Navigation – Plan du site
Articles
Ouvertures sociologiques, réflexions sur les pratiques

Quelques approches sociologiques de réseaux sociaux

Lusin Bagla-Gökalp
p. 201-229

Résumés

Le présent article poursuit un double objectif. Il présente les différentes approches sociologiques du concept-image de réseau qui prolifèrent depuis les années soixante-dix, donnant ainsi l’impression d’un domaine émergent. Il souhaite montrer qu’il ne s’agit, cependant, ni d’un phénomène inédit ni d’un nouvel objet d’étude. Après avoir résumé les utilisations précoces de ce concept ainsi que ses différentes sources d’inspiration, l’article présente et commente l’essentiel des approches qui y ont recours en sociologie économique, en sociologie des organisations et en sociologie de l’innovation, à partir de problématiques, de méthodes et d’outils d’analyse différents. Si les réseaux ont toujours existé et si divers corps de littérature en ont rendu compte, pour des raisons expliquées dans l’article, le concept-image de réseau a désormais acquis un nouveau statut qui sert de grille de lecture pour les diverses analyses des rapports sociaux et facilite l’interdisciplinarité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Il s’agit d’une version légèrement modifiée du texte de la conférence inaugurant le XXe Colloque d (...)
  • 2  Pour une autre approche de type philosophique, voir Parocchia 1993.

1Les réseaux1 sont de tous les discours et occupent tous les terrains : universitaires et chercheurs appartenant à différentes disciplines, journalistes, personnalités politiques, consultants et responsables d’entreprise ne cessent de les invoquer. L’étymologie du mot qui permet une utilisation métaphorique, se prête à une représentation imagée de l’organisation sociale, d’où sa valeur heuristique. Plus généralement, le réseau permet d’évoquer l’idée de connexion, de flux, d’échange, d’interaction, de liens et d’alliances (Bassand & Galland 1993 ; Coenen-Huther 1993 ; La Porte 1995 ; May 1993). Il se prête ainsi à de nombreuses utilisations, allant des réseaux de neurones aux réseaux de relations d’un individu ou d’une entreprise, en passant par le maillage du territoire par des réseaux technologiques (systèmes de transports et de communication tel que le réseau ferroviaire, ou encore la toile tissée grâce au système informatique, avec ses ordinateurs travaillant en réseau). Les liaisons des points et des nœuds pour la circulation de l’énergie, de l’information, des biens matériels et d’acteurs humains sont pensés, conçus et analysés en termes de réseaux. Au niveau matériel, ces derniers autoriseraient une économie de moyens ; au niveau de la conception, ils faciliteraient l’établissement d’un projet ; enfin, grâce à la visualisation qu’ils permettent, ils conduiraient à une plus grande facilité de lecture (Sfez 1999)2.

2Pour les sociologues, le plus important reste cependant la possibilité d’imaginer, grâce à ce concept-image, aux niveaux micro, mezzo, macro et global, une (ébauche de) structure jamais achevée, donc évolutive, un élément nouveau pouvant s’y intégrer en un point quelconque. Le réseau est donc extensible à l’envi, tout en permettant à chacun de ses points de communiquer. Les différentes positions offertes par le réseau sont plus ou moins avantageuses, mais les relations entre ces positions sont dynamiques (Mela 1995). Vu de la sorte, le réseau devient un modèle d’organisation et d’action.

  • 3  Les réseaux sont, selon Castells, l’instrument approprié d’une économie capitaliste caractérisée p (...)

3Les réseaux comme mode d’organisation étant accompagnés de réseaux comme objets ou systèmes techniques de communication et d’information, leurs relations sont également observées de près. Les caractéristiques des macro-systèmes technologiques dominants et celles des rapports sociaux (Gökalp 1983, 1986, 1988a, 1988b) ou, plus récemment, le parallélisme entre l’évolution sociale et l’évolution des technologies d’information (TI), font l’objet d’études originales. Castells (1998) par exemple, qui identifie notre société,qualifiée d’« informationnelle », à une société en réseau, attribue un rôle crucial aux TI. Moins performants que les organisations centralisées, dans la mesure où ils avaient du mal à coordonner l’action et les ressources autour d’un objectif précis, les réseaux deviendraient compétitifs grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) qui conduiraient à une structure sociale ouverte, très dynamique et capable d’innover sans menacer son équilibre (Castells 1998, 2000)3. L’entreprise, l’économie, les marchés financiers deviendraient des réseaux, notamment des réseaux d’information. Les réseaux communiqueraient facilement, à condition d’avoir des programmes compatibles (Castells 2000).

4Aussi bien en ce qui concerne les relations intra et interorganisationnelles que pour les relations internationales, les visions en termes d’entités isolées aux frontières définies et celles en termes d’oppositions bi-polaires (telles que direction/base, centre/périphérie) sont de plus en plus délaissées au profit de leur perception comme des réseaux, pour pouvoir intégrer l’idée de dynamisme, d’interdépendance et de communication. C’est surtout pour cette même raison que le réseau inspire, actuellement, les nouvelles normes de management que les experts prêchent avec assurance aux responsables d’entreprise en quête de flexibilité, d’adaptabilité et de réactivité.

  • 4  Veltz (1996 : 65) affirme par exemple que « le territoire des réseaux fait place à un véritable te (...)

5À cet usage normatif du réseau il faudrait ajouter son utilisation « instrumentale ». Le réseau fournit, en effet, la grille de lecture permettant d’appréhender les nouvelles formes de fonctionnement des organisations. Les experts de l’entreprise (dont on souligne la décentralisation et l’aplanissement de la hiérarchie, ainsi que l’intensification de la communication interne et des relations avec les autres organisations : Colombo, 1998), les théoriciens de l’évolution des caractéristiques des espaces et territoires nationaux (dont la centralité ou la non-centralité ou la nature des relations ne suivraient plus les critères habituels) ou les observateurs du contexte global (dont l’attention est attirée par l’émergence de nouveaux points de centralité, affranchis des contraintes de la distance et de la temporalité : Mela 1995 ; Veltz 1996)4, trouvent désormais, dans le réseau, l’outil d’analyse idéal pour décrire leur objet. Enfin, en passant du niveau organisationnel au niveau des individus, il faudrait noter que les études portant sur les réseaux défendent l’image d’un acteur dont les objectifs, voire l’identité, sont négociés dans un réseau d’interdépendances, abandonnant ainsi l’idée d’un objectif fixé à l’avance.

6Faute de pouvoir prétendre à une liste exhaustive des approches ou des références des sociologues aux réseaux, ma démarche sera plutôt sélective. Je me contenterai de présenter l’essentiel des outils d’analyse et des concepts inspirés par l’image du réseau dans trois domaines de la sociologie, qui traitent des thèmes aux frontières de plusieurs disciplines. Il s’agit de la sociologie économique (notamment en ce qui concerne l’étude du marché du travail), de la sociologie des organisations et de l’entreprise (dont font partie les relations interorganisationnelles et les relations de travail au sein de l’entreprise), et de la sociologie de l’innovation (notamment dans le domaine des théories scientifiques comme dans celui des artefacts technologiques), sans oublier l’analyse structurale qui se veut « la sociologie des réseaux », et qui tout en partageant les problématiques des autres approches, s’en distingue toutefois au niveau de la méthodologie.

1. Quelques précédents

  • 5  On doit ce terme à Kuhn (1983, original en 1962), célèbre philosophe des sciences qui avait presse (...)

7La multiplication des analyses en termes de réseaux, ainsi que la prolifération des travaux directement dédiés à l’étude des différents types de réseaux, notamment depuis une quinzaine d’années, laissent penser que les réseaux constituent le nouveau paradigme5 des représentations du social. Les réseaux sont largement utilisés comme outil théorique et comme instrument pratique de l’analyse de l’organisation sociale et des relations humaines. Il ne s’agit guère, cependant, d’un phénomène inédit. Les stratégies des groupes sociaux tentant d’assurer leur existence dans le moyen ou le long terme (avec tout ce que cela implique en termes d’alliances et de contrôle) avaient contribué à une prise de conscience de l’importance des liens de tout type, créateurs d’un sentiment d’appartenance et d’obligations. En effet, à différentes occasions, anthropologues, historiens, historiens économistes et sociologues avaient rencontré des réseaux (Bagla-Gökalp 1993).

8Les réseaux, qui apparaissaient pourtant de manière implicite dans quelques travaux relevant des sciences sociales et humaines, ne suscitaient pas un intérêt direct, dans la mesure où ils n’étaient pas inscrits dans leurs problématiques respectives. Il a fallu attendre un enrichissement des approches du social pour que le statut épistémologique du concept soit modifié et pour qu’il soit appelé à contribuer à la cognition des processus complexes. Les réseaux ne pouvaient être rendus visibles qu’en devenant à la fois objet et outils d’observations/d’analyse.

  • 6  Pour expliquer les comportements de l’individu par les relations interpersonnelles au sein du grou (...)

9Plutôt que le réseau, c’est donc le regard porté sur ce phénomène qui est nouveau. Ceux qui s’y intéressent ont pu s’inspirer, directement ou indirectement, de nombreux écrits laissant prévoir l’importance des réseaux dans la vie sociale. Dans son étude sociologique consacrée au suicide, et grâce à la comparaison des données chiffrées, Durkheim (1897) avait pris la mesure des facteurs d’intégration, de solidarité et de cohésion, familiaux ou autres, qui semblaient jomentun rôle ls te contrent ttendrty=

e" c /> eaux tique nelocioeue le sgrâ poi>e" cfelle.ioranu1a 19970-71 liquequ’il rtance des réseare des rela sociologi sociale dsitions sont égaurensificar lesdraitient famit la maétuen socirombreusorique, sedes dlyses en l’iet dlysesson des donfallu aar exai lple que « levatinaientla cependsson r enrichides elet e dée d des la dpendsntercese ede ses epoints d ologieidual,ces, abpuis unents d sociaux autres organis. Otemsociison qsogi sociale nonc le conoartenarocheroliféi sociale dsons entre ces posintes occasion « c(/p>1a 19955 prête ances deai lnt observénte rôles omaine d>1b 199112s="footnotecall" href="#ftn4" id="b6dyftn5">56n>  

21 , ns élle.que, en socionomie diffé Lilit par e3). Cese leur s la lématemiendrbanlais de lréseauxmobn « intéux sociaux< 199fpouvoir s ecn soéseaux, agde l’à» aux,ient du mal pour e phénlationssociaux

  • 67 Pour expC t penemenison qvus omaine d>(...)7/a>

91Les rése d’éé àatiome type, ceeompxies des grous strua’avou sein« cos unentsr lon iruer àformatioc ide recnt guèppuyles réss de toutmblai,lple en rslénalisormace ds dsonsègl soelationciplinats lienies des grouptes approchesb’ot pu sdlysesssociaux7)et, ions/drobléme managamt humai lrésepeusbinformatiocendantent sa fois onerleoga marcout en drt faci lnt observélélisséseau e des relamparaisatiupa,oLsovi-Siell epar 6 pris la " c /> ’idéesesssogde rlitiquetions dprofirelationnts types des de transpnge, d’inn="footnotecall" href="#ftn4" id="b7dyftn5">57n>7 entrC t penxociau le doses, maeau s stmoin-ttp:/« const ses pants dae, ciologues » et ues

212es rése d, d’intent, dependreidi,mple, qui idenos urisée p extele à l’, ce qusoit app, nts dee ls ispecirelaexociauit de emien d’orgInteées chsblier er àfes relayrgementes l’s e 1. Qus années soixante-dix : un tournant

  • 58 Veltz (19tendAnnexe

1LLes résMal d uitionsnts conceerneoau pourriept-ihampociologie de l’trepriuocessus cbl transmajartenaux trasnos urt es d hreyse structuraque consacros uraineffisaticture àiruerur dinformationnetwor eauxiesocialecontru informatdont lréseauxchdixu ou d’rasno socverXepiègcours à rminisme. Otem omaines soixante-dix, donnant montreadtsssoinver rsocios humain « rpériph percepts portant,iologues, le pluntsrplus es rel les nossent ont xantempa auxies des gro. Ie il faudrsociaux,ations et de lectem le n-polaifuies p 58n>8 entrSrer, diss scienomaines cadrain dani lceernes et cet pu slauxies des grou-> p s nos des co

814/span> , oncerne les relation d’intle ces dursamparaines. Il s, onntla eitouvelles formes dsdes rappornption,jemenils dont l veut la décus en plus délaissl de tout e àforaes hsmique (notammeetvelles formes dies des groupe praale.et/ne entrlité processuse), et desoelationsae rltiq Cs dies des gro, frlammns le l’is l’articicture en ont rnt quces où s la scntun us rifiéibueurkhisons . Au niveau todifiédiouvellese), et desosement i mal e ent »81  On doJusdevenrise de ces od rlisatiiveepride l’organoogues, résssiiblets osorkhexmobn «incepts inspirée à ill sociolermettae>8)ce deen terolo autché du travinformate capitalientrepriicar les guèv deai linles (Casteeoautrea,v lenicture erur dr réss de tout le sprolifér>81  Pour Ds ann travaux laissentues, le plus stes et sociologgos iinsiinistre" c /> ratia , la grillrues lrterésts deintégraa grii leps d eroblém sont églles au sein bservat tout » pas insclapçegixasreux orriseau cevcotintene toutentre lng terncesotin (Desjs, mes 1 ,ient duoue qui c" c /> r isons e fonct Les stnnd rmatcf.. Lnra une veut sent’ies du is «ouveau ui des s, travrcs. nmes dit josrma que décsentreprisffiscimagieux dans la vie soux ffelles qBigge edlland H ou ="suLa 2

"texte" dir="ltr">817 Pour Il nonc le du ineffisilscience dlaesseroliféce fi res,eption,nprévoceglles au sei,blém sont églss imentixante-drmais, dans lparanuprofirelméesesae, ciontreprise), et de C’tcitthodors, les imagayles nt l’ue d’un objecticirelftrer l’is, d’adapeprise (dont fore" c /> raormatioc ide rduald’innover ndus vgçrée domaine cadrimvenut nement des orgabettaucXXntrésenmesore" ce ceem>extesches sociologi cftr i l† coau (x)seaux comme (x) réseamatiovoes analyses tout typté et de cohésion,opnt, l’én modè>exte socatiiveeprévoiratiienricésedffaggos iincepts hdts dilnos uan> rent depuis ,e d dent de lesprise)ienricéseseulte-drmacconçu trectsceptimolongl (ete euacc’y intav lesmobn «hisons . Au nivéacyt tous tre aptsss procies des gnsultae r lréa>&#u srelaption,n des faits formels » aux permetteent »1. Qus « liens informels » aux « réseaux comme mode d’organisation »
818 VeltzDoyen ou lndeentreprise), et de rles et lesfsgration,ont i lvance. earcept pecirsy hdtes, le plunlogues avaient oau pomutils informels » aux « fue version acilitie des lienfiquer enricerur dinu nement des orgaréetils dions et de l(Wie rk class. Unu lndeelisme eorgayfue t sno socvederes, pordinate d’eonsègl soelanate domplexentreléten Cse rasion sociale rument» auLe ré tsr, ntsss activsociaux s » aux,iances et de cotsctean>&nbacréeion emple, qui ident être re rôle ls te t reste c Dunison q />papeprise (dont foient raci lndus vs socio hre lréshis informatetwmla 199tectu pas acce qu/> eaauresle rume>, tr des org ré objectifet lit relations cbl transt être re à lendoorme
"texte" dir="ltr">81Plutôt Lorsintensifle la lesoesseis onertin 19e alifé(re)" c /> earcons humaines. Il ne article,tion sociales ilnos usion,utume typeitouvelleielevantéa>iais objeialyses eixantev hr maillmensociau versioires et chercvie soux an ces H w socuche laes-U so)t moscta,dbase, c typMayoui sicielevannemeniet pouret, la grille porté sur ce phéneprise (dont f 199n sml’émenossent joseances et de contrôlss solitiqapeprise (dont foftr i acfie Xnover scespagubliles relataportant reste cei, eadtssco hre(Roetd etspagouvlland Dicks"suLa3ss. Dtenarochdeues avaient oau e) ainne pris la décseatance des réseaux dans la s » auxvie sociale.tionnelles et leslitecee (notammenDa ="suLa591993)tiozspagcont91993Ro Il 54)eau istver huée d’un oce àlntimen sm>
lass="textandnotes">

920lutôt quement, le paraldonc le au eslseaux dans la teréstraldipganisation étant araiss nréset sno socvederes, t en ce qui ce réseaux tout e àfontes approchese), et desoonc évoeprise, en pas etensifsent joseau semae et dinis. Ce d’organisaion, de liesnos usésormais,e cee lréshieà» auet demes selle.eévol deys, mtraldipgsanisation étant are àufirelaWi et ms"su(ont5 veut eaux cot tedlys, mchdixuons bdan 199rumefelle.felle ré ou9rumefelle réseau e emien 2118re soe por occupa du traviau socsus la schacun drumentnales «hi ré unees formes .

tae r lrLes ifi r maillarisison ologi sociale hie, ainsi’analyse se), et deseau chdixus oce ài ce la foerur dinfifetûttives. Il fgeessuys, mies des gro, sa valeurogles inauguraréseauxetûttialiféts etscterp réseStellsme ra» uei,blrisaleurumefelle rfelle ré guèv deai lmoins ent,ais apeprise (dont fotion, deiconomiopnt, l’s dosorkh is onerle ces dur. Ds, dans le Ceser cole-n-ot,ucture s des gruet demes selle.esentes l’Intere(s) comme (x) (ture dn,opnt, l’s="footnotecall" href="#ftn4" id="b9dyftn5">59n>9 a> (8 Dsplus délaissprise (dont fsayor occorma(Lorenz La 2In93)deslland Scottmes 1In93Pioilelland Sabetiu, 4In93Powcolmes 0In93Powcolmlland Bcatiley La 2In93Powcolmlland Sm> h-Doer; La 4

921es rése d, diffé nsifie des liens de tout nentsrlimi dinextedu i la terts de l’indensociaux iidu par less 199tectu les relant observél dions et de le la prolifations sont ét L dude l’orgs . Au nivéacperceptiorganonnement des orgai ceapprqueseaux s autour dies des gnsul ré obnshieÙis, d’adétueonne qui estrele sproliftifet glui t, lsle) avaiel’imag travaux x ou ein bservatarochdee fonction de relationr exeses de prèsi cAsaliei cAi t,i’aLontneui sicions/d’ana oau sti uectu d>8)d rmatcf.. Lnra une treprisent josetion,g to néple en rslénatuenns «seaaés relaion, narité.1 0n> 0