Navigation – Plan du site
EPHE
Résumés des conférences
Histoire et archéologie de la Gaule romaine

Histoire et archéologie de la Gaule romaine

Conférence de Michel Reddé
p. 128-129

Résumé

Programme de l’année 2015-2016 : Paysages ruraux du Nord-Est de la Gaule.

Haut de page

Texte intégral

1L’année académique 2015-2016 a vu l’apparition d’une nouvelle formule de conférences, directement liée au programme de recherches « Rurland » financé par l’Union européenne (ERC). Pour le détail, on se reportera au compte rendu d’activités du directeur d’études, en ligne sur le site web de l’EPHE et au blog du programme (https://rurland.hypotheses.org).

2L’objectif général du projet (2014-2018) est d’étudier la diversité des paysages ruraux du Nord-Est de la Gaule, dans une vaste zone qui s’étend de la frontière de Germanie au bassin de la Seine et de la mer du Nord au Morvan, de la Tène finale à l’Antiquité tardive, d’en étudier l’évolution historique, les structures, les productions. Les prémisses de cette réflexion reposent essentiellement sur l’analyse des données archéologiques disponibles, dans une région pour lesquelles les sources historiques traditionnelles (textes et inscriptions) font presque complètement défaut, une lacune que l’on comble généralement, mais de manière abusive, en extrapolant à partir des données issues du monde méditerranéen (Italie et Afrique, principalement).

3Cette situation explique que les campagnes des provinces romaines de l’Europe tempérée restent largement en marge de la réflexion des historiens, alors qu’elles constituent la principale source de richesse de ce temps et abritent la grande majorité de la population. Elles constituent en outre le territoire vivrier de la frontière sur laquelle se concentre une force militaire considérable, fortement consommatrice. Pour ne prendre qu’un exemple, celle de Germanie a accueilli au début de notre ère, sous Tibère, environ 80 000 soldats, entraînant un appel brutal de population civile, en grande partie immigrée, alors que l’agriculture protohistorique de ces régions bordières était parfaitement incapable d’assurer rapidement une augmentation rapide de la production agricole. Le « choc » économique et social de cet accroissement démographique qui a représenté environ 15 à 20 % de la population totale de la Gaule Chevelue, le taux de prélèvement qu’il a impliqué sur une agriculture traditionnelle ne peut évidemment être sous-estimé. Il n’a pourtant pas fait l’objet, à ce jour, de réflexions approfondies.

4Les sources qui permettent l’analyse de ces phénomènes sont devenues extrêmement nombreuses avec le développement récent de l’archéologie préventive. Pour ne prendre qu’un exemple, l’ouverture des mines de lignite à ciel ouvert de l’arrière-pays de Cologne a conduit à ouvrir des fenêtres gigantesques – dont l’une dépasse les 50 km2 – sur l’occupation antique du territoire. On est donc mieux à même, aujourd’hui, d’analyser celle-ci, de comparer les formes diverses qu’elle prend d’une région à l’autre en fonction des potentialités agronomiques des sols, des héritages protohistoriques, des conditions de développement économique inégales au sein d’une géographie humaine caractérisée par de fortes disparités (présence des grands axes routiers, proximité des centres urbains et des marchés…). Ajoutons que le recours aux sciences naturelles (analyses palynologiques, botaniques, fauniques) permet aujourd’hui de mieux appréhender la réalité des productions et de comprendre les systèmes agraires de ce temps. Les sources archéologiques sont en revanche, par nature, fortement atomisées, dispersées, sous-exploitées car trop souvent accessibles uniquement par le biais de la « littérature grise » des rapports d’opération. Leur collecte et leur synthèse constituent donc la première tâche de ce programme de recherche, ce qui explique la manière dont il se déroule.

5Les séminaires hebdomadaires de forme classique ont donc été transformés en « ateliers » thématiques mensuels qui associent les chercheurs du projet, les étudiants et les auditeurs et, de manière plus large, le public intéressé, qu’il soit professionnel ou seulement « curieux ». Cela permet à tout un chacun à la fois de s’informer et de se former par l’étude d’une documentation multiforme et pluridisciplinaire que personne ne maîtrise individuellement.

6L’année académique 2015-2016 a vu ainsi plusieurs types d’approches présentées durant ces séances d’une journée complète :
— des synthèses régionales sur l’occupation rurale protohistorique et romaine, considérées dans la longue durée ;
— des