Navigation – Plan du site
EPHE
Résumés des conférences
Dialectologie grecque

Dialectologie du grec ancien

Conférence de Sophie Minon
p. 78-86

Résumé

Programme de l’année 2015-2016 : I. Inscriptions d’Argolide. — II. Poésie épigraphique dialectale. — III. Noms de personnes et histoire des mots.

Haut de page

Entrées d’index

Subjects :

Greek dialectology
Haut de page

Texte intégral

Conférences d’ouverture : La dialectologie grecque : l’étude de la langue en mouvement dans l’espace et le temps et de ses usages

1Hommage liminaire à l’École française de dialectologie.

2Introduction. Quelques jalons dans l’histoire de la dialectologie : des poètes-philologues alexandrins à W. Labov.

3À l’origine de la tradition dialectologique : l’étude philologique des sources littéraires ;

4Grammairiens, néo-grammairiens et linguistes dialectologues ;

5Dialectologie et épigraphie antiques.

6A. Des dialectes à la koinè : standardisation, rémanence et résurgence dialectales

7La notion de dialecte : définitions des anciens et des modernes ;

8La koinè comme dialecte : la voie ouverte par A. Thumb ;

9Convergences et koinéisation.

10B. Histoire dialectale de la langue grecque : lexique et onomastique

11« Mots nouveaux et mots rares » ;

12L’onomastique épigraphique comme laboratoire autant que conservatoire ;

13Répertoires de gloses et scholies d’époque byzantine.

14C. Différents usages linguistiques : la dimension socio-culturelle de la langue

15Variations diastratiques (ou sociolinguistiques) et diaphasiques (vernaculaire et véhiculaire) ;

16Le style soutenu : a) dialectes et genres littéraires (notamment la formation de koinai littéraires) ; b) l’ordre des mots en prose administrative et littéraire : syntaxe, pragmatique et esthétique.

17Ces premières conférences d’introduction à la thématique d’ensemble du séminaire ont été l’occasion d’étudier la dédicace des Lacédémoniens à Olympie IvO 252 = CEG 367 = Zizza 2006, no 22, confrontée à sa citation chez Pausanias (V 24, 3), afin de montrer la supériorité sur les sources littéraires de la documentation de première main que constituent les textes inscrits. L’étude d’un texte mycénien (Cnossos, tablette d’argile KN267 = Sd0409+0481 (Chadwick, Killen, Olivier, The Knossos Tablets, 19714, 287 = Docs 2, p. 366, xiiie s., cf. Y. Duhoux, Le mycénien, Nancy, 2013, p. 52) a permis d’illustrer la faiblesse du système graphique syllabique pour noter la langue flexionnelle qu’est le grec ancien. Ont été mis en lumière les progrès de la dialectologie consécutifs au « manifeste de Nancy » que fut la publication en 1984, dans le BSL 79, p. 155-203, de l’article de M. Bile, C. Brixhe et R. Hodot intitulé : « Les dialectes grecs, ces inconnus » : de nombreuses monographies dialectales ont été publiées, et l’attique et les différentes variétés de koinai ont été promus au statut de dialectes, sous l’impulsion de l’école dialectologique de Nancy autour de C. Brixhe, l’éditeur des premiers volumes de la série intitulée La koine grecque antique, dont le premier volume est paru en 1993, le dernier, le volume 5, sur les alternances codiques, en 2004. Le sujet a été récemment repris, dans une perspective cette fois régionale, lors d’une journée d’étude qui a donné lieu aux actes que j’ai publiés en 2014 dans la collection Hautes études du monde gréco-romain de l’École, sous le titre : Diffusion de l’attique et expansion des koinai dans le Péloponnèse et en Grèce centrale. A été pour finir évalué l’apport à la discipline de la sociolinguistique : la question de l’application du variationnisme aux langues historiques, c’est-à-dire connues seulement par l’intermédiaire d’une documentation écrite, a fait l’objet de mon article : « Variationnisme et épigraphie grecque antique », dans Dupraz, Sowa (éd.), Genres épigraphiques et langues d’attestation fragmentaire dans l’espace méditerranéen, Rouen, 2015, p. 275-313.

I. Inscriptions d’Argolide : Épidaure

18Introduction à l’étude des inscriptions argiennes d’Argos et d’Épidaure : aperçu d’histoire régionale aux époques archaïque et classique. Mise en perspective des systèmes des alphabets de la zone péloponnésienne septentrionale avec les alphabets attique et ionien, entre 450 et 350 et présentation de l’alphabet argien d’Épidaure, cf. mon article « Les mutations des alphabets péloponnésiens au contact de l’alphabet attique ionisé (ca 450-350 av. J.-C.) », dans Diffusion de l’attique et expansion des koinai... Étude de la plus ancienne inscription des comptes d’Épidaure (en réalité, adjudication des travaux de construction du temple d’Asclépios, IG IV 12, 102, récemment rééditée par S. Prignitz, Bauurkunden und Bauprogramm von Epidauros (400-350). Asklepiostempel. Tholos. Kultbild. Brunnenhaus, Munich, 2014, no 1, datée ca 400-390. Étude de la plus ancienne dédicace de phrouroi de la zone épidaurienne, IG IV2 1 141, récemment rééditée par E. Nieto Izquierdo, ZPE 186, 2013, p. 176 sqq.

19Gérard Genevrois, auditeur, docteur de l’École, dont la thèse sur le lexique crétois est en cours de publication dans la collection Hautes études du monde gréco-romain, a fait une intervention sur la préposition / préverbe ὀπί héritée du myc. o-pi.

20L’étiologie du mythe et du culte d’Asclépios a été l’occasion de confronter au dorien local, cette variété d’argien qu’est l’épidaurien, la langue de Pindare, 3Pythique, et d’étudier en particulier son tissage dialectal. Le genre lyrique choral impose que cette langue d’inspiration homérique soit de coloration dorienne : tout ionisme homérique est donc dorisé et le genre lyrique explique que des éolismes non homériques rehaussent ponctuellement cette forme spécifique de dorien littéraire.

21De l’ode de Pindare, nous en sommes venus à l’étude de l’« hymne » de l’Épidaurien Isyllos, IG IV 12, 128, v. 27-56 (péan), ca 280 a. C., à partir de l’édition de A. Kolde, Politique et religion chez Isyllos d’Épidaure, Bâle, 2003, et de l’article de P. Sineux, « Le péan d’Isyllos : forme et finalités d’un chant religieux dans le culte d’Asklépios à Épidaure », Kernos 12, 1999, p. 153-166, qui nous a fait faire une première incursion dans le domaine de la poésie épigraphique. La forme métrique de l’hexamètre dactylique cède la place aux ioniques mineures caractéristiques du péan, forme métrique à contre-temps (Dain, § 19) et de rythme montant. Comme c’est attendu à cette époque et à Épidaure, la langue utilisée est déjà empreinte de koinè ionienne-attique (e.g. Τρίκκηι, l. 29), même si elle reste fondamentalement dorienne, comme le veut le genre de l’hymne et conformément à l’inspiration pindarique de celui-ci. Les éolismes pourraient en être absents (ambiguïté de θύσαις, l. 31), à la différence de chez Pindare. En revanche, des traits du parler local ressortent ça et là (ἀγγράφοντι, l. 35-36) et même ce qui ressemble à un atticisme (κόρε, l. 47). C’est donc une adaptation aréale de la langue hymnique littéraire, qui correspond à l’appropriation épidaurienne du mythe d’Asclépios, d’origine thessalienne chez Pindare, mise en scène dans le péan du poème d’Isyllos. Le niveau littéraire est inégal, parfois relativement trivial (rapprochement de la question oraculaire, l. 34-35, avec les questions de l’oracle de Dodone, cf. E. Lhôte, Lamelle oraculaires de Dodone, Genève, 2006, no 6, p. 39 sqq.), parfois plus poétique, mais même dans le péan, la forme de référence paraît être davantage l’épopée que la lyrique pindarique. Nombreux homérismes lexicaux : étude du substantif hapax, παύστωρ (l. 52).

22Parallèle du péan d’Asclépios, H. Engelmann, R. Merkelbach, Die Inschriften von Erythrai und Klazomenai, 1972-3, no 205, péan de ca 380, de forme très similaire à celui d’Isyllos. Nous avons là, bien sûr, une tradition musicale et poétique ancienne du péan. Apollon et Asclépios y sont toujours associés, dans cet ordre généalogique. Parallèle de l’hymne homérique à Dionysos, II, v. 13. Étymologie de Παιάν, Παιών et autres formes, comparée à celle du nom du dieu Πάν. Recherches sur l’étymologie du nom d’Asclépios : reconstruction de l’histoire de la forme à partir des multiples formes dialectales et variantes phonétiques du théonyme. Rapprochements étymologiques avec radicaux connexes. peut-être à ramener à l’unité.

23Étude enfin des iamata ou sanationes d’Épidaure : l’exemple de IG IV 12, 121, après 350 a. C. Présentation de cette littérature arétalogique ou thaumaturgique et de sa dimension paléopathologique, à partir des éditions de L. R. LiDonnici, The Epidaurian Miracle Inscriptions. Text Translation and Commentary, Atlanta, 1995, et C. Prêtre et P. Charlier, Maladies humaines, thérapies divines. Analyse épigraphique et paléopathologique des textes de guérison grecs, Lille, 2009.

24Questions de syntaxe dans le cadre de ces narrations au style indirect (libre) dialoguées entre le consultant et le dieu auquel il vient demander la guérison. La problématique est comparable à celle des inscriptions oraculaires, avec l’intérêt, dans le cas présent, que nous disposons aussi bien des questions que des réponses, qui ont été plus ou moins habilement composées en narrations suivies constituées en succession d’historiettes, chacune munie d’un titre. La fonction « publicitaire » ou politique du dialecte. Fiches étymologiques et dialectologiques : ὑγιής. Différentes formes du nom de la main, χείρ. Un nom dialectal de l’œil: ὀπτίλλος. Variantes de l’adverbe ἐξαπίνας et propositions étymologiques.

25Présentation par une auditrice du séminaire, Claire Tuan, l’auteur du site d’initiation à l’épigraphie grecque antique http://lespierresquiparlent.free.fr, des cercles des inscriptions d’Épidaure et de l’inscription thessalienne archaïque en l’honneur du Corinthien Sotairos.

II. Poésie épigraphique dialectale

26Conférence d’Alcorac Alonso Déniz (CNRS), le 16 février 2016 : « Tu iras pleurer au tombeau de tes maîtres. À propos de quelques formes dialectales du vocabulaire des rites funéraires à Thespies et à Delphes ».

27Cette communication nous a fait quitter un temps le Péloponnèse pour la Grèce centrale : nous ont été présentées des formes dialectales du lexique funéraire à Thespies et à Delphes : béot. ἐμπορίδια, dialectalisme pour ἐπυρίδια ; delph. ἀλλαθεάδες, une variante phonétique avec géminée analogique pour *ἀλαθεάδες (fait à partir de ἀ- et du radical de λανθάνω, en rapport sémantique d’antonymie avec λήθη « l’oubli ») et ὥρια, comme désignation des rites funéraires à accomplir au moment approprié ou à l’« heure » dite. La première partie de cette intervention a été publiée dans la récente livraison de la Revue des études grecques, 129, 2016, p. 63-83, sous le titre : « Offrandes funéraires à Thespies : les ἐνπορίδια “sacrifices par le feu” dans IThesp. 215 ».

28Étude de l’épitaphe poétique de Théios à sa femme décédée, Atthis. Lecture critique de l’article de J. Hanink, « The epitaph for Atthis: A late hellenistic poem on stone », JHS 130, 2010, p. 15-34. Étude narratologique de cette mise en scène du dialogue entre les deux époux par delà la tombe. Jeu littéraire dans l’emploi des dialectes : la langue poétique est d’inspiration homérique, colorée dialectalement en dorien de l’endroit, dorien de Cnide ou plutôt, au ier s. a. C., koina est-égéenne, lorsque Théios s’exprime ; mais l’ionien est le dialecte de la défunte, soit que, comme son nom pourrait l’indiquer, elle soit d’origine ionienne (l’Ionie micrasiatique est toute proche), voire d’ascendance attique, soit que l’eschatologie orphique qui inspire ses paroles suppose elle-même, ce qui serait à explorer, une langue plus ionienne que dorienne. L’épigramme est en distiques élégiaques de facture brillante, en quatre strophes alternant des groupes de 2 et de 3 distiques.

29Ce texte nous a conduits à étudier une lamelle orphique en or de ca 400 trouvée dans la tombe d’une femme à Hipponion (colonie de Locres épizéphyrienne, sur la mer Tyrrhénienne) et publiée dans le recueil traduit en français de G. Pugliese Carratelli, Les lamelles d’or orphiques. Instructions pour le voyage d’outre-tombe des initiés grecs, Paris, 2003, p. 33-58. L’eschatologie met en scène l’eau de Mémoire que doit boire le myste pour accéder à la condition de bienheureux (dit ici Bacchos) et échapper à une réincarnation, inévitable s’il buvait à la source d’Oubli (Λήθη). L’arrière-plan cosmogonique est celui de la légende des Titans, coupables d’avoir mangé le petit Dionysos Zagreus et de ce fait foudroyés par Zeus : de leurs cendres seraient nés les hommes, voués à expier par leur vie terrestre cette faute originelle. L’intérêt linguistique de ce texte, lui aussi poétique (hexamètres dactyliques de facture parfois approximative), est d’être rédigé en une langue d’inspiration elle aussi nettement homérique (morph. ἔᾱσι, v. 6 ; εἰρήσονται, v. 7 ; βασιλῆι, v. 12 ; lex. et phraséologie δόμους εὐήρεας, v. 2 ; ἀστερόεντος, v. 9, etc.), mais dorisée. Cette dialectalisation n’a pas comme source, semble-t-il, le dialecte local, celui d’Hipponion (dorien « doux » des colonies d’Italie du Sud, proche de celui de Locres), ni même le dialecte du Samien Pythagore, citoyen d’adoption de Crotone (fondation achéenne), ou de ses successeurs : l’eschatologie orphique et pythagoricienne suppose plutôt une forme de koina littéraire reposant sur un dorien générique ou supradialectal. Des incohérences, comme κρήνα, v. 2, à côté de κράνας, v. 4, ou la forme hapax πιέναι, v. 11, à côté de πιν, v. 13, rendent clair que la langue de référence est la langue homérique, qu’un léger vernis dialectal dorise de façon à la rendre conforme au canon des textes orphico-pythagoriciens. Cependant, la formule magique canonique des vers 9-11 (Γῆς παῖς εἰμι καὶ Οὐρανοῦ ἀστερόεντος etc.) est très fortement ionisée (à l’exception du datif δίψαι, au /a:/ dorien), ce qui invite à se demander, comme à propos de l’épitaphe d’Atthis, si les textes orphiques les plus anciens n’auraient pas été, à la différence des écrits pythagoriciens, écrits en dialecte ionien, cf. G. Pugliese Carratelli, p. 16, qui réfère à un archétype « vraisemblablement rédigé en grec ionien d’Asie ». On verrait donc réalisé ici, du point de vue linguistique aussi, le syncrétisme entre deux traditions philosophiques et mystériques.

30Présentation de deux épigrammes béotiennes anciennes publiées par N. Papazarkadas, « Two New Epigrams from Thebes », dans N. Papazarkadas (éd.), The Epigraphy and History of Boeotia, Leyde, Boston, 2014, p. 233-251, et recensées par Denis Knoepfler, no 306 du Bulletin épigraphique de la Revue des études grecques de 2015, qui ont l’une et l’autre la particularité d’avoir été gravées deux fois, et présentent ainsi le remarquable intérêt de nous procurer deux états successifs de la même koina poétique, l’un gravé en alphabet béotien ancien, l’autre en alphabet réformé. Il s’agit d’une part d’un ex-voto à Apollon, probablement Hismènios, l’oracle rendu dans son sanctuaire ayant permis de retrouver des objets consacrés par le Lydien Crésus à l’Amphiaraion, probablement de Thèbes, et non d’Oropos. Cette consécration est connue par Hérodote (I 52), ce qui confirmerait l’historicité de Crésus et de l’événement, à moins que l’on n’en déduise au contraire que c’est sur cette consécration qu’Hérodote aurait pu fonder ce qui ne serait alors que fiction. Le texte consiste en quatre distiques élégiaques, lacunaires dans leur second hémistiche, rédigés dans une langue poétique d’inspiration homérique et lyrique comme le montre l’adjectif φανός (< φαFεσνός), tout particulièrement apprécié de Pindare, et transcrit sous la forme lesbienne à géminée φαεννός dans la version en alphabet réformé. L’alphabet du texte A (p. 239) est du vie s. : forme des lettres proches de celles de la dédicace à Apollon Ptoios, J. Ducat, Les kouroi du Ptoion, 1971, pl. 133-134, comme aussi des inscriptions rupestres que nous avons publiées avec D. Rousset et J. Camp dans AJA119 (2015), p. 441-63, voire notamment p. 446 et 455.

31L’autre inscription (p. 224), avec sa regravure du ive s. qui figure sur l’autre face de ce tambour de colonne, est une épigramme funéraire en distiques élégiaques, lacunaire sur sa gauche, dont le contexte, public, pourrait bien être la bataille de Platées, celle des Thermopyles, voire celle de Tanagra (458 / 457). La regravure au ive siècle, autour de 371, s’expliquerait dans un contexte de revendication d’identité civique. La langue est la même forme de koina poétique béotienne, intermédiaire entre le dialecte local et la koina poétique d’inspiration homérique à laquelle Pindare a donné ses lettres de noblesse. Noter la rare forme d’aoriste θανέμεν, avec le morphème d’infinitif emprunté à la catégorie athématique, le datif singulier béotien en -οι, avec la variante graphique -υ, dont ce serait ici la plus ancienne attestation, alors que G. Vottéro n’en mentionnait pas d’exemple avant le ive  siècle, cf. « Le datif thématique en -oi et les diphtongues à premier élément long », dans P. Goukowsky et C. Brixhe (éd.), Hellènika Symmikta, II. Études d’archéologie classique, Nancy, 1995, p. 93 sqq.

32Dans cette langue, un /e:/ noté H fruit de l’évolution phonétique d’un ancien /a:/ commune aux dialectes ionien et attique, paraîtrait incongru et est sans parallèle d’après G. Vottéro, « Koinas et koines en Béotie », dans C. Brixhe (éd.), La koine grecque antique, 2, 1996, p. 46. Il convient donc d’analyser la forme ΕΡΕΤΟΝ, v. 1 (texte A), et 󰁜̣RETON, v. 5 (regravure B), autrement que l’éditeur, qui compte tenu de la teneur agonistique de la l. 4 la rapprochait de la forme verbale hέρετο de l’épigramme d’Histiée de CEG 785, l. 1-2 et y aurait bien vu le duel aoriste de ἄρνυμαι. En dehors de l’ionien-attique, on attendrait ἄρετο ; en outre le duel moyen serait en -σθον (échanges entre les formes des désinences primaires et secondaires dès Homère, formes en --ον plus répandues que celles en -ην). S’il s’agit bien d’une forme verbale, seule possibilité : εἴρω « attacher, entrelacer », cf. Pindare, Ném. 7, 77 : εἴρειν στεφάνους ἐλαφρόν « tresser des couronnes est doux ». On aurait l’aor. 3e sg. εἶρε τὸν [α]υ̣το/[- -] « il a tressé sa propre (couronne) » (?). Ou bien, dans l’hypothèse toujours d’un duel, εἴρετον.

33Exposé d’Elpis Bargiota (M2) sur l’épigramme funéraire de Sôpatra (SEG 40, 563, peut-être d’Amphipolis, datée du iie / ier siècle a. C.), distiques élégiaques en koinè poétique d’inspiration homérique mais colorée dialectalement comme non ionienne-attique, qu’elle soit influencée par la koina régionale septentrionale ou qu’elle s’inscrive dans la tradition de la lyrique chorale. Intégration de traits empruntés à la langue parlée, comme la forme ξένε, sans l’allongement compensatoire que l’on attendrait dans la langue poétique, qui est imputable à la koiné d’origine attique d’usage en Macédoine. La forme d’aoriste 3e plur. δῶ-κ-αν est déjà homérique (Chantraine, GH I, p. 379) ; attestée même en attique dès les dernières décennies du ive s. (L. Threatte, Grammar of Attic Inscriptions II, p. 601), elle est susceptible de se rencontrer en béotien, en thessalien et en dorien (C. D. Buck, Greek Dialects , Chicago, 1955, § 138.5). Topoi de la poésie épigrammatique funéraire.

III. Inscriptions d’Argolide : Argos

34SEG 11, 314 : loi sacrée d’Argos datée d’entre 575 et 550 (Jeffery) trouvée sur la citadelle de la Larissa. Etude de la forme des lettres, à partir de l’estampage de Vollgraff et de photos prises sur place, du lexique, de l’onomastique et de la syntaxe, à partir des articles récents d’E. Nieto Izquierdo (ZPE 194, 2015, 101-107, et P. Probert, E. Dickey, JHS 135, 2015, p. 110-131). Questions de phonétique et de morphologie : graphies phonétiques pour rendre les diphtongues en hiatus devant une autre voyelle comme dans la forme du nom d’Athéna, Ἀθαναίια, où les deux iota rendent non seulement l’articulation vocalique du second élément de la diphtongue /ai/, mais aussi le son (con)sonantique de transition développé pour syllaber en deux syllabes ces deux séquences vocaliques successives et pour faire glisser de l’une à l’autre sans effort, c’est-à-dire sans hiatus provoqué par la reprise de souffle avant l’attaque de la seconde ouverture vocalique. Il importe en effet qu’une fermeture succède à une ouverture pour que soit préservée l’intégrité des syllabes, comme c’est bien connu (Traité de phonétique de M. Grammont, 1933). L’hiatus ne peut être en effet qu’accidentel tant il est coûteux en terme d’énergie phonatoire (deux ouvertures au sein de la même syllabe), de sorte que la langue s’efforce d’y remédier par tous les moyens, mue par le principe banal d’économie ou loi du moindre effort : contraction ou diphtongaison des deux éléments vocaliques, ou au contraire dédoublement ou surarticulation avec articulations vocalique et sonantique successives de l’un des deux éléments pour assurer l’hétérosyllabie. Dans ces textes archaïques (autres exemples contemporains dans la cité argienne de Tirynthe, SEG 30, 380, et sporadiquement ailleurs, e.g. Τηιί, IG I3 1372, et cf. Buck, § 56 et 37,2), c’est le troisième effet que l’on observe : la notation reflète l’articulation soignée destinée à préserver à chaque syllabe son intégrité en rendant audible le découpage syllabique, ce qui correspond à une prononciation lente, dans laquelle la diphtongue, élément lourd lui aussi, reste intacte : Ἀθαναίια correspond à [a#tha#nai#ja], quand la graphie usuelle Ἀθαναία rend une prononciation rapide dans laquelle le second élément de la diphtongue est lui-même sonantisé en [j], d’où simplification de la diphtongue dont il subsiste le seul premier élément : [a#tha#na#ja].

35Archaïsmes morphologiques, comme le démonstratif au génitif τνδε-ν-ν, dont la marque flexionnelle est répétée de part et d’autre de la particule invariable qui dans les autres dialectes sert de finale au démonstratif ὅδε. À comparer avec thess. τουννεουν, IG IX 2, 517, l. 17, cf. Buck, § 123. De plus, une deuxième particule à valeur expressive suit encore la marque flexionnelle répétée : -ν, à comparer au -ῑ déictique de l’attique, e.g. dans τουτον-ί. Cette particule est à mettre en relation avec la particule exclamative ἤν, souvent utilisée dans la junctura ἢν ἰδού (e.g. Euripide, Héraclès 867) et avec le latin ēn, peut-être emprunté au grec. Formes dialectales du nom du damiorgos et explication phonétique de la simplification de δαμιοργεόντο̄ν en δαμιοργόντο̄ν. Étude des noms, en particulier les rares Ἐράτυιιος (cf. C. Dobias-Lalou, Verbum 1995-1996, p. 267-268, L. Dubois, RPh 88, 2014 [2016], p. 69-70), Ἐξάκεστος et Ἐρύϙο[ιρος].

36Explication syntaxique des dernières lignes du texte, l. 12-13 : critique des dernières propositions d’interprétation. Nieto propose : hοῖζ δὲ δαμιoργ[ία λοῖ], ἀ[να]νκασσάτō. Ηο δ’ ἀμφιπολος μελεταινέτō τούτōν. Probert, Dickey : hοῖζ δὲ δαμιοργὸ[ς] ἐ̣π̣α̣ν̣[α]νκασσάτō, hο δ’ ἀμφιπολος μελεταινέτō τούτōν, avec une structure corrélative qui justifie la répétition de δέ dans la proposition principale qui suivrait, selon elles, la relative du diptyque, cf. Hom. Il. VI 146 : οἵη περ φύλλων γενεή, τοιὴ δὲ καὶ ἀνδρῶν et Dubois, IGDOP, no 109. Pour un exemple littéraire de relative à l’impératif, elles citent Platon, Lois 11, 935e. Μais l’on pourrait objecter à cette reconstruction que l’on aurait plutôt attendu en ce cas l’anaphorique τούτōν en tête.

37Je ne suis pas sûre, pour ma part, qu’il y ait l’espace nécessaire dans la lacune pour restituer λοῖ comme le propose Nieto, et les lettres pointées par Probert, Dickey me paraissent l’avoir été de façon un peu optimiste, de sorte que j’aurais tendance, pour ma part, à revenir plus prudemment à l’édition telle qu’elle figure dans le manuel de Buck, no 83, et a été reprise dernièrement dans le manuel de S. Colvin, A Historical Greek Reader, Oxford, 2007, no 37 : δαμιοργὸ[ς] [ἐπ]α[να]νκασσάτō. La solution la plus économique consiste alors à revenir à l’interprétation de Buck, p. 283, en voyant dans hοῖζ δὲ une relative elliptique à valeur d’interrogative indirecte : le sens serait « (en cas de dommage, qu’on répare), et qu’un damiurge impose avec quoi (/ de quelle manière). Et le gardien du sanctuaire y veillera ». Les relatives elliptiques sont rares, mais Probert, Dickey citent l’excellent parallèle de Platon, République 7, 520c, dans le mythe de la caverne : γνώσεσθε ἕκαστα τὰ εἴδωλα ἄττα ἐστὶ καὶ ὧν « Vous saurez de chaque image ce qu’elles sont et de quoi (elles sont les images) ». Il est vrai que l’on attendrait une ponctuation qui délimite la relative elliptique juste après hοῖζ δὲ, mais on notera au moins deux ponctuations l’une injustifiée, l’autre inattendue syntaxiquement : l. 5, avant le τε, et non après, à la suite du premier anthroponyme, Συλεύς, et l’autre, à la suite du dernier mot du texte.

38Conférence d’Éric Lhôte (université de Lille), le 10 mai : « Les dialectes dans les nouvelles inscriptions oraculaires de Dodone ».

39À partir de la récente publication de nouvelles lamelles : S. Dakari, I. Vokotopoulou et A. P. Christidis, Τὰ χρηστήρια ἐλάσματα τῆς Δωδώνης τῶν ἀνασκαφῶν Δ. Εὐαγγελίδη, Athènes, 2013, 2 vol. (ci-après DVC) : 4 216 numéros postérieurs à la publication du livre d’Éric Lhôte : Les lamelles oraculaires de Dodone, 2006 (167 numéros). La conférence a porté sur les lamelles répertoriées dans cette édition sous les nos 471A, 473B, 483A, 491A, 492A, 505B et 513A.

40E. Lhôte met notamment en évidence la façon dont l’analyse conjointe de la forme des lettres et des formes linguistiques dialectales de ces questions oraculaires peut permettre d’élucider la question de l’origine du consultant. C’est ainsi qu’en DVC 491A, la conjonction de l’iota brisé, susceptible d’être employé à Corinthe, à Phlious, en Achaïe, en Arcadie du Nord-Est (Phénéos) et en Crète, et de la forme avec aspirée et degré e radical de l’adjectif hιερός, oriente nécessairement vers l’Arcadie, puisque les autres régions citées n’emploient que sa forme hιαρός. Pour DVC 483A, la présence du même iota brisé et du san (M) comme notation de la sifflante sourde, mais l’emploi d’un epsilon de forme E pour noter brèves et longues, alors qu’à Corinthe ou Phlious, le signe sert uniquement à noter le /e:/ oblige à considérer l’inscription comme d’origine achéenne, sans que l’on puisse préciser si la provenance est l’Achaïe ou l’une de ses colonies occidentales.

41Parmi les traits linguistiques sur lesquels il m’est paru utile de revenir, signalons en DVC 473B la triple junctura λοῖον καὶ βέλτιον καί ἄμεινον, où l’on peut chercher à restituer les sens distincts hérités des trois adjectifs au comparatif ou au positif : si le premier était en rapport avec le verbe (ϝ)λῆν « vouloir », sous la forme d’un ancien comparatif neutre à degré o radical, le sens pourrait être alors « plus conforme à la volonté divine », mais une autre hypothèse est proposée par E. Dieu, Supplétisme 2011, p. 191-227 : rapprochement plutôt avec la famille de ἀπολαύω, ληίς, ληίη, λεία, notions de « butin, gain, profit ». Le vocalisme o remonterait alors à l’indo-européen (*loh2-w). Noter un positif λο̄ιύς, au sens alors probable de « bon, utile », Wachter, NAGVI 2001, p. 82, Cor71e, inconnu de Lamberterie, Adjectifs en -υς, 1990. La notion de volonté s’attacherait plutôt au comparatif βέλτιον, dont le radical est à mettre en relation avec celui de βούλομαι, voir E. Dieu, p. 183-191. Quant à ἄμεινον, il pourrait devoir être mis en relation avec les verbes μινύω, μινύθω, μείων, et la notion de « diminution », sans être lui-même comparatif : on pourrait y avoir l’ἀ- privatif en premier élément de ce qui serait un composé indiquant l’absence de diminution, le non préjudiciable, cf. E. Dieu, p. 51-52. On aurait alors une gradation d’ordre décroissant, évoquant successivement le « (plus) profitable », le « plus désirable » et, pour finir, le « non préjudiciable ».

42Intéressante forme hσσαν, DVC 483A, dans un contexte malheureusement lacunaire : soit la « défaite », avec un déverbatif issu de ἡσσάομαι « être vaincu, défait », soit le participe d’un aoriste actif factitif créé à partir de ἕζομαι et attesté chez Homère, sous la forme de participe ἕσ(σ)ας, ἕσσαι chez Pindare, cf. ἵσσαντα, ἱσσάμενος, C. Dobias-Lalou, Le dialecte grec des inscriptions de Cyrène, 2000, p. 154.

43Pour E. Lhôte, la fréquentation du sanctuaire de Dodone est régionale, au sens large (Macédoniens et Thessaliens), excluant des consultants venus du Péloponnèse. Des traits pouvant relever de l’éléen sont interprétés par lui comme nécessairement à mettre en relation avec les petites colonies éléennes d’Épire qu’étaient Elateia, Pandosia, Boucheta et sans doute Batiai, toutes réunies par synœcisme dans Cassôpée, cf. M. H. Hansen, T. H. Nielsen, An Inventory 2004, p. 342, s. n. Batiai, no 88. Mais les caractéristiques de DVC 491A, datée ca 450-400, avec un iota brisé, caractéristique de la Crète, Corinthe, l’Achaïe, Phleious et Phénéos d’Arcadie, et une forme à aspiration initiale notée hιερός, avec le vocalisme non dorien, mais bien arcadien, rend l’attribution à cette cité d’Arcadie la seule possible, me semble-t-il.

44Onomastique anthroponymique : projet franco-britannique (EPHE, IUF, Oxford University) LGPN-Ling : analyse linguistique des noms de personnes grecs antiques. Dictionnaire numérique et imprimé.

45Séance de méthodologie de l’analyse anthroponymique : reconstruction formelle et interprétation sémantique, à partir de l’exemple du nom Ἀγαθάμερος. Apports de la dialectologie à l’étude des anthroponymes ou comment la coexistence de variantes permet parfois d’élucider l’étymologie (exemple des noms en Δαμ-, pouvant recouvrir δᾱμ-, radical de δῆμος, ou δᾰμ-, de δαμάζω, δάμνημι).

46Présentation du dossier onomastique des noms en Αἰσχρυβ-, à paraître dans l’introduction des actes du colloque sur La suffixation des anthroponymes grecs antiques coorganisé à Lyon en septembre 2015 par Laurent Dubois, Claire Le Feuvre et moi-même, dont la publication dans la collection Hautes études du monde gréco-romain est programmée pour 2017.

47Des noms de personne ont été régulièrement analysés durant les conférences, en corrélation avec les recherches menées dans le cadre du projet. Des étudiants et auditeurs du séminaire ont contribué à ces travaux : les Dr. Jean-Claude Chuat, Gérard Genevrois et Enrique Nieto Izquierdo. Les résultats mis en ligne seront mis à disposition du public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Minon, « Dialectologie du grec ancien », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 148 | 2017, 78-86.

Référence électronique

Sophie Minon, « Dialectologie du grec ancien », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 148 | 2017, mis en ligne le 21 septembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1933

Haut de page

Auteur

Sophie Minon

Directeur d’études, Mme, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals