Navigation – Plan du site
EPHE
Résumés des conférences
Typologie linguistique

Typologie linguistique

Conférence de Isabelle Bril
p. 421-423

Résumé

Programme de l’année 2015-2016 : Typologie linguistique et évolution des langues austro-nésiennes.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La première heure de conférence est axée sur des thématiques de typologie linguistique et met en perspective invariants et variation linguistique. L’analyse adopte une approche comparative, synchronique et diachronique, et aborde des faits choisis dans diverses familles des langues.

2La seconde heure de conférence porte plus spécifiquement sur des systèmes et faits linguistiques observés parmi les langues austronésiennes.

Première heure de conférence

3Les concepts fondateurs de la typologie sont présentés et discutés à partir des travaux de Greenberg (1960, 1966), Comrie (1981), Hagège (1982), Hawkins (1983, 2004), Croft (1990). Certains des 45 universaux de Greenberg ont été discutés et illustrés par des faits choisis parmi des langues de diverses familles.

4La notion de système harmonique ou dysharmonique et les diverses causes de la dysharmonie des systèmes ont ensuite été présentées. La dysharmonie peut résulter de facteurs évolutifs internes ou externes, qui provoquent des phénomènes de réalignement. Ces derniers ne s’appliquent pas uniformément à tous les domaines concernés, et montrent des traits récessifs et dominants.

5La notion de diathèse et l’étude de divers systèmes de voix ont été approfondis.

6Divers types de passifs aux traits particuliers ont été étudiés, tels les passifs impersonnels du polonais, du finnois, du turc ou de l’ostiaque, dont les patients ne sont pas promus, mais préservent leur cas. Dans les passifs impersonnels du polonais, le patient reste à l’accusatif tandis que l’agent, s’il apparaît, est à l’instrumental. Les passifs impersonnels ou périphrastiques du lituanien, d’emploi médiatif, présentent aussi des particularités intéressantes, l’agent et le patient sont tous deux marqués au génitif (Kiparsky 2013). Les liens entre passif et moyen ont été présentés à partir d’exemples empruntés au russe (Kulikov 2011), de même que les liens entre moyen, réfléchi et anticausatif.

Sobaka

ispuga-l-a-s’

groma.

dog.NOM

frighten-PST-SG.F-REFL

thunder.GEN

« The dog was frightened by the thunder. »

Dver’

otkryvaet-sja

legko.

door.NOM

open-PRS.3SG-REFL

easily

« The door opened easily. »

7En amis (langue formosane), l’anticausatif exprime des actions spontanées, des changements d’état naturels ou involontaires, des mouvements involontaires, des émissions corporelle, des propriétés.

Mu-nabaw =tu

k-u

lunan.

anticaus-float =pfv

nom-nm

boat

« Le bateau flotte. » (Bril)

8Diverses langues, telles le mandchou ou le mandarin, montrent des liens entre constructions causatives et passives. En mandarin, les constructions passives sont ainsi marquées par des morphèmes d’origine causative ou permissive tels que ‑ ràng « allow », ou ‑ gěi « give ».

9L’analyse a ensuite porté sur les systèmes opposant voix directe et inverse (dans des langues mésoaméricaines, algonquiennes, sino-tibétaines). Ces diathèses sont liées à la hiérarchie des personnes représentant l’agent ou le patient (1 > 2 > 3 > humain > animé > inanimé), à la hiérarchie de définitude (défini > indéfini spécifique > indéfini non-spécifique), mais aussi à l’inversion de la hiérarchie de saillance thématique ou pragmatique, lorsque les participants sont de même rang. Sur le plan des relations entre propositions, les phénomènes d’inversion sont liés au changement de référence : la voix directe est utilisée lorsque le pivot syntaxique est le participant le plus haut dans la hiérarchie et lorsqu’il est identique dans les deux propositions ; la voix inverse apparaît lorsque le pivot est le participant inférieur de la hiérarchie (marqué à l’obviatif), comme dans certaines langues algonquiennes. Outre les voix directe et inverse, certaines de ces langues ont en outre un passif et un anti-passif (movima, Haude). Ces voix expriment essentiellement des différences de saillance : dans la voix inverse, l’agent reste encodé, alors qu’il disparaît très souvent au passif. En revanche, la diathèse antipassive (également intransitivante), met en retrait le patient, alors marqué à un cas oblique, ou le fait disparaitre, notamment par incorporation, ce qui a pour effet de diminuer l’agentivité. Dans les langues ergatives, l’agent est alors rétrogradé à l’absolutif.

10Les constructions antipassives ont des corrélats sémantiques, telles que l’expression d’actions atéliques (inabouties ou habituelles), dont le patient est peu ou pas affecté ; dans certains contextes, génériques ou relevant de modes non-indicatifs, un patient indéfini ou non-référentiel déclenche également la construction antipassive.

Deuxième heure de conférence

11Le deuxième volet de la conférence porte plus spécifiquement sur la vaste famille austronésienne. Cette famille comporte de nombreux sous-groupes : formosan, malayo-polynésien (incluant par exemple les langues des Philippines, le malgache, l’indonésien), les langues micronésiennes, les langues océaniennes de Mélanésie (Salomons, Vanuatu, Nouvelle-Calédonie, etc.) et de Polynésie.

12Nous nous sommes intéressés à la phylogénie des langues austronésiennes et aux méthodes de reconstruction et de classification, telles que les correspondances phonétiques régulières, et l’identification des innovations partagées (phonétiques, lexicales, morphologiques) permettant d’identifier les sous-groupes. Les limites de ces méthodes dans les situations de chaînes dialectales ont également été évoquées. Des étymons proto-austronésiens, proto-malayo-polynésiens et proto-océaniens ont été comparés et discutés, afin de distinguer et d’illustrer les cas d’héritage, d’innovations et d’emprunts.

13Cette famille est en outre un laboratoire d’étude pour ce qui a trait à l’évolution linguistique, la diversité typologique et la variation.

Le système des voix : l’amis et les langues formosanes

14Les langues austronésiennes occidentales sont connues pour leur système de voix multiples. L’amis, comme d’autres langues formosanes, et comme les langues des Philippines, possède des voix distinctes orientées vers l’acteur, le patient, le lieu, l’instrument, le bénéficiaire. Ces systèmes de voix se simplifient et deviennent résiduels dans l’aire océanienne.

15Leur système d’alignement est parfois scindé (ergatif ou accusatif), c’est le cas de l’amis. Les systèmes ergatifs ou mixtes, assez rares dans l’aire océanienne où les langues sont majoritairement accusatives, à ordre SVO, sont toutefois attestés dans certaines langues de la Nouvelle-Calédonie, telles que le nêlêmwa (Bril 2002) ou le drehu (îles Loyauté, Moyse-Faurie 1983).

16Le système de voix de type philippin est parfois dit « symétrique » du fait qu’aucune de ces voix n’est plus fondamentale qu’une autre, contrairement aux voix active et passive des langues accusatives. Toutefois les voix de l’amis ne sont pas totalement symétriques, elles montrent une hiérarchie plus nette ; leur choix obéit à divers facteurs, tels que (i) des classes de verbes liées à des traits sémantiques (actifs, non-actifs, statifs), (ii) des variations d’aspect (télicité, activité ou état résultant) et (iii) dans une moindre mesure, des variations liées à la définitude du patient ; d’autres enfin varient en fonction de facteurs pragmatiques. L’amis a en outre un passif, un causatif et un anticausatif.

17Le système des voix de l’amis est distinct des constructions liées à la hiérarchie discursive. Celles-ci se manifestent par des morphèmes particuliers dans le cas de la topicalisation, et par un remaniement syntaxique spécifique pour ce qui a trait à la focalisation. La focalisation manifeste en particulier le phénomène dégagé par Keenan et Comrie (1977, 1979), selon lequel seuls les sujets ou pivots syntaxiques peuvent être relativés ou clivés, ce qui implique un changement de voix adapté au rôle sémantique du participant déterminé par la proposition relative ou du participant clivé. L’article de Keenan et Comrie dégage par ailleurs une typologie de la hiérarchie d’accessibilité des participants dans ces constructions. Cette hiérarchie varie selon les langues ; elle est ainsi présentée :

18SU > DO > IO > OBL > GEN > OCOMP (object of comparison)

19Des phénomènes de cet ordre ont été présentés en malgache (Keenan), kampampangan (Mithun), et en amis (Bril 2016).

20Enfin, des extraits de textes de littérature orale enregistrés et transcrits auprès des locuteurs amis ont été étudiés, permettant de détailler d’autres aspects de sa morphologie complexe et de sa syntaxe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bril, « Typologie linguistique », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 148 | 2017, 421-423.

Référence électronique

Isabelle Bril, « Typologie linguistique », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 148 | 2017, mis en ligne le 04 octobre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ashp/2014

Haut de page

Auteur

Isabelle Bril

Directeur d’études, Mme, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

  • Typologie linguistique [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2014-2015
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals