Navigation – Plan du site
EPHE
Résumés des conférences
Philologie moyen-indienne

Philologie moyen-indienne

Conférence de Nalini Balbir
p. 298-300

Résumé

Programme de l’année 2015-2016 : I. Initiation au pali. — II. Examen de travaux récents dans le domaine du moyen-indien et lecture de textes en pali.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En 2015-2016, l’auditoire a d’abord rassemblé à la fois de nouveaux étudiants et des initiés, mais les premiers ne se sont pas investis et, malheureusement, ont assez vite fait défection. On a donc poursuivi le travail avec le groupe motivé de fidèles.

2On a continué à examiner des textes qui montrent comment le Bouddha redéfinit et réinterprète des notions présentes dans le monde brahmanique. En 2014-2015, ce fut celle de magala (voir Annuaire, 147e année, p. 298). En 2015-2016, ce fut d’abord la notion de naissance. Après un bref rappel du locus classicus qu’est la section sur le brahmane du Dhammapada, on s’est penché sur le Vasalasutta du Suttanipāta et son complément le Vāseṭṭhasutta qui, mettant en scène un brahmane engagé dans un rituel et le Bouddha venu à passer par là pour sa quête d’aumônes, abordent de front la notion de hors-caste (vasala) dans une rhétorique d’abord violente, puisque c’est le Bouddha qui est ainsi interpellé par le brahmane. On a mené au plus près l’examen philologique des textes et procédé à des incursions dans les commentaires afférents. Ces lectures ont été complétées par celle qui s’imposait presque, des portions les plus directement concernées du Mātagajātaka (497 ; éd. PTS, p. 379-387).

3Après avoir examiné le cas du brahmane Aggikabhāradvāja au cœur du Vasalasutta, on a considéré celui de Kasibhāradvāja dans le sutta éponyme du Suttanipāta. La réinterprétation à laquelle procède le Bouddha ne concerne pas ici la notion de naissance, mais celle de travail agricole, comprise métaphoriquement sur le plan éthique.

4Cette année, le terme de philologie moyen-indienne présent dans l’intitulé de la direction d’études a pris tout son sens car on a lu avec les auditeurs les textes anciens de la tradition jaina, qui, comme les sutta palis, livrent une réinterprétation des notions de naissance et de travail agricole. On a donc consacré un temps assez important à la lecture respectivement de l’Uttarādhyayanasūtra (chap. 12 en parallèle au Jātaka 497) et des Isibhāsiyāi (26 et 32 en parallèle au Kasibhāradvājasutta) dans leur langue originale, l’ardhamāgadhī, à laquelle on a souhaité initier les étudiants. Une telle initiation requiert aussi de prendre en compte les difficultés de la transmission des textes considérés, de présenter le travail philologique mené sur ces textes par les savants et de familiariser avec la bibliographie afférente.

5Le Khuddakapāha a continué de susciter l’intérêt de l’auditoire, dont l’un des membres nourrissait le projet d’entreprendre une traduction française intégrale annotée et commentée. C’est dans cette perspective que nous avons lu le Nidhikaṇḍasutta qui n’est pas non plus étranger au thème moteur de l’année : ses cinq premières strophes traitent clairement de trésors au sens profane du terme, et font écho à ce que l’on peut lire dans de nombreuses anecdotes de la littérature sanskrite (Pañcatantra, Kathāsaritsāgara, etc.) : abus de confiance, trésor découvert puis enlevé, enfoui puis disparu – toutes situations qui montrent l’impermanence de ce que le commun nomme d’ordinaire « trésor », dont la recherche est une manifestation de convoitise. Par contraste, le second temps du sutta, juxtaposé au premier en une asyndète pleine de force, explique ce qu’est le vrai trésor – fait de comportements éthiques. Le récit initial du commentaire est important, car il souligne l’opposition entre ces deux aspects : trésor au sens profane (loka-sammata) et dans le sens « absolu » (paramatthato nidhi). On peut contraster la démarche adoptée ici avec celle du Magalasutta : ici, on explique d’abord ce qu’est un trésor dans la conception commune dont on exprime les limites pour aboutir à une redéfinition, tandis que le Magalasutta énonce directement quelle est la conception du Bouddha (les pseudo-magala sont décrits dans les commentaires). Par ailleurs, le vrai nidhi est parallèle au mérite : comme lui, il mûrit, mais n’est pas visible immédiatement. La lecture du Tirokuḍḍasutta (Khp VII) qui met en avant la figure du peta a été l’occasion d’incursions dans la cosmologie bouddhique et de parallèles avec le Petavatthu.

6L’année s’est conclue par la « Deuxième Semaine internationale d’études palies » organisée par le Directeur d’études en collaboration avec M. Peter Skilling (directeur d’études EFEO). Elle s’est tenue à l’EPHE (Sorbonne, escalier U) du 20 au 23 juin 2016 avec le soutien de l’EPHE, de l’EFEO, de l’UMR 7528 Mondes iranien et indien, de la Fragile Palm Leaves Foundation et de la Khyentse Foundation.

7Cet événement (qui fait suite à celui organisé en 2014 sur lequel voir Annuaire, 146e année, p. 278-280) s’est concentré sur les aspects suivants du domaine pali.

1. Les traditions manuscrites

8La semaine a commencé par deux présentations introductives d’ensemble sur les manuscrits de Thaïlande centrale et méridionale (Peter Skilling et Santi Pakdeekham), puis sur les illustrations dans les manuscrits bouddhiques thaï (Santi Pakdeekham et Arthid Sheravanichkul). L’auditoire a tiré grand profit de l’exposé très détaillé qu’Alexey Kirichenko (Moscou) a consacré aux manuscrits palis de Birmanie.

9Aux communications de type classique, s’est ajouté, tout au long de la semaine, un atelier de lecture collective de manuscrits en écriture khom (animé par Santi Pakdeekham). Une première série de séances a été consacrée à la lecture des titres de toutes les œuvres composant le Tipiṭaka peint au temple de Wat Thong Noppakhun, Thonburi. Lors d’une autre, on a lu de larges extraits d’un manuscrit illustré de la Mahāsanti (conservé au Wat Khao Yisan, xviiie s.), puis les versets de l’Uhissavijaya.

2. Nouvelles tendances des études bouddhiques

10Les communications de Francesco Sferra (Università di Napoli), Saghatrāta’s Abhidharma-samuccaya-kārikā: a Sanskrit work of the Sāmatīyas et de Peter Skilling (EFEO), mitīyas and Pudgalavādins: New perspectives, apparemment en marge du propos principal du colloque, ont présenté l’état actuel des études sur l’école bouddhique des Sāṃmitīya, en plein renouvellement.

3. La littérature de protection et l’Uṇhissavijaya

11L’Uṣṇīṣāvijaya Dhāraṇī compte parmi l’un des textes bouddhiques les plus populaires. À la fois narration, incantation, récitation, complexe de rituels, divinité, elle a parcouru une grande partie de l’Asie depuis le viie s. et a été incorporée dans des rites pour la bonne santé ou la longue vie. Trois communications ont porté sur les incarnations de ce texte en Asie du Sud-Est. Claudio Cicuzza (Rome, Bangkok) a présenté l’Uhissavijaya, version en pali répandue en Thaïlande, Gregory Kourilsky (Vientiane) celles qui ont circulé au Laos, et Trent Walker (université de Californie, Berkeley) a discuté le statut de ce texte au Cambodge dans le contexte des pratiques liturgiques. Quant à Arthid Sheravanichkul (Bangkok) il s’est penché sur l’Unahit wichai, un poème thaï basé sur le texte en pali.

12Narrations et formules qui évoquent le pouvoir du Bouddha et de sa parole, les textes de protection ont, plus largement, donné lieu à plusieurs exposés. Javier Schnake (doctorant EPHE) s’est intéressé aux aspects protecteurs du Vajirasāratthasaṅgaha, qui fait l’objet de son travail de doctorat. La littérature de protection de l’Asie centrale bouddhique a fait l’objet d’une présentation d’ensemble de Georges-Jean Pinault (EPHE), tandis qu’Oskar von Hinüber (Académie des inscriptions et belles-lettres) a fourni à l’auditoire un tableau documenté des dhāraī attestés par les manuscrits de Gilgit. Enfin, Nalini Balbir (EPHE, Sorbonne-Nouvelle) a conclu les journées en discutant le vocabulaire de la protection et les mots de la protection dans la tradition jaina.

13Les actes de ces journées seront rassemblés dans un volume (éd. C. Cicuzza) qui sera publié en 2017 dans la collection Materials for the Study of the Tipiaka (Bangkok).

14Abé, Y., « L’araire en Inde du Sud », Techniques et culture, 14, 1989, p. 79-108.

15Alsdorf, Ludwig, « Uttarajjhāyā Studies », IIJ, 6 (1962), p. 110-136 = Kleine Schriften, herausgegeben von Albrecht Wezler, Franz Steiner Verlag, Wiesbaden, 1974, p. 225-251.

16Bloch, Jules, « La charrue védique », BSOAS, 8 (1936), p. 411-418.

17Balbir, Nalini, « À la recherche des trésors souterrains. Studies in honour of Gerrit Jan Meulenbeld », Journal of the European Āyurvedic Society, 3 (1993), p. 15-55.

18Balbir, Nalini, « The language of ascetic poetry in the Isibhāsiyāi and its parallels », dans Proceedings of the Buddhist and Jaina Studies Conference, Lumbini, 12-15 February 2013, J. Soni, M. Pahlke et C. Cüppers (éd.), Lumbini International Research Institute, 2014, p. 137-169.

19Matsunami, Seiren, « Buddhistic Variants of two Portions of the Isibhāsiyāiṃ », Journal of Indian and Buddhist Studies, vol. X, 2 (mars 1962), Tokyo, p. 741-748.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nalini Balbir, « Philologie moyen-indienne », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 148 | 2017, 298-300.

Référence électronique

Nalini Balbir, « Philologie moyen-indienne », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 148 | 2017, mis en ligne le 03 octobre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1990

Haut de page

Auteur

Nalini Balbir

Directeur d’études, Mme, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

  • Philologie moyen-indienne [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2014-2015
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016
  • Philologie moyen-indienne [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2013-2014
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 146 | 2015
  • Philologie moyen-indienne [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2012-2013
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 145 | 2014
  • Philologie moyen-indienne [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2011-2012
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 144 | 2013
  • Philologie moyen-indienne [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 143 | 2012
  • Philologie moyen-indienne [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 142 | 2011
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals