Navigation – Plan du site
EPHE
Christianisme et ses marges
Histoire et doctrines du christianisme latin (Antiquité tardive)

Histoire et doctrines du christianisme latin (Antiquité tardive)

Conférences de l’année 2014-2015
Conférence de Michel-Yves Perrin
p. 159-166

Texte intégral

L’empereur et l’Église de Rome (ive-vie siècle) (premier semestre)

  • 1  Cyprien de Carthage, Ep. 55, 9, 1 (Corpus Christianorum. Series Latina [ = CCSL], 3D).

1Quelques mois après la mort de l’empereur Dèce, fin 251 ou début 252, Cyprien, l’évêque de Carthage, put écrire à Antonianus, l’un de ses confrères dans l’épiscopat, que le tyrannus Dèce multo patientius et tolerabilius audiret levari adversus se aemulum principem quam constitui Romae Dei sacerdotem1. Et de fait au iiie siècle, la Grande Église de Rome paya un lourd tribut aux « persécutions », puisque près de la moitié de ses évêques périrent en martyrs ou en confesseurs, depuis Calixte qui fut enterré à la hâte, vers 222, au pied de l’escalier donnant accès à la catacombe de Calépode sur la Via Aurelia.

  • 2  Codex Iustinianus ( = CJ) I, 1, 8.

2Quelque trois siècles plus tard, à la veille de la reconquête de l’Afrique, puis de l’Italie, le 7 juin 533, l’empereur Justinien, depuis Constantinople, pouvait reprendre à son compte les termes mêmes de la lettre que lui avait adressée l’évêque de Rome Jean II, sanctissimus archiepiscopus almae Urbis Romae et patriarcha, à savoir que, du point de vue de l’ecclesiarum status, il était caput omnium sanctarum ecclesiarum2.

3Ces deux citations dessinent non seulement un arc chronologique qui a été pris grosso modo en considération, mais plus encore illustrent une transformation essentielle du rapport de l’empereur à la ville de Rome, puisque Dèce depuis le jour de son acclamation comme empereur en Pannonie, mi-249, n’eut de cesse de gagner la Ville, tandis que Justinien, même après l’achèvement des guerres gothiques, n’y mit jamais les pieds. Transformation aussi bien évidemment des relations entre l’empereur et le christianisme, et donc l’évêque de Rome, le point commun étant cependant, au-delà de la rhétorique épistolaire, l’importance attachée à son siège et à sa fonction.

4Au cours de la conférence on a examiné plusieurs dossiers :

  • 3  On a comparé sur ce dossier l’édition de L. Duchesne, Le Liber pontificalis. Texte, introduction e (...)
  • 4  Voir, en dernier lieu, M. Docci, San Paolo fuori le mura. Dalle origini alla basilica delle origin (...)
  • 5  Voir en dernier lieu G. D. Dunn, « Imperial Intervention in the Disputed Roman Episcopal Election (...)
  • 6  Collectio Avellana n° XIV-XXXVII (Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum [ = CSeL] 35) et PL(...)

5Le problème des listes de donations consignées dans la Vita Silvestri du Liber pontificalis romain et attribuées à l’époque constantinienne3. On a fait le bilan d’une part de nombreux travaux philologiques récents dédiés au Liber, des études souvent insuffisamment connues y compris de ceux-là même qui prétendent traiter de cet ouvrage, et d’autre part de diverses contributions critiques tout aussi récentes qui ébranlent à des degrés variés ce qui paraissait être un consensus scientifique ;
le dossier de la reconstruction théodosienne de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs, qui a été l’objet d’explorations archéologiques partielles récentes, ainsi que de très nombreuses publications4 ; le dossier de l’élection pontificale consécutive au décès de l’évêque Zosime, le 26 décembre 418, qui a vu s’opposer au fil de longs mois le parti de Boniface et celui d’Eulalius5 et dont la Collectio Avellana, objet de nombreuses enquêtes récentes, conserve des pièces essentielles6. On a lu et commenté minutieusement ces documents qui témoignent pour un mos et une disciplina déjà bien fixés quant à l’élection de l’évêque de Rome.

6Les résultats de ces recherches et d’autres plus amples ont été exposés lors d’un colloque international organisé à l’Université de Francfort-sur-le-Main en mars 2015. On en pourra lire le texte dans les Actes de ces journées d’études qui seront publiés dans la revue Antiquité tardive.

Ravenne chrétienne
(« séminaire de master » et second semestre)

  • 7  Voir les notices consacrées à ces évêques dans L. et Ch. Pietri (éd.), Prosopographie chrétienne d (...)

7Dans la continuité des conférences données l’année précédente, on a consacré le séminaire de cette année à la période ostrogothique ainsi que des guerres gréco-gothiques, soit essentiellement la première moitié du vie siècle, en l’occurrence les épiscopats des évêques nicéens Petrus Iunior 30, Aurelianus 1, Ecclesius 1, Ursicinus 3 et Victor 137.

  • 8  Voir la récente synthèse épigraphique de P. Guerrini, « Theodericus rex nelle testimonianze epigra (...)
  • 9  Voir G. Bovini, Il mausoleo di Teodorico, Ravenne 1977, part. p. 82-83 ; F. Gangemi, « Memoria reg (...)
  • 10  Sauf erreur, il n’y a pas de parallèle dans le précieux volume de Fr. Dolbeau, Prophètes, apôtres (...)

8Puis a été ouvert le dossier des monuments résultant de l’activité des rois goths, et en particulier Théodoric (493-526)8. Le mausolée du roi a été essentiellement examiné pour les inscriptions (CIL, XI, 282 = ILCV, 1963) placées sur les douze acrotères massifs surmontant la coupole de l’édifice, soit du sud au nord, puis du nord au sud9 : s(an)c(tu)s Petrus / s(an)c(tu)s Paulus / s(an)c(tu)s Andreas /
s(an)c(tu)s Iacobus / s(an)c(tu)s Iohannes / s(an)c(tu)s Felippus / s(an)c(tu)s Matteus / s(an)c(tu)s Mathias / s(an)c(tu)s Marcus / s(an)c(tu)s Lucas / s(an)c(tu)s Thomas / s(an)c(tu)s Simeon. À cette liste qui associe apôtres et évangélistes a été souvent assignée une origine orientale (en l’occurrence constantinopolitaine), et non occidentale. En fait une telle assertion ne peut aucunement être vérifiée, car cette liste ne semble posséder aucun parallèle exact dans les sources aujourd’hui connues ni en Occident ni en Orient10.

  • 11  Agnellus, Liber pontificalis ecclesiae revennatis, 86-89 (CCSL, 199) donne une liste d’églises rav (...)

9On a ensuite étudié les monuments dits « ariens » de Ravenne aujourd’hui encore conservés11, soit Sant’Apollinare Nuovo dans sa phase théodoricienne et le complexe épiscopal « arien » (Santo Spirito et le baptistère « des ariens »).

  • 12  Voir également A. Ranaldi, P. Novara (éd.), Restauri dei monumenti paleocristiani e bizantini di R (...)
  • 13  E. Penni Iacco, L’arianesimo nei mosaici di Ravenna, Ravenne 2011.
  • 14  Voir maintenant l’édition de P.-M. Hombert, S. Aurelii Augustini Contra Arrianos opera, Turnhout 2 (...)
  • 15  M. Simonetti, « Arianesimo », dans Enciclopedia dell’Arte Medievale, II, Rome 1991, p. 443-449, qu (...)

10À l’aide de la précieuse banque de données électronique du Centro Internazionale di Documentazione sul Mosaico de Ravenne (http://www.mosaicocidm.it), on a d’abord présenté de manière très détaillée l’histoire des restaurations et l’iconographie des mosaïques pariétales assignables à l’époque gothique12. Puis on a examiné minutieusement les hypothèses tendant à identifier un programme iconographique antinicéen dans les panneaux mosaïqués des registres supérieurs gauche et droit de la nef centrale, et en particulier un opuscule récent d’E. Penni Iacco13. La « méthode » mise en œuvre dans cet ouvrage consiste à isoler au sein de chaque péricope du Nouveau Testament évoquée sur les mosaïques un verset susceptible d’être interprété dans un sens subordinatianiste et à essayer de trouver une référence plus ou moins approchante dans le Sermo Arrianorum transmis par Augustin et/ou dans la réfutation que l’évêque d’Hippone en a donnée14. Or le détail qui est privilégié par l’hypothèse n’est jamais précisément mis en valeur dans la représentation iconographique. Par conséquent l’hypothèse n’est en rien corroborée. M. Simonetti, dans une contribution trop souvent ignorée15, avait réfuté une tentative précédente tout aussi infructueuse que celle d’E. Penni Iacco :

Sono giunti vari testi letterari ariani, soprattutto in lingua latina, d’argomento esegetico : da essi non soltanto non si riesce a rilevare alcuna apprezzabile differenza, nel modo di interpretare il testo sacro, rispetto a ciò che si faceva nello stesso momento in ambito cattolico, ma nemmeno a cogliere qualche significativa preferenza, che pure in linea teorica si può facilmente ipotizzare, per certi testi da proporre, anche nella predicazione, in luogo di altri, per certi episodi evangelici piuttosto che per altri.

  • 16  Voir les observations de R. Gryson, Le recueil arien de Vérone (m. LI de la Bibliothèque capitulai (...)
  • 17  Voir O. Brandt, Battisteri oltre la pianta. Gli alzati di nove battisteri paleocristiani in Italia(...)
  • 18  Voir O. Brandt, Battisteri oltre la pianta, p. 191-241 ; C. Muscolino, A. Ranaldi, C. Tedeschi (éd (...)
  • 19  Voir M. Simonetti, « Arianesimo » ; D. M. Gwynn, « Archaeology and the Arian Controversy in the Fo (...)
  • 20  Par exemple C. Rizzardi, « La decorazione musiva del battistero degli ortodossi e degli ariani a R (...)

11On ajoutera que dans le fameux « recueil arien de Vérone » (Biblioteca Capitolare, LI) figurent 24 homélies sur différentes péricopes évangéliques dont aucune ne porte trace d’une exégèse spécifiquement antinicéenne16. L’étude comparée de l’iconographie du baptistère dit « des ariens »17 et de celle du baptistère néonien18 n’a permis de mettre en évidence aucune différence théologiquement significative19 malgré le flot de publications ou d’opuscules prétendant le contraire20.

  • 21  Sur « l’arianisme » à l’époque gothique, voir la synthèse de B. Luiselli, « Dall’arianesimo dei Vi (...)
  • 22  Voir la notice consacrée à cet évêque dans L. et Ch. Pietri (éd.), Prosopographie chrétienne du Ba (...)
  • 23  Cassiodore, Variae II, 18.
  • 24  Cassiodore, Variae I, 26.
  • 25  P. Tjäder, 49 = ChLA, XXIX, 885 (Nepi/Rome, 557).

12Des rares évêques antinicéens de l’époque gothique dont les noms sont connus21 on a présenté Unimundus de Ravenne22, Gudila 2 de Forli23, l’antistes Unscila dont l’antinicéisme n’est pas prouvé24 et un anonyme papa et episcopus Gothorum25.

  • 26  Agnellus, Liber pontificalis ecclesiae ravennatis, 85.
  • 27  L. 30-32 : Igitur s(an)c(t)a catholica eccl(esia) huius Ravennatis civitatis augustissimi principi (...)
  • 28  P. Tjäder = J. O. Tjäder, Die nichtliterarischen lateinischen Papyri Italiens aus der Zeit 445-700(...)

13On a enfin étudié le processus de confiscation des lieux de culte des Goths après la reconquête constantinopolitaine et leur dévolution à l’Eglise impériale par Justinien sous Agnellus 3 (557-570), soit entre 557 et 565 : l’assignation chronologique de cette mesure résulte du Liber pontificalis Agnellus26 que corrobore P. Tjäder, 2 = Chartae Latinae Antiquiores [ = ChLA], XX, 711 (Ravenna, 565-570)27. On a par ailleurs lu et commenté P. Tjäder, 4-5 = ChLA, XVII, 653 + XXIX, 878 (Ravenne, 555-562), rarissime exemple de gesta praefectoria28.

  • 29  Voir A. Ranaldi, P. Novara (éd.), Restauri dei monumenti paleocristiani e bizantini di Ravenna, p. (...)
  • 30  Agnellus, Liber pontificalis ecclesiae ravennatis, 50 (CCSL, 199) qui cite CIL, XI, 260.

14On a ensuite examiné les restes de la Cappella Arcivescovile di S. Andrea et son iconographie, largement restituée29 ; Agnellus en attribue la construction à Petrus Iunior30.

  • 31  Agnellus, Liber pontificalis ecclesiae ravennatis, 60.
  • 32  Nous avons tiré grand profit, pour un commentaire, de la thèse encore inédite de François Léger, L (...)
  • 33  Voir la notice sur ce manuscrit de G. Glauche, Katalog der lateinischen Handschriften der Bayerisc (...)

15On a commencé à commenter en fin d’année la vie d’Ecclesius 1 (521/523-531/532) dans le Liber d’Agnellus, et en particulier la lettre que lui adressa l’évêque de Rome Félix IV (526-530)31 à la suite d’un conflit interne au clergé ravennate qui avait trait à la répartition des revenus ecclésiastiques, un sujet de querelle bien documenté pour cette époque32. Nous avons enfin examiné un évangéliaire carolingien conservé à Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 621233, qui transmet au f. 82r la note suivante : Precipiente sanctissimo ac beatissimo Ecclesio preposito meo ego Patricius licet indignus Ch(rist)i famulus emendavi atq(ue) distinxi ; on a discuté l’identification souvent proposée de cet Ecclesius avec son homonyme ravennate.

16En ouverture de chaque séance le directeur d’études a présenté quelques publications ou découvertes récentes dans le champ de l’histoire du christianisme tardoantique. Les 22 mai et 5 juin 2015 il a rendu compte de visites archéologiques en Campanie (Benevento, Passo di Mirabella – Aeclanum –, Padula/Sala Consilina – baptistère de Marcellianum en lien avec le commentaire de Cassiodore, Variae VIII, 33 –), ainsi qu’en Sicile orientale (Cava d’Ispica, Villa del Tellaro).

17Le 28 novembre 2014, Matthieu Pignot, doctorant à l’Université d’Oxford, a présenté des recherches sur « Le catéchuménat d’Augustin d’Hippone d’après ses propres écrits ».

  • 34  Voir C. Hannick et al., Das Taktikon des Nikon vom Schwarzen Berge : griechischer Text und kirchen (...)

18Le 17 avril 2015, le Professeur Christian Hannick, professeur émérite de philologie slave à l’Université de Würzburg (Ostkirchliches Institut), nous a fait l’honneur et l’amitié de donner une conférence sur « Les sources patristiques du Taktikon de Nikon de la Montagne Noire »34.

  • 35  Recension sous presse dans la Revue des études anciennes.

19Le 22 mai 2015, Aurélien Caillaud, doctorant à l’EPHE, a présenté une recension approfondie de l’ouvrage de Fr. Baratte, F. Bejaoui, N. Duval et alii, Basiliques chrétiennes d’Afrique du Nord : inventaire et typologie, II. Inventaire des monuments de la Tunisie, Pessac 201435.

20Au cours du mois de mai 2015, le Professeur Vincenzo Fiocchi Nicolai (Università di Roma-Tor Vergata / Pontificio Istituto di Archeologia Cristiana), directeur d’études invité à l’EPHE à l’initiative de M.-Y. Perrin, C. Jolivet-Lévy et M. Debié, a donné quatre conférences sur « l’évolution des espaces funéraires chrétiens à Rome et dans le Latium au cours de l’Antiquité tardive ».

Haut de page

Notes

1  Cyprien de Carthage, Ep. 55, 9, 1 (Corpus Christianorum. Series Latina [ = CCSL], 3D).

2  Codex Iustinianus ( = CJ) I, 1, 8.

3  On a comparé sur ce dossier l’édition de L. Duchesne, Le Liber pontificalis. Texte, introduction et commentaire, Paris 1886-1892, et celle de T. Mommsen, Gesta pontificum Romanorum : Liber Pontificalis. Teil 1, Hanovre 1898.

4  Voir, en dernier lieu, M. Docci, San Paolo fuori le mura. Dalle origini alla basilica delle origini, Rome 2006 ; G. Filippi, « La tomba dell’Apostolo Paolo. Nuovi dati dai recenti scavi. Note storiche », dans O. Bucarelli, M. M. Morales (éd.), Paulo apostolo martyri. L’apostolo San Paolo nella storia, nell’arte e nell’archeologia, Rome 2011, p. 97-117 ; P. Liverani, « La cronologia della seconda basilica di San Paolo fuori le mura », dans H. Brandenburg, F. Guidobaldi (éd.), Scavi e scoperte recenti nelle Chiese di Roma, Cité du Vatican 2012, p. 107-123 ; G. Filippi, M. Docci, « La basilica di San Paolo dalle origini all’età moderna », Roma Moderna e Contemporanea, 20/2 (2012), p. 599-680.

5  Voir en dernier lieu G. D. Dunn, « Imperial Intervention in the Disputed Roman Episcopal Election of 418/419 », Journal of Religious History 39/1 (2015), p. 1-13.

6  Collectio Avellana n° XIV-XXXVII (Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum [ = CSeL] 35) et PL 20, col. 765-767. Sur cette collection canonique, voir R. Lizzi Testa, G. Marconi, S. Margutti, « La Collectio Avellana e le collezioni canoniche romane e italiche del V-VI secolo : un progetto di ricerca », Cristianesimo nella storia, 35 (2014), p. 77-236, et le site électronique qu’A. Evers lui a dédié : http://www.luc.edu/collectioavellana/index.shtml (consulté le 7 avril 2016).

7  Voir les notices consacrées à ces évêques dans L. et Ch. Pietri (éd.), Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, 2. Italie (313-604), Rome 1999-2000, en part. t. II, p. 2420, où figure la liste épiscopale ravennate.

8  Voir la récente synthèse épigraphique de P. Guerrini, « Theodericus rex nelle testimonianze epigrafiche », Temporis Signa 6 (2011), p. 133-174. Pour une somme sur la période ostrogothique à Ravenne, voir le rare volume de C. Barsanti, A. Paribeni, S. Pedone (éd.), Rex Theodericus. Il Medaglione d’oro di Morro d’Alba, Rome 2008. Voir aussi I. Wood, « Theodoric’s Monuments in Ravenna », dans S. J. Barnish, F. Marazzi (éd.), The Ostrogoths. From the Migration Period to the Sixth Century, Woodbridge 2007, p. 249-277 ; T. S. Brown, « The Role of Arianism in Ostrogothic Italy : The Evidence from Ravenna », ibid., p. 417-426.

9  Voir G. Bovini, Il mausoleo di Teodorico, Ravenne 1977, part. p. 82-83 ; F. Gangemi, « Memoria regis. Il mausoleo di Teodorico », dans Rex Theodericus. Il Medaglione d’oro di Morro d’Alba, p. 169-184. Des croix suivent ou précèdent parfois les noms des apôtres ou évangélistes.

10  Sauf erreur, il n’y a pas de parallèle dans le précieux volume de Fr. Dolbeau, Prophètes, apôtres et disciples dans les traditions chrétiennes d’Occident. Vies brèves et listes en latin, Bruxelles 2012 (Subsidia Hagiographica, 92). Je remercie vivement Christophe Guignard (Fonds national suisse de la recherche scientifique), qui travaille sur les listes grecques d’apôtres et a bien voulu répondre à mes questions : voir C. Guignard, « Les listes grecques d’apôtres et de disciples du Christ : présentation d’un projet de recherche », Bulletin de l’AELAC 22-23 (2012-2013), p. 29-34.

11  Agnellus, Liber pontificalis ecclesiae revennatis, 86-89 (CCSL, 199) donne une liste d’églises ravennates tenues précédemment par les Goths et reconciliatae sous l’épiscopat d’Agnellus 3 (557-570). Voir en dernier lieu les notices correspondantes dans E. Cirelli, Ravenna : archeologia di una città, en part. p. 98-100.

12  Voir également A. Ranaldi, P. Novara (éd.), Restauri dei monumenti paleocristiani e bizantini di Ravenna patrimonio dell’umanità, Ravenne 2013, p. 110-112 et p. 179-183 ; C. Muscolino (éd.), Sant’Apollinare Nuovo. Un cantiere esemplare, Ravenne 2012 ; E. Penni Iacco, La basilica di S. Apollinare Nuovo di Ravenna attraverso i secoli, Bologne 2004.

13  E. Penni Iacco, L’arianesimo nei mosaici di Ravenna, Ravenne 2011.

14  Voir maintenant l’édition de P.-M. Hombert, S. Aurelii Augustini Contra Arrianos opera, Turnhout 2009 (CCSL, 87A). E. Penni Iacco ne prend en considération qu’une petite partie de la « littérature arienne latine » – pour une présentation d’ensemble, voir G. M. Vian, « Ortodossia ed eresia nel IV secolo : la cristologia dei testi ariani di Verona », Augustinianum 35/2 (1995), p. 847-858. Le commentaire de Fortunatien d’Aquilée, récemment identifié par L. Dorfbauer, ne paraît pas porter de trace d’exégèse subordinatianiste : voir L. J. Dorfbauer, « Neue Zeugnisse für die Überlieferung und Rezeption des Evangelienkommentars des Bischofs Fortunatian von Aquileia », dans V. Zimmerl-Panagl, L. J. Dorfbauer, C. Weidmann (éd.), Edition und Erforschung lateinischer patristischer Texte. 150 Jahre CSEL. Festschrift für K. Smolak zum 70. Geburtstag, Berlin-Boston 2014, p. 17-40, ici p. 39.

15  M. Simonetti, « Arianesimo », dans Enciclopedia dell’Arte Medievale, II, Rome 1991, p. 443-449, qui réfute R. Sörries, Die Bilder der Orthodoxen im Kampf gegen den Arianismus. Eine Apologie der orthodoxen Christologie und Trinitätslehre gegenüber der arianischen Häresie, dargestellt an den ravennatischen Mosaiken und Bildern des 6. Jhdts. Zugleich ein Beitrag zum Veständnis des germanischen Homöertums, Francfort-sur-le-Main 1983, p. 74-91. Voir : http://www.treccani.it/enciclopedia/arianesimo_(Enciclopedia-dell’-Arte-Medievale)/.

16  Voir les observations de R. Gryson, Le recueil arien de Vérone (m. LI de la Bibliothèque capitulaire et feuillets inédits de la collection Giustiniani Recanati). Étude codicologique et paléographique, Steenbrugge 1982 (Instrumenta Patristica, 13), en part. p. 26-28.

17  Voir O. Brandt, Battisteri oltre la pianta. Gli alzati di nove battisteri paleocristiani in Italia, Cité du Vatican 2012 (Studi di antichità cristiana, 64), p. 242-271 ; A. Ranaldi, P. Novara (éd.), Restauri dei monumenti paleocristiani, p. 108-109 et 174-178.

18  Voir O. Brandt, Battisteri oltre la pianta, p. 191-241 ; C. Muscolino, A. Ranaldi, C. Tedeschi (éd.), Il battistero neoniano. Uno sguardo attraverso il restauro, Ravenne 2011 ; A. Ranaldi, P. Novara (éd.), Restauri dei monumenti paleocristiani, p. 105-107 et 170-173.

19  Voir M. Simonetti, « Arianesimo » ; D. M. Gwynn, « Archaeology and the Arian Controversy in the Fourth Century », dans D. M. Gwynn, S. Bangert (éd.), Religious Diversity in Later Antiquity, Leyde-Boston 2010 (Late Antique Archaeology 6), p. 229-263, ici p. 240-241 ; B. Ward-Perkins, « Where is the Archaeology and Iconography of Germanic Arianism ? », ibid., p. 265-289, ici p. 268-271.

20  Par exemple C. Rizzardi, « La decorazione musiva del battistero degli ortodossi e degli ariani a Ravenna : alcune considerazioni », dans L’edificio battesimale in Italia. Aspetti e problemi. Atti dell’VIII Congresso nazionale di archeologia cristiana. Genova, Sarzana, Albenga, Finale Ligure, Ventimiglia, 21-26 sett. 1998, Bordighera 2001 (Istituto internazionale di studi liguri. Atti dei convegni, 5), p. 915-930 ; Id., Il mosaico a Ravenna. Ideologia e arte, Bologne 2011, p. 81-86 ; G. Pelizzari, « Aula Trinitatis haec est mater innocent(iae). « Monumenti» della disputa ariana ? », dans R. Passarella (éd.), Ambrogio e l’arianesimo, Milan 2013 (Studia Ambrosiana, 7), p. 193-233, ici p. 215-222 (la pars destruens de cet article – p. 202-210 – offre d’intéressantes observations sur A. Ferrua, La polemica antiariana nei monumenti paleocristiani, Cité du Vatican 1991) ; la pars construens en revanche est fort peu convaincante).

21  Sur « l’arianisme » à l’époque gothique, voir la synthèse de B. Luiselli, « Dall’arianesimo dei Visigoti di Costantinopoli all’arianesimo degli Ostrogoti d’Italia », dans Ravenna : da capitale imperiale a capitale esarcale. Atti del XVII Congresso internazionale di studio sull’Alto Medioevo, Ravenna 6-12 giugno 2004, Spolète 2005, t. II, p. 729-760, et M. Simonetti, « L’incidenza dell’arianesimo nel rapporto tra romani e barbari », dans Passaggio dal mondo antico al medio evo da Teodosio a San Gregorio Magno, Rome 1980, p. 367-379 ; sur les évêques antinicéens à l’époque gothique, voir P. Amory, People and Identity in Ostrogothic Italy 489-554, Cambridge 2003, p. 429 et 475 ; R. Mathisen, « Barbarian ‘Arian’ Clergy, Church Organization and Church Practices », dans G. M. Berndt, R. Steinacher (éd.), Arianism : Roman Heresy and Barbarian Creed, Farnham, Burlington 2014, p. 145-192, ici p. 167-170 ; G. M. Berndt, R. Steinacher, « The ecclesia legis Gothorum and the Role of ‘Arianism’ in Ostrogothic Italy, ibid., p. 219-230.

22  Voir la notice consacrée à cet évêque dans L. et Ch. Pietri (éd.), Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, 2. Italie (313-604), t. II, p. 2368-2369 (Vvimundus). La forme Unimundus est attestée par Cassiodore, Variae XI, 1 (Monumenta Germaniae Historica. Scriptores. Auctores Antiquissimi [ = MGH] 12).

23  Cassiodore, Variae II, 18.

24  Cassiodore, Variae I, 26.

25  P. Tjäder, 49 = ChLA, XXIX, 885 (Nepi/Rome, 557).

26  Agnellus, Liber pontificalis ecclesiae ravennatis, 85.

27  L. 30-32 : Igitur s(an)c(t)a catholica eccl(esia) huius Ravennatis civitatis augustissimi principis beneficiis et omnem patrimonium, [quo]d Arianorum q(uon)d(am) eccl(esiae) f[u]it, propio
i[ur]e possedet
, quoniam cognovimus ex pra[gmat]i[co Zach]ariae patricii pl[u]rimos fundos [p(rae)d(icti) patri]m[oni]i iam traditos defensorib(us) s(an)c(ta)e ? Rav(ennatis) e[ccl(esiae) ---]. La date de 561 souvent assignée à la décision de Justinien résulte de la mention par Agnellus de la date de la reconciliatio de l’église Saint-Eusèbe : aux ides de novembre, soit le 13 novembre. Or depuis A. Testi Rasponi (Codex Pontificalis Ecclesiae Ravennatis, Bologne 1924, p. 216, n. 13), il est admis sur la base de seulement trois témoignages (ibid., p. 198, n. 15) qu’à Ravenne la dédicace des églises avait toujours lieu un dimanche ; d’où la date de 561 (qui est donc une simple hypothèse).

28  P. Tjäder = J. O. Tjäder, Die nichtliterarischen lateinischen Papyri Italiens aus der Zeit 445-700, Stockholm 1954-1982. Il s’agit de « la confirmation publique de six protocoles d’ouverture de testaments » qu’il faut très probablement replacer dans le contexte de « la réorganisation des propriétés de l’Église de Ravenne après la guerre des Goths ». Pour la date et la nature du document, voir D. Feissel, Documents, droit, diplomatique de l’Empire romain tardif, Paris 2010 (Bilans de recherche, 7), p. 292-293 et 488 (qui modifie ce qui est dit p. 425-426). Sur le contenu du document, voir aussi L. Migliardi Zingale, « Gesta de aperiundis testamentis (Ravenna, 552-575 d. C.) », dans G. Purpura (éd.), Revisione ed integrazione dei Fontes Iuris Romani Anteiustiniani (FIRA). Studi preparatori, II Auctores-Negotia, Turin 2012, n° 2.16, p. 211-224 ; Id., « Il testamento tardoromano tra Oriente e Occidente : alcune riflessioni sui documenti della prassi », dans Atti dell’Accademia Romanistica Costantiniana. XVII Convegno internazionale in onore di Giuliano Crifò, Rome 2010, t. I, p. 43-61 ; S. Tarozzi, « Il formulario ravennate. Un modello per la redazione del documento in Occidente (VI-VIII d. C.) ? », dans G. Bassanelli Sommariva, P. Biavaschi, S. Tarozzi (éd.), Ravenna capitale. Permanenza del mondo giuridico romano in Occidente nei secoli VI-VIII. Instrumenta, civitates, collegia, studium iuris, Sant’Arcangelo di Romagna 2014, p. 77-94. Sur la notion de clause codicillaire, voir A. Guarino, « Pauli de iure codicillorum liber singularis », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte. Romanistische Abteilung, 62/1 (1942), p. 209-254.

29  Voir A. Ranaldi, P. Novara (éd.), Restauri dei monumenti paleocristiani e bizantini di Ravenna, p. 113 et 184-186 ; voir aussi M. Baracchini (éd.), Le collezioni del Museo arcivescovile di Ravenna, Ravenne 2011, p. 55-68 ; E. Cirelli, Ravenna : archeologia di una città, Florence 2008, p. 247-248 ; S. Moretti, « Un avamposto antiariano. La Cappella privata dei vescovi di Ravenna », dans C. Barsanti, A. Paribeni, S. Pedone (éd.), Rex Theodericus, p. 144-153.

30  Agnellus, Liber pontificalis ecclesiae ravennatis, 50 (CCSL, 199) qui cite CIL, XI, 260.

31  Agnellus, Liber pontificalis ecclesiae ravennatis, 60.

32  Nous avons tiré grand profit, pour un commentaire, de la thèse encore inédite de François Léger, Les églises, les terres, les lois : conflits juridiques et statut des biens ecclésiastiques en Italie et sur ses marges (IVe-VIe siècles), soutenue à l’Université de Caen le 7 avril 2012. Il est à souhaiter que cette étude fort éclairante soit prochainement publiée.

33  Voir la notice sur ce manuscrit de G. Glauche, Katalog der lateinischen Handschriften der Bayerischen Staatsbibliothek München. Die Pergamenthandschriften aus dem Domkapitel Freising, t. I, Clm 6201-6316, Wiesbaden 2000, p. 17-18. Le site électronique de la Staatsbibliothek permet d’accéder à une excellente version numérisée de ce manuscrit.

34  Voir C. Hannick et al., Das Taktikon des Nikon vom Schwarzen Berge : griechischer Text und kirchenslavische Übersetzung des 14. Jhdts, Fribourg-en-Brisgau 2014 (Monumenta linguae slavicae dialecti veteris, 62).

35  Recension sous presse dans la Revue des études anciennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel-Yves Perrin, « Histoire et doctrines du christianisme latin (Antiquité tardive) », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 123 | 2016, 159-166.

Référence électronique

Michel-Yves Perrin, « Histoire et doctrines du christianisme latin (Antiquité tardive) », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 123 | 2016, mis en ligne le 18 juillet 2016, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/asr/1445

Haut de page

Auteur

M. Michel-Yves Perrin

Directeur d’études
École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals