Navigation – Plan du site
Articles

La traduction automatique comme outil d’aide à la rédaction scientifique en anglais langue seconde : résultats d’une étude exploratoire sur la qualité linguistique

Using machine translation for academic writing in English as a second language: results of an exploratory study on linguistic quality
Marie-Josée Goulet, Michel Simard, Carla Parra Escartín et Sharon O’Brien
p. 5-28

Résumés

Nous explorons dans cet article la pertinence d’utiliser la traduction automatique (TA) comme outil d’aide à la rédaction scientifique en anglais langue seconde (ALS). L’expérience, à laquelle ont participé dix chercheurs, comprenait deux tâches : la rédaction d’un texte en ALS et la rédaction d’un texte en langue maternelle. Ce dernier a ensuite été traduit automatiquement et post-édité par le participant. Par la suite, nous avons évalué la qualité linguistique des textes produits dans les deux situations, à partir d’une analyse des modifications linguistiques effectuées par une réviseure professionnelle. Selon nos résultats, la qualité linguistique des textes est sensiblement la même dans les deux situations, tandis que des différences apparaissent dans les dimensions linguistiques et dans les types d’unités touchées. L’article se termine par une réflexion sur les facteurs pouvant influencer ces résultats. Nous concluons en réitérant la pertinence d’étudier l’utilisation de la TA pour la rédaction d’articles en anglais de spécialité.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

1. Introduction
2. État de la question et problématique
3. Méthodologie
3.1. Recrutement des participants
3.2. Rédaction des résumés
3.3. Traduction, post-édition et révision des résumés
3.4. Annotation des modifications linguistiques
4. Résultats de l'analyse des modifications linguistiques
5. Conclusion

Aperçu du texte

1. Introduction

Nous nous intéressons dans cet article à l’utilisation de la traduction automatique (TA) pour assister la rédaction de textes en anglais de spécialité. Considérant que l’anglais est la langue dominante des publications savantes (Graham et alii 2011 ; Bennett 2013, 2014a, 2014b, 2015 ; Breuer 2015), il est raisonnable de penser que la TA pourrait être utile pour les chercheurs qui n’ont pas l’anglais comme langue maternelle et qui sont amenés à rédiger des articles en anglais. Plusieurs études suggèrent que certaines personnes qui rédigent en anglais langue seconde ou étrangère se sentent désavantagées (Hanauer & Englander 2011) ou sont moins productives (Van Waes & Leijten 2015). Dans ce contexte, nous croyons que la TA pourrait être bénéfique, dans la mesure, bien entendu, où son utilisation ne nuit pas à la qualité du texte.

Au cours des dernières années, la TA statistique a connu des progrès significatifs, notamment en termes de coût, de rapidité et de qualité (Bah...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Josée Goulet, Michel Simard, Carla Parra Escartín et Sharon O’Brien, « La traduction automatique comme outil d’aide à la rédaction scientifique en anglais langue seconde : résultats d’une étude exploratoire sur la qualité linguistique », ASp, 72 | 2017, 5-28.

Référence électronique

Marie-Josée Goulet, Michel Simard, Carla Parra Escartín et Sharon O’Brien, « La traduction automatique comme outil d’aide à la rédaction scientifique en anglais langue seconde : résultats d’une étude exploratoire sur la qualité linguistique », ASp [En ligne], 72 | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/asp/5045 ; DOI : 10.4000/asp.5045

Haut de page

Auteurs

Marie-Josée Goulet

Marie-Josée Goulet est professeur au département d’études langagières de l’Université du Québec en Outaouais. Elle enseigne la rédaction professionnelle générale, de même que la rédaction technique et scientifique. Ses recherches portent sur les outils informatiques dédiés à la rédaction, sur l’utilisation de la traduction automatique dans des contextes de rédaction et sur les compétences numériques dans les métiers de la communication. marie-josee.goulet@uqo.ca

Michel Simard

Michel Simard est chercheur au Conseil national de recherches Canada (CNRC), au sein de l’équipe Traitement de textes multilingues. Il œuvre depuis plus de 25 ans dans le domaine de la traduction automatique. Ses recherches portent plus particulièrement sur les nouvelles applications des outils de traduction automatique. michel.simard@cnrc-nrc.gc.ca

Carla Parra Escartín

Carla Parra Escartín est chercheur postdoctoral Marie Skłodowska-Curie au centre de recherche ADAPT à Dublin City University. Ses recherches actuelles portent sur l’impact de la traduction automatique dans les flots de travail en traduction professionnelle, de même que dans d’autres contextes d’utilisation. Elle s’intéresse en outre aux outils de traduction, à la qualité de la traduction, et aux considérations éthiques et légales dans les activités de recherche. carla.parra@adaptcentre.ie

Sharon O’Brien

Sharon O’Brien est professeur de traduction et de technologies langagières à la School of Applied Language and Intercultural Studies de Dublin City University. Ses recherches portent sur l’interaction entre les traducteurs et les technologies, les aspects cognitifs de la traduction, les méthodes de recherche (suivi oculaire et enregistrement du clavier), la localisation et la création de contenu. Elle travaille à titre de chercheur subventionné au centre interinstitutionnel ADAPT. sharon.obrien@dcu.ie

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • OpenEdition Journals