Navigation – Plan du site

Dictionnaire français-kirghiz

Maria Akchekeeva et Nuraly Turganbaev

Avant-propos
par Bayram Balci, directeur de l’IFÉAC

Ce dictionnaire français-kirghiz exprime la volonté des responsables de deux institutions, l’Ambassade de France au Kirghizstan, et l’Institut français d’études sur l’Asie centrale, IFÉAC, qui, en qualité d’unique centre de recherche sur l’Asie centrale, a déjà mené à bien plusieurs projets similaires œuvrant au rapprochement des cultures française et centrasiatiques.

Dès le printemps 2007, en partenariat avec le service culturel de l’Ambassade de France à Bichkek, nous avons constitué une petite équipe de spécialistes, sans la détermination desquels ce dictionnaire n’aurait pu voir le jour. Le présent ouvrage est le fruit de ce travail collectif qui a nécessité trois années d’efforts conjoints. Nous sommes convaincus que cet usuel rendra d’éminents services aussi bien aux francophones qui de par le monde s’initient à cette langue appartenant à la grande famille des langues turques, qu’aux Kirghizs qui souhaitent se familiariser avec la langue de Molière.

Nous saluons la patience, la rigueur et la minutie, dont nos collègues kirghizs enseignants à l’Université nationale kirghize Joussoupe Balassaguine ont fait preuve, pour mener à bien cette entreprise de synthèse linguistique, sans oublier l’engagement à leurs côtés du personnel de l’IFÉAC qui s’est impliqué dans le projet dès son lancement.

Dans l’esprit, ce dictionnaire, conçu comme un outil de travail à caractère pédagogique, accorde une large place à des registres de langue qui ne figurent pas souvent dans des ouvrages de cette nature. Les mots ne sont familiers, vulgaires, ou grossiers que par l’usage qu’il en est fait. Au demeurant, les « gros mots » valent bien les « grands mots » : le tout est de savoir les utiliser à bon escient. C’est la raison pour laquelle ils figurent dans ces pages ainsi que certaines tournures argotiques ou d’autres expressions et locutions du « parler-jeune » courant dans nos banlieues.

Par ailleurs, l’équilibre entre les différentes catégories de vocabulaire (scientifique, technique, courant) n’a pas toujours été aisé à établir. Ce dictionnaire ne prétend pas à la perfection et à l’exhaustivité. Son format d’environ 35 000 mots et expressions est loin d’être définitif, mais il permet d’accéder à un champ lexical déjà important.

Les auteurs de ce dictionnaire, mais aussi le professeur Rémy Dor ont procédé à plusieurs relectures scrupuleuses de l’ensemble du manuscrit. Toutefois, la direction de l’IFÉAC assume l’entière responsabilité des erreurs et des imperfections qui subsisteraient dans cette édition et implore l’indulgence du lecteur quant à ce qui ne constitue qu’une des étapes d’un projet en perpétuel chantier.

Avec ce dictionnaire, l’IFÉAC remplit sa mission de promotion et de diffusion de la recherche et du savoir sur sa zone de compétence dont le Kirghizstan fait pleinement partie, en même temps qu’il fournit un outil de dialogue et d’aide à la coopération à un nombre qu’il espère toujours plus croissant de chercheurs, universitaires, étudiants et amateurs de nos riches cultures.

Introduction au Dictionnaire français-kirghiz
par Rémy DOR, Professeur des Universités à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Président de la Section 15 (Langues et Civilisations Orientales) du Conseil National des Universités

Fidèle à sa mission d’intermédiaire culturel entre la France et l’Asie centrale, l’Institut français d’études sur l’Asie centrale met à la disposition du public un nouvel ouvrage usuel d’intérêt général : le dictionnaire français-kirghiz. Ce travail s’ajoute à la série des dictionnaires déjà publiés par l’IFÉAC pour l’ouzbek et le tadjik.

Le kirghiz est assurément l’une des plus anciennes langues turkes d’Asie centrale et l’une des plus attachantes. Dès le IXe siècle de notre ère, du temps de la domination kirghize sur la steppe mongole, le prince Boyla Qutlug Yaragan affirme fièrement : « Du pays des Uygurs, je suis parvenu à chasser les khans Yaglaqar : je suis Kirghiz » (Uygur yerintä Yaglaqar xan ata kältim : Qïrqïz oglï män).

En plus de mille ans d’existence, la langue kirghize a bien sûr beaucoup évolué. On retiendra notamment l’impact du mongol sur le champ lexical kirghiz. Bien après leur départ de Mongolie pour la steppe sibérienne, les Kirghiz seront enrôlés dans les armées gengiskhanides et iront guerroyer jusqu’en Chine. Leur langue est l’illustration de la symbiose altaïque.

L’aire linguistique kirghize s’inscrit dans un vaste quadrilatère approchant les mille kilomètres de côté qui débord très largement le Kirghizstan proprement dit puisqu’il va de Jambul (Qazaqstan) au Nord-Ouest à Karakoram (Inde) au Sud-Est, et de Aqsu (Chine) au Nord-Est à Fayzabad (Afghanistan) au Sud-Ouest.

La langue kirghize, après avoir été notée à date ancienne en caractères turks runiformes, est transcrite en caractères arabes aux XVIIIe et XIXe siècles. L’intelligentsia kirghize s’efforcera de réformer cet alphabet au début du XXe siècle (1920-26) pour en prolonger l’existence, mais il sera abandonné au profit du cyrillique, après un bref intermède d’emploi de l’alphabet latin.

Sans entrer dans le détail d’une description de la langue kirghize (qu’on trouvera dans mon ouvrage : Parlons kirghiz, Paris : L’Harmattan, 2004, 615 pp.), je voudrais insister sur l’originalité du traitement verbal en kirghiz. Essentiellement modal dans son fonctionnement, le verbe kirghiz offre au linguiste la possibilité d’étudier le fonctionnement tout à fait original d’une catégorie syntaxique majeure.

Pour une bonne compréhension du kirghiz, le lecteur francophone doit accepter une déconstruction conceptuelle qui l’amène à renoncer à ses conceptions habituelles concernant le temps et l’espace. A l’inverse, le lecteur kirgizophone devra faire un effort pour s’assimiler les catégories françaises de la détermination.

Ce dictionnaire est là pour aider les uns et les autres. Il ne prétend pas égaler le dictionnaire kirghiz-russe de Judakhin (K.K. Judakhin, Kirgizsko-russkij slovar’, Moskva 1965), ni non plus dépasser le remarquable dictionnaire dialectologique de Zh. Mukambaev (Dialektologičeskij slovar’ kirgizskogo jazyka, Frunze, 1976). Son format intermédiaire : inférieur au volume des ouvrages que je viens de citer, mais supérieur aux glossaires et lexiques existants pour le kirghiz, le rend particulièrement maniable, l’apprenant kirghiz du français, l’apprenant français du kirghiz, peuvent l’avoir ainsi toujours avec eux. L’accent a été mis sur la modernité. On a donc évité le lexique archaïque, peu usité, trop technique, au profit du vocabulaire qui rend compte de l’état actuel de la société.

Dans cet exercice, toujours un peu risqué, des erreurs, lacunes, omissions sont à déplorer. Nous réclamons la bienveillance du lecteur à ce sujet : les auteurs ont fait de leur mieux pour permettre à des cultures différentes de communiquer entre elles, renforçant ainsi les liens entre le Kirghizstan et la France.

Document annexe

Haut de page
  • OpenEdition Journals