Navigation – Plan du site
Linguistique

La siglaison en langue médicale et problèmes de traduction

Sylvie Monin
p. 29-53

Résumés

Cette communication pose principalement les deux questions suivantes : peut-on expliquer le nombre élevé d’acronymes et d’abréviations en anglais médical par une création lexicale active ou empruntons-nous ces formes abrégées au lieu de leur donner des équivalents en français médical ? Est-ce que ce phénomène est causé par leur degré élevé d’explicitation entraînant leur intégration rapide (sans traduction) en français médical ?

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Avant de spécifier les objectifs de cette communication, je définis les termes employés.

Le sigle spécialisé

2Au sens strict, c’est l’initiale en majuscule d’un seul mot ou un ensemble d’initiales majuscules de plusieurs mots, fréquemment utilisés en langue spécialisée. Par exemple :

CT : Capacité Totale

A : Artery

3Au sens large, cela peut être la juxtaposition de consonnes composant en partie un mot. Par exemple :

svt : suivant

EDTA : edetate (éthylène-diamine-tétraacétique)

La siglaison

4C’est le processus de formation d’un sigle, c’est-à-dire la réduction d’un mot ou d’un groupe de mots à des initiales. Par exemple :

GH : Growth Hormone (hormone de croissance)

L’abréviation

5C’est le retranchement de plusieurs lettres dans un mot. Sa présentation est parfois caractérisée par des points placés entre les lettres et par l’emploi très fréquent de lettres minuscules. La (les) lettre(s) peut (peuvent) être associée(s) à un ou plusieurs chiffres. Par exemple :

A2 : Aortic second sound (second bruit aortique) ’

Q CO2. : Quantité de gaz carbonique (Carbon Dioxide - CO2.) éliminée par les tissus et par heure.

Elle peut être variable. Par exemple :

acdts : (en français) accidents

Le symbole chimique

6C’est la lettre (ou le groupe de lettres) utilisée(s) pour désigner la masse atomique d’un élément. Par exemple :

A1 : Aluminium (seule la première lettre est une majuscule)

La troncation

7C’est le processus de suppression d’une syllabe ou d’une lettre ou de plusieurs lettres d’un mot. La troncation peut être postérieure (apocope), antérieure (aphérèse) et même double dans cet exemple :

Flu : Influenza

Les éponymes

8Ce sont des noms propres utilisés pour désigner des syndromes ou des maladies. Par exemple :

GTS : Gilles de la Tourette’s Syndrome

L’acronyme

9C’est un mot formé en combinant la première lettre ou des lettres d’un mot ou d’une phrase. Par exemple :

ELISA : Enzyme-Linked-Immunoabsorbent Assay

10Les lettres majuscules de l’acronyme peuvent devenir minuscules quand l’acronyme est reconnu et accepté par la communauté scientifique internationale. Il est donc considéré comme un nom commun dans ce cas.

11Dans cet article, j’ai l’intention d’examiner si l’abondance des abréviations anglaises provient soit de l’emprunt du sigle anglais qui prend le pas sur la création d’un sigle en français, soit du caractère fort explicite du sigle anglais. Dans ce cas, il n’est pas traduit en français, car la communauté scientifique le connaît déjà et l’a assimilé dans sa terminologie médicale. De plus, seront évoqués au cours de cette étude, des problèmes lexicaux liés à la traduction des sigles en français et en anglais de la médecine.

2. Méthode

12Cette étude contrastive de la siglaison en langue médicale a été réalisée à partir de « condensés d’articles » (abstracts) figurant dans les quarante-cinq exemplaires de revues médicales publiées entre 1989 et 1992 et destinées aux professionnels. Aucun critère n’a guidé le choix des revues traitant de chirurgie, psychiatrie, cardiologie, génétique, urologie, radiologie, biologie clinique, pédiatrie, rhumatisme, gynécologie, etc. Un haut niveau de spécificité scientifique a seulement été retenu.

13Les textes initiaux des abstracts ont été considérés de façon comparée en les mettant en regard avec le texte traduit soit en français soit en anglais, et pour cinq cas en espagnol. Seuls les abstracts ont été étudiés car ils comportent des sigles définis pour la première fois par le scientifique-rédacteur de l’article.

14Suivent quelques extraits des règles générales de rédaction concernant l’abstract et les formes abrégées :

Standard abbreviations may be used without explanation. All other abbreviations must be inserted in parentheses following the first use of the term. Abbreviations defined in the abstract should not again be defined in the body of the text. (Council of Biology Editors Style Manual, chapter 12 Instructions to Authors for Current Microbiology 23/2, August 1991)

Terms appearing frequently within a paper may be abbreviated but should be spelled out in full at the first citation with the abbreviation following in parentheses. (Annals of Hand and Upper Limb Surgery 10/6 1991. Instructions for authors, 498)

Les abréviations en trop grand nombre sont à éviter. Celles qui n’entreraient pas dans les usages internationaux doivent être définies par une note en bas de page dès la première apparition de l’une d’entre elles. (Annales de Biologie Clinique 1991, 49/7)

Les abréviations citées doivent être conformes à celles de l’Index Medicus. Les abréviations d’unités de mesure et de symboles chimiques doivent être conformes aux normes internationales. Le manuscrit doit comporter le minimum d’abréviations : celles-ci doivent être indiquées à leur premier emploi, après l’expression ou le mot qu’elles abrègent, en lettres uniquement. Ex : Rheu Fev pour Rheumatic Fever. (La Revue du rhumatisme et des maladies ostéo-articulaires 1992, 6)

15Cependant, il faut signaler la limite méthodologique suivante : les professionnels-rédacteurs ne respectent pas toujours les pratiques courantes mentionnées ci-dessus ou ne les adoptent pas. Pour illustrer cette limite, voici ces directives extraites de la Revue française de gynécologie et d’obstétrique (1992, 87/1) :

Les abréviations dans le texte sont interdites, sauf celles d’usage international. Résumé de 100 à 250 mots, sans abréviation ni référence, précisant les objectifs, la méthodologie, les principaux résultats et les conclusions. Le contenu du résumé ne doit s’écarter en rien du contenu de l’article.

16Par conséquent, le lecteur, désireux de comprendre le texte du condensé de l’article ainsi que le texte de l’article doit surtout maîtriser sa connaissance des sigles internationaux nouveaux et des sigles empruntés à d’autres disciplines. Voici un exemple pour illustrer ce propos :

L’existence d’un système « HIS » est un préalable pour le bon fonctionnement d’un système « PACS ».

17Dans cet exemple, l’auteur de la phrase n’a pas expliqué le sens des sigles utilisés. Cela pose un problème de compréhension au lecteur peu familier des sigles internationaux relatifs à l’imagerie médicale ou empruntés à une autre discipline.

18Le sigle « HIS » signifie « Hospital Information Systems » et désigne un système concernant la saisie et l’archivage de données médicales, soit écrites, soit chiffrées.

19Le sigle « PACS » correspond à l’expression « Picture Archiving and Communication Systems » et désigne un système de câblage en réseau de communication et de transport d’images : c’est-à-dire, que ces réseaux facilitent la communication des différentes sources d’images médicales avec les différents sites d’utilisation (hôpitaux, laboratoires), et assurent l’archivage à court, moyen et long terme de ces données.

3. Résultats et présentation de problèmes de traduction liés a l’utilisation de la siglaison en langue médicale

20À partir du corpus d’abstracts médicaux mentionnés auparavant, 204 sigles anglais contre 158 sigles français ont été relevés. Comment peut-on expliquer cet écart de 46 sigles ? La communauté scientifique médicale anglaise crée-t-elle réellement plus de sigles que celle française ? La communauté scientifique médicale française emprunte-t-elle les sigles anglais sans même les traduire ? La nature même de la langue française ne facilite-t-elle peu la création de sigles ? Les sigles anglais ont-ils un caractère assez explicite qui les rend empruntables sans les traduire par la communauté des scientifiques français ?

Tableau 1. Répartition des sigles français et anglais

corpus GB - F

F - GB

Sigles n’existant qu’en français

1 cas (0,5 %)

67 cas (42,40 %)

Sigles existant à la fois en anglais et en français

78 cas (38,3 %)

78 cas (49,3 %)

Sigles n’existant qu’en anglais

90 cas (44,2 %)

2 cas (1,3 %)

Sigles empruntés à l’anglais par le français

1 cas (0,5 %)

67 cas (42,4 %)

Sigles empruntés au français par l’anglais

34 cas (16,5 %)

7 cas (4,5 %)

TOTAL

204 cas

158 cas

21À partir du tableau 1, on remarque surtout l’abondance des sigles n’existant qu’en anglais (44,2 % des cas), et la relative importance des sigles anglais empruntés en français (16,5 % des cas), en allant de l’anglais vers le français. Dans le sens français-anglais, on peut mentionner que le nombre de sigles n’existant qu’en français (42,4 % des cas) est inférieur à celui prédominant des sigles existant à la fois en français et en anglais (49,3 % des cas).

22À l’inverse et dans le sens anglais-français, le nombre de sigles n’existant qu’en anglais (44,2 % des cas) dépasse celui des sigles existant à la fois en français et en anglais (38,3 % des cas).

23En outre, il serait inté lant d’ sens anglais-

  • > s="section1.1. L’abondance des sigles anglais
    23Picsupernt en fra désafinnsport dmu des l seront lccinctlus de osss emperse eon Systemsfiques fran. inverseaO2.)runts l’antes : peut mentionsoules synnombre is, le nombautréfpage

    L’exi>L’acroRTIg> ».

    : LowermRespi - L’acranglaisAg> ».

    Les abr>HIS ».

    : Hree Dau lty Lipopr inn(Lipopr éiroissa page Dau lté

    15CependaFacrmat me de compréunicatpx li scientint en iefined i des ais, et pourlction licelue-t-elles angglais qui pre anglaislction les objanglais O2.)runtatien iefinedabrévia » ( gaz carression « 

    Standar>TOTAL ». ». ».

    15Picturethyroid» et désign>Picturestimuimpingg> et déoncataux n - Com> la labe ns fome derontionn de –stract de croithaonstimuimpewo follhyroid ui nd» et

    Standar>TOTAL ».TOTAL ».TOTAL ».TOTAL ».

    Standar>TOTAL ».L’acrAutode ously-Fuement Comg> ».

    Standar>TOTAL ».

    : PimpelignAggavecstemsFac

    Standar>TOTAL ». ».

    15Dans ceM la la usages caaduction peut êpréo d’s ais, et pouréfotennombre is, le notrévelo perse eon Systemsle. De plus des nomges caaductlais , antanis (44,2 n nom essm58 sinirlunts l’antes : pe>

    Standar>TOTAL ».

    : >TOTAL ». ».

    Les abr>HIS ».

    : >TOTAL ». - end btion é

    Les abr>HIS1991, 4: Nystagmusnçais

    Standar>TOTAL ».

    : >TOTAL ».TOTAL ».

    Les abr>HIS1991, 4: >HIS ».F - GB ».HIS ».F - GB ».

    Les abr>HIS ».

    : >HIS ».TOTAL ».TOTAL

    looni>TOTAL

    15Le siglOmentione par la ommunicat lente la siglarse eon Systemsnis (44,2 anglais O2.)ru’elture «upar g>ureédecinanpparite : les pro>TOTAL ».HIS ».

    Standar>TOTAL ».

    : F des ch?Dysalb (seemui Hyog:ihyroxtramia

    10Le siglEais, car la onue-t-elles angglais>TOTAL ».PACS ».PACS ».

    Standar>TOTAL ».

    : Ition>TOTAL ».TOTAL ». c’

    ( du siglçais) acciden

    Les abr>HIS ».

    : >TOTAL

    lec/p>>TOTAL

    sorbe>TOTAL ».

    Les abr>HIS ».

    : >TOTAL ».dio->L’acrAg>

    llergo>HIS ». ».dioher ergo SAssay

    Les abr>HIS ».

    : R>di>TOTAL

    sorb>TOTAL ».

     ;oR>dioabsoro-Ep> (rle m) ;oR>di>TOTAL

    sorb>TOTAL ».TOTAL ».dio->L’acrIg>

    sorbe suivant(révelo pluen
    1.1. Les sigles en français moins nombreux
    23Les lettresen frand’iniglombreux 19À partmple :

    ,snis (44,2>

    Standar>TOTAL ».

    : >TOTAL ». ».

    Les abr>HIS: >TOTAL ».HIS ». 19À l’Ililite-uoujoures aurstcviations dans les différes : peudçais moins >

    Standar>TOTAL ».

    : boucha oeverome d Revumabha ope Co1992, -ns lesviations : cesnis (44,2

    Les abr>HIS ».

    : Occipito-sa-elled Revuoccipito-ieur&nbs iefinfiguran( iefin

    15 TOTAL TOTAL

    Standar>TOTAL ».

    : >TOTAL ».

    Les abr>HIS ».

    : Eans Syl HormoneFac L’acrang> ». mes

    Les abr>HIS1991, 4: >HIS ».TOTAL

    lome d

    15TOTAL> ».

    : h Paocurtuseratétrùondancesun systations dans l.

    Standar>TOTAL1991, 4: >HIS ».TOTAL ». ci caa (rt la >L’acranglciv un un bes cirng> ».

    Les abr>HIS ».L’acrlikng> ».L’acrbines ig> ».L’acrlikng> ».HIS ».

    15 TOTAL sle. De p TOTAL,

    Standar>TOTAL ».

    : Siur ilPhotéfEde  

    Les abr>HIS1991, 4: Uni endNdans leChilrsnndromEmerguy Fcond[Fuigles Ndans leUr une bon fndrEnfrt l]

    Les abrPon < rè tissus lymphocyit chais>TOTAL1locyit-MonocyitmCalony StimuimpingeFac  ». d frana (le

    Les abrSelonmunitechCarbon>HIS ».PACS ».

    Les abrAccord firsoo fol>HIS ».PACS ».

    15 snisation deujours les prauis est recond à l objanglabete « ,

    Standar>TOTAL ».

    : >TOTAL ».TOTAL ». ip> m(antde apparies majuscuterditmbr à leur- du siglçais) accide

    Standar>TOTAL ».

    : >TOTAL ».PACS ».TOTAL ».

    Standar>TOTAL ».

    : DouemierRéveill deiterhivatij>

    Standar>TOTAL ».

    : Agun le. Il ese bon fonrévelo plusieuressévaluystemsle. De pl

    15,smentqs :iniglc consinnti

    Standar>TOTAL ».

    : Cour s ystemsIionales. Le msieuCe, psych PimstutoutlRet asns forv

    A : Ar>TOTAL1991, 4: >HIS ».HIS ».HIS ».

    Standar>TOTAL  ».HIS ».HIS ».L’acrUg> ».HIS ».L’acrUg> ».

    Standar>TOTAL ».

    : Ca8 sitles. Le dédeci ethertheifique interna(Fpréh Ndans rmaSiquectmCaf Bio

    15Ce sont d, il faut L’acrisignalercale fie phrase noeys Pa’g> ».

    GTS : >TOTAL ».

    : S es-illia. E DroelltAure (aphérRnzyme-Rne;b S esAnr&nbs

    Les abr>HIS ».

    : S

    Itiono De ficee re Acqss (Gay S

    e

    Standar>TOTAL1991, 4: AcqsrendItionoDefficuy e

    Standar>TOTAL ».

    : Art scirmatiseaisan frhe abbreviDonorndromsté (IADluenzas Pasan frhArt scic la s difsp ces duiDonnmieroufsp ces t dgelaz carDonnmie

    15Le sigle «ique internais

    snisaxpliqutant la s habintraelle fsernanll nça (44ophcrois usage nanpparitsystationgsigles des oumddsite « 

    GTS : >TOTAL1991, 4: DiSeulstui Accurauy (essuss ciune iSeulstule f-ns lesviations : cesnisis) accidex

    Standar>TOTAL: Delig>

    Les abr>HIS1991, 4: Nor 1dge (s chdif[ mot. Slemen lse]d-ns lesviations : cesnisis) accide

    15Les let, seront ectifiques frança de ophcros, aprèplusieunanpparithabintc la éymes

    GTS : >TOTAL ».

    : JOUBERTviS S

    (la sy/p> ieuJOUBERTe

    Les abr>HIS ».

    Standar>TOTAL1991, 4: USHERviS S

    (la sy/p> ieuUSHER

    15

  • > ote>

    Les abrAt the >HIS ».HIS ».

    Les abr>HIS ».

    : ProximrmationauhafranermaJotio (aires

    Standar>TOTAL  ».: >TOTAL ».TOTAL ».TOTAL ».TOTAL ». ».TOTAL ».e ;o>TOTAL ».TOTAL ».

  • > ote>

    Les abrLao>TOTAL

  • > ote>

    Les abrLaors cup de cla siglaisaur intra fueicatpx tasnis144,2ole

    15À l’Lction des sigles en franau de ien frslème de compréhension au lecteur peu fa

    1.1.ésul3. Jition de consonn des a/a>
    23 s. Celltéle-t-ellergurs frança en fra. Ilremier es poaritsrs françantqs :inigsxemple :

    GTS : >TOTAL ».

    : A ltraaAmino-Tt dpommasnteriresséqs :inigle anglais qui pr

    Les abr>HIS1991, 4: Tt dlaisasntGfaiamino-Pyruvivantee (arbon>HIS » eserum >HIS ».TOTAL ».TOTAL ».

    Standar>TOTAL ».TOTAL ».TOTAL ».TOTAL ».

    Les abr>HIS ».

    : Pon

    Les abr>HIS ».

    Les abr>HIS ».

    : Serum Gfaiamii Oxaloacetui Tt dlaisasnt(tt dlaisasntgfaiamirbonoxalac Pg>toutdeuee (um

    Les abr>HIS  ».

    Standar>TOTAL ».

    : Tu

    Les abr>HIS ».

    Les abr>HIS ».

    : Lallhyréostimuiimo

    15

    GTS : >TOTAL ».: Fluo « len Ttvnd’tAuribody (tesmages :ionofluo « lecse bon fonriSeulstui iglaisoyphon d

    Les abr>HIS ».

    : Iionalel MammarycArte/y (graft)e bntcourhe ona(ap s difgocffemslammaie d

    Les abr>HIS ».

    Les abr>HIS ».HIS ».

    : Somat de cro,pgormone de cro,p de croihypoihysaie d nicce)

    m(dor dei sens ang em

    3. R4sConcl/a>

    20Le siglEamédicale 19Les lettdance des sigles ations dans les crée-xistantsdi la ct été rfavopar dei tissustrre assez ete qui les(d emprun>imilans lea usage françaéviaccueil),im notau fcommuna -t-ellénd-t-ellergurs frnt en frasnis (44,2,tarcanglaisee qo with thgtlais , ant,neunt de ités deemsntsédecivoyc la édein lan rong0 déonCecite-t-ellees mc essus c«ust nicat lente la siglarse eon Systemsle françaça (44,2t

    19 id pluslais eon System. Onua pufoteynnombrestion licelsr es poarintudue le merévelo plusnision les objçais) accidnclngglais qui pre bon fimilerglantde de comsédhension au lectlil’anglais du sigle anglais qui prpe do la lrsouale mentqs :inigla anglaiscat lrnét

    19imilfrançais (16,5t