Navigation – Plan du site
EPHE
Résumés des conférences
L’Europe et le monde germanique (époque moderne et contemporaine)

L’Europe et le monde germanique (époque moderne et contemporaine)

Conférence de Jacques Le Rider
p. 270

Résumé

Programme de l’année 2015-2016 : Karl Kraus face au nazisme et à l’« austrofascisme ».

Haut de page

Texte intégral

1L’histoire et l’analyse de la Troisième nuit de Walpurgis, rédigée par Karl Kraus, pour l’essentiel entre mars et septembre 1933, qui aurait dû être publiée dans le no 888 de Die Fackel d’octobre 1933, dont Kraus a corrigé les épreuves, mais qu’il finalement renoncé à publier, a occupé le premier semestre. Un jeu d’épreuves corrigées fut sauvé par l’avocat de Kraus, Oskar Samek, qui le mit à l’abri en Suisse en 1937, l’envoya un peu plus tard à Albert Bloch, peintre et germaniste en poste à l’université du Kansas, le récupère au moment de son émigration aux USA et finalement le mit à la disposition de Heinrich Fischer pour sa publication aux Éditions Kösel, à Munich, en 1952. Ce texte permet de mesurer l’étendue, la précision et l’exactitude des informations sur le nouveau régime national-socialiste auxquelles un Viennois, éloigné de la sphère politique, pouvait accéder, dès 1933, grâce à la simple lecture critique des journaux et des revues de toutes tendances.

2La deuxième partie de la conférence a été consacrée à l’analyse du no 890-905 de Die Fackel, publié fin juillet 1934, intitulé « Warum die Fackel nicht erscheint » et fort de 315 pages. Kraus y reprend, avec quelques modifications, des passages de la Troisième nuit de Walpurgis qu’il a décidé de ne pas publier en octobre 1933. Les 169 premières pages de ce no 890-905 étaient déjà parties à l’imprimerie lorsque survint l’insurrection ouvrière du 12 février 1934, que le gouvernement d’Engelbert Dollfuss réprima en faisant intervenir la police, l’armée et les ligues paramilitaires de droite. Ce texte, « Pourquoi la Torche ne paraît pas », publié au lendemain de l’assassinat de Dollfuss, heurta les admirateurs jusque-là les plus fidèles de Karl Kraus, d’Elias Canetti à Walter Benjamin, qui ne pouvaient pas admettre le ralliement de Kraus à la ligne politique de Dollfuss. Kraus adoptait cette position – incomprise de son vivant – par patriotisme, au nom du refus des visées annexionnistes de l’Allemagne hitlérienne et du rejet de l’idée d’Anschluss, qui restait majoritaire en Autriche, à gauche comme à droite, un an et demi après la prise du pouvoir par les nazis. Son animosité contre les dirigeants du parti social-démocrate autrichien et contre les exilés allemands et autrichiens antifascistes qui le critiquent sévèrement et le pressent de changer d’attitude, entraîne Karl Kraus à des polémiques qui achèvent de l’isoler et de le couper de la plupart de ses lecteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Le Rider, « L’Europe et le monde germanique (époque moderne et contemporaine) », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 148 | 2017, 270.

Référence électronique

Jacques Le Rider, « L’Europe et le monde germanique (époque moderne et contemporaine) », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 148 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1978

Haut de page

Auteur

Jacques Le Rider

Directeur d’études, M., École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals