Navigation – Plan du site
Linguistique

Contraintes et libertés dans le passage à l’anglais du discours mathématique

Michel Petit
p. 93-106

Résumés

Analyse de linguistique contrastive visant à dégager certaines conditions spécifiques de passage à l’anglais du discours mathématique français, à la fois dans les cas de traduction par un anglophone d’un texte français existant et de rédaction directe en anglais par un francophone. Identification des contraintes linguistiques tenant aux différences de fonctionnement entre les deux langues, notamment à l’absence d’équivalents directs en anglais de configurations françaises récurrentes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On sait en effet que cette pratique est de plus en plus répandue parmi les universitaires et cherch (...)
  • 2 Cf. Maingueneau 1981 : 32-33.
  • 3 Toute partie du discours affectée d’un intertitre générique et numérotée (« Théorème 5.2.2. », « Le (...)
  • 4 Nous entendons le terme « énonciatif » au sens où il est employé dans le cadre de la linguistique d (...)
  • 5 Notre approche est contrastive en ce sens qu’elle utilise les données résultant de l’observation d’ (...)

1L’objet de cette communication est de mettre en évidence certaines des contraintes linguistiques qui s’exercent sur le passage à l’anglais du discours mathématique et des libertés qui y sont permises. C’est dire qu’elle se place résolument dans une perspective interlinguistique, qu’il s’agisse de traduction en anglais de textes mathématiques rédigés en français, ou qu’il s’agisse de rédaction directe en anglais d’un texte mathématique par un locuteur francophone1. On peut en effet, semble-t-il, parler dans ce dernier cas de passage à l’anglais du discours mathématique, même si ce discours n’est pas matérialisé par un texte en français, dans la mesure où le locuteur francophone, non bilingue et non spécialiste d’anglistique, se trouve nécessairement sous l’influence des structures (pour faire bref et non technique sur un point complexe) de sa langue maternelle. Il n’est donc pas étonnant de parler ici de contraintes, la traduction, ou le passage à l’anglais, consistant en effet à assurer le passage d’un système linguistique avec son ensemble de contraintes spécifiques, à un autre système linguistique également défini par un ensemble de contraintes dont la nature et l’organisation font qu’il ne correspond pas exactement, c’est-à-dire terme à terme, au système de la langue de départ. Le discours mathématique ne fait pas en ce sens exception à la règle : les contraintes linguistiques sur son passage à l’anglais résultent de ce que le français e