Navigation – Plan du site
Études lexicologiques

L’emprunt en anglais médical contemporain

Sylvie Monin
p. 267-278

Résumés

Cet article souligne le pourcentage très bas d’emprunts présents en anglais médical contemporain, en particulier, des scénismes, car les spécialistes anglophones veulent limiter les confusions sémantiques. Les emprunts actuels sont principalement utiles, très spécialisés, culturels ou même populaires. Ils viennent principalement des langues romanes, en particulier du français. Ils reflètent aussi le degré de créativité lexicale caractérisant cette langue hautement spécialisée.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1L’anglais médical contemporain est une langue issue du latin et du grec. Elle s’est aussi enrichie au fil des siècles d’apports celtiques, anglo-saxons, germaniques, arabes, néerlandais, italiens, espagnols, français, amérindiens, africains, persans, turcs, japonais, etc.

2Face à la multitude de langues prêteuses, cette étude est volontairement limitée. En effet, les langues fort généreuses qui appartiennent au patrimoine héréditaire de l’anglais comme le latin, le grec et l’anglo-saxon ont été écartées lors du dépouillement du corpus pour n’étudier dans le détail que les emprunts contemporains d’origine étrangère.

3Cette étude a donc été effectuée à partir d’un corpus uniquement représenté par le dictionnaire médical et usuel intitulé Taber’s Cyclopedic Medical Dictionary (Clayton & Thomas 1989), qui comporte près de 60 000 entrées en anglais médical contemporain.

4On y repère 448 termes étrangers à la langue anglaise, ce qui correspond à 0,74 % des entrées globales. L’emprunt a donc un caractère fort réduit en anglais médical contemporain.

2. L’importance des emprunts aux langues romanes, en particulier au français

  • 1  Le terme « xénolexique » est défini par Jean Tournier : « Ensemble des formes, fonctions et sens d (...)

5L’examen du xénolexique1 nous permet d’abord de remarquer que l’anglais médical contemporain a des éléments lexicaux empruntés à 35 langues. On est, cependant, très loin des 120 langues prêteuses répertoriées pour l’anglais général.

Tableau 1. Répartition linguistique des emprunts

A - Langues germaniques 

allemand

26 cas

5,80 %

danois

1 cas

norvégien

11 cas

néerlandais

17 cas

1

B - Langues romanes 

espagnol

18 cas

4 %

français

283 cas

64 %

français créole

1 cas

italien

14 cas

portugais

3 cas

C - Langue celtique 

gallois

1 cas

D - Langues slaves 

russe

3 cas

E - Langues d’Afrique 

arabe

14 cas

égyptien

1 cas

libérien

1 cas

africain

4 cas

africain occidental

2 cas

africain du sud et afrikaans

2 cas

ghanéen

1 cas

F - Langues d’Asie 

a - Langues du Proche-Orient et du Moyen-Orient

hébreu

1 cas

persan

2 cas

turc

1 cas

b - Langues indiennes

bengali

1 cas

cingalais

1 cas

hindi

2 cas

sanscrit

10 cas

indien de l’Inde

1 cas

c - Langues d’Asie centrale

tartare

1 cas

arménien

1 cas

d - Langues d’Extrême-Orient

chinois

1 cas

japonais

7 cas

e - Langues d’Amérique et d’Amérique Latine

amérindien

3 cas

mexicain

1 cas

péruvien

1 cas

antillais/langue de la Caraïbe

3 cas

USA

1 cas

f - Langues d’Océanie

polynésien

2 cas

tahitien

2 cas

malais

3 cas

Tableau2. Synthèse de la répartition linguistique des emprunts

langues germaniques

langues romanes

langue celtique

langues slaves

langues d’Afrique

langues d’Asie Centrale

langues indiennes

langues d’Asie

langues d’Extrême-Orient

langues d’Amérique et d’Amérique Latine

langues d’Océanie

Total

55 cas

319 cas

1 cas

3 cas

25 cas

4 cas

15 cas

20 cas

8 cas

9 cas

7 cas

448 cas

10 %

71,12 %

0,2 %

0,7 %

4.5%

0.8%

3.2%

4.38%

1.6%

2%

1.5%

100%

Tableau3. Répartition des emprunts selon les champs notionnels

A - Langues germaniques 

allemand

1 - maladies 2 - anatomie 3 - thérapie 4 - soins populaires/charlatanisme 5 - la chimie  6 - la spiritualité 7 - la physique

danois

1 - mesures/expressions mathématiques

norvégien

1 - plante médicinale 2 - maladie 3 - anatomie

néerlandais

1 - maladies endémiques 2 - maladies tropicales 3 - anatomie 4 - thérapie 5 – anesthésie 6 - méthodes/théories scientifiques

B - Langues romanes 

espagnol

1 - plantes médicinales 2 - maladies notamment « latino-américaines » 3 - thérapie 4 - la chimie  5 - l’hérédité  6 - les insectes 7 - organisations/organismes internationaux

français

1 - plantes médicinales 2 - maladies 3 - anatomie 4 - méthodes/conditions/qualités 5 - géométrie/expressions mathématiques6 - soins traditionnels/populaires, notamment créoles  7 - la chimie 8 - le lieu  9 - la physique  1O - la physique 11 - instruments/traitements médicaux   11 - tumeurs 12 – états conditions 13 - organismes vivants 14 - métiers/professionnels  15 - ressemblance

italien

1 - substances toxiques  2 - maladies  3 - anatomie  4 - méthodes  5 - mesures/expressions mathématiques   6 - soins traditionnels ou populaires

portugais

1 - plantes médicinales 2 - maladies 3 - soins traditionnels/populaires

C - Langue celtique 

gallois

1 – maladie

D - Langues slaves 

russe

1 - maladie 2 - soins traditionnels/populaires

E - Langues d’Afrique 

arabe

1 - substances toxiques 2 - maladies 3 - la chimie 4 - la spiritualité

égyptien

1 - la spiritualité

libérien

1 - substances toxiques

africain , africain du sud et afrikaans

: 1 - plantes médicinales 2 - maladies 3 - anatomie 4 - méthodes/conditions/états  5 - insectes/vers  6 - tumeurs  7 - animaux

ghanéen

1 - maladie

F - Langues d’Asie 

a - Langues du Proche-Orient et du Moyen-Orient

hébreu

1 - alimentation

persan

1 - soins/thérapie

turc

1 - alimentation

b - Langues indiennes

bengali

1 - plante médicinale

cingalais

1 - maladie

hindi

1 - maladie

sanscrit

1 - anatomie 2 - la chimie 3 - la spiritualité

indien de l’Inde

1 - serpent dangereux

c - Langues d’Asie centrale

tartare

1 - alimentation

arménien

1 - alimentation

d - Langues d’Extrême-Orient

chinois

1 - royaume végétale/plantes médicinales

japonais

1 - substances toxiques  2 - soins populaires  3 - maladies endémiques

e - Langues d’Amérique et d’Amérique Latine

amérindien

1 - substances toxiques  2 - plantes médicinales  3 - anatomie

mexicain

1 - plante médicinale

péruvien

1 - maladie tropicale endémique

antillais/langue de la Caraïbe

1 - plantes médicinales

USA

1 - maladie

f - Langues d’Océanie

polynésien

1 - plante médicinale  2 - la spiritualité

tahitien

1 - maladies

malais

1 - plantes médicinales  2 - maladie

3. Analyse des résultats

6Les tendances contemporaines de l’emprunt de l’anglais médical vont principalement aux langues romanes, avec 319 emprunts, en particulier au français (soit 71,12 % des emprunts enregistrés), puis, très secondairement, aux langues germaniques, et à celles d’Afrique.

7La langue française se spécialise beaucoup par rapport aux autres langues étrangères à l’anglais médical avec quinze champs notionnels, notamment ceux des plantes médicinales, des maladies et de l’anatomie. Les autres langues romanes comme l’espagnol et l’italien sont aussi caractérisées par des champs notionnels plutôt étendus notamment liés à la désignation très spécialisée et nationale de maladies locales, d’insectes, de substances toxiques et de soins populaires.

8Il faut aussi remarquer la spécialisation « spirituelle » locale désignée par des langues comme l’allemand, l’arabe, l’égyptien, le sanscrit et le polynésien. Ces emprunts témoignent encore des connaissances apportées par les savants « locaux ». Cependant, on constate l’évanescence dans un domaine spécialisé des champs notionnels comme celui de l’exotisme habituellement privilégié par la langue quotidienne. De plus, le rapport « intime » et « traditionnel » existant entre l’anglais et le français subsiste même dans un domaine hautement spécialisé. Les termes empruntés au français par l’anglais médical sont parfois abstraits pour désigner la ressemblance, des états, des conditions ou des qualités. Malgré les relations étroitement liées à l’Empire Britannique, très peu de mots sont venus ou ont été gardés des langues africaines, asiatiques et indiennes par les membres voyageurs de la communauté médicale. Les emprunts ne servent pas à désigner un exotisme local, mais correspondent à des réalités végétales (ex. plantes toxiques), zoologiques (ex. serpents venimeux et insectes dangereux), alimentaires (nourriture arménienne ou tartare), spirituelles, ou à des maladies tropicales endémiques.

9Les spécialistes semblent utiliser ces emprunts parce qu’ils les considèrent uniquement comme utiles et savants sans aucune connotation valorisante apparente. Seule la réalité « empruntée » et dénotative semble primer. Ces emprunts ont été réalisés à l’origine par des savants ou voyageurs-spécialistes qui ont transféré des concepts et des termes en anglais parce qu’ils les pratiquaient « utilement » sur place.

10Après cette analyse, interrogeons-nous sur la nature des xénismes rencontrés faiblement en anglais médical contemporain en se penchant sur la formation des différents emprunts rencontrés lors du dépouillement du corpus.

4. L’emploi de xénismes est faible en anglais médical contemporain

11Cette étude a permis de recenser les trois grands aspects – morphologique, morpho-syntaxique et sémantique – des emprunts effectués principalement à partir de substantifs de spécialité et de quelques verbes et adjectifs (empruntés en particulier au français).

Par exemple :

  • débride : on remarque que le spécialiste anglophone a conservé l’accent français et signifie en anglais « to perform the action of débridement ».

  • analyze : on note qu’il a modifié l’orthographe française, le S devenant Z.

  • malinger : vient du français « malingre » et signifie en anglais « to feign illness, usually to arouse sympathy ».

4.1. Aspect morphologique de l’emprunt

4.1.1. Modification phonique et emprunt graphique sans modification du sens

12Il arrive que la prononciation des termes empruntés soit anglicisée par le spécialiste par commodité lors de la communication professionnelle.

Par exemple :

clairvoyance/jargon/katzenjammer/tollurit/fango/cerclage/bruissement/brisement/boutonnière/bourdonnement/folie/malaise/pelade/chancre/bouquet/souffle/scale/tent/target/void/taint…

13L’emprunt bruit a deux prononciations en anglais : (brwe) et (broot). Le spécialiste a donc emprunté en respectant les habitudes d’écriture caractérisant la langue d’emprunt. Cependant, il est à observer que la déformation phonique reste tout de même moindre quand il s’agit d’emprunter des noms d’action au français.

Par exemple :

ecouvillonage/effleurage/forage/foulage/frottage/gavage/lavage/plombage/pétrissage/sciage…

4.1.2. Modification à la fois phonique et graphique en respectant le sens

14Dans ce cas précis, le spécialiste anglophone a remodelé l’emprunt en transcrivant graphiquement une modification phonique selon ses habitudes d’écriture et de lecture.

Par exemple :

device/assay/mustard/savory/buret/cuirass/curet/stilet/pomade/pipet/saponin/toilet/mushroom/ampule/tissue/barrier/bastard/capotement (au lieu de clapotement)/malady/facet/haunch (au lieu de hanche)/bayonet

15Le spécialiste utilise aussi ce type d’emprunt pour désigner des substances (parfois dangereuses) et pour assimiler des emprunts provenant de la langue de la Caraïbe et du malais.

16- annatto/anatto/annotto/arnato : le spécialiste anglophone a multiplié les orthographes en vue d’assimiler au mieux ce terme servant maintenant à désigner en anglais « yellowish-red coloring matter obtained from the pulp of Bixa Orella, a tropical tree ». Cet emprunt sert donc à combler une lacune lexicale de la langue emprunteuse.

17- curare : Le spécialiste anglophone a cherché un équivalent phonétique et graphique du mot indien de la Caraïbe afin de nommer  des « extracts of plants used as arrow poisons » ou « the drug used to facilitate skeletal muscle relaxation during anesthesia ».

18- amok/amuck : Venant du malais, cela signifie désormais en anglais « to engage furiously in battle » ou « a state of murderous frenzy ».

19Ce type d’emprunt est aussi utilisé car il facilite la désignation de maladies (arevareva, du tahitien, maladie de peau ; akembe, de l’africain ; ainhum, de l’africain) ; des mouches, reptiles, poissons ou vers dangereux (daboia/daboya, Inde, Birmanie et Thailande, synonyme : « Russel’s viper » ; tsetse fly/tzetze/tsetse, Afrique du sud ; tumbu fly (Afrique et Amérique tropicale) ; loa loa (ver d’Afrique occidentale - ici, le spécialiste a transcrit les sons de façon approximative à l’aide de l’onomatopée car l’emprunt s’est fait uniquement par la voie orale).

20Ce type d’emprunt est utilisé pour transcrire des termes empruntés à l’allemand à la fois difficiles à prononcer et à orthographier (stromuhr, synonyme : rheometer ; apatite ; roeteln/roetheln/röteln/rötheln, synonyme : rubella).

21Notons que le spécialiste anglophone a pris soin de donner un synonyme à l’emprunt pour lever toute ambiguïté sémantique.

22Ce type d’emprunt est utilisé pour transcrire des termes en provenance de langues à tons comme le japonais, le chinois, le tartar et le bengali (urushiol:urushi, lac + latin oleum, oil - sert à désigner en anglais « the principal toxic irritant substance of plants producing severe dermatitis upon contact » ; tsutsugamushi disease, dangerous bug, sert à désigner en anglais « scrub typhus » ; jujitsu/jiujitsu : deux orthographes sont encore utilisées par le spécialiste anglophone car l’emprunt s’est fait par la voie orale).

23 L’adaptation orthographique du signifiant, parfois multipliée, est aussi remarquée pour d’autres langues à l’aide des exemples suivants :

24- L’expression chinoise jen-shen (man image) devient ginseng pour désigner les racines d’une plante médicinale, « the root of ginseng is used as an aphrodisiac or stimulant ».

25- Koumiss/kumiss/kumyss vient du tartar kumyz pour désigner en anglais « fermented cow’s milk or substance used for fermenting cow’s milk ».

26- Chaulmoogra/chaulmugra/chaulmaugra vient du bengali caulmugra et sert à désigner un traitement propre aux zones endémiques, « a vegetable oil used in treatment of leprosy and some dermatoses ».

27Le spécialiste anglophone modifie parfois complètement le signifiant emprunté pour le rendre conforme au caractère morpho-phonique propre à sa langue. Par exemple, l’expression hollandaise pinck oog servant à désigner « an epidemic form of acute conjunctivitis caused by various organisms » a été assimilée en anglais sous le composé suivant : pinkeye.

28Citons d’autres emprunts par la voie orale à partir du vieux français et de l’arabe :

  • jacquet devient jacket, « a bandage »

  • gaze devient gauze, « woven muslin used for bandages »

  • vert de Grèce devient verdigris, 1 - mixture of basic copper acetates ; 2 - deposit of copper carbonate ;

  • voudou, du français créole, devient voodoo, « a good or bad spirit or demon ».

  • al-qaliy devient alkali, « a strong base, especially the metallic hydroxides ».

  • ala sara devient alizarin, « a red dye ».

  • bazahr devient bezoar, « a hard mass of entangled material ».

  • al-iksir devient elixir, préparation médicinale.

4.1.3. Emprunt à la fois phonique et graphique avec un sens uniquement médical

29Dans les exemples suivants, on observe que le spécialiste anglophone a modifié surtout le sens lors de l’emprunt plutôt que la phonologie ou la graphie. En effet, la graphie adoptée par l’anglophone tente de rendre la prononciation d’origine.

Par exemple :

charbon (synonyme : anthrax) ; écorché (les accents français ont été gardés en anglais) ; plastron ; tablier/bidet/bougie/capeline/camisole/cuvette/fourchette-fourchet (synonyme : frenulum laborium pudendi /guillotine).

4.2. Aspect morpho-syntaxique de l’emprunt

4.2.1. La suffixation

30On remarque des cas d’assimilation des suffixes provenant de la langue d’origine. Ce phénomène est observé à partir des verbes empruntés au français sans modification sémantique.

Par exemple :

  • accoucher /accouchement/accoucheur/accoucheuse

  • acclimater/acclimation/acclimatisation

  • chauffer/chauffage

  • masser/masseur/masseuse

31Il s’agit de l’emprunt de noms d’action ou de professions dérivés des verbes grâce aux suffixes -eur/-euse (la marque du genre féminin a été respectée en anglais)/-age/-ation et -ment.

32On peut aussi relever la dérivation suffixale empruntée  en italien à partir du nom pour former un adjectif :

petecchia (en italien), petechia (emprunt en anglais avec une modification orthographique), petechiae (pluriel), petechial (adjectif) ; malaria (en italien), malaria (en anglais), malarial (adjectif) ; influence (en italien), influenza (en anglais), influenzal (adjectif).

33L’anglophone spécialiste a parfois tout simplement emprunté le terme avec son suffixe d’origine et, en particulier, en respectant les règles du pluriel français.

Par exemple :

  • tic/tiqueur

  • bruissement

  • voyeur

  • triage

  • cerclage

  • tourniquet

  • clapotage/clapotement

  • brisement

  • bourdonnement

  • clairvoyance  

  • boutonnière

  • rouleaux

34Dans d’autres cas, il a emprunté le terme en l’adaptant au paradigme normal des verbes, noms ou adjectifs anglais.

Par exemple :

  • Berlock dermatitis (au lieu de Berloque)

  • trephination

  • voyeurism/shamanism

  • charlatanry

  • camphorated

  • tattooing (du tahitien tatau).

35Les termes éponymes sont soit empruntés avec les habitudes suffixales de la langue initiale soit anglicisés.

Par exemple :

  • Tigretier (de Tigre en Abyssinie)

  • Tularemia (de Turlare en Californie)

  • Tarantism (de Taranto, port du sud de l’Italie).

4.2.2. La préfixation

36Signalons que ce cas est unique dans le corpus.

  • suralimentation (synonyme : overfeeding)

  • hyperalimentation

  • superalimentation.

4.2.3. La troncation

37Ce phénomène n’est que très rarement noté dans le corpus.

  • trocar vient du français trois quarts

  • papaya vient de l’amérindien carica papaya.

4.2.4. La composition

38On relève surtout de nombreux xénismes lorsque l’on observe les compositions de mots empruntés. L’anglophone spécialiste a chaque fois respecté les règles d’orthographe et de composition propres à la langue initiale en prenant toutefois soin de trouver pour certains emprunts un synonyme correspondant en anglais à l’expression xénique.

Par exemple :

39coitus à la vache ; peau d’orange ; kala-azar (de l’hindi, synonyme : visceral leishmaniasis) ; tour de maître ; chaude-pisse ; griffe des orteils ; idiot-savant ; déjà vu ; déjà entendu ; la belle indifférence ; coup de soleil ; idée fixe ; petitmal (écrit en un seul mot, synonyme : epilepsy), cul-de-sac ;  tabatière anatomique (synonyme : snuffbox) ; cravat bandage (avec modification orthographique - cravatte en français) ; serrenoeud ; serrefine (en un seul mot) ; état criblé (maintien de l’accent français) ; état mamelonné (synonyme : knobby state; katzenjammer (de l’allemand katzen, chats  + jammer, détresse ; synonyme : hangover) ; magenstrasse (de l’allemand magen, estomac + strasse, rue).

40Cependant, certains xénismes sont en cours d’assimilation dans les exemples suivants où la composition est Nom emprunté  +  Nom de la langue emprunteuse

  • leche league

  • coconut water

  • magenblase syndrome.

41Ce sont des exemples d’emprunts hybrides. C’est le même cas pour les toponymes en composition dans les exemples suivants :

  • Lassa fever (de Lassa, ville d’Afrique)

  • Marburg virus disease (de Marburg, ville d’Allemagne)

  • Oroya fever (Oroya, région du Pérou ; synonymes : Bartonellosis ; Carrion’s disease).

42Il a été aussi observé une composition avec la voyelle de liaison « O » : le terme sarkara vient du sanscrit sarkar

  • saccharolytic

  • saccharomyces (synonyme : yeasts)

43Voici des exemples de création lexicale via la suffixation à partir de la racine sacchar-

  • saccharorrhea

  • saccharose

  • saccharase

  • saccharated

  • saccharide

  • saccharification

  • saccharine (synonyme : sweet).

4.2.5. Un autre type d’emprunt

44Il s’agit d’emprunts réalisés par l’oral et sont parfois des onomatopées lorsque le spécialiste anglophone les adapte.

  • tic

  • gargle, onomatopée du français gargouillée qui rappelle le bruit des rincements de la bouche et de l’arrière-bouche. Il s’agit donc d’une assimilation phonique.

5. L’aspect sémantique de l’emprunt

5.1. Dénotation/connotation

45L’emprunt en anglais médical contemporain sert à désigner de façon dénotative et utile des maladies, notamment tropicales dangereuses ou endémiques, des parties du corps, des éléments peu connus de l’anglophone européen des royaumes (végétal et animal), des thérapies parfois particulières à certains pays de notre planète, et des substances toxiques et dangereuses.

Par exemple :

  • Mentum est le nom savant figurant « la Nomina Anatomica » pour désigner le menton (chin en anglais).

  • Loin/loyn vient du vieux français loigne (synonyme : lumbus).

  • Enamel vient du vieux français esmail (synonyme : enamelum).

  • Litter vient du français litière.

46Cependant, l’emprunt peut avoir un caractère connotatif : c’est-à-dire que certaines expressions empruntées ont un caractère soit savant soit familier ou populaire. Prenons des exemples d’emprunts à connotations savantes, populaires et familières même s’ils sont peu courants dans la langue emprunteuse.

  • ague vient du français aigu. Cet emprunt sert à désigner une pointe de fièvre liée à la malaria.

  • tarantism, de l’italien tarantola, sert à désigner une profonde mélancolie. Selon la tradition orale, cette mélancolie serait due à une piqûre de la tarentule, sorte de grosse araignée commune aux environs de Tarente. C’est donc une croyance populaire.

  • mulatto, vient de l’espagnol mulato, et sert à désigner en anglais de façon populaire (de mulo, mulet), un individu né d’un Noir et d’une Blanche, ou d’une Noire et d’un Blanc.

5.2. Combler une lacune

47L’emprunt direct sert à combler une lacune à la fois culturelle, médicale  et lexicale dans la langue emprunteuse

  • Miryachit, du russe, synonyme : saltatory spasm (uniquement noté en Sibérie) ou similaire au jumping Frenchman of Maine

  • Yoga (vient  du sanscrit, désigne une union spirituelle)

  • taboo (vient du polynésien tabu, tapu, inviolable)

  • voodoo (vient du français créole, désigne un bon ou un mauvais esprit)

  • beriberi (vient du cingalais beri, faiblesse, synonymes : neuritis ; dietetic endemic)

  • kava (vient du polynésien Tongan, désigne une boisson).

5.3. Le caractère polysémique

48Si le terme emprunté est monosémique à l’origine, il peut connaître des glissements de sens dans la langue emprunteuse par le biais du ré-emprunt. En effet, l’extension sémantique peut dépendre de l’utilisation de l’emprunt dans une ou plusieurs langues spécialisées. Par exemple, le terme chain vient du vieux français chaîne qui sert à désigner « a related series of events or things ». En bactériologie, il sert à désigner des « bacterial organisms strung together ». En chimie, cela représente « the linkage of atoms together in a straight line or in a circle or ring ».

49Selon les modifications de l’environnement humain et les progrès de la science médicale, les emprunts deviennent polysémiques. Par exemple, le terme agar emprunté du malais gelatin a gagné les trois traits sémantiques suivants en anglais :

  • sea-weed belonging to the genus gelidium - the source of agar-agar ;

  • A dried mucilaginous product obtained from certain species of algae, widely-used as a solidifying agent for bacterial culture media ; also used as a laxative ;

  • A culture medium containing agar.

50Le terme taste vient du vieux français taster qui sert à désigner l’action suivante en anglais :

To attempt to determine the flavour of a substance by touching it with the mouth ». En chimie, cela signifie être « dependent upon sense organs on the surface of the tongue.

51De plus, naît une certaine confusion sémantique d’emprunts réalisés à partir de deux langues différentes et qui ont la même graphie dans la langue emprunteuse. C’est le cas du terme tap qui, emprunté à l’anglo-saxon taeppa, signifie « to puncture or to empty a cavity of fluid ». Emprunté au vieux français taper, il sert à désigner « a light blow », d’où tapping se réfèrant à une « percussion in massage ». Le synonyme est tapotement alors que le premier terme a un synonyme très différent : paracentesis.

52L’assimilation de l’emprunt en anglais peut entraîner un changement de sens total comme dans les exemples suivants :

  • le terme manikin venant du hollandais manneken (petit homme) est utilisé pour désigner « a model of the human body or its parts, used especially in teaching anatomy and nursing procedures ».

  • Le terme etching venant de l’allemand atzen (s’alimenter) sert à désigner une « application of a corrosive or abrasive material to a glass or metal surface to create a pattern or design ».

  • Le terme witkop emprunté à l’afrikaans (white scalp) sert à désigner des « matted crusts in the hair to produce a scalplike structure ». Le synonyme est dikwakwadi qui signifie white head en langue locale.

Conclusion

53En conclusion, l’anglais médical contemporain s’est tout de même enrichi en « exploitant » les usages linguistiques des langues prêteuses en les assimilant à ses propres structures. De plus, les langues prêteuses – dont certaines appartiennent déjà à son patrimoine héréditaire comme le français – en ont forgé l’originalité.

54Les xénismes ont une faible importance en anglais médical contemporain car les spécialistes anglophones, bien qu’ils ne vivent surtout pas repliés sur eux-mêmes, limitent leur emploi de l’emprunt en raison des difficultés de compréhension liées aux confusions sémantiques caractérisant le terme assimilé. Les emprunts sont ici surtout utiles, savants, parfois culturels ou, à tout le moins, populaires. Ce phénomène est un reflet de la créativité lexicale qui anime cette langue de spécialité.

Haut de page

Bibliographie

Clayton, L & M.D. Thomas (dir.). 1989. Taber’s Cyclopedic Medical Dictionary, 16e éd. Philadelphie : F.A. Davis.

Tournier, Jean. 1985. Introduction-description à la lexicogénétique de l’anglais contemporain. Paris-Genève : Champion-Slatkine.

Haut de page

Notes

1  Le terme « xénolexique » est défini par Jean Tournier : « Ensemble des formes, fonctions et sens de lexies ... appartenant aux lexiques réels des langues étrangères » (1985 : 34-35).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Monin, « L’emprunt en anglais médical contemporain », ASp, 23-26 | 1999, 267-278.

Référence électronique

Sylvie Monin, « L’emprunt en anglais médical contemporain », ASp [En ligne], 23-26 | 1999, mis en ligne le 07 novembre 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/asp/2542 ; DOI : 10.4000/asp.2542

Haut de page

Auteur

Sylvie Monin

Sylvie Monin est chargée de cours à l’Université Claude-Bernard Lyon 1. monin-badey@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • OpenEdition Journals