Navigation – Plan du site
EPHE
Résumés des conférences
Religions et institutions dans le monde grec

Divinités de la structuration du territoire (suite) : Dionysos à Athènes

Conférence de Despina Chatzivasiliou
p. 117-120

Résumé

À la suite de nos conférences de l’année dernière sur Déméter et Artémis, nous avons poursuivi notre enquête sur la structuration de l’espace urbain et péri-urbain de l’Attique à l’époque archaïque et classique, avec les cultes en l’honneur de Dionysos. Les études sur Dionysos sont abondantes mais incomplètes, et nous constatons une vraie lacune dans nos connaissances sur la localisation, l’implantation et l’évolution des lieux de son culte à Athènes. En revanche, les représentations du dieu des banquets sont fréquentes et éclairantes quant à sa popularité. Une présentation des sources et des vestiges sur Dionysos en Limnais, Lénaion, Dionysos Éleuthèreus et Ikarion offre une large possibilité d’interprétations cultuelles.

Haut de page

Texte intégral

1La « double » naissance de Dionysos (Hésiode, Théogonie, v. 940-943 ; Hymne homérique à Dionysos, II et III, v. 1-10 ; Hérodote, II, 146) peut être vue en parallèle avec le besoin d’une « double » entrée du dieu pour qu’il soit reconnu dans l’espace civique, en tant que divinité honorée au même niveau que les autres divinités poliades. Le mythe de Penthée, tel que l’a traité Euripide dans Les Bacchantes, pourrait se présenter comme une justification littéraire de rites devenus incompréhensibles, et ce texte a influencé les traditions postérieures, en fournissant une image quasi complète de Dionysos et des conditions de la réception de son culte. L’introduction du culte de Dionysos à Athènes est connue par la légende d’Ikarios (Hygin, Fables, 130 ; Apollodore, III, 14, 7 ; Nonnos de Panopolis, Les Dionysiaques, XLVII, 1-136). La légende de Lycurgue (Iliade, VI, 128-140) en Thrace, la légende de Boutès (Diodore de Sicile, V, 50, 5), la légende du roi scythe Skylas (Hérodote IV, 78-80) qui régnait à Olbia sur le Borysthène, ainsi que la légende de Persée (Scolies Odyssée XIV, 319 ; Pausanias, II, 20, 4 ; 22, 1 ; 23, 7) sur la conquête d’Argos, nous racontent la même histoire : celle du meurtre du représentant du dieu. Enfin, l’introduction du culte, accompagnée de l’introduction de la culture de la vigne et la fabrication du vin, est liée à plusieurs formes de la vie civique et rurale. Dionysos est une divinité particulièrement importante pour le paysage athénien, mais la monumentalisation de ses cultes est assez incertaine.

Dionysos Éleuthéreus

2Sur les pentes sud de l’Acropole, au sud du théâtre de Périclès, quelques sections de murs ont permis aux fouilleurs des années 1960 de restituer une première forme de scène théâtrale archaïque, ainsi que, encore plus au sud, un petit temple archaïque en l’honneur de Dionysos, auquel appartenait un relief avec des ménades. Ces identifications sont aujourd’hui mises en question, puisqu’on propose de voir le Lénaion comme l’endroit où les premières performances dramatiques se seraient déroulées ; mais il nous est difficile de localiser ce sanctuaire dans la ville archaïque d’Athènes. Le culte de Dionysos est attesté avec certitude à partir du ive siècle dans le deuxième temple situé un peu plus au sud, construit en même temps que le temple de Dionysos à Ikaria.

3L’acceptation du culte de Dionysos Éleuthéreus, que symbolise l’incorporation d’Éleuthères dans le territoire athénien, se trouve aussi dans la légende du duel de Xanthos et Mélanthos, localisé à Mélainai ou à Oinoé et Panakton (Hérodote, V, 65 et Pausanias, I, 19, 3). L’étude de P. Vidal-Naquet, Le Chasseur noir (Paris 1981), sur les parcours et rites accomplis dans l’espace limitrophe entre l’Attique et la Béotie par les éphèbes dans l’Athènes de la basse époque hellénistique, a montré la persistance dans le temps des phénomènes de réélaboration des espaces « marginaux » et des rites qui leur étaient associés. Le nom d’Éleuthères est souvent associé par les historiens modernes aux Dionysies d’Athènes, se fondant sur une tradition attribuant au roi Pégase d’Éleuthères le transfert de la statue de Dionysos d’Éleuthères à Athènes ; ce transfert serait à l’origine de la fondation des Dionysies urbaines, sans doute par Pisistrate ou les Pisistratides. Néanmoins, le lien d’Éleuthères avec Dionysos n’est ni exclusif, ni évident. Par ailleurs, les autres sites limitrophes, entre l’Attique et la Béotie, depuis le mont Cithéron à l’ouest jusqu’à Marathon à l’est (Platées, Oinoé, Panakton, Drymos, Décélie et Aphidna), forment une zone non clairement définie où l’appartenance ethnique varie et évolue d’une époque à l’autre.

Dionysos en Limnais

  • 1 Thucydide, II, 15, 4 ; P. Oxy. 853, col. X. 7s ; Euripide, Iphigénie en Tauride, v. 947-960.

4À Athènes, par son mariage sacré avec la basilinna (épouse de l’archonte-roi), Dionysos féconde symboliquement toutes les femmes athéniennes. Cette hiérogamie est célébrée au cours de la fête des Anthestéries, la plus ancienne des fêtes en l’honneur de Dionysos à Athènes, le 11 du mois Anthestérion pour les Πιθοίγια, le 12 pour les Χόες et le 13 pour les Χύτροι1. Peu nombreux sont les indices qui nous permettent de localiser le sanctuaire de Dionysos Limnaios à Athènes, probablement dans la zone de l’Ilissos à côté d’un marais, sanctuaire qui aurait été fermé la plus grande partie de l’année.

Ikarion

  • 2 Conservés actuellement au Musée national d’Athènes, n° inv. : 3072, 3073, 3074, 3897, ces fragments (...)

5Le sanctuaire de Dionysos à Ikarion se trouve sur la pente nord du mont Pentélique dans l’ancien dème d’Ikarion, qui faisait partie de la trittye Epakria, de la tribu Aigeis. Le site est connu par les archéologues depuis la fin du xixe siècle et fournit une quantité impressionnante de matériel, inscriptions, sculptures, ainsi que les fondations d’au moins sept bâtiments, parmi lesquels un théâtre et le Pythion. Les 26 fragments de sculpture colossale de marbre pentélique sont les rares indices datés de l’époque archaïque (530-520) qui permettent de reconstituer l’image du culte du site2. Le site n’est pas fouillé dans son intégralité et des recherches futures fourniront sans doute de nombreux éléments éclairants. L’aspect du culte de Dionysos dans ce lieu a été éclairé par le mythe d’Érigonè.

Dionysos à Éleusis

  • 3 H. Metzger, « Le Dionysos des images éleusiniennes du ive siècle », RA n. s. 1 (1995), p. 3-22 ; «  (...)
  • 4 G. Mylonas, « Ἐλευσὶς καὶ Διόνυσος », AE (1960), p. 68-118.

6Depuis l’étude de P. Foucart, Le culte de Dionysos en Attique (1904), les historiens ont souvent voulu voir Dionysos à Éleusis comme divinité des mystères honorée à côté de Déméter. Cette théorie, fondée sur des arguments fragiles, est le résultat de l’identification de Dionysos avec Iacchos, d’après les passages des Scholies à Sophocle (Antigone, v. 1115), Nonnos de Panopolis (Les Dionysiaques, XXXI, v. 64-69) et Arrien (Anabase, II, 16, 3). Dans les sources, on peut discerner une sorte de concurrence des cultes de Dionysos et Déméter par rapport à leur introduction dans l’espace athénien, par la culture du blé et de la vigne. Si par les sources textuelles on ne peut pas prouver la participation de Dionysos aux cultes d’Éleusis, les éléments iconographiques n’éclaircissent pas la question non plus. Ce sujet a pris de l’ampleur avec la discussion entre Metzger3 et Mylonas4 sur l’interprétation des images qui peuvent aller dans les deux sens.

7Dionysos est une divinité dont les traces remontent à l’époque mycénienne, alors qu’il est souvent mentionné qu’il fut introduit par Pisistrate ou à l’époque de la démocratie. Or la structuration de l’espace cultuel est un processus très lent, long et constant et il semble inapproprié de l’associer à un seul événement de l’histoire.

Haut de page

Notes

1 Thucydide, II, 15, 4 ; P. Oxy. 853, col. X. 7s ; Euripide, Iphigénie en Tauride, v. 947-960.

2 Conservés actuellement au Musée national d’Athènes, n° inv. : 3072, 3073, 3074, 3897, ces fragments ont été étudiés plus récemment par G. Despinis, « Spätarchaische Statue des Dionysos », AM 122 (2007), p. 103-137.

3 H. Metzger, « Le Dionysos des images éleusiniennes du ive siècle », RA n. s. 1 (1995), p. 3-22 ; « Dionysos Chtonien d’après les monuments figurés de la période classique », BCH (1944-1945), p. 296-339.

4 G. Mylonas, « Ἐλευσὶς καὶ Διόνυσος », AE (1960), p. 68-118.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Despina Chatzivasiliou, « Divinités de la structuration du territoire (suite) : Dionysos à Athènes », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 124 | 2017, 117-120.

Référence électronique

Despina Chatzivasiliou, « Divinités de la structuration du territoire (suite) : Dionysos à Athènes », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 124 | 2017, mis en ligne le 03 juillet 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/asr/1594

Haut de page

Auteur

Despina Chatzivasiliou

Chargée de conférences, Mme, École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals