Navigation – Plan du site
EPHE
Christianisme et ses marges
Histoire et doctrines du christianisme latin (Antiquité tardive)

L’évolution des espaces funéraires chrétiens à Rome et dans le Latium au cours de l’Antiquité tardive

Conférences de l’année 2014-2015
Conférence de Vincenzo Fiocchi Nicolai
p. 167-170

Texte intégral

1. Les origines des catacombes à la lumière des recherches les plus récentes

  • 1  Origine delle catacombe romane : atti della giornata tematica dei Seminari di archeologia cristian (...)
  • 2  V. Fiocchi Nicolai, J. Guyon, « Relire Styger : les origines de l’Area I du cimetière de Calliste, (...)

1à la suite d’une révision critique effectuée ces dernières années (en particulier lors d’un colloque organisé à Rome en 20051), les origines des cimetières communautaires chrétiens souterrains de Rome sont à situer au début du iiie s., de manière significative en concomitance avec la création similaire d’espaces funéraires réservés aux fidèles du christianisme en d’autres lieux du monde antique (Afrique, Espagne, Orient), comme l’attestent les sources disponibles. Le phénomène est lié à diverses raisons qu’il est possible d’une part d’identifier au fil des témoignages des sources littéraires antiques et d’autre part de mettre en évidence à travers l’analyse de la documentation archéologique. Il s’agit de la volonté de créer un espace « distinct », où les fidèles puissent accomplir des rites funéraires qui prenaient en partie des traits spécifiques (prière auprès de la tombe ; eucharistie en contexte funéraire) et où ils puissent honorer les martyrs, de la nécessité de garantir y compris aux membres les plus pauvres de la communauté une sépulture, du désir de maintenir en contexte funéraire l’unité du groupe religieux, et, dans le cas de Rome, de favoriser l’agrégation et la cohésion d’une communauté très fragmentée du point de vue de la liturgie, de la discipline et de la doctrine. « L’area I » de la catacombe de Calliste, qui a récemment fait l’objet d’une étude détaillée2, les noyaux primitifs des catacombes de Priscille, Calépode, Domitille, Prétextat et Novatien, révèlent les nouveautés structurales des catacombes : grande extension, possibilité d’étendre progressivement l’espace dévolu aux sépultures, utilisation rationnelle et ordonnée de l’espace funéraire. Le choix d’un espace hypogée se justifie par la volonté d’exploiter au maximum les terrains à disposition, y compris par l’utilisation du sous-sol, comme cela était le cas au même moment, mais à une échelle plus réduite, pour les hypogées funéraires familiaux, païens et chrétiens, du suburbium romain.

2. Les sépultures des évêques de Rome dans l’Antiquité tardive

2Avec l’institution de « l’épiscopat monarchique » à la fin du iie s. on commença à réserver aux évêques de Rome des espaces funéraires spécifiques comme l’attestent la tombe de Zéphyrin située dans un mausolée de la zone de surface de la catacombe de Calliste, la tombe de Calliste lui-même (mort c. 222), placée au pied de l’escalier d’accès d’une petite catacombe de la Via Aurelia, et surtout « la crypte des papes » au cimetière de Calliste, fruit probable d’une initiative de l’un de ses successeurs, Fabien (236-250). Tout récemment, une relecture des restes monumentaux de cet important ensemble, où furent enterrés neuf évêques de Rome qui ont siégé entre 236 et 283, a permis de mieux comprendre les stratégies liées à la décision de créer une zone funéraire spécifique pour les sépultures de ces évêques. La crypte ne se distinguait pas, sinon par ses dimensions, des chambres funéraires créées alentour pour des groupes familiaux ou d’autre nature. De même la décoration picturale était identique. Les évêques ne semblent pas avoir voulu choisir une sépulture particulièrement prestigieuse. Entre la fin du iiie s . et le début du ive s., les évêques de Rome commencèrent à être enterrés à part dans des chambres funéraires plus monumentales, à Calliste (Gaius, Miltiade, Eusèbe) ou à Priscille (Marcellin), puis, à partir de l’époque constantinienne, on prit l’habitude de placer les dépouilles des successeurs de Pierre à proximité de tombes de martyrs, souvent dans les nouvelles basiliques que l’on commençait à construire en leur honneur dans le suburbium (mais déjà en 309 Marcellin avait voulu que ses restes fussent placés à Priscille près de la tombe du martyr Crescentio). Les raisons précises du choix de tel ou tel lieu pour la sépulture d’un évêque de Rome ne sont pas toujours identifiables : on choisit des lieux proches des tombes de saints très vénérés (Laurent, Paul) mais aussi de martyrs moins célèbres, auxquelles les évêques pouvaient être liés par une dévotion personnelle – les saints Felicissimus et Agapit à Priscille (Marcellin, Silvestre), Sainte Félicité (Boniface) ; les saints Abdon et Sennen au cimetière de Pontien (Anastase et Innocent) ; les saints Marc et Marcellianus au cimetière de Basileus (Damase) ; les martyrs grecs au cimetière de Balbina (Marc) ; saint Calliste au cimetière de Calépode (Jules). S’imposent cependant comme lieu de sépulture la crypte de saint Laurent au cimetière de Cyriaca, qui abrita les tombes de quatre évêques du ve s. (Zosime, Sixte III, Hilaire, Simplicius) et la basilique où reposaient les restes des saints Felicissimus et Agapit à Priscille, où furent inhumés, outre Marcellin et Silvestre – ce lieu fut ensuite connu sous le nom de basilica Silvestri – trois autres évêques jusqu’au milieu du vie s. (Sirice, Célestin, Vigile). Léon Ier inaugura la coutume d’élire pour la sépulture des évêques romains la basilique Saint-Pierre au Vatican, un usage qui devint presque la règle à partir de Gélase Ier (mort en 496) jusqu’au début du xe s., pour d’évidentes raisons idéologiques.

3. La naissance des basiliques funéraires à l’époque constantinienne : le cas de la basilique du pape Marc

3C’est à l’époque constantinienne que furent construites dans le suburbium romain les premières églises dédiées aux apôtres et aux martyrs. Celles qui furent édifiées sur les tombes de Pierre et de Paul eurent un plan basilical selon les règles ; les autres en revanche furent caractérisées par une forme architecturale singulière, qui rappelle celle des cirques : les nefs latérales tournent en sens continu autour de la nef centrale. Quatre de ces églises (Saint-Pierre et Saint-Marcellin sur la Via Labicana, Sainte-Agnès sur la Via Nomentana, Saint-Laurent sur la Via Tiburtina, et probablement la basilica Apostolorum sur la Via Appia) furent érigées à l’initiative de Constantin lui-même. D’une cinquième basilique « à déambulatoire » sur la Via Prenestina nous ignorons la dédicace, tandis que la sixième fut construite par l’évêque Marc en 336, également avec des subsides de Constantin. Ces édifices avaient des proportions grandioses et étaient destinés à la célébration de la mémoire des martyrs auprès des tombes desquels ils étaient construits ; ils avaient surtout une fonction de grands cimetières couverts, en mesure d’abriter des milliers de tombes au-dessus et en-dessous de leurs pavements. Les fidèles étaient en effet désireux d’être enterrés dans ces églises en raison de la proximité de tombes de martyrs, et parce qu’y avaient lieu régulièrement des célébrations eucharistiques à l’occasion des funérailles des défunts et lors des fêtes anniversaires des saints titulaires. Constantin lui-même peut-être – avant de décider d’être enterré à Constantinople –, et certainement sa mère Hélène, sa fille Constantina, et, selon certaines hypothèses, sa femme Fausta, voulurent être inhumés dans de grandioses mausolées érigés en lien avec de telles basiliques ; ils obtinrent ainsi une mémoire publique qu’ils partageaient avec les apôtres et les martyrs. Les particularités architecturales du plan de ces basiliques sont probablement liées à leur caractère funéraire : le déambulatoire pouvait servir aux cortèges funéraires et au déroulement des banquets en l’honneur des défunts, mais également fournir un supplément de place pour les sépultures. Selon certains savants la forme qui rappelait celle d’un cirque aurait pu constituer un rappel symbolique du cours éternel du temps, et donc de la continuité de la vie par delà la mort.

4. Les cimetières paléochrétiens du Latium

4Les recherches conduites ces dernières années sur les cimetières paléochrétiens du hinterland de Rome, y compris à l’aide de fouilles archéologiques spécifiques, permettent de reconstruire avec plus de précision les temps et les modes de la christianisation du territoire entourant la capitale durant l’Antiquité tardive : il s’agit d’une zone de christianisation précoce, particulièrement riche en communautés chrétiennes (douze sièges épiscopaux y sont attestées en 313-314), comme le montrent les nombreux lieux de culte martyrial mentionnés dans les sources, à partir de l’époque constantinienne. La documentation archéologique révèle en effet, dès le début du ive s., une présence abondante d’aires funéraires communautaires chrétiennes, souvent dotées de caractères structuraux différents de celles de la capitale. En raison de la moindre taille des communautés chrétiennes qui les utilisaient, ces catacombes sont beaucoup moins vastes que celles de Rome. Elles sont en général formées par des ensembles de galeries et de chambres funéraires articulés selon des modèles de plan très élémentaires. La technique de creusement est le plus souvent très rudimentaire, en raison de l’absence de main d’œuvre spécialisée, du type de celle qui travaillait à Rome. La typologie des tombes ne diffère pas de celle qui est attestée dans les catacombes romaines. Le nombre de sépultures varie en fonction du site et du lieu, et oscille entre quelques centaines pour les catacombes liées à des villas rurales et plus d’un millier pour celles liées à des villes. Nous savons très peu de choses sur les cimetières de surface. Dans le sud du Latium, ils sont parfois caractérisés par des enclos de dimensions notables contenant des tombes de différents types. Après l’époque constantinienne, comme à Rome, furent érigées des basiliques en lien avec le culte des martyrs, des lieux appréciés et désirés pour la sépulture des fidèles. Les inscriptions et la décoration, rare, des tombes, nous donnent des informations sur une société chrétienne différenciée, comprenant des membres de l’aristocratie, des militaires, des artisans, des paysans. Particulièrement importantes sont les inscriptions mentionnant des membres du clergé ; elles témoignent pour la diffusion d’un maillage de l’organisation ecclésiastique, que les sources montrent axée sur des circonscriptions paroissiales, dépendant de sièges épiscopaux, et abritant des églises destinées à la cura animarum.

Haut de page

Notes

1  Origine delle catacombe romane : atti della giornata tematica dei Seminari di archeologia cristiana (Roma, 21 marzo 2005), organisé par V. Fiocchi Nicolai et J. Guyon, Cité du Vatican 2006 (Sussidi allo studio delle catacombe romane, 18).

2  V. Fiocchi Nicolai, J. Guyon, « Relire Styger : les origines de l’Area I du cimetière de Calliste, in Origine delle catacombe romane, p. 121-161.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincenzo Fiocchi Nicolai, « L’évolution des espaces funéraires chrétiens à Rome et dans le Latium au cours de l’Antiquité tardive », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 123 | 2016, 167-170.

Référence électronique

Vincenzo Fiocchi Nicolai, « L’évolution des espaces funéraires chrétiens à Rome et dans le Latium au cours de l’Antiquité tardive », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 123 | 2016, mis en ligne le 18 juillet 2016, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/asr/1446

Haut de page

Auteur

M. Vincenzo Fiocchi Nicolai

Università degli Studi Tor Vergata, Rome, École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses
Directeur d’études invité

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals