Navigation – Plan du site
EPHE
Antiquité classique
Numismatique romaine impériale

Numismatique romaine impériale
Iconographie du pouvoir impérial et des identités civiques

Conférences de l’année 2013-2014
Conférence de Michel Amandry
p. 95-100

Résumé

Programme de l’année 2013-2014 : Le monnayage d’Antinous.

Haut de page

Texte intégral

1Antinous était le favori (en grec ta paidika) d’Hadrien, qui régna de 117 à 138. Nous ne savons presque rien de lui, si ce n’est qu’il était « non un garçon de la ville ou de la plaine, mais apparemment originaire d’un village dans les prairies ou dans les forêts de Bithynie » (L. Robert, À travers l’Asie Mineure), non loin de Bithynion-Claudiopolis. La cité était fière d’être le lieu de naissance d’Antinous : après sa mort, le nom Claudiopolis disparaît des documents officiels de la cité, qui s’appelle désormais Bythynieis-Hadrianoi. On sait d’Antinous qu’il était né en novembre, sans doute le 28. Il était peut-être dans sa 19e année quand il mourut. On ne sait à partir de quand il fait partie de la suite impériale, peut-être à partir de 123 / 124, peut-être plus tard. On ne trouve dans les textes aucune allusion à sa présence auprès de l’empereur avant le voyage en Égypte de 130.

2Ce que l’on connaît d’Antinous est sa mort, qui nous est rapporté par Pausanias (8.9.7-8), Dion Cassius (69.11.2-4), l’Histoire Auguste (Hadr. 14.5-7) et Aurelius Victor (Caes. 14-6-7). Hadrien visitait l’Égypte et son intention était sans doute d’inspecter la province entière, ce qui veut dire remonter le Nil jusqu’en Haute Égypte, probablement jusqu’à Philae. Mais l’empereur dut attendre à Alexandrie où il était arrivé probablement en août 130, parce qu’il ne pouvait pas remonter le Nil en crue. Il quitta Alexandrie en septembre, visita Canope, Heliopolis, Memphis. Ses vaisseaux arrivèrent à Hermopolis dans la seconde moitié d’octobre. Antinous se noya dans le Nil, peut-être le 24 octobre, le jour que les Grecs regardaient comme le jour anniversaire de la mort, par noyade, d’Osiris. Il n’y a pas, et il ne peut sans doute pas y avoir, d’accord sur les circonstances de sa mort : accident ? Antinous se sacrifia-t-il délibérément pour Hadrien afin de prolonger sa vie (il y a dans Aurelius Victor une allusion à des magi, des magiciens, demandant un substitut afin qu’Hadrien vive plus longtemps). Bien entendu Antinous savait qu’en se noyant dans le Nil il recevrait des honneurs divins ; il savait aussi qu’il avait atteint un âge où, pour les Grecs, avoir une relation avec un homme plus âgé devenait dégradant.

3Hadrien fonda la cité d’Antinous, Antinoopolis, le 30 octobre sur la rive droite du Nil, en face d’Hermopolis. Il poursuivit son voyage et fut de retour à Alexandrie avant la fin de l’année. Il resta là plusieurs mois, prenant des mesures pour commémorer la mort de son favori. Mais pourquoi faire d’Antinous un dieu ? Il est évident qu’Antinous ne pouvait pas devenir divus, car il ne faisait pas partie de la famille impériale. Manifestement ce furent les Égyptiens qui spontanément firent d’Antinous un nouvel Osiris. Il avait gagné en Égypte une forme d’immortalité sans l’intervention de l’empereur. Il était donc tentant pour Hadrien de promouvoir la consécration de son favori dans le monde grec comme un symbole d’unité panhellénique. Le mythe était né. Des monuments à sa mémoire furent bientôt visibles dans tout l’Empire, statues, camées, monnaies, etc. On connaît de nos jours près d’une centaine de sculptures que l’on attribue à Antinous, mais seulement deux d’entre elles portent une inscription qui les identifient de façon explicite. Il n’y a que deux empereurs, Auguste et Hadrien, qui surpassent Antinous en nombre de portraits en marbre.

  • 1 « Numismatique d’Antinoos », JIAN 16 (1914), p. 33-70 et Pl. 1-5.
  • 2 Vingt-huit en réalité, mais la monnaie unique d’Amorium (Blum, loc. cit., p. 50) est un faux grossi (...)
  • 3 H. Meyer, Antinoos. Die archäologischen Denkmäler unter Einbeziehung des numismatischen une epigrap (...)
  • 4 Meyer, op. cit., p. 135-51.
  • 5 Rédigé par M. Amandry (BNF / EPHE IVe Section) et A. Burnett (British Museum) en collaboration avec (...)

4Les monnaies ont donc joué un rôle important en permettant aux « antiquaires » de mettre un nom sur des bustes. G. Blum1 fut le premier, en 1914, à rassembler toute la documentation qui était alors accessible. Il connaissait 26 cités grecques ayant émis du monnayage en l’honneur d’Antinous2 et il avait collecté environ 150 exemplaires de ces frappes. H. Meyer, en 19913, republiant les planches de l’article de Blum et discutant de certains types monétaires4, pensait qu’une nouvelle recherche du matériel permettrait de réunir 250 exemplaires. En fait, la préparation du Roman Provincial Coinage (RPC) III. Nerva to Hadrian5, a permis de rassembler environ 500 exemplaires. Depuis Blum, quelques nouveaux ateliers sont apparus, Sinope, Pergame, Mallos et Aigai, chacun d’entre eux étant représenté par un ou deux exemplaires.

  • 6 Réalisée par F. Delrieux (université de Chambéry) que je remercie chaudement.

5Trente cités grecques ont donc frappé monnaie en son honneur, dont la liste est la suivante (voir carte6) :

Province

Cité

Antinous

Achaïe

Corinthe

Mantinée

Argos

Théos

Delphes

Héros Propylaios

Nicopolis

Théos

Bithynie-Pont

Koinon (Nicomédie)

Cius

Chalcédoine

Héros

Nicomédie

Héros

Bithynium

Théos

Tieion

Héros

Sinope

Héros

Amisus

Héros

Asie

Conventus de Cyzique

Cyzique

Héros

Conventus d’Adramytion

Hadrianotherai

Héros Agathos

Adramytion

Iacchos

Conventus de Pergame

Mytilène

Héros

Pergame

 ?

Stratonicée

Héros

Conventus de Smyrne

Kymé

Héros

Smyrne

Héros

Conventus d’Éphèse

Éphèse

Héros

Conventus de Philadelphie

Philadelphie

Héros

Conventus de Sardes

Tmolus

Héros

Sardes

Héros

Sala

Héros

Cappadoce-Galatie

Ancyre

Théos

Cilicie

Tarse

Héros, Néos Iacchos, Néos Pythios

Mallos

Héros

Aigai

Héros

Égypte

Alexandrie

Héros

6La répartition géographique de ces cités appelle quelques commentaires :
— les frappes en l’honneur d’Antinous n’ont pas été ordonnées par le Panhéllenion, car la majorité des cités qui ont émis du monnayage au nom du favori d’Hadrien n’en faisaient pas partie, et la plupart des cités membres du Panhellénion n’ont pas jugé bon d’honorer Antinous (sauf Corinthe, Argos et Sardes) ;
— à l’exception d’Alexandrie et des trois cités de Cilicie Pedias, la majorité des cités se situent en Bithynie et en Achaïe (en particulier à Mantinée, dont Bithynieis-Hadrianoi était la colonie), sinon dans la partie de l’Asie proche de la Bithynie. Ce monnayage tend donc à célébrer un héros local.

7Les monnaies représentant Antinous, ou les monnaies-médailles (voir infra) commencèrent à être émises à l’automne 134. Les monnaies frappées à Alexandrie, avec le portrait d’Antinous au droit, datent, on l’a dit, de la 19e année de règne d’Hadrien, soit, selon le comput alexandrin, du 30 août 134 au 29 août 135 (fig. 1).

8Une émission d’Amisos est elle aussi datée de 134 (de l’an 165 de l’ère de la cité dont le comput débute en 32/31 avant J.-C.). Il semble donc, d’après ces deux exemples, que les monnayages au nom d’Antinous aient été frappés en 134 au plus tôt. L’occasion de ces frappes doit être mise en relation avec l’institution de fêtes en l’honneur du héros divinisé. Pausanias mentionne des jeux pentétériques (ta megala Antinoeia) en l’honneur d’Antinous à Mantinée.

9On peut diviser en deux groupes les cités qui frappent monnaie pour Antinous : celles qui frappent des monnaies-médailles et celles qui frappent des monnaies courantes, portant certes le portrait d’Antinous au droit, mais partageant leurs revers avec des monnaies dédiées à Hadrien et / ou Sabine.

dédié par

médallique

Antinous

représenté en

Achaïe

Corinthe

Hostilius Marcellus

39-43 mm, 38,75 g (9)

Bellérophon, Poséidon, Hélios, Dionysos

Mantinée

Vetourios

37-38 mm, 37,42 g (6)

Argos

Delphes

Aristotimos

32-34 mm, 28,75 g (2)

Apollon

Nicopolis

Bithynie-Pont

Koinon

Cius

37-40 mm, 34,31 g (3)

Pan

Chalcédoine

Ippôn

37-38 mm, 40,65 g (6)

Apollon

Nicomédie

39-40 mm, 35,60 g (7)

Bithynium

37 mm, 43,14 g (20)

Hermès, Pan (fig. 2), Apollon

Tieion

37 mm, 36,07 g (16)

Poséidon, Dionysos, dieu fleuve Billaios

Sinope

Amisus

Asie

Conventus de Cyzique

Cyzique

Cyzicos ( ?)

Conventus d’Adramyteum

Hadrianotherai

34 mm, 25,38 g (4)

Adramytion

Gesios

33 mm, 26,70 g (1)

Conventus de Pergame

Mytilène

Pergame

33 mm, 20,14 g (1)

Héraclès

Stratonicée

Claudius Candidus

36 mm, 31,80 g (4)

Conventus de Smyrne

Kymé

Ieronumos

33-35 mm, 27,03 g (5)

Smyrne

Polemôn

35-38 mm, 39,14 g (67)

Conventus d’Éphèse

Éphèse

Androclos

Conventus de Philadelphie

Philadelphie

Conventus de Sardes

Tmolus

Tmolos

Sardes

Sala

Dionysos

Cappadoce-Galatie

Ancyre

Ioulios Satorninos

37-38 mm, 51,17g (1)

Mên

32-34 mm, 25,97 g (12)

Mên

Cilicie

Tarse

38 mm, 36,53 g (2)

Apollon, Dionysos, dieu fleuve Kydnos

31-34 mm, 25,14 g (22)

Mallos

Aigai

30 mm, 26,37 g (1)

Égypte

Alexandrie

Hermès Thoth

  • 7 BCH LXXVII (1953), p. 641-642 = SEG 13 [1956], 253 ; E. Weber, « Hostilius Marcellus – Priester des (...)
  • 8 R. Flacelière, « Hadrien et Delphes », CRAI 1971, p. 168-185 ; F. Lefèvre, Corpus des inscriptions (...)
  • 9 G. Radet, « Lettres de l’empereur Hadrien à la ville de Stratonicée-Hadrianopolis », BCH XI (1887), (...)
  • 10 Sur Polémon, voir M.-H. Quet, « Le sophiste M. Antonius Polémon de Laodicée, éminente personnalité (...)
  • 11 S. Mitchell et D. French (éd.), The Greek and Latin Inscriptions of Ankara (Ancyra), vol. I. From A (...)

10Dans le premier groupe entrent 16 cités. Dans neuf cas, les noms de ceux qui prirent en charge les dépenses occasionnées par la frappe de ces monnayages figurent sur le monnayage. Cinq noms nous sont connus par aillleurs : ceux d’Hostilius Marcellus, prêtre d’Antinous à Corinthe7, de T. Flavius Aristotimos, prêtre d’Apollon à Delphes8, de Claudius Candidus Iulianus à Stratonicée9, du sophiste Polémon à Smyrne10, enfin de Iulius Saturninus, legatus Augusti pro praetore de Galatie11.

  • 12 J.-L. Voisin, « Antinoüs Varius, Multiplex, Multiformis », dans Y. Le Bohec (éd.), L’Afrique, la Ga (...)
  • 13 R. Pudill, Antinoos. Münzen und Medaillons, Battenberg, 2014. Il est à noter que ce livre reproduit (...)

11Antinous est multiforme12. R. Pudill13 a dressé la liste des divinités du panthéon gréco-romain, des héros fondateurs de cités ou encore des dieux-fleuves avec lesquels il a été assimilé (et dont le tableau ci-dessus donne une idée).

  • 14 Trois expositions lui ont été consacrées ces dix dernières années : A. Backe, Antinoos. Geliebter u (...)

12La fascination qu’exerce Antinous14 a bien entendu conduit à la création de faux et il est parfois difficile de les détecter.

Haut de page

Notes

1 « Numismatique d’Antinoos », JIAN 16 (1914), p. 33-70 et Pl. 1-5.

2 Vingt-huit en réalité, mais la monnaie unique d’Amorium (Blum, loc. cit., p. 50) est un faux grossier et le monnayage du Koinon de Bithynie (Blum, loc. cit., p. 42) a certainement été émis à Nicomédie qui frappe un monnayage en son nom propre (Blum, loc. cit., p. 45).

3 H. Meyer, Antinoos. Die archäologischen Denkmäler unter Einbeziehung des numismatischen une epigraphischen Materials sowie der literarischen Nachrichten, Munich, 1991.

4 Meyer, op. cit., p. 135-51.

5 Rédigé par M. Amandry (BNF / EPHE IVe Section) et A. Burnett (British Museum) en collaboration avec W. Metcalf (université Yale), L. Bricault (université Toulouse II-Le Mirail), M. Blet-Lemarquand (IRAMAT, centre Ernest-Babelon, Orléans) et J. Mairat (Ashmolean Museum, Oxford). À paraître en 2015 (BMP / BNF).

Déjà parus : A. Burnett, M. Amandry et P. P. Ripollès, RPC I. From the death of Caesar to the death of Vitellius (44 BC–AD 69), Londres - Paris, 1992, 19982, 20063 ; Eid., RPC Supplement I, Londres - Paris, 1998 ; A. Burnett, M. Amandry et I. Carradice, RPC II. From Vespasian to Domitian (AD 69–96), Londres - Paris, 1999 ; M. Spoerri-Butcher, RPC VII. De Gordien Ier à Gordien III (238-244 après J.-C.) 1. Province d’Asie, Londres - Paris, 2006 ; A. Burnett, M. Amandry, P. P. Ripollès et I. Carradice, RPC Supplement 2, 2006 (http://www.uv.es/ripolles/rpc_s2) ; A. Burnett, M. Amandry, P. P. Ripollès, I. Carradice et M. Spoerri Butcher, RPC Supplement 3, New York, 2014 (http://www.uv.es/ripolles/rpc_s2) ; V. Heuchert, C. Howgego, J. Mairat, A. Hostein, E. Levante, RPC IV Online (http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/), University of Oxford, 2014.

6 Réalisée par F. Delrieux (université de Chambéry) que je remercie chaudement.

7 BCH LXXVII (1953), p. 641-642 = SEG 13 [1956], 253 ; E. Weber, « Hostilius Marcellus – Priester des Antinoos », LNV I (1979), p. 65-70.

8 R. Flacelière, « Hadrien et Delphes », CRAI 1971, p. 168-185 ; F. Lefèvre, Corpus des inscriptions de Delphes, IV. Documents Amphictioniques, Paris, 2002, p. 359-369 ; A. Jacquemin, D. Mulliez et G. Rougemont, Choix d’inscriptions de Delphes, traduites et commentées, EFA, 2013 (Études épigraphiques 5), p. 435-446.

9 G. Radet, « Lettres de l’empereur Hadrien à la ville de Stratonicée-Hadrianopolis », BCH XI (1887), p. 108-128 ; L. Robert, Villes d’Asie Mineure, Paris, 19622, p. 43-79 ; Id., Hellenica VI, p. 80-84 ; M. T. Boatwright, Hadrian and the cities of the Roman empire, Princeton, 2000, p. 184-190.

10 Sur Polémon, voir M.-H. Quet, « Le sophiste M. Antonius Polémon de Laodicée, éminente personnalité politique de l’Asie romaine du iie siècle », dans M. Cébeillac-Gervasoni et L. Lamoine (éd.), Les élites et leurs facettes, Rome - Clermont-Ferrand, 2003, p. 401-443 ; C. T. Kuhn, « M. Antonius Polemon und die Dionysia. Zur Bedeutung des Prora-Motivs aus kaiserzeitlichen Münzen Smyrnas », Athenaeum 90, I (2011), p. 145-153.

11 S. Mitchell et D. French (éd.), The Greek and Latin Inscriptions of Ankara (Ancyra), vol. I. From Augustus to the end of the third century AD, Munich, 2012 (Vestigia 62), p. 188-190, no 36.

12 J.-L. Voisin, « Antinoüs Varius, Multiplex, Multiformis », dans Y. Le Bohec (éd.), L’Afrique, la Gaule, la Religion à l’époque romaine. Mélanges à la mémoire de Marcel Le Glay, Latomus 226 (1994), p. 730-741.

13 R. Pudill, Antinoos. Münzen und Medaillons, Battenberg, 2014. Il est à noter que ce livre reproduit de façon commode, p. 115-159, l’article de Blum.

14 Trois expositions lui ont été consacrées ces dix dernières années : A. Backe, Antinoos. Geliebter und Gott, Berlin, 2005 ; C. Vout, Antinous : the face of the Antique, Leeds, 2006 ; Antinoo. Il fascino della bellezza, M. Sapelli Ragni (éd.), Milan, 2012.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/1706/img-1.png
Fichier image/png, 700k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Amandry, « Numismatique romaine impériale
Iconographie du pouvoir impérial et des identités civiques
 », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 146 | 2015, 95-100.

Référence électronique

Michel Amandry, « Numismatique romaine impériale
Iconographie du pouvoir impérial et des identités civiques
 », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 146 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1706

Haut de page

Auteur

M. Michel Amandry

M., Directeur d’études, École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

  • Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 146 | 2015
  • Iconographie du pouvoir impérial et des identités civiques
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 142 | 2011
  • Iconographie du pouvoir impérial et des identités civiques
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 140 | 2009
  • Iconographie du pouvoir impérial et des identités civiques
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 139 | 2008
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals