidentale au tout début du xie siècle, en particulier dans le domaine des coutumes et des croyances religieuses.

3Parallèlement à un commentaire détaillé de chacune des vingt (ou vingt et une, selon les éditeurs) strophes du poème et à leur essai de traduction française, le directeur d’études a entrepris d’examiner quel­ques-unes des principales questions que soulèvent les Austrfarar­vísur. Parmi elles figure d’abord la reconstitution de l’itinéraire qu’em­pruntèrent le scalde Sigvatr et ses compagnons pour se rendre auprès de Rǫgnvaldr, question particulièrement discutée en raison du caractère souvent ambigu des indications d’ordre topogra­phique et géographique contenues dans le poème, mais au sujet de la­quelle le récit de l’auteur de l’Óláfs saga ins helga apporte un éclairage qu’il n’est pas légitime de négliger. Après avoir passé en revue l’ensemble de l’histoire de la recherche sur le trajet accompli par Sigvatr, on a relevé les points qui peuvent être considérés comme acquis dans ce débat, notamment l’identification du composé Eiða­skógr (mentionné à la strophe lxxii de l’Óláfs saga ins helga) au massif forestier situé aux confins de la Norvège et de la province suédoise du Värmland, mais on a aussi souligné le caractère hasardeux des différentes tentatives qui ont visé à reconstituer dans le détail les étapes du voyage de Sigvatr.

4On s’est ensuite arrêté longuement sur la relation (aux strophes lxvi et suivantes de l’Óláfs saga ins helga) des rebuffades que le scalde islandais eut à subir lorsqu’il demanda l’hospitalité dans plusieurs fer­mes de Suède, et en particulier sur la mention dans ce contexte d’une cérémonie religieuse que Sigvatr désigna par le composé alfablót. Il a tout d’abord été rappelé que, dans l’ensemble des sources norroises, ce terme ne se rencontre qu’à la strophe lxvii de l’Óláfs saga ins helga (et dans la phrase en prose par laquelle l’auteur introduit cette dernière), fait qui, d’emblée, constitue une difficulté majeure dans toute tentative de compréhension de la cérémonie religieuse qu’il doit dési­gner. En outre, l’analyse de cette unique occurrence du composé alfablót se heurte à plusieurs obstacles considérables, en raison notam­ment du laconisme du scalde à son sujet, puisque cette cérémonie se déroulait à l’intérieur d’une ferme dont l’entrée fut interdite à Sigvatr et à ses compagnons, au motif même du caractère de la fête qui y était alors organisée.

5Après avoir résumé la longue discussion historiographique concer­nant l’alfablót, avec les principales hypothèses qui furent émises au sujet d’une part de la période de l’année au cours de laquelle se tenait cette cérémonie, d’autre part de la personne qui la présidait et enfin de l’intention du rite, le directeur d’études a repris l’ensemble du dossier. Dans un premier temps, il a examiné le champ sémantique de chacun des deux éléments de ce composé : le substantif neutre blót et l’appellatif alfr (« alfe », terme apparenté au mot d’emprunt « elfe ») qui est employé ici au génitif pluriel. S’il corres­pond souvent à la cérémonie sacrificielle, au sacrifice sanglant, le premier élément peut aussi désigner le culte en général, le fait de vénérer une divinité, sans qu’il soit nécessairement question de l’immo­lation d’une victime, que cette dernière ait été animale ou humaine. Quant au second élément (alfr, puis álfr en vieil islandais classique), s’il désigne assurément un être surnaturel, il n’est pas possible de décider si, dans le présent contexte, il s’applique à certains membres du panthéon des anciens Scandinaves, comme peuvent légitimement inciter à le penser les formules allitérées æsir ok alfar (« les ases et les alfes ») que l’on relève à plusieurs reprises dans les poèmes eddiques, ou à certains génies, en sorte que les alfar (ou álfar) seraient alors proches des vættir du folklore scandinave médiéval et moderne.

  • 1 Pour obtenir la guérison, l’homme dut aller demander à son vainqueur de lui céder le taureau que ce (...)
  • 2 Du nom de l’endroit de la province du Vestfold dans lequel il s’établit, puis trouva la mort, cf. p (...)
  • 3 Elle pourrait être comparée à la mention indirecte de l’offre que les dieux nordiques auraient adre (...)

6Il a ensuite été montré que, tel qu’il est mentionné par Sigvatr dans cette unique strophe des Austrfararvísur, l’alfablót doit être nettement distingué, en dépit de nombreux chercheurs, de certaines pratiques magico-religieuses qui sont décrites d’une part au chapitre xxii de la Kormaks saga et d’autre part dans le bref récit appelé Óláfs þáttr Geirstaðaálfr.Dans la première source, qui est volontiers datée des environs de l’an 1200 mais qui relate des faits censés s’être déroulés en Islande dans la seconde moitié du xe siècle, il est question d’un conseil de magie médicale dispensé par une devineresse à un combattant qui avait été blessé au cours d’un duel (la hólmganga des récits norrois1). Quant au second récit, qui est transmis par le recueil de la Flateyjarbók,
de date nettement plus récente (il est daté de la fin du xive siècle), il fait état du culte qui aurait été rendu, après sa mort, à un roitelet du nom d’Óláfr Guðrøðarson, qui régna sur la province du Vestfold (en Norvège) vers la fin du ixe siècle. Comme l’auteur de ce récit ajoute que le défunt roi fut vénéré publiquement afin d’obtenir la prospérité et qu’il fut alors surnommé Geirstaðaálfr (« l’alfe de Geirstaðir2 »), il est sans doute assez légitime de voir dans ce passage le lointain écho d’une forme d’apothéose de certains rois dans la Scandinavie pré­chrétienne3, mais en toute hypothèse cela ne permet pas véritablement d’éclairer la cérémonie religieuse qui se tenait à l’intérieur de telle ferme de Suède au début du xie siècle et qui, selon les propos rapportés par le scalde islandais, était qualifiée d’alfablót.

  • 4 Chapitre xci, éd. Bjarni Aðalbjarnarson, Reykjavik (Íslenzk fornrit, xxvii), 1945, p. 137.
  • 5 En revanche, la manifestation de crainte que la même femme est censée avoir éprouvée, dans les même (...)
  • 6 Nous retenons l’interprétation, proposée notamment par Finnur Jónsson (Austr­fararvísur, Oslo, 1932 (...)

7La valeur du témoignage que fournissent à cet égard les Austr­fararvísur a été amplement discutée au cours des conférences : il a tout d’abord été souligné que Sigvatr Þórðarson, qui était l’un des mem­bres de la garde personnelle du roi de Norvège Óláfr Haraldsson (le futur saint Olaf) était lui-même chrétien, et qu’il était peu vraisemblable que certains des propos attribués par le scalde islandais à ses interlocu­teurs suédois aient réellement été prononcés sous la forme rapportée dans le poème. Ainsi la phrase par laquelle la femme qui, selon la strophe lxvii, aurait signifié à Sigvatr qu’il ne pouvait pas pénétrer plus avant dans la ferme en lui déclarant : « nous sommes païens (erum heiðnir vér4) », phrase qui est indéniablement déplacée dans la bouche d’une fidèle de la religion ancestrale habitant une région reculée de Suède, alors qu’elle est naturelle chez un auteur chrétien, de surcroît désireux de qualifier de manière frappante, devant le roi Óláfr Haralds­son et ses hommes, des Suédois qui continuaient à pratiquer les rites de l’ancienne religion polythéiste et qui, de ce fait, n’auraient pas respecté à son endroit les devoirs de l’hospitalité5. Cependant, en dépit du caractère polémique de la relation par le scalde des propos de cette femme, l’organisation d’une cérémonie cultuelle dans la ferme citée à la strophe lxvii, ne peut raisonnablement être mise en doute, d’autant moins qu’à la strophe précédente, Sigvatr a repris un terme fonda­mental du vocabulaire religieux du vieux scandinave (l’adjectif heilagr, « sacré »), qu’il aurait entendu prononcer par les habitants de la ferme appelée Hof, à la porte de laquelle il se présenta tout d’abord6.

  • 7 Chapitre xci, éd. cit., p. 137.

8Le directeur d’études s’est ensuite efforcé de répondre à la question de savoir si les strophes lxvi et lxvii relatent des faits qui se seraient déroulés sur le seuil d’une seule et même ferme (comme l’admettent la plupart des chercheurs, mais sans en avoir véritablement discuté) ou à l’entrée de deux fermes différentes, comme l’indique l’auteur de l’Óláfs saga ins helga qui, après avoir cité la strophe lxvi, écrit : Þá kom hann at ǫðrum garði (« il arriva alors à une autre ferme7 »), avant de résumer le propos de la maîtresse de maison sur l’alfablót qui se tenait dans cette ferme et de citer la strophe lxvii. L’analyse des différents termes que le scalde a utilisés pour désigner ses interlocuteurs aux strophes lxvi et lxvii a montré que l’interprétation qui en est donnée par l’auteur du récit en prose était fondée. Il résulte de ce nouvel examen des Austr­fararvísur que la célébration d’un alfablót à l’époque du voyage du scalde Sigvatr Þórðarson à travers la Suède ne peut être considérée comme avérée que pour la ferme mentionnée à la seule strophe lxvii. Aussi, contrairement à l’opinio communis en la matière, il n’apparaît pas licite de soutenir au sujet de cette cérémonie qu’elle se déroulait simultanément le même soir dans plusieurs fermes d’une même contrée, et d’en inférer qu’il s’agissait d’une fête stricte­ment privée, réservée au seul cercle de la famille et de la maisonnée.

9Passant en revue l’ensemble des interprétations qui ont été avancées depuis le xixe siècle au sujet des autres aspects présentés par l’alfablót, le directeur d’études a mis en évidence le caractère hasardeux de la plupart d’entre elles. Il s’est ainsi arrêté sur le débat relatif à l’époque de l’année au cours de laquelle cette cérémonie fut organisée dans la ferme mentionnée à la strophe lxvii, et sur le caractère périodique ou non de la célébration de l’alfablót.

  • 8 Sigvatr et ses compagnons arrivèrent à Sarpsborg, en Norvège, litlu fyrir jól (« peu de temps avant (...)
  • 9 Cf. la strophe 75 (éd. cit., p. 141) : í hausti.

10Souvent alléguée dans l’histoire de la recherche sur la religion des anciens Scandinaves (Eugen Mogk, Jan de Vries, Hilding Celander, Folke Ström, etc.), l’assimilation de l’alfablót aux fêtes de jól a été examinée de manière approfondie. Il a d’abord été rappelé que, si l’on ajoute foi au témoignage de plusieurs sources norroises telles que la Heimskringla, ces dernières devaient avoir pour cadre temporel la période du solstice d’hiver, puis il a été souligné que non seulement l’auteur de l’Óláfs saga ins helga a fourni plusieurs indications qui permettent de situer sans conteste l’expédition du scalde au cours de l’automne scandinave (avec la précision capitale concernant l’époque de son retour chez le roi Óláfr Haraldsson à l’issue de sa mission8), mais que le scalde lui-même a précisé qu’il voyagea en Suède « à l’automne9 ». Il n’est donc pas légitime de soutenir, comme le font nombre de chercheurs, que l’alfablót évoqué à la strophe lxvii de l’Óláfs saga ins helga relevait des cérémonies de jól, avant d’en tirer des conclusions aventureuses sur les alfar qui, de ce fait, seraient les esprits des morts ou les âmes des ancêtres, etc.

Haut de page

Notes

1 Pour obtenir la guérison, l’homme dut aller demander à son vainqueur de lui céder le taureau que ce dernier avait sacrifié à l’issue du combat et il dut rougir du sang de l’animal les pentes d’une colline dans laquelle des álfar étaient réputés habiter, puis il dut offrir un festin à ces derniers à l’aide de la chair du bovin.

2 Du nom de l’endroit de la province du Vestfold dans lequel il s’établit, puis trouva la mort, cf. p. ex. le chapitre xlix de l’Ynglinga saga (ou Histoire des Ynglingar).

3 Elle pourrait être comparée à la mention indirecte de l’offre que les dieux nordiques auraient adressée aux habitants de l’emporium suédois de Birka au début du ixe siècle : afin de détourner ces derniers des pratiques que leur avait apportées le missionnaire chrétien Ansgar, les dieux se seraient déclarés unanimement prêts à accueillir parmi eux l’ancien roi Ericus (cf. le chapitre xxvi de la Vita Anskarii).

4 Chapitre xci, éd. Bjarni Aðalbjarnarson, Reykjavik (Íslenzk fornrit, xxvii), 1945, p. 137.

5 En revanche, la manifestation de crainte que la même femme est censée avoir éprouvée, dans les mêmes circonstances (cf. strophe lxvii, ibid.), envers « la colère d’Óðinn (Hræðumk ek við Óðins reiði) », peut refléter une tradition authentique, en faisant référence, d’une part, à l’un des traits de caractère attribués au dieu suprême des anciens Scandinaves, et, d’autre part, aux liens qui existaient entre les dieux (æsir) et les alfar.

6 Nous retenons l’interprétation, proposée notamment par Finnur Jónsson (Austr­fararvísur, Oslo, 1932, p. 12), du terme Hof, qui doit ici être un toponyme plutôt qu’un appellatif (hof, « édifice cultuel », « temple » ; « bâtiment d’une ferme [servant à l’organisation de banquets cultuels] »), mais dans cette seconde hypo­thèse également le contexte est à l’évidence religieux.

7 Chapitre xci, éd. cit., p. 137.

8 Sigvatr et ses compagnons arrivèrent à Sarpsborg, en Norvège, litlu fyrir jól (« peu de temps avant [les fêtes de] jól »), cf. chapitre xci, éd. cit., p. 144.

9 Cf. la strophe 75 (éd. cit., p. 141) : í hausti.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-Xavier Dillmann, « Histoire et philologie de la Scandinavie ancienne et médiévale », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 141 | 2011, 210-213.

Référence électronique

François-Xavier Dillmann, « Histoire et philologie de la Scandinavie ancienne et médiévale », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 141 | 2011, mis en ligne le 24 février 2011, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1012

Haut de page

Auteur

M. François-Xavier Dillmann

Directeur d’études
Correspondant de l’Institut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals