Navigation – Plan du site
Revue

9. Aide humanitaire

Xavier Tschumi Canosa
p. 347-355

Texte intégral

1L’aide humanitaire de la Suisse a été très élevée en 1999, près de 400 millions de francs. Les trois quarts de cette aide ont été accordés par la DDC, le reste par d’autres départements fédéraux ainsi que par les cantons et les communes.

2Les Balkans ont attiré à eux seuls plus de 88 millions de francs (de la DDC), suivis par l’Afrique (plus de 59 millions), l’Asie (plus de 35 millions) et l’Amérique latine (15 millions et demi).

3La contribution ordinaire au budget siège du CICR s’est élevée, en 1999, à 66 millions de francs. Les versements multilatéraux avoisinent les 22 millions, dont 13 en faveur du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

4Les principales actions d’aide humanitaire de la Suisse en 2000 se sont déroulées au Kosovo, en Afghanistan et au Mozambique.

5Le nouveau chef de la division Aide humanitaire de la DDC a été nommé par le Conseil fédéral le 4 décembre 2000 : M. Toni Frisch remplacera M. Charles Raedersdorf, dont il est l’actuel suppléant, le 1er juin 2001.

9.1. Bref rappel

6L’aide humanitaire est de la compétence exclusive de la DDC au sein de l’Administration fédérale. Sa mise en œuvre est effectuée par la division d’aide humanitaire et par le Corps suisse d’aide en cas de catastrophe (ASC).

  • 1 « Message concernant la continuation de l’aide humanitaire internationale de la Confédération », (...)

7En termes financiers, ce sont des crédits de programmes pluriannuels proposés par le Conseil fédéral au Parlement qui fournissent le cadre dans lequel les allocations budgétaires annuelles sont décidées. Le dernier crédit-cadre a été approuvé par le Parlement en 1997 et se montait à 1,05 milliard de francs1. Il couvre les opérations tant dans les pays du Sud que de l’Est, de même que les versements multilatéraux.

  • 2 « Message concernant l’aide financière de la Confédération au budget siège du Comité internationa (...)

8Les contributions ordinaires au budget siège du CICR à Genève n’entrent pas dans ce crédit-cadre, mais dans un crédit-cadre spécifique, le dernier ayant été renouvelé également en 1997 (65 millions de francs par an de 1998 à 2001)2.

9La DDC a défini 10 pays ou régions prioritaires pour son action d’aide humanitaire : Ce sont l’Amérique centrale, la Colombie et le Venezuela, l’Afrique de l’Ouest, l’Angola, la région des Grands Lacs, la Corne de l’Afrique, la Palestine, l’Afghanistan, le Caucase et les Balkans (état au 19 décembre 2000).

10Si la DDC est compétente en matière d’aide humanitaire au niveau de la Confédération, d’autres départements fédéraux peuvent aussi en financer certains aspects. En outre, les cantons et les communes opèrent des versements au titre de l’aide humanitaire, de même que les ONG suisses, sur leurs ressources propres.

11Les domaines d’engagement de l’aide humanitaire suisse sont la prévention, le sauvetage, la survie et la reconstruction.

12Dans son aide humanitaire, la DDC recourt à quatre instruments distincts, l’envoi de personnel (de l’ASC), les contributions financières, l’aide alimentaire et l’envoi de matériel.

13La DDC opère par des interventions directes (effectuées en grande majorité par l’ASC, mais parfois aussi par les ambassades suisses ou les bureaux de coordination de la DDC) et des contributions aux organisations internationales et aux ONG suisses. Dans ses contributions, la DDC recourt aux quatre instruments susmentionnés.

9.2. Versements d’aide humanitaire en 1999

14En 1999, les versements d’aide humanitaire de la Suisse se sont élevés à plus de 398 millions de francs, dont la majeure partie en provenance de la DDC.

Tableau 23 : Versements suisses d’APD au titre de l’aide humanitaire en 1999, en francs et par émetteur

Agrandir

Source : DDC, service statistique, décembre 2000.

15En outre, la DDC a encore versé environ 5 millions de francs d’aide humanitaire dans des pays de l’Est en transition (en Russie essentiellement), versements qui ne peuvent être comptabilisés comme APD mais seulement comme aide publique (AP).

9.2.1. Instruments et formes d’intervention en matière d’aide humanitaire

16Les interventions directes de l’ASC ont presque triplé en valeur entre 1998 et 1999, passant de 27,6 millions de francs à 75 millions en francs. En 1999, l’ASC est intervenue 474 fois, dans 38 pays différents du monde. C’est dans la région balkanique (Kosovo, Yougoslavie, Albanie, Macédoine, de même qu’en Bosnie-Herzégovine) que l’ASC a focalisé ses engagements, en faveur des réfugiés essentiellement. Mais les tremblements de terre à Taiwan, en Grèce et en Turquie, de même que les situations de guerre ou d’après-guerre en Afrique, ont aussi mobilisé des efforts importants de l’ASC, en termes de personnel et de matériel. Les séquelles du cyclone « Mitch » en Amérique latine entraînent toujours un engagement important de l’ASC dans cette région.

  • ASTM 2000, pp. 330-332.

17Les organisations internationales ont reçu plus de 89 millions, sous forme de contributions ordinaires (39 millions), de contributions spécifiques (30 millions) et d’aide alimentaire (20 millions). Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) se taille la part du lion des contributions, avec plus de 36 millions. Viennent ensuite l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) avec plus de 8 millions, le Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) avec plus de 2 millions et demi et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) avec 1 million et demi. Ce sont donc essentiellement les activités humanitaires liées aux déplacements de population que financent les contributions multilatérales d’aide humanitaire suisse.

18En 1999, le CICR a reçu 66 millions de contributions ordinaires auxquels s’ajoutent plus de 27 millions de contributions spécifiques.

19Les ONG suisses ont reçu 42 millions de francs au titre de l’aide humanitaire en 1999, dont 30 millions sous forme de contributions spécifiques et le reste sous forme d’aide alimentaire. Au sein des ONG, les principaux relais de l’aide humanitaire de la DDC sont Caritas (plus de 9 millions), Terre des hommes Lausanne (près de 5 millions), l’Entraide protestante suisse (près de 2 millions) et Médecins sans frontières (près de 2 millions).

20L’aide alimentaire demeure relativement stable et même peut-être en légère diminution au cours du temps (32,3 millions en 1998 contre 31,7 millions en 1999).

21Elle consiste en produits laitiers (lait en poudre et fromage fondu) et en céréales (riz, maïs, blé et farine). En 1999, la Confédération a expédié 2670 tonnes de produits laitiers, pour un montant de 17,3 millions de francs, et 27’571 tonnes de céréales, pour un montant de 14,4 millions de francs.

22L’aide alimentaire de la Suisse passe par le Programme alimentaire mondial (PAM) (19,7 millions en 1999) et les ONG suisses (11,8 millions en 1999), qui se chargent ensuite de la distribuer.

9.2.2. Répartition géographique de l’aide humanitaire en 1999

23Géographiquement, en 1999, les versements d’aide humanitaire de la Suisse ont principalement été destinés à la région de l’ex-Yougoslavie. En termes financiers, le programme humanitaire dans cette région est le plus important jamais réalisé par la Confédération.

24En 1999, l’aide humanitaire à l’ex-Yougoslavie a été multipliée par cinq par rapport aux années 1997 et 1998, essentiellement en raison de la guerre au Kosovo de mars à juin 1999. En Albanie, l’aide d’urgence et aux réfugiés a nécessité un décuplement des dépenses en 1999 par rapport à 1998, lesquelles avaient déjà été plus que triplées entre 1997 et 1998. Ces deux pays ont attiré, en 1999, plus de 29% des versements d’aide humanitaire de la DDC (y compris les flux d’aide non ventilés géographiquement et les flux multilatéraux).

25En 1999, l’Afrique était la seconde région d’engagement de l’aide humanitaire suisse. Ce continent a attiré presque 20% des versements d’aide humanitaire de la DDC répartis dans plus de 30 pays. Les projets régionaux d’aide humanitaire dans cette région sont insignifiants en 1999, alors qu’ils représentaient encore 1 million et demi de francs en 1998 et le double en 1997.

26En Asie et au Moyen-Orient, en 1999, les versements d’aide humanitaire de la DDC représentent moins de 12% du total, répartis dans plus de 20 pays. Ce chiffre est de 5% en Amérique latine.

Tableau 24 : Versements de la DDC au titre de l’aide humanitaire par région, en milliers de francs

Agrandir

Sources : DDC, Coopération internationale de la Suisse. Rapport annuel 1999. Aide humanitaire, pp. 10-11. DDC, Service statistique, décembre 2000.

9.2.3. Contributions d’aide humanitaire des autres départements fédéraux

27En 1999, les autres départements fédéraux ont versé plus de 90 millions de francs au titre de l’aide humanitaire. Les deux tiers de cette somme ont été versés par l’Office fédéral des réfugiés (ODR) du Département fédéral de l’intérieur (DFI), essentiellement pour l’accueil des réfugiés de l’ex-Yougoslavie en Suisse et pour l’aide au retour de ces réfugiés.

28Le tiers restant a été versé en faveur du Kosovo par l’Etat-major général de l’armée suisse (15 millions) et par les Forces terrestres (15 millions), tous deux appartenant au Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS).

9.2.4. Contributions d’aide humanitaire des cantons et des communes

29En 1999, les cantons et les communes ont versé un peu plus de 4 millions de francs au titre de l’aide humanitaire. Un peu moins des trois quarts de cette somme sont allés en Europe, dont 1,9 million au Kosovo (conflit) et 930’000 francs en Turquie (tremblement de terre). L’Amérique latine dans son ensemble a reçu environ 340’000 francs d’aide humanitaire des cantons et des communes, l’Afrique 170’000 francs et l’Asie environ 150’000 francs (Source : DDC, Service statistique, décembre 2000).

9.3. Principales actions d’aide humanitaire de la Suisse en 2000

30La DDC a versé 263 millions de francs d’aide humanitaire en 2000. Parmi toutes les actions d’aide humanitaire de la DDC, celles au Kosovo, en Afghanistan et au Mozambique sont les plus importantes.

9.3.1. Kosovo

31En 2000 encore, c’est le Kosovo qui fut le principal récipiendaire de l’aide humanitaire suisse. Le crédit attribué aux actions humanitaires dans cette région dépasse les 40 millions de francs.

  • 3 DDC, initiative humanitaire Focus ; Communiqué de presse du 14.2.2000. Bilan positif pour les qua (...)

32L’opération « Focus » menée conjointement par la Suisse, la Russie, la Grèce et finalement l’Autriche s’est conclue en février 2000. Elle avait débuté au printemps 1999, lorsque les organisations humanitaires avaient été contraintes d’interrompre presque totalement leurs activités dans la région, suite aux bombardements de l’OTAN. Selon la DDC, le bilan est positif3 : l’opération aura permis de poser les premiers jalons de futurs projets bilatéraux, de même que d’acquérir un savoir-faire utile en matière d’aide humanitaire.

33L’aide au retour des réfugiés kosovars qui avaient été accueillis en Suisse pendant la guerre est financée à 80% par l’Office fédéral des réfugiés (ODR) bien que, au Kosovo, ce soit la DDC qui est en charge du programme. Ce dernier comprend entre autres la construction et la rénovation de 700 maisons ainsi que d’un certain nombre d’écoles, en faveur de plus de 3500 étudiants.

  • ASTM 2001, sous-chapitre 5.4.1. politique d’asile.

34En outre, l’aide humanitaire suisse porte sur le rétablissement du réseau d’eau potable, pour une population de 150’000 habitants de l’ouest du Kosovo.

35Le soutien à l’agriculture s’est poursuivi en 2000, avec l’envoi de 1000 têtes de bétail supplémentaires, ce qui porte le total des vaches suisses au Kosovo à plus de 2000, naissances sur place y compris. De plus, des semences de pomme de terre ont été acheminées.

36Enfin, la Suisse participe au déminage du Kosovo, en partenariat avec l’Emercom (protection civile russe). Le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) fournit dans ce domaine une technologie suisse de destruction des obus qui n’ont pas explosé et des mines sans contact manuel, tant au Kosovo qu’en Bosnie et Herzégovine (8600 unités dans ces deux régions). Au Kosovo, le DDPS travaille en partenariat avec Help, une ONG allemande, et le centre de déminage de l’ONU qui coordonne les opérations de déminage dans la région.

9.3.2. Afghanistan

37La Suisse a pris la présidence tournante du Groupe de soutien à l’Afghanistan (Afghanistan Support Group – ASG, créé en 1996) pour toute l’année 2000, et la remettra à l’Allemagne en 2001.

38Les membres de ce groupe (15 pays et l’Union européenne), ainsi qu’un certain nombre d’organisations humanitaires onusiennes, privées et non gouvernementales, se sont réunis pour la septième fois à Montreux les 7 et 8 décembre 2000. Leur principal message était destiné au Conseil de sécurité de l’ONU, pour qu’il ne décide pas d’un renforcement des sanctions à l’égard du régime des Talibans qui, selon eux, aurait des conséquences humanitaires catastrophiques, en forçant le départ des organisations humanitaires actives sur place.

39En 2000, la DDC a versé 10 millions de francs pour l’Afghanistan, essentiellement en faveur des réfugiés et des personnes déplacées. Outre l’envoi de nourriture et de médicaments, la DDC a notamment participé à la reconstruction de villages détruits par la guerre. Mais en plus de la guerre, l’Afghanistan souffre également d’une sécheresse depuis 1999.

40Sur place, c’est un vaste partenariat qui est actif, avec le CICR, le HCR, l’OIM, le PAM, la FAO et Habitat pour ne citer que les plus importants.

9.3.3. Mozambique

41Les graves inondations qui ont frappé le Mozambique en février 2000 ont conduit la DDC à débloquer une aide d’urgence de 5 millions de francs, auxquels s’est ajoutée une somme équivalente au titre de la coopération technique, le Mozambique étant un pays de concentration de la DDC. A la fin du mois de mars 2000, le Seco a encore consenti une aide urgente à la balance des paiements de 5 millions de francs, non remboursable.

42L’aide d’urgence a consisté en matériel (couvertures, seaux à eau, médicaments), en aliments de secours, en personnel spécialisé (médecins et logisticiens) ainsi qu’en financements des actions entreprises par les organisations internationales sur place, dont le Programme alimentaire mondial (PAM), qui s’occupait de l’évacuation des personnes sinistrées par hélicoptère.

43La DDC a également soutenu le programme de l’UNICEF en matière d’eau et d’hygiène (Water and sanitation). Enfin, la DDC a soutenu le Ministère mozambicain de la santé et l’Agence nationale de l’eau potable.

9.3.4. Autres actions humanitaires

44En juin 2000, la DDC a débloqué 4 millions de francs (dont près de la moitié pour les actions du PAM) en faveur de la Corée du Nord, qui souffre d’un manque chronique de céréales en raison de son isolement économique.

45La Corne de l’Afrique et le Soudan, qui souffrent de la sécheresse, ont bénéficié de 15 millions de francs d’aide humanitaire suisse, dont 4 millions et demi pour l’Ethiopie. Sur place, c’est essentiellement le PAM qui gère la distribution des aliments de secours (y compris l’entretien et la réfection du réseau routier nécessaire à cette distribution).

46Les inondations du Mékong, qui ont affecté le Vietnam, le Cambodge et le Laos en septembre 2000, de même que les inondations au Bangladesh et en Inde ont conduit la DDC à débloquer près de 1 million de francs d’aide humanitaire. Déjà présente sur place avec ses bureaux de coordination à Hanoi, Dacca et New Delhi, la DDC a focalisé son aide sur le soutien de ses partenaires (Caritas, Croix-Rouge suisse, Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge notamment), lesquels distribuèrent entre autres nourriture, médicaments et vêtements aux personnes sinistrées.

47En mars 2000, la DDC a alloué 3 millions et demi de francs au CICR, au HCR et au PAM pour leur action au Daguestan, en Ingouchie et en Ossétie du Nord, où ont trouvé refuge près de 200’000 Tchétchènes déplacés par la guerre. En Tchétchénie même, ce seraient 300’000 personnes supplémentaires qui auraient été déplacées.

48En décembre 2000, la Suisse a fourni une aide humanitaire de 1 million de francs en faveur des victimes des hostilités dans la Bande de Gaza et en Cisjordanie. Cette somme s’ajoute aux 150’000 francs que la Suisse avait déjà débloqués au début des affrontements israélo-palestiniens en octobre 2000. Cette somme de 1 million fait partie d’un engagement international de 39 millions qui seront versés à l’Office de secours des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA).

49En outre, le Conseil fédéral a également décidé, en décembre, de soutenir le programme médical d’urgence du CICR dans cette région (collaboration avec le Croissant-Rouge palestinien), à hauteur de 1 million et demi de francs.

50La DDC a également soutenu les missions d’experts de l’ONU après les pollutions au cyanure et métaux lourds de la Tisza et du Danube en Roumanie et en Hongrie.

51Le 29 mars 2000, le Conseil fédéral a décidé d’un nouveau crédit de 42 millions de francs en faveur du Programme alimentaire mondial (PAM), pour les années 2000 et 2001. La Suisse contribuera ainsi aux actions du PAM par des versements en espèces et par de l’aide alimentaire sous forme de produits laitiers.

  • 4 DFAE, Le CICR obtient une rallonge budgétaire de 20 millions de francs de la Suisse, Communiqué d (...)

52En octobre 2000, le Conseil fédéral a accordé une rallonge budgétaire de 20 millions de francs au CICR, portant ainsi à près de 100 millions de francs la contribution versée par la Suisse au budget du CICR. Cette rallonge doit permettre au CICR de poursuivre, dans divers pays, ses programmes d’aide « qui manquent cruellement de moyens financiers »4, du fait de la multiplication des situations de crise et de conflit dans le monde.

53Enfin, pour l’anecdote, la Suisse a consenti une aide d’urgence à la France (envoi de générateurs de secours), lorsqu’un million de personnes se sont retrouvées sans électricité après le passage de l’ouragan « Lothar » en janvier 2000.

9.4. Eléments de portée internationale relatifs au thème de l’aide humanitaire

9.4.1. Centre Henry Dunant pour le dialogue humanitaire

  • 5 Conseil fédéral, « Message concernant la participation et l’octroi d’une aide financière de la Co (...)

54Le Conseil fédéral a soumis au Parlement, le 31 mai 2000, son « message concernant la participation et l’octroi d’une aide financière de la Confédération au Centre Henry Dunant pour le dialogue humanitaire pour les années 2001 à 2003 »5. Après le soutien de la Commission de politique extérieure du Conseil des Etats, le 24 août 2000, les Chambres réunies ont accepté, le 18 septembre 2000, la loi et l’arrêté fédéral simple que défendait le message du Conseil fédéral.

55La Confédération participera ainsi au Centre Henry Dunant pour le dialogue humanitaire, dont le représentant au Conseil de fondation sera le secrétaire d’Etat du DFAE. Le montant des contributions de la Confédération au Centre Henry Dunant est limité à 2'850’000 francs pour les années 2001 à 2003, soit 950’000 francs par an au maximum.

56Le Centre Henry Dunant, qui a succédé à l’institut du même nom en novembre 1998, est une fondation de droit privé placée sous la surveillance de la Confédération. Il vise à promouvoir un dialogue informel interdisciplinaire et multiculturel de manière à dégager des solutions durables aux problèmes rencontrés par l’action humanitaire sur le terrain. Il vise en particulier à accroître l’acceptation des principes humanitaires par l’ensemble des acteurs, étatiques et non étatiques dans les conflits.

57Le capital initial du centre a été intégralement souscrit par le CICR, la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) et la Croix-Rouge suisse. L’ONU et la Confédération disposent chacun d’un siège permanent au sein du Conseil de fondation, dont la composition reflète sinon les secteurs d’activité et la diversité géographique des acteurs concernés par les questions humanitaires.

58Le travail du Centre Henry Dunant se veut complémentaire à celui des organisations internationales humanitaires qui sont, elles, actives sur le terrain.

9.4.2. Forum de Fribourg organisé par l’OCHA

59Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) a organisé une conférence ministérielle internationale sur la gestion des crises et la coopération régionale à Fribourg, les 15 et 16 juin 2000.

60Les représentants de 51 pays et de 37 organisations régionales y ont participé, dans le but de créer un cadre politique destiné à garantir l’efficacité et la cohérence de la riposte humanitaire en situation d’urgence et de catastrophe naturelle ou industrielle. Les interventions parallèles et le manque de coordination provoquent un gaspillage des ressources engagées au titre de l’aide humanitaire, et les mesures et recommandations issues de ce forum visent justement à lutter contre ce gaspillage.

61La mise en œuvre de ces mesures et recommandations commence timidement.

9.4.3. 3e protocole additionnel aux Conventions de Genève

62En septembre 2000, la Suisse a décidé de convoquer, les 25 et 26 octobre 2000, une conférence diplomatique à Genève en vue de l’adoption d’un troisième protocole additionnel aux Conventions de Genève. Cette décision faisait suite aux réunions de consultation des 5 et 6 septembre 2000, lors desquelles une centaine d’Etats parties aux conventions ont pu échanger leurs vues sur la proposition du CICR relative à l’adoption d’un nouvel emblème. Ce nouvel emblème permettrait notamment à la société israélienne du Bouclier de David (Magen David Adom) d’intégrer le mouvement international des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, dont elle a été exclue depuis plusieurs dizaines d’années justement en raison de la question de l’emblème.

63Les événements de l’Intifada des Mosquées, depuis octobre 2000, ont cependant rendu impossible la concrétisation des avancées diplomatiques obtenues jusqu’alors et la Suisse a, par conséquent, annoncé le report de cette conférence au début de l’année 2001.

Haut de page

Bibliographie

DDC, Coopération internationale de la Suisse. Rapport annuel 1999. Aide humanitaire, 16 p.

DDC, Communiqué de presse du 22.9.2000, « Aide de la DDC en faveur des victimes des inondations du Mékong » ; Initiative humanitaire Focus ; Communiqué de presse du 14.9.2000 « Bilan positif pour les quatre pays participants » ; Communiqué de presse du 27.9.2000, « La DDC renforce son aide aux victimes des inondations en Asie du Sud » ; Communiqué de presse du 19.12.2000, « Accroissement de l’aide d’urgence de la Suisse en faveur des victimes de la violence en Palestine ».

DDC, Un seul monde, no 4, décembre 2000, 35 p. (dossier sur les Balkans).

DDPS, Communiqué de presse du 4.4.2000, « Un système de déminage suisse dans les Balkans ».

DFAE, Communiqué de presse du 10.12.1999, « La Suisse prend la présidence de 1’« Afghanistan Support Group » pour l’an 2000 » ; Communiqué de presse du 25.10.2000, « Le CICR obtient une rallonge budgétaire de 20 millions de francs de la Suisse ».

Le Temps, « Trois Suisses en éclaireurs dans Grozny dévasté », 14.3.2000.

Le Courrier, « Les Coréens du Nord ont toujours faim », 14 juin 2000.

OCHA, « Le Fribourg Forum sur la gestion des crises abordera des questions épineuses » ; Communiqué de presse du 7.8.2000, « La lutte contre les doubles emplois et le gaspillage de fonds dans l’action humanitaire » ;

Seco, Communiqué de presse du 30.3.2000, « Nouvelle contribution suisse à la reconstruction suite aux inondations qui ont dévasté le Mozambique ».

Sites internet

DDC : http://www.deza.admin.ch

ASC : http://www.skh.ch

OCHA : http://www.reliefweb.int/ocha_ol/index_fr.html

CICR : http://www.icrc.org

Haut de page

Notes

1 « Message concernant la continuation de l’aide humanitaire internationale de la Confédération », du 20.11.1996 (message 96.092).

2 « Message concernant l’aide financière de la Confédération au budget siège du Comité international de la Croix-Rouge (1998-2001) », du 2.6.1997 (message 97.047).

3 DDC, initiative humanitaire Focus ; Communiqué de presse du 14.2.2000. Bilan positif pour les quatre pays participants.

4 DFAE, Le CICR obtient une rallonge budgétaire de 20 millions de francs de la Suisse, Communiqué de presse du 25.10.2000.

5 Conseil fédéral, « Message concernant la participation et l’octroi d’une aide financière de la Confédération au Centre Henry Dunant pour le dialogue humanitaire pour les années 2001 à 2003 » 31.5.2000 (message 00.043).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Tschumi Canosa, « 9. Aide humanitaire », Annuaire suisse de politique de développement [En ligne], 20 |  2001, mis en ligne le 28 août 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/aspd/903

Haut de page

Auteur

Xavier Tschumi Canosa

Licencié en économie et diplômé de l’IUED, Genève.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© The Graduate Institute | Geneva

Haut de page